Hors Frontières

Gibraltar

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Du Maroc, plus précisément de la ville de Tanger Med nous patientons en l’attente du ferry, qui nous conduira à Gibraltar, une dépendance du Royaume-Uni niché au cœur de l’Espagne.

 

Dehors, il fait nuit noire.

Gibraltar 1

Le bateau parvient enfin, après plus de trois heures de retard.

Gibraltar 2

Nous grimpons dans le bateau.

Gibraltar 3

Et pouvons prendre conscience de l’effervescence du port, qui ne cesse jamais de fonctionner.

Gibraltar 4

Les derniers retardataires parviennent à bord.

Gibraltar 5

Le bateau lève enfin l’ancre.

Gibraltar 6

Nous voguons vers Gibraltar en passant par le détroit du même nom.

 Gibraltar 8

Nous sommes secoués par la houle.

Gibraltar 7

Nous parvenons en Espagne, passage obligé, l’arrivée directe à Gibraltar ne concernant que peu d’horaires, pour des prix bien plus élevés que ceux pratiqués par la compagnie FRS (105 euros pour une voiture et quatre personnes, dont deux enfants).

Gibraltar 9

Le rocher de Gibraltar que nous avions pu apercevoir de loin sur le bateau se rapproche.

Gibraltar 10

Nous longeons la mer Méditerranée.

Gibraltar 11

Ce n’est qu’à proximité que nous comprenons qu’il nous faudra patienter de nombreuses minutes, la frontière étant encombrée.

Gibraltar 12

Les tensions étant importantes entre l’Espagne et le Royaume-Uni, les douaniers de parts et d’autres de la frontière temporisant les entrées.

Gibraltar 13

Nous parvenons à entrer dans la file en demandant l’autorisation d’accès à un véhicule qui nous laisse le devancer, ce qui nous fait gagner plusieurs heures d’attente.

Gibraltar 14

Et après un contrôle rapide de nos papiers d’identité, nous entrons sur le territoire de Gibraltar.

Gibraltar 15

Dont le drapeau vole au vent, fièrement, un peu pour montrer aux voisins ennemis une fierté d’appartenir à la couronne britannique.

Gibraltar 16

Nous circulons à l’intérieur du pays, dans un sens de circulation européen, c’est à dire à droite. Par ailleurs, il s’agit du seul pays du Royaume-Uni dans lequel la circulation ne s’effectue pas à gauche, afin de ne pas perturber le sens de circulation des Espagnols qui se rendent en masse dans le pays afin d’y travailler.

Gibraltar 17

Nous apercevons le château du rocher.

Gibraltar 18

Et pénétrons le centre ville.

Gibraltar 19

Nous longeons le rocher avec une vue imprenable sur une des tours du château.

 Gibraltar 21

Nous doutons de sa solidité.

Gibraltar 20

Nous garons notre véhicule et rejoignons le centre ville commercial à pied, en passant sous un tunnel.

Gibraltar 22

Une grande place émerge.

Gibraltar 23

Nous avançons et dépassons un bâtiment d’architecture britannique.

Gibraltar 24

Les panneaux des premiers restaurants et pubs donnent le ton.

Gibraltar 25

Le pays est avant tout renommé pour être le chantre de la consommation.

Gibraltar 26

Ce que nous ne tardons pas à découvrir en arpentant la rue Main street.

Gibraltar 27

Au fur et à mesure de notre avancée dans la rue, l’effervescence monte.

Gibraltar 28

Nous n’hésitons pas nous aussi à vouloir faire partie du décor.

Gibraltar 29

La rue est rejointe par une multitude de ruelles, toutes plus intéressantes les unes que les autres.

Gibraltar 30

Bien éloignées de la frénésie commerçante de la grande rue.

Gibraltar 31

Les devantures des magasins sont bien achalandées. Et tous les biens sont naturellement détaxés, ce qui en fait l’attractivité du pays.

 Gibraltar 32

Nous rejoignons une petite place, autour de laquelle se trouvent les bâtiments administratifs du pays, dont l’hôtel de ville.

Gibraltar 34

Et le parlement.

 Gibraltar 35

Nous regagnons la grande rue et au détour d’une statue commémorative.

Gibraltar 37

Nous dépassons une église en restructuration.

Gibraltar 38

Nous sommes surpris de découvrir des orangers en plein centre ville : les seules oranges poussant au sein du Royaume-Uni.

