Hors Frontières

République Uzupio

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

L’entrée au sein de la République d’Uzupis, appelée également Uzupis se fait par le centre ville de Vilnius. En traversant un pont qui enjambe la rivière Vilnalé.


Agrandir le plan

Uzupios 1

Ouverte à la circulation, la micro nation d’Uzupis, non reconnue sur la scène internationale mérite le détour, car à l’origine, ayant été un repère d’artiste, elle est devenue au fil du temps, une sorte d’achoppement de la jeunesse lituanienne et en même temps, son calme permet de trouver à la fois des écrivains, des lecteurs ou des visiteurs de passage qui viennent s’inspirer de la quiétude des lieux, en buvant un café dans l’un des nombreux bars du territoire.

Quand bien même faisant partie de la ville de Vilnius, la république d’Uzupis est relativement protégée des patrouilles de police, les habitants au nombre de 7000 se chargeant de régler l’administratif et la sécurité des lieux.

 

Généralement, les touristes de passage ou les amoureux, viennent sur le pont séparant la république de la ville de Vilnius, afin d’y accrocher les cadenas censés sceller leur amour.

 Uzupios 2

Nous pénétrons dans la République et de l’intérieur, nous avons une vue dégagée sur la rivière, qui semble s’étendre disparaître dans la ville.

Uzupios 3

Nous découvrons cette nature agréable.

Uzupios 4

En avançant, nous découvrons sur les murs d’un café, la constitution de la République, qui longue de 41 articles, régit les bases de vie de la micro nation.

Uzupios 5

La Constitution de la République d’Uzupis comprend 41 points : L’Homme a le droit de vivre près de la petite rivière Vilnalé et la Vilnalé a le droit de couler près de l’Homme, à l’eau chaude, au chauffage durant les mois d’hiver et à un toit de tuile, de mourir, mais ce n’est pas un devoir, de faire des erreurs, d’être unique, d’aimer, de ne pas être aimé, mais pas nécessairement, d’être ni remarquable ni célèbre, de paresser ou de ne rien faire du tout, d’aimer le chat et de le protéger, de prendre soin du chien jusqu’à ce que la mort les sépare, de ne pas savoir qu’il a des devoirs, de douter, mais ce n’est pas obligé, d’être heureux, d’être malheureux, de se taire, de croire, de comprendre, d’apprécier sa propre petitesse et sa grandeur, de ne rien comprendre du tout, d’être d’une nationalité différente, de fêter ou de ne pas fêter son anniversaire, d’avoir des frères, des sœurs et des parents, de ne pas avoir peur, de n’avoir aucun droit, d’être un individu, de pleurer et d’être incompris. Le chien a le droit d’être chien. Le chat a le droit de ne pas aimer son maitre mais doit le soutenir dans les moments difficiles. L’Homme n’a pas le droit d’être violent, d’avoir des vues sur l’éternité, d’en rendre un autre coupable. L’Homme devrait se souvenir de son nom. L’Homme peut partager ce qu’il possède. L’Homme ne peut pas partager ce qu’il ne possède pas. L’Homme peut être indépendant. L’Homme est responsable de sa Liberté. Ne conquiers pas. Ne te protège pas. N’abandonne jamais. Le quartier d’Užupis a son propre hymne, sa propre Constitution, son Président, des églises et le cimetière des Bernardins, le plus vieux cimetière de Vilnius,

 Uzupios 6

La république d’Uzupis accueille des festivals alternatifs de mode, des concerts, des expositions, des lectures de poésie, des spectacles et des fêtes, dans les nombreux cafés et bars de la ville. Il faut dire qu’aujourd’hui, Užupis est l’un des quartiers les plus chers et les plus prestigieux de Vilnius.

Uzupios 7_1

Nous continuons notre promenade dans les rues de la République ; les spécialités culinaires sont lituaniennes ; nous en profitons simplement pour boire un verre, étant donné que nous mangerons plus tard dans la journée dans le centre ville de Vilnius.

Uzupios 7

En 2002, la sculpture d’un ange, créé par le sculpteur Romas Vilčiauskas fut inaugurée sur la place centrale d’Užupis. Cet ange de bronze est ainsi devenu le symbole d’Užupis.

 Uzupios 8

Nous quittons ainsi la république d’Uzupis, en étant agréablement surpris de ce que certaines personnes considérées par les bienpensants comme marginales peuvent faire avec de la bonne volonté et beaucoup de courage. Un exemple à suivre.