Hors Frontières

Europe du Sud : De l’Italie aux micro-Etats

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Nous entrons en Italie, continuer la visite d’un pays qui recèle mille trésors. Nous arrivons dans le pays en passant par les Alpes suisses.

Italie 60

Tout au long de notre trajet, nous pouvons découvrir la campagne italienne avec ses villages et villes situées sur le flanc des collines.

Italie 61

Nous arrivons dans la république de Saint-Marin, en provenance d’Italie.
Un peu comme pour se rendre au Vatican, le passage par l’Italie est obligé, ce dernier circonscrivant cet état, un des plus petits au monde.

Saint-Marin 1

En pénétrant dans l’état, nous pouvons l’apercevoir à travers un panorama qui en montre les limites.

 Saint-Marin 2

Une vallée aux contours verdoyants.

Saint-Marin 3

Nous apercevons de Montegiardino, un des neufs castilles, sorte de département de la République.

Saint-Marin 4

Nous pénétrons ensuite dans la ville de San Marino, capitale du pays, peuplé de 5000 habitants.

Saint-Marin 5

Nous garons notre véhicule, la ville se faisant dans de meilleures conditions à pied. Nous rejoignons notre hôtel. La langue officielle est l’italien, nous pouvons essayer tant bien que mal de communiquer, l’Anglais étant très peu usité. Nous sommes cependant surpris de découvrir que nombre d’habitants parlent le Français. Nous nous asseyons sur un des remparts de la ville et admirons le panorama des paysages alentours.

 Saint-Marin 6

Nous nous engouffrons dans les rues de la ville, rues qui mélangent des commerces de produits touristiques et de luxes, ainsi que de la vieille pierre.

 Saint-Marin 7

La vue sur la ville est intéressante, puisque l’architecture typique de la capitale mise sur le traditionnel des façades, laissées telles quelles et simplement nettoyées pour en laisser les pierres apparentes.

Saint-Marin 8

Les rues sont bondées de monde et nous peinons à avancer, la plupart des touristes passant par la ville italienne de Rimini faisant un détour par Saint-Marin.

 Saint-Marin 9

Sur la place centrale, une fanfare accueille les touristes en musique.

Saint-Marin 10

Nous allons dîner en acceptant l’invitation, non dénuée d’intérêt par un des serveurs d’un des restaurants panoramiques de la vieille ville.

Saint-Marin 11

La vue est magnifique et nous pouvons allier la gastronomie du pays au prolongement de notre découverte touristique et culturelle. Nous passons devant l’hôtel de ville, bâtiment baroque agrémenté de sa statue de la liberté traditionnelle

 Saint-Marin 12

Puis, nous arrivons devant la basilique, que nous prenons la peine de visiter. Néanmoins, nous apercevons en hauteur, une des tours du château de la ville.

 Saint-Marin 12A

Nous continuons notre visite.

Saint-Marin 13

Lorsque nous ressortons de la basilique, la nuit commence à tomber sur le pays. Il nous suffit de marcher quelques mètres pour être subitement plongés dans une nuit noire, ce qui n’est pas dénué de charme, les rues prenant une ambiance lugubre, mais nous nous sentons toujours en sécurité, les agressions étant inexistantes.

 Saint-Marin 14

Nous nous dirigeons vers un des accès qui mène au château, découpé en plusieurs tours qui se rejoignent les unes aux autres. Un spectacle d’artistes de rue vient égayer notre découverte

 Saint-Marin 15

Nous avançons maintenant dans la nuit noire. La première des tours se dévoile et nous goûtons à l’intérieur, une liqueur d’origine moyenâgeuse servie par des troubadours habillés en costume d’époque.

Saint-Marin 16

Nous rejoignons la deuxième des tours que nous visitons. A nouveau, des artistes italiens vêtus d’époque nous surprennent, en essayant de divertir le touriste de passage. Nous leur préférons cependant l’architecture du château.

Saint-Marin 17

Le lendemain matin, après une nuit reposante, nous quittons la ville et en même temps un état agréable et séculaire. Nous arrivons, après 650 kilomètres d’une autoroute sans encombre dans la capitale italienne : Rome, forte de ses 2 600 000 habitants.

Italie 62

Pour rejoindre notre hôtel, nous dépassons le palais de justice de la ville, un monument imposant.

Italie 63

Le palais de justice est situé non loin d’une église, que nous visitons, après avoir cherché une place durant plus de vingt minutes. Il faut dire que le stationnement est compliqué dans la ville, ainsi que la circulation, puisque suivant certains horaires, il peut être autorisé ou interdit.

 Italie 64

Nous rejoignons le quartier dans lequel se trouve le Vatican, véritable état dans la ville et découvrons un fleuve, tout de vert coloré.

Italie 65

La cité du Vatican se trouve au bout d’un chemin, enclavé par la ville et nous en apercevons la basilique Saint-Pierre. Jamais un état ne nous avait semblé aussi rapproché.

 Italie 66

Par chance et avec notre voiture garée, nous pouvons nous rendre immédiatement au château de la ville qui se trouve non loin de là.

Italie 67

Nous atteignons la place du château en traversant un pont sur lequel un artiste de rue patiente.

 Italie 68

Les touristes se pressent.

Italie 69

Et, au milieu d’autres artistes de rue, des vendeurs, nous cédant pour quelques euros, leurs babioles contrefaites.

