En Espagne, nous prenons la direction du port d’Algéciras.

Après avoir payé nos tickets de ferry 130 euros, pour une voiture et trois passagers, nous entrons dans le port.

Nous patientons.

Nous sommes appelés à embarquer.

 

Avant toute chose, nous devons présenter nos passeports à un officier de l’immigration du Maroc qui patiente dans le bateau.

Nous récupérons une feuille à remplir, feuille que nous devrons présenter lors de notre arrivée. Nous pouvons découvrir le bateau.

 

Le bateau quitte le port.

 

A l’officine de l’immigration, il y a foule.

Nous assistons au départ du bateau.

 

Nous effectuons la traversée du détroit de Gibraltar.

L’ambiance sur le bateau est bonne.

Nous apercevons les côtes du Maroc.

 

Nous nous dirigeons vers le port de la ville de Tanger, qui se trouve à une quarantaine de kilomètres de la ville.

   

Tanger port se rapproche.

Nous quittons le bateau.

 

Nous faisons le change de notre monnaie. Après une heure d’attente au poste frontière, attente due à la désorganisation des agents, nous quittons le port.

 

Il fait 35 degrés.

Nous quittons l’autoroute pour prendre la direction de la ville de Moulay Driss ; nous devons pour ce faire, traverser le Maroc Ouest Est.

Nous prenons la route de Kenitra ; il nous faut trois heures pour rejoindre la ville.

Nous faisons le plein.

Nous faisons une halte dans la ville de Sidi Kacem.

Tard dans la nuit, nous mangeons dans un restaurant boucherie ; pour 5 euros, nous commandons une grande quantité de viande que le boucher nous fait cuire au barbecue.

 

Nous faisons une halte dans une épicerie.

Nous reprenons la route en direction de Moulay Driss.

 

Nous arrivons dans la ville.

 

Nous avons réservé pour une vingtaine d’euros dans une guest house qui se situe dans le coeur de la médina.

La maison d’hotes est une des plus belles que nous avons louées au Maroc.

La propriétaire est une femme exceptionnelle.

 

Nous faisons connaissance avec notre chambre.

 

Le lendemain matin, nous prenons un bon petit déjeuner.

Nous avons une vue dégagée sur toute la médina.

Nous faisons connaissance avec la ville.

Nous visitons le centre.

La propriétaire de la guest house accepte de nous accompagner pour visiter plus en profondeur la ville.

Sur la route, nous faisons une halte pour faire la connaissance d’un homme qui travaille en compagnie de son âne.

Nous nous dirigeons vers une partie plus historique de la ville.

A l’extérieur de la ville, nous découvrons des ruines romaines.

 

Nous avons une vue sur l’ensemble de la ville.

Nous nous rendons ensuite dans un quartier populaire de la ville.

Nous avançons dans un dédale de ruelles.

 

Il est temps pour nous de rejoindre le site historique de Volubilis.

 

Après 15 minutes de route, nous arrivons sur place.

Nous payons 5 euros l’entrée.

Il nous faut marcher 15 minutes pour rejoindre les ruines.

Le site est magnifique.

 

Les ruines sont relativement bien conservées.

 

Il est possible de faire appel à un guide sur place.

Il est temps pour nous de retourner à Moulay Driss afin de déposer la propriétaire de la guest house.

La propriétaire peut être contactée sur son mail : ridasenhaji79@hotmail.com ; nous prenons ensuite la route vers la ville de Fès.

Nous nous arrêtons pour découvrir le travail que mène un agriculteur accompagné de son petit fils.

Autour de nous, la campagne environnante.

 

Nous reprenons la route ; il nous faut 2 heures pour rejoindre la ville de Fès.

    

La campagne de l’Atlas est propice à de belles promenades.

Nous entrons dans la banlieue périphérique de la ville.

   

Nous entrons dans le centre ville.

 

Nous découvrons le centre ville commercial.

   

Nous nous rendons ensuite dans la médina.

 

C’est alors qu’au même endroit, sur la route, nous retrouvons Zouhir, le guide que nous avions rencontré par hasard, il y a quelques années, tout autant de manière aléatoire ; il décide de nous accompagner pour visiter la ville plus en profondeur ; il est joignable au 00202601683129.