Gibraltar 39

Nous nous dirigeons vers une église du pays.

Gibraltar 40

Et rencontrons sur la place, Christian Montegriffo (joignable au 00 350 56 20 50 00), un des meilleurs guides du pays, qui nous propose pour une modique somme de 28 euros par adulte (gratuit pour les enfants), de nous faire visiter l’intégralité de l’île. Nous faisons le compte : l’accès du rocher en voiture coûte normalement 20 euros par adulte, sans compter les dix euros par ticket pour chaque visite. Le guide nous permet d’économiser plus de 60 % de nos visites. Qui plus est, il possède une connaissance étendue de l’endroit et agrémente notre découverte d’anecdotes savoureuses. Nous grimpons avec lui dans son mini van climatisé et pénétrons les entrailles de Gibraltar.

Gibraltar 41

Nous circulons dans une ruelle entourée par de vieilles pierres.

Gibraltar 42

Ce qui fait par ailleurs le charme du pays.

 Gibraltar 43

Nous nous enfonçons dans le pays.

Gibraltar 44

Le rocher n’est pas bien grand.

Gibraltar 45

Nous arrivons au sein de la réserve naturelle.

Gibraltar 46

Et effectuons notre première halte, en face du monument commémoratif de la guerre ayant eu lieu entre les forces espagnoles et anglaises, afin d’empêcher les hispaniques d’annexer le rocher.

Gibraltar 47

La particularité du rocher est de parvenir, les journées de grand soleil, une petite dizaine de fois par an, à apercevoir de l’Europe et l’Afrique. Chanceux que nous sommes, nous l’apercevons.

Gibraltar 48

A notre droite, l’Espagne.

Gibraltar 49

Nous jetons un dernier regard sur les côtes marocaines, qui se laissent presque toucher.

Gibraltar 51

Et jetons un coup d’œil vers le contrebas.

Gibraltar 52

En nous faufilant entre une végétation luxuriante.

Gibraltar 53A

Nous reprenons la route sur une pente abrupte.

Gibraltar 54

Nous nous arrêtons quelques dizaines de mètres plus en hauteur.

Gibraltar 56

Et tombons avant l’entrée de la grotte Saint Michael, sur des singes en liberté, particularité du pays, qui comporte ainsi plus de 200 macaques berbères, les seuls et uniques en Europe.

Gibraltar 58

Nous nous en méfions.

Gibraltar 57

Les primates, peu farouches, se laissent approcher.

Gibraltar 59

Ils sont mignons.

Gibraltar 60

Nous pénétrons à l’intérieur de la grotte.

Gibraltar 61

Le spectacle est saisissant.

Gibraltar 62

Surtout lors de la réunion d’une stalactite et d’une stalagmite.

Gibraltar 63

Nous nous enfonçons dans les méandres de la grotte.

Gibraltar 64

Le jeu de couleurs donne à l’endroit un côté mystérieux.

Gibraltar 65

Et allons de surprises en émerveillements.

Gibraltar 66

Chaque paroi est finement et naturellement ciselée.

Gibraltar 67

Nous profitons ainsi d’une véritable source d’inspiration qui éveille les sens et les aguerrit.

Gibraltar 68

En quittant la grotte, le spectacle se poursuit, quand bien même de manière différente.

Gibraltar 69

Les singes, en totale liberté se regroupent autour de nous.

Gibraltar 70

Un parent avec son enfant.

Gibraltar 71

Nous les observons, avec attention, sachant pertinemment que cette rencontre ne se renouvellera pas de sitôt.

Gibraltar 73

Nous leur adressons un dernier regard, avant de retourner vers le guide qui nous explique ne pas savoir leur provenance ; il suppute une arrivée des singes, il y a plus de 200 ans, dans un bateau commercial qui effectuait la liaison Gibraltar-Afrique, mais, sans grande conviction.

Gibraltar 74

Nous continuons de grimper au haut du rocher. Les singes foisonnent en nombre.

Gibraltar 75

Ils sont partout.

Gibraltar 76

Et n’hésitent pas à poser sous l’œil pétillant des photographes en herbe.

Gibraltar 77

Certaines scènes sont tendres.

Gibraltar 78

Nous atteignons enfin le sommet.

Gibraltar 79

Le vertige nous gagne.

