Les incontournables de Lituanie
Par Murielle Bielski

 

Situé au nord-est de la Pologne à 3h de vol (direct) de Paris, la Lituanie est le plus grand des trois pays baltes. Après une période d’indépendance de 1918 à 1940, elle est incorporée au territoire du géant soviétique, et ce jusqu’à sa chute en 1991. Depuis, si l’enclave de Kaliningrad demeure une possession de la Russie, le reste du territoire a vécu une véritable renaissance : la Lituanie fait partie de l’UE, de l’espace Schengen et s’est ouverte à l’économie libérale. C’est aujourd’hui un État stable, qui a bien réussi sa transition post-soviétique. Et c’est dans ce pays que nous avons choisi de poser nos valises afin de vous en détailler les merveilles incontournables que vous pouvez découvrir.

La Lituanie offre de très bonnes conditions de sécurité, de bonnes infrastructures touristiques et une population accueillante bilingue en Anglais. C’est un petit pays dans lequel on ne perd pas trop de temps à parcourir de longues distances et où les prix sont plutôt bon marché pour l’Europe.

La capitale du pays : Vilnius jouit d’une richesse culturelle importante, notamment depuis les fêtes du millénaire de la Lituanie en 2009, célébrations au cours desquelles la ville a été nommée capitale européenne de la Culture.

Néanmoins, l’attrait de la Lituanie ne se limite pas à sa seule capitale, riche en curiosités historiques dans une atmosphère très cosmopolite, les paysages du reste du pays étant spectaculaires : forêts épaisses, plages gigantesques et villes pittoresques. La magnifique région des lacs, la côte Baltique et l’Isthme de Courlande (Unesco) font parties des nombreux atouts du pays que l’on surnomme la perle de la baltique.

Voici donc une sélection des lieux incontournables à voir lors de votre voyage. On partira hors des sentiers, à la découverte de Žemaitija dans le nord-ouest du pays et de sa réserve protégée de Kamanos, mais aussi des 100 kilomètres de côtes sur la mer Baltique, garnies tantôt de stations balnéaires et de petites criques tantôt de tranquilles villages de pêcheurs dominés par d’idylliques dunes de sable.

La meilleure saison pour voyager en Lituanie reste de juin à septembre. Les journées d’été sont particulièrement longues et l’on peut encore mieux profiter des espaces naturels et de la vie nocturne plus animée à cette période. Attention en hiver : les jours sont courts et les conditions de circulations peuvent être périlleuses.  En automne, le climat est particulièrement pluvieux. Si vous voyagez hors-saison, il faudra donc accepter de bonne grâce les aléas climatiques. Et comme disent les habitants : « Sveiki ! »

 

Vilnius, l’ancienne

Ville millénaire à l’histoire agitée, Vilnius est un véritable mille-feuille architectural. En témoigne son centre historique où se croisent des influences de la Renaissance, du baroque et du néo-classique.

Surnommée la perle baroque de la Baltique, Vilnius est une ville passionnante à explorer. En tant que capitale et plus grande ville de Lituanie, elle est une étape majeure sur les routes des pays baltes.

Vilnius dégage une atmosphère très cosmopolite, qui s’explique en partie par l’importance de la diaspora lituanienne, mais aussi par le fait que la capitale a toujours été exposée à diverses influences en provenance d’Europe centrale et d’ailleurs. Au XVIe siècle, elle compte parmi les villes les plus importantes d’Europe de l’Est, puis, au XVIIe siècle, elle joue un rôle prépondérant dans l’« âge d’or » de la Pologne avant de devenir un important centre juif au XIXe siècle. Cette « Jérusalem du Nord », passe successivement aux mains des Allemands, des Polonais et des Russes. Après la Seconde Guerre mondiale et le départ de la plupart des juifs et des Polonais, Vilnius s’attache à pousser son pays vers l’indépendance.

Néanmoins, malgré toutes ses richesses, elle est pour l’instant, la moins réputée des capitales baltes : perdue au milieu des terres, elle ne profite pas de l’accès à la mer, à la différence de Riga et Tallinn. Projetée vers le futur, Vilnius elle possède cependant le charme des villes aux multiples influences culturelles et architecturales.

Vilnius est installée sur les rives du Neris, à 250 km de la mer Baltique, dans le Sud-Est du pays, à proximité de la frontière biélorusse. C’est une petite ville adorable à taille humaine que l’on visite facilement à pied : on compte seulement un demi-million d’habitants et autant de pavés dans ses rues. Et bien que de plus en plus de voyageurs partent chaque année en Europe de l’Est, les pays qui bordent la mer Baltique restent encore assez loin des sentiers battus.

Malgré le succès grandissant de Vilnius, il est toujours possible de se balader dans son centre sans suivre les flots de touristes. Le centre-ville, du côté sud du fleuve, s’organise autour de la place de la Cathédrale, au nord de laquelle se dresse la colline de Gediminas. La vieille ville, la plus grande de toute l’Europe de l’Est, se trouve au sud de cette place.  Classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, ses bâtiments datant du 13ème siècle et ses trésors baroques, gothique et renaissance sont associés à de charmantes ruelles pavées, de maisons colorées et d’innombrables cafés ; il est facile d’y passer une très bonne partie de son séjour à déambuler sans but précis.

