En provenance de Moselle, nous nous réveillons de bonne heure afin de nous rendre à Metz prendre notre train pour nous emmener vers la ville de Marseille.

Nous arrivons à la gare de Metz.

Nous grimpons dans le TGV ; il nous faut sept heures pour rejoindre la ville de Marseille de laquelle notre bateau partira en direction des Caraïbes pour une durée de croisière de douze jours.

Alors que les kilomètres défilent, notre train s’arrête ; le contrôleur ne parvient pas à nous indiquer quand nous pourrons repartir. Après deux heures d’attente, sans même nous offrir de l’eau, nous décidons de regrouper toutes les personnes du train qui doivent effectuer la même croisière que nous ; nous trouvons près d’une cinquantaine de personnes.

Nous apprenons que le train aura trois heures de retard ; le contrôleur afin de réfréner la fougue des voyageurs qui commencent à s’impatienter leur promet qu’à Marseille, un bus sera affrété afin que nous puissions rejoindre notre bateau ; en outre, il nous informe que des collations nous seront offertes.

En attendons, nous découvrons le village dans lequel nous sommes bloqués.

Le train repart finalement ; mais nous apprenons qu’à la gare Lyon, nous devrons changer de train, étant donné que ce train dans lequel nous nous trouvons a été annulé.

Nous arrivons à Lyon.

Nous montons in extrémis dans le train qui nous emmène à Marseille. Nous apprenons que le contrôleur du précédent train a menti ; rien ne sera fait pour les passagers.

Nous arrivons à la gare Saint Charles.

Nous rejoignons l’extérieur afin de prendre un taxi.

Après avoir traversé la ville, nous entrons dans le port.

Le chauffeur nous demande 30 euros ; il est joignable au 0629243403.

Nous procédons à l’enregistrement.

Une fois que nous avons déposé nos bagages au service prévu à cet effet qui les portera dans notre chambre, nous nous rendons à l’accès embarquement.

La croisière Costa permet d’effectuer une traversée de l’Atlantique en douze jours, avec une escale à Malaga et à Ténérife, dans les îles Canaries. Trois classes sont disponibles : cabine intérieure, cabine avec hublot et cabine avec balcon. Les prix avoisinent les 300 euros pour la première formule, 500 pour la deuxième et 800 pour la troisième ; cependant, en fonction des réservations, les prix peuvent tripler, voire quadrupler.

Avant l’accès à bord, le passage de la photo est primordiale.

Nous passons les contrôles sécurité.

Nous nous rendons sur le bateau.

Nous admirons en amont le port de la ville.

Nous continuons notre avancée sur une passerelle.

Nous entrons sur le bateau.

Nous découvrons notre chambre ; nous avions prévu de réserver une seule cabine pour quatre personnes, mais le prix était similaire pour deux cabines ; en outre, prendre une unique cabine oblige la prise du forfait boisson au prix de 300 euros pour tous les membres de la cabine ; en procédant de la sorte, avec deux cabines, les familles peuvent ne prendre qu’un forfait boisson qui donne accès de manière illimitée à toute sorte de boissons, alcoolisées ou non.

Nous grimpons sur le pont supérieur.

Nous assistons au départ du bateau.

Le soleil se couche sur la ville.

Nous faisons connaissance avec le bateau.

Nous profitons de notre forfait boisson. Et c’est parti pour une journée de bateau avant de rejoindre Malaga pour un premier arrêt.

Après avoir mangé, étant donné que le forfait croisière donne droit à une restauration en illimité, nous nous couchons.

Le lendemain matin,  nous assistons au bienfait d’un hublot.

Nous allons prendre le petit-déjeuner.

Nous dégustons un bon cocktail.

A midi, nous mangeons.

Le reste de la journée, nous arpentons les ponts du bateau.

Nous dépassons les Baléares.

L’après-midi, nous découvrons d’autres parties du bateau.

Le soir arrive rapidement.

Nous nous rendons au restaurant afin de pouvoir manger dans des conditions plus gastronomiques, le forfait restaurant étant compris dans le tarif ; cependant, nous lui préfèrerons le self qui sera beaucoup plus rapide.

Le lendemain, nous arrivons à Malaga.

Une fois la journée terminée durant l’escale, nous retournons sur le bateau.

Le lendemain, nous nous réveillons chahutés ; le vent est à force 8 ; les deux jours qui s’annoncent vont être difficiles avant l’arrivée aux Canaries.

A midi, nous assistons à un spectacle culinaire.

