Hors Frontières

Lituanie

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

En provenance de Pologne, nous entrons en Lituanie.

Il n’y a pas de contrôle à la frontière.

Nous entrons sur le territoire.

Les routes sont en bon état.

Nous faisons une petite halte dans une station service afin de faire le plein et d’acheter quelques provisions.

Nous reprenons notre route.

Nous traversons une petite ville.

Sur la route, nous faisons connaissance avec un agriculteur.

Nous reprenons notre route vers la capitale : Vilnius.

Nous entrons dans la périphérie de la ville de Vilnius.

La périphérie est entourée d’arbres.

Nous entrons dans la banlieue de la ville.

Nous prenons la direction du centre-ville.

Les rues sont propres.

Nous nous garons au centre ville ; nous nous rendons dans un petit parc.

Nous prenons le chemin de la cathédrale.

Sur le chemin, nous découvrons un beau théâtre.

Les bâtiments sont bien entretenus ; Vilnius est une ville agréable.

Face à nous, la cathédrale de la ville.

Nous contournons la cathédrale pour rejoindre la vieille ville.

Les rues sont piétonnes.

Nous prenons à présent la direction d’une autre église qui se trouve non loin de la République d’Uzupis.

L’église est en briques rouges. Ce qui lui donne un charme indéniable.

Nous contournons ensuite l’église.

Après avoir visité la République d’Uzupis, une sorte de micro nation intégrée dans la ville, nous retournons dans la ville de Vilnius.

Nous empruntons un autre chemin qui nous permet de rejoindre la vieille ville.

Nous découvrons de nombreux artistes de rue.

Nous dépassons de nombreux musées.

Nous traversons des rues animées.

Nous retournons à la cathédrale.

Dans le centre ville moderne, nous faisons une halte au musée des illusions.

Puis, nous décidons de tester un restaurant branché de la capitale, une sorte de restaurant Italien et Japonais. Nous prenons en entrée des sushis, puis des pâtes à la carbonara : un régal.

Nous retournons en fin de soirée vers notre voiture.

Nous nous rendons vers notre hôtel, un 4 étoiles que nous payons 50 euros la nuit.

Le lendemain matin, nous prenons la route ne direction de Europas centras, le soit disant centre de l’Europe qui se trouve à 40 kilomètres de la capitale.

Nous arrivons au parking de l’endroit. Il pleut de plus en plus fortement.

L’entrée de ce point cardinal important est gratuite.

Nous sommes seuls sur place.

Nous repartons ensuite vers le Nord du pays.

Nous faisons une halte dans un restaurant fast-food afin de manger un morceau.

Nous reprenons la route.

Il nous faut 2 heures pour rejoindre la colline aux croix, une des attractions majeures du pays.

Nous nous garons au plus près de l’endroit, quand bien même il est recommandé d’entrée sur le parking payant prévu à cet effet.

Nous pouvons immédiatement apercevoir des milliers de croix qui sont présentes sur une petite parcelle de terre.

Dés l’entrée, les croix se comptent par milliers.

Les croix sont de toutes dimensions.

Les touristes viennent du monde entier pour découvrir cette place.

Nous parcourons les allées, émerveillés.

Les croix sont placés par les fidèles.

Nous sommes stupéfaits de découvrir un tel endroit.

Les croix sont souvent accompagnés d’inscriptions des pèlerins qui les ont placées.

Nous ne loupons pas une miette de ce spectacle.

Nous nous enfonçons dans ce dédale de croix.

Il faut préciser que l’entrée du site est gratuite.

Quelques statues religieuses parsèment l’endroit.

Nous passons près de deux heures sur place.

Nous quittons le site.

Nous nous rendons tout de même au parking du site, qui se trouve à proximité de l’accueil des visiteurs.

Nous achetons également quelques croix.

Nous retournons sur le site afin de les planter dans le sol.

Nous reprenons la route en direction de la Lettonie.

Il nous faut une heure pour rejoindre le pays.

Nous traversons la campagne lituanienne.