 Italie 70

De loin, la ville donne l’impression d’un village de campagne.

 Italie 71

Mais, lorsque nous nous rapprochons de son centre, elle n’est qu’une mégalopole dans laquelle fourmille des milliers de personnes, au flot des moyens de transport qui ne s’arrêtent jamais de fonctionner.

 Italie 72

Ce qui nous donne l’occasion de découvrir les rues de la ville.

Italie 73

Nous rejoignons le quartier du Panthéon, incrusté au milieu d’une place dynamique.

Italie 74

Le bâtiment est symbolique.

Italie 75

Le panthéon est le lieu dans lequel sont entreposés les corps des célèbres personnalités italiennes, provenant du monde des arts et de la culture. Il est d’origine antique et ses larges colonnes supportent l’édifice tout entier.

Italie 76

Les touristes se bousculent pour pénétrer à l’intérieur

 Italie 77

Nous parvenons également à pénétrer dans l’édifice. L’intérieur somme toute austère se prête bien à la solennité du lieu.

Italie 78

Nous en admirons la coupole.

Italie 79

Les sculptures sont d’époque.

Italie 80

De belles ruelles permettent en les empruntant de relier les différents grands monuments entre eux.

Italie 81

Et c’est ainsi que nous rejoignons un lieu magique, faisant à lui seul la notoriété de la ville : la fontaine de Trévise.

 Italie 82

La fontaine vue par des millions de touristes chaque année.

Italie 83

Célèbre pour la précision de ses sculptures, ainsi que pour la superstition liée au jeté de pièces au sein de son bassin.

 Italie 84

Nous rejoignons ensuite au pas de course, tant la ville est grande, Il Vittoriano, une place somptueuse aux couleurs du marbre qui la constitue.

Italie 85

Nous en admirons les détails.

Italie 86

Nous contournons la place et nous nous dirigeons vers le forum romain. Nous devons grimper sur un segment de la ville qui se situe plus en hauteur.

Italie 87

En essayant de rejoindre le forum romain, nous contournons quelques vestiges antiques disséminés autour de la ville.

Italie 88

Puis, après une marche de plusieurs centaines de mètres en plein soleil, nous en apercevons des bribes.

Italie 89

Nous continuons notre chemin.

Italie 90

Nous n’en perdons pas une miette.

Italie 92

Nous marchons depuis une vingtaine de minutes déjà.

Italie 91

Il se tient face à nous, imposant.

 Italie 93

Lorsqu’il émerge enfin des entrailles de la ville.

 Italie 94

Nous pénétrons dans le forum, lieu dans lequel se déroulaient les échanges commerciaux sous l’Empire romain. Il est essentiel de s’imaginer que derrière ces pierres à la conservation, il faut le dire, minutieuse, une vie se déroulait pour essayer d’atteindre l’apogée d’une puissance qui étendait son aura à travers le monde et qui finira comme toute les créations de l’homme, par tomber.

Italie 95

Les chemins sont admirablement conservés.

Italie 96

Pour accéder à la partie supérieure du forum, nous devons emprunter un escalier.

Italie 97

Puis nous longeons un chemin ombragé.

Italie 98

Le spectacle est partout.

Italie 99

Qui nous mène jusqu’au Colisée que nous apercevons de loin.

Italie 100

Mais que nous rejoignons.

 Italie 101

A ses abords, toujours des spectacles de rue.

Italie 102

A l’intérieur, nous remontons dans le passé, de manière factice tout d’abord.

 Italie 103

Puis, en le découvrant progressivement. Par palier.

 Italie 104

Puis, en ayant sur lui, une vue d’ensemble.

 Italie 105

Une photographie s’impose.

Italie 106

En grimpant dans les étages supérieurs, la vue se précise.

 Italie 107

Le colysée est un pur bonheur.

Italie 108

Voire même se dégage.

 Italie 109

Nous imaginons les gladiateurs.

Italie 110

Nous passons devant la porte San Paolo

Italie 111

Et rejoignons la place d’Espagne.

 Italie 113

Nous prenons une légère collation.

Italie 112

Sur laquelle de nombreux artistes viennent détendre les touristes de passage.

Italie 114

Des danseurs font le show.

Italie 115

Nous nous engouffrons dans certaines ruelles, apercevoir certaines églises.

 Italie 116

Puis rejoignons une place noire de monde sur laquelle, nous dînons.

Italie 117

La nuit étant tombée, avant de rejoindre notre hôtel, nous tentons une visite nocturne de la ville.

Italie 118

La ville, dans la pénombre ne perd pas son charme, loin de là.

 Italie 120

Même la nuit, la ville garde son mystère.

Italie 119

Nous nous levons particulièrement tôt pour traverser la ville de Rome et pénétrer, après avoir longé les murailles du Vatican, en son sein.

Vatican 1

Nous le découvrons au loin, en plein cœur de la ville de Rome et nous avançons vers cette enclave insérée au cœur de la capitale italienne.

Vatican 2

Nous découvrons l’extérieur de la cité du Vatican, circonscrite par de simples grilles.

 Vatican 3

Nous continuons notre route.

Vatican 4

Puis nous pénétrons à l’intérieur en quelques minutes, sans poste frontière apparent.

 Vatican 5

La place est bondée de monde.

