La région de l’Attique, une Grèce balnéaire et culturelle

Durant plusieurs jours, nous avons parcouru l’Attique, une région mythique de la Grèce, partagée entre le festif et la découverte, les activités sportives et la farniente, le balnéaire et le terrestre. Nous avons ainsi dégusté une cuisine exceptionnelle constituée de produits frais et biologiques, suivant le fil directeur de l’abondance. Nous avons ainsi été plongés au milieu d’une population chaleureuse et fraternelle, toujours souriante, toujours disponible.

 

Ayant constitué le territoire de la Cité-État d’Athènes, l’Attique est bordé au nord par la Béotie et à l’ouest par la Mégaride. Le centre de la péninsule est aujourd’hui fortement urbanisé avec l’agglomération formée par Athènes, le Pirée, Chalándri, Maroússi, Acharnes et Éleusis. Mais la région administrative moderne de l’Attique est plus étendue que la région historique et comprend Megaris dans l’unité régionale West Attica, les îles Saronic et Cythera, ainsi que la municipalité de Troizinia dans le Péloponnèse continental en tant qu’îles régionales.

Pour effectuer ce voyage en Attique, nous avons postulé à une proposition du ministère du tourisme de la Grèce ainsi que des responsables de la région de l’Attique qui souhaitaient organiser un voyage presse d’un groupe de journalistes en provenance de toute l’Europe. Après avoir envoyé notre candidature, nous avons appris quelques jours avant le départ que nous avions été sélectionnés pour faire partie de ce groupe, composé de trois journalistes français, un journaliste autrichien, un journaliste écossais, une journaliste belge, un journaliste hollandais et une journaliste allemande.

Nous avons ainsi été pris en charge par l’office du tourisme de l’Attique, dont le site Internet touristique est le : www.athensattica.com

L’Attique bénéficie d’un climat méditerranéen et a une longue période sèche distincte en été et une courte période humide en hiver. Les précipitations les plus élevées sont enregistrées pendant les mois d’hiver. La partie sud de la péninsule a un climat chaud. Ayant des précipitations très faibles, la région possède une température de 22 degrés en moyenne, ces températures allant de 32 degrés en juillet et en août à 13 degrés en hivers. Il ne neige pratiquement jamais, ce qui confère à la zone, une tempérance climatique agréable pour une découverte touristique pouvant ainsi s’étendre sur toute l’année.

Pour prolonger votre découverte, n’hésitez pas à vous rendre sur notre récit photographique complet afin de profiter chronologiquement en images de notre voyage : https://hors-frontieres.fr/grece-region-de-lattique-attica/

Grece Kythera Hommes

Le vol Air France

 

De nombreuses compagnies aériennes permettent de rejoindre la Grèce depuis la France ; les compagnies low-cost desservent la destination sans grande difficulté. Cependant, ces compagnies ne permettent pas un vol de qualité, privilégiant le prix au confort.

Parmi les compagnies les plus optimales, Air France, quand bien même en pleine réorganisation de ses vols moyens courriers, permet de bénéficier durant les 3 heures 15 que dure le vol, d’un certain confort. Les sièges sont plus espacés, un repas est offert et les voyageurs ont la possibilité de bénéficier d’un bagage en soute.

Pour un prix moyen de 400 euros le billet aller-retour, les voyageurs sont accueillis dans des avions, généralement complets, par des hôtesses et des stewards au sourire sincère.

Alors que nous sommes placés vers le devant de l’avion, nous faisons connaissance avec Thibaut, un des trois journalistes français à avoir été sélectionnés. Habitant dans le quinzième arrondissement de Paris et quittant la France pour la Canada, quelques jours après la fin de notre séjour, l’homme au physique agréable est un photographe reconnu. Distingué, la barbe fraîchement entretenue, l’homme inspire la sympathie.

Le décollage se passe sans encombre ; nous avons la chance de ne pas subir de turbulences ; nous pouvons nous détendre et profiter d’un petit sommeil réparateur, les périodes de repos étant alternés par des discussions animées sur l’évolution sociétale de notre pays.

Tout comme le décollage, l’atterrissage se passe sans encombre. Nous entrons dans l’aéroport et rejoignons le hall des arrivées afin de retrouver le chauffeur mandaté par l’office de tourisme de l’Attique ; l’homme, cheveux gris nous attend face au café Kimbo en tenant une pancarte aux couleurs de la région. Nous retrouvons également Guillaume, le troisième journaliste français qui a pris le même vol que nous mais dont le siège était situé à quelques rangées de la nôtre. L’homme, un peu baroudeur attire immédiatement la sympathie. Journaliste de talent, il a créé le site 716lavie, qui lui fait parcourir le monde en quête d’endroits insolites. De confrère, il deviendra un véritable ami au fil du voyage.