Nous quittons le pays.

Il y a quelques années de cela, nous nous étions déjà rendu en Lituanie. En voici le récit de voyage.

Les pays baltes ayant les caractéristiques endogamiques d’une grande famille, la frontière Lettonie-Lituanie se traverse en moins de dix minutes.Un rapide coup d’œil sur nos passeports et nous voilà en Lituanie, dont la route ressemble à s’y méprendre à celle de sa voisine du Nord. Après une heure de conduite, nous apercevons sur le côté, une maison, tout de bois construite et décidons de nous y arrêter, après avoir vu un petit panneau sur lequel sont indiqués des tarifs de différentes boissons.

 Lituanie 1

La surprise vient de notre découverte des animaux, qui vivent en semi-liberté dans un parc aménagé. Les propriétaires nous expliquent leur volonté de recueillir les animaux malades ou fatigués afin de leur permettre de couler de paisibles jours, et ce jusqu’à leur dernier souffle.

 Lituanie 2

Une biche.

Lituanie 3

Un ours.

Lituanie 4

Nous traversons ensuite la petite ville de Panevezys et nous allons nous promener le long du plan d’eau, après avoir voulu volontairement éviter le centre ville, qui mis à part quelques monuments dont une église, ne présente pas un grand intérêt culturel et touristique. La route est relativement bonne, et ce jusqu’à atteindre une autoroute qui nous emmène d’un trait à Vilnius, la capitale peuplée de 500 000 habitants. L’entrée dans la ville comprend en sa proche banlieue, nombre de cathédrales orthodoxes, toujours agencées similairement avec leurs grands dômes et leurs tourelles concaves.

Lituanie 6

D’un point de vue architectural, le centre historique de Vilnius est particulièrement bien conservé. Il est entièrement classé au patrimoine mondial de l’Unesco, avec ses façades typiques des pays du Nord de l’Europe, plutôt colorées et, souvent sculptées. La ville est dominée par une superbe tour en briques aisément visible car situé sur une colline surplombant la ville. La ville de Vilnius est dichotomique. Son quartier des affaires est résolument moderne et comprend de nombreux buildings, qui permettent à ce cœur économique, de générer des profits qui servent ou du moins devraient servir l’ensemble des lituaniens, et ce quand bien même les salaires sont malheureusement assez faibles, de l’ordre de 300 euros mensuels. Le plus simple afin de visiter la ville est de stationner prés de la place principale, permettant grâce à des transporteurs en vélo, généralement des étudiants souhaitant arrondir leur fin de mois, de parcourir les différents monuments, à l’air libre.

 Lituanie 8

La ville est parsemée d’églises, acceptation parfaite et sans anicroche entre les différentes communautés orthodoxes, protestantes et catholiques, cohabitant ensemble dans une symbiose parfaite.

 Lituanie 9

Nous nous approchons de l’église.

Lituanie 10

Nous continuons notre chemin.

Lituanie 11

Autres endroits dans la ville, autres églises.

 Lituanie 12

Les températures sont chaudes.

Lituanie 13

Les lituaniens sont agréables.

Lituanie 14

Nous nous engouffrons dans la vieille ville en découvrant quelques ruelles anciennes, présentant des vestiges de construction datant de l’ère soviétique avec des bâtiments très structurés, dégageant une certaine forme de solennité et imposant à la vue de tous leur omnipotence.

 Lituanie 15

De la même manière, nous visitons une autre église, dont les ornements intérieurs représentent une fresque grandeur nature.

 Lituanie 16

Nous visitons l’intérieur de l’église.

Lituanie 17

Nous traversons la porte de l’aurore, une des particularités de la ville et haut lieu du pèlerinage catholique construit au XVI ème siècle.

 Lituanie 19

Les rues sont vivantes.

Lituanie 18

En nous dirigeant vers l’église Saint-Anne, nous nous arrêtons dans la république d’Uzupio, micro république dont le statut est contesté sur la scène internationale.