Vatican 6

Nous n’avons pas le temps de traîner ; nous devons nous rendre aux abords de l’entrée du musée du Vatican, seule solution nous permettant de visiter la chapelle Sixtine, lieu de réunion du conclave.

 Vatican 7

Sur place et très tôt le matin, il y a déjà une demi-heure de file d’attente. Nous patientons, lorsqu’un garde privé, ventru au regard torve fort de son pouvoir nous oblige à ne pas avancer avec la file qui se dirige vers l’entrée et nous menace de nous placer à la fin de la queue, qui a bien grossi de un kilomètre en l’espace de quelques minutes en cas de désobéissance. Nous ne nous laissons pas faire et suivons le mouvement, devant son air interloqué, surpris de n’avoir pas été entendu. Après une demi-heure de patience, le musée ouvre ses portes et contemplant derrière nous la file d’attente, qui à huit heures du matin comprend bien trois kilomètres de queue, nous pénétrons à l’intérieur et alors que nous nous trouvions parmi les premiers visiteurs, nous sommes encore obligés de patienter plus de vingt minutes pour accéder aux caisses. En remarquant les prix d’entrée, nous prenons conscience que le musée est un chantre du mercantilisme. Pas de tarifs réduits pour les journalistes non accrédités par le Saint-Siège, ni pour les anciens combattants. Des ventes de souvenirs et d’objets pieux partout et si la file n’avance pas assez rapidement, un garde oblige les bavards ou les récalcitrants à circuler. Nous payons 15 euros par tickets, ce qui nous donne le droit, sans un remerciement, ni un bienvenue, de pénétrer dans les salles des collections.

Vatican 9

Nous sortons prendre l’air dans une des nombreuses terrasses extérieures, permettant également de consommer des produits courants, qui s’ils ne sont pas saints, sont démesurément couteux.

Vatican 10

Le site est beau, bien entretenu.

Vatican 11

Néanmoins, nous devons dire que le musée possède des collections uniques en leur genre, collections agencées pléthoriquement à travers des corridors, donnant à l’endroit paradoxalement, une atmosphère hiératique.

 Vatican 13

Le musée comprend des pépites.

Vatican 12

En nous rapprochant de la chapelle Sixtine, les corridors se font plus précieux, avec des dorures qui s’étendent des murs jusqu’aux plafonds.

Vatican 15

Nous admirons les plafonds.

Vatican 14

Pour découvrir ensuite au détour d’un chemin, les appartements du pape, contenu au sein d’un jardin d’été.

Vatican 16

La chapelle Sixtine, solennelle et fastueuse se présente aux visiteurs dans son plus simple appareil. Comment imaginer que dans ses murs, se prennent les décisions les plus importantes du conclave, sorte de magistère qui sert d’élection au nouveau pape lors de vacance du pouvoir.

 

Les photographies sont interdites ; des gardes en civil font scrupuleusement respecter la règle, mais après une inspection fugace et concise de leur localisation, nous parvenons à figer dans notre appareil, la beauté du décor.

 Vatican 17

En face de nous, nous admirons une belle fresque.

Vatican 18

Nous descendons ensuite l’escalier à double hélice, qui nous permet de rejoindre après quelques instants, la place Saint-Pierre que nous avions quitté le matin même.

Vatican 20

Il nous faut tout de même quelques minutes, après avoir longé les quelques kilomètres de file de visiteurs patientant pour entrer dans le musée.

Vatican 21

De longues minutes plus tard, nous arrivons sur cette place célèbre, de laquelle, les pratiquants peuvent, les jours de messe, écouter en direct, le pape, accolé à son balcon.

Vatican 22

Sur la place, nous pouvons découvrir la basilique, l’obélisque du Vatican, ainsi que deux fontaines, le tout circonscrit par des colonnades servant d’ellipse à la place, un peu comme si les différents papes voulaient s’extirper de la tutelle de leur encombrant voisin romain.

Vatican 23

Nous avançons vers le centre de la place et pouvons découvrir l’obélisque du Vatican, qui à l’origine marquait le milieu de la spina, murs épais contenant des statues et autres marbres. Mais, au XVI èm siècle, lors de la construction de la basilique, l’obélisque fut transféré à l’endroit qu’il occupe encore aujourd’hui et qui est censé symboliser le centre de l’état.

Vatican 24

Nous découvrons l’obélisque.

Vatican 25

Nous faisons le tour de la place.

Vatican 27

Il s’agit là d’une des plus belles places du monde.

Vatican 26

Nous prenons quelques instants pour nous enivrer de l’immensité de la place et pouvons ressentir les voix du passé, qui semblent encore accompagner le voyageur de passage en lui contant les aventures parfois tonitruantes, souvent sibyllines des édiles catholiques ayant vécu en ces lieux chargés d’émotion.

Vatican 28

Après une nouvelle attente au milieu des visiteurs, nous pénétrons dans la basilique Saint pierre, pour découvrir la magnificence de l’entreprise, édifié et restructuré tout au long des siècles, qui l’ont vu aussi bien naître que se sublimer.

Vatican 29

Après avoir eu le temps de s’imprégner des vitraux et du dôme sur lequel a travaillé entre autres, Bramante et Michel-Ange, nous nous recueillons sur la tombe de Jean Paul II, qui figure à présent sur la liste des papes s’étant succédés en ces lieux.

Vatican 31

Nous découvrons son tombeau.

