Hors Frontières

Guinée Bissau

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Dans la ville de Zinguichor, au Sénégal, nous nous dirigeons vers le consulat de Guinée Bissau.

Guinée Bissau 1

Le visa une entrée coûte la somme de 20 000 francs CFA, soit trente euros, soit bien moins qu’un visa pris directement en France. En outre, il s’obtient en moins de dix minutes.

Guinée Bissau 2

Néanmoins, étant donné que nous n’avons pas de photographies, un employé de l’ambassade nous accompagne à l’extérieur afin de faire établir des photocopies de nos passeports ; il paiera lui-même la photocopie de l’ordre de 100 francs CFA, soit 15 centimes d’euros. Nous lui remettrons un petit pourboire à la réception de notre visa.

Guinée Bissau 3

Nous quittons le Sénégal.

Guinée Bissau 4

A la frontière, nous sympathisons avec le douanier, après lui avoir remis une bouteille de Coca Cola. Nous entrons avec notre guide et notre chauffeur du Sénégal. Eux, doivent payer 1000 francs CFA par personne pour entrer.

Guinée Bissau 5

Il nous accompagne afin de pouvoir bénéficier d’un accès prioritaire, qui nous permet de ne pas attendre.

Guinée Bissau 6

Les officiers de l’immigration nous font payer quatre euros pour l’accès de la voiture sur le territoire.

Guinée Bissau 7

Nous en profitons pour acheter à boire.

Guinée Bissau 8

Le poste frontière ressemble à un village du far-west américain.

Guinée Bissau 9

Nous arrivons dans la ville de Sao Domingos. Nous sommes contrôlés par la police et devons verser, pour un tampon apposé sur notre feuille, 1000 francs CFA pour la voiture lors du contrôle par la police, encore 1000 francs CFA lors du contrôle par les douanes et encore 1000 francs CFA aux militaires. Bien entendu, ces soi disant taxes sont versées sans remise d’un reçu.

 

Guinée Bissau 10

Nous continuons notre route.

Guinée Bissau 11

Nous traversons une forêt.

Guinée Bissau 12

Nous arrivons dans une  petite ville. Nouveau contrôle et nouvelles taxes à payer. Mais cette fois-ci, on nous demande 2500 francs CFA par contrôle. Nous refusons de payer cette somme. Nous négocions  et ramenons cette somme à 1000 francs CFA par contrôle.

Guinée Bissau 13

Nous nous arrêtons pour nous désaltérer.

Guinée Bissau 14

La ville n’est pas bien grande.

Guinée Bissau 15

Nous faisons le plein d’essence. La station ne comporte qu’une pompe.

Guinée Bissau 16

Nous quittons la ville.

Guinée Bissau 17

Le paysage change au fur et à mesure de notre avancée.

Guinée Bissau 18

Les palmiers sont omniprésents.

Guinée Bissau 19

Le décor est somptueux.

Guinée Bissau 20

Un véritable havre de paix.

Guinée Bissau 21

Le soleil illumine le sol.

Guinée Bissau 22

Au loin, l’horizon semble mouvant.

Guinée Bissau 23

Nous ne perdons pas une miette de ce spectacle.

Guinée Bissau 24

Le paysage change à nouveau.

Guinée Bissau 25

Un fleuve magnifique se dresse devant nous.

Guinée Bissau 26

Il s’étend à perte de vue et se jette dans l’océan non loin de là.

Guinée Bissau 27

Nous longeons le fleuve.

Guinée Bissau 28

Nous reprenons la route.

Guinée Bissau 29

La qualité du bitume se dégrade.

Guinée Bissau 30

Mais, cela ne nous empêche pas de continuer.

Guinée Bissau 31

Nous nous arrêtons à nouveau dans une sorte de palmeraie.

Guinée Bissau 32

Nous arrivons dans une troisième ville. Nouveau contrôle et nouvelles taxes à payer. Toujours sans remise de reçu.

Guinée Bissau 33

Nous prenons une légère collation.

Guinée Bissau 34

Nous nous abritons un peu du soleil.

Guinée Bissau 35

Il faut dire que la température extérieure est de prés de 45 degrés.

Guinée Bissau 36

Des villageois, surpris de voir des touristes nous abordent poliment ; nous discutons un peu avec eux.

Guinée Bissau 37

Nous quittons le village. Nous apercevons au loin un premier pont.

Guinée Bissau 38

Sur le bas côté, quelques stands de pêcheurs qui vendent le produit de leur pêche.

Guinée Bissau 40

Le pont permet d’enjamber le fleuve. Il a été construit par l’Union Européenne, afin d’éviter sa traversée en ferry.

Guinée Bissau 41

La circulation y est inexistante.

Guinée Bissau 42

Nous stoppons notre véhicule ; la vue y est magique.

Guinée Bissau 43

Nous traversons nombre de petits villages.

Guinée Bissau 44

Les enfants transportent des charges lourdes.

Guinée Bissau 45

Le pays est pauvre.

Guinée Bissau 47

Nous nous dirigeons vers la ville de Bula.

Guinée Bissau 48

Nous payons un péage : quelques centimes d’euros, soit 250 francs CFA.

Guinée Bissau 49

Nous empruntons un autre pont.

Guinée Bissau 50

Nous nous approchons de la capitale : Bissau.

Guinée Bissau 51

Les panneaux d’indication commencent à faire leur apparition.

Guinée Bissau 52

Nous tournons à gauche.

Guinée Bissau 53

La circulation commence à se faire sentir.

Guinée Bissau 54

La route est de meilleure qualité.

Guinée Bissau 55

Nous continuons tout droit.