 Lituanie 20

La cathédrale orthodoxe se trouve sur notre passage. Blanche, ornée de dômes rouges, elle se mêle au décor avec harmonie.

 Lituanie 21

Nous rejoignons l’église Sainte-Anne, dont la fabrication en briques rouges traditionnelles dénature et s’oppose aux constructions templières religieuses alentours.

 Lituanie 22

L’édifice est somptueux.

Lituanie 23

Une photo s’impose.

Lituanie 24

La cathédrale de Vilnius, quant à elle n’est pas insérée dans le paysage urbain, mais contenue dans une place spécialement réservée, place dégagée, ce qui donne au bâtiment un gigantisme assumé.

Lituanie 25

Elle est tout de blanc vêtue.

Lituanie 26

Nous la découvrons.

Lituanie 27

Elle toise ainsi la ville à laquelle elle fait front

 Lituanie 28

Mais, la cathédrale présente les atouts mobiliers lui permettant d’être une œuvre unique en son genre.

 Lituanie 29

Après avoir marché quelques kilomètres, nous regardons la ville de loin ; elle présente une caractère différent, un peu comme si les monuments ne faisaient qu’un avec la nature, Vilnius étant malgré tout une ville verdoyante. Nous retournons au centre ville, afin de visiter le musée nationale.

 Lituanie 31

Puis certains monuments qui attirent l’œil.

 Lituanie 33

De grands bâtiments.

Lituanie 32

Et un symbole culturel, démontrant à qui veut l’entendre, l’ouverture intellectuelle de la ville.

Lituanie 35

Le lituanien est, avec le letton, une langue balte du groupe des langues indo-européennes. Elle est parlée par presque 4 millions de personnes. Et naturellement, toujours les phrases de base.

 

– Bienvenue : Sveiki atvykę

– Bonjour : Labas

– Comment allez-vous ? : Kaip sekasi ?

– Quel est votre nom ? : Kuo tu vardu?

– Je m’appelle Ludovic: Mano vardas Ludovic

– Parlez plus lentement s’il vous plait : Prašom kalbėti lėčiau

– Je ne comprend pas : Aš nesuprantu

– Vous parlez lituanien ? : Ar kalbate lietuviškai?

– D’où venez-vous ? : Iš kur jūs esate?

– Je viens de France : Aš iš Francia

– A plus tard : Iki pasimatymo

– Bonjour (après-midi) : Laba diena

– Au revoir : Viso gero

– Bonne chance : Sėkmės! Geros kloties!

– Merci : Ačiū

 

Nous reprenons les ruelles de la vieille ville et sommes autant surpris de ressentir le poids du passé dans ces endroits de vie, plutôt austères.

Lituanie 36

Un lieu de convivialité attire notre ouïe. Nous sommes comme happés par cette festivité qui de loin donne l’impression d’une fête étudiante. Il s’agit en réalité d’une place sur laquelle, les lituaniens peuvent manger au sein des nombreux restaurants présents. Nous nous asseyons à une terrasse, étant donné qu’il est déjà l’heure de diner.

En entrée, le hareng (silkė) est servi avec des patates, des oignons émincés, de la crème aigre. Les grandes faims peuvent commender en supplément une assiette de champignons marinés (marinuoti grybai), une salade de chou (kopūstų) ou de betteraves rouges (burokas). Côté plat de résistance, les côtelettes de porc (kepsnys), grillées ou panées, le veau (veršiena), les paupiettes (zrazy), les brochettes à la caucasienne (šašlykas) viendront contenter les carnivores. Servis bien entendu avec des galettes grillées arrosées de crème aigre (blynai).

Et pour finir, des petites crêpes (blyneliai) agrémentées de fruits ou de compotes viendront rassasier les appétits les plus voraces.

 

Le lendemain matin, nous reprenons la route. Malheureusement, après quelques dizaines de kilomètres, nous nous trompons de chemin afin de rejoindre la Pologne et arrivons devant le poste frontière de Bielorussie, qui nous empêche de passer, l’absence de visa nous faisant défaut. Nous devons faire demi-tour.