 

 

Vilnius est également renommée pour l’abondance et la beauté de ses édifices religieux, qui rassemblent un certain nombre de styles architecturaux. On retient notamment les briques rouges de l’église Sainte-Anne rappelant les belles églises allemandes gothiques, l’église Saint-Pierre-et-Paul, l’une des plus belles églises baroques du pays.

 

La porte de l’Aurore, une construction défensive issue de l’ancien mur d’enceinte de la ville, est une minuscule chapelle abritant une superbe icône de la Vierge Marie de la Renaissance, vénérée en Lituanie et en Pologne ; elle est encore aujourd’hui un lieu de pèlerinage.

Autre édifice religieux, autre style : sa cathédrale avec ses airs néo-classiques et sa tour-clocher de 57 mètres qui en impose aux voyageurs. Vouée à Saint Stanislas et Saint Ladislas, elle a été bâtie en 1769 sur les vestiges d’un édifice roman. A l’intérieur comme à l’extérieur, plusieurs œuvres justifient sa visite, dont la chapelle Saint-Casimir à la superbe façade saumon, où se trouve le sarcophage d’argent du roi Casimir, pesant 600 kilos, un mausolée époustouflant. Ses catacombes et sa tour sont également à voir.

Au pied de la tour de la Cathédrale, la « dalle du miracle » marque le point de départ de la Voie Balte. Cette gigantesque chaîne humaine de deux millions de personnes a été formée en 1989 par les habitants des pays baltes pour réclamer leur indépendance de l’URSS.

La place de la cathédrale, la principale de la vieille ville de Vilnius est située au croisement des rues principales de la ville et qui reflète ainsi sa diversité. Elle est non seulement la plus animée mais est aussi l’une des plus importantes de la ville.

Derrière la place, l’ancien château des grands-ducs de Lituanie, reconstruit, accueille désormais plusieurs musées (archéologique, ethnographique, arts appliqués) et des expositions temporaires. Il est dominé par une petite colline et la Tour Gediminas, dernier vestige du château de Vilnius, qui fut construit fin 14ème début 15ème et qui porte le nom d’un grand-duc de Lituanie de 1316. Bien que touristique, c’est l’un des sites à voir à Vilnius, ne serait-ce que pour la vue panoramique qu’il offre sur la ville.

Le dernier étage permet d’observer les alentours sous le drapeau flottant du pays. Il est accessible à pied, en grimpant la colline, ou bien en prenant un funiculaire ; au sommet, y est présentée l’histoire du château et de la ville de Vilnius elle-même. Une maquette en bois reconstitue le château comme il était autrefois.

Une vue est encore plus majestueuse au sommet de la colline des Trois Croix qui domine le quartier ; les croix se trouvent là depuis le XVIIe siècle en souvenir de trois moines qui auraient été martyrisés et crucifiés. On peut y grimper à partir de deux endroits. Soit en partant derrière le château, ou de l’autre côté, derrière un parc. Son ascension peut être vertigineuse mais la vue en vaut bien le détour.

Il convient également de ne pas manquer le Palais des grands-ducs de Lituanie, situé sur la place de la Cathédrale, avec sa façade d’un blanc immaculé : l’espace exposition retrace 2000 ans d’histoire du pays et comprend le Musée national de Lituanie. C’est peut-être le meilleur endroit pour faire connaissance avec le patrimoine culturel et artistique du pays, encore très méconnu en dehors de ses frontières.

Après la cathédrale et sa grande place, Gedimino Prospekt, principale artère commerçante de la ville, les « Champs-Élysées » locaux, offre de belles façades du XIXe siècle, toutes colorées. Elle constitue la vraie frontière entre la vieille ville et la nouvelle.

Le musée des illusions, quant à lui saura séduire les petits et les grands. Constitué comme une véritable immersion dans la conscience humaine, fort de ses nombreuses pièces, toutes surprenantes, il bercera de surprises ses visiteurs.

La ville nouvelle, qui s’étend à 2 km à l’ouest de la vieille ville, date en majeure partie du XIXe siècle. Elle abrite l’hôtel de ville ainsi que le musée du Génocide du peuple lituanien, qui relate l’histoire de la ville pendant l’occupation soviétique dans les anciens locaux de la Gestapo et du KGB. C’est le musée le plus touchant qui raconte le sort dramatique des prisonniers politiques sous l’occupation soviétique. Les guides qui sont pour nombre d’entre eux, d’anciens détenus font visiter les lieux et témoignent d’un pan d’histoire de ce pays, terrible et pourtant très récente.

L’université, le palais présidentiel, l’observatoire, l’ancien quartier, le ghetto juifs sont autant d’autres sites dignes d’intérêt à découvrir dans la ville.

 

La République d’Uzupis ou Uzupio

Peuplée de 7000 habitants, dont près de 1000 sont des artistes, la République d’Užupis est en réalité un quartier de la ville de Vilnius dans laquelle, les habitants ont effectué une sorte de sécession. Une sécession néanmoins bienveillante puisque le 01 avril 1998, les résidents de ce secteur autrefois décrépi et qui se sont progressivement réunis autour du thème de l’art, décident sous l’égide de Romas Lileikis, de fonder cette micro nation à qui ils donnent une constitution et le nomment président à vie.

Nous avons visité ce pays et en avons rédigé un article complet, disponible sur le lien suivant : https://hors-frontieres.fr/incursion-dans-la-republique-duzupis-le-pays-qui-nexiste-pas/

 

Le parc de l’Europe

En 1989, l’Institut géographique français a calculé que le centre de l’Europe se trouvait en Lituanie à environ 20 kilomètres au Nord de Vilnius sur la route de Moletai. Pour donner un caractère concret à ce « titre », un musée y a été créé deux ans plus tard.