Guinée Bissau 56

Nous entrons dans la banlieue de Bissau.

Guinée Bissau 57

Sur le bas côté, des centaines de personnes marchent.

Guinée Bissau 58

Nous arrivons au monument de l’indépendance, dés l’entrée de la ville.

Guinée Bissau 59

La nuit commence à tomber.

Guinée Bissau 60

Le monument est une colonne agrémentée par de nombreux motifs.

Guinée Bissau 61

Autour du rond point qui la porte, de nombreux bâtiments.

Guinée Bissau 62

Quelques promeneurs patientent, assis sur des bancs mis à disposition par la municipalité.

Guinée Bissau 63

Nous pénétrons dans le centre ville.

Guinée Bissau 64

Nous circulons sur une des artères principales.

Guinée Bissau 65

Nous nous arrêtons dans un hôtel.

Guinée Bissau 66

La visite de l’endroit ne nous inspire pas confiance.

Guinée Bissau 67

Nous en choisissons un autre, pour la somme de 40 euros pour la chambre. L’endroit est austère.

Guinée Bissau 68

Nous nous rendons ensuite dans un restaurant.

Guinée Bissau 69

Nous marchons dans le centre ville, désert à cette heure tardive.

Guinée Bissau 70

Le lendemain matin, nous nous dirigeons vers le port de la ville.

Guinée Bissau 71

Les rues sont encore désertes.

Guinée Bissau 72

Les bâtiments sont d’inspiration coloniale.

Guinée Bissau 73

Il n’y a pas de goudron sur la route.

Guinée Bissau 74

Nous entrons dans le port commercial.

Guinée Bissau 75

Nous apprenons qu’un bateau express s’apprête à partir dans l’archipel des Bijagos, un des plus beaux archipels au monde.

Guinée Bissau 76

Nous apprenons également que l’entrée du port dans lequel se trouve ce ferry se trouve à un autre endroit.

Guinée Bissau 77

Nous nous précipitons à pied afin de ne pas le louper. Nous parviendrons à la prendre, pour une somme somme toute raisonnable : une dizaine d’euros par ticket.

Guinée Bissau 78

Plusieurs jours plus tard, nous retrouvons le port de Bissau qui se dresse devant nous, après plusieurs jours dans l’archipel des Bijagos.

Guinée Bissau 335

Nous sommes à présent sur la terre ferme. Nous visitons la ville de Bissau.

Guinée Bissau 336

Les routes abordant le port sont en mauvais état.

Guinée Bissau 337

Une fine couche de poussière nous recouvre rapidement.

Guinée Bissau 338

Les bâtiments souffrent d’un entretien inexistant.

Guinée Bissau 339

Les palmiers sauvent les meubles.

Guinée Bissau 340

Mais, une mare de détritus faisant face à la mer gâche les efforts entrepris.

Guinée Bissau 341

Durant des années, le pays, après sa décolonisation a souffert de désordre politique et d’une situation étatique instable.

Guinée Bissau 342

Les touristes commencent à peine à arriver. Ce qui est salvateur pour l’économie locale.

Guinée Bissau 343

Nous découvrons un monument symbolisant la puissance de la liberté du pays.

Guinée Bissau 344

Nous visitons la ville avec attention.

Guinée Bissau 345

L’inspiration coloniale est partout.

Guinée Bissau 346

Nous apercevons la forteresse d’Amura.

Guinée Bissau 347

La ville de 400 000 habitants est connue pour son carnaval de février qui tourne autour de mardi gras.

Guinée Bissau 348

Nous longeons la forteresse.

Guinée Bissau 349

Elle comporte un mausolée : celui de Amilcar Cabra, un homme politique grâce à qui le pays a accédé à l’indépendance du Portugal.

Guinée Bissau 350

Nous nous dirigeons ensuite vers la cathédrale.

Guinée Bissau 351

Les routes que nous empruntons sont de pire en pire.

Guinée Bissau 352

La ville est peu peuplée.

Guinée Bissau 353

Le centre ville semble désert.

Guinée Bissau 354

Nous arrivons aux abords de la cathédrale.

Guinée Bissau 355

Elle émerge du décors.

Guinée Bissau 356

Nous pouvons continuer notre route.

Guinée Bissau 357

Nous découvrons l’Assemblée Nationale.

Guinée Bissau 358

Nous continuons notre route en direction du parc national de Lagoas de Cufada, en direction de la ville de Buba.

Guinée Bissau 359

Plusieurs heures de route sont nécessaires pour atteindre notre destination.

Guinée Bissau 360

Les bateaux que nous apercevons du rivage égayent notre vue.

Guinée Bissau 135

 

Le parc est intéressant.

 

Guinée Bissau 274

 

Nous faisons demi-tour et revenons sur nos pas.

 

Guinée Bissau 361

Sur le chemin, des coupeurs de route, enfants qui nous réclament quelques sous.

Guinée Bissau 362

Ils sont nombreux. Mais, nous n’y prêtons pas attention. Une fois le refus prononcé, ils libèrent le passage.

Guinée Bissau 363

Cette scène se répète à plusieurs reprises.

Guinée Bissau 364

Nous retrouvons le chemin de départ, après la ville de Bissau.

Guinée Bissau 365

Nous nous dirigeons vers la ville de Sao Domingos.

Guinée Bissau 366

Nous avons la chance de ne plus être contrôlés par la police.

Guinée Bissau 367

Nous traversons une ville animée.

Guinée Bissau 368

Ainsi qu’un deuxième pont.

Guinée Bissau 369

Après avoir traversé Sao Domingos, nous nous dirigeons vers le poste frontière pour quitter un pays qui mérite d’être découvert.

Guinée Bissau 370