Vatican 30

La visite se termine dans la crypte, dans laquelle, les anciens papes sommeillent, en silence, veillés par Saint-Pierre, premier du nom, dont les ossements sont gardés précieusement à l’intérieur d’un caveau, scellé pour l’éternité.

Vatican 32

La crypte est particulièrement bien aménagée, avec de grands couloirs qui permettent aux visiteurs de ne pas se marcher dessus ; il y règne une ambiance placide, calme, laissant une part belle à la sapience, bien éloignée du fourmillement commercial rencontré dans la chapelle Sixtine.

Vatican 34

L’endroit est empli de mystères.

Vatican 33

Nous quittons enfin la crypte et retournons sur la place Saint-Pierre, satisfaits d’avoir pu partager quelques moments de ces lieux magiques, mais néanmoins, dénués de tout contact humain, paradoxe hérétique, lorsque le nombre de touristes affluent par dizaines de millions chaque année. Le lendemain matin, après une courte nuit de sommeil, nous quittons la ville en direction de Naples, à quelques 230 kilomètres, sur autoroute. Nous arrivons dans la ville de Naples, connue pour sa très célèbre : Camorra, mafia calabraise, dont nous ne verrons pas la présence, tout au long de notre découverte de la ville. L’entrée dans la ville se fait par une route pavée, tout d’abord avec un flux de circulation fluide ou du moins acceptable.

Italie 121

Mais rapidement, les voitures sortent de nulle part et nous circulons à cinq sur une voie réservée à deux voitures ; les passages entre les véhicules se font à quelques millimètres et nous sommes soulagés de rejoindre notre hôtel, afin de garer notre véhicule et de faire le reste du trajet à pied.

 Italie 122

De notre chambre, nous avons une vue dégagée sur la ville. Et en grimpant dans les étages supérieurs, une terrasse nous donne la possibilité de la découvrir avec plus de précision.

 Italie 123

Nous avons ainsi une vue sur le château Dell’Ovo,

 Italie 125

Nous ne nous lassons pas du spectacle.

Italie 126

…que nous rejoignons, une fois dans la rue.

 Italie 127

En longeant le port, nous découvrons le charme de la ville.

 Italie 128

Les températures augmentent.

Italie 129

Dont de vieilles pierres travaillées qui ont su préserver leur authenticité durant les siècles.

 Italie 130

Mais nous découvrons également, une autre spécificité de la ville : les poubelles jetées à même le sol, situation perdurant depuis de longues années étant donné qu’un conflit entre la ville et les sociétés de récupération des déchets couve, sans parvenir à une amiable solution.

Italie 131

Un triste spectacle.

Italie 132

Mis à part ce problème visible, Naples est une ville tranquille et typique d’Italie avec ses ruelles étroites, pleines de vie et desquelles permettent de découvrir de nombreux monuments.

Italie 133

Nous aimons beaucoup cette ville.

Italie 134

La ville regorge de trésors.

Italie 135

Nous continuons notre chemin. Et au détour des ruelles que nous empruntons, des monuments se dévoilent.

Italie 136

Nous levons les yeux vers le ciel.

Italie 137

Nous avançons dans les ruelles.

Italie 138

Une fois, la route principale rejointe, nous pouvons remarquer à quel point cette ville de prés de un million d’habitants est chargée.

 Italie 139

Nous remarquons néanmoins l’authenticité de certains quartiers qui ont gardé leurs immeubles de teintes claires d’antan.

 Italie 140

Nous hélons un taxi, afin de nous faciliter la visite de la ville. Nous arrivons, accompagnés de notre chauffeur, devant la cathédrale de Naples.

Italie 141

Un seul mot : majestueux.

Italie 142

Nous observons chaque détail.

Italie 143

Nous reprenons la route.

Italie 144

Le chauffeur nous arrête devant la galerie Umberto 1 er, une galerie commerciale typique et célèbre de la ville. Nous remarquons son dôme proéminent, laissant passer une lumière naturelle, agrandissant encore l’édifice.

Italie 145

Pour enfin découvrir un des monuments les plus majestueux de la ville : l’édifice catholique San Francesco Di Paola.

Italie 146

Un édifice splendide, intégré au cœur de deux demi arches, qui lui donnent, aux abords d’une place située en son sein, un ostentatoire à peine masqué.

 Italie 147

Le chauffeur de taxi nous dépose enfin à notre destination finale : le château Nuovo.

 Italie 148

Nous longeons les alentours du château, et décidons de manger dans un des restaurants qui se trouvent à l’intérieur.

Italie 149

Nous retournons à l’hôtel et quittons la ville, dés le lendemain matin. Naples étant au centre d’un parc touristique assez vaste, il ne nous est pas obligé de parcourir nombre de kilomètres pour rejoindre notre hôtel se situant sur la côte calabraise. Nous faisons cependant un petit détour pour rejoindre une petite ville qui comprend une université de la pizza, met populaire d’origine calabraise. Nous nous asseyons dans le restaurant et après avoir commandé une pizza au mètre, le serveur se présente à nous, en nous servant le met comme s’il s’agissait d’un plat gastronomique : avec respect aussi bien pour le produit que pour le consommateur.

 Italie 150

Luigi est le meilleur d’entre eux.

Italie 151

Nous découvrons la côte calabraise et ses petites villes situées aux flancs même des falaises longeant la mer.