  

Nous nous rendons dans les hauteurs de la ville.

Nous avons une vue étendue sur la ville.

En la compagnie de Zouhir, nous nous rendons dans le quartier des artisans.

    

Le site regroupe de nombreux corps de métiers différents.

Nous faisons la connaissance de potiers.

Ainsi que des spécialistes en confection.

 

Le site est un des sites majeurs des arts marocains.

Nous nous rendons ensuite dans la médina.

   

Zouhir fait appel à un autre guide pour nous accompagner chez les tanneurs.

Nous découvrons la vie locale.

Notre guide qui s’appelle Rachid est joignable au 00212661503623.

Nous nous rendons dans un grand bâtiment qui fait office de centre de vente des cuirs.

 

Nous rejoignons les terrasses extérieures.

 

Sous nos pieds, les tanneurs officient leurs arts ; l’odeur est épouvantable ; pour tenter de l’amenuiser, des feuilles de menthe sont distribuées aux touristes.

Nous découvrons ensuite tous les produits qui sont proposés à la vente.

Nous essayons de négocier une visite même du site de tannerie.

Le guide parvient à nous obtenir une visite pour une dizaine d’euros.

Nous entrons sur le site.

L’odeur est pestilentielle.

Il est temps pour nous de visiter la médina.

Nous nous rendons ensuite dans un des meilleurs restaurants de la ville ; le couscous royal y est célèbre dans tout le pays.

L’ambiance est traditionnelle.

Un serveur vêtu de son habit traditionnel sert le thé.

Vient le moment de déguster notre couscous.

Après avoir mangé le meilleur couscous de notre vie, nous repartons.

Nous prenons la route en direction de la ville de  Casablanca.

  

Nous entrons sur l’autoroute.

Nous quittons la partie Nord du Maroc, que nous retrouverons quelques jours plus tard après avoir visité le Sud du pays.

Alors que nous nous trouvons toujours à Marrakech, nous circulons en direction de Rabat.

 

   

Nous empruntons une autre autoroute.

Nous entrons dans la ville par le biais de l’avenue principale.

   

Nous prenons la direction du centre.

Nous visitons le centre qui ne présente pas un grand intérêt.

 

Nous prenons la direction du Nord du pays après avoir dormi dans une guest house locale.

Nous quittons la capitale pour rejoindre la ville de Mehdia.

Un ralentissement a été provoqué par un accident.

Nous continuons notre route.

   

Nous traversons plusieurs petites villes.

Le secteur est très peuplé.

Nous longeons l’Océan Atlantique.

 

Nous entrons dans la ville.

Nous prenons la direction des plages.

Les plages sont familiales.

Nous passons un agréable moment.

      

Nous rejoignons ensuite le port de la ville.

Nous visitons tout d’abord le marché aux poissons.

Les habitants sont chaleureux.

Dans un restaurant qui se trouve juste à proximité, nous commandons des plats de sardines qui sont préparées devant nous ; les sardines coûtent moins de 5 euros le kilos.

En attendant la préparation de nos plats, nous découvrons les alentours.

Nous retournons ensuite au restaurant.

Il est temps pour nous  de prendre la route vers la ville de Tanger.

   

Nous arrivons dans la ville tard dans la nuit.

 

Nous logeons dans un hôtel 4 étoiles pour 50 euros la nuit.

 

Le lendemain matin, nous nous réveillons avec une vue sublime.

Nous découvrons le front de mer de la ville.

 

La ville a subi depuis quelques années une rénovation totale.

 

Nous circulons vers le vieux centre.

 

Etant donné que nous devons rejoindre notre ferry qui se trouve à une quarantaine de kilomètres, nous ne traînons pas.

 

Nous quittons la ville.

Nous prenons une petite bifurcation avant d’arriver à Tanger port.

Nous découvrons de petites villes.

Nous nous arrêtons dans un bar.

Nous prenons la route vers le port.

Nous récupérons nos tickets.

En les prenant sur place, les prix sont moins chers que sur Internet.

Nous passons les premiers contrôles de sécurité.

Nous présentons nos tickets.

Nous embarquons.

Nous quittons le Maroc.

Nous naviguons.

 

Nous entrons dans le détroit de Gibraltar.

