Hors Frontières

Arabie Saoudite

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

En provenance de Metz, nous rejoignons tôt le matin, la gare de Louvigny.

Le train qui nous conduit à Charles De Gaulle est à l’heure ; le trajet dure 1 h 15 et coûte 40 euros.

Nous arrivons au Terminal 2.

Nous rejoignons la compagnie Saoudia airlines.

Une fois nos billets en poche, nous rejoignons les portes d’embarquement.

Nous grimpons dans l’avion.

Le trajet jusqu’à Riyad dure un peu moins de six heures ; il coûte 300 euros.

L’avion ne décolle cependant pas tout de suite ; suite au grand froid qui s’abat sur le pays, un dégivrage des ailes s’impose ; il dure près de 20 minutes.

Nous décollons ensuite.

La compagnie est d’une grande qualité ; les hôtesses, généralement malaysiennes sont très aimables et font tout leur possible pour agrémenter notre voyage.

Nous survolons les Alpes.

Le décor est somptueux.

Les sièges sont assez espacés, ce qui nous donne la possibilité de nous détendre.

Nous arrivons tard dans la nuit à Riyad, la capitale que nous survolons.

Dans l’avion, les femmes mettent leur niqab, vêtement obligatoire pour les femmes.

Nous entrons dans l’aéroport.

Etant donné que nous bénéficions simplement d’une escale, nous ne rejoignons pas les postes d’immigration, mais sommes détournés par le chemin des transits. Il faut préciser que pour une escale inférieure à 8 heures, un visa n’est pas nécessaire. Par contre, depuis peu, la compagnie ne délivre plus de vol pour des transits supérieurs à 8 heures.

Nous passons un contrôle sécurité où nos bagages sont légèrement inspectées.

L’aéroport de Riyad est moderne ; il offre tout le confort nécessaire ; il comprend une pièce pour fumeur et plusieurs commerces, ainsi qu’un duty free, dans lequel l’alcool est absent. Contrairement à ce que certains prétendent, dans l’aéroport, les femmes n’ont pas besoin d’être voilées.

Nous recevons de la part de la compagnie, un repas.

Nous lui préférons cependant les boutiques présentes dans l’aéroport ; il faut cependant payer en monnaie locale ; le change s’avère nécessaire.

L’aéroport est une plaque tournante du Moyen Orient.

Une grande fontaine orne son centre.

Un homme effectue sa prière.

Nous parcourons les allées du Duty free.

Les Saoudiens sont aimables et tous nous gratifient d’un grand sourire.

Tous les produits vendus sont halals.

Nous effectuons le change de notre monnaie.

Nous nous rendons à une pizzeria afin d’acheter ce met qui nous plaît.

Nous patientons jusqu’à l’appel de notre vol vers Dhaka, au Bangladesh.

Nous pouvons nous reposer dans une grande salle d’attente.

Notre vol est appelé.

Nous quittons l’Arabie Saoudite après une escale de près de 8 heures dans le pays.