Après une heure de route, nous arrivons à l’hôtel Intercontinental, un des plus beaux cinq étoiles de la ville.

26 Grece Attique

L’hôtel Intercontinental

 

Emergeant tel un joyau dans un quartier populaire, l’hôtel ne laisse pas indifférent. Tout de marbre vêtu, l’hôtel possède de nombreuses chambres de classifications diverses, dont des suites. En effectuant notre check in, nous nous voyons attribués une chambre premium au deuxième étage.

L’hôtel se trouve au Leof. Andrea Siggrou 89-93, Athina 117 45, Grèce ; son téléphone est le 00 30 21 0920 6000 ; le site Internet de l’hôtel donne de nombreuses informations et permet d’y effectuer des réservations : https://www.ihg.com/intercontinental/hotels/gb/en/reservation

Nous faisons également connaissance avec Michael Koumentakos, un des guides mandatés par l’office du tourisme régional, qui nous accompagnera tout au long de notre séjour. Assez élancé, l’homme, au crâne dégarni nous gratifie immédiatement d’un large sourire, s’enquérant de notre voyage. Voyant notre état de fatigue, il nous invite à manger au bar de l’hôtel. Thibaut souhaitant se reposer dans sa chambre et Guillaume désirant rejoindre le centre-ville, je suis le seul à accepter sa proposition. Nous nous installons au bar de l’hôtel et faisons connaissance.

L’homme, un guide exceptionnel travaille en indépendant. Il peut aider les touristes à organiser leur séjour en Grèce ; il est joignable au 00 30 697 3448 389 ou sur le michail.koumentakos@gmail.com

Lorsque le serveur m’apporte la carte, je choisis un assortiment de tapas grecs afin de me faire une première idée de la cuisine locale. Gourmand, je choisis également en dessert une petite touche sucrée avec des profiteroles au chocolat.

37 Grece Attique

Alors que Michael accueille Charlotte, la journaliste belge qui vient d’arriver, j’en profite pour visiter l’hôtel. Accompagné de la responsable communication, je découvre un établissement exceptionnellement luxueux. Le spa qui se trouve au rez-de-chaussé dispose de nombreuses salles de massage ; aéré et fleuri, le spa est un appel à la détente.

La piscine extérieure est circonscrite par de nombreux transats ; la température extérieure de près de trente degrés permet aux usagers de bénéficier d’une eau agréable.

Lorsque nous découvrons notre chambre, nous sommes surpris de sa taille imposante et sa décoration minimaliste mais résolument moderne. Après un long couloir, le lit qui semble immédiatement de qualité est la voute centrale de la pièce ouverte sur l’extérieur au travers d’une grande baie vitrée.

Un coin salon permet de siroter un bon verre en toute quiétude, surtout qu’une bouteille de vin grec nous est offerte et attend patiemment sur la table, accompagnée d’apéritifs locaux à base de graines de sésame.

42 Grece Attique
43 Grece Attique

Le lunch à l’hôtel Intercontinental

 

Lorsque nous descendons à la réception, nous faisons connaissance avec une nouvelle membre du groupe qui vient de nous rejoindre. Sylvia, la journaliste allemande nous salue tout en s’empressant de noter sur son calepin nos noms.

Accompagnés de Michael, nous nous rendons dans une petite salle de réunion afin de profiter d’un petit brunch constitué de boissons froides et chaudes ainsi que de sandwichs.

Durant près d’une heure, nous pouvons parler ensemble afin de faire connaissance ; nous étudions également le planning de voyage qui nous a été envoyé, ainsi que les spécificités de chaque visite.

En toute fin de réunion, nous sommes rejoints par les autres journalistes restants : Jim, un journaliste écossais, Bas, un journaliste hollandais et un journaliste autrichien, assez discret dont j’ai oublié le prénom.

63 Grece Attique

L’acropole et le Parthenon

 

Il nous faut une heure de route pour rejoindre la colline de l’acropole sur laquelle nous attend Sissy Kalamari, une guide pétillante et espiègle au savoir érudit, joignable au 00 30 694 9687 522 ou sur le akalamari@yahoo.gr

En sa compagnie, nous rejoignons les caisses dans lesquelles nous achetons nos tickets d’entrée au prix unitaire de vingt euros. Durant l’attente, Sissy nous dévoile les secrets de ce lieu mythique qui a failli être sélectionné pour faire partie des sept nouvelles merveilles du monde, mais qui a manqué de peu le podium.

