Hors Frontières

Gambie

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

En provenance du Sénégal, nous arrivons en Gambie.

Le poste frontière de Karang ouvre dés 07 h 00. Il ferme à 20 h 00.

Gambie 1

Nous nous dirigeons vers le service immigration afin de nous faire établir un visa. Nous sommes accompagnés par notre chauffeur et notre guide en provenance du Sénégal. Les sénégalais peuvent entrer sans visa, et ce identiquement à tous les habitants de la CEDEAO, un regroupement d’une grande partie des pays d’Afrique de l’Ouest.

Gambie 2

Le pris est de 20 000 francs CFA, soit 30 euros pour une entrée avec une validité de un mois. Nous payons également prés de 5000 francs CFA, soit 7,50 euros pour la voiture en divers frais.

Gambie 3

Nous sommes sûrs d’avoir payé un peu plus cher que prévu, mais malheureusement, nous ne pouvons faire autrement. Nous aurions pu passer par le poste frontière de la Sénégambie, puis entrer dans le pays par une route bifurquant vers la capitale, ce qui nous aurait coûté 1000 francs CFA, soit 1,50 euros. Mais, le chemin aurait été beaucoup plus long. Nous le prendrons néanmoins pour le retour, ultérieurement. Pour faire nos visas, aucun document ne nous est demandé, mis à part notre passeport. L’officier nous salue chaleureusement.

Gambie 4

Nous arrivons dans la ville frontalière d’Amdallai.

Gambie 5

Nous continuons notre route en direction de Banjul, la capitale.

Gambie 6

La route est fort peu intéressante.

Gambie 7

Nous traversons quelques villages.

Gambie 8

C’est alors que nous sommes arrêtés par la police lors d’un contrôle de papiers. Nous prenons alors une photographie de trois enfants qui nous regardent. Le policier, pris d’une colère monstrueuse, nous enjoint de descendre. Il nous menace de nous expulser du territoire ; nous ne rentrons pas dans son jeu et acceptons sa pseudo sentence ; un gradé est appelé. Nous lui expliquons que nous ne prenions pas en photo le contrôle, mais des enfants qui nous saluaient ; nous le questionnons sur sa considération des touristes ; il nous fait effacer la photographie et nous permet de continuer notre route.

Gambie 9

Avant de partir, le premier policier revient à la charge en nous demandant une petite commission pour le dérangement ; son supérieur se dirige à son encontre en le sermonnant. Nous pouvons repartir.

Gambie 10

Le paysage est assez plat.

Gambie 11

De nombreux enfants marchent le long de la route.

Gambie 12

Tous se rendent à l’école, certains après avoir parcouru de nombreux kilomètres en provenance des villages voisins.

Gambie 13

Nous entrons dans la ville de Kanuma.

Gambie 14

Il s’agit d’une petite bourgade tranquille.

Gambie 15

Les détritus jonchent les bas-côtés de la route.

Gambie 16

Nous croisons de nombreux camions à taille démesurée en provenance du Mali.

Gambie 17

Nous faisons le plein à une station. Nous sommes sûrs que l’essence est coupée avec de l’eau. Mais, nous ne pouvons faire autrement. Le prix de la vie est néanmoins moins élevé qu’au Sénégal voisin. La Gambie accepte les francs CFA, mais la monnaie officielle est le Dalasi, 1 Dalasi valant 14 francs CFA.

Gambie 18

Nous continuons notre route.

Gambie 19

Nous arrivons dans la ville d’Essau. Nous devons prendre nos billets pour le ferry qui nous permettra de traverser le fleuve Gambie pour rejoindre la capitale.

Gambie 20

Le billet coûte 5 euros pour la voiture et 1,50 euros par personne.

Gambie 21

Nous pouvons payer avec des francs CFA.

Gambie 22

Une fois nos billets en poche, nous pouvons continuer notre route et franchir un énième barrage de police.

Gambie 23

Nous entrons dans la ville de Barra.

Gambie 24

Nous garons notre véhicule. Pour un petit pourboire, un homme nous place devant la longue fil de voiture. Il nous exhorte à patienter une heure, avant de pouvoir embarquer.

