Hors Frontières

Grèce

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Alors que nous avons fait une halte en Turquie, nous arrivons en Grèce par le Nord-Est. Les contrôles à la frontière sont rapides, espace Schengen oblige.


Agrandir le plan

Nous traversons un petit village qui contient une église orthodoxe.

 Grèce 2

Puis, un autre dans lequel nous nous arrêtons afin de boire un petit rafraîchissement.

Grèce 3

Puis, nous arrivons à Alexandroúpolis, une ville balnéaire de la mer Egée.

Nous nous rendons à notre hôtel et découvrons la piscine extérieure, qui fait partie d’un vaste ensemble de cinq bassins nautiques.

 Grèce 4

La piscine jouxte une plage sauvage et paradoxalement aménagée.

 Grèce 5

Plage sur laquelle nous nous promenons longuement.

 Grèce 6

Nous profitons ainsi de ce moment de détente.

Grèce 7

Le soir, nous longeons la plage et atteignons le centre ville, duquel, une vue splendide sur le coucher du soleil égaye nos sens visuels.

Grèce 8

Le lendemain matin, nous faisons une halte au port de la ville, découvrir un lieu d’humanité et de vie.

Grèce 9

Nous discutons avec les pêcheurs qui nous invitent à prendre un café.

Grèce 10

Un endroit qui sonne la fraîcheur. De ses produits de la mer du moins.

Grèce 11

Nous repartons ensuite afin de nous diriger vers Athènes, la capitale en passant par la Turquie et en longeant ainsi la mer Egée par l’Est.

De la Turquie, nécessité est la prise d’un ferry, qui permet de traverser la mer Egée en provenance de l’île de Chios.

 

A une heure tardive, nous embarquons dans la ferry, bondé et une fois notre place choisie, nous nous endormons comme nous pouvons, sur les sièges encore disponibles ou sur le sol. Certains, plus chanceux s’accaparent des fauteuils côte à côte. Il est ainsi indispensable lors d’une prise de ferry, de se dépêcher le plus possible afin de se trouver parmi les premiers à atteindre les étages supérieurs des bateaux et choisir les places sur lesquelles, dormir ou somnoler sera un plaisir. La fatigue ne nous ayant pas épargnés, nous nous endormons malgré tout d’une traite, pour se réveiller quelques heures plus tard, vers 5 heures du matin par une voix diffusée dans les haut-parleurs nous annonçant notre arrivée imminente à Athènes.

 

L’arrivée se faisant par le port du Pirée, une attraction dans la ville, nous nous précipitons sur le ponton extérieur afin d’apercevoir cette ville mythique venir à nous. Ou nous, d’aller vers elle.

 Grèce 12

Nous posons le pied sur le sol et garons la voiture afin de profiter de cette vue portuaire.

 Grèce 13

En nous dirigeant vers le centre ville d’Athènes, nous croisons quelques bâtiments orthodoxes à la force de caractère.

Grèce 14

La ville d’Athènes compte prés de 800 000 habitants. Elle est axée par l’acropole, qui la surplombe et en constitue la partie historique, adjacente à la ville nouvelle, quant à elle commerciale et achalandée.

 Grèce 15

Ville généralement polluée et atteignant des températures records, elle n’est pas conseillée aux enfants de bas-âge en juillet et en août, mois où les températures peuvent atteindre le voisinage des quarante degrés Celsius. Pour cette raison et afin d’en profiter en toute quiétude, nous la visitons très tôt le matin.

En apercevant l’acropole au loin, colline sacrée qui regroupe l’ensemble des monuments antiques de la ville, la circulation se fait plus dense.

 Grèce 16

Aux pieds du mont antique, nous découvrons l’Olympiéion ou ancien temple de Zeus.

 Grèce 17

Nous traversons la porte antique.

 Grèce 18

Et apercevons le temple de prés ou du moins ce qu’il en reste.

 Grèce 19

Maintenant que nous avons vu où l’acropole se trouve, il nous est facile de nous diriger vers lui.

Nous nous garons à ses pieds et découvrons un petit parc. Parc non pas dénué d’intérêt touristique, puisque ayant fait il y a peu l’objet de fouilles qui ont permis la divulgation de dizaines de poteries antiques.

 Grèce 20

La vue sur l’acropole est imprenable.

 Grèce 21

Etant donné que nous ne pouvons y monter avec la voiture, nous sommes obligés de l’atteindre en marchant.

Grèce 22

Chaque pas nous en rapproche.

Grèce 23

En haut de l’acropole, nous découvrons sur les côtés, l’Odéon d’Hérode Atticus.

Grèce 24

Puis, le mont de la ville.

 Grèce 25

Lorsqu’enfin l’acropole se dévoile à nous.

 Grèce 26

Sur les côtés, de vieux bâtiments, admirablement conservés servent d’entrepôt de stockage du matériel.

