Hors Frontières

Philippines

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

D’une superficie totale de 300 400 km2, les Philippines autrement nommé République des Philippines possède une population de 100 003 378 habitants.

La monnaie officielle aux Philippines est le Peso philippin.

Le pays est à grande majorité catholique. Il est d’ailleurs le troisième plus grand pays catholique au monde après le Brésil et le Mexique. La répartition des religions est la suivante : catholiques : 81 %, protestants : 11 %, musulmans : 5 %, bouddhistes et autres : 3 %.

Les Philippines s’étalent du nord au sud sur une distance de 1810 km.

Manille est la capitale des Philippines. Les autres grandes villes sont : Cebu, Davao et Quezon City.

D’un point de vue historique, les philippines ont un passé très riche. La préhistoire en est un des marqueurs, dont de nombreux objets retrouvés attestent d’une époque en pleine mouvance (jarres). Mais les peuples de la mer, ou le troc est l’échange en sont aussi une caractéristique. Depuis le IIIe siècle, les peuples des Philippines sont en contact avec les autres peuples d’Asie du Sud Est, en particulier d’Indochine, Bornéo et Sumatra. Avec l’avènement de la dynastie Ming, ils passent dans la sphère d’influence chinoise. C’est la thalassocratie ou gouvernance des côtes qui prévaut. Jusque vers l’an 1000 de l’ère chrétienne, les Philippines possédaient une population organisée en tribus dispersées, sédentarisée pour la plupart dans de petits villages isolés ou vivant une existence semi-nomade dans les régions montagneuses de l’intérieur. Ces tribus tiraient leur subsistance de la culture de riz et de la pêche, ou, pour les nomades, de la chasse, de la cueillette et de la culture sur brûlis. Des immigrants malais importèrent le fer et le tissage. Petit à petit, les Philippines vont s’ouvrir au commerce, et les Chinois, qui avaient établi des échanges commerciaux dès le IXème siècle, installèrent des communautés permanentes au XIIème siècle. Les Philippines passèrent ensuite sous la domination des royaumes maritimes indo-malais de Sri Vijaya, sur l’île de Sumatra, puis de Majapahit, sur l’île de Java. Fernand de Magellan (Fernão Magalhaes), explorateur portugais voyageant pour le compte de l’Espagne, est le premier Européen à arriver aux Philippines, le 16 mars 1521. L’archipel est entré dans l’empire colonial espagnol à partir de 1565. L’Espagne va par la suite lancer une expédition contre le sultanat de Sulu en 1578. L’influence espagnole va être marquée par l’établissement de la première université d’Asie en 1611, et par l’instauration de l’église chrétienne, dont de nombreux édifices sont encore présents. À la fin du XIXème siècle s’est développé un mouvement de libération, dont l’un des personnages clés fut le poète et écrivain José Rizal. Surnommé le Don Quichotte des Philippines, il est exécuté par les autorités espagnoles en 1896. Il devient aussitôt un martyr national, ce qui renforce la résistance au régime colonial. Les États-Unis encouragent le mouvement d’indépendance et se décident à intervenir militairement aux Philippines (notamment à Xuelta) à l’appel d’Aguinaldo (guerre hispano américaine). Le 10 décembre 1898, le traité de Paris met fin au conflit. L’Espagne cependant n’accorde pas l’indépendance aux Philippines mais les vend aux États-Unis pour 20 millions de dollars. La colonisation dès lors se poursuit sous le joug d’un nouveau maître. C’est pourquoi, dès le 4 février 1899, une nouvelle guerre oppose les indépendantistes philippins aux États-Unis (guerre americano philippine). Plus d’un million et demi de Philippins perdent la vie dans cette guerre sans pitié, où indépendantistes, bandits et Américains commettent de nombreux massacres. En 1935, les USA accordent au Commenwealth des Philippines un statut de semi-autonomie destiné à accompagner le pays vers son indépendance et en 1935, le tagalog est reconnu comme langue nationale. En 1942, sous la seconde guerre mondiale, le Japon va s’emparer des Philippines, mais au prix de nombreuses vies, car la population des Philippines s’est manifestées contre cette emprise. À l’issue de la guerre, les Philippines sont malgré tout l’un des pays les plus développés d’Asie. Par la suite, le développement prend du retard à cause d’une faible croissance économique, d’une démographie galopante et d’un fort taux de corruption. Plus récemment le pays a été marqué par la dictature de Marcos.