Gambie 25

En attendant, nous découvrons la ville.

Gambie 26

De nombreux camions patientent, certains depuis des jours, étant donné que trois camions seulement peuvent pénétrer sur le bateau.

Gambie 27

Le ferry effectue des rotations toutes les deux heures. Il met une heure à traverser et trente minutes à embarquer, ainsi que trente minutes à débarquer. Chaque aller-retour nécessite un temps d’attente de trois heures.

Gambie 28

Nous décidons de nous rendre sur le bord de la plage qui jouxte l’embarquement.

Gambie 29

Des dizaines de commerces ambulants fleurissent un peu partout.

Gambie 30

Nous longeons un muret.

Gambie 31

Les déchets ne sont pas ramassés. Ils sont soit récupérés, soit laissés à l’abandon.

Gambie 32

Deux manières permettent de rejoindre la capitale : embarquer dans le ferry normal ou prendre les bateaux à grande vitesse, dans lesquels seuls les passagers peuvent embarquer.

Gambie 33

Le spectacle est édifiant.

Gambie 34

Des dizaines de bateaux attendent les passagers jusqu’à la saturation.

Gambie 35

Des porteurs s’occupent de faire monter les derniers passagers pour quelques centimes d’euros.

Gambie 36

La rotation des bateaux est rapide.

Gambie 37

Des centaines de personnes s’affairent à perdre le moins de temps possible.

Gambie 38

Chaque bateau est rempli d’individus.

Gambie 39

De nombreux bateaux sont échoués sur la plage.

Gambie 40

Une fois qu’un bateau est rempli, un autre prend le relais.

Gambie 41

Les passagers ont bien des gilets de sauvetage.

Gambie 42

Néanmoins, les règles de sécurité ont l’air rudimentaire.

Gambie 43

Une simple ancre posée à même le sol retient les bateaux.

Gambie 44

Le prix de la traversée est de trois euros.

Gambie 45

Les passeurs attendent les clients, qui nous laissent à penser aux migrants qui traversent l’océan et la mer en quête de l’Eldorado européen.

Gambie 46

Nous retournons au port ; nous apprenons que le temps d’attente mentionné correspond à l’estimation africaine. Des minutes qui se transforment en heures.

Gambie 47

Nous décidons de prendre le ferry et donnons rendez-vous au chauffeur de l’autre côté en fin d’après-midi.

Gambie 48

La cohue pour embarquer est totale.

Gambie 49

Le ferry est chargé à ras bord.

Gambie 50

Nous ne pouvons trouver une place assise.

Gambie 51

Chaque place est squattée.

Gambie 52

Nous quittons le port.

Gambie 53

Une légère brise nous caresse le visage.

Gambie 54

Nous profitons de la traversée.

Gambie 55

Durant le trajet, certains passagers avancent dans les ranges en proposant boissons et nourriture.

Gambie 56

Nous ne nous laissons pas tenter par un tel achat, sous peine de tomber malade, la conservation des aliments ne respectant pas la chaîne du froid.

Gambie 57

Le ferry est ancien ; nous apprenons que le précédent a coulé en pleine traversée.

Gambie 58

Nous ne sommes pas rassurés et soulagés de voir le port de Banjul au loin.

Gambie 59

La côte se rapproche.

Gambie 60

Durant le trajet, les passagers tuent le temps comme ile le peuvent.

Gambie 61

Le port de Banjul apparaît.

Gambie 62

Ainsi que les rives de la ville.

Gambie 63

De gros paquebots et tankers sont stationnés.

Gambie 64

Nous pouvons les admirer de prés, tout comme un magnifique porte-conteneurs.

Gambie 65

Les gens commencent à se bousculer pour se rapprocher de la sortie. Le ferry ralentit.

Gambie 67

Nous pénétrons dans la ville.

Gambie 68

Les barrières s’ouvrent.

Gambie 69

En un instant, le bateau se vide. Des dizaines de petites mains se pressent pour décharger les bagages lourds, et ce pour quelques pièces. Nous présentons à la sortie, le ticket remis  ; le procédé est avantageux, car ainsi les passagers ne perdent pas de temps lors de l’embarquement, mais une perte du ticket aurait des conséquences désastreuses : une accusation de vol à la compagnie.