Gibraltar 80

La vue sur le pays est totale.

Gibraltar 81

Magnifiquement dégagée.

Gibraltar 82

La montée n’est pas terminée.

Gibraltar 83

Le guide en profite pour prendre la pose à côté d’un macaque berbère.

Gibraltar 84

Devant moi, une rencontre inattendue que j’immortalise.

Gibraltar 85

Avant de tendre mon regard vers l’horizon et coup sur coup d’apercevoir l’Espagne.

Gibraltar 86

Gibraltar.

Gibraltar 87

Et le Maroc.

Gibraltar 88

L’aéroport du pays est impressionnant.

Gibraltar 89

Tout comme le cimetière.

Gibraltar 90

Ainsi que le stade de foot.

Gibraltar 91

Sans oublier les équipements sportifs.

Gibraltar 92

A la volée, je photographie un des touristes anglais qui partage notre visite.

Gibraltar 93

Avant de me tourner vers la grotte qui a servi aux habitants du territoire, lors de la guerre avec l’Espagne.

Gibraltar 94

Un canon en marque l’entrée.

Gibraltar 95

Nous en pénétrons l’intérieur.

Gibraltar 96

Et découvrons les galeries crées par l’homme.

Gibraltar 97

La visite est un voyage dans le passé.

Gibraltar 98

De résistants face à l’envahisseur.

Gibraltar 99

De retour en centre ville, nous découvrons la cathédrale, après avoir salué notre guide.

Gibraltar 100

Nous nous dirigeons ensuite vers Europa point, observer la mosquée du pays, montrant les racines partagées du rocher, entre l’orient et l’occident.

Gibraltar 101

Nous nous asseyons ensuite à la table d’un restaurant, afin de déguster les spécialités culinaires du rocher. La langue parlée officielle étant l’anglais, nous nous essayons à la langue de Shakespeare.

– Bonjour. Hello.
– Comment allez-vous ? How are you?
– Très bien, merci. Fine, thank you.
– Quel est votre nom ? What’s your name?
– Mon nom est Ludovic. My name is Ludovic.
– Heureux de vous rencontrer. Pleased to meet you.
– Merci. Thank you.
– Il n’y a pas de quoi. You’re welcome.

– Je ne parle pas bien anglais. I don’t speak English well.
– Parlez-vous français ? Do you speak French?
– Non. No.
– Je ne comprends pas. I don’t understand.
– Excusez-moi. Excuse me.
– Je suis désolé. I’m sorry.
– Au revoir. Good-bye.

Mis à part les restaurants indiens, italiens et chinois du rocher qui sont une véritable institution, les spécialités du rocher sont essentiellement anglaises. Nous nous laissons tenter par le fish ans chips du midi, accompagné d’une bière. Nous aurions cependant très bien pu nous laisser tenter par les autres spécialités d’inspirations méditerranéennes.

– Le Rosto : pennes dans une sauce tomate avec du boeuf ou du porc, champignons et carottes ;
– Le Fideos al horno : macaroni, sauce bolognaise, et divers autres ingrédients, y compris œufs et du bacon;
– La Calentita : plat cuit comme une crêpe. Il est fait avec de la farine de pois chiche , de l’eau, huile d’olive , sel et poivre;
– La Panissa : Polenta pâteuse coupée en petites lanières et frit dans de l’huile d’olive;
– Le Bollo de hornasso : pain sec et doux ;
– Le Pan dulce : pain doux aux noix ;
– Le Rolito: fine tranche de viande entourée de chapelure, de bacon, d’œufs, d’olives, de légumes et d’herbes.

Nous repassons ensuite devant l’aéroport qui jouxte les rues principales du pays.

Gibraltar 102

Et retournons à la frontière, patienter durant de longues heures, n’ayant pas choisi les horaires de fluidité : entre 7 heures et 10 heures du matin.

Gibraltar 103

L’Espagne qui reproche aux Anglais de pêcher trop près de leurs côtes, entend ainsi temporiser les entrées et sorties du territoire en guise de protestation.

Gibraltar 104

Mais, il s’agit surtout d’un conflit ouvertement dirigé vers une guerre que les hispaniques n’ont jamais digéré avoir perdu.

Gibraltar 105

Nous quittons ainsi, malgré les deux heures d’attente à la frontière, un territoire surprenant.