En Espagne, nous prenons la direction du port d’Algéciras.

Après avoir payé nos tickets de ferry 130 euros, pour une voiture et trois passagers, nous entrons dans le port.

Nous patientons.

Nous sommes appelés à embarquer.

Avant toute chose, nous devons présenter nos passeports à un officier de l’immigration du Maroc qui patiente dans le bateau.

Nous récupérons une feuille à remplir, feuille que nous devrons présenter lors de notre arrivée. Nous pouvons découvrir le bateau.

Le bateau quitte le port.

A l’officine de l’immigration, il y a foule.

Nous assistons au départ du bateau.

Nous effectuons la traversée du détroit de Gibraltar.

L’ambiance sur le bateau est bonne.

Nous apercevons les côtes du Maroc.

Nous nous dirigeons vers le port de la ville de Tanger, qui se trouve à une quarantaine de kilomètres de la ville.

Tanger port se rapproche.

Nous quittons le bateau.

Nous faisons le change de notre monnaie.

Après une heure d’attente au poste frontière, attente due à la désorganisation des agents, nous quittons le port.

Il fait 35 degrés.

Nous quittons l’autoroute pour prendre la direction de la ville de Moulay Driss ; nous devons pour ce faire, traverser le Maroc Ouest Est.

Nous prenons la route de Kenitra ; il nous faut trois heures pour rejoindre la ville.

Nous faisons le plein.

Nous faisons une halte dans la ville de Sidi Kacem.

Tard dans la nuit, nous mangeons dans un restaurant boucherie ; pour 5 euros, nous commandons une grande quantité de viande que le boucher nous fait cuire au barbecue.

Nous faisons une halte dans une épicerie.

Nous reprenons la route en direction de Moulay Driss.

Nous arrivons dans la ville.

Nous avons réservé pour une vingtaine d’euros dans une guest house qui se situe dans le coeur de la médina.

La maison d’hotes est une des plus belles que nous avons louées au Maroc.

La propriétaire est une femme exceptionnelle.

Nous faisons connaissance avec notre chambre.

Le lendemain matin, nous prenons un bon petit déjeuner.

Nous avons une vue dégagée sur toute la médina.

Nous faisons connaissance avec la ville.

Nous visitons le centre.

La propriétaire de la guest house accepte de nous accompagner pour visiter plus en profondeur la ville.

Sur la route, nous faisons une halte pour faire la connaissance d’un homme qui travaille en compagnie de son âne.

Nous nous dirigeons vers une partie plus historique de la ville.

A l’extérieur de la ville, nous découvrons des ruines romaines.

Nous avons une vue sur l’ensemble de la ville.

Nous nous rendons ensuite dans un quartier populaire de la ville.

Nous avançons dans un dédale de ruelles.

Il est temps pour nous de rejoindre le site historique de Volubilis.

Après 15 minutes de route, nous arrivons sur place.

Nous payons 5 euros l’entrée.

Il nous faut marcher 15 minutes pour rejoindre les ruines.

Le site est magnifique.

Les ruines sont relativement bien conservées.

Il est possible de faire appel à un guide sur place.

Il est temps pour nous de retourner à Moulay Driss afin de déposer la propriétaire de la guest house.

La propriétaire peut être contactée sur son mail : ridasenhaji79@hotmail.com ; nous prenons ensuite la route vers la ville de Fès.

Nous nous arrêtons pour découvrir le travail que mène un agriculteur accompagné de son petit fils.

Autour de nous, la campagne environnante.

Nous reprenons la route ; il nous faut 2 heures pour rejoindre la ville de Fès.

La campagne de l’Atlas est propice à de belles promenades.

Nous entrons dans la banlieue périphérique de la ville.

Nous entrons dans le centre ville.

Nous découvrons le centre ville commercial.

Nous nous rendons ensuite dans la médina.