Italie 152

Des côtes qui comprennent de nombreux petits villages.

Italie 153

Avec une vue sur le Vésuve, le mont calabrais par excellence, responsable à travers ses éruptions successives, de la destruction à plusieurs reprises des villes alentours dont Pompéi.

 Italie 154

Nous nous trouvons dans un lieu chargé d’histoire.

Italie 155

Nous arrivons enfin à notre hôtel et découvrons la vue sublime sur le Vésuve

 Italie 156

Le lendemain matin, nous partons en direction d’Herculanum, une cité antique détruite par l’éruption du Vésuve en 79, conservée pendant des siècles dans une gangue volcanique et remise au jour à partir du XVIIIe siècle.

Italie 157

La ville se situe dans une sorte d’enclave dans laquelle, nous pénétrons par un dénivelé important.

Italie 159

Ses remarquables vestiges apportent cependant une considérable connaissance de terrain : les fouilles ont livré un matériel archéologique exceptionnel, en particulier en bois2, et également des œuvres littéraires inconnues.

Italie 158

Nous longeons ce que nous pouvons considérer comme des remparts.

 Italie 160

La cité avait une superficie de 12 hectares, dont environ 4,5 ha ont été dégagés de terre, et une population estimée à quatre mille habitants.

Italie 161

Et parvenons dans les rues de la cité.

 Italie 162

Nous laissant découvrir des chefs d’œuvre artistiques antiques

 Italie 163

Les rues sont pavées.

 Italie 164

Et les maisons, ouvertes aux visiteurs, qui peuvent s’approcher au plus près de la vie d’antan.

 Italie 165

Les briques rouges ont été laissées apparentes.

 Italie 166

Et chaque maison révèle son potentiel architectural.

 Italie 167

Avec toujours en fond d’écran des pièces de musée à l’air libre.

 Italie 168

Nous arpentons les dédales de ruelles.

Italie 169

Nous quittons Herculanum, cité méconnue, mais au combien riche.

Italie 170

Nous nous rendons ensuite en voiture au Vésuve, que nous atteignons en une demi-heure environs. Nous stationnons au plus prés de la bête et devons marcher une bonne demi-heure supplémentaire pour atteindre le sommet.

 Italie 171

Tout autour de nous, nous avons une vue sur la montagne, ainsi que sur les montagnes alentours ; nous apprenons que lors des précédentes éruptions, certains flancs des montagnes se sont soulevés de plusieurs mètres, ce qui a changé à jamais la topologie du paysage.

Italie 172

Le froid se lève.

Italie 173

Par contre, nous avons également une vue étendue sur la plaine en contrebas.

Italie 174

Le vent souffle fortement.

Italie 175

Lorsque nous arrivons enfin au sommet, nous en découvrons le cratère.

 Italie 176

Le cratère est immense.

Italie 177

Ainsi que les fumerolles qui en sortent périodiquement, plusieurs fois par heure.

Italie 178

Les guides avec qui nous avons sympathisé, nous proposent gentiment de nous redescendre en voiture, nous évitant ainsi de devoir refaire la route en sens inverse et perdre à nouveau une heure.

Italie 180

Les Italiens sont merveilleux.

Italie 179

Nous faisons ensuite une halte avec notre véhicule dans une des villes sous-jacente au Vésuve afin d’apercevoir les plages de sable noir, résultante des différentes éruptions volcaniques successives qui ont changé la nature du sable initialement présent.

 Italie 181

La plage est splendide.

Italie 182

Nous effectuons une petite balade les cheveux dans le vent.

 Italie 183

Les vagues sont fortes.

Italie 184

Le vent souffle fort, mais la température extérieure est un véritable bonheur pour la peau.

Italie 185

Nous ne nous baignerons pas.

Italie 186

Nous retrouvons l’intérieur des terres et nous dirigeons non loin de là, dans la ville de Pompéi.

Italie 187

Nous traversons la ville moderne de Pompéi, qui est une petite ville italienne comme les autres, et rejoignons le site antique de Pompéi.

Italie 188

Nous garons notre véhicule, un peu obligé par un rabatteur de parking privé, présent avec ses confrères en nombre sur le site, avec qui nous négocions un tarif de trois euros pour la demi-journée.

 Italie 189

Pompéi est une ville de Campanie située aux pieds du Vésuve. Fondée vers 600 avant JC, elle est célèbre pour avoir été détruite à la suite d’une éruption du volcan en 79 après JC.

Italie 190

L’éruption créa une gaine protectrice sur le site qui provoqua l’oubli de la ville pendant 1 500 ans. Redécouverte par hasard vers 1600 après JC, la ville fut ainsi retrouvée dans un état de conservation remarquable.

Italie 192

Pompéi constitue un étonnant témoignage de la civilisation romaine. Il est maintenant possible de remonter plus loin dans le temps, aux origines de la ville.

Italie 191

Les cendres qui ont brûlé tous les tissus vivants, s’y sont déposées, créant à la fois une gaine protectrice et un moule de l’objet. Sans oublier la couche de cendre d’une hauteur de sept mètres, qui a protégé les vestiges de l’effet dévastateur du temps et des pillages.

Italie 193

Le site est très touristique.

