Hors Frontières

Inde

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

D’une superficie totale de 3 287 263 km2, l’Inde autrement nommé République de l’Inde possède une population de 1 277 803 914 habitants.

La roupie indienne est la monnaie officielle de l’Inde.

La religion la plus pratiquée en Inde est hindouisme (80,7 %). Viennent ensuite l’islam (13,2 %), le christianisme (2,4 %), le sikhisme (2 %), le bouddhisme (0,6 %), le jaïnisme (0,4 %), le judaïsme et le zoroastrisme 0,009 % (parsis).

Le pays a des frontières communes avec le Pakistan à l’ouest, la Chine, le Népal, et le Bhoutan au nord et au nord-est, le Bangladesh et la Birmanie à l’est. Sur l’Océan indien, l’Inde est à proximité des Maldives au sud-ouest, du Sri Lanka et de l’Indonésie au sud-est. L’Inde réclame également une frontière avec l’Afghanistan au nord-ouest.

New Delhi en est la capitale. Les autres grandes villes sont : Bombay et Calcutta.

D’un point de vue historique, 2500-1600 av JC,  la première civilisation connue est désignée sous l’appellation de civilisation de l’Indus du nom du fleuve qui se trouve actuellement au Pakistan et date d’environ 2500 à 1600 AV JC. Des traces d’agricultures et de sites très urbanisés ont été retrouvées. Environ 1500 av JC, suite au déclin de la première civilisation, les Aryens originaires d’Asie centrale s’implantent dans la vallée de l’Indus amenant avec eux leur langue (le védique) et leur religion (le védisme) qui jettent les bases de l’hindouisme. Entre 264 et 226 av JC, le roi Ashoka de la dynastie Maurya poursuit l’unification des royaumes du nord de l’Inde. Il se convertit au bouddhisme, imité par une grande partie de la population. La dynastie Maurya est à son apogée, mais à sa mort l’empire se disloque, les brahmanes restaurent les lois védiques. Après la chute définitive des Maurya, le Sud devient indépendant sous l’Empire des Andhras alors que les Shungas reprennent le cœur de l’empire Maurya. Après une période confuse, les Kushanas avec leur souverain Kanishka remplacent les Shungas au Nord, le Sud restant toujours sous l’influence des Andhras. Entre IVème et Vème siècle, les Guptas règnent sur le nord du territoire. C’est une période faste pour l’économie et la culture. L’invasion des Huns au Vème siècle met à mal l’unité de l’empire des Guptas. Entre le VIème et XIème siècle les puissants rois Chalukya vont régner sur l’état actuel du Karnataka. Mais l’Islam gagne du terrain et entre le XIIème au XVIème siècle, le sultanat de Dehli va occuper une place prépondérante au Nord. Les Moghols, de religion musulmane, arrivent en Inde au XVème siècle et fondent un empire qui va durer plus de trois siècles (1526-1857). Au XVIIème siècle, plusieurs pays européens (notamment : Angleterre, France, Pays-Bas) fondent leur propre Compagnie des Indes pour commercer. Les Anglais et les Français finissent par s’affronter. Les Anglais vainqueurs, concèdent quelques enclaves aux Français alors que les Hollandais s’implantent en Indonésie. Doté d’une armée efficace les britanniques vont occuper un vaste territoire. En 1857, les Anglais doivent faire face à la révolte des cipayes, les prémisses d’une conscience nationale face aux méfaits de la domination britannique. Mais c’est à partir de 1917 avec Gandhi, que le combat pour l’indépendance prend de l’ampleur. Gandhi prône la non-violence et la désobéissance civile face à la répression de l’occupant britannique. Ce n’est qu’en 1947, que l’Empire des Indes obtient son indépendance, deux états sont créés : la République de l’Union Indienne avec Nehru à sa tête et la République Islamique du Pakistan. Cette partition entraina des affrontements communautaires, une tragédie qui affectera beaucoup Gandhi. Le Pakistan et l’Inde n’auront de cesse de s’affronter au sujet du Cachemire jusqu’à aujourd’hui.