Lorsque nous entrons à l’intérieur du site, nous sommes obligés de laisser nos micros et nos trépieds à l’accueil, la responsable du site au regard louchant exigeant une autorisation du ministère de la culture afin de filmer de manière professionnelle. Après une longue négociation, elle me laisse entrer avec mon appareil, expurgé de son micro.

Avant de pénétrer sur le site, nous sommes attirés par une musique qui émerge du grand théâtre d’Hérode qui se trouve en contrebas et dans lequel se joue une répétition du groupe : « Florence and the machine » Les percussions flottent dans l’air, ce qui donne à l’acropole un air de fête.

78 Grece Attique

L’acropole d’Athènes est appelée l’Erechthéion et a été dédié à Athéna et à Poséidon, deux rivaux unis grâce à un temple qui leur a permis de mettre de côté leur conflit au cœur de la ville. Finalement, Athéna a gagné la bataille pour la ville et y a apporté des oliviers.

Nous grimpons le long d’un escalier et dès l’entrée, nous apercevons la Parthénon, dont la façade principale est en pleine rénovation. Malgré tout, nous gardons le silence face à cet imposant bâtiment qui a su traverser les siècles tout en restant debout. Sur le site de l’acropole, constamment surveillé par des gardes qui ne laissent rien passer, de nombreuses autres œuvres antiques.

82 Grece Attique
84 Grece Attique
88 Grece Attique

Mais, le plus surprenant au cœur de ce siège historique est le blanc immaculé du marbre, omniprésent ; nous avons un peu l’impression de circuler dans un musée à ciel ouvert, glissant de temps à autres sur des pierres érodées par les millions de pieds qui les ont foulées.

91 Grece Attique
94 Grece Attique

Tout autour de nous, la ville d’Athènes, la blanche se dévoile à perte de vue. Les maisons semblent faîtes des mêmes matériaux utilisés pour l’acropole, mais en y regardant de plus près, des dichotomies existent quant à leur couleur, alternant les blancs et les bruns d’une pollution constante dans la ville lors des fortes chaleurs.

Disséminés parmi les maisons, des bâtiments antiques laissent dégager de la ville, une atmosphère unique.

101 Grece Attique
100 Grece Attique

Une photo de groupe s’impose.

102 Grece Attique

Le musée de l’acropole

 

En quittant le site du Parthénon, nous assistons à la relève de la garde militaire, une sorte de parade dénuée de tout sens formel, mais qui plaît beaucoup aux touristes. Constituée essentiellement de jeunes hommes bien rasés, la garde défile devant l’entrée du site sous les ordres comminatoires.

104 Grece Attique

La colline de l’acropole est un formidable endroit de la ville pour prendre le pouls festif de cette mégalopole ; tout au long du chemin qui mène au musée et par extension au centre-ville, de nombreux marchands proposent fruits secs et boissons.

109 Grece Attique
106 Grece Attique

Notre avancée est coupée par un chanteur grec qui dévoile ses talents vocaux en exprimant ses émotions. Grâce à une guitare, il accompagne ses chants mélodieux de manière mélancolique. Nous sommes subjugués par son talent et semblons hypnotisés par les méandres de ses tourments.

Néanmoins, étant donné qu’il se fait tard, nous devons nous dépêcher de rejoindre le musée national, dont l’heure proche aliène tout achat de ticket d’entrée deux heures avant la fermeture. Nous prenons cependant le temps de découvrir devant le musée, sous nos pieds, les antiquités découvertes lors des fouilles.

Après avoir payé les droits d’entrée de dix euros, nous entrons dans un musée résolument moderne. Inauguré le 20 juin 2009, le musée composé d’acier, de verre et de ciment gris se veut relativement neutre de l’extérieur comme de l’intérieur afin que les regards convergent vers les œuvres au détriment du bâtiment.

Il rassemble une collection de près de 4000 objets provenant exclusivement de l’acropole. Pour les autres objets de Grèce, il convient de se rendre au musée national qui se trouve à une autre localisation dans la ville.

Au rez-de-chaussé, nous arpentons la galerie des pentes, dont le sol en verre offre une vue sur les fouilles archéologiques tout en symbolisant la montée vers l’acropole proche.