Italie 194

Figés d’abord par les cendres et lapilli qui ont recouvert la cité, les habitants de Pompéi le furent ensuite par des moulages en plâtre, et on peut les voir aujourd’hui dans l’attitude où la mort les a surpris.

 Italie 195

Le soleil cogne fort.

Italie 196

Depuis 1748, quelque 1 100 corps ont été retrouvés à Pompéi. Les touristes peuvent en apercevoir certains, dans des positions encore effrayées, comme si leur surprise avait été figée pour l’éternité.

 Italie 197

Un endroit magique.

Italie 198

Et c’est au milieu d’allées spacieuses, que nous découvrons le site.

 Italie 199

Le site se découvre en arpentant de longues avenues romaines, en pierres taillées.

Italie 200

Le site est agréable.

Italie 201

Tout au long de ces avenues, des vestiges du passé émergent en revêtant la forme de colonnes.

Italie 202

Certaines ruelles sont plus exiguës.

Italie 203

Et nous permettent de rejoindre la grande place de Pompéi.

 Italie 204

La vue est dégagée.

Italie 205

Avec le mont Vésuve en arrière plan. Nous nous répétons alors sans cesse. Et si ?

Italie 206

Dans certains bâtiments, nous pouvons observer les momifications des victimes, du moins celles qui ne sont pas dans un musée.

 Italie 207

Certaines dorment paisiblement.

 Italie 209

Quelques-unes semblent patienter

 Italie 210

D’autres semblent attendre.

Italie 211

Ce qui est sûr, c’est que personne n’est épargné.

Italie 212

Les jarres sont admirablement conservées, tout comme l’intérieur des maisons.

 Italie 213

Un véritable pan de l’histoire de ce pays se laisse découvrir.

Italie 214

D’ailleurs, afin de sortir des sentiers de visites traditionnelles, nous nous éloignons du groupe que nous suivons et pénétrons dans les maisons. Nous y découvrons des lieux de vie, encore imprégnés du quotidien d’antan.

 Italie 215

Les plafonds sont hauts.

Italie 216

Nous découvrons l’amphithéâtre de la ville

Italie 217

Et regardons une dernière fois derrière nous, admirant le spectacle ambiant.

 Italie 218

Nous quittons la ville de Pompéi et rejoignons la ville de Sorrente, dans laquelle nous allons naviguer dans la baie de Capri, non loin de Naples.

 Italie 219

Nous louons un bateau et découvrons, seuls au monde, cette baie qui a fait chanter Hervé Villar.

 Italie 220

Le soleil brille.

Italie 221

Nous apercevons l’île de Capri et nous en rapprochons.

Italie 222

Nous rendons le bateau et prenons le chemin du départ. Après sept heures d’autoroute, avec des sections plus ou moins de bonne qualité, nous arrivons à Florence, une ville de 370 000 habitants et joyaux de l’architecture italienne.

Italie 224

Florence est la patrie de la famille des Médicis, une famille italienne puissante qui donna à l’Italie, des ducs et à la France, des reines.

 Italie 225

Nous pénétrons dans la chapelle des Médicis, transformée aujourd’hui en musée.

Italie 226

Le musée comporte de véritables trésors.

Italie 227

Dans le musée, les collections sont imprégnées de la période de la Renaissance et hommage est rendu aux plus grands de ses artistes, dont Michel-Ange.

 Italie 228

Les sculptures ne se comptent ainsi plus et le touriste peut s’en approcher à quelques centimètres pour y analyser les moindres détails.

 Italie 230

Nous sortons de la chapelle des Médicis et découvrons ensuite une magnifique église.

 Italie 231

Cette église servait de repère pour la famille qui n’avait pas à se déplacer beaucoup pour aller prier.

Italie 233

La ville est fantastique.

Italie 232

Nous nous engouffrons dans le centre ville de Florence pour y visiter la cathédrale, à la texture si particulière.

 Italie 234

Nous nous approchons du bâtiment et pouvons nous imprégner des moindres détails de la façade extérieure, qui semble habiller le monument et ainsi le protéger des agressions du temps, une sorte de manteau séculaire.

Italie 236

La cathédrale est particulière.

Italie 235

De prés, elle est encore plus majestueuse.

Italie 237

Nous pénétrons en son sein. Le dôme est splendide. Ainsi que son décorum.

 Italie 240

Les gravures y sont fines.

 Italie 238

Nous empruntons les escaliers internes et leurs quelques centaines de marche pour rejoindre la tour du bâtiment.

 Italie 241

Nous parvenons au sommet et avons ainsi une vue dégagée et panoramique sur la ville que nous surplombons.

 Italie 243

La ville se dévoile sans que nous la prenions de haut.

 Italie 243

Nous sommes seuls au monde.

Italie 244

Nous refaisons notre chemin de visite et essayons de nous repérer dans ce méandre de rues.

Italie 245

Une photo est nécessaire.

Italie 246

Nous avons encore tant de merveilles à découvrir.

Italie 247

Nous ne perdons rien de ce spectacle.

Italie 248

Et après un long effort de descente des marches, nous parvenons à l’entrée de la vieille ville.

 Italie 249

Les monuments deviennent subitement plus regroupés, plus architecturaux.

 Italie 250

Les bâtiments sont gigantesques.

Italie 251

Après avoir vu le palais Pitti, nous nous rendons sur la place Della Signoria, découvrir le Palazzo Vechio.

 Italie 252

Ainsi que ses statues présentes sur la place.