Gambie 70

La ville de Banjul est une capitale dynamique.

Gambie 71

De nombreux taxis jaunes parcourent la ville.

Gambie 72

Les rues sont animées.

Gambie 73

Un ballet incessant de véhicules rythment la ville.

Gambie 74

Nous arrêtons plusieurs taxis, afin de négocier leur location pour plusieurs heures.

Gambie 75

Leur tarif est excessif.

Gambie 76

C’est alors que nous rencontrons un chauffeur guide qui accepte de nous conduire pour la somme modique de 10 euros.

Gambie 77

Nous nous dirigeons vers la cathédrale de l’Assomption.

Gambie 78

Elle est bien entretenue.

Gambie 79

Nous pouvons visiter gratuitement l’intérieur.

Gambie 80

Nous repartons ensuite.

Gambie 81

Nous abandonnons notre taxi ; le chauffeur nous accompagne ; à ses côtés, il sera ainsi plus facile de prendre les photographies voulues.

Gambie 82

Nous découvrons un petit marché.

Gambie 83

Des poissons chats frits sont vendus sur une petite table fabriquée avec les moyens du bord.

Gambie 84

Nous continuons notre route.

Gambie 85

Nous nous dirigeons en direction du marché royal.

Gambie 86

Nous prenons discrètement des photos, les gambiens n’étant pas à l’aise avec les appareils.

Gambie 87

 

Nous pénétrons dans le marché royal Albert.

Gambie 88

Le marché est bondé de monde.

Gambie 89

Ici, tous se vend.

Gambie 90

Les odeurs sont agréables. Une frénésie de senteurs nous envahit.

Gambie 91

L’odeur des fruits frais est remplacée par une odeur tenace de plastique et de cuir bon marché.

Gambie 92

Le marché est découpé en plusieurs parties : au début, les fruits, puis les poissons, la viande, le bazar et le textile.

Gambie 93

Nous quittons les ruelles étroites du marché.

Gambie 94

Nous arpentons le centre ville.

Gambie 95

De nombreux biens y sont proposés à la vente.

Gambie 96

Nous longeons le palais présidentiel, gardé par des policiers lourdement armés.

Gambie 97

Nous découvrons un monument commémoratif fait d’acier.

Gambie 98

Nous nous arrêtons devant la deuxième cathédrale de la ville.

Gambie 99

La cathédrale Sainte Marie est un grand bâtiment.

Gambie 100

La cathédrale est ouverte au public.

Gambie 101

La visite est agréable.

Gambie 102

Le décor n’y est pas ostentatoire.

Gambie 103

Nous en faisons le tour.

Gambie 104

Nous continuons notre route. Non loin de la cathédrale, se trouve le monument phare de la ville : l’arche 22.

Gambie 105

L’arche symbolise l’indépendance du pays.

Gambie 106

Elle est majestueuse.

Gambie 107

A ses côtés, un rond point comprend une statue recouverte de dorure.

Gambie 108

Un peu en amont de l’arche, des gradins accueillent les visiteurs.

Gambie 109

Aux côtés de l’arche, un restaurant propose des spécialités locales.

Gambie 110

Nous y faisons une halte.

Gambie 111

Nous prenons un repos bien mérité.

Gambie 112

La vue est fantastique.

Gambie 113

Une fois notre repas terminé, nous digérons en nous offrant une petite balade. La température extérieure de 45 degrés nous oblige à nous abriter sous l’arche.

Gambie 114

Nous continuons notre visite de la ville par la découverte de l’Assemblée nationale.

Gambie 115

Nous prenons le route ensuite en direction de Bakau.

Gambie 116

Pour ce faire, nous quittons la ville de Banjul.

Gambie 117

La route se raccourcit.

Gambie 118

Nous longeons la mer en traversant une petite forêt de baobabs.

Gambie 119

Ces derniers sont éparpillés sur des terrains peu vallonnés.