Le bateau bouge de plus en plus.

Le lendemain, la mer est encore plus houleuse. Nous entrons dans l’Atlantique après avoir dépassé le détroit de Gibraltar.

Dans la journée, le bateau propose de nombreuses activités.

Et le soir se termine généralement avec un spectacle.

Nous buvons un bon cocktail.

Nous passons de bons moments.

Les activités se suivent et se ressemblent cependant.

Nous arrivons enfin aux Canaries.

Après une visite des Canaries, nous retournons sur le bateau.

Nous mangeons.

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous levons pour démarrer les cinq jours de traversée de l’Atlantique.

La journée est longue jusqu’à ce que la nuit nous enveloppe.

Le lendemain matin, nous faisons la grasse mâtinée. Nous nous levons pour le repas de midi.

Nous passons également beaucoup de temps dans les cabines.

Manger et encore manger.

Fort heureusement, le bateau propose pour les enfants un système de garderie. Pour les petits et les adolescents.

Le soir, nous aimons nous promener sur les ponts supérieurs.

Le lendemain, nous décidons de découvrir en profondeur le bateau.

Nous assistons à un spectacle.

Le surlendemain, nous faisons de même.

Une énième nuit de sommeil se termine.

En approchant des Caraïbes, les protections sont retirées ; la chaleur commence à nous envelopper.

L’avant dernier jour de traversée, le capitaine nous informe que nous franchissons le Tropique du Cancer.

Pour marquer le coup de manière symbolique, une fête est organisée sur le pont supérieur.

Nous nous y rendons.

Nous faisons la connaissance du capitaine du navire.

Nous abandonnons la fête pour aller manger.

L’après-midi, nous vaquons à nos activités.

Nous partageons de beaux moments avec des amis avec lesquels nous avons sympathisé.

Nous arpentons des parties du bateau encore méconnues.

Il est temps pour nous de profiter de nos balades adorées.

Cinq fois de suite, il faudra reculer d’une heure au fur et à mesure de notre approche de la Barbade, notre étape suivante.

Le lendemain, nous nous levons en pleine forme ; le soleil commence à franchement cogner, et ce dés le matin.

Nous prenons la matinée pour  nous adonner à quelques activités.

Nous trouvons une enfant qui s’est perdue ; nous la ramenons à un membre de l’équipage ; un appel est lancé à ses parents ; fort heureusement, sa mère arrive quelques instants plus tard.

Nous testons une soi disant étude scientifique de la pose du pied sur le sol.

Le soir, nous nous laissons aller à profiter des ponts qui se sont vidés.

Nous rejoignons nos amis avec lesquels, nous passons une partie de la soirée.

L’avant dernier jour de traversée s’annonce.

Nous avons décidé de profiter de cette journée à fond.

Nous participons aux jeux proposés par les équipes d’animation.

A midi, les pâtes à l’encre de seiche ne nous donnent pas envie.

Nous nous laissons tenter par une pizza.

Le dernier jour de traversée est arrivé.

Tout comme la veille, nous profitons de cette journée.

Nous nous rendons à la réception afin de préparer notre départ du lendemain ; c’est alors que nous apprenons une polémique : des passagers ne veulent pas payer la taxe de séjour à bord ; en effet, en plus du prix de la croisière, une taxe de 10 euros est demandé aux passagers adultes en fin de séjour ; cette taxe correspond à une sorte de forfait qui est reversé aux salariés de l’hôtellerie.

A midi, nous allons manger.

Nous profitons du soleil.

Des passagers organisent une réunion d’information pour contester la taxe. Ils arguent que la société MSC accepte de l’annuler à la demande des passagers.

La polémique prend de l’ampleur.

Après une réunion avec le directeur de la partie hôtellerie du bateau, explications sont données sur l’utilisation de cette taxe ; certains passagers acceptent de la payer alors que d’autres maintiennent leur position.

Le soir, nous retrouvons nos amis pour un dernier verre.

Nous assistons également à une grande fête de Noël.

Le surlendemain, jour de notre départ, nous prenons le dernier petit déjeuner sur le bateau.

Nous rejoignons nos amis qui vont découvrir la Barbade pour la journée.

Etant donné que nous interrompons notre croisière qui continue jusqu’au lendemain à la Martinique et que nous descendons à la Barbade, nous sommes obligés de faire tamponner notre passeport par les officiers de l’immigration qui montent à bord.

Nous quittons le bateau.

Nous posons pied sur le sol.