 Grèce 27

Et chaque recoin de l’acropole recèle une vue somptueuse sur la ville.

Grèce 28

Nous profitons de ce spectacle.

Grèce 29

Nous vivons un vrai moment de pure découverte.

Grèce 30

Et faisons enfin connaissance avec l’Erechthéion.

L’Érechthéion est un ancien temple grec d’ordre ionique situé sur l’Acropole d’Athènes, au nord du Parthénon. C’est le dernier monument érigé sur l’Acropole avant la fin du Ve siècle av. J.-C. et il est renommé pour son architecture à la fois élégante et inhabituelle.

 

Il remplace le temple archaïque d’Athéna Polias qui se trouvait entre le Parthénon et l’emplacement actuel et qui fut détruit par les Perses en 480 av. J.-C. lors des guerres médiques.

 

Il est situé à l’emplacement de l’Acropole primitive et regroupait certaines des reliques les plus anciennes et les plus sacrées des Athéniens ; c’est à cet endroit qu’eut lieu la dispute entre Athéna et Poséidon.

Grèce 31

A sa droite, le Parthénon.

 Grèce 32

Le Parthénon était consacré à la déesse Athéna, protectrice de la cité et déesse de la guerre et de la sagesse. Il a été conçu tout à la fois pour abriter la statue chryséléphantine de la déesse, Athéna Parthénos, œuvre de Phidias, et pour abriter l’argent de la cité. Il a été construit de -449 à -438 par l’architecte Ictinos et décoré par le sculpteur Phidias, à l’initiative de Périclès.

 Grèce 33

Les touristes se pressent en masse.

Grèce 34

De face, le Parthénon semble tout autant impressionnant.

Grèce 35

Les détails des monuments semblent avoir été conçus ad vitam aeternam.

Grèce 36

Cette sécularité concerne également le théâtre de Dionysos, haut lieu de la fête antique que nous apercevons en contrebas.

 Grèce 37

Situé juste à côté de l’atelier de réfection des bâtiments de l’acropole.

 Grèce 38

L’acropole étant une colline, elle donne une vue étendue sur la ville d’Athènes.

 Grèce 39

Une vue à 180 degrés.

Grèce 40

Ainsi que sur l’Olympiéion.

 Grèce 41

Athènes restant au passage, une ville verte.

Grèce 42

Pour redescendre, nous apercevons un archéologue, à qui nous demandons une entraide ; gentiment, il accepte de nous raccompagner à notre véhicule. Nous gagnons ainsi une heure de marche et pouvons tranquillement nous diriger au centre ville.

 

Nous dépassons le parlement d’Athènes.

Grèce 43

Et nous nous garons dans un parking souterrain, les places étant peu nombreuses dans le centre ville.

 

Une fois à pied, nous nous rendons dans les artères commerciales qui rejoignent différentes places .

 Grèce 44

Nous nous asseyons à une terrasse et fort de notre expérience sur les îles grecques, nous recommençons à baragouiner quelques lapalissades.

 

Le Grec est sans aucun doute une des plus vieilles langues Indo-Européennes. L’alphabet actuel a été inventé vers 800 Avant JC, et a été utilisé depuis lors avec quelques modifications légères. L’alphabet de 24 lettres utilisé en grec classique est toujours le même. Il est parlé en Grèce et sur les îles.

 

– Bonjour. Γεια σου. (YA sou)

– Comment ça va? Τι κανετε; (ti KA-nè-tè?)

– Très bien, merci. Καλά, ευχαριστώ. ( ka-LA ef-kha-rîs-TO)

– Et vous? Και εσείς ? (ke e-SÎS?))

– Comment vous appelez-vous? Πως σε λενε ? (pos se LE-ne?)

– Je m’appelle Ludovic ! Με λενε Ludovic ! (me LE-ne Ludovic)

– Heureux de vous rencontrer. Χαρηκα. (HA-ri-ka)

– Merci. Ευχαριστω. (ef-kha-risse-TÔ)

– Excusez-moi. Συγνωμη. (sîn-GNO-mi)

– Je ne comprends pas. Δεν καταλαβαινω. (dhèn ka-ta-la-VAI-nô)

– Je ne parle pas bien grec. Δεν μιλω καλα ελληνικα. (dhèn mi-LÔ KA-la e-li-ni-KA)

– Parlez-vous français? Μιλατε γαλλικα ? (mi-LA-tè gha-li-KA?)

– Est-ce quelqu’un ici qui parle français ? Μιλαει κανεις εδω γαλλικα ? (mi-LA-i ka-NICE e-DHÔ gha-li-KA?)

– Non. Οχι. (O-khi)

– Désolé. Λυπαμαι. (li-PA-mai)

– Au revoir. Τα λεμε. (ta LE-me)

 

Nous quittons la ville d’Athènes, ensuite afin de remonter vers le Nord.