De nombreux petits objets sont exposés, dont nombre d’entre eux au travers de vitrines. Mais, en atteignant le premier étage, nous découvrons des objets datant de l’époque archaïque, soit allant de 900 à 480 avant Jésus-Christ. Les statues sont reconnaissables grâce à leur finesse et leurs drapées. Certaines statues portent encore des traces de peinture d’origine, n’ayant jamais été blanches mais peintes, une peinture qui s’est désagrégée au fil du temps et qui ont donné cette impression de blancheur significative mais erronée au regard de l’histoire.

112 Grece Attique
128 Grece Attique
134 Grece Attique

Après la salle d’exposition de nombreuses œuvres particulièrement aérée au travers de leur disposition dans l’espace, nous découvrons cinq cariatides, des statues de femmes qui soutenaient l’Eréchtaion ; les statues sont originales à la différence des reproductions présentes sur l’acropole.

135 Grece Attique

Le dernier étage quant à lui comprend une salle de projection dans laquelle de nombreux films sont projetés. Mais en dépassant cette salle, nous intégrons une sublime galerie avec une vue directe sur le Parthénon. 50 colonnes d’acier de mêmes dimensions que celles du temple. Et 160 mètres de frises partagées entre des originales et des reproductions reproduisant à l’identique les proportions du Parthénon amènent le visiteur dans les plongée de l’histoire du site.

Nombre de ces frises originales se trouvent au British museum en toute illégalité, Lord Elgin, alors ambassadeur du Royaume-Uni à Constantinople, fit arracher des sculptures du Parthénon, avec l’autorisation du sultan, puis il les rapporta en Angleterre avant de les vendre en 1816 au British Museum pour une somme ridicule.

139 Grece Attique
145 Grece Attique
144 Grece Attique

La présentation de l’Attique

 

De retour à l’hôtel, nous avons rendez-vous avec les responsables de la région Attique qui nous en font une présentation, insistant sur ses nombreux centres d’intérêts touristiques.

L’Attique que nous ne connaissions pas nous surprend ; la région possède des trésors polymorphes. Le balnéaire en est une de ses spécificités, mais le culturel en est une autre. La ville d’Athènes, capitale du pays se trouve au cœur de la région et le port du Pirée non loin permet de se déplacer dans toutes les îles avec une grande facilité.

Mais l’Attique est aussi une terre naturelle, laissant la part belle à l’authenticité qui se retrouve aussi bien dans ses habitants que dans sa nourriture, une nourriture saine constituée de produits biologiques et de provenance locale.

Les restaurants dans la région sont nombreux, tout comme les bars, les grecs aimant s’y retrouver pour festoyer dans de bonnes conditions.

Nous faisons la connaissance de Maria, la manager du département touristique, une femme pétillante et toujours souriante, ainsi qu’Evita, sa collaboratrice.

Après la présentation touristique de la région, présentation volontairement écourtée étant donné l’heure tardive, chacun des journalistes est appelé individuellement et remercié comme il se doit pour sa présence. Avec en outre, la remise d’un petit sac contenant de la documentation et des petits goodies.

156 Grece Attique
158 Grece Attique
159 Grece Attique

Le restaurant Ergon Agora Athens

 

Après trente minutes de route en minibus, nous rejoignons le cœur de la ville pour manger au Ergon Agora Athens, un restaurant faisant également office d’épicerie fine. Lorsque nous entrons à l’intérieur de l’établissement, nous découvrons un univers traditionnel dans lequel, des locaux arpentent les rayons pour effectuer leurs emplettes. Le poisson est pêché du jour et la charcuterie accrochée et suspendue au-dessus d’un stand attire l’œil.

Nous grimpons à l’étage où une grande table nous a été réservée. Nous nous asseyons et n’avons même pas le temps de tourner la tête pour admirer une vue superbe sur le rez-de-chaussée que les premiers plats sont posés sur la table ; dans la foulée, nous commandons du vin local, ainsi qu’un Coca grec pour tester.

L’Ergon Agora Athens est un des restaurants les plus surprenants de la ville. Le restaurant se trouve au Mitropoleos 23, Athina 105 63, Grèce ; il est joignable au 0030 21 0010 90 90. Le site Internet est le : https://house.ergonfoods.com/agora/

Les salades colorées nous sont portées, ainsi que du pain accompagné d’huile d’olive et d’herbes diverses. Mais nous nous concentrons sur les spécialités. Le Salziki, ainsi que des roulés au fromage.

Les plats sont succulents ; les saveurs explosent en bouche. Surtout quand les plats principaux sont servis : des frites agrémentées de fromage fondu, de l’agneau, du poulet et des beignets de légume.

Le dessert, une sorte de crème accompagnée de myrtilles fraîches vient clore un repas gargantuesque, véritable prise de connaissance avec la gastronomie locale.