Sur les reliefs du parc de 55 hectares, sont exposées plus de cent sculptures d’artistes du continent européen, dont la sculpture du : « centre de l’Europe », créée en 1991 par Gintaras Karosas, qui fut la première à venir consacrer l’emplacement, ayant été érigée en symbole d’Europos Parkas.

Construit dans un lieu sacré entouré de chênes, elle fut la première pierre marquant la naissance du parc. Par la suite, la sculpture devient le symbole du Musée en y apparaissant sur son logo. L’objectif du musée est de présenter le meilleur des réalisations lituaniennes et internationales d’art moderne, le tout intégré au milieu de belles collines, de verdoyantes forêts et de prairies parsemées de sources naturelles.

Les fleurs jaunes de la prairie au printemps et les couleurs délavées de l’automne brumeux ajoutent une toile de fond atmosphérique aux sculptures. Cet ensemble harmonieux dont la lumière est changeante au fil de la journée laisse aux visiteurs une impression durable d’une transposition hors du temps.

Au cœur du parc, accessible en voiture, un monument indique les directions de toutes les capitales européennes et leurs distances par rapport au centre de l’Europe. On y trouve la LNK Infotree, par Gintaras Karosas, décrite par le livre Guiness des records, comme l’œuvre d’art la plus grande au monde. La sculpture, composée de 3 000 postes de télévision, est un labyrinthe de 700 mètres de long en forme d’arbre, avec une statue de Lénine renversée en son centre. Le monument évoque la télévision comme moyen de propagande puis la victoire finale de la vérité.

La visite du parc de l’Europe peut être envisagée en famille, en tant que lieu splendide et paisible, égayé par le chant des oiseaux ; sur place, il est possible de dénicher un petit coin tranquille dans la forêt pour pique-niquer. Le parc de l’Europe se trouve facilement en suivant le panneau : « Europas Centras » depuis la route Vilnius-Moletai.

 

La colline des Croix de Šiauliai

Décidément, les Lituaniens ont le sens du mystique ! Indéniablement, cette caractéristique émerge des visiteurs en arpentant cette colline où sont plantés pas moins de 100 000 crucifix dans la terre. Un spectacle vraiment très étonnant.

La colline des croix est un des lieux les plus étranges et fascinants des pays Baltes. Située en pleine campagne, au nord de la Lituanie, près de la ville de Šiauliai à 140 kilomètres au Nord de Kaunas, la colline aux croix peut facilement être rejointe depuis Kaunas ou Vilnius.

Le site a été utilisé par les Lituaniens comme centre de prière pour la paix, pour leur pays et pour l’amour des disparus. C’est un site de pèlerinage dans une sorte de forêt recouverte non pas de végétation, mais plutôt d’un nombre impressionnant de croix, omniprésentes sous toutes les formes.

Des crucifix en fer ou en bois et des statues de toutes formes et de toutes tailles, sobres ou ornementées, recouvrent ainsi une colline unique en son genre. Les premières croix ont été installés au XIVe siècle en hommage aux Lituaniens tués. La tradition a depuis perduré, que ce soit à des fins religieuses ou commémoratives, des statues, des effigies, des rosaires s’accumulant dans cet étonnant lieu de pèlerinage, où l’on compte environ 150 000 croix.

Le site a pris une signification plus particulière durant les années 1944-1990, alors que la Lituanie faisait officiellement partie de l’URSS. Les Lituaniens ont continué à se rendre sur la Colline afin d’y déposer des offrandes et montrer leur attachement à leur identité, leur religion et leurs racines.  Interdites sous le régime soviétique, les croix ont été rasées au moins trois fois au bulldozer sans jamais définitivement disparaître, réapparaissant continuellement. Face à cette ferveur et à cette pugnacité, en 1985, les autorités soviétiques ont renoncé à retirer les croix.

L’endroit dégage une atmosphère inquiétante, en particulier lorsque le vent souffle et que le silence est uniquement brisé par le tintement des croix et des rosaires qui s’entrechoquent.


Depuis le XVIe siècle, les Lituaniens y plantent des croix pour résister pacifiquement aux invasions dont ils font l’objet. Au fil du temps, la réputation du lieu a pris de l’ampleur jusqu’à accueillir le Pape Jean-Paul II en 1993 et le pape François en 2018.  Aujourd’hui encore, ce site est synonyme de paix et d’amour pour tout le pays.

Le parcours du pèlerinage, emmène forcément les visiteurs par la cité Šiauliai. C’est une occasion d’explorer entièrement cette localité en y découvrant la cathédrale des Apôtres Saint-Pierre et Saint-Paul. Elle est le plus spectaculaire monument de l’architecture de la Reconnaissance de la zone. Sa magnifique tour de 70 mètres, les œuvres, les tableaux et les statues en bois des saints qu’elle conserve font de cette église la plus appréciée du secteur. Il convient également de ne pas manquer la découverte de l’église Immaculé-Conception-de-la-Sainte-Vierge !

Outre les lieux saints, le secteur possède des musées ainsi que des monuments historiques. Le boulevard des piétons qui réserve pleines de surprises. Tout comme la place du Cadran, dont le monument Šaulys attire l’attention. Il représente l’une des plus impressionnantes œuvres de la localité.