Gambie 120

Nous traversons un pont et avons une vue sur un fleuve qui se jette directement dans l’océan.

Gambie 121

Après avoir découvert le cap , nous pénétrons dans la ville.

Gambie 123

Les rues sont désertes en cette pleine chaleur.

Gambie 124

Un enfant déguisé en monstre et armé d’une machette s’amuse pour quelques pièces à faire peur aux automobilistes.

Gambie 125

Il nous salue chaleureusement après la remise d’une petite obole.

Gambie 126

Nous demandons notre chemin vers le lac aux crocodiles.

Gambie 127

Nous croisons un vendeur de Djembé, un instrument local.

Gambie 128

Nous devons nous enfoncer dans la ville.

Gambie 129

La route se détériore au fur et à mesure de notre avancée.

Gambie 130

Nous arrivons enfin aux abords du lac aux crocodile.

Gambie 131

Le lac aux crocodiles de Kachikally est célèbre dans le monde entier.

Gambie 132

Nous payons la somme de six euros par personne.

Gambie 133

L’entrée nous donne le droit de visiter le musée.

Gambie 134

Par ailleurs, le passage par le musée est obligé.

Gambie 135

Le musée nous présente l’histoire de la culture gambienne.

Gambie 136

Les objets sont nombreux et ils ne sont pas protégés.

Gambie 137

Le musée est couvert par un toit en tôle.

Gambie 138

Il se visite en quelques minutes et laisse place à une forêt épaisse.

Gambie 139

Nous dépassons de gros arbres centenaires.

Gambie 140

De l’autre côté d’une barrière, un cultivateur arrose ses légumes après avoir récupéré de l’eau dans un puit placé au centre du jardin.

Gambie 141

Nous découvrons enfin le lac. Nous nous risquons à faire une photo avec un des crocodiles présents.

Gambie 142

L’acte est risqué, mais nous suivons les conseils d’un des guides présents, qui nous enjoint à ne pas faire de bruit et à passer derrière l’animal.

Gambie 143

Durant ce temps, des dizaines de crocodiles sentant l’appel de la chair, se pressent pour nous entourer.

Gambie 144

Le guide surveille nos arrières.

Gambie 145

Les crocodiles ont l’habitude d’entourer leur proie ; un seul faux mouvement peut entraîner un accident mortel.

Gambie 146

La chaleur entraîne la somnolence de l’animal.

Gambie 147

Mais en un instant, l’animal recouvre ses esprits et se retourne ; nous nous en éloignons.

Gambie 148

Les crocodiles se terrent dans une mare verte, la couleur s’expliquant par une sorte d’algue fine en recouvrant la surface.

Gambie 149

Une simple barrière les empêche de sortir et de rejoindre la ville.

Gambie 150

Plusieurs d’entre eux, attirés par un poisson apporté par le guide  se regroupent.

Gambie 151

Nous pouvons les admirer de prés.

Gambie 152

La scène est surprenante.

Gambie 153

Nous pouvons sentir leur haleine.

Gambie 154

Soudainement, des dizaines d’entre eux nous rejoignent.

Gambie 155

La tensions commence à devenir palpable.

Gambie 156

Une fois nourris, ils retournent dans l’eau.

Gambie 157

Ils se déplacent, à notre surprise avec une étonnante agilité.

Gambie 158

Dans le lac, nous pouvons en apercevoir des dizaines.

Gambie 159

Nous devons être vigilants.

Gambie 160

Sur le site, une boutique vend divers objets souvenirs.

Gambie 161

Le site est ombragé.

Gambie 162

Nous nous éloignons du lac.

Gambie 163

Nous donnons quelques francs CFA afin de nourrir les animaux.

Gambie 164

Sur les arbres, des oiseaux viennent se poser.

Gambie 165

Les crocodiles attendent le moment où ils pourront en attraper quelques uns.

Gambie 166

Ce qui se produit lorsque les volatiles essayent de boire.

Gambie 167

Un peu à côté du site, une femelle crocodile se repose dans de l’eau stagnante, semblant figée comme une statue.

