En provenance de Lisbonne, nous nous rendons dans le Sud du pays.

Nous prenons sur autoroute la direction de l’Algarve.

Nous faisons une halte dans un restaurant local.

Nous reprenons la route.

Nous arrivons dans le Sud du pays ; nous prenons la direction de Sagres.

Nous traversons de nombreuses petites villes.

Nous nous arrêtons aux abords d’une belle petite plage.

La plage est nichée dans une petite crique.

Nous descendons un long escalier sinueux.

Nous profitons de l’endroit.

Il est temps pour nous de repartir.

Nous arrivons à l’extrême Ouest des Algarves.

Nous découvrons un beau phare.

Face à nous de hautes falaises.

Nous visitons le phare.

Nous profitons de la vue.

Il est temps pour nous de reprendre la route.

Nous nous dirigeons vers la ville de Lagos.

Nous entrons dans la ville.

Nous nous dirigeons vers le centre.

La ville est parée de couleur blanche.

Nous nous garons et nous parcourons la ville à pied.

Nous faisons la connaissance d’habitants sympathique.

A midi, nous allons manger dans un restaurant japonais qui propose une formule à volonté : un véritable régal.

Nous repartons ensuite.

Nous arrivons à une place de la ville.

Nous continuons notre route jusqu’à une autre place.

Plusieurs artistes proposent des représentations.

Nous longeons le port.

Nous découvrons le marché aux poissons.

Nous prenons un taxi pour nous emmener jusqu’à la marina.

Nous découvrons une petite marina agréable.

C’est alors que nous tombons sur Bom Dia, une société qui propose des excursions pour apercevoir la côte des Algarves la plus célèbre. Nous payons le ticket dix euros.

Nous sommes appelés à embarquer.

Nous pénétrons dans la marina.

Nous quittons la marina.

Nous arpentons un long canal.

Nous entrons dans l’Océan Atlantique.

Nous pouvons voir toutes les merveilles proposées par les côtes portugaises.

Grâce au bateau, nous pouvons nous approcher au plus près des côtes.

Le site est unique.

Le tour dure trois heures.

Les rochers forment des représentations existantes.

Nous entrons dans plusieurs grottes.

Le spectacle est unique.

Il est temps pour nous de retourner à notre véhicule.

Nous mangeons une glace.

Nous quittons la ville.

Nous prenons l’autoroute en direction de l’Espagne.

Nous quittons le Portugal.

Quelques années auparavant, nous avions déjà visité le Portugal du Sud ; en voici le récit de voyage.

Nous circulons en direction de l’Algarve, vaste région portugaise du Sud.

Portugal 136

Le paysage est aride, desséché.

Portugal 137

Et c’est dans ce désert pourtant habité, que nous rejoignons la ville de Portimao.

Portugal 138

Portimao est une ville balnéaire.

Portugal 139

Qui possède une température constante tout au long de l’année.

Portugal 140

La vie y semble agréable.

Portugal 141

Et les palmiers semblent s’accommoder de ce lieu de villégiature.

Portugal 142

Nous arpentons la plage des roches.

Portugal 143

Qui semble infinie.

Portugal 145

Les quais de berge nous appellent.

Portugal 146

Et au milieu de cette carte postale.

Portugal 147

Les enfants barbotent les pieds dans le sable.

Portugal 149

Nous conduisons une bonne heure afin de rejoindre le cap Saint-Vincent, le point le plus méridional du Portugal.

Portugal 150

Le paysage est découpé à la serpe.

Portugal 151

Préservé ainsi depuis des milliers d’années.

Portugal 152

Il en découle une nature encore sauvage.

Portugal 153

Paradis méconnu des touristes.

Portugal 154

Mais qui s’avère être un régal pour les yeux.

Portugal 155

Peu habitués à un tel spectacle.

Portugal 156

Où les éléments s’entremêlent.

