Hors Frontières

Algérie de l’Est

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Alors que nous nous trouvons à Alger, nous attendons notre vol.

Nous partons avec la compagnie Air Alger pour nous rendre à El Oued ; le vol dure moins de 2 heures te coûte 30 euros.

Nous patientons dans l’aéroport.

Notre vol est appelé. Nous devons prendre un bus qui nous conduit jusqu’à notre avion.

Le vol se déroule normalement.

Nous atterrissons à l’heure prévue.

Nous sortons de l’aéroport ; c’est alors qu’un policier nous rattrape ; en tant qu’étranger, nous devons nous faire enregistrer pour notre sécurité. La formalité dure quelques secondes.

Nous faisons connaissance d’un chauffeur de taxi qui contacte une agence locale pour effectuer une expédition dans le désert. En voyant cela, les policiers lui prennent également son identité.

Le chauffeur nous conduit jusqu’à l’agence de voyage qui se trouve dans la banlieue d’El Oued.

Le responsable de l’agence nous accompagnera pour la journée ; il se nomme Ibrahim ; il est joignable au 00213699995999 ou sur le chenna.brahim@hotmail.com ; il organise des voyages touristiques dans tout le pays et s’avérera être un grand professionnel du tourisme.

Il nous organise une expédition dans le désert pour la somme de 40 euros la journée, tout compris et se propose de nous faire visiter la ville d’El Oued ainsi que sa banlieue gratuitement.

En sa compagnie, nous découvrons la banlieue populaire d’El Oued.

Nous faisons connaissance avec ses habitants.

Sous un porche, les vieux hommes aiment se retrouver.

Nous continuons notre visite de la ville.

Nous faisons connaissance avec un artisan de 98 ans.

Ibrahim nus emmène ensuite dans une école coranique.

Nous visitons le site qui est fermé durant l’heure des repas.

Nous reprenons notre route vers la ville d’El Oued.

Nous prenons la direction du centre.

Il nous faut vingt minutes pour rejoindre le centre.

De nombreux bâtiments sont en construction ; la ville se dynamise.

La ville se trouve aux portes du désert de sable.

La ville a l’air assez pauvre.

Nous nous garons aux abords du marché.

Nous achetons à bon prix quelques dates.

Il est temps pour nous de repartir.

Nous découvrons un autre quartier de la ville.

Nous prenons la route en direction de la Gazelle d’or, un des plus beaux hôtels du pays.

L’hôtel se trouve en dehors de la ville.

Nous arrivons à l’hôtel qui est un complexe de plusieurs hectares.

Nous entrons récupérer notre chambre ; nous avons payé près de 130 euros avec le petit déjeuner inclus.

Un voiturier est appelé ; il vient nous chercher.

Nous nous rendons au restaurant du complexe.

Les plats sont succulents.

Une fois mangé, nous retournons à l’entrée de l’hôtel.

Ibrahim, le responsable de l’agence de voyage nous attend comme prévu devant l’entrée de la réception.

En sa compagnie, nous partons pour faire un trek dans le désert.

Nous faisons une première halte quelques kilomètres plus loin, afin de rencontrer un nomade qui vit dans sa tente et élève des chameaux.

L’élevage se trouve dans un enclos.

Nous reprenons la voiture.

Nous effectuons un tour de chauffe dans le désert qui se trouve aux abords de la tente.

Nous nous ensablons malheureusement.

Nous parvenons après quinze minutes à reprendre la route.

Pour entrer dans le désert, il nous faut parcourir près de 50 kilomètres sur la route nationale.

Nous croisons les champs de pommes de terre que nous avions aperçus de l’avion.

Nous quittons la Wilaya d’El Oued.

Nous faisons monter dans la voiture un nomade qui sera notre guide. Circuler dans le désert est bien trop dangereux pour les novices ; être accompagnés d’un guide est une condition de sécurité essentielle.

Nous entrons dans le désert.

Très rapidement, nous nous retrouvons seuls au monde.

Nous faisons 60 kilomètres dans le coeur du désert de sable ; fort heureusement, le guide connaît bien le chemin.

Après deux heures de route, nous croisons un nomade.

Il nous indique la direction de son campement qui se trouve à 20 minutes de là.