Gambie 168

Autour d’elle, des petits crocodiles qu’elle vient de mettre au monde il y a peu.

Gambie 169

Sur la route qui nous ramène à Banjul, nous nous arrêtons pour prendre une photo du bord de plage.

Gambie 170

C’est alors qu’une voiture de police nous arrête et contrôle nos photographies ; les autorités gambiennes ont réellement un problème avec les photographies, ou du moins, elles en profitent pour nous soutirer deux mille francs CFA, soit une somme de trois euros.

Gambie 172

Les autorités nous expliquent ensuite que les photographies ne sont pas appréciées, car le pays est instable politiquement et que ces photos pourraient servir à la préparation d’un coup d’état. Le motif est fallacieux et la corruption, omniprésente.

Gambie 173

Nous retournons dans le centre ville et remarquons que notre chauffeur n’est toujours pas arrivé de la ville de Barra. Nous nous inquiétons et décidons de prendre un billet pour le rejoindre. Après une heure de traversée et plus de trois heures d’attente à Banjul, nous le retrouvons en train de patienter.

Gambie 174

Il nous explique qu’il attend depuis le matin et qu’il a pu se placer en bon ordre de montée dans le ferry, après avoir versé 5000 francs CFA, soit 7,50 euros. Sinon, avec la place qui lui a été attribué le matin même, il n’aurait pu embarquer que le lendemain.

Gambie 175

Nous repayons notre ticket de ferry et pouvons enfin embarquer avec le chauffeur. Le temps total d’attente aura été d’une journée pour rejoindre la capitale.

Gambie 176

Et après ces nombreuses péripéties, nous pouvons enfin quitter la ville de Banjul, en pensant que toute l’organisation de cette traversée est à revoir. Elle est en l’état peu performante et donne surtout lieu à un enrichissement de certains gardes, qui gagnent pour le pays, des petites fortunes pour attribuer à qui bénéficieront ces passe-droits.

Gambie 177

Nous apprenons également que certains chauffeurs mettent plus de deux semaines à rejoindre la capitale.

Gambie 178

Nous nous dirigeons vers la ville de Serrekunda.

Gambie 179

La ville est animée.

Gambie 180

Nous arrivons enfin à la réserve Abuko.

Gambie 181

Les toilettes du parc sont…disons voir, rudimentaires.

Gambie 182

Nous payons la somme de 15 euros par personne.

Gambie 183

Le parc comprend quelques animaux, qu’il faut découvrir à pied. Malheureusement, nous n’en verrons pas un, l’heure tardive l’expliquant peut-être.

Gambie 184

Nous roulons ensuite jusqu’à la ville de Kololi, la station balnéaire du pays.

Gambie 185

Nous séjournons à l’hôtel Sénégambie, un hôtel de bonne facture pour la somme de trente euros par personne.

Gambie 186

La ville de Kololi est une ville festive à l’intérieur de laquelle, séjournent tous les toubabs du pays, c’est à dire en argotique, les touristes : « tout blancs »

Gambie 187

Les restaurants sont nombreux.

Gambie 188

Et les bars accueillent une population assez aisée.

Gambie 189

De grosses voitures y stationnent.

Gambie 190

Et cette opulence suscite la convoitise.

Gambie 191

Nous sommes accostés par un homme qui prétexte travailler à l’hôtel dans lequel nous séjournons. Il souhaite nous présenter son épouse. Nous attendons de voir son jeu ; il nous conduit à l’écart, au haut de la rue, qui débouche sur une partie de résidences non éclairées. Nous stoppons notre avancée en restant dans la rue éclairée. Des chauffeurs de taxi apercevant le jeu de l’homme interviennent et mettent l’homme en fuite. Nous leur expliquons que nous n’avions pas l’intention de le suivre plus en amont, mais les remercions pour leur intervention.

Gambie 192

 

Quelques instants après, nous sommes abordés par une prostituée, qui nous propose de la suivre à l’écart ; nous refusons. Il s’agit d’un ruse souvent usitée. La prostituée, après le rapport, en profite pour accuser les clients de l’avoir violée. Les clients négocient en payant une forte somme. C’est également ce qui se passe avec le troisième accostage : un dealer qui nous propose de la drogue. Les problèmes peuvent suivre le même chemin. Le dealer, de mèche avec des policiers véreux les prévient de l’achat. Les clients arrêtés, doivent payer une grosse somme, sous peine de se voir arrêter ; le dealer, quant à lui, récupère sa marchandise.