C’est alors qu’au même endroit, sur la route, nous retrouvons Zouhir, le guide que nous avions rencontré par hasard, il y a quelques années, tout autant de manière aléatoire ; il décide de nous accompagner pour visiter la ville plus en profondeur ; il est joignable au 00202601683129.

Nous nous rendons dans les hauteurs de la ville.

Nous avons une vue étendue sur la ville.

En la compagnie de Zouhir, nous nous rendons dans le quartier des artisans.

Le site regroupe de nombreux corps de métiers différents.

Nous faisons la connaissance de potiers.

Ainsi que des spécialistes en confection.

Le site est un des sites majeurs des arts marocains.

Nous nous rendons ensuite dans la médina.

Zouhir fait appel à un autre guide pour nous accompagner chez les tanneurs.

Nous découvrons la vie locale.

Notre guide qui s’appelle Rachid est joignable au 00212661503623.

Nous nous rendons dans un grand bâtiment qui fait office de centre de vente des cuirs.

Nous rejoignons les terrasses extérieures.

Sous nos pieds, les tanneurs officient leurs arts ; l’odeur est épouvantable ; pour tenter de l’amenuiser, des feuilles de menthe sont distribuées aux touristes.

Nous découvrons ensuite tous les produits qui sont proposés à la vente.

Nous essayons de négocier une visite même du site de tannerie.

Le guide parvient à nous obtenir une visite pour une dizaine d’euros.

Nous entrons sur le site.

L’odeur est pestilentielle.

Il est temps pour nous de visiter la médina.

Nous nous rendons ensuite dans un des meilleurs restaurants de la ville ; le couscous royal y est célèbre dans tout le pays.

L’ambiance est traditionnelle.

Un serveur vêtu de son habit traditionnel sert le thé.

Vient le moment de déguster notre couscous.

Après avoir mangé le meilleur couscous de notre vie, nous repartons.

Nous prenons la route en direction de la ville de  Casablanca.

Nous entrons sur l’autoroute.

Nous quittons la partie Nord du Maroc, que nous retrouverons quelques jours plus tard après avoir visité le Sud du pays.

Alors que nous nous trouvons toujours à Marrakech, nous circulons en direction de Rabat.

 

Nous empruntons une autre autoroute.

Nous entrons dans la ville par le biais de l’avenue principale.

Nous prenons la direction du centre.

Nous visitons le centre qui ne présente pas un grand intérêt.

Nous prenons la direction du Nord du pays après avoir dormi dans une guest house locale.

Nous quittons la capitale pour rejoindre la ville de Mehdia.

Un ralentissement a été provoqué par un accident.

Nous continuons notre route.

Nous traversons plusieurs petites villes.

Le secteur est très peuplé.

Nous longeons l’Océan Atlantique.

Nous entrons dans la ville.

Nous prenons la direction des plages.

Les plages sont familiales.

Nous passons un agréable moment.

Nous rejoignons ensuite le port de la ville.

Nous visitons tout d’abord le marché aux poissons.

Les habitants sont chaleureux.

Dans un restaurant qui se trouve juste à proximité, nous commandons des plats de sardines qui sont préparées devant nous ; les sardines coûtent moins de 5 euros le kilos.

En attendant la préparation de nos plats, nous découvrons les alentours.

Nous retournons ensuite au restaurant.

Il est temps pour nous  de prendre la route vers la ville de Tanger.

Nous arrivons dans la ville tard dans la nuit.

Nous logeons dans un hôtel 4 étoiles pour 50 euros la nuit.

Le lendemain matin, nous nous réveillons avec une vue sublime.

Nous découvrons le front de mer de la ville.

La ville a subi depuis quelques années une rénovation totale.

Nous circulons vers le vieux centre.

Etant donné que nous devons rejoindre notre ferry qui se trouve à une quarantaine de kilomètres, nous ne traînons pas.

Nous quittons la ville.

Nous prenons une petite bifurcation avant d’arriver à Tanger port.

Nous découvrons de petites villes.

Nous nous arrêtons dans un bar.