Nous arrivons rapidement sur place.

Nous faisons connaissance avec la famille du nomade.

Les femmes se trouvent dans une tente à part du reste des hommes.

Nous rencontrons ensuite le chef du campement.

Les nomades nous expliquent comment le linge est séché après avoir été lavé.

Nous repartons ensuite après avoir salué les membres de la famille.

Nous faisons une halte un peu plus loin, car il est l’heure pour notre guide de prier.

Nous faisons une autre halte pour admirer le coucher de soleil.

Nous assistons également à la traite des chamelles.

Il est temps pour nous de saluer nos amis nomades. Dont le chef du campement qui s’est débrouillé pour venir nous rejoindre afin d’assister à notre départ.

Il nous faut deux heures pour rejoindre la route nationale.

Alors que la nuit est tombée, nous nous trouvons encore dans le désert.

Tard dans la nuit, nous retournons à l’hôtel.

Nous en profitons pour manger dans le restaurant du site.

Le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil, un voiturier vient nous récupérer pour nous emmener au restaurant afin de prendre notre petit-déjeuner.

En cette saison de l’année, les mouches pullulent.

Alors que nous sommes sur le point de partir vers la ville de Constantine, nous faisons la connaissance avec Rafik, le directeur de l’hôtel ; nous parlons de la qualité des dates algériennes ; il nous propose alors de découvrir une plantation et une usine qui permettent l’exploitation des dates faisant parties des meilleurs du monde.

Un de ses chauffeurs est mandaté pour nous conduire à l’usine.

Nous prenons la route.

Il nous faut vingt minutes pour entrer dans la plantation.

Nous entrons dans l’usine.

Chaque date est triée à la main.

Un peu plus loin, nous découvrons un secteur automatisé pour augmenter les cadences de tri.

Nous découvrons ensuite la plantation.

Nous faisons une halte chez un agriculteur.

Nous nous rendons ensuite dans une oasis au coeur du désert.

Nous découvrons tout d’abord l’oasis de haut.

Nous descendons ensuite avec la voiture jusque dans l’oasis.

Nous découvrons une tente dans laquelle les invités peuvent séjourner à la journée.

En fin d’après-midi, nous quittons la plantation.

Nous faisons quelques achats de dates.

Le soir, nous sommes invités à manger avec le directeur.

Le lendemain matin, nous prenons la route vers la ville de Constantine.

Il nous faut six heures pour rejoindre la ville.

Nous traversons le pays dans le sens Sud Nord.

Sur le chemin, nous faisons une halte pour boire un thé.

Nous reprenons la route.

Nous nous arrêtons ensuite pour découvrir une ferme d’élevage de chamelles.

Nous continuons de rouler de nuit.

Nous faisons plusieurs haltes sur la route.

Nous arrivons dans la ville de Constantine.

Nous entrons dans l’hôtel que nous avons réservé.

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous réveillons avec une vue dégagée sur la ville.

Nous prenons un solide petit-déjeuner.

Nous découvrons la vallée qui se trouve en contrebas.

Nous découvrons ensuite le centre ville.

Les habitants sont sympathiques.

Nous nous dirigeons vers un jardin public.

Les gens aiment s’y promener.

Nous retournons à notre hôtel afin de retrouver notre guide ; il s’appelle Billel Benguedouar. Il peut être joint au 00213 669 133 030 ou sur le akkulaufzeit@hotmail.com

Nous nous rendons dans le vieux centre.

Nous découvrons des ruelles typiques.

Nous découvrons ensuite un bar traditionnel.

Les hommes aiment s’y retrouver pour passer du bon temps.

Nous nous enfonçons dans la casbah.

Le quartier est dynamique.

Nous achetons des épices.

Nous reprenons notre route.

Nous faisons la connaissance d’un cordonnier.

Dans la rue, des enfants jouent aux cartes.

Nous découvrons le quartier des bouchers.

Puis, nous nous rendons dans un des nombreux ascenseurs panoramiques de la ville.

L’ascenseur nous emmène jusqu’à un pont.

La vue est impressionnante.

Nous retournons dans le centre ville.

Un taxi nous emmène jusqu’à notre voiture.

Nous quittons la ville.