Gambie 193

 

Nous décidons devant tant de sollicitation, de retourner à l’hôtel.

Gambie 194

 

Nous croisons également de nombreuses personnes honnêtes, dont un homme qui nous invite à boire le thé.

Gambie 195

 

L’hôtel dans lequel nous séjournons est surveillé toute la nuit.

Gambie 196

 

Nous décidons de profiter encore un peu de l’ambiance bon enfant de la ville.

Gambie 197

 

Nous retournons à l’hôtel ensuite.

Gambie 198

 

L’hôtel comprend de nombreuses animations.

Gambie 199

 

Nous nous couchons.

Gambie 200

 

Le lendemain matin, nous prenons un solide petit-déjeuner.

Gambie 201

 

Nous reprenons ensuite la route vers le Sud du pays.

Gambie 202

 

Nous nous dirigeons vers la ville de Tubakuta.

Gambie 203

 

La route principale est encombrée.

Gambie 204

 

Nous traversons quelques petits villages.

Gambie 205

 

Nous refaisons le plein avant de quitter le pays.

Gambie 206

 

Les routes se vident.

Gambie 207

 

Le paysage alentour commence à changer.

Gambie 208

 

Il devient beaucoup agréable.

Gambie 209

 

Les palmiers sont omniprésents.

Gambie 210

 

Nous nous arrêtons quelques instants pour profiter du spectacle.

Gambie 211

 

De nombreuses personnes arpentent la route.

Gambie 212

 

Nous arrivons à la frontière avec le Sénégal, au poste frontière de Jiboro. Nous quittons ainsi la Gambie.

Gambie 213

 

Plusieurs jours plus tard, nous retournons en Gambie en empruntant la Sénégambie, une route qui traverse le pays et pour laquelle l’entrée ne nécessite pas l’obtention d’un visa, seulement un tampon d’un coût de 1,50 euros. La voiture quant à elle nécessite le paiement d’une taxe de 2500 francs CFA, soit 4 euros.

Gambie 214

 

La route se prend en direction de la ville de Soma, en passant par le Nord de la Casamance sénégalaise.

Gambie 215

 

La route résulte d’une volonté politique du président sénégalais, qui permet de rejoindre facilement le Nord d uSud du Sénégal, et ainsi de ne pas laisser de côté la région de la Casamance.

Gambie 216

 

Nous continuons tout droit.

Gambie 217

 

Nous nous arrêtons dans un petit village.

Gambie 218

 

Les fruits en provenance du Sénégal sont vendus à bas prix.

Gambie 219

 

Sur le sol, de nombreux détritus ne sont pas ramassés.

Gambie 220

 

Ils mettront des années à disparaître.

Gambie 221

 

Les petits vendeurs sont nombreux

Gambie 222

 

Ils nous proposent des bananes pour quelques pièces.

Gambie 223

 

La route a été financée par l’Union européenne.

Gambie 224

 

Les ânes peuvent ainsi marcher sur un sol en dur.

Gambie 225

 

Nous quittons ce petit village frontalier.

Gambie 226

 

La route est très fréquentée.

Gambie 227

 

Nous roulons en direction de la ville de Farafenni. Nous parvenons dans la ville de Soma.

Gambie 228

 

La ville est peu intéressante.

Gambie 229

 

De nombreux commerces sont fermés.

Gambie 230

 

Une astuce pour ne pas payer le visa d’entrée dans la ville consiste à prendre cette bifurcation et à régulariser le situation dans les 48 heures à Banjul. Ou à sortir avant ce délai par la même route.

Gambie 231

 

Nous devons nous arrêter pour prendre les tickets du ferry.

Gambie 232

 

Nous devons continuer tout droit.

Gambie 233

 

Nous quittons la ville de Soma.

