Hors Frontières

Au Nord du monde

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Afin de rejoindre l’aéroport Charles De gaulle, nous prenons le TGV. Pour une fois, le train n’est pas en retard.

Islande 1

Nous nous installons confortablement.

Islande 2

Nous faisons une brève escale à Marne la vallée.

Islande 3

Et après 10 minutes, nous arrivons à l’aéroport.

Islande 4

Nous récupérons nos billets au comptoir d’enregistrement de notre compagnie : Wow air, une compagnie pas chère à destination de Keflavik pour un tarif accessible et à la qualité indéniable. L’avion décolle à 22 h 00.

Islande 5

Après trois heures trente de vol et deux heures de décollage, nous arrivons à l’aéroport précité.

Islande 6

Nous louons une voiture chez Europcar, en prenant bien soin de prendre une assurance tous risques, nombre de voyageurs n’ayant pas bénéficié d’une telle assurance l’ont regretté, les conditions climatiques en Islande étant extrêmement changeantes, ces voyageurs ont été victimes de tempêtes de sable qui ont éraflé les véhicules loués, des sommes de plusieurs milliers d’euros ont été intégralement débitées de leur compte bancaire.

Islande 8

Nous rejoignons la ville de Reykjavik, située à une quarantaine kilomètres de l’aéroport, sans trop de mal, les routes étant désertes et de bonne facture.

Islande 9

Le lendemain matin, après une courte nuit passée à l’auberge blue House, nous nous levons.

Islande 10

L’auberge bed and breakfast est agréable, bien entretenue et les propriétaires ont pensé à tout, même au frigo rempli de victuailles naturelles.

Islande 11

Nous nous dirigeons ensuite vers la mer du Groenland, située non loin de là, ou plutôt vers l’Atlantique nord, dont la mer du Groenland, borde ses extrémités.

Islande 12

La mer est déchaînée.

Islande 13

Et nous en arpentons les berges.

Islande 14

Nous nous dirigeons ensuite vers le centre ville de la capitale, découvrir l’église luthérienne.

Islande 15

Nous circulons autour de la ville.

Islande 16

Le décor est somptueux.

Islande 17

Puis, nous pénétrons dans celle-ci.

Islande 18

Nous repassons une dernière fois devant la cathédrale luthérienne.

Islande 19

L’architecture urbaine est typique des grandes villes nordiques.

Islande 20

Nous rejoignons la rue principale.

Islande 21

Reykjavik est une ville dans laquelle, il fait bon vivre.

 Islande 22

Les rues ont des couleurs vives.

Islande 23

Ni trop grande, ni trop petite, elle contient de nombreux bars accueillants.

Islande 24

Nous continuons notre découverte de la ville.

 Islande 25

Certains quartiers sont déserts.

 Islande 26

Les maisons se suivent mais ne se ressemblent pas.

Islande 27

Nous garons notre véhicule, afin de découvrir nombre de petits commerces intéressants, malgré leurs prix, souvent excessifs, l’Islande étant un pays cher.

 Islande 29

La ville est propre. Pas un papier ne traîne sur le sol.

Islande 28

Les gens sont tout sourire, et n’hésitent pas à s’arrêter afin de nous aider à retrouver notre chemin.

Islande 30

Les façades des maisons tirent souvent vers le rouge vif, afin d’absorber le peu de lumière qui parvient en ces temps reculés d’avril, jusqu’à leurs fenêtres.

Islande 31

Nous nous dirigeons ensuite vers la cathédrale catholique, la seule du pays.

Islande 32

Elle est magnifique, alors que le pays est majoritairement protestant.

Islande 33

Nous pénétrons à l’intérieur.

Islande 34

Nous visitons ensuite Harpa, la salle de concert de la ville.

Islande 35

La salle est située face à un fjord, dans lequel se trouve la ville.

Islande 36

Nous le longeons.

Islande 37

Les Islandais conduisent prudemment.

Islande 38

Nous nous arrêtons afin de profiter du paysage qui se dresse devant nous.

Islande 39

Le vent se lève.

Islande 40

Nous grimpons vers les hauteurs de la ville afin de bénéficier d’un panorama grandiose.

Islande 41

Puis, nous retournons dans le fjord, afin de rejoindre le port.

Islande 42

Nous nous posons quelques instants.

Islande 43

Nous arpentons les berges du port.

Islande 44

L’ambiance y est particulière.

Islande 45

Pierre Lotti et ses pêcheurs d’Islande ne sont pas loin.

Islande 46

Nous quittons la ville de Reykjavik en direction du parc de Thingvellir, située à quarante kilomètres de la ville, au centre du pays.

Islande 47

Nous traversons de nombreux petits villages.

Islande 48

Nous continuons notre chemin.

Islande 49

La route est déserte.

Islande 50

Et le paysage changeant.

Islande 51

Ce qui gâche en rien notre plaisir.

Islande 52

Et après une petite tempête de neige.

Islande 53

Nous nous approchons du parc.

Islande 54

La route devient plus rectiligne.

Islande 55

Un véritable décor de cinéma.

Islande 56

Et les couleurs tirent vers le jaune.

Islande 57

Le décor est digne des plus grandes fresques réalistes.

Islande 58

Un peu comme si un génie avait dessiné d’un coup de pinceau.

Islande 59

Des courbes qui ne semblent exister nulle part ailleurs.

Islande 60

Nous nous enivrons de ce spectacle.

Islande 61

Ou tout est fait pour le plaisir de notre vue.

Islande 62

Les ruisseaux donnent juste ce qu’il faut à cette peinture morte.

Islande 63

Pour lui insuffler un souffle de vie.

Islande 64

Et bien malgré nous, nous reprenons notre route.

Islande 65

L’entrée dans le parc de Thingvellir se fait par le désert de pierres.

Islande 66

Le désert de pierres comprend un amoncellement de pierres, toutes dispersées sous forme d’îlots.

Islande 67

Une sorte de rites funéraires, que l’on retrouve souvent sur le bord des routes.

Islande 68

Au loin, nous pouvons apercevoir le lac du parc : le lac Thingvallavatn.

Islande 69

Le lac comprend une grande variété de poissons.

Islande 70

Et ses berges attirent le voyageur en quête de belles promenades.

Islande 71

Nous partons à la rencontre avec des chevaux en semi liberté.

Islande 72

Comme nous au milieu de ces plaines étendues.

Islande 73

Le paysage semble brûlé.

Islande 74

Nous continuons notre route.

Islande 75

Nous arrivons à l’emplacement du plus vieux parlement d’Islande.

Islande 76

Après avoir circulé durant de nombreux kilomètres au sein de la campagne islandaise.

Islande 77

Et après une énième montagne, nous atteignons notre point d’achoppement.

Islande 78

Autour de nous, une vallée que nous surplombons.

Islande 79

Nous en avons une vue sur 180 degrés.

Islande 80

L’emplacement du parlement est symbolisé par une estrade naturelle.

Islande 81

Sur laquelle a été placée une sorte de guéridon.

Islande 82

Un pont permet au voyageur de continuer son chemin.

Islande 83

Et de découvrir les splendides failles béantes présentes dans le parc.

Islande 84

Nous garons notre véhicule à quelques kilomètres de ce lieu de commémoration.

Islande 85

Nous devons marcher un kilomètre au sein de ce paysage sauvage.

