Nous franchissons dans un bus en provenance de Jordanie, le pont Hussein Bridge, qui devient dés son passage le pont Allenby.

Le bus est arrêté et un militaire israélien contrôle nos passeports ; il s’arrête quelques instants sur le passeport de notre ami d’origine maghrébine ; nous lui confirmons qu’il voyage avec nous ; il autorise l’ensemble des voyageurs à continuer.

Arrivés à la frontière, nous avançons tout d’abord à un guichet, afin d’y déposer nos valises ; étant donné que nous portons des bagages à main, nous évitons cette étape et nous dirigeons vers un autre officiel, qui nous interroge rapidement. Nous le déstabilisons en lui parlant de son pays et il nous remet des étiquettes qu’il colle sur nos passeports.

Le numéro 1 correspond aux citoyens israéliens, le numéro 2 aux juifs ; le numéro 3 aux individus amis d’Israël, le numéro 4 aux individus qui n’ont rien à se reprocher et les numéros 5 et 6, aux individus qu’il convient de surveiller et de fouiller. Nous avons tous le numéro 4.

Nos sacs sont ensuite passés sous scanner. Nous passons cette épreuve sans accroche, sauf notre ami d’origine maghrébine, qui est mis de côté par l’officier israélien. Il nous conseille de l’attendre dehors.

Nous avons cette fois-ci affaire avec l’officier de l’immigration qui délivre les visas qui ressemblent à des petites cartes à glisser dans le passeport, étant donné qu’un tampon du pays dans le passeport signifie être refusé d’accès dans de nombreux pays arabes avec qui Israël est en conflit.

Il nous questionne rapidement : Parlez-vous hébreu ? Pourquoi êtes-vous venus ici ? Je lui réponds en Anglais, que la France et Israël sont des pays amis et qu’il est normal de visiter ses amis ; il me sourit et nous remets nos visas.

Nous les présentons à un autre officier et franchissons les douanes, sans être fouillés par les douaniers, attelés à analyser scrupuleusement les valises des palestiniens qui retournent dans leur pays.

Il faut dire que cette situation est particulière, étant donné que la Palestine est un pays, qui voit ses frontières contrôlées par les fonctionnaires et militaires d’un autre pays, et ce sous couvert des pays voisins telle la Jordanie, qui préfèrent que les frontières soient ainsi surveillées.

Nous sortons à l’extérieur et notre ami qui est toujours en attente dans une salle nous demande d’aller à Jérusalem, afin de chercher un hôtel. Nous prenons un chauffeur de taxi que nous payons 80 euros à 5 et il nous conduit en même pas une heure dans Jérusalem une ville pour moitié palestinienne sous tutelle d’un autre pays : Israël.

Après avoir traversé la Palestine, nous arrivons à Jérusalem, à une heure tardive. Une seule frontière contrôlée par un militaire est traversée, mais étant donné que nous nous trouvons dans un taxi israélien, aucun temps d’attente, ni de contrôle de papiers ne nous est imposé. Nous rejoignons notre hôtel.

Palestine 1

Arrivés à l’hôtel, nous appelons notre ami d’origine maghrébine à qui les fonctionnaires israéliens ont laissé le téléphone ; après trois heures, il n’a toujours pas été autorisé à quitter le poste frontière.

Nous nous inquiétons, car pour nous être enquis en France, nous savons qu’après trois heures d’interrogatoire, généralement, les individus sont refoulés du pays et renvoyés dans le précédent pays d’accueil, après avoir été retenus pour une durée pouvant aller jusqu’à 24 heures dans un centre de rétention.

Les heures défilent ; notre ami nous appelle et nous mentionne son interrogatoire par les services du Mossad ou du moins par une femme travaillant pour eux et ayant dépêché sur place un traducteur arabe, étant donné qu’il ne parle ni Hébreu, ni Anglais.

Où êtes-vous né ?
Comment s’appellent vos parents ?
Depuis combien de temps vivez vous en France ?
Où travaillez-vous ?
Pourquoi êtes-vous venu en Israël ?
Combien avez-vous d’argent sur vos comptes bancaires ?
Parlez-vous Hébreu ?
Pourquoi avoir été en Egypte et en Jordanie ?
Vous mentez ! Vous ne voyagez pas avec vos amis, des blancs. Donnez-moi leur numéro !