 Italie 253

Un véritable musée d’extérieur.

Italie 254

Chaque statue est un trésor.

Italie 255

Avec ses bronzes et sa non moins célèbre copie du David de Michel Ange, l’original se trouvant à l’académie de la ville.

Italie 257

Tous les matériaux ont été utilisés par leur créateur.

Italie 256

Nous continuons notre chemin dans la ville.

 Italie 258

Des rues noires de monde.

Italie 259

Et atteignons le ponte Vechio, un des ponts les plus célèbres d’Italie.

Italie 260

Pont duquel, nous avons une vue sur le fleuve Arno.

Italie 261

Nous longeons le fleuve, les palais se situant sur l’autre rive se dessinent.

 Italie 262

Le fleuve romantique par excellence.

Italie 263

Jusqu’à ce que nous voyons le ponte Vechio, tel qu’il est dessiné dans les manuels de géographie.

 Italie 264

En retournant à notre véhicule, nous rejoignons le parvis de la Santa Maria Novella.

Italie 265

L’église se dresse devant nous.

Italie 266

Une autre église plus loin.

 Italie 267

Nous terminons enfin par la visite du château de la ville.

 Italie 268

Et nous partons en direction de la ville de Pise, située à quelques 100 kilomètres de Florence. En une heure, sur une autoroute déserte, nous arrivons dans la ville. Nous ne pénétrons pas à l’intérieur, car tous les monuments sont regroupés sur la place Del Uomo.

Italie 269

Nous garons notre véhicule et franchissons l’accès à la place, un accès gratuit.

 Italie 270

Nous avons ainsi une vue d’ensemble sur les monuments centraux : le baptistère.

Italie 271

La cathédrale

Italie 272

Ainsi que sur la tour de Pise.

Italie 273

Nous en profitons pour étudier la minutie des détails.

Italie 275

Nous découvrons avec intérêt le site.

Italie 274

Nous partons ensuite après avoir visité les monuments, qui il faut el préciser sont hors de prix. Le parc appartenant à une famille privée, cette dernière l’exploite et de ce fait, même l’accès à la cathédrale est payant. De l’ordre de cinq euros pour la cathédrale et une quinzaine d’euros pour l’accès à la tour. Le prix à payer pour avoir vendu son patrimoine culturel en le dénaturant.Nous quittons la ville de Pise et rejoignons la ville de Livorno, dans laquelle nous allons nous détendre et profiter de la mer. Nous avons de la chance de trouver un hôtel sur le bord de mer, qui nous donne une vue splendide sur les plages, néanmoins payantes de la ville.

Italie 276

De notre chambre, l’horizon se dégage et s’étend à perte de vue.

Italie 277

Avec une vue dégagée sur le baie.

 Italie 278

Le tout, ne ayant la possibilité de jouir d’une piscine à débordement en verre sur les toits de l’hôtel.

 Italie 280

Le soir même, nous nous promenons sur le bord de mer.

 Italie 281

Les cheveux au vent, faisant face à la mer déchaînée.

 Italie 282

Nous nous asseyons à la table d’un restaurant, non loin d’un parc.

 Italie 283

Après avoir roulé plusieurs heures sur autoroute, nous empruntons la sortie.
Nous continuons sur une route sinueuse qui longe le côté. Nous observons un panorama somptueux sur la baie de Monaco, un état princier situé dans une encoche entre la France et l’Italie. Nous passons la frontière sans contrôle des papiers, mais avec une omniprésence des forces de l’ordre, qui contrôlent tous les véhicules qui donnent l’impression d’avoir plus de cinq ans d’âge.

Monaco 2

Monaco est un état princier unitaire, c’est à dire qu’il n’est composé que d’une ville éponyme qui en est la capitale peuplée de 36000 habitants, mais en prenant en compte les touristes, ce nombre peut se voir attribuer un coefficient multiplicateur de deux voire de trois. La ville est par contre divisée en quartier et après avoir garé notre véhicule dans un parking prévu à cet effet au tarif de trois euros de l’heure, nous nous rendons à pied au quartier de Monte Carlo en arpentant un parc vert bien entretenu.

 Monaco 3

Nous arrivons sur la place principale qui comprend le casino de Monaco devant lequel stationne des bolides à plusieurs milliers d’euros pièce. Ce sont en partie les véhicules de luxe que nous avons pu croiser dans la ville.

 Monaco 4

A la gauche du casino, l’hôtel de Paris, un palace luxueux qui contient en son sein un restaurant trois étoiles du chef Alain Ducasse. Le prix d’une chambre est de l’ordre de 600 euros par nuit et le repas au restaurant commence approximativement à 150 euros par tête.

 Monaco 5

Le portier à l’entrée est d’une antipathie sans nom et un sourire décoince son visage taillé à la serpe uniquement en présence des pseudos notoriétés qui traversent le hall. Un peu à l’extérieur, nous rencontrons Dominique de Villepin, tout sourire et accessible avec qui nous pouvons un peu parler. Il nous conte sa routine au sein de cette prison dorée qu’il aime quitter après quelques jours. Nous nous asseyons à la table du café de Paris afin de boire un soda de marque américaine que nous payons dix euros.

Monaco 6

Nous longeons ensuite l’hôtel pour rejoindre le bord de plage, sans pouvoir atteindre la mer, les plages balnéaires étant peu nombreuses à Monaco.