Islande 86

Nous longeons la rivière Oxara.

Islande 87

Et pénétrons dans des gorges immenses.

Islande 88

Avec un sentiment profond de solitude.

Islande 89

Et derrière un énième monticule, la chute Oxarafoss se dévoile.

Islande 90

Sous une tempête de neige improvisée.

Islande 91

Qui n’enlève en rien la beauté du lieu.

Islande 92

Nous continuons notre trajet.

Islande 93

La route est toujours aussi déserte.

Islande 94

Semblant s’étendre à l’infini.

Islande 95

Mis à part les changements climatiques imprévisibles.

Islande 96

Le paysage est toujours aussi surprenant.

Islande 97

Nous accompagnons le rythme lent de la nature.

Islande 98

Et les vallées sur lesquelles, le soleil peine à pointer ses rayons.

Islande 99

Les petits villages semblent endormis.

Islande 100

Et nichée au creux d’un paysage montagneux.

Islande 101

Une rivière s’écoule sans s’arrêter.

Islande 102

Nous arrivons finalement à Strokur, un lieu dans lequel, ce calme latent des rivières est mis en opposition, par la violence des sources d’eau chaude présentes.

Islande 104

Des sources qui peinent à être contenues.

Islande 105

Partout, des fumerolles rappellent que la terre peut gronder.

Islande 106

Cette chaleur expliquant en partie les couleurs jaunâtres des paysages alentours.

Islande 107

Le sol semble consumé.

Islande 108

Nous nous approchons de Strokur, le seul geyser en activité.

Islande 109

Inactif durant quelques minutes, il semble éteint.

Islande 110

Mais, alors que nous ne nous y attendions pas, il surgit du sol.

Islande 111

Et projette violemment son eau.

Islande 112

Avant de retrouver sa sérénité trompeuse.

Islande 113

Le calme revient sur la plaine.

Islande 114

Nous passons à côté d’un geyser inactif.

Islande 115

Traversons d’autres sources chaudes.

Islande 116

D’autres terres brûlées.

Islande 117

Avant de rejoindre Geysir, dont le nom a servi de base homonymique à tous les autres.

Islande 118

Mais, depuis plusieurs années, il ne gronde plus, endormi jusqu’à ce qu’il décide d’entrer dans une fureur fallacieuse et imprévisible.

Islande 119

Alors que nous sommes toujours dans le cercle d’or, appellation regroupant les trois merveilles de l’île : le parc de Thingevellir, Strokur et les chutes de Gullfoss que nous rejoignons, nous circulons sur une route de petite tenue.

Islande 120

La neige n’a pas encore disparue du paysage alentour.

Islande 121

Nous nous garons sur un parking mal indiqué et entendons un vrombissement titanesque.

Islande 122

Nous n’avons pas besoin de beaucoup marcher pour rejoindre les chutes de Gullfoss.

Islande 123

Nous nous en approchons.

Islande 124

La violence des chutes est ahurissante.

Islande 125

Tant de violences contenues dans un seul endroit.

Islande 126

Nous retrouvons le calme de notre véhicule.

Islande 127

Nous découvrons après une cinquantaine de kilomètres, le volcan Kerid.

Islande 133

Reconnaissable entre mille à son cratère d’une grande profondeur.

Islande 134

Un splendide décor l’accompagne.

Islande 135

La luminosité qui revient émerveille et sublime la peinture.

Islande 136

Et à peine après avoir tourné la tête, une violente tempête de neige surgit de nulle part.

Islande 137

Nous profitons de ce mariage improbable pour admirer ce que la nature a fait de plus beau.

Islande 138

Nous reprenons notre véhicule en direction de la ville de Borgarnes, à un peu plus de 150 kilomètres de distance.

Islande 139

La route est calme, tranquille.

Islande 140

Le temps nous semble long.

Islande 141

Les paysages varient au fil des kilomètres.

Islande 142

Mais toujours aussi peu de voitures rencontrées.

Islande 143

Nous en profitons pour admirer ce paysage merveilleux.

Islande 144

La neige qui se pose délicatement sur le sol.

Islande 147

Le macule de son blanc manteau.

Islande 148

Et les nuages qui se pressent à l’horizon nous enjoignent de nous dépêcher.

Islande 149

Il est cependant déjà trop tard.

Islande 150

La pluie torrentielle qui vient de tomber n’était qu’un coup de semonce.

Islande 151

Pour annoncer le meilleur qui reste à venir.

Islande 152

Et subitement, la neige nous rattrape.

Islande 153

Ce qui n’est pas sans sublimer le paysage.

Islande 154

Nous arrivons dans la ville de Borgarnes.

Islande 155

Une petite ville tranquille nichée au cœur de la mer du Groenland.

Islande 156

Nous prenons quelques instants pour la visiter.

Islande 157

Avant que la nuit ne tombe.

Islande 158

Le soleil semble se coucher.

Islande 159

Nous l’accompagnons également.

Islande 160

Après une nuit passée au bed and breakfeast Borgarnes, maison familiale agréable et sympathique, tenue pour un prix modique par Haussa, la gérante, nous nous levons, revigoré.

Islande 161

De notre fenêtre, la vue est magnifique.

Islande 162

La mer s’étend sans obstacle.

Islande 163

Nous en longeons les berges.

Islande 164

Nous repassons devant les pyramides de glace aperçues la veille.

Islande 165

Elles s’éloignent en même temps que nous.

Islande 166

Nous reprenons la route en traversant des plaines enneigées.

Islande 168

Le blanc qui nous accompagne nous donne un sentiment d’immensité.

Islande 169

La route est praticable à certains endroits.

Islande 170

Mais, elle s’avère dangereuse à plusieurs reprises.

Islande 171

L’Islande est un pays qui se mérite.

Islande 172

Et, il vaut bien quelques sacrifices.

Islande 173

Le décor nous émerveille.

Islande 174

Digne, de nos plus beaux rêves.

Islande 175

Nous continuons notre route.

Islande 176

Nous arrivons après une cinquantaine de kilomètres aux chutes de Hraunfossar.

Islande 177

Les chutes se dressent devant nous et tonnent dans un vacarme tonitruant.

Islande 178

L’eau est mixée par un broyeur naturel.

Islande 179

Et le vertige apparaît lorsque le visiteur de passage tente de regarder en contrebas.

Islande 180

Nous marchons quelques mètres pour rejoindre les chutes de Barnafoss.

Islande 181

Selon la légende, les chutes de Barnafoss auraient été le spectacle d’un accident d’enfants.

Islande 182

Le propriétaire du terrain aurait alors détruit le pont en pierre qui permettait de les rejoindre.

Islande 183

C’est pour cette raison qu’un pont de bois aurait été érigé pour permettre aux visiteurs de ne jamais oublier.

Islande 184

Nous reprenons la route en direction de Deildartunguhver.

Islande 185

Le site est célèbre pour ses sources d’eau chaude qui sortent de terre à 200 degrés.

Islande 186

Nous nous dirigeons vers les sources.

Islande 187

Le spectacle est grandiose.

Islande 188

Une odeur forte de souffre chaud nous pénètre les pores de la peau.

Islande 189

Et la neige qui fond crée une fumée opaque qui nous empêche de voir à plus de cinq mètres.

Islande 190

Le décor est digne des plus grands films apocalyptiques.