Une fois que les recherches de base ont été effectuées, l’agent vérifie son téléphone portable en appelant au hasard quelques numéros et après avoir vérifié que notre ami n’était pas un activiste palestinien, qu’il ne possédait pas dans ses affaires de livres mentionnant la Palestine, l’agent appelle notre hôtel ; patientant dans le hall d’accueil, je me saisis du combiné.

L’agent me questionne sur la connaissance que je peux avoir de la vie de mon ami. Durant une demi-heure, je réponds à ses questions en mentionnant le but de mon voyage et en me portant garant de son comportement. Elle me demande ma date de naissance et l’intitulé de ma fonction. Je la déstabilise, en précédant ses interrogations et en ayant l’air détaché. Elle me remercie et raccroche.

Je reçois un appel de mon ami, deux heures plus tard, me confirmant la suite de la procédure, après ma conversation téléphonique et les réponses apportées.

Les agents du Mossad l’ont laissé patienté, et après s’être renseignés sur moi, ils ont consulté sa boite mail et lui ont remis deux heure plus tard, soit sept heures après son entrée dans le pays, son visa. Ils lui ont demandé de quitter la zone frontière, sans lui faire passer les contrôles douaniers. Il nous rejoint à Jérusalem ; les retrouvailles sont chaleureuses. Après quelques heures de sommeil, nous nous levons.

Après quelques heures de sommeil, nous regagnons à pied la vieille ville.

Jérusalem est une ville particulière ; capitale de l’état israélien, elle appartient pour moitié à l’état palestinien. De ce fait, elle est la seule ville au monde à être partagée sans réelle frontière tracée entre deux pays qui la revendiquent.

Nous longeons la route qui nous mène vers la vieille ville.

Nous découvrons plusieurs églises.

Et continuons notre chemin, en passant devant la tombe du jardin, l’endroit selon certains où Jésus Christ aurait été crucifié. Mais cette théorie est décriée par les catholiques. Quoi qu’il en soit, un visage est formé dans la roche et préservé de toute intrusion humaine depuis des décennies.

Le vieux Jérusalem se rapproche.

Nous y pénétrons à l’intérieur.

Nous y empruntons de petites ruelles.

Le quartier est populaire.

Nous arpentons les rues d’un souk.

Nous arrivons au mur des lamentations.

Nous sommes autorisés à visiter une sorte de synagogue qui se trouve à côté.

Une ferveur intense se dégage de la place.

C’est alors que nous empruntons un chemin qui nous permet d’entrer dans l’esplanade des mosquées, un lieu saint pour les musulmans qui contient deux mosquées : le dôme du rocher, comprenant le rocher, d’où Mahomet serait revenu de la Mecque et d’où il serait monté au paradis, ainsi que la mosquée sacrée d’Al-Aqsa, le troisième lieu saint de l’Islam.
Jusqu’en 1998, l’accès aux mosquées était autorisé aux non-musulmans, mais depuis cette date, plusieurs changements intervinrent. En 2014, l’accès à l’esplanade est autorisé aux non-musulmans, mis à part le vendredi et les heures de prières. L’accès aux mosquées est par contre toujours interdit aux non-musulmans. Pour passer du côté musulman, il faut réciter dans sa langue maternelle une sourate du Coran ; chaque visiteur qui ne présente par les caractéristiques sémites est interrogé par un soldat qui en contrôle l’accès. Je me dirige vers l’accès de l’esplanade réservé aux musulmans et ne parvient pas avec mes explications à en obtenir l’accès, étant donné que la religion musulmane n’est pas ma religion ; le garde me demande de faire le tour et d’accéder à l’entrée réservée aux non-musulmans ; je m’exécute non sans avoir pris le temps d’admirer le dôme.

Nous empruntons un pont en bois.

Nous arrivons sur ce lieu saint de l’islam.

Les musulmans nous accueillent avec le sourire.

De l’esplanade et les tourelles de ses fortifications, nous pouvons apercevoir un panorama étendu du mont des oliviers.