 

Trakai

A une trentaine de kilomètres à l’ouest de Vilnius, Trakai est une petite cité médiévale de 5000 habitants autrefois siège du duché de Lituanie ; la ville peut facilement être ralliée en train ou en bus depuis la capitale.

Il faut voir son château pittoresque, construit au XVe siècle. Parfaitement restauré, il fait voyager dans le temps les nombreux visiteurs qui s’y pressent mais qui profitent aussi de la prodigieuse nature environnante depuis ses murailles.

Le site est juste sublime, partagé entre lacs, forêts, et autres petites îles qui comprennent également quelques châteaux… Entouré de quelques 200 lacs, et autant de petits îlots, le château principal avec ses tours et ses donjons posé sur une île au milieu du lac Galvé  (le seul du genre en Europe de l’Est), a été reconstruit au 20ème siècle et il est désormais visitable. Avec sa façade de briques rouges et ses toits pointus, il est tout droit sorti d’un conte de fées. Forteresse bâtie pour lutter contre les chevaliers teutoniques, elle abrite aujourd’hui le musée d’Histoire de Trakai, qui fut d’ailleurs la capitale de la Lituanie avant Vilnius.

L’été, de nombreux spectacles ont lieu dans la cour extérieure du château. On y raconte les légendes et histoires de la Lituanie médiévale.

Avec ses maisons en bois colorées, la ville est très pittoresque. Elle abrite une communauté karaïte, un mouvement judaïque originaire de Bagdad qui suit la loi de Moïse. Ils ont été amenés en Lituanie autour de 1400 av. J.-C. pour servir de gardes à Vytautas le Grand, épargné lors de la seconde guerre mondiale du fait, notamment, de la différence entre la religion juive et le Karaïsme. Ils ne sont plus aujourd’hui que 150 environ à vivre au sein de la ville, laissant craindre une disparition prochaine de la plus petite communauté ethnique du pays.

En plus du château et de ses environs, il est possible de visiter le musée ethnographique Karaïme, à Trakai même, afin de découvrir leur histoire et d’en apprendre un peu plus sur ce peuple…ou tout simplement, s’arrêter dans un des nombreux petits restaurants de la ville pour y goûter la spécialité locale : le « Kibine » une sorte de beignet fourré à la viande de mouton très populaire en Lituanie.

Loin de l’activité citadine, Trakai offre un bol d’air frais et d’histoire à tous ses visiteurs. Entre baignade, kayak, pédalo, balades à pied ou à vélo, les afficionados des sports de plein air en seront comblés.

 

Le parc national de Zemaitija

Composé de 217 km2 de forêts épaisses et de lacs profonds, le parc national de Zemaitija ou en Français également appelé le parc national de Samogitie possède le caractère unique d’une région ethnographique de laquelle transparaissent une nature extraordinaire, une riche histoire et de caractéristiques culturelles bien particulières.

Ici règne une véritable atmosphère mystique, source d’une multitude d’histoires de diables, de fantômes et surtout de trésors .  Dans cette immense sapinière aussi dense qu’énigmatique, crée en 1991, sont protégées de nombreuses espèces végétales et animales ; on y trouve nombre d’oiseaux remarquables : tétrastes, râles des genêts, cygnes chanteurs entre autres.

L’ornement du parc de Žemaitija est le lac de Plateliai, le plus grand et le plus profond de Samogitie. Entouré de légende il est avec ses sept îles, ses longs sentiers pédestres, ses belles forêts, ses villages et ses monticules, un immense espace naturel idéal pour le camping, la randonnée et les sports nautiques.

Dans le parc, la base de missiles post-soviétique, aujourd’hui transformée en musée de la guerre froide accueille les visiteurs soucieux d’en apprendre un peu sur cette période charnière de l’histoire.

Le parc national est situé au nord-ouest du pays, à 45 km de la mer Baltique ; il représente donc un arrêt parfait avant de se rendre à la mer. Le point d’accès le plus pratique se trouve à Plateliai, là où se situe le centre d’accueil du parc national ouvert toute l’année et où se concentre la plupart des activités. Canoë, paddle, baignade, pêche à la ligne… les choix ne manquent pas pour les amoureux de nature.

 

Kaunas

Kaunas est une jolie ville aux allées vertes et pavées ; le château, l’hôtel de ville, le monastère et les églises forment un bel ensemble d’architecture typique des pays baltes, mais sans être dénaturés par l’affluence touristique de Vilnius.

Kaunas mérite très largement une visite. Coté ville moderne, elle est une cité animée, particulièrement sur l’allée Laisves, également appelée avenue de la Liberté. Cette ville peut d’ailleurs se vanter de posséder la rue piétonne la plus longue de toute l’Europe de l’Est ; en parcourant ses 1,7 km, le visiteur aura l’occasion de découvrir la cathédrale de Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Kaunas ainsi que la célèbre fontaine de liberté.

Ville riche fourmillant de très nombreux musées et d’édifices religieux remarquables dans son centre ancien, Kaunas est aussi internationalement connue pour son équipe de basket-ball aux multiples trophées. Suivre le Niemen qui traverse la ville, vers l’ouest ou le sud du pays, sera en outre l’occasion de belles escapades, entre beaux manoirs, villages aux maisons en bois et l’incontournable musée en plein air de Kaunas.

La ville s’illustre merveilleusement dans les destinations touristiques les plus prisées du pays et propose d’intéressantes attractions à ses visiteurs.  La vieille ville comporte de nombreuses églises et de belles demeures historiques des XVe et XVIe siècles.