Islande 191

La chaleur se ressent, jusque sous nos vêtements.

Islande 192

Qu’il est agréable de se laisser caresser le visage par les éléments.

Islande 193

Nous reprenons la route vers l’extrême Ouest du pays.

Islande 194

De nombreuses rivières et fleuves nous accompagnent.

Islande 195

Avec en arrière plan, des montagnes masquées par un épais brouillard.

Islande 196

Nous ne croisons personne sur les routes. Pour notre plus grand plaisir.

Islande 197

De temps à autres, nous apercevons sous la neige, le permafrost gelé.

Islande 198

Mais, bien trop faiblement, la terre se laisse découvrir.

Islande 199

Il faut pour cela, parcourir nombre de kilomètres.

Islande 200

Pour enfin quitter la neige et la glace.

Islande 201

La route semble interminable.

Islande 202

Et les villages, reculés.

Islande 203

Lorsque nous arrivons à la péninsule de Snaefellsnes, la neige a complètement disparu.

Islande 204

Les montagnes sont découvertes, presque à nu.

Islande 205

Ce qui nous donne l’occasion de mieux les apercevoir.

Islande 206

Nous nous dirigeons vers le mont Kirkjufell.

Islande 207

Les couleurs jaunâtres découvertes au début de notre voyage se laissent retrouver.

Islande 208

Quelques chèvres broutent paisiblement l’herbe.

Islande 209

A certaines reprises, le brouillard se lève.

Islande 210

Mais, il n’est souvent qu’illusion.

Islande 211

Ce n’est qu’après une énième montagne.

Islande 212

Que nous retrouvons la neige, en traversant le pays sans vouloir y longer la côte.

Islande 213

La route est sinueuse au sein de ce décor montagnard.

Islande 214

Et après une vingtaine de kilomètres, nous retrouvons la mer.

Islande 215

Et nous nous baladons sans vergogne sur une plage de sable noir.

Islande 216

Nous arrivons au mont Kirkjufell.

Islande 217

La montagne ressemble à un doigt qui fracture la terre.

Islande 218

Avec en contrebas, un paysage onirique.

Islande 219

Et une chute d’eau qui vient agrémenter le décor.

Islande 220

Nous continuons notre découverte de la péninsule.

Islande 221

Le mélange eau et terre est particulièrement intéressant.

Islande 222

Et surtout très visuel.

Islande 223

La vallée ressemble à un toboggan géant.

Islande 224

Sur lequel, nous ne nous risquerons pas à glisser.

Islande 225

Nous parvenons jusqu’au volcan Snaefellsjökull, le volcan qui a inspiré Jules Verne pour son célèbre Voyage au centre de la terre.

Islande 226

Nous avançons sur un relief escarpé.

Islande 227

La plaine s’éloigne au fur et à mesure que le sommet se rapproche.

Islande 228

Le parcours est difficile, mais il en faut bien plus pour nous décourager.

Islande 229

Au sommet, un vent glacial souffle, mais derrière nous, il émerge enfin.

Islande 230

Nous traversons quelques petits villages.

Islande 231

Et, le paysage reste toujours autant fantastique.

Islande 233

Nous repassons devant les pyramides de glace de la ville de Borgarnes.

Islande 234

Nous passons la nuit dans un petit village sans grand intérêt.

Islande 235

Village que nous quittons le lendemain matin.

Islande 236

En ralentissant devant le commissariat local, tout aussi désert que le village.

Islande 237

Nous parvenons jusqu’à un de ces villages côtiers omniprésents sur l’île.

Islande 238

Il est hautement plus intéressant que celui dans lequel nous avons dormis.

Islande 239

Avec les façades ocres de ses maisons.

Islande 240

Et son petit port.

Islande 241

Une ambiance particulière y règne.

Islande 242

Le village du bout du monde.

Islande 243

Une sorte de passéisme assumé. Un peu comme si l’Islande désirait préserver son mode de vie.

Islande 244

Au contact de la nature.

Islande 245

Nous nous dirigeons ensuite vers le sud de l’Islande.

Islande 246

Une sorte de mousse congelée entoure la route.

Islande 247

En la découvrant, nous constatons qu’elle est solidifiée, suite à plusieurs mois de températures négatives.

Islande 248

Nous parvenons jusqu’aux falaises d’Islande.

Islande 249

Falaises qui comportent un dénivelé impressionnant.

Islande 250

Et mis à part les mouettes, pas une âme qui vive.

Islande 251

Une fois cette escapade terminée, nous nous dirigeons vers la soufrière de Krysuvik.

Islande 252

Une odeur pestilentielle mais supportable emplie les lieux.

Islande 253

Le sol semble attaqué de toutes parts.

Islande 254

Les fumerolles donnent à l’endroit un côté lugubre.

Islande 255

A certains endroits, le sol est bleui.

Islande 256

A d’autres endroits, l’illusion d’un cours d’eau pur berce le regard du voyageur, quand il daigne s’approcher d’un peu trop prés.

Islande 257

Le relief escarpé donne néanmoins à l’ensemble, une vue plongeante qui le rend moins dangereux ; il n’est qu’un passage.

Islande 258

Il en est ainsi de ces mirages qui nous permettent de nous questionner sur leur existence.

Islande 259

De l’autre côté de la route, le lac dans lequel s’écoule les sources d’eau chaude tempête, du à la violence des vents qui le balaient.

Islande 260

Nous arpentons les berges du lac.

Islande 261

Jusqu’à ce que le froid nous engourdisse les jambes.

 Islande 263

Il est l’heure ainsi de découvrir non loin de là, les restes d’une ancienne église.

Islande 264

Qui porte le nom compliqué de Krysuvikurkirkja.

Islande 265

Nous nous dirigeons vers le phare de Reykjanesviti.

Islande 266

Sur la route, face à la mer, un cimetière.

Islande 267

Nous arrivons à proximité d’autres sources chaudes.

Islande 268

Une épaisse fumée se dégage du site.

Islande 269

Nous n’avons que quelques mètres de visibilité.

Islande 270

Bien assez pour profiter de l’endroit. Et de ses paysages escarpés.

Islande 271

Nous sommes ensuite dans l’obligation d’emprunter une route sinueuse.

Islande 272

Jusqu’à atteindre le phare, le plus vieux de l’île.

Islande 273

Qui se dresse, fièrement face à la mer.

Islande 274

Nous longeons la route jusqu’à nous en approcher.

Islande 275

Nous prenons plusieurs minutes pour l’admirer.

Islande 276

Nous nous aventurons derrière le phare.

Islande 277

Au loin, il semble scruter l’horizon.

Islande 278

Et protéger ainsi les marins des dangers de la mer.

Islande 279

Qui à cette localisation ne rigole pas. Et démontre avec force, sa capacité destructrice.

Islande 280

Du phare, nous apercevons les sources chaudes que nous venions auparavant de visiter.

Islande 281

Nous continuons notre route.

Islande 282

Nous nous arrêtons sur le chemin, afin d’admirer ces nombreuses cheminées, que le gouvernement a mis en place afin d’évacuer le trop plein de pression contenue dans le sol.

Islande 283

Après quarante kilomètres, nous atteignons le Blue lagon, une sorte de domaine aquatique particulier et connu dans le monde entier.

Islande 284

L’eau d’une température de 37 degrés contient des silices, ce qui lui donne une couleur turquoise unique.