Nous voyons jusqu’à l’horizon.

Nous retournons sur l’esplanade.

Nous retournons dans les vieilles rues de Jérusalem.

Le souk propose de nombreux produits.

De nombreux bâtiments historiques parsèment notre route.

Nous entrons sur le site de l’église du Saint Sépulcre.

Nous pénétrons à l’intérieur comme si nous venions de découvrir l’entrée d’un Temple secret.

L’église qui contient le tombeau du Christ se dresse devant nous.

Nous entrons à l’intérieur.

Je ressens un sentiment de bien-être incommensurable, un sentiment fort de ferveur. J’effectue une prière en direction du Golgotha, endroit de crucifixion du christ.

Nous entrons dans le tombeau.

Nous prenons discrètement quelques photos.

Nous continuons la découverte de l’église.

Nous rejoignons le vieux Jérusalem.

Le mont des Oliviers se dresse devant nous.

Nous entrons dans la partie moderne de Jérusalem.

Nous quittons la ville.

Nous nous rendons à la ville de Bethléem.

Palestine 117

Nous traversons la campagne palestinienne.

Palestine 118

Le décor est vallonné.

Palestine 119

Et d’une verdure sans pareil.

Palestine 120

Les petits villages de campagne sont noyés au sein d’une nature encore préservée.

Palestine 121

Nous nous arrêtons afin de faire une petite halte.

Palestine 122

Et au détour d’un chemin, nous tombons nez à nez sur les premières colonies israéliennes.

Palestine 123

Reconnaissables entre mille.

Palestine 124

Les immeubles israéliens sont neufs et bien entretenus.

Palestine 125

Et circonscrits par des barbelés et une surveillance quotidienne.

Palestine 126

Nous traversons des petites villes.

Palestine 127

Qui ne semblent pas ressentir les affres du conflit opposant la Palestine à Israël.

Palestine 128

Mais nous pouvons ressentir un manque de moyen d’un pays face à son voisin.

Palestine 129

Ce qui ne semble pas en déranger les habitants.

Palestine 130

Les routes sont agréables.

Palestine 131

Pas un policier ne se laisse apercevoir.

Palestine 132

Nous dépassons un stade de foot.

Palestine 133

Et gagnons la campagne profonde.

Palestine 134

La route devient plus difficilement praticable.

Palestine 135

Nous arrivons à Bethléem.

Palestine 136

Nous nous engouffrons dans la ville.

Palestine 137

Les rues sont étroites.

Palestine 138

Nous nous trompons à plusieurs reprises.

Palestine 139

Mais nous parvenons à retrouver notre chemin.

Palestine 140

Et à retourner au centre ville.

Palestine 141

Une dernière petite rue.

Palestine 142

La ville se dévoile de haut.

Palestine 143

Nous dépassons une mosquée.

Palestine 144

Puis, nous nous garons en face de l’église de l’annonciation, l’église où est né Jésus-Christ.

Palestine 145

L’église est modeste. Pourtant, elle représente un lieu saint du christianisme.

Palestine 146

Nous nous faisons photographier devant l’église.

Palestine 147

Puis, nous pénétrons à l’intérieur d’une petite porte.

Palestine 148

Puis, par une autre ouverture.

Palestine 149

Avant de découvrir l’église.

Palestine 150

Un guide nous propose pour une dizaine d’euros de passer par la sortie et d’éviter ainsi plus de deux heures d’attente ; nous acceptons.

Palestine 151

Nous arrivons dans une petite pièce bondée de monde.

Palestine 152

Nous avançons au milieu de la foule.

Palestine 153

Et en-dessous d’une sorte de crypte.

Palestine 154

Nous découvrons des ornements.

Palestine 155

Puis en-dessous de ces ornements, le lieu de naissance de Jésus-Christ.

Palestine 156

Juste à l’embranchement des 14 branches de l’étoile.

Palestine 157

Nous rejoignons l’extérieur de l’église.

Palestine 158

Et nous nous promenons dans un des petits jardins attenants.

Palestine 159

Avant de saisir un instant magique.

Palestine 160

Et de découvrir une autre section de l’église.

Palestine 161

Nous nous dirigeons ensuite à moins d’une heure de route, vers la ville de Hébron.