Au milieu des édifices architecturaux ouvrant leurs portes, le palais présidentiel, majestueux édifice séduit par son architecture. Les différentes expositions et le décor permettent ainsi de se replonger dans le passé du pays.

La ville séduit également par ses tours médiévales restaurées et par son Hôtel de Ville de style baroque. Il est essentiel de ne pas louper la maison de Perkūnas, le dieu du ciel et du tonnerre, un des plus beaux exemples d’architecture gothique dans les pays Baltes.

Kaunas compte de nombreux musées, dont le musée national des Beaux-Arts M. K. Čiurlionis, du nom d’un des plus importants peintres lituaniens, considéré comme l’un des fondateurs de l’Art moderne ; il consacre des expositions à des œuvres de cet artiste, mais aussi d’autres œuvres lituaniennes qui datent du 15e au 20e siècle.

Deuxième ville de Lituanie elle est le plus important port fluvial des Pays Baltes. Fondée avant l’an 1000 apr. J.-C., cette ville fut fortifiée par les Lituaniens aux XIIIe et XIVe siècles pour résister aux chevaliers teutoniques. La ville devint polonaise à la fin du XVIe siècle, puis russe. De 1920 à 1940, elle devient la capitale de la Lituanie indépendante. Occupée par les nazis pendant la 2è guerre mondiale, elle vit l’implantation d’un camp d’extermination : un musée de la déportation et de la résistance conserve cette mémoire des 30 000 juifs de Lituanie et d’autres pays européens qui y ont été exécutés. Pour préserver le souvenir, un imposant monument de 32 mètres de haut y a été construit en 1984 par le sculpteur Alfonsas Ambraziūnas. Un lieu empreint d’émotion et de beauté à ne pas manquer.

 

Le delta du Niémen

Bienvenue dans la « Camargue des pays Baltes », à l’embouchure du Niémen, lieu où le plus grand fleuve de Lituanie finit sa course et se jette dans la mer Baltique, au terme d’un voyage de près de 1000 kilomètres.

Avant de se jeter dans la vaste lagune de Courlande, à l’ouest de la Lituanie, non loin de l’enclave russe de Kaliningrad, les eaux se séparent en quatre courtes rivières qui forment un delta sauvage d’une beauté époustouflante. Ce delta, en partie protégé par un parc naturel régional, est moins célèbre que ceux du Danube, du Rhône ou du Guadalquivir, mais il est toutefois d’une importance internationale pour l’avifaune.

Cette région encore peu touristique est pourtant bourrée de charme et de beauté pour tous ceux qui prendront le temps de la visiter. Elle est composée de prairies inondables, de tourbières, de forêts alluviales et d’étangs. Sans oublier les mangroves, îles, marécages et lagunes qui offrent un habitat idéal pour près de 300 espèces d’oiseaux. Des villages de pêcheurs aux maisons de bois multicolores, nichées au bord de l’eau, des églises intimes, des routes bordées d’arbres, ombragées et peu fréquentées, où l’on peut croiser une carriole à cheval, des prairies d’un vert pur sont les autres trésors pouvant y être visiter.

Le delta du Niémen, dont Silutė marque l’entrée, est le paradis des ornithologues et des touristes curieux, amateurs de calme et d’isolement. Une plongée unique dans la Lituanie rurale…

La station ornithologique de Ventės Ragas, qui bague chaque année des milliers d’oiseaux pour observer leurs migrations et leur mode de vie est un incontournable. Un espace d’exposition donne des informations sur la faune aviaire et une terrasse d’observation permet de découvrir les nombreux oiseaux qui y stationnent :  canards, grues, échassiers, sternes, cygnes, corneilles, cigognes, ainsi que des espèces rares et menacées comme l’aigle criard, la bécassine double ou le phragmite aquatique. Le delta représente une étape sur la route migratoire entre l’Arctique et l’Afrique. Des oiseaux globalement menacés s’y reproduisent.

Le plus intéressant est de découvrir la région en bateau, au gré des flots ! Pour y accéder, il faut se rendre à la ville de Šilutė par la route, ou prendre un bateau depuis Nida. Le meilleur moment pour observer les oiseaux est soit au printemps, soit en automne.

 

Palanga

Si cette petite ville est très calme en hiver, en été, elle devient la première station balnéaire du pays.

Étendue sur une centaine de kilomètres, la côte en bordure de la mer Baltique est un des principaux atouts touristiques de la Lituanie. Les vastes plages, la mer claire et un grand choix de divertissements avec de nombreux bars, clubs et restaurants font de Palanga l’une des stations les plus populaires et animées du pays.

Compte tenu de la situation géographique, la saison d’été est très courte et l’eau n’est jamais très chaude pour se baigner, mais les paysages sont sublimes et très populaire auprès des fans de l’écotourisme, avec des randonnées intéressantes à faire au travers de belles forêts de la ville .Ce n’est pas simplement une station balnéaire, mais un véritable centre de santé, qui est devenu célèbre grâce à son atmosphère écologique unique, la combinaison entre des riches forêts de pins et de la mer douce créant une atmosphère favorable pour le bien-être.