Islande 285

Un accès gratuit du bassin se trouve à l’extérieur, mais il lui faut préférer l’accès payant, qui comporte tout le confort requis.

Islande 286

Pour la somme de trente euros par personne, casier compris, nous pénétrons à l’intérieur.

Islande 287

Des centaines de personnes se trouvent déjà dans le bassin, profitant des variations de flux, qui à certains endroits font monter la température à plus de quarante degrés.

Islande 288

Nous nous rendons ensuite à l’aéroport de Reykjavik, pour nous entendre dire que suite à une tempête impromptue, notre vol est annulé ; nous sommes pris en charge par la compagnie Air Icelandair et pouvons dormir dans un hôtel de la capitale. Le lendemain matin, nous prenons la route numéro 1, la route principale du pays.

Islande 289

Nous ne croisons aucunement de véhicules de police.

Islande 290

A quelques endroits, nous traversons des étendues verglacées.

Islande 291

Mais, toujours aussi peu de conducteurs, à croire que le pays est vide de toute présence humaine.

Islande 292

Nous faisons attentions aux radars que nous rencontrons.

Islande 293

Un léger brouillard reformate le paysage.

Islande 294

Une nouvelle vision s’offre à nous.

Islande 295

Celle d’un pays à la luminosité épisodiquement vive.

Islande 296

Nous apercevons au loin, la chute de Seljalandsfoss.

Islande 297

A ses pieds, de l’autre côté de la route qui permet de l’atteindre, des marécages ou du moins, ce qui s’en rapproche le plus.

Islande 298

Ou plus simplement, une rivière asséchée, paradoxe, dans un pays ou l’hydrographie est la plus élevée d’Europe.

Islande 299

Nous approchons de la chute.

Islande 300

Et avons la chance de pouvoir passer derrière elle.

Islande 301

Nous en faisons le tour.

Islande 302

Et l’admirons sous toutes les coutures.

Islande 303

La brume créée par la force de la projection de l’eau arrose nos visages.

Islande 304

Et lorsque nous nous en éloignons, elle n’a rien perdu de sa verve, même sans l’entendre.

Islande 305

Nous arrivons au volcan Eyjafjallajökull, volcan entré en éruption il y a quelques années et qui a paralysé le trafic aérien de toute l’Europe durant plusieurs semaines.

Islande 306

Nous l’apercevons de loin, mais il ne perd en rien de sa grandeur.

Islande 307

Nous prenons ensuite une bifurcation qui nous entraîne sur un chemin difficile d’accès.

Islande 308

Le route en mauvais état qui pénètre à l’intérieur des terres, passe par plusieurs gués, des sortes de dénivellation comportant de l’eau plus ou moins profonde, que nous traversons avec une simple voiture de tourisme.

Islande 309

Nous arrivons jusqu’au glacier Solheimajökull, long de dix kilomètres.

Islande 310

A ses pieds, les mêmes cailloux rencontrés jusque là.

Islande 311

Un petit lac provoqué par la fonte des glaces.

Islande 312

Et après une tempête de neige et une marche de plusieurs centaines de mètres, nous parvenons jusqu’aux pieds du glacier.

Islande 313

Un glacier bichromatique.

Islande 314

Un paysage surprenant.

Islande 315

Nous avançons au milieu de ce décor naturel.

Islande 316

Un vent glacial souffle.

Islande 317

Mais, il en faut bien plus pour nous impressionner.

Islande 318

En outre, d’après les dires des habitants, ce glacier est le plus accessible d’Islande.

Islande 319

Du moins, en apparence.

Islande 320

Sans crampons et en évitant de glisser, nous pénétrons sur le glacier.

Islande 321

De nombreuses poussières sont attrapées par la glace et se fondent avec le blanc immaculé du glacier.

Islande 322

Nous évitons les nombreux cratères dangereux qui parsèment le chemin.

Islande 323

Le paysage contrairement aux photographies pouvant être prises et qui laissent à penser à une captation en noir et blanc est réellement en deux couleurs.

Islande 324

Il s’agit d’un décor fantasmagorique.

Islande 325

A la limite de l’impensable.

Islande 326

Et nous nous rendons compte de sa beauté, lorsque nous tournons notre regard vers l’horizon.

Islande 327

Nous sommes seuls au milieu de nulle part.

Islande 328

Et durant plus d’une heure, nous parcourons cette terre absente, mais que nous pouvons deviner sous nos pieds, à plusieurs centaines de mètres de profondeur.

Islande 329

Nous reprenons la route en direction de la ville côtière de Vik.

Islande 330

Nous retrouvons la verdure des plaines dégagées et des montagnes verdoyantes.

Islande 331

La ville de Vik s’aperçoit au loin.

Islande 332

Elle ressemble à un petit village anachronique.

Islande 333

Et possède une plage de sable noir, qui comporte les vagues les plus violentes de l’île.

Islande 334

Le vent souffle terriblement.

Islande 335

Et projette sur nos visages, les fines particules de sable volcanique.

Islande 336

Nous obligeant à nous abriter derrière un monument dédié à la seconde guerre mondiale.

Islande 337

Nous retraversons un paysage de neige.

Islande 338

Et nous nous arrêtons face à une centrale électrique, qui utilise les sources d’eau chaude de l’île, afin de produire une des électricités les moins polluantes du monde.

Islande 339

Nous arrivons après quelques dizaines de kilomètres, aux chutes de Skogafoss, célèbres pour la légende qu’elles diffusent.

Islande 340

D’après les anciens, un trésor aurait été retrouvé par un jeune islandais, qui n’aurait pas pu tout emporter et qui aurait laissé sur place, le reste du butin.

Islande 341

Mais, à cause de la puissance de l’eau, peu peuvent se risquer à s’aventurer prés de la cascade.

Islande 342

Le trésor, résidant en outre à travers un décor fastueux.

Islande 343

Et à travers ces arcs-en-ciel qui apparaissent comme par magie.

Islande 344

Phénomènes naturels de diffraction de la lumière.

Islande 345

Lumière qui se décompose en toute une série de couleurs, sur les gouttelettes d’eau en suspension dans l’air.

Islande 346

Nous faisons connaissance d’un jeune homme qui attend son bus. Il nous permet de pratiquer l’islandais, une des langues les plus difficiles de la planète.

Bonjour. góðan daginn.
Comment vas tu? hvað segir þú?
Très bien, merci. allt gott, takk.
Quel est votre nom ? hvað heitir þú ?
Mon nom est Ludovic. ég heiti Ludovic.
Heureux de vous rencontrer. Gleður mig að kynnast þér.
Merci. takk.
Il n’y a pas de quoi. það er ekkert að þakka.
Parlez-vous français ? talarðu frönsku?
Non. Nei
Je ne parle pas français. ég tala ekki fronsku.
Y a il quelqu’un qui parle français ici ? er það einhver sem talar frönsku hérna ?
Je ne comprends pas.ég skil ekki.
Excusez-moi.afsakaðu.
Je suis désolé. fyrirgefðu.
Au revoir. Bless.
Bonsoir. gott kvöld.
Bonne nuit. góða nótt.

Nous nous arrêtons ensuite dans un petit village et nous nous asseyons à la table d’un restaurant. Il est sûr que l’Islande est très chère, mais il est essentiel de goûter aux traditions locales, et de différer notre gastronomie des nombreuses enseignes de restauration rapide que nous avons pu croiser jusque là ou des sandwichs dont les islandais raffolent.

