Hors Frontières

Lesotho

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

D’une superficie totale de 30 355 km2, le Lesotho autrement nommée le Royaume de Lesotho possède une population de 2 128 180 habitants.

La monnaie officielle au Lesotho est le Loti (au pluriel) depuis 1980.

La religion prédominante est le christianisme au Lesotho, à tel point que presque toute la population y adhère (97%).

Le Lesotho est un territoire enclavé en Afrique du Sud, par conséquent il n’a qu’une frontière terrestre avec ce dernier, le Lesotho se traverse du Sud au Nord en approximativement quatre heures et trente-cinq minutes et de l’Est en Ouest en trois heures et vingt-huit minutes pour des distances respectives de 324 km de 255 km

Maseru en est la capitale. Les autres grandes villes sont : Teyateyaneng et Mafeteng.

D’un point de vue historique, les Bushmens ont été le premier peuple connu a avoir laissé des traces au Lesotho durant la préhistoire avec les Nguni. Au 16ème siècle ce sont les Basotho qui ont laissé leurs empreintes. La population actuelle est née d’un mélange de ces popultions. En 1820, le roi des Basotho, Moshoeshoe Ier (1800-1870) unifie les tribus sotho afin de se défendre contre les raids zoulous. Il concentre son peuple dans le massif Basouto et réussit à préserver son indépendance. Mais en 1840, il doit également composer avec les raids des Boers, colons hollandais qui vont grignoter une partie de son territoire. C’est ainsi qu’il va demande l’aide des britanniques qui vont y établir un protectorat. De cette manière, les Basothos seront pris dans la tourmente de la seconde guerre des Boers, au terme de laquelle les Boers ont perdu. Malgré la création l’union Sud-africaine, et la République d’Afrique du Sud le pays reste autonome et connu sous le nom de Basutoland. En 1966, le pays devient autonome dans le cadre du Commonwealth. Le pouvoir sera désormais partagé, non sans coups de force mais sans morts jusqu’en 1998, entre la maison royale, l’armée (formée par les Britanniques) et la classe des oligarques civils. Le pouvoir va changer de nombreuses fois de mains, entre celle de Moshoeshoe II (le roi), l’armée lorsque le roi est en exil. En 1993, le gouvernement constitutionnel est restauré après une période d’attente de 23 ans pendant laquelle les militaires ont dirigé le pays. Le samedi 30 août 2014, le pays subit un coup d’État militaire.