Monaco 7

La balade reste néanmoins agréable, avec la présence de beaux monuments.

 Monaco 8

Et d’une jetée étendue et propre.

Monaco 9

En tournant notre tête, nous découvrons l’arrière du casino, un peu moins impressionnant que sa façade principale qui se veut la vitrine de la ville.

 Monaco 10

Quelques sculptures disséminées par-ci et par-là viennent égayer la monotonie de ce paysage.

Monaco 11

Mais, notre curiosité nous permet tout de même de nous rapprocher des berges et de prendre connaissance d’un petit port duquel les fortunes accèdent par un hélicoptère.

 Monaco 12

Nous retournons à notre véhicule en effectuant le tour de Monte-Carlo et découvrons un autre écrin de verdure aux arbres taillés avec précision et semblant décrire une nature vivante avec la même aura que si elle était morte.

 Monaco 13

En regagnant un autre quartier de la ville, nous conduisons sur la route du grand prix annuel de Formule 1 et tentons de ne pas atteindre leur vitesse maximale, quand bien même nous pouvons facilement imaginer l’adrénaline libérée par les pilotes sur cette partie de bitume.

 Monaco 14

Avec pour décors, les barres d’immeubles de luxe qui s’étendent à perte de vue.

 Monaco 15

Nous rejoignons le port, sur lequel se déroulent nombre d’activités.

 Monaco 16

Et qui comprend une piscine grandeur nature.

Monaco 17

Avec une vue sur le château de la famille royale.

 Monaco 18

Nous prenons un instant pour effectuer quelques activités.

 Monaco 21

De l’escalade.

Monaco 20

Des châteaux gonflables.

Monaco 19

Et nous admirons les voiliers présents, dont certains valent le prix de dizaines de maisons.

 Monaco 22

Derrière nous, les immeubles des riches résidents se dessinent et donnent à la ville ce côté péjoratif de banlieue dorée. Dorée, car chacun d’entre eux vaut prés de un million d’euros pour les plus petits et les charges de copropriété s’évaluent à quelques centaines de milliers d’euros à l’année. Il faut dire qu’ils possèdent tous des piscines privatives, ainsi que des concierges et autres gardiens de sécurité, les surveillant 24h/24.

Monaco 24

Nous avons une vue dégagée sur la ville.

Monaco 23

Un des gardiens nous confiera gagner en étrennes prés de dix mille euros. Le prix de la tranquillité en somme. Les résidents monégasques sont taciturnes et discrets, n’acceptant pas la communication avec l’inconnu. Pourtant, la langue officielle est le Français, même si l’Anglais gagne du terrain avec un nombre toujours plus grand d’expatriés anglo-saxons. La discussion peut se faire avec les travailleurs sur place, des Français qui traversent la frontière chaque jour, appâtés par des salaires plus élevés, mais qui se révèlent être en partie une illusion, les prix à Monaco étant élevés. Nous empruntons ensuite, après avoir visité les boutiques du centre ville, les escaliers menant au palais princier. Les policiers que nous rencontrons sont malveillants et tyranniques ; ils insultent les conducteurs français qui ne se plient pas à leurs injonctions abusives et illégitimes : faire demi-tour pour emprunter un sens interdit et bloquer ainsi la circulation. Les touristes qui oseraient s’aventurer à leur demander une indication se verraient rétorquer un refus net et une obligation de circulation. ls méprisent dans leur ensemble les touristes et sous couvert d’anonymat, un policier nous raconte que l’ambiance générale dans la ville est mauvaise, nombre de policiers venant de France et travaillant sur le rocher détestant leur travail et les consignes iniques qu’ils reçoivent, à la différence de certains de leurs collègues monégasques qui peuvent laisser libre court à leur bestialité, étant protégés par une direction qui fait de la peur suscitée un mot d’ordre qui éloigne ceux qu’ils appellent : « les parasites » ou du moins en usant d’un euphémisme, les moins fortunés. Nous nous éloignons de ces uniformes et atteignons le palais princier. La relève de la garde se fait attendre. Nous y assistons cependant.

Monaco 27

Nous nous asseyons ensuite dans un petit parc qui jouxte l’entrée du château et regardons les touristes défiler.

Monaco 28

Nous nous éloignons du palais, par une des ruelles de la ville sous-jacente.

 Monaco 29

Nous arrivons ensuite devant l’église Sainte-Charles, qui a vu défiler les moments forts des membres de la famille princière.

 Monaco 30

L’église est fortement impressionnante avec sa façade voûtée et possède plus la grandeur d’une cathédrale que d’une simple église.

 Monaco 31

Les ornements intérieurs sont cependant loin d’être ostentatoires.

Monaco 32

L’église est belle.

Monaco 33

Nous nous arrêtons quelques instants sur la tombe de la princesse Grâce Kelly, qui a trouvé la mort en voiture sur les hauteurs de Cap d’ail, une commune française frontalière.

Monaco 34

Une dernière photographie avec en toile de fond, la ville.

 Monaco 35

Nous regagnons notre hôtel et le lendemain, nous nous éloignons de la ville, avec le sentiment général d’avoir fait connaissance avec un pays fort intéressant mais à l’ambiance bien trop austère, ambiance engendrée avec une police blâmable qui méprise les touristes et qui a tout à apprendre.