Hors Frontières

Andorre

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

En provenance d’Espagne, nous nous rendons à Andorre.

Nous circulons sur une route espagnole en bon état mais étroite.

Les contrôles sont rapides à la frontière.

Nous nous rendons à la capitale que nous sommes obligés de traverser.

Nous passons par la banlieue de la ville étant donné que nous devons nous rendre sur le site de Naturlandia.

Nous découvrons les villes du pays.

Pour rejoindre le site, nous devons prendre de la hauteur.

Nous empruntons une bifurcation indiquée par les panneaux d’information présents sur la route.

La pente est raide.

Nous circulons prudemment.

Nous nous approchons du parc.

Nous nous trouvons au coeur des forêts du pays.

Nous faisons une halte au premier niveau du parc, niveau qui comprend non pas le parc, mais diverses autres installations : restaurants, commerces, activités. Nous achetons nos tickets. Nous avons le choix : soit de prendre une navette, soit de continuer quelques kilomètres avec notre véhicule.

Nous décidons de prendre notre véhicule ; nous continuons l’ascension.

Nous arrivons après dix minutes de route au sommet.

Les tickets peuvent également s’acheter à l’entrée.

Nous découvrons les ours des montagnes.

Les soigneurs sont attentionnés envers les animaux.

Nous découvrons accompagnés d’un guide, les autres animaux du parc.

Plusieurs stands permettent aux enfants d’effectuer nombre d’activités.

Nous reprenons ensuite notre route.

Sur le chemin qui nous conduit à la capitale, nous faisons une halte dans une sorte de petit hameau.

Une femme vient à notre rencontre : il s’agit d’une négociatrice en vin qui décide de nous faire visiter le hameau ainsi que son entreprise.

La particularité du hameau est qu’il est construit uniquement avec des pierres à la manière d’antan.

A plusieurs reprises, nous avons un point de vue intéressant sur les Pyrénées.

Nous faisons la rencontre avec un agriculteur.

Nous grimpons un peu pour découvrir une vue dégagée sur la vallée qui se situe en contrebas.

Il est temps pour nous de reprendre notre route. Nous nous dirigeons vers Engolaster.

Il nous faut encore monter pour rejoindre le petit village.

La route est sinueuse.

Nous faisons une halte dans une petite église ; il s’agit de la plus vieille église du pays.

L’église est admirablement bien conservée.

Les pierres ont été rénovées avec soin.

Le clocher est d’origine.

Un dernier regard et nous reprenons notre route, cette fois-ci en direction du lac qui se trouve aux alentours.

Nous en profitons tout de même pour admirer un beau panorama.

Nous reprenons notre chemin.

Nous arrivons au terme de la route ; nous faisons connaissance avec des touristes Français.

Un petit panneau indique la direction du lac.

Nous nous garons aux abords du lac et nous nous rendons dans un petit restaurant.

Une fois repus, nous nous dirigeons vers le lac.

Nous passons le reste de l’après-midi à découvrir le site.

Les pêcheurs sont nombreux ; il faut dire que l’eau est poissonneuse.

Nous nous rendons dans une petite guest house locale ; le lendemain matin, nous nous dirigeons vers le belvédère Roc del Quer.

Nous découvrons la ville de Grandvalira.

Puis, nous visitons la ville de Canillo.

Le chemin vers le belvédère se trouve dans la ville de Canillo.

Après une montée trés abrupte, qui sera la cause d’une panne moteur, nous arrivons au belvédère.

Exceptionnellement, le belvédère est fermé au public ; nous devons contourner la grille pour nous en rapprocher.

La vue est édifiante.

Il s’agit du plus beau panorama du pays.

Nous quittons le site après une heure passés à contempler les Pyrénées.

En descendant à Canillo, nous nous arrêtons dans un garage qui ausculte notre voiture, étant donné que la montée sous un soleil de plomb fut responsable d’une perte d’eau dans le réservoir. Mais la panne est vite réparée.

Nous continuons notre route vers la ville de La Massana.

Nous découvrons un village plein de charmes.

Nous faisons connaissance avec Sonia, une fabricante de confiture à l’ancienne.

Nous faisons également connaissance avec sa grand-mère.

Le temps que Sonia prépare sa cuisine, nous découvrons le village.

Nous pouvons retourner chez Sonia pour découvrir son savoir-faire.

Nous saluons Sonia et nous nous rendons à Andorra la vieille, la capitale du pays.

Nous prenons la direction du centre ville.

Nous nous dirigeons vers le centre historique.

Nous nous garons et découvrons le centre à pied.

Nous nous rendons à la place du prince Benlloch.

Nous en visitons l’église.

Nous découvrons un secteur du centre commercial.

Puis, nous découvrons les ruelles du vieux centre.

De nombreux stands proposés par des restaurateurs permettent de goûter aux fabrications locales.

Nous découvrons un bâtiment administratif conçu grâce à des vieilles pierres.