Le matin, nous avons pris un petit-déjeuner copieux : pain de mie, confiture et beurre, tranches de jambon et de fromage type gouda, céréales, rondelles de concombre et de tomate, œufs durs.

Nous n’avons ainsi pas grand faim, ce qui tombe bien puisque les plats ne sont pas copieux.

Nous commençons en entrée avec une soupe d’agneau avec comme possibilité de choisir une soupe aux légumes.

– Skyr, sorte de fromage blanc très épais à déguster nature, aromatisé aux fruits ou avec du sucre.
– Kaviar : œufs de poisson en tube.
– différentes viandes en sauce.
– Hangikjöt : jambon fumé d’agneau à l’arrière-goût de cendre froide.
– Hákarl : aileron de requin faisandé pendant plusieurs mois dans le sol afin que l’urée contenue dans le sang perde sa toxicité.
– Nombreux poissons : saumon (qui peut être fumé ou marinbé à l’aneth), cabillaud, hareng, flétan.
– Harðfiskur (poisson séché), à manger avec du beurre.
– Rúgbrauð : pain noir au vague goût de réglisse et un peu sucré, bourratif et se conservant bien.
– Hverabrauð : pain enterré dans les champs de lave encore chaude pendant 24h.

En dessert, nous pouvons choisir le rúsinur, un chocolat aux raisins secs, mais nous lui préférons un morceau de gâteau traditionnel.

Après une centaine de kilomètres sur une route quasi déserte, et après avoir doublé les quelques voitures rencontrées, qui avançaient à basse vitesse, les Islandais étant un peuple enclin à respecter toutes les limitations imposées sans tergiverser, nous arrivons à l’aéroport de la capitale.

Islande 347

La météo étant plus clémente, le petit hall d’accueil est bondé.

Islande 348

Une dernière vérification de nos papiers et un léger contrôle de nos bagages, nous quittons ce pays merveilleux.

Islande 349

Nous survolons l’océan glacial arctique.

Groenland 1

Après deux heures d’avion en provenance d’Islande, la calotte glaciaire ou appelée également inlandsis se dévoile.

Groenland 2

Nous admirons le spectacle à travers les hublots.

Groenland 3

L’avion est vide, ce qui nous laisse plus de place afin de profiter pleinement du voyage avec la compagnie Icelandair.

Groenland 4

Encore une heure de vol, et nous arrivons à Nuuk, la capitale du pays, pour une escale rapide.

Groenland 5

Mais, la hauteur de la neige nous prouve déjà l’atteinte de notre destination.

Groenland 6

La route est inexistante, recouverte par une grosse épaisseur de neige.

Groenland 7

Seuls les gros véhicules de la police parviennent à circuler sans trop de difficultés.

Groenland 8

Nous sommes surpris de découvrir derrière l’aéroport, une piste de ski sur laquelle, des centaines de groenlandais s’adonnent à leur sport favori.

Groenland 9

Nous retournons, après un petit tour en ville, au sein de l’aéroport afin de ne pas louper notre vol vers la ville de Sisimiut.

Groenland 11

Notre avion de la compagnie Air Greenland décolle.

Groenland 10

Nous survolons l’inlandsis.

Groenland 12

Le paysage est immaculé.

Groenland 13

Etant donné que nous nous trouvons prés de la côte, le paysage est montagneux.

Groenland 14

Nous pouvons en apercevoir les reliefs précisément.

Groenland 15

Les hauts sommets n’auront bientôt plus de mystères pour nous.

Groenland 16

C’est alors qu’après négociation, nous avons la chance de pénétrer dans le cockpit de l’avion afin de profiter du voyage, dans des conditions uniques.

Groenland 17

La concentration des pilotes est optimale.

Groenland 18

Le sol prend soudainement une autre dimension.

Groenland 19

Le cockpit contient nombre de fonctionnalités toutes différentes.

Groenland 20

Tout au long du voyage, les pilotes doivent effectuer des vérifications d’usage obligatoires.

Groenland 21

C’est alors que nous atterrissons sur une piste verglacée, sans encombre, les pilotes de la compagnie nationale groenlandaise étant les plus chevronnés au monde.

Groenland 22

Nous arrivons à la ville de Sisimiut ; la température extérieure est de moins dix degrés. Nous prenons un taxi afin de profiter pleinement de la ville.

Groenland 23

Nous apercevons la montagne Nasaasaaq qui domine la ville.

Groenland 24

La particularité du Groenland, outre son administration territoriale par le Danemark et ses températures extrêmes réside en l’absence de routes reliant les différentes villes, situées essentiellement le long de la côte, la calotte glaciaire étant trop instable pour accueillir un village. Pour se rendre d’un point à un autre, il est obligatoire de prendre soit le bateau qui circule d’avril à novembre, soit l’avion, compagnie nationale ou privée. Néanmoins, au sein des villes, des routes existent.

Groenland 25

Nous passons devant le port de la ville.

Groenland 26

Les maisons construites sur des bases identiques, sont toutes de couleurs vives.

Groenland 27

Deux volontés à cette uniformisation chromatique : une reconnaissance lors des cas de grandes tempêtes de neige, ainsi qu’une régulation plus maîtrisés des flux de chaleur.

Groenland 28

De nombreuses personnes avancent à pied.

Groenland 29

Les moyens de locomotion étant très onéreux, il faut compter pour l’importation d’un véhicule d’occasion, le double de son prix en taxe.

Groenland 30

Sur ses hauteurs, la ville révèle son uniformisation.

Groenland 31

Les couleurs chaudes des façades lui donnent un côté multicolore festif.

Groenland 32

Nous arpentons les rues de la ville.

Groenland 33

Et découvrons une petite statue prés du port.

Groenland 34

Nous abandonnons le nouveau port afin de visiter l’ancien port.

Groenland 35

Nous retournons au centre ville afin de découvrir l’église, les groenlandais étant très pieux.

Groenland 36

Nous sommes au Groenland ; nous avons encore du mal à le croire.

Groenland 37

Nous sommes surpris de découvrir sur l’avenue commerçante de la ville, des HLM, qui regroupent les habitants les plus fragilisés économiquement.

Groenland 38

Nous subissons soudainement une tempête de neige.

Groenland 39

Nous prenons notre courage à deux mains et continuons notre visite de la ville avec la baie de Kangerluarsunnguaq.

Groenland 40

Puis avec la montagne Alanngorusaq.

Groenland 41

Nous retournons ensuite à l’aéroport, prendre notre vol vers la ville de Ilulissat.

Groenland 42

Nous survolons la mer du Labrador.

Groenland 43

Nous pouvons apercevoir la banquise, que la plupart des individus confondent avec la calotte glaciaire.

Groenland 44

La calotte glaciaire se trouve au centre du Groenland, alors que la banquise résulte tout simplement de la solidification de l’océan.

Groenland 45

Nous franchissons le cercle polaire arctique, ligne invisible qui nous fait pénétrer dans les latitudes glaciaires du globe.

Groenland 46

Les premiers signes du réchauffement climatique apparaissent.