181 Grece Attique
182 Grece Attique
185 Grece Attique

Malheureusement, en descendant au rez-de-chaussé, l’ascenseur supporte mal concomitamment un poids trop lourd et un appui trop prononcé sur les boutons ; il se bloque avant de parvenir à sa destination. D’abord enjoués, rapidement, les 10 usagers commencent à transpirer, ne sachant que faire pour se sortir de ce traquenard involontaire. Quelques esprits s’échauffent malgré le bon calme apparent. Un mince filet d’air s’engouffre dans la cabine ; seul Jim, le journaliste écossais semble imperturbable, le flegme anglo-saxon sans doute. Mais, en voyant que la situation ne s’améliore pas, je peux voir une petite goutte perler sur son front.

Les pompiers arrivent, tentent de faire redémarrer la cabine sans y parvenir ; il faudra attendre près d’une heure, l’intervention d’un technicien pour voir la situation se débloquer.

Nous en sortirons quitte avec une bonne frayeur et une anecdote à raconter.

192 Grece Attique

Le mont Lycabettus

 

Nous rejoignons, après une heure de route et un petit-déjeuner copieux, le mont Lycabettus, une des collines d’Athènes.

Formée au Crétacé, elle est constituée de calcaire et culmine à 277 mètres constituant ainsi le point le plus élevé de la ville : le panorama qu’elle offre sur la ville en fait une destination touristique appréciée.

Après nous avoir déposé sur le parking, le chauffeur du minibus profite d’un temps de détente bien apprécié. Nous commençons l’ascension du mont pour rejoindre le sommet sur lequel se trouve la chapelle Saint-Georges (Hagios Georgios), bâtie au XIX ème siècle.

215 Grece Attique

Il faut 20 minutes de marche durant une pente assez raide pour rejoindre le sommet, mais l’effort vaut le détour ; le panorama sur la ville est de 360 degrés, avec en prime une vue sur le Parthénon, qui jaillit de son socle, semblant orner de son côté majestueux, la ville tout entière.

227 Grece Attique

Nous visitons le monastère grec, dans lequel, le gardien, un homme âgé de 80 ans somnole, laissant les touristes et les croyants vaquer à leurs occupations.

224 Grece Attique

Après une photo de groupe, nous en profitons pour rejoindre le café du site. Nous commandons un expresso au prix de 3,50 euros. La cherté du prix s’expliquant à la fois par le difficile emplacement de l’établissement que pour la vue qu’il propose.

236 Grece Attique

Le vol Olympic vers Cythère

 

En arrivant à l’aéroport, nous avons le temps de boire un café, avant de passer les contrôles de sécurité pour retrouver Maria et Evita, les responsables touristiques de la région. Tous ensemble, nous embarquons pour une heure de vol en direction de l’île de Cythère, avec la compagnie Olympic.

Le vol nous permet de survoler la ville d’Athènes, tout en bénéficiant d’une agréable vue sur les côtes escarpées de la Grèce continentale.

Nous avons à peine le temps de nous assoupir que notre avion atterrit …d’ailleurs sans prévenir…la ceinture rapidement placée, les roues de l’avion touchent le tarmac de l’aéroport. Fort heureusement, en douceur.

Nous récupérons nos bagages et découvrons ce petit aéroport domestique dans lequel une seule compagnie propose des tours découvertes de l’île, ce qui ne nous concerne pas, étant donné que notre chauffeur nous attend.

265 Grece Attique

L’hôtel El Sol à Kapsali

 

Après une heure de route, nous arrivons à notre hôtel : l’hôtel El Sol, un petit hôtel deux étoiles de belle qualité, qui se trouve à Kapsáli ; les réservations peuvent se faire au 0030 2736 03 16 29.

Nous découvrons un petit hôtel charmant niché au cœur d’une nature verdoyante. Face à nous, une belle et grande piscine qui nous attire irrémédiablement, avec une vue sur le rocher de l’île, nous laissant penser au rocher du diamant, fierté de la Martinique.

Nous découvrons nos chambres, des sortes de petits appartements avec terrasse ; si la chambre dispose d’un confort somme toute relatif, la vue qu’elle propose depuis la terrasse est exceptionnelle.

Nous rejoignons après quelques minutes de repos, le reste du groupe qui patiente au bord de la piscine ; alors que Bas, le journaliste hollandais profite d’un bain de soleil, Guillaume en profite pour rapidement faire quelques longueurs dans la piscine, bientôt suivi par Jim, le journaliste écossais.

Mais la baignade est de courte durée, Michael nous appelant pour rejoindre le centre-ville de Kapsali proche.