Gambie 234

 

La route goudronnée disparaît.

Gambie 235

 

Nous la retrouvons quelques kilomètres plus loin. Nous nous arrêtons pour acheter les billets, pour une somme de 1,50 euros par passager ainsi que 3 euros pour la voiture.

Gambie 236

 

Le paysage alentour est assez plat et monotone.

Gambie 237

 

Nous approchons du ferry.

Gambie 238

 

Le bas côté devient plus boisé.

Gambie 239

 

Nous apercevons la longue file de camions stationnant sur le bord de la route, aux abords de la ville de Yelitenda.

Gambie 240

 

Nous les dépassons.

Gambie 241

 

La file semble interminable.

Gambie 242

 

Nous avons peur de devoir patienter comme l’arrêt fait à Barra.

Gambie 243

 

Néanmoins, nous apprenons que le temps de la traversée n’est que de 20 minutes et que de nombreux ferry se relayent.

Gambie 244

 

Un chauffeur nous apprend également que le temps d’attente pour les camions ne dépasse pas une journée, mais que cette attente est nécessitée par l’embarquement unique de quelques camions par trajet.

Gambie 245

 

En moins de dix minutes, nous embarquons.

Gambie 246

 

Nous pouvons enfin souffler.

Gambie 247

 

Nous surveillons le guidage de notre véhicule.

Gambie 248

 

Nous montons au haut du pont pour profiter de la vue.

Gambie 249

 

Un fin brouillard recouvre le fleuve.

Gambie 250

 

Des grues sondent le fond pour une raison indéterminée.

Gambie 251

 

L’ambiance sur le pont est détendue.

Gambie 252

 

Le ferry est plein à craquer.

Gambie 253

 

Il semble en meilleur état que le ferry qui nous a emmené à Banjul.

Gambie 254

 

Il avance à une vitesse raisonnable ; nous nous sentons en sécurité.

Gambie 255

 

Les bords de la berge opposés apparaissent.

Gambie 256

 

Nous ne manquons rien de cette avancée.

Gambie 257

 

Nous croisons des bateaux de pêcheurs.

Gambie 258

 

Nous nous dirigeons de la ville de Bamba Tenda.

Gambie 259

 

Nous avons déjà parcouru prés des 1/4 de la traversée.

Gambie 260

 

Le fleuve est essentiel pour nourrir les villages alentours.

Gambie 261

 

Les forêts sont nombreuses.

Gambie 262

 

Nous croisons un autre ferry.

Gambie 263

 

La circulation sur le fleuve est importante.

Gambie 264

 

Nous nous approchons de la moitié du parcours.

Gambie 265

 

Nous décidons de découvrir plus en profondeur le ferry.

Gambie 266

 

Nus approchons de la fin de notre traversée.

Gambie 269

 

Le ferry ralentit.

Gambie 270

 

Il se positionne correctement pour entrer dans le port de la ville de Bamba Tenda.

Gambie 271

 

La manoeuvre est risquée.

Gambie 272

 

Mais, le commandant de bord a l’habitude.

Gambie 273

 

Il nous explique qu’il effectue une vingtaine de traversée par jour.

Gambie 274

 

Nous pouvons enfin descendre.

Gambie 275

 

Nous prenons une photo de la route ; un policier nous enjoint de ne pas prendre de photographies. Nous continuons notre chemin.

Gambie 276

 

Sur le bas côté, une véritable décharge à ciel ouvert.

Gambie 277

 

Ces déchets dénaturent le paysage.

Gambie 278

 

La mangrove gambienne est polluée.

Gambie 279

 

Nous continuons notre route en direction de la ville de Farafenni.

Gambie 280

 

Nous retrouvons la même file de camions qui patientent.

Gambie 281

 

Le chemin est en terre battue.

Gambie 282

 

Nous nous arrêtons pour apercevoir des singes en liberté.

Gambie 283

 

Nous arrivons à hauteur de la route goudronnée.

Gambie 284

 

Nous traversons rapidement la ville de Farafenni.

Gambie 285

 

Nous présentons nos passeports et quittons le pays, de manière définitive.

Gambie 286