Groenland 47

Une eau bleu encre se laisse découvrir. C’est alors que suite à l’apparition subite d’une tempête de neige sur la ville d’Illulisat, nous sommes détournés vers la ville de Kangerlussuaq, procédure commune en ces latitudes, tant le temps est changeant.

Groenland 48

Nous atterrissons à Kangerlussuaq, une ville située à l’intérieur des terres.

Groenland 49

Nous descendons de l’avion.

Groenland 50

La ville comporte le seul aéroport international du pays ; cependant, deux seuls pays en offrent l’accès : le Danemark et l’Islande.

Groenland 51

Nous prenons une rapide collation dans l’aéroport, le tout à un prix prohibitif, le Groenland étant un des pays les plus chers au monde.

Groenland 52

Pourtant, les Groenlandais consomment outrancièrement.

Groenland 53

Nous avançons dans la ville.

Groenland 54

Elle ressemble à une ville du Far-West.

Groenland 55

Située au milieu de nulle part.

Groenland 56

La ville est entourée de montagnes rocheuses.

Groenland 57

Nous nous aventurons un peu plus loin des sentiers battus, avec une température extérieure de moins quinze degrés.

Groenland 58

Nous avons la chance de visiter un hélicoptère des secours groenlandais.

Groenland 59

Puis, le pilote nous emmène découvrir son parc de chiens de traineaux.

Groenland 60

Les animaux sont attirés par l’appel du grand large.

Groenland 61

Nous avançons au milieu de la meute.

Groenland 62

Tout en gardant nos distances de sécurité, les animaux étant sauvages.

Groenland 63

Nous continuons notre découverte de la ville.

Groenland 64

A partir de quinze heures de l’après-midi, les entreprises arrêtent de fonctionner.

Groenland 65

Les habitants se cloîtrent chez eux.

Groenland 66

Et se protègent du froid comme ils peuvent.

Groenland 67

Nous avons cette sensation désagréable d’être seuls au monde.

Groenland 68

Au milieu d’une ville bariolée de couleurs vives.

Groenland 69

Et alors que nous avançons, les mains engourdies par le froid.

Groenland 70

Nous sommes invités par une famille groenlandaise à partager un merveilleux repas.

Groenland 71

Nous reprenons un avion de la compagnie Air Greenland ; il est prés de 23 heures ; la nuit tombe légèrement.

Groenland 72

Si le ciel est sombre, il n’en est pas noir ; à ces latitudes, les habitants se préparent de plus en plus à vivre des journées sans nuit.

Groenland 73

Nous avançons vers le hall de l’aéroport d’Ilulisat.

Groenland 74

La température extérieure est de moins vingt degrés.

Groenland 75

La neige qui vient de chuter s’est agglomérée.

Groenland 76

Rendant ainsi difficile toute avancée.

Groenland 77

Nous pénétrons dans le hall de l’aéroport.

Groenland 78

Il est désert à cette heure tardive de la nuit.

Groenland 79

Nous faisons connaissance avec Julien Caquinau, un guide local, qui nous a permis de trouver un appartement au sein de la compagnie Flemming (bissen@greennet.gl), à un prix défiant toute concurrence, appartements généralement loués à 50 % du prix d’une chambre d’hôtel, avec tout le confort requis.

Groenland 80

Nous nous dirigeons vers notre chambre, en laissant derrière nous cette première journée chargée en rebondissements.

Groenland 81

Le soir même, nous nous rendons dans un bar.

Groenland 82

La rue est déserte.

Groenland 83

Les bars étant préférés des discothèques, ils sont pris d’assaut par la jeunesse groenlandaise. Du moins à une heure plus tardive.

Groenland 84

Il commence à se remplir.

Groenland 85

Mais, nous sommes trop fatigués pour en attendre les clients.

Groenland 86

Nous rentrons nous coucher. Le lendemain matin, de notre fenêtre, une vue dégagée s’offre à nous.

Groenland 87

Nombre de bateaux sont encore prisonniers de la glace gelée depuis l’hiver.

Groenland 88

La température extérieure est de moins vingt cinq degrés. Nous nous habillons chaudement et découvrons la ville.

Groenland 89

Ilulisat est une ville particulière du pays ; elle comporte uniquement deux routes qui la cirsconscrivent.

Groenland 90

Nous découvrons une vue d’ensemble de la ville.

Groenland 91

Ainsi que les blocs de HLM, située prés de l’église.

Groenland 92

Nous nous aventurons prés de la baie de Disco, une des plus belles baies du monde.

Groenland 93

A ses bords, une église protestante typique.

Groenland 94

Les premiers icebergs se dévoilent.

Groenland 95

Avec un vent fort et glacial, nous avons du mal à tenir debout.

Groenland 96

En ce jour de Pâques, nous entrons dans l’église.

Groenland 97

En ressortant, le vent s’est un peu couché.

Groenland 98

La vue est toujours sublime.

Groenland 99

Nous avons atteint notre objectif : découvrir l’endroit où naissaient les icebergs.

Groenland 100

Ces formidables masses de glace qui se détachent de la calotte glaciaire.

Groenland 101

Et parviennent jusque dans l’océan, par cette baie.

Groenland 102

Nous assistons à leur charriage par l’eau.

Groenland 103

De notre point de vue, une autre partie de la ville se dévoile.

Groenland 104

Nous retournons à l’intérieur de l’église.

Groenland 105

Nous avons la chance d’être invités par une famille groenlandaise à assister à leur repas de Pâques.

Groenland 106

Il est surprenant de découvrir les enfants jouer à une console dernière génération.

Groenland 107

Voire de les regarder utiliser un téléphone portable.

Groenland 108

Le repas à base de Renne est délicieux.

Groenland 109

Nous arpentons la rue commerçante.

Groenland 110

Qui comprend une banque.

Groenland 111

Les pompiers n’ont pas beaucoup de feux à éteindre.

Groenland 112

Le magasin de la ville est ouvert en ce jour de Pâques.

Groenland 113

Même si les prix sont excessifs, les produits sont de bonnes qualités.

Groenland 114

Et les rayons bien fournis.

Groenland 115

Nous rejoignons ensuite un vidéoclub, qui nous surprend par sa modernité.

Groenland 116

Puis, un atelier traditionnel.

Groenland 117

De nombreux autres pubs parsèment la ville.

Groenland 118

Nous déjeunons à l’hôtel arctique, un hôtel formidable tenu par un danois.

Groenland 120

En milieu d’après-midi, les enfants sortent de l’école et se déplacent en moto des neiges.

Groenland 121

Alors, que les enfants en bas âge se trouvent encore dans leur classe.

Groenland 122

Nous allons faire un tour dans le centre culturel de la ville, qui sert également de salle de sport, les groenlandais étant friands de football et de musculation.

Groenland 124

D’ailleurs, une salle de football en salle leur est réservée.

Groenland 125

Même au Groenland, la police reste mal aimée.

Groenland 126

Nous nous dirigeons vers Sermermiut, la montagne qui veille sur la ville.

Groenland 127

Une vue générale sur la ville nous permet de la découvrir sous un autre jour.

Groenland 128

Mais, l’objectif de notre voyage n’est pas la ville, mais la baie de Disko, sous un angle que nous méconnaissons.

Groenland 129

Avec une vue directe sur les glaciers.

Groenland 130

Nous continuons notre avancée et découvrons une habitation ancestrale.