La ville de Palanga attire des voyageurs qui aiment visiter les sites naturels pittoresques. Au milieu des forêts, dans un très beau manoir du XIXe siècle qui appartenait auparavant au comte Feliks Tyszkiewicz, le Musée de l’ambre de Palanga considéré comme « l’or de la Baltique », construit au milieu d’un magnifique jardin botanique, revient sur la fabrication naturelle et l’exploitation de ce matériau rare, aussi somptueux que mystérieux. Sont exposés notamment des insectes millénaires pris au piège de la résine pour l’éternité. Un spectacle envoûtant. Sa collection comprend des centaines d’objets d’artisanat uniques en ambre et présente aux visiteurs l’histoire de l’artisanat rare.

Palanga célèbre, avec fastes, l’ouverture de la saison estivale le premier samedi de juin et la clôt le dernier samedi d’août par un gigantesque carnaval, un grand marché, un festival de chansons et un concert pop. La ville organise un grand nombre des fêtes nationales, ainsi que les activités de vacances pour touristes. Les habitants aiment beaucoup le sport et mènent une vie saine.

Chaque février se tient le festival « Le morses de Palanga » durant lequel les gens nagent dans la mer Baltique glacée. Les 23 avril, un festival de printemps « Yurgines » est précédé par un festival de folklore. La fête d’été traditionnelle ouvre une nouvelle saison des vacances. Pendant quelques jours dans la ville ont lieu des événements sportifs, des foires, des discothèques et des grands feux d’artifice.

La ville a conservé plusieurs belles attractions religieuses, y compris l’église de l’Ascension de la Très Sainte Vierge Marie. la vieille église est un monument néo-gothique unique. Depuis sa fondation, elle a su conserver non seulement une apparence originale mais aussi sa décoration intérieure originale.

Palanga est située à 30 km au nord de Klaipeda et à 18 km au sud de la frontière lettone. Kretinga, la gare ferroviaire la plus proche, est desservie quotidiennement par des trains au départ de Klaipeda et de Vilnius. Les liaisons en bus sont nombreuses.

 

Isthme de Courlande

Véritable curiosité géographique située entre dunes, lagunes et pinèdes, le parc national de l’Isthme de Courlande est un paradis naturel en bordure de la mer Baltique. C’est une bande de terre étroite partagée entre la Lituanie et la Russie qui n’est rattachée à la terre ferme que dans l’enclave russe de Kaliningrad. Pour y accéder depuis la Lituanie, il faut impérativement prendre un ferry. Ce cordon littoral sablonneux est fortement exposé au vent et recouvert à de nombreux endroits par des dunes lui donnant un côté surprenant.

Il sépare la rive orientale de la mer Baltique et la lagune de Courlande et s’étire sur une largeur de 400 mètres à 3,8 km de large et sur une longueur de 98 kilomètres de long, s’étendant de la péninsule de Sambie jusqu’au port de Klaipėda. La partie nord-est (52 km) appartient à la Lituanie et la partie sud-ouest (46 km) à la Russie (enclave de Kalingrad). 

En 2000, l’isthme de Courlande a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en tant que mélange de nature et d’histoire étonnant, une des perles trop peu connues de l’Europe baltique. Des incroyables plages de sable fin et blanc s ‘étendent à perte de vue. Un paysage unique, à la fois abîmé et sauvé par l’homme. Abîmé, car la déforestation intensive des XVIIe et XVIIIe siècle a menacé le lieu. Sauvé, car l’action humaine permanente depuis le début du XIXe siècle ont permis de stabiliser les dunes : construction d’une crête de protection renforcée à l’aide d’arbres et de haies de broussailles tout au long de la côte pour empêcher la migration du sable vers les terres.

Le parfum si caractéristique de la côte baltique, où la fraîcheur de l’air se mêle à l’odeur des pins, est particulièrement prégnante sur la partie lituanienne de l’isthme de Courlande. Les quatres petites villes : Juodkrante, Pervalka, Preila et Nida, sont situées à quelques kilomètres seulement de la côte. Une atmosphère magique se dégage de cette bande de sable isolée, où les dunes côtoient des forêts de pins luxuriantes peuplées d’élans, de cerfs et de sangliers.

Côté gastronomie, les gourmands ne manqueront pas de goûter au poisson fraîchement fumé selon une vieille recette courlandaise. Concernant les loisirs, il est possible, en été, de louer des jet skis et des pédalos à Nida. L’hiver, en revanche, la pêche sur glace et la consommation de vodka semblent être les seules activités possibles. Mieux vaut vérifier la clarté des eaux du lagon et de l’isthme avant de piquer une tête car elles ne sont pas toujours propres à la baignade.

Les dunes qui longent la péninsule sont fragiles et leur lente érosion constitue un problème de poids pour les écologistes. Pour cette raison, il est demandé de ne marcher que sur les sentiers balisés et de ne pas cueillir les fleurs, qui aident à maintenir le sable en place.

La station balnéaire la plus populaire est Nida, un ravissant village avec ses maisons en bois et son port de bateaux dans lequel se situe la dune Parnidis, la deuxième plus haute d’Europe avec ses 52 mètres. Un cadran solaire en granit a été construit sur les dunes montrant avec précision le temps qui s’écoule ; il mesure de 13.8 mètres de hauteur et pèse 36 tonnes.

Un phare niché dans la végétation est un bon point de départ pour une randonnée jusqu’à l’autre côté de l’Isthme où se trouvent les plus belles plages de la Baltique.

A la vue de la jolie église luthérienne en briques rouges et du cimetière au milieu des arbres les visiteurs sont happés par son mystère et ses tombes marquées par un « Krikstai », monument funéraire typique de la région. En redescendant la dune vers Nida, la traversée de la vallée du silence ou autrement appelée : « la réserve de Naglių » réserve une très belle balade sur un grand ensemble complètement ensablé au milieu des dunes.

