Hors Frontières

Côte d’Ivoire

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

D’une superficie totale de 322 462 km2, la Côte d’Ivoire autrement nommée République de Côte d’Ivoire possède une population de 25 232 905 habitants.

La monnaie officielle en Côte d’Ivoire est le franc CFA, qui est le nom de deux monnaies utilisées par plusieurs pays d’Afrique constituant en partie la zone franc de l’Afrique centrale et la zone franc de l’Afrique de l’ouest. Cette monnaie fait partie des restes de l’empire colonial français, même si tous les pays y participant n’étaient pas une ancienne colonie française

La religion prédominante est l’islam avec près de 39% de la population, suivie par le christianisme avec 33%, 11% pour les religions traditionnelles et 17% sont sans religion spécifiée.

Ayant une frontière terrestre commune avec le Ghana, la Liberia, la Guinée, le Mali et le Burkina Faso, et étant ouvert sur l’océan Atlantique, la Côte d’Ivoire se traverse du Sud au Nord en approximativement onze heures et de l’Est en Ouest en neuf heures et trente minutes pour des distances respectives de 825 km de 730 km

Yamoussoukro en est la capitale. Les autres grandes villes sont : le Abidjan et Bouaké.

D’un point de vue historique, la date de la première présence humaine en Côte d’Ivoire est difficile à évaluer car les ossements ne se conservent pas dans le climat humide du pays. Cependant ont été retrouvé des fragments d’outils. Mais le pays est surtout une terre de refuge et de migration en provenance de la zone du Sahel (notamment vers le Xème siècle). À l’initiative du prince Henri le Navigateur, les Portugais João de Santarém et Pedro Escobar découvrent le littoral ivoirien en 1470-1471 et jusqu’à la fin du XVIème siècle, les seuls Européens présents sur le littoral ivoirien sont portugais. Ils seront rejoints à la fin du XVIème siècle par les Hollandais, puis au XVIIème siècle par les Français et les Anglais. La traite négrière constitue au XVIIIème siècle l’essentiel des échanges entre les populations côtières et les marchands européens. Après avoir réussi à conquérir ce qui deviendra un jour l’Algérie, la France encore convalescente de l’après 1870, se lance, à l’instigation de Léon Gambetta et de Jules Ferry à la colonisation d’une partie majeure de l’Afrique occidentale et équatoriale et de l’Indochine. Après la signature de divers traités de protectorat, un décret est signé le 10 mars 1893 et crée la Côte d’Ivoire en tant que colonie française autonome. Avant la fin de la guerre 1939-1945, les populations encore inorganisées commencent assez timidement une lutte pour l’émancipation politique, sociale et économique. Mais à partir de 1945, en Côte d’Ivoire comme dans toutes les colonies françaises d’Afrique, la vie politique s’organise en prenant appui sur la Conférence de Brazzaville. La voie s’ouvre ainsi pour l’instauration, de prime abord, de la Communauté franco-africaine après le référendum du 28 mars 1958 puis, par la suite, pour l’accession de la Côte d’Ivoire à la souveraineté internationale le 7 août 1960.