Hors Frontières

Haiti

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Haïti, en forme longue la République d’Haïti, en créole haïtien Ayiti et Repiblik Dayiti, est un pays des Grandes Antilles occupant le tiers occidental de l’île d’Hispaniola (soit 28 773 km2 environ). Sa capitale est Port-au-Prince et son point culminant est le pic la Selle avec 2 680 mètres d’altitude.

Sa superficie totale est de 10 28 7733 km2.

Sa population totale (2015) est de 10 911 819 hab.

Les religions présentes sur le sol sont : catholique : 54,7 % ;protestante : 28,5 % (dont : baptistes 15,4%, pentecôtistes 7,9%, adventistes 3%, méthodistes 1,5%) ;vaudou : 2,1 % ;autre : 4,6 % ;aucune : 10,2 %

 Les peuples de culture Arawak, Caraïbes et Taïnos occupent l’île avant l’arrivée des Espagnols. Christophe Colomb, débarquant le 5 décembre 1492 la nomme Hispaniola alors que les indigènes la nommaient de trois façons : Ayiti, Quisqueya et Bohio. On estime qu’environ 100 000 indigènes peuplaient l’île d’Hispaniola à la fin du XVe siècle.

Les Espagnols exploitent l’île pour son or. Les Amérindiens refusant de travailler dans les mines sont massacrés et réduits en esclavage ; les rares personnes qui réussissent à s’échapper trouvent refuge dans les montagnes et sont marginalisées et fortement paupérisées. Les maladies infectieuses arrivées avec les Européens font des ravages ; les mauvais traitements, la dénutrition et la baisse de natalité font le reste : la population indigène est exterminée en quelques décennies.

Les Espagnols font alors venir d’Afrique des esclaves noirs déportés. En 1517, Charles Quint autorise la traite des esclaves, qu’il interdira dès la décennie suivante, mais sans succès, pas plus qu’ensuite le pape Paul III.