Palestine 162

En nous enfonçant dans la campagne palestinienne, les barbelés semblent plus présents.

Palestine 163

Ainsi que le mur de séparation qui se dévoile par intermittence.

Palestine 164

La circulation y est tendue par moment.

Palestine 165

Nous retrouvons le mur de séparation posé par les autorités israéliennes.

Palestine 166

Qui diffère selon les endroits.

Palestine 167

Le longer procure une sensation étrange.

Palestine 168

C’est alors que nous quittons la route.

Palestine 169

Pour tenter de pénétrer dans la ville de Hébron, une ville sensible, puisque fermée et contrôlée par les militaires israéliens.

Palestine 170

Nous entrons dans la ville par une entrée dérobée non surveillée.

Palestine 171

Nous découvrons une ville en souffrance et des habitants avec de la haine dans les yeux, ne supportant plus leur sort. Les plus jeunes nous regardent passer dans notre voiture de location israélienne et sans nous connaître, nous méprise. Je ne peux leur en vouloir, tant ils vivent dans une grande précarité.

Palestine 172

Nous dépassons une mosquée.

Palestine 173

Et nous nous dirigeons vers le tombeau des patriarches, un haut lieu saint dans la religion juive et musulmane, puisqu’il contient les tombes d’Adam et Eve, d’Isaac, d’Abraham et de Jacob.

Palestine 174

Des militaires nous empêchent de passer en voiture, mais devant le danger que nous pouvons risquer en patientant sur place, ils nous autorisent à entrer, en nous conseillant bien de ne pas reprendre la route que nous venons d’emprunter. Le tombeau des patriarches se dresse devant nous.

Palestine 175

Le tombeau est magnifique.

Palestine 176

Nous l’admirons sous tous les angles.

Palestine 177

Nous pénétrons à l’intérieur par le côté juif.

Palestine 178

Nous découvrons les tombes, ou du moins les cénotaphes qui recouvrent les entrées des grottes dans lesquelles, elles se trouvent. Une légende raconte que quiconque oserait s’y aventurer serait maudit pour l’éternité.

Palestine 179

Certaines tombes sont particulièrement bien gardées.

Palestine 180

Les pièces sont bien espacées.

Palestine 181

Le lieu est le deuxième lieu saint de la religion juive.

Palestine 182

Nous quittons ensuite le tombeau.

Palestine 183

Nous nous égarons dans le centre ville de Hébron et mettons plus d’une heure à retrouver notre chemin. Nous parvenons à regagner la route et après deux heures de conduite, nous retournons en Israël.

En partance de Jérusalem, nous retraversons ensuite la Palestine afin de rejoindre à nouveau Israël. Au poste contrôle de sortie du territoire palestinien, un barrage de militaires nous observe dans la voiture et nous tend nos passeports, agrémenté d’un grand sourire amicale et sincère, jusqu’à ce que la militaire ne remarque la présence dans la voiture d’un individu d’origine maghrébine. Le ton change ; la voiture est mise de côté pour une inspection généralisée. Les sacs sont fouillés, la voiture également, jusqu’à ce que je les interroge en Anglais sur leur détestation des Français, comportement incompréhensible alors que les présidents de nos deux pays ont vanté leur proximité. Un peu décontenancés, les militaires s’excusent de ce revers de temps perdu et nous autorisent à pénétrer sur le territoire israélien.

Nous nous arrêtons à une station balnéaire jouxtant la mer morte et en profitons pour nous détendre.

Nous réservons une chambre dans une guest house locale.

Le lendemain, nous longeons les berges de la mer morte.

Après une dizaine de kilomètres dans ces paysages du Far-West, nous bifurquons pour nous diriger vers Massada.

Nous prenons un téléphérique.

Nous avons une vue à couper le souffle.

Nous découvrons ce site historique.

Nous profitons pleinement de ce spectacle.

Ce n’est que le lendemain que nous entrons à nouveau en Palestine en longeant la mer morte.

Palestine 184

Le paysage est exquis.

Palestine 185

Le taux de salinité extrême de la mer lui donne par endroit des tons éclaircis.