 

A une centaine de kilomètres de la capitale, nous nous arrêtons dans la ville de Kamena Vourla, une station balnéaire typique.

 

Nous rejoignons notre hôtel et profitons de la piscine extérieure, afin de nous détendre.

Grèce 45

L’après-midi, la température extérieure nous permet une baignade dans la mer Egée.

 Grèce 46

Le soir, nous allons nous promener le long de la plage ; nous prenons connaissance de la ville

 Grèce 47

Dans un des restaurants, nous continuons à découvrir la cuisine grecque.

 

En entrée, nous avons le choix entre :

 

– Salade grecque (khoriatiki) : tomates, concombre, poivron vert, olives et féta, sans oublier l’oignon, avec plus ou moins d’huile d’olive.

– Mélitzanosalata : salade d’aubergines.

– Tzatziki : yaourt, concombre et ail pilé avec de l’huile d’olive et de la menthe.

– Feta : un fromage typique de la Grèce.

– Poulpe, fruits de mer, sardines grillées au citron et calamars.

 

Ensuite viennent les plats :

 

– Moussaka : viande hachée disposée en couche avec des aubergines, le tout recouvert d’une béchamel.

– Mélitzanès papoutsakia : aubergines farcies à la viande et gratinées.

– Kolokithia tiganita : courgettes coupées en petites tranches et frites.

– Domatés ou pipériés : tomate farcis au riz.

– Dolmadès : feuilles de vigne farcies. .

– Chorta et vlita : herbes cuites de la montagne.

– Souvlaki : brochette de porc ou de bœuf.

– Brizola : côte de porc ou de bœuf.

– Païdakia : côtelette d’agneau.

– Bifteki : viandes hachées.

– Keftédès : viandes hachées parfumées à la menthe et à l’origan, cuites au four.

– Kokoretsi : foie cuits à la broche.

– Spetsofaï : saucisses de pays en morceaux et aux poivrons. .

– Stifado : émincé de viande (lapin ou bœuf) aux oignons.

-Sofrito : viande de boeuf ou de veau préparée dans une sauce à l’ail.

– Bekri Mezze : morceaux de viande de porc dans un sauce au vin.

– Glossa : sole.

– Barbounia (red mullet) : rouget ou mulet barbu.

– Tsipourès (mullet/giltheads) : sorte de daurade.

– Xifias (sword fish) : espadon.

– Lavraki (bass) : bar.

– Garidès (shrimp) : crevettes.

– Kolios : maquereau.

– Sardella : sardine.

– Lithrinia (mullet): mulet.

– Briam : ratatouille.

– Imam baïldi : aubergine farcie d’oignons, de tomates et d’herbes.

 

En dessert, nous pouvons choisir entre :

 

– Pâtisseries turques.

– Rizogalo : riz au lait saupoudré de cannelle.

– Halva :crème de sésame.

– Galaktobouréko :feuilleté fourré d’une sorte de semoule.

– Revani : gâteau de semoule.

– L’amigdaloto :pâte d’amandes et de sucre.

– Les fruits frais.

 

Un petit parc d’attraction traditionnel illumine une ville peu éclairée. Les manèges ne sont plus de première fraîcheur, mais les attractions plaisent aux enfants.

 Grèce 48

Le lendemain matin, après deux cents kilomètres, nous arrivons jusqu’à Litochoro, un petit village montagnard, qui possède une belle place centrale.

 Grèce 49

Mais la particularité de ce village est de se trouver aux abords du mont Olympe, la montagne sacrée des dieux olympiens.

 Grèce 50

La vue sur la montagne est bien dégagée.

 Grèce 51

Et revigoré par une oxygénation salvatrice après avoir flirtés avec des températures élevées, nous regagnons le plancher des vaches et la ville de Katerini, sorte de Nice à la grecque.

 

L’entrée dans la ville nous dévoile une belle église orthodoxe.

 Grèce 52

Ainsi qu’une deuxième, qui émerge quelques mètres plus loin.

 Grèce 53

Mais, rapidement, la piété laisse place à la fête, avec des rues très balnéaires.

 Grèce 54

Ainsi que des kilomètres de plages de sable blanc.

 Grèce 55

Un vrai décor de carte postale pour des vacances de rêves.

Grèce 56

Mais, nous restons sans voix devant la piscine de l’hôtel, qui nous laisse penser à un décor des caraïbes.

Grèce 57

Le complexe est luxueux.

Grèce 58

Et c’est en totale décontraction, que nous terminons notre périple en Grèce.

 Grèce 59

Le lendemain, le départ est un peu brusque et nous quittons la Grèce avec une pointe d’amertume : ne pas en avoir profité encore plus.