Nous prenons la route vers le port.

Nous récupérons nos tickets.

En les prenant sur place, les prix sont moins chers que sur Internet.

Nous passons les premiers contrôles de sécurité.

Nous présentons nos tickets.

Nous embarquons.

Nous quittons le Maroc.

Nous naviguons.

Nous entrons dans le détroit de Gibraltar.

En provenance du Maroc, nous approchons de l’Espagne. Les côtes de l’Espagne apparaissent.

Face à nous, le rocher de Gibraltar.

Nous devons rejoindre notre voiture.

Nous entrons dans le port d’Algéciras.

Nous prenons la direction de Gibraltar.

Nous circulons en Espagne vers la ville de La Linea de la Concepcion.

La route est agréable.

Nous entrons dans la ville espagnole.

Le rocher de Gibraltar s’aperçoit enfin.

La route est bien indiquée.

Nous suivons la voie réservée aux voitures.

Le contrôle d’entrée dure moins de 5 minutes.

Nous traversons la piste d’aéroport.

Nous entrons dans le pays.

Gibraltar est une dépendance du Royaume Uni.

Nous circulons vers un point de vue du rocher.

Pour ce faire, nous devons traverser le pays.

Nous traversons la partie excentrée de la ville qui porte le même nom que l’entité administrative.

Il nous faut 15 minutes pour traverser le pays.

Nous devons grimper en hauteur.

La pente est forte.

Nous continuons notre route.

Nous ne continuons pas jusqu’à la grotte présente sur la route et bifurquons à droite.

Nous nous garons sur un parking.

Nous avons une vue particulière sur le rocher.

Des singes viennent nous voir.

Nous profitons de cette vue.

Nous retournons à notre véhicule.

Nous prenons la route en direction du phare du pays.

Il nous faut moins de dix minutes pour rejoindre cet autre attrait touristique.

Le phare se trouve aux abords d’une mosquée.

Nous découvrons un petit parc de jeu.

La place est belle.

Les côtes sont escarpées.

Nous prenons la route à présent en direction du centre ville.

Nous nous garons le long du trottoir.

Nous arpentons les rues du centre.

De nombreux commerces sont présents.

Les ruelles donnent envie de découvrir l’endroit où elles mènent.

Nous arrivons au secteur où les restaurants sont nombreux.

Nous prenons une petite collation.

Nous prenons enfin le temps de nous détendre.

Nous traversons la ville d’une part et d’autres.

Nous nous dirigeons vers l’hôtel de ville.

La place regroupe l’intégralité du secteur administratif du pays.

Nous continuons durant plus d’une heure d’arpenter les rues de la ville.

Nous faisons quelques achats.

Nous reprenons notre véhicule.

Nous nous dirigeons vers la frontière.

L’attente pour entrer en Espagne dure près de trente minutes.

Nous quittons Gibraltar.

Après une visite de Gibraltar, nous entrons à nouveau en Espagne.

Nous faisons une halte dans un fast food.

Nous prenons la route vers Barcelone.

Il nous faut douze heures pour rejoindre la capitale catalogne.

Après plusieurs heures de route, nous décidons de faire une halte dans un hôtel ; nous payons la chambre trente euros.

Nous prenons le lendemain matin, un solide petit déjeuner.

Nous reprenons la route.

Nous nous approchons de la ville de Valence.

Nous faisons une halte dans une station service ; nous en profitons pour manger un morceau.

Nous reprenons la route.

Nous entrons en Catalogne.

Nous prenons la direction vers le centre de la ville.

Nous entrons dans la périphérie de la ville.

Nous prenons ensuite la direction de la Segrada Familia.

Nous circulons sur l’avenue principale de la ville.

Nous prenons une bifurcation.

La ville est agréable.

Le secteur dans lequel se trouve la célèbre cathédrale catalane est un peu excentré.

Nous parvenons à nous garer dans une des rues parallèles à la Segrada.

Nous devons traverser un petit parc fleuri.