Tout au bout de la zone Lituanienne de l’Isthme se présente la Death Valley un paysage très particulier. L’isthme s’étend de la ville de Smiltynė au nord, jusqu’à Nida 50 kilomètres au sud. Des bus circulent sur toute la péninsule depuis Smiltyné, à l’extrême nord. Des ferrys permettent de rejoindre Smiltyné depuis Klaipeda, sur le continent, qui peut elle-même être ralliée en bus ou en train depuis Vilnius ou d’autres grandes villes.

 

Le parc national d’Aukštaitija


Situé au nord-est du pays, à 100 kilomètres au nord de Vilnius, et à 170 kilomètres au nord-est de Kaunas, non loin des grands espaces sauvages de la Biélorussie voisine, le parc national d’Aukštaitija est le plus ancien des parcs nationaux de Lituanie. Son nom fait référence à la région ethnographique du pays dans laquelle il se situe.

Le parc est reconnu pour sa très grande biodiversité. Son territoire est couvert à 69 % de forêts. Sur une surface de 40 000 hectares il est partagé entre des forêts de pins et d’épicéa et plus de 120 lacs. L’un des plus beaux d’entre eux est le lac Baluosas, qui compte sept îles, dont l’une possède son propre lac. À 175 mètres d’altitude, le sommet Ladakalnis offre une vue panoramique époustouflante sur les paysages environnants.

Le Parc national d’Aukštaitija est une destination merveilleuse pour les amoureux de la nature et de la culture. Il est également le paradis des amoureux de sports de pleine nature : canoë, randonnée, planche à voile, observation des oiseaux, campement et en hiver ski et pèche sous la glace.

Il est recommandé de visiter le centre d’information de Palūšė avant de pénétrer dans le parc national.

Le parc comprend 106 monuments architecturaux et archéologiques, neuf monticules et 116 villages dont sept d’entre eux sont ethnographiques. Quelques indices retrouvés indiquent que des gens vivaient dans cette région 8 siècles avant Jésus-Christ. Les activités humaines sur plus de 10 000 ans ont laissé beaucoup de traces et l’héritage culturel de plusieurs générations est fortement appréciable. Plusieurs monuments historiques, archéologiques et architecturaux rappellent les anciens temps et le grand passé de l’espèce humaine dans la région.

Le point de départ pour visiter le parc est la ville d’Ignalina comprenant des petits hameaux traditionnels avec de jolies maisons en bois ; le moulin à eau Ginuciai du XIXe siècle, l’étrange musée de l’apiculture à Stripeikiai, une ancienne église en bois (1750) et le clocher de Paluse en sont les attractions les plus incontournables.

En fonction des saisons, les forêts attirent cerfs, wapitis et sangliers ainsi que bleuets, fraises sauvages et champignons dont la cueillette est réglementée.

 

Druskininkai

Située près des frontières russes et polonaises, à deux heures de routes de Vilnius, Druskininkai est la plus ancienne station thermale et la plus chic de Lituanie. Tout au sud du pays, au milieu des lacs et des forêts, elle comporte des sources minérales curatives riches en sel. Certains établissements ont une approche médicale pour soigner des pathologies articulaires ou musculaires, et d’autres sont davantage orientés vers la détente et le bien-être.

La ville a le label de station thermale depuis 1794. Un moment clé fragile où le luxe contemporain arrive alors que charme historique est toujours là. Ses principaux atouts sont ses sept sources d’eau minérale, ses établissements de santé et ses sanatoriums.

Les forêts de pin, les rivières Niémen et Ratnyčia ainsi que les lacs y créent un microclimat unique. C’est une fascinante localité à la fois culturelle, historique et particulièrement festive. L’architecture séduisante de cette localité, ses églises, ses parcs, ses lieux publics ainsi que ses paysages de rêve et son atmosphère hallucinante méritent une escale.

Druskininkai est aussi connue pour avoir été la ville de naissance du sculpteur moderne Jacques Lipchitz et le lieu de résidence du remarquable peintre et compositeur romantique Mikalojus Konstantinas Ciurlionis. Une grande statue stylisée et un musée lui sont d’ailleurs consacrés.

En périphérie de la ville, le Lénine Land, officiellement baptisé « Parc Grutas des sculptures soviétiques », est décrit par certains comme une sorte de « Disneyland du goulag » et représente une reconstitution des camps de l’ex-URSS comprenant de nombreuses statues des leaders soviétiques comme Lénine et Staline qui ont été déboulonnées en 1991 lors de la chute de l’URSS. Le fondateur, un homme d’affaires, a poussé la mise en scène plus loin. Ainsi, l’espace enfants réunit d’anciens jeux, des balançoires et des tourniquets « made in URSS ». Quant au restaurant, on peut y manger des sprats et boire de la vodka en écoutant de la musique traditionnelle soviétique. L’objectif est de « montrer l’idéologie et les crimes de la dictature » Un espace exposition retrace l’occupation soviétique et l’oppression vécue par les Lituaniens.