Quelques années auparavant, nous avions déjà visité le Maroc ; en voici le récit de voyage.

Très tôt un matin, en provenance d’Espagne, nous patientons sur les quais et attendons notre ferry : celui qui nous amènera au Maroc. Nous patientons encore et toujours.

Maroc 1

Après une cinquantaine de minutes d’attente et fatigués par notre recherche du quai d’embarquement, étant donné qu’il nous a bien fallu trente minutes pour trouver notre chemin au milieu de ce dédale de petites routes et réussir à parvenir à la porte d’embarquement adéquat, ordre nous est donné de garer notre véhicule à l’intérieur du bateau.
Pour une modique somme d’une centaine d’euros, le trajet Algésiras-Tanger peut débuter.
Nous garons notre véhicule dans les étages inférieurs et rejoignons à pied le pont supérieur, sur lequel, des dizaines de personnes préparent leur passage devant l’officier de l’immigration, seul personnel habilité à apposer le célèbre tampon, qui permet ou au contraire qui empêche l’accès du territoire marocain.
Pour nous, Français, il ne s’agit que d’une simple formalité.

Maroc 2

Nous sortons sur le pont extérieur, profiter de la vue.

Maroc 3

Nous apercevons le territoire de Gibraltar.

Maroc 4

Au fur et à mesure de notre progression, un marin nous indique que le tangage du ferry s’intensifie lors du passage du détroit de Gibraltar, point de réunion entre l’Océan Atlantique et la mer Méditerranée.

Maroc 5

A gauche, la mer Méditerranée.

 Maroc 8

Le vent souffle fortement.

Maroc 7

Les couleurs du ciel sont éclatantes.

 Maroc 9

A droite, l’océan Atlantique.

Maroc 10

Nous apercevons les côtes marocaines.

Maroc 11

Nous nous en approchons.

Maroc 11

Tout autour de nous, les houles des vagues qui se fracassent contre la tôle du bateau.

Maroc 13

Mais quelle satisfaction lorsque nous apprenons avoir franchi le détroit de Gibraltar.

Maroc 14

Les côtes marocaines ne sont plus qu’à quelques miles. Mais, ce n’est sans compter sur la ponctualité marocaine.

Maroc 15

Une heure après, nous pénétrons le port de Tanger Med.

Maroc 16

Nous reprenons notre véhicule et nous approchons de la frontière ; les autorités administratives se succèdent : la police, les douanes. Deux demandes de pourboire au passage, que nous refusons, tout en versant quelques euros à un handicapé qui nous avait prêté son stylo. Nous franchissons la douane après deux heures de formalité.

Maroc 17

Nous empruntons l’autoroute qui nous conduit à Tanger.

Maroc 18

La circulation y est fluide, mais le danger déjà omniprésent, avec les dizaines de piétons qui n’hésitent pas à la traverser, sans prendre en compte le flux de voitures circulant à grande vitesse.

Maroc 19

Le paysage autour de nous est déjà dépaysant.

Maroc 20

Nous arrivons au péage et découvrons que la guichetière n’accepte ni carte bancaire, ni euros, seulement des dirhams marocains qui nous font défaut. Il faut attendre une voiture qui accepte de nous changer cinq euros en cinquante dirhams, afin de pouvoir franchir la barrière et nous diriger vers Tanger.

Maroc 21

Après avoir conduit 40 kilomètres, il nous faut bien 15 kilomètres supplémentaires pour rejoindre le centre ville, les autoroutes marocaines à la différence des autoroutes françaises en étant éloignées.

Maroc 22

Nous avançons dans une circulation dense.

Maroc 23

Et parvenons jusqu’à un carrefour.

Maroc 24

La ville, quand bien même ne présentant pas un grand attrait touristique, reste agréable.

Maroc 25

Nous découvrons une architecture différente de ce que nous avions connu jusqu’à présent.

Maroc 26

Nous nous dirigeons ensuite vers le centre ville commercial.

Maroc 27

Avec ses nombreuses habitations.

Maroc 28

Et sa célèbre mosquée.

Maroc 29

Devant laquelle, nous nous faisons photographier.

Maroc 30

Nous nous promenons dans les rues de la ville.