La Segrada apparaît devant nous.

Le bâtiment est splendide.

Il faut préciser que la cathédrale n’est pas encore terminé.

Nous en profitons pour faire de belles photos.

L’entrée du site coûte un peu plus de vingt euros ; mais il est plus intéressant de le visiter de l’extérieur.

Le bâtiment est entouré par de hautes grues qui font désormais parties du paysage.

Nous mangeons une glace.

Nous retournons à notre véhicule.

Nous mangeons un morceau dans un bar local.

Nous prenons la direction du centre historique.

Il nous faut vingt minutes pour rejoindre le centre.

La ville est vraiment très belle.

Les rues sont propres, les bâtiments bien entretenues.

Nous entrons dans le centre historique.

Nous nous garons.

Nous arpentons les vieilles rues du centre historique à pied.

Nous découvrons la place de la constitution.

Les ruelles sont intéressantes à découvrir.

Nous nous dirigeons vers la cathédrale.

En nous dirigeant vers la cathédrale, nous faisons une halte à la casa de l’Ardiaca.

Nous rejoignons ensuite la place de la cathédrale.

La place est dynamique.

Nous rejoignons un marché gothique.

Nous assistons ensuite à un concert improvisé.

Dans une rue sous-jacente, un homme joue de grands airs de musique classique.

Nous prenons une petite collation.

Nous reprenons notre voiture pour nous diriger vers le front de mer.

il nous faut rouler vingt minutes pour rejoindre le front de mer.

Les embouteillages dans la ville sont nombreux.

Nous arrivons au front de mer.

Nous arpentons le waterfront.

Nous découvrons un petit port.

Nous nous rendons ensuite sur les plages.

Les plages sont splendides.

Nous avons une vue magnifique.

Il est temps en début de soirée de quitter la ville et de prendre la direction d’Andorre.

Le soleil commence à se coucher.

Nous quittons l’autoroute pour nous diriger vers notre hôtel que nous avons payé 50 euros la nuit.

Nous prenons un repas au restaurant de l’hôtel ou du moins, du complexe hôtelier.

Avant de partir, nous jetons un dernier regard sur cette vue magnifique qui se dresse devant nous.

Nous prenons la direction d’Andorre.

Nous traversons des petits villages de montagne.

Nous quittons l’Espagne.

En provenance d’Espagne, nous nous rendons à Andorre.
Nous circulons sur une route espagnole en bon état mais étroite.

Les contrôles sont rapides à la frontière.

Nous nous rendons à la capitale que nous sommes obligés de traverser.

Nous passons par la banlieue de la ville étant donné que nous devons nous rendre sur le site de Naturlandia.

Nous découvrons les villes du pays.

Pour rejoindre le site, nous devons prendre de la hauteur.

Nous empruntons une bifurcation indiquée par les panneaux d’information présents sur la route.

La pente est raide.

Nous circulons prudemment.

Nous nous approchons du parc.

Nous nous trouvons au coeur des forêts du pays.

Nous faisons une halte au premier niveau du parc, niveau qui comprend non pas le parc, mais diverses autres installations : restaurants, commerces, activités. Nous achetons nos tickets. Nous avons le choix : soit de prendre une navette, soit de continuer quelques kilomètres avec notre véhicule.

Nous décidons de prendre notre véhicule ; nous continuons l’ascension.

Nous arrivons après dix minutes de route au sommet.

Les tickets peuvent également s’acheter à l’entrée.

Nous découvrons les ours des montagnes.

Les soigneurs sont attentionnés envers les animaux.

Nous découvrons accompagnés d’un guide, les autres animaux du parc.

Plusieurs stands permettent aux enfants d’effectuer nombre d’activités.

Nous reprenons ensuite notre route.

Sur le chemin qui nous conduit à la capitale, nous faisons une halte dans une sorte de petit hameau.

Une femme vient à notre rencontre : il s’agit d’une négociatrice en vin qui décide de nous faire visiter le hameau ainsi que son entreprise.

