Hors Frontières

Laos

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

D’une superficie totale de 236 800 km2, le Laos autrement nommé République démocratique populaire lao possède une population de 6 477 211 habitants.

Le kip est sa monnaie nationale, symbolisé par ₭.

La plupart des Laotiens sont de confession bouddhiste. Les chrétiens (catholiques, protestants et mormons) représentent environ 2 % de la population. Il existe d’autres minorités religieuses, comme l’Islam, le Confucianisme, la foi Baha’ie et le bouddhisme Mahâyâna. Très peu de Laotiens sont athées ou agnostiques.

Le Laos a une frontière avec la Chine (200 km), la Birmanie (150 km), la Thaïlande (1 000 km), le Viet Nam (1 000 km), et le Cambodge (150 km). Les montagnes et les plateaux occupent plus de 70 % du pays. Le pays s’étend du nord au sud sur 1 000 km des confins de la Chine à la frontière du Cambodge. Il n’est parfois large que d’une centaine de kilomètres.

Vientiane en est la capitale. Les autres grandes villes sont : Paksé, Savannakhet, Luang Prabang et Sam Neua.

L’histoire du pays commence réellement vers le XIIème siècle avec l’arrivée des populations Tai depuis le sud de la Chine. Le royaume se consolide progressivement, tandis que le bouddhisme s’y implante durablement ; après Luang Prabang, Vientiane devient capitale en 1560.  En 1893, l’action du vice-consul de France à Luang Pragang, Auguste Pavie, ainsi qu’un blocus des côtes obligent le Siam à céder à la France la rive gauche du Mékong (Laos oriental) puis à signer des traités (1902, 1904) reconnaissant le protectorat de la France sur la partie orientale de Lan-xang (Laos). Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Empire du Japon impose sa domination sur l’Indochine française, y compris le Laos. Le France était à ce moment sous le régime de Vichy, cette domination n’est que relative, et sur place les porte-drapeaux restent français. Mais en 1945, prenant conscience de l’arrivée imminente des puissances coloniales européennes dans cette région d’Asie, le Japon va tout mettre en œuvre pour libérer les différents pays sous tutelle occidentale. Mais l’arrivée de la France va empêcher ce processus et la France reprend le pouvoir jusqu’à la guerre d’Indochine et laisse une certaine autonomie à Laos. Même si la plupart des pays son satisfait par cette autonomie en 1949, le mouvement de Souphanouvong lié au Việt Minh s’y oppose, et malgré la reconnaissance par la France de l’indépendance de Laos en 1953, ce mouvement va déboucher sur une guerre civile, et les accords de Genève de 1954 vont reconnaitre ce mouvement à la table des négociations. En 1962, malgré l’établissement d’un gouvernement, le pays reste séparé en deux, avec au Sud la partie neutre et anticommuniste, et au Sud le Pathet Laos (mouvement Souphanouvong). Le but de la France et des américains était de favoriser le développement de la neutralité des pays et de lutter contre le Pathet Laos. Mais malgré des accords conclus entre Kennedy et le Nord de Laos, le mouvement Pathet Laos lance une offensive et récupère le Nord-Est et l’Est du Pays. Les Etats-Unis n’interviennent pas directement dans le conflit mais tente de fournir des armes aux tributs afin qu’elles puissent lutter contre ce mouvement et maintenant la neutralité du Royaume de Laos. Force est de constater qu’avec la mort de Kennedy, et d’un coup d’état en 1964, le mouvement réussit à faire partir la France. Les Etats-Unis tentent de réagir entre 1963 et 1964 avec une politique de bombardements intenses, mais celle-ci s’est révélée inefficace. La guerre civile continue jusqu’en 1973 entre le gouvernement royal, et les miliciens aidés par les américains. Un cessez le feu est tout de même organisé entre 1972 et 1973. Petit à petit le Pathet Laos prend place au sein du gouvernement, et profitant de la mauvaise santé du président, un coup de force est organisé et ce mouvement prend le pouvoir. Souphanouvong devient chef de l’État. Une période de coopération avec l’URSS est suivie à partir de 1989 d’une volonté d’ouverture à l’économie moderne et d’intégration régionale. Sans constitution depuis sa proclamation, la République a fini par en adopter une en 1991. Le pays a normalisé ses relations avec les pays voisins comme la Thaïlande, s’est ouvert au tourisme et a lancé un grand nombre de projets à vocation régionale Il est membre de l’ASEAN depuis 1997.