Non seulement Druskininkai offre une récréation tranquille, mais aussi un divertissement actif qui attire aussi les amateurs de loisirs de plein air. La ville est devenue un centre touristique de renommée internationale ; chaque printemps, le festival des fleurs de Narcisse a lieu à Druskininkai, et chaque été commence par la plus grande fête de la ville le « Druskininkai resort festival » Les week-ends de la station à cette période de l’année présentent les concerts de différents genres musicaux tout au long de l’été. L’ambiance festive de la ville est créée par le cycle des événements des fêtes de fin d’année qui commencent par la spectaculaire cérémonie d’éclairage des arbres de Noël et l’ouverture de la crèche.

De nombreux parcs sont disséminés au cœur de la ville : les parcs aquatiques invitent à profiter des plaisirs ou de l’eau et pour les amoureux de ski, l’endroit rêvé se nomme la Snow Arena, une immense piste de ski en intérieur et en extérieur ouverte en 2011. Le spot parfait pour pouvoir skier en été comme en hiver. C’est d’ailleurs l’une des plus grandes du monde puisqu’elle mesure 460 mètres de long. Sa descente facile permet aux skieurs de tous les niveaux de s’y retrouver tandis que le matériel est fourni sur place. Le complexe de divertissement comprend aussi une piste de karting, des motoneiges et des tubes à neige.

Dans un autre registre, « Adventure Park » attire surtout les enfants et les jeunes adultes. Neuf randonnées avec plus de 130 concours différents attendent les visiteurs dans le centre de la ville, sur la rive de la rivière Nemunas, dont un vol Tarzan unique au-dessus de la rivière Nemunas et un trek de plus de 400 mètres de long, installé au-dessus du plus grand fleuve de Lituanie.

Pendant le voyage, les visiteurs peuvent également admirer de belles forêts, les virages de la rivière Nemunas et bénéficier d’un magnifique panorama sur la ville.

 

Klaipeda


Ville portuaire aux accents nordiques, connue pour son architecture, ses plages et sa grandiose fête de la mer, Klaipėda est le plus important port de Lituanie qui accueille tous les ans le Festival de la Mer, une immense fête qui rassemble près d’un demi-million de visiteurs.

Le symbole historique emblématique de la ville est son château construit par des Chevaliers Teutoniques. Pendant de nombreuses années, le bâtiment se trouvait dans un état de délabrement total jusqu’en 1968, date de sa restauration.

La ville portuaire de Klaipeda est le meilleur endroit pour les amateurs de nature pittoresque, d’excursions captivantes et de différents divertissements. La vieille ville est ainsi connue pour ses belles rues anciennes comprenant des bâtiments qui datent de plusieurs siècles et de toutes petites places entourées de fleurs et d’arbres magnifiques. Les bâtiments typiques de la Vieille ville sont des maisonnettes dont les façades sont couvertes de vignes du Nord. Plusieurs bâtiments architecturaux rappellent les dessins des contes.

Tortueuses et labyrinthiques, elles permettent de rejoindre la place du Théâtre, partie centrale de la ville, constituée de la fontaine Simon Dach et de la sculpture Anika de Toravy, Anika étant un personnage phare d’une chanson lituanienne populaire.

Le musée des horloges possède en ce qui le concerne, des objets exposés qui datent des époques préhistoriques ; une salle à part est consacrée aux horloges, produites encore au XVIe siècle.

Non loin, se trouve également le musée de la Forge qui présente le métier de forgeron au travers d’uniques objets d’exposition ; le visiteur peut y trouver des collections de clôtures massives et de croix d’église, ainsi que des chandeliers miniatures et d’ornements.

Dans la ville, le parc de sculptures comprend des œuvres uniques, réalisés par les maîtres du pays et les maîtres étrangers. Il ne faut pas oublier de visiter le Musée de la Marine, qui propose une grande exposition avec plusieurs salles à thèmes. Une des galeries conserve une collection d’artefacts qui racontent l’histoire du développement de cette ville portuaire.

Parmi les sites touristiques peu connus, le musée de Lituanie Mineure mérite d’être visité. Son ouverture a eu lieu en 1912.  À l’origine, l’exposition du musée était composée d’artefacts archéologiques, une collection très intéressante de vieilles pièces de monnaie qui peut encore être découverte aujourd’hui.

Le jardin botanique est ouvert tous les jours. On peut y admirer plus de trois mille plantes. Le territoire du jardin est couvert de sentiers et d’allées, où les promeneurs peuvent faire de belles promenades. Les amateurs de randonnée seront tout autant intéressés à se promener dans la zone portuaire, où l’ancien phare peut être vu et visité. Il a été construit en 1796 et a été gravement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale. Le phare a réussi à être restauré et il continue aujourd’hui à fonctionner. La hauteur du phare est de 44,5 mètres. Certains jours, les touristes sont autorisés à grimper à son sommet et à voir avec un point de vue étendu.

Un événement remarquable dans la vie culturelle de la ville est le : « Jour de la mer », célébré chaque année dans la deuxième partie du mois de mai. Cette fête existe déjà depuis plus de cinquante ans. Les parades féeriques, les concerts de musique et les compétitions sportives, les foires et les concours ne sont qu’une petite partie des événements, qui ont lieu durant ces festivités qui permettent aux rues de la ville d’être traditionnellement ornées de symboles liés à la mer. Sur les places principales sont installés des espaces détente et des attractions pour les enfants ainsi que des cafés en plein air, où il est possible de goûter les spécialités nationales les plus populaires. Selon une tradition ancienne la fête commence par une parade solennelle de navires qui a lieu dans le port de la ville. Des milliers de personnes se réunissent pour admirer ce spectacle impressionnant.