Groenland 131

Nous retournons en centre ville et découvrons le cimetière, qui pour l’histoire est tourné vers la mer de Baffin, car les Inuits estiment que les morts ont aussi le droit à la plus belle vue de la ville.

Groenland 132

Les tombes sont simples, mais identiques, pas de différence après la mort.

Groenland 133

Nous nous dirigeons ensuite vers le port de la ville.

Groenland 134

Les vieux bateaux ont encore de beaux jours devant eux.

Groenland 135

Nous empruntons ensuite le chemin qui nous mène vers le fjord.

Groenland 136

Il s’agit du seul chemin qui nous permet de voir Kangerlua, le plus gros iceberg de la baie.

Groenland 137

La progression est difficile.

Groenland 138

Il y a bien trois mètres de neige.

Groenland 139

C’est alors que nous découvrons l’iceberg tant attendu.

Groenland 140

Il nous contemple majestueux.

Groenland 142

Nous le dépassons et continuons notre chemin.

Groenland 143

Nous parvenons jusqu’au terme du fjord.

Groenland 144

L’occasion pour nous de nous asseoir et d’attendre avec pour vision, ce qui peut être fait de mieux en tant que merveille naturelle.

Groenland 145 Groenland 146

C’est alors que le crépuscule survient.

Groenland 147

Vision unique du ciel qui semble brûler les icebergs.

Groenland 148

Ailleurs, le ciel est éclairci.

Groenland 149

Etrangeté que de devoir simplement décaler sa tête pour en apercevoir une toute autre image.

Groenland 150

Et en l’espace de quelques minutes, le soleil disparaît.

Groenland 151

La baie de Disko retrouve sa sérénité.

Groenland 152

Le lendemain matin, nous visitons un bateau de pêcheurs.

Groenland 153

Ainsi qu’une usine de fabrique de crevettes.

Groenland 154

Il faut dire que le travail ne manque pas. Les pêcheurs sont payés prés de 1000 euros pour emmener les touristes sur leurs bateaux et s’approcher des icebergs et lorsqu’ils ne servent pas de guide, ils travaillent et vendent leur pêche au marché aux poissons.

Groenland 155

Ce qui leur apporte assez pour bien finir le mois.

Groenland 156

Nous arrivons à Ilimanaq, un petit village reculé situé sur une île difficile d’accès.

Groenland 157

Nous faisons connaissance avec le magasin qui fait aussi office de pharmacie.

Groenland 158

La patronne est une femme vraiment chaleureuse.

Groenland 159

Nous découvrons la station service.

Groenland 160

Les maisons sont chromatiquement uniformisées.

Groenland 162

Les habitants qui n’ont pas l’habitude de voir des visiteurs sont chaleureux.

Groenland 163

Partagés entre traditions et modernité.

Groenland 164

Dans le village, le silence est d’or.

Groenland 165

Perturbé épisodiquement par les discussions entre voisins.

Groenland 166

Ou par les jappements des chiots de traineaux qui évoluent en totale liberté.

Groenland 167

Les poissons sont encore séchés à l’ancienne.

Groenland 168

Et les coutumes sont encore vivaces.

Groenland 169

Nous avançons dans ce village qui ne possède pas d’eau courante.

Groenland 170

Mais, des douches collectives.

Groenland 171

Les habitants ont appris il y a longtemps à vivre ensemble et à s’entraider.

Groenland 172

A quelques reprises, un chien s’approche, réclamant quelques caresses.

Groenland 173

Une maison sort du lot : elle en est excentrique.

Groenland 174

Nous repassons devant la maison aux poissons.

Groenland 175

Une femme nous en propose un pour goûter ; nous ne nous faisons pas prier.

Groenland 176

Le conteneur d’eau sert à tout le village.

Groenland 178

Et aux chiens, qui assurent une grande partie des transports sur place.

Groenland 179

Nous faisons connaissance avec la tombe du soldat inconnu. Ou du moins, assez connu pour mériter une tombe au centre du village.

Groenland 180

Nous retrouvons ensuite notre pêcheur qui s’apprête à nous faire visiter la baie de Disko de l’intérieur.

Groenland 182

Le bateau, furtivement navigue sur la plus belle baie au monde.

Groenland 183

Le pêcheur en profite pour chasser le phoque.

Groenland 184

Certains icebergs sont plus imposants que d’autres.

Groenland 185

D’autres sont carrément monstrueux.

Groenland 186

Le danger vient des petits icebergs, dont la partie immergée est insidieuse.

Groenland 187

Ou des très imposants, qui peuvent être responsables de tsunamis, si une partie de leur flanc se sépare du reste de l’ensemble.

Groenland 188

Nous pouvons en frôler certains.

Groenland 189

Voire en traverser des milliers de petits morceaux.

Groenland 190

Nous sommes médusés par tant de beauté.

Groenland 191

Que la nature a façonné en des milliers d’années.

Groenland 192

Les morceaux que nous ramassons à la main sont purs.

Groenland 193

Les autres nous semblent inaccessibles.

Groenland 194

Ces murs de glace ont plus de dix mille ans.

Groenland 195

Ils ont été charriés en frottant le sol, ce qui leur donne ce côté quelque fois sale.

Groenland 196

Nous les percevons comme des montagnes flottantes.

Groenland 197

Et avons la chance de pouvoir monter sur l’un d’entre eux.

Groenland 198

Nous nous prenons au jeu de cette exploration.

Groenland 199

Voire, nous nous imaginons, escalader leurs flancs.

Groenland 200

Et dire qu’aux tréfonds de l’océan glacial arctique, des requins bien plus dangereux que le requin blanc sommeillent.

Groenland 201

Mais, en ces températures extrêmes, le requin n’est pas le seul danger.

Groenland 202

Tomber dans l’eau signifie quelques minutes de survie.

Groenland 203

Et sans tenter le mal, nous rentrons sains et saufs à bon port.

Groenland 204

Pour retrouver Mathias et son avion taxi.

Groenland 205

Qui nous offre une découverte de la baie dans les airs.

Groenland 206

La baie change de visage.

Groenland 207

Des airs, nous avons une vue d’ensemble.

Groenland 208

L’océan est semblable à un puzzle grandeur nature.

Groenland 209

Dont certains morceaux sont déjà entièrement constitués.

Groenland 210

La vue est magnifique.

Groenland 211

Des morceaux de papiers posés délicatement sur une tâche d’encre.

Groenland 212

Nous retournons à Ilulisat, préparons nos affaires et prenons notre vol en direction de Kangerlussuaq.

Groenland 213

Les montagnes nous offrent une vue plongeante sur leurs sommets.

Groenland 214

De notre point de vue, nous pouvons apercevoir la route balisée par les inuits et qui mène à pied, à Sisimiut, pour une distance de 170 kilomètres.

Groenland 215

Vers le milieu de l’après-midi, la ville est déserte et les commerces sont fermés.

Groenland 216

Seul un bar est resté ouvert.

Groenland 217

Nous retrouvons notre guide : le propriétaire des appartements loués à Ilulisat : Flemming, qui a accepté de nous conduire au point 660, seul accès possible à la calotte glaciaire depuis la terre.

Groenland 218

La piste est compliquée et plusieurs barrières sont à franchir, les escapades au point 660 étant réservées uniquement aux guides professionnels.

Groenland 219

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de sociétés de location de véhicule dans la ville. Et Flemming nous permet de gagner au bas mot 1500 euros.