Nous nous dirigeons ensuite vers le nouveau centre commercial.

Il est temps pour nous de quitter la ville.

Nous rejoignons notre hôtel situé dans une ville proche.

Le lendemain matin, nous nous dirigeons vers le Paz de la case.

Nous entrons dans la ville.

La ville frontalière de la France permet de faire des achats détaxés.

Nous nous garons aux abords d’un grand magasin.

Nous nous faisons plaisir en essayant de ne pas trop emmener d’alcool, étant donné que les contrôles à la frontière sont nombreux et que l’import d’alcool est limité.

Nous quittons ensuite le pays en entrant en France.

Après avoir traversé les Pyrénées, nous prenons un café bien mérité.

Il y a quelques années de cela, nous nous étions déjà rendus à Andorre ; en voici le récit de voyage.

En provenance d’Espagne, nous patientons à la frontière andorrane. Une longue attente.

Andorre 1

Le flux des véhicules circule au ralenti.

Andorre 2

Nous apercevons enfin le panneau d’entrée dans le pays.

Andorre 3

Et franchissons la frontière.

Andorre 4

Andorre ne faisant pas partie de l’espace Schengen, le passage de la frontière met plus de trente minutes. Néanmoins, mis à part les douaniers qui contrôlent la sortie du pays afin de vérifier les achats d’alcool et de cigarettes, les policiers de la principauté vérifient simplement les cartes d’identité et nous adressent leur salutation. Nous pénétrons sur le territoire, découpé en sept provinces et nous nous dirigeons vers la province d’Andorre la vieille, capitale du pays et riche de 22 000 habitants.

Andorre 6

Nous nous arrêtons à une station service, profiter ainsi du tarif détaxé du diesel à 1,14 euros le litre.

Andorre 7

Les routes sont saturées.

Andorre 8

Et après un rond-point.

Andorre 9

Nous tombons sur un restaurant traditionnel : Le carn à la brasa.

Andorre 10

Dans lequel, nous dégustons des spécialités cuites au feu de bois.

Andorre 11

Le pays est montagnard ; les cours d’eau y sont omniprésents.

Andorre 12

Ainsi qu’une vue dégagée sur les montagnes.

Andorre 13

Et les petits ponts de pierre.

Andorre 14

Nous arrivons à Andorre la vieille, la capitale du pays.

Andorre 15

Nous nous dirigeons vers le centre ville, qui présente certaines caractéristiques des grandes villes.

Andorre 16

Nous découvrons le centre ville, avec pour particularités, des prix bien plus attractifs qu’en France.

Andorre 17

Les prix étant détaxés, la foule en provenance de France et d’Espagne se presse dans les boutiques, pour faire l’acquisition de spiritueux, de tabac, de parfums et de matériels électroniques.

 Andorre 19

Les commerces sont nombreux.

Andorre 18

Et au milieu de ce chantre de la consommation.

Andorre 20

Des sculptures contemporaines émergent.

Andorre 21

Ainsi que des ponts modernes.

Andorre 22

Nous remontons l’avenue principale à pied.

Andorre 23

Et découvrons le conseil général du pays.

Andorre 24

Puis, empruntons un ascenseur qui nous mène à une grande place.

Andorre 25

De laquelle, nous rejoignons le centre historique de la ville.

Andorre 26

Une statue plus ancienne attire notre attention.

Andorre 27

Ainsi qu’un site archéologique simplement protégé du tumulte extérieur par une vitre en plexiglass.

Andorre 28

Nous arpentons les ruelles de la vieille ville.

Andorre 29

Une sculpture plus moderne nous surprend dans ce paysage de vieilles pierres.

Andorre 30

Nous avons une vue étendue sur la ville que nous surplombons.

Andorre 31

Et continuons notre périple vers le parlement situé dans la casa de la sal.

Andorre 32

 

Les vieilles pierres sont omniprésentes.

 Andorre 35

Le drapeau flotte fièrement au vent.

Andorre 34

Nous quittons Andorre la vieille afin de nous rendre dans les montagnes environnantes, chercher un peu la quiétude des grands espaces.

Andorre 36

Nous arrivons à un petit village de montagne : La Massena.

Andorre 37

La vue y est agréable.

Andorre 38

Bien dégagée sur les montagnes enneigées.

Andorre 39

Une station renommée.

Andorre 40

L’air y est également vivifiant.

Andorre 41

Nous séjournons dans le complexe Anyóspark – The Mountain & Wellness Resort, Anyós, un hôtel formidable, dans lequel, le propriétaire, un homme érudit n’hésite pas à accueillir ses clients personnellement.

Andorre 42

 

Le lendemain matin, après un solide petit déjeuner, nous quittons cette vallée profonde encore endormie.

Andorre 44

Nous rejoignons ensuite la ville de Grandvalira.

Andorre 45

Elle s’atteint rapidement après quelques kilomètres.

