Hors Frontières

Birmanie Centre

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Nous circulons en direction du centre du pays.

Sur la route, nous croisons des charrettes tractées par des boeufs.

Nous remontons dans notre voiture ; nous nous trouvons toujours en compagnie de notre chauffeur : Zaw Minn, un chauffeur guide exceptionnel. d’une gentillesse à toute épreuve, il sera toujours présent quand nous aurons besoin de lui ; son prix est vraiment raisonnable : nous le payons 90 euros par jour pour l’essence, la voiture, les péages, sa nourriture, son logement.  Il est joignable à zaw.villa@googlemail.com ou sur le ± 959 799950670 ou sur le ± 959 254541260

Nous circulons en direction de Napyidaw, la nouvelle capitale du pays, sortie de terre il y a quelques années, lorsque la junte militaire était encore au pouvoir.

Nous découvrons une route qui permet de rejoindre le centre ville ; cette route comporte des dizaines d’hôtels de luxe, vides de tout occupant.

L’ambiance est surréaliste.

Nous parvenons après 25 minutes à conduire sur de larges routes désertes, à rejoindre le centre ville.

Nous nous garons aux abords du marché.

A la différence d’il y a quelques années, la ville commence progressivement à vivre ; les gens des villages voisins ont investi les lieux et les immeubles flambant neufs commencent à trouver preneurs.

Nous nous rendons au marché, fort sympathique.

De nombreux produits sont proposés.

Nous nous régalons en dégustant de véritables pépites culinaires.

Nous terminons notre visite de la ville en arpentant les commerces de la galerie marchande proche.

Nous reprenons la route ne direction du lac Inle. Sur le chemin, nous nous arrêtons pour visiter de l’extérieur, une sorte de pagode.

Nous reprenons notre route.

Il nous faut six heures de route pour rejoindre le lac Inle. Nous faisons une halte après trois heures de route.

Nous en profitons pour manger local.

Nous arrivons finalement à notre hôtel, tard dans la nuit. Il s’agit d’un petit hôtel pour une trentaine d’euros la nuit.

Le lendemain matin, après une courte nuit de sommeil, nous nous levons afin de prendre notre petit-déjeuner.

Nous nous dirigeons ensuite vers le lac Inle.

Pour ce faire, nous devons traverser le village dans lequel nous avons dormi : Naung Shwe.

Nous rejoignons les embarcadères desquels, partent les bateaux pour le lac.

Il nous faut conduire près de 20 minutes pour rejoindre le site.

Le chauffeur connaît la ville comme sa poche.

Nous arrivons sur place ; des dizaines de bateaux patientent et attendent les clients ; notre guide nous choisit un chauffeur de confiance : il nous en coûtera pour six heures : 20 dollars US.

Notre chauffeur termine de manger ; nous sommes appelés quelques minutes plus tard et pouvons embarquer dans le bateau.

Un long cours d’eau doit être parcouru pour rejoindre le lac Inle. Le lac peut être rejoint par la route, mais il est plus intéressant et moins onéreux de procéder de la sorte.

Nous arrivons à l’embouchure du lac.

Le lac est un joyau du pays ; il permet de maintien et la préservation de nombreuses traditions séculaires, dont des pêches typiques.

Les pêcheurs rivalisent d’imagination pour accéder aux réserves en poisson du lac et les attirer sur leurs bateaux.

Les pêcheurs ne se ressemblent cependant tous pas. Certains frappent l’eau avec leur bâton pour assommer les poissons.

Nous continuons notre découverte du lac.

Nous nous rapprochons des berges.

Des hommes récupèrent des herbes qui serviront à préparer à manger.

Face à nous, un hôtel de luxe à près de 200 euros la nuit.

Nous nous approchons d’un groupe d’ouvriers qui extraient la terre du sol ; en raison de sa composition, elle sert à l’entretien des maisons ou à fabriquer des objets qui seront vendus dans les boutiques.

Nous prenons la route du village Ywar Ma. Il y a plein de petits villages sur le lac ; les visiteurs peuvent découvrir ceux qu’ils désirent.

Nous longeons les berges.

Nous entrons dans le village.

De belles pagodes se trouvent le long d’un cours d’eau.

Nous entrons dans un restaurant afin de prendre un petit déjeuner.

De là où nous nous trouvons, nous avons une vue sur tout le village.

Le plat gastronomique coûte moins de 4 euros.

Nous prenons à nouveau le bateau pour nous rendre vers les femmes girafes.

Depuis leur enfance, ces femmes mettent au niveau du cou, des anneaux qu’elles ajoutent au rythme de un par an ; les premiers anneaux sont placés dés huit ans, et ce placement se poursuit jusqu’à l’âge adulte, lorsque les os ne sont pas encore denses. Par contre, jamais, ces femmes ne pourront retirer ces anneaux sous peine de voir leur cou ainsi fragilisé, se briser.

Les femmes effectuent de la couture.

Nous repartons ensuite vers un monastère qui se trouve sur les berges opposés du lac.

En moins de trente minutes, nous arrivons au Shwe Inn Dain pagoda.

Nous faisons des rencontres intéressantes.

Les pagodes sont anciennes.

La végétation a repris le dessus.

Deux femmes intrigués par notre caméra viennent à notre rencontre ; nous communiquons par des gestes, étant donné qu’elles ne parlent pas Anglais.

Il est enfin temps pour nous de retourner à notre voiture.

Il nous faut moins de 2 heures pour effectuer le chemin inverse.

Nous retrouvons le cours d’eau emprunté le matin.

En cette fin d’après-midi, la vie sur le fleuve est rythmée par les nombreux bateaux qui circulent à toute vitesse.

Nous quittons la région du lac Inle. Il faut préciser que l’entrée au lac coûte normalement 10 euros par personne, mais qu’étant donné que nous sommes arrivés après 20 heures, nous n’avons pas eu à payer cette somme.

Nous prenons la route ne direction de Kalaw, à une heure de route du lac.

Nous entrons dans la ville.

Nous garons notre véhicule.

Nous découvrons un marché fort sympathique.

De nombreux produits sont proposés.

Nous visitons également un temple.

Une fête populaire attire notre attention ; il s’agit de l’entrée au monastère d’un jeune enfant.

Nous reprenons la route en direction de Bagan, à près de quatre heures de route.

Nous quittons la région du centre pour nous diriger plus au Nord.