Groenland 220

Avant de rejoindre la calotte glaciaire, nous nous arrêtons au glacier Russel, un des plus beaux glaciers du pays.

Groenland 221

La glace y est si pure, que nous glissons et tombons à plusieurs reprises.

Groenland 222

Ici, le silence revêt une forme particulière.

Groenland 223

La nature semble vivante.

Groenland 224

Façonnée de la sorte depuis des milliers d’années.

Groenland 225

Nous profitons du spectacle, sans nous priver.

Groenland 226

Nous nous engouffrons sur le glacier.

Groenland 227

L’eau est si pure que la glace ne présente aucune impureté.

Groenland 228

Et ça ne manque pas, nous glissons et tombons les uns après les autres.

Groenland 229

Nous découvrons chaque motif en place.

Groenland 230

Et imaginons le temps qu’il a fallu afin que la nature termine sa toile.

Groenland 231

Une toile si éphémère et paradoxalement, si séculaire.

Groenland 232

Chaque avancée ravive en nous l’émerveillement.

Groenland 233

Même le plat des étendues semble en relief.

Groenland 234

Le temps s’est arrêté.

Groenland 235

Tout est immobile.

Groenland 236

Nous suivons les contours du glacier.

Groenland 237

Et retrouvons le sol à quelques reprises.

Groenland 238

En nous éloignant du glacier, nous apercevons son immensité.

Groenland 239

Décidément, nous sommes petits, nous les Hommes.

Groenland 240

Nous nous dirigeons vers le point 660. Les rênes sont en liberté.

Groenland 241

Nous pouvons les voir évoluer au milieu d’un paysage désertique.

Groenland 242

La calotte polaire se laisse apercevoir.

Groenland 243

Et dire qu’elle s’étend jusqu’à 2500 kilomètres.

Groenland 244

Nous sommes véritablement seuls au monde.

Groenland 245

De longues failles seyantes sont les derniers obstacles dont nous devons nous méfier.

Groenland 246

C’est alors que survient la neige.

Groenland 247

Nous ne la quitterons plus.

Groenland 248

La température extérieure est de moins trente degrés.

Groenland 249

La piste se termine.

Groenland 250

Tout comme les dernières montagnes disparaissent.

Groenland 251

A notre gauche, une autre faille géante.

Groenland 252

Nous dépassons un énième sommet montagneux.

Groenland 253

Le sol est encore constitué de roches.

Groenland 254

Un simple panneau nous indique notre zone de non-retour.

Groenland 255

Nous dépassons notre premier igloo.

Groenland 256

La calotte glaciaire est juste devant nous.

Groenland 257

Puis, à présent sous nos pieds.

Groenland 258

Profonde à certains endroits de prés de quatre kilomètres.

Groenland 259

Le silence est surprenant.

Groenland 260

Tout autour de nous, de la glace.

Groenland 261

L’homme ne peut vivre à ces températures extrêmes.

Groenland 262

Nous nous abritons sous un igloo, construit par les américains, il y a plus de trente ans.

Groenland 263

A l’intérieur, la température remonte à moins sept degrés.

Groenland 264

Nous ressortons de notre abri, une fois réchauffé.

Groenland 265

Le point 660 est le seul passage terrestre menant à la calotte glaciaire.

Groenland 266

Il est ainsi emprunté par toutes les expéditions scientifiques qui souhaitent s’aventurer au cœur de l’inlandsis.

Groenland 267

Au loin le soleil disparaît derrière les montagnes que nous avons quittées, il y a quelques kilomètres.

Groenland 268

Nous jetons un dernier regard derrière nous.

Groenland 269

Le pôle Nord que nous avons tant fantasmé est déjà un lointain souvenir.

Groenland 270

C’est alors que le ciel nous réserve une surprise à laquelle nous ne nous attendions pas.

Groenland 271

Il se charge de couleurs surprenantes.

Groenland 272

Une sorte d’aurore boréale en plein jour.

Groenland 273

Passant du rose à l’orangé en un instant.

Groenland 274

Sur le chemin du retour, les restes d’un avion abattu durant le seconde guerre mondiale.

Groenland 275

En rentrant dans la ville, nous nous asseyons à la table d’un restaurant et discutons avec un habitant local.

Le groenlandais est l’un des quatre grands ensembles linguistiques de l’inuit ou plus précisément du groupe inuit-inupiaq, les trois autres ensembles étant l’inupiaq parlé en Alaska, l’inuktun, parlé dans le Nord-Ouest canadien, et l’inuktitut, parlé au Québec et au Nunavut. Ce groupe inuit-inupiaq fait à son tour partie de la branche eskimo (qui comprend aussi les langues yupik) de la famille eskimo-aléoute.
Le groenlandais peut être subdivisé en deux variétés : le kilaamiusut, parlé dans l’Ouest du Groenland ; le tunumiusut, parlé dans l’Est du Groenland.

Bonjour. Haluu.
Comment allez vous ? Ajunngilatit?
Très bien, merci. Ajunngilanga, qujanaq.
Quel est votre nom? Qanoq ateqarpit?
Mon nom est Ludovic. Mik ateqarpunga Ludovic.
Merci. Qujanaq.
Vous êtes les bienvenus. Illillu.
Parlez-vous anglais?Tuluttut oqaluttarpi?
Non. Naamik
Je ne comprends pas. Paasinngilanga.
Je suis désolé.Utoqqatserpunga.
Au revoir. Baaj.
Bonne nuit. Kunaat

Outre le nombre important de restaurants asiatiques et de fast-food, mis à part les grandes chaînes mondiales qui n’ont pas encore envahi le pays, la cuisine groenlandaise est généralement traditionnelle et excessivement chère, alors que sur les marchés aux poissons, le prix de la nourriture reste dérisoire et facilement accessible.

A table, la carte n’indique pas d’entrée, les groenlandais leur préférant le plat principal riche en protéine.

Nous avons le choix entre :

– le phoque.
– le mattaq : bout de peau de béluga ou de narval cru mangé à peine la bête dépecée, mais consommé également séché.
– les ongles chevaliers, poissons très abondants.
– la truite servie en bouilli.
– l’éléphant de mer.
– la baleine.
– le misirak : graisse animale (phoque ou béluga généralement) que l’on laisse fermenter pendant plusieurs semaines.
– le Igunaq: morceaux de viande roulés dans le gras de l’animal, intégré dans une poche issue de la bête elle-mêmê et séché durant plusieurs mois.
– le Morse.
– le poisson séché.
– la viande séchée.
– le Renne cuisiné en ragoût.

En déssert, nous avons des baies conservées dans de la glace. Par contre, nous poussons le bouchon à demander s’ils peuvent nous servir de la glace, un esquimau par exemple. Mais, le serveur n’a pas l’air de connaître. Nous nous contenterons des baies. Et d’une part de gâteau traditionnel.

Le repas avoisine la cinquantaine d’euros par personne. Néanmoins, il était important de pouvoir déguster des plats que nous n’aurons plus l’occasion de manger.

Après une nuit de sommeil, l’attente de l’avion à l’aéroport.

Groenland 276

Nous prenons un solide petit-déjeuner.

Groenland 277

Notre vol est appelé ; nous avançons dans le hall.

Groenland 278

L’avion se trouve devant nous. Adieu Groenland.

Groenland 279