Maroc 31

Et profitons de certaines découvertes architecturales.

Maroc 32

Nous reprenons notre véhicule pour prés de 200 kilomètres sur autoroute.

Maroc 33

En direction de Rabat, la capitale du Maroc.

Maroc 34

Les paysages extérieurs sont variables et changeants, passant des plaines désertes aux forêts d’arbres protégés par la gestion marocaine des parcs naturels.

Maroc 35

Nous arrivons enfin à Rabat.

Maroc 36

Nous traversons le centre ville.

Maroc 37

Et rejoignons une place centrale.

Maroc 38

De laquelle, nous visitons une mosquée.

Maroc 39

L’intérieur est très épuré ; à la limite de la sobriété.

Maroc 40

Nous pénétrons ensuite dans la médina, une sorte de ville dans la ville ; la particularité de la médina de rabat réside dans le fait qu’elle abrite derrière ses murs, l’ensemble des institutions administratives du pays.

Maroc 41

Nous remettons nos passeports à l’accueil et découvrons les bâtiments administratifs les plus importants du pays.

Maroc 42

Les bâtiments se succèdent.

Maroc 43

Tous plus importants les uns que les autres.

Maroc 44

Nous les longeons.

Maroc 45

Avant d’arriver à la mosquée centrale.

Maroc 46

Et de rejoindre les grands ministères.

Maroc 47

Nous nous éloignons de la mosquée.

Maroc 48

Le palais royal du Maroc se dessine.

Maroc 49

Tout autour, les routes sont désertes et parfaitement entretenues.

Maroc 50

Le palais est impressionnant.

Maroc 52

Nous faisons ensuite demi-tour.

Maroc 53

En nous approchant à nouveau de la mosquée royale.

Maroc 54

Nous récupérons nos documents d’identité et quittons Rabat, en nous arrêtant au château de la ville.

Maroc 55

Château construit en terre rouge et qui surplombe la ville.

Maroc 56

Nous nous en éloignons ensuite après l’avoir visité.

Maroc 57

En quittant la ville, une présence militaire nous intrigue.

Maroc 58

Le long de hauts murs, couverts de verdure, des centaines de policiers et autres forces armées se trouvent en faction.

Maroc 59

Nous apprenons qu’il s’agit de la demeure du roi Mohamed VI, surveillée 24 heures sur 24.

Maroc 60

Nous quittons la ville de Rabat et prenons la route vers la ville impériale de Fès, distante de 250 kilomètres.

Maroc 61

Nous traversons le pays d’Ouest en Est.

Maroc 62

Les plaines se font rapidement remplacées par le début de l’Atlas, la chaîne de montagne du pays.

Maroc 63

La route est globalement bonne.

Maroc 65

Et les paysages, de couleur jaunâtre.

Maroc 66

Après avoir conduit plusieurs heures, nous arrivons dans la ville de Fès, de nuit.

Maroc 68

En roulant dans un flot chargé de véhicules, nous demandons notre chemin à un jeune homme qui circule en scooter. Par chance, il est guide et nous conduit jusqu’à la médina.

Maroc 69

Pour l’atteindre, nous devons traverser la ville nouvelle et nous frayer un passage à travers les petites ruelles étroites.

Maroc 70

Voyant que nous n’avons pas réservé d’hôtel, il nous propose de nous présenter le patron d’un Riad, situé au centre de la Médina.

Maroc 71

Le Riad est sublime, aménagé comme un palais, il accueille les visiteurs en les faisant passer pour des princes des mille et une nuits, en contrepartie d’une cinquantaine d’euros, avec petit-déjeuner inclus. Le patron (Majid Benjelloun, joignable au 00 212 535 63 78 50 ou 00 212 661 69 04 78) se fait un point d’honneur à accueillir ses clients avec faste.

Maroc 72

Il nous fait faire le tour du propriétaire et nous fait découvrir la magie des habitations traditionnelles.

Maroc 73

Nous n’en perdons pas une miette, surpris par une telle opulence mobilière.

 Maroc 75

Une photo s’impose.

Maroc 74

Nous choisissons la suite royale et montons sur la terrasse afin de profiter d’une vue à couper le souffle.

Maroc 76

La ville semble figée dans une explosion de couleurs.