La particularité du hameau est qu’il est construit uniquement avec des pierres à la manière d’antan.

A plusieurs reprises, nous avons un point de vue intéressant sur les Pyrénées.

Nous faisons la rencontre avec un agriculteur.

Nous grimpons un peu pour découvrir une vue dégagée sur la vallée qui se situe en contrebas.

Il est temps pour nous de reprendre notre route. Nous nous dirigeons vers Engolaster.

Il nous faut encore monter pour rejoindre le petit village.

La route est sinueuse.

Nous faisons une halte dans une petite église ; il s’agit de la plus vieille église du pays.

L’église est admirablement bien conservée.

Les pierres ont été rénovées avec soin.

Le clocher est d’origine.

Un dernier regard et nous reprenons notre route, cette fois-ci en direction du lac qui se trouve aux alentours.

Nous en profitons tout de même pour admirer un beau panorama.

Nous reprenons notre chemin.

Nous arrivons au terme de la route ; nous faisons connaissance avec des touristes Français.

Un petit panneau indique la direction du lac.

Nous nous garons aux abords du lac et nous nous rendons dans un petit restaurant.

Une fois repus, nous nous dirigeons vers le lac.

Nous passons le reste de l’après-midi à découvrir le site.

Les pêcheurs sont nombreux ; il faut dire que l’eau est poissonneuse.

Nous nous rendons dans une petite guest house locale ; le lendemain matin, nous nous dirigeons vers le belvédère Roc del Quer.

Nous découvrons la ville de Grandvalira.

Puis, nous visitons la ville de Canillo.

Le chemin vers le belvédère se trouve dans la ville de Canillo.

Après une montée trés abrupte, qui sera la cause d’une panne moteur, nous arrivons au belvédère.

Exceptionnellement, le belvédère est fermé au public ; nous devons contourner la grille pour nous en rapprocher.

La vue est édifiante.

Il s’agit du plus beau panorama du pays.

Nous quittons le site après une heure passés à contempler les Pyrénées.

En descendant à Canillo, nous nous arrêtons dans un garage qui ausculte notre voiture, étant donné que la montée sous un soleil de plomb fut responsable d’une perte d’eau dans le réservoir. Mais la panne est vite réparée.

Nous continuons notre route vers la ville de La Massana.

Nous découvrons un village plein de charmes.

Nous faisons connaissance avec Sonia, une fabricante de confiture à l’ancienne.

Nous faisons également connaissance avec sa grand-mère.

Le temps que Sonia prépare sa cuisine, nous découvrons le village.

Nous pouvons retourner chez Sonia pour découvrir son savoir-faire.

Nous saluons Sonia et nous nous rendons à Andorra la vieille, la capitale du pays.

Nous prenons la direction du centre ville.

Nous nous dirigeons vers le centre historique.

Nous nous garons et découvrons le centre à pied.

Nous nous rendons à la place du prince Benlloch.

Nous en visitons l’église.

Nous découvrons un secteur du centre commercial.

Puis, nous découvrons les ruelles du vieux centre.

De nombreux stands proposés par des restaurateurs permettent de goûter aux fabrications locales.

Nous découvrons un bâtiment administratif conçu grâce à des vieilles pierres.

Nous nous dirigeons ensuite vers le nouveau centre commercial.

Il est temps pour nous de quitter la ville.

Nous rejoignons notre hôtel situé dans une ville proche.

Le lendemain matin, nous nous dirigeons vers le Paz de la case.

Nous entrons dans la ville.

La ville frontalière de la France permet de faire des achats détaxés.

Nous nous garons aux abords d’un grand magasin.

Nous nous faisons plaisir en essayant de ne pas trop emmener d’alcool, étant donné que les contrôles à la frontière sont nombreux et que l’import d’alcool est limité.

Nous quittons ensuite le pays en entrant en France.

Après avoir traversé les Pyrénées, nous prenons un café bien mérité.