292 Grece Attique
293 Grece Attique
289 Grece Attique

Le centre-ville de Kapsali

 

Petit port, à 2 kilomètres au sud de Chora, avec une longue plage aux eaux transparentes, bordée de tavernes et de cafés, Kapsali est une ville balnéaire typique de l’île. Réputée pour être calme en journée, elle s’anime le soir.

Toute l’année, elle offre aux touristes la possibilité de se baigner dans une eau à la température agréable. Mais, surtout, elle possède un environnement enivrant, dévoilant au loin, ses côtes érodées.

Nous découvrons la ville et ses petites maisons blanches en rejoignant notre restaurant. Alors que nous arpentons une belle plage de sable fin, nous pouvons perdre notre regard sur la petite église orthodoxe qui surplombe le port, une sorte de protection divine voulue par les habitants qui s’en réfèrent lors de toute sortie en mer.

Nous mettons nos pieds dans l’eau et profitons à l’instar des quelques touristes présents, d’un peu de quiétude et de repos, les rayons du soleil berçant notre peau à la manière d’une rôtissoire.

320 Grece Attique
322 Grece Attique
321 Grece Attique

Le lunch au Tratamento à Kapsali

 

Tratamento est une taverne grecque traditionnelle située dans la rue principale ; la taverne est joignable au 0030 2736 03 72 26.

Nous sommes placés en terrasse extérieure, le long de la plage de la ville ; alors que nos regards se tournent vers deux enfants qui jouent, les plats commencent à défiler sur la table : en entrée, des salades accompagnées de Feta, le fromage grec typique. Puis, arrivent les différentes mixtures de légumes aromatisées d’épices.

Le sablé au fromage est croustillant à souhait et la viande qui succède aux plats présentés, fond dans la bouche. Au choix, du poulet ou de l’agneau.

Nous nous régalons, profitant de chaque bouchée. La nourriture est fraîche et le service impeccable, les serveurs ne rechignant à aucune demande du groupe. Après un peu de vin, les langues se délient et l’ambiance un peu austère en début de repas devient festive. Malheureusement, étant donné que nous sommes en retard, un des responsables du tourisme de l’île nous accompagnant durant tout notre périple nous appelle pour rejoindre le bus censé nous emmener dans la ville de Chora proche.

303 Grece Attique
304 Grece Attique

Le centre-ville de Chora

 

Nous suivons le guide au coeur de la capitale de l’île qui ne manque pas de charme ; au détour de petites ruelles pavées, nous découvrons avec attention de belles églises byzantines. Alors que nous ne nous y attendons pas, longeant les maisons blanches et bleues, des chats courent dans les rues…. un véritable décor de cinéma !

Nous faisons une petite halte dans un magasin de souvenirs dans lequel nous faisons quelques emplettes…que nous pouvons négocier. Le guide avançant rapidement, Michael vient nous chercher en nous demandant de nous dépêcher afin de ne pas louper la vue sur la baie qui se trouve en contrebas. Alors que nous croisons un autre chat en pleine séance de farniente, nous dépassons le clocher d’un bâtiment religieux et découvrons une vue splendide, dont l’horizon est percé de toutes parts par des nuages d’un blanc éclatant.

344 Grece Attique
348 Grece Attique
347 Grece Attique

En nous rendant sur la place principale, une vieille dame souriante patiente sur un banc, attendant que le temps passe…une de ses activités favorites ; sans comprendre le grec, nous tentons quelques mots dont notre prononciation la fait rire.

343 Grece Attique

La rue principale conduit à un imposant château vénitien, le kastro, qui surplombe la mer. Du château, sous un grand drapeau du pays qui flotte au vent, la vue sur Chora et le port de Kapsali est spectaculaire.

354 Grece Attique
362 Grece Attique
365 Grece Attique

Le trek M1

 

L’île de Cythère étant un paradis pour la randonnée, il était évident pour nous de tester cette activité sportive que les responsables classent en cinq niveaux de difficultés, cinq en étant le niveau le plus ardu.

Le guide nous explique ainsi que nous allons partir du château afin de rejoindre la ville de Kapsali, en arpentant un chemin naturel qui donnera lieu à la découverte de la flore locale.

Le trek est classé niveau 2. S’il ne présente pas de difficultés particulières, il nécessite cependant une attention constante lors de la descente, les cailloux étant instables, ils rendent l’avancée périlleuse…mais sans danger.

Afin de soutenir Maria, une des responsables de l’Attique, je lui donne la main, ce qui me permet de prendre le temps de découvrir le paysage alentour.