Andorre 46

Ses rues sont désertes.

 Andorre 47

La ville d’Encamp s’atteint tout aussi rapidement.

Andorre 49

Nous la surplombons.

Andorre 50

Et n’hésitons pas à nous faire immortaliser au milieu de ce paysage montagnard.

Andorre 51

Un souvenir de plus.

Andorre 52

Nous nous dirigeons ensuite vers le centre ville.

Andorre 53

En laissant derrière nous les plaines désertes.

Andorre 54

Et les façades traditionnelles des immeubles ruraux.

Andorre 55

Nous quittons la ville.

Andorre 56

Les Pyrénées enneigées apparaissent.

Andorre 57

Avec ses longues pistes de ski.

Andorre 58

Dévoilant les charmes de ces monts anciens.

Andorre 59

Nous nous asseyons à la terrasse d’un café afin de nouer une conversation avec un jeune couple, la langue majoritaire sur la principauté étant l’Espagnol, sans oublier le Français, frontière terrestre oblige.

– Bonjour. Hola. (ola)
– Comment ça va? Cómo estás? (como estasse?)
– Très bien, merci. Muy bien, gracias. (mouille biène, GRAçiasse)
– Comment t’appelles-tu? Cómo te llamas? (como tè yamasse?)
– Je m’appelle Ludovic . Me llamo Ludovic . (Mè yamo Ludovic.)
– Heureux de vous rencontrer. Encantado. (enne-canne-ta-do)
– Merci. Gracias. (grassiasse)
– Il n’y a pas de quoi. De nada. (dè nada)
– S.v.p. Por favor. (por favor)
– Je ne comprends pas. No entiendo. (no enne-tienne-do)
– Parlez-vous français? Habla francés? (abla franne-sesse?)
– Y a-t-il quelqu’un qui parle français? Hay alguien que hable francés? (AÏ al-GUIÈNE ké A-blé frane-SESSE?)
– Non. No. (no)
– Excusez-moi. Disculpe. (disculpè)
– Je ne parle pas espagnol. No hablo español. (no ablo espagnol)
– Je suis désolé. Lo siento. (lo sienne-to)
– Au revoir Adiós. (adiosse)
– À bientôt Hasta luego. (asta louègo)

Nous nous rendons ensuite dans un restaurant déguster les spécialités du pays.

La cuisine andorrane est montagnarde.
En entrée, nous choisissons de charcuteries locales traditionnelles : la célèbre llonganissa (saucisse sèche), la botifarra (saucisse), ou encore le jambon de pays et le typique bull (sorte de boudin).
En plat, nous nous laissons tenter par le trinxat, plat à base de choux, de pommes de terre et de lard, et par les civets de sanglier ou de lièvre ; nous aurions pu prendre cependant une pièce de bœuf saisie à la braise, voire la truite de rivière, cuisinée simplement sur une ardoise ou frite avec du jambon.
En accompagnement, nous dégustons
la coca masegada, une fougasse accompagnée d’une salade de pissenlit et le pa amb tomàquet (tranche de pain frottée d’ail et de tomate, arrosée d’huile d’olive). Nous goûtons également les fameux calçots, des oignons nouveaux cuits à la braise.

Une tarte aux pommes pour finir et nous pouvons quitter cette ville accueillante.

Nous en profitons pour découvrir les nombreuses stations de ski des alentours.

Andorre 60

Le paysage est somptueux.

Andorre 61

Nous n’hésitons pas à sortir des sentiers battus, afin de découvrir l’authenticité.

Andorre 62

Et profitons à notre tour des pistes de skis pour quelques descentes mémorables.

Andorre 63

En nous dirigeant vers la frontière française, nous traversons quelques petites villes sympathiques, dont une qui comprend une patinoire géante couverte.

Andorre 64

Une église ancienne : Saint Joan de Caselles à Canillo.

Andorre 65

Un mur d’escalade.

Andorre 66

Et retrouvons les paysages montagnards enneigés.

Andorre 67

S’étendant à perte de vue.

Andorre 68

Avec quelques petits hôtels qui viennent égayer ce paysage silencieux.

Andorre 69

Recouvert par plus d’un mètre de neige.

Andorre 70

Andorre 71

Les Pyrénées sont sublimes.

Andorre 72

Vêtues de leur long manteau neigeux.

Andorre 73

L’hiver est bel et bien présent.

Andorre 74

Installé durablement.

Andorre 75

Nous nous dirigeons ensuite vers le Paz de la case, un quartier d’une autre province, qui voit affluer chaque année, des milliers de touristes, qui traversent la frontière afin de profiter des achats détaxés. Nous quittons enfin ce pays surprenant, mystérieux et si accueillant. Les douaniers français ne nous contrôlent pas et nous laissent passer sans voir si nous transportions des quantités d’alcool supérieures à la norme autorisée. La chance du débutant sans aucun doute.