Hors Frontières

Slovénie

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

De retour dans l’espace Schengen, en provenance de Croatie, les papiers ne sont plus contrôlés, le passage de la frontière n’est qu’une formalité.

Nous  pénétrons dans le pays. Nous devons néanmoins nous acquitter de l’achat d’une vignette afin de circuler sur les autoroutes du pays.

Nous découvrons, en empruntant la route nationale, un pays lacustre. Ce que nous ne soupçonnions pas.

La campagne environnante change au fur et à mesure de notre progression, de visage ; elle devient rurale et se compose à présent exclusivement de champs.

La route sur laquelle nous circulons est d’excellente facture. La présence policière ne se remarque pas et les slovènes restent prudents lorsqu’ils conduisent. Le pays n’étant pas peuplé, il y a peu de ralentissement et de saturation ; les kilomètres s’enchaînent avec aisance. Nous arrivons dans la ville de Breg, dans laquelle, nous nous reposons quelques instants. Nous en profitons pour lier connaissance avec les autochtones.

La langue Slovène est une langue slave du sud, utilisée en Slovenie. Elle présente quelques similitudes avec le croate et le serbe, mais à la différence du monténégrin ou du bosnien, les différences ne portent pas seulement sur certains mots, mais bel et bien sur leur structure d’application

 

– Bonjour. Dober dan

– Comment allez-vous ? Kako ste ?

– Très bien, merci. Zelo dobro, hvala.

– Quel est votre nom ? Kako vam je ime ?

Mon nom est Ludovic. Moje ime je Ludovic.

– Heureux de vous rencontrer. Me veseli, da sva se srečala.

– Merci. Hvala.

– Il n’y a pas de quoi . Ni za kaj.

– Je ne parle pas Slovène. Ne govorim Slovensko.

– Parlez-vous français ? Govorite francosko

– Non. Ne.

-Excusez-moi. Oprostite.

-Je suis désolé. Zelo mi je žal.

Au revoir. Nasvidenje.

 

Il est déjà tard dans l’après-midi ; nous devons reprendre la route. Les petits villages que nous traversons comportent chacun de petites églises, que nous découvrons à la volée.

 

Le pays est assez plat. Après encore une heure de route, nous découvrons au loin, un petit village proche de la ville de Ljubljana, capitale de la Slovénie.

Nous arrivons enfin à Ljubljana, plus grande ville du pays, forte de ses 280 000 habitants. Nous nous rendons dans notre hôtel poser nos affaires et avant qu’ils ne ferment, nous allons manger dans un des restaurants de la ville. Nous nous rendons à la place Mestni Trg, place centrale de la ville et nous découvrons, dans le noir, le pont Tromostovje, qui surplombe la rivière Ljubljanica.

Dans la nuit, la place peine à s’observer dans des conditions optimales, mais les ruelles sous-jacentes lui donnent un côté traditionnel délicieux.

Nous nous sentons en sécurité.

Nous ne tardons pas, car le lendemain, une longue journée nous attend et c’est à pied que nous retournons à notre hôtel.

Après un petit déjeuner copieux, nous nous rendons à nouveau sur la place la plus renommée de Ljubljana. La place est centrale et permet de rejoindre les ruelles de la vieille ville qui se trouvent à proximité.

La place est vivante.

De nombreux commerces sont présents, mais le charme de la place est la vue dégagée sur les alentours de la ville.

Les gens sont souriants.

La place comporte également une belle église.

Nous la visitons.

Nous en visitons l’intérieur, dénué de tout ostentatoire visible.

Sur la place, certains artistes proposent pour quelques sous, quelques activités, dont la gravure de pièces de monnaie à l’effigie de la ville. Nous tentons l’essai, mais l’activité plaît surtout aux plus petits. Nous faisons un détour par l’hôtel de ville.

Et apercevons le château de la ville, vers lequel nous nous dirigeons.

Nous empruntons les allées d’un marché, proposant des produits frais.

Puis traversons les ruelles, dans lesquelles, les pavés laissent planer un certain côté authentique et découvrons la cathédrale Saint-Nicolas.

Afin de nous rendre au château, nous grimpons dans un petit train sur roues ; la visite à allure réduite nous permet d’apprécier la visite de la ville.

Nous arrivons au château et le visitons.

Et mis à part pour les érudits du Haut Moyen-âge de la Slovénie, il ne nécessite pas d’un temps allongé de visite. Néanmoins, son embellissement datant de 1960, il reste agréable à visiter. La vue que nous avons de la ville vaut le coup d’œil.

Et nous rejoignons ensuite notre véhicule, par un funiculaire reliant le château à la ville. Nous quittons ensuite la Slovénie, petit mais intéressant pays.