377 Grece Attique
373 Grece Attique
375 Grece Attique

Alors que le groupe dans sa majorité est loin devant, nous prenons notre temps et profitons pleinement des bienfaits de cette marche que nous terminons en la découverte d’une église orthodoxe enfouie dans une sorte de grotte.

379 Grece Attique
383 Grece Attique

Le Platanos restaurant à Mylopotamos

 

Alors que la nuit tombe, nous entrons dans la ville de Mylopotamos pour manger au Platanos, un restaurant comme son nom l’indique, qui a fait du platane majestueux ornant sa terrasse extérieure, le fer de lance de sa communication ; le restaurant est joignable au 0030 2736 03 33 97.

A l’instar des autres restaurants, les plats se succèdent sur la table : salades, apéritifs au fromage, sauces, viandes, moules…tout y passe. Après notre randonnée qui nous a ouvert l’appétit, nous ne nous faisons pas prier pour nous servir et de ce banquet épique, les assiettes repartent vides.

Le temps se couvre, le vent se lève, nous sommes exhortés à nous lever pour rejoindre notre hôtel afin de profiter d’un sommeil réparateur.

389 Grece Attique
390 Grece Attique

Le centre-ville de Mylopotamos

 

Après un petit-déjeuner traditionnel et un arrêt shopping dans la ville de Chora, nous traversons l’île et rejoignons le village de Mylopotamos dans lequel nous avons mangé la veille au soir. Mais, n’ayant pas eu le temps de le visiter, l’erreur est corrigée.

Mylopotamos est un village plein de charme, traversé par une rivière. Nous arpentons les petites rues bordées de maisons blanches et prenons le temps de boire un café dans un des bars de la ville où nous rencontrons de nombreux locaux.

Nous continuons notre découverte de cette municipalité traditionnelle avant de découvrir une belle vue sur la campagne qui nous entoure.

417 Grece Attique
416 Grece Attique
423 Grece Attique

Les chutes Fonissas à Mylopotamos

 

Tout en restant dans le village, nous suivons le guide qui s’engouffre au travers d’un petit chemin de randonnée pour rejoindre les chutes Fonissas, des chutes splendides qui alimentent une rivière.

Après une dizaine de minutes de marche, sur un chemin balisé, nous découvrons la chute d’eau qui dévoile ses formes. Surplombant un petit bassin aux eaux cristallines, la cascade déverse son flot de manière continue.

Alors que les journalistes se laissent aller à des dizaines de photos souvenirs, certains tentent non sans mal de s’approcher d’un rocher situé au cœur de l’étendue d’eau. Bilan, un pied mouillé pour la journaliste allemande et une chute évitée de justesse pour un des journalistes français.

443 Grece Attique
440 Grece Attique

Une photo de groupe vient clore ce moment festif.

445 Grece Attique

Le centre-ville d’Avlemonas

 

Avlemonas est un pittoresque village de pêcheurs, à l’est de l’île. Un chemin pavé en bord de mer permet d’admirer les eaux cristallines de la petite crique juste en-dessous. Des échelles plongent directement dans la mer pour le plus grand bonheur des locaux et des touristes qui se pressent dans ce village aux airs éternels d’une place figée dans le temps.

Accompagnés de notre guide, nous nous enfonçons dans le village, découvrant la vie rêvée des habitants. Alors que les anciens patientent sous un arbre, les plus jeunes construisent une maison. A la limite du village, un chemin de randonnée permet de rejoindre après une heure de marche, un monastère qui surplombe la baie.

455 Grece Attique

N’ayant pas le temps, nous continuons notre découverte de ce village de charme en rejoignant la crique que nous entourons. Mais la tentation est si trop forte, Thibaut et Guillaume ne résistent pas à l’envie de se baigner dans ces eaux turquoises.

466 Grece Attique
474 Grece Attique

Le Mpotzio café à Avlemonas

 

Lorsqu’ils nous rejoignent, nous nous trouvons déjà assis à la terrasse extérieure du Mpotzio cafe, un café dans lequel on mange une cuisine traditionnelle et exquise. Le café est joignable au 0030 27 36 03 43 54 ou sur le papapelekanos.cc.co@gmail.com

L’avion nous permettant de retourner à Athènes décollant dans moins de trois heures, nous devons nous dépêcher. Un véritable ballet de plats se déroule sous nos yeux. Les salades sont rapidement consommées, tout comme les spécialités locales. Viennent les plats de viande et de moules qui permettent de découvrir toute l’étendue du savoir-faire local.