Maroc 77

Nous sommes à la fois tétanisés par tant de splendeurs, et happés par ce flux lumineux hypnotisant.

Maroc 78

La Médina est vivante et nous en sommes les témoins.

Maroc 79

Le patron nous fait apporter un thé marocain.

Maroc 80

Et nous le dégustons avec pour arrière fond, la ville impériale.

Maroc 81

Nous redescendons vers les étages inférieurs du Riad.

Maroc 82

Et sortons à l’extérieur, rejoindre les petites ruelles de la ville.

Maroc 83

Sans nous soucier de notre véhicule, surveillé par un gardien privé pour la somme modique de 2 euros pour la nuit.

Maroc 85

Nous nous rendons vers la porte bleue, porte d’entrée principale de la Médina.

Maroc 86

Puis, nous arpentons la rue qui nous mène vers le souk nocturne.

Maroc 87

La foule se densifie.

Maroc 88

Il ne nous faut pas longtemps pour nous apercevoir que notre destination a été atteinte.

Maroc 89

Le foisonnement de couleurs est total.

Maroc 90

La porte de Bab Bou Jeloud nous attendait.

Maroc 91

Nous nous rendons, accompagné de notre guide Ali (joignable au 00212 675 94 34 13), à la médersa Bou Inania.

Maroc 92

Puis, nous retournons dans le souk.

Maroc 93

Nous négocions, ainsi que la coutume l’exige, un habit marocain.

 Maroc 95

Un dernier tour dans le souk.

Maroc 96

Une dernière curiosité aperçue : une fontaine d’eau potable qui ne l’est pas.

Maroc 97

Nous terminons la soirée dans notre Riad sur la terrasse, à siroter un thé à la menthe, préparé par notre hôte.

Maroc 98

Le lendemain matin, nous quittons la ville de Fès et nous dirigeons 60 kilomètres plus à l’Ouest.

Maroc 99

La route traverse le moyen atlas.

Maroc 100

Nous arrivons en moins d’une demi-heure dans la ville de Meknès.

Maroc 101

Nous traversons la nouvelle ville et commençons à être habitués de cette typographie urbaine.

Maroc 102

Notre première visite concerne la porte Bab El Mansour, porte d’entrée principale de la médina.

Maroc 103

La porte se trouve aux abords d’une place dégagée.

Maroc 104 Maroc 105

Place qui se situe à l’extérieur de la médina.

Maroc 106

Nous prenons notre temps.

Maroc 107

Et que nous découvrons de bon matin.

Maroc 108

La porte Bab El Mansour est cependant fermée ; une porte juxtaposée permet d’entrer à l’intérieur de la médina.

Maroc 109

Cette porte secondaire n’en est pas néanmoins dénuée de charme.

Maroc 110

Nous jetons un dernier regard sur la ville en contrebas.

Maroc 111

Et reprenons notre véhicule en traversant une autre porte.

Maroc 112

Puis, une seconde.

Maroc 113

Ce qui nous permet d’arriver à la mausolée de Moulay Ismail.

Maroc 114

Nous le visitons.

Maroc 115

Et reprenons à nouveau notre véhicule, en traversant la porte par laquelle nous sommes entrés dans la médina, mais cette fois-ci de l’intérieur.

Maroc 116

Nous avons l’impression de circuler à l’intérieur des remparts de la ville.

Maroc 117

Et au détour d’une autre place.

Maroc 118

Nous apercevons le bassin de l’Aqdal.

Maroc 120

Situé non loin des écuries royales.

Maroc 121

Nous en profitons pour admirer la vue.

Maroc 122

Et profitons de ce décor d’un autre temps.

Maroc 123

Un énième château plus loin.

Maroc 124A

Nous continuons notre route.

Maroc 125

Pour nous rendre vers les hauteurs de la ville, accompagné par un taxi, qui circule dans son véhicule et nous guide vers les trésors de la ville.

Maroc 126

Dont la célèbre porte Bab El Khémis.

Maroc 127

Nous nous en éloignons et grimpons vers les collines surplombant la ville.

Maroc 128

La vue des plongeante.

Maroc 129

Et nous permet d’admirer cette magnifique ville impériale.

Maroc 130