Portugal 157

Et les vagues s’entrechoquent contre les falaises abruptes.

Portugal 159

Quelle douce sensation de nous sentir uniques.

Portugal 160

Au milieu de nulle part.

Portugal 161

Et de redécouvrir la patience.

Portugal 162

Epuisés par un tel périple.

Portugal 163

Mais revigorés de bonheur.

Portugal 164

Nous attendons avec ferveur le coucher du soleil.

Portugal 165

Une palette de couleurs qui s’éteint.

Portugal 166

Le peintre a rangé son chevalet et nous faisons de même.

Portugal 167

Nous rejoignons la ville et un dernier château s’offre à nous.

Portugal 168

Avant de rejoindre un petit village et de nous asseoir à la terrasse d’un restaurant. Nous nous essayons alors à la langue : le Portugais.

– Bonjour. Bom dia. (bon DI-a)
– Comment allez-vous ? Como vai você? (ko-mou vaï vocé)
– Très bien, merci. Muito bem, obrigado. (MOUÏ-to BE~IN, o-bri-GA-dou)
– Quel est votre nom ? Como se chama ? (KO-mo si CHA-ma)
– Mon nom est Ludovic. Me chamo Ludovic (mi CHA-mou Ludovic)
– Heureux de vous rencontrer. Muito prazer em conhecê-lo. (MOUÏ-tou pra-ZÈR co-gne-SÈR-o)
– S.v.p. Por favor.
– Merci. Obrigado.
– Il n’y a pas de quoi. De nada.
– Je ne comprends pas. Não entendo. (X)
– Excusez-moi. Desculpe.
– Désolée je parle Français. Desculpe falo Francês
– Parlez-vous français ? Fala francês ?
– Y a il quelqu’un qui parle français ici ? Alguém fala francês ? (X)
– Non Não (Nan-on)
– Je suis désolé. Desculpe.
– Au revoir . Até logo.

Le serveur nous apporte le menu ; la cuisine traditionnelle est simple , mais succulente.

Nous commençons par une entrée avec au choix :

– une soupe de poisson ;
– des petiscos : tapas portugais ;
– une petite salade de poulpe ;
– des légumes grillés ;
– des boulettes de morues, appelées bouliniches de bacalhau.

En plat principal, nous pouvons choisir :

– L’açorda de mariscos, sorte de panade servie avec de l’ail, de l’huile, des œufs, de la coriandre, des crevettes, des palourdes, des clovisses, des épices.
– Le caldo verde, potage de pommes de terre et de choux galiciens émincés, agrémenté de rondelles de saucisse plus ou moins épicée.
– Le bacalhau (la morue), séchée ou salée.
– La caldeirada, sorte de bouillabaisse.
– La cataplana, une tajine typique en cuivre.
– Le lombo, filet de porc.
– Les côtelettes de porc.
– La carne de porco alentejana, à base de morceaux de filet de porc cuits avec des épices (coriandre), du saindoux, des baies de poivron rouge, de l’ail et de l’huile d’olive, cuit à l’étouffée avec des palourdes.
– Les chouriços, saucisses de porc.
– Le cochon de lait.
– Les tripes de veau à la mode de Porto.
– La Francesinha, « la petite Française », sorte de croque-madame largement saucé.
-Le bife à portuguesa, steak servi sur un lit de frites et nappé de tranches de bacon.
– Le frango piri piri, poulet grillé et sauce à base d’huile d’olive et de piments.
– Le frango no churrasco (poulet cuit à la braise).
-Le cozido à Portuguesa, sorte de pot-au-feu.
-Le lecabrito , viande grillée.

Nous terminons par une tarte maison à base d’orange, de cannelle et d’amande. Le tout pour quelques euros.

Nous quittons ainsi le Portugal, ses paysages magnifiques et ses habitants, d’une gentillesse sans borne et avec un sourire sincère, toujours prompts à vous renseigner ou à vous aider.