Le service est irréprochable, les employés du café se démenant pour assurer chaque convive d’une attention particulière. Un véritable régal agrémenté de doux sourires qui nous mettent la larme à l’œil au moment de quitter la table. Surtout, de quitter une des plus belles vues de l’île, avec la crique qui étend ses formes juste sous nos pieds.

477 Grece Attique

La riviera d’Athènes

 

Après un retour sans encombre avec la compagnie Olympic, un trajet en bus pour rejoindre notre hôtel et un temps libre, nous sommes de retour dans le bus pour découvrir la Riviera d’Athènes, afin de découvrir son côté nocturne et festif.

Notre premier arrêt concerne la marina dans laquelle nous assistons à un magnifique coucher de soleil sur des centaines de bateaux, loués pour la plupart par des plaisanciers locaux et étrangers. Les bateaux luxueux se louent sans skipper près de 4000 euros la semaine, somme à laquelle il faut rajouter une caution de 3500 euros environ et 100 euros d’assurance.

Nous arpentons un petit ponton de bois pour nous enfoncer dans la marina et apercevons un groupe de jeunes décharger des bouteilles d’alcool, synonyme d’une fête proche.

531 Grece Attique

La ville comprend également de nombreuses plages de sable blanc qui permettent aux touristes de découvrir une autre facette beaucoup plus axée sur le balnéaire.

Notre deuxième arrêt se fait au lac de la ville, un lac privatif dans lequel se baigner coûte douze euros. Le site dont l’entrée simple est gratuite comprend un restaurant ainsi qu’une salle privative réservée lors d’événements importants tels que des mariages.

543 Grece Attique

Le Nissos Seaside restaurant d’Athènes

 

Alors que la nuit est tombée, nous nous rendons au restaurant Nissos Seaside qui se trouve au 6, Paleo Faliro 175 61, Grèce ; il est joignable au 00 30 21 0982 5628.

Nous sommes assis dans une salle extérieure et pouvons déguster un apéritif en étant baignée d’une ambiance unique : celle des nuits d’Athènes. Les nombreuses personnes qui arpentent le chemin qui longe la mer ont l’embarras du choix pour manger et boire un verre. Couples, familles, jeunes célibataires, à chaque situation, son lieu de prédilection.

En ce qui nous concerne, confortablement installés pour cette dernière soirée, nous décidons de nous lâcher un petit peu sur les alcools locaux, des alcools servis dans des petites fioles placées au cœur d’un contenant glacé en forme de triangle.

Comme toujours, les salades nous sont servies en premier, mais ici, pas de viande, le restaurant est spécialisé dans les fruits de mer et les poissons. Les anchois nous sont apportés à table, ainsi que les calamars grillés qui ne restent pas longtemps dans l’assiette. Puis viennent les moules, ainsi que les sardines, légèrement assaisonnés mais cuites sur le grill dans leur élément le plus simple, sans fioriture. Un délice.

Nous terminons par un dessert, avant de saluer nos hôtes et de rejoindre notre hôtel pour un décollage le lendemain, marquant ainsi la fin de notre escapade grecque.

Le bilan

L’Attique est en réalité une région centrale de la Grèce ; et ce aussi bien d’un point de vue touristique, administratif et politique. Pour cette raison, ne pas s’y rendre équivaut à manquer des trésors et des merveilles d’une richesse insoupçonnée.

Comme dans l’ensemble du pays, la population y est chaleureuse et souriante. Son courage est amené au travers d’un travail de qualité dans tous les secteurs de la société. La région est en plein développement, ayant mis avant nombre d’états l’accent sur le développement durable. Et ce quand bien même Athènes est une ville bruyante et fourmillante de monde.

Durant notre séjour, nous n’avons malheureusement pas eu le temps de découvrir les autres trésors de la région dont :

 

  • Au sud de l’Attique : la ville de Glyphada
  • A l’Est de l’Attique : la ville de Marathon, le sanctuaire d’Arthémis, le port de Lavrion, le cap Sounion
  • A l’Ouest de l’Attique : Les sites archéologiques d’Aigaleo et Eleusis, le jardin botanique Diomidous à Haidari, les villes de Peristeri, Nikaia et Koridalos
  • Au Nord de l’Attique : Le dème de Filothei-Psychiko, la ville de kiffisia, les villes de Ekali, Pendeli, Halandri et Amaroussion
  • Les îles : Egine, Agistri, Poros, Spetses, Hydra et Salamine

 

Le Pirée vaut également le détour, tout comme le centre-ville d’Athènes que nous avions visité il y a peu de temps avant ce voyage.