Palestine 186

Au milieu d’un paysage rocheux.

Palestine 187

Le panorama est époustouflant.

Palestine 188

Nous nous en délectons.

Palestine 189

Et après deux heures de route.

Palestine 190

Nous quittons la mer morte.

Palestine 191

Nous longeons la frontière jordanienne.

Palestine 192

Et nous nous rapprochons de la ville de Jéricho.

Palestine 193

Un panneau de danger de mort nous interpelle.

Palestine 194

Nous continuons malgré tout notre chemin.

Palestine 195

La ville de Jéricho apparaît.

Palestine 196

Nous visitons en premier lieu une mosquée.

Palestine 197

Puis les bâtiments se succèdent.

Palestine 198

Nous nous dirigeons vers le centre ville.

Palestine 199

Avant de rejoindre le vieux Jéricho.

Palestine 200

Dans lequel, un centre commercial réservé aux touristes a vu récemment le jour.

Palestine 201

Nous découvrons alors que la ville de Jéricho est la plus vieille ville du monde ; elle date de – 9000 années avant Jésus-Christ.

Palestine 202

Nous repoussons gentiment un guide qui se propose de nous emmener au restaurant du site et préférons découvrir le nouveau Jéricho.

Palestine 203

Le nouveau Jéricho, qui entoure le vieux Jéricho.

Palestine 204

Les Palestiniens sont assez fiers de leur ville de 27000 habitants.

Palestine 205

Ainsi que de ses vestiges à ciel ouvert.

Palestine 206

Certains ayant été remplacés.

Palestine 207

Nous pénétrons sur le site du vieux Jéricho.

Palestine 208

Situé en face du mont des tentations.

Palestine 209

Nous continuons d’avancer au sein de l’antique ville de Jéricho.

Palestine 210

Des fortifications sont régulièrement mises à jour.

Palestine 211

Nous avons des palmiers en arrière plan.

Palestine 212

Et toujours cette vue sur les montagnes environnantes.

Palestine 213

C’est alors que nous découvrons la tour de Jéricho, les restes de la plus ancienne construction humaine publique, en – 8300 avant Jésus-Christ.

Palestine 214

Le site de Jéricho recèle de véritables trésors.

Palestine 215

Laissés à la libre découverte des visiteurs.

Palestine 216

Plus nous nous enfonçons, plus le site est majestueux.

Palestine 217

Les bâtiments sont préservés et cette préservation est rendue possible par le temps sec qui règne en maître.

Palestine 218

Nous quittons le site de Jéricho, satisfaits de notre balade en plein soleil.

Palestine 219

En sortant du site, nous apercevons une bananeraie sur le bord de la route.

Palestine 220

Nous en cueillons quelques unes.

 Palestine 221

Nous parcourons ce dédales de senteurs.

Palestine 222

En quittant la ville, nous apercevons un panneau indiquant le palais Hisham, un site archéologique intéressant.

Palestine 223

Nous dévions de notre route.

Palestine 224

Le site se trouve à la fin d’une longue route secondaire refaite à neuf.

Palestine 225

Sur le bord de la route, un troupeau de chèvres.

Palestine 226

Après une rapide balade.

Palestine 227

Nous jetons un dernier regard sur le site.

Palestine 228

Et nous reprenons la route qui nous emmène loin de la ville de Jéricho.

Palestine 229

Nous nous arrêtons dans une petite ville frontalière avec Israël voisin et nous nous dirigeons dans un restaurant afin de nous ravitailler.

Nous nous essayons à la langue officielle : l’Arabe.

Bonjour /marħaban
Salut ! Que la paix soit avec vous/ as salam ʕlɛikum
Comment allez-vous ?/ kɛjf ɛlhal
Très bien /bixɛjr
Quel est votre nom ? /ma ‘smuka
Mon nom est Ludovic/ismi Ludovic
Heureux de vous rencontrer/ sourirtou bi likaika
Merci /ʃukran
Il n’y a pas de quoi /ʕfwan/
Je ne comprends pas/ la afhamou
Parlez-vous français ? / Halta ta kil l’ami l’ouradir francia??
Non / kalla
Je ne parle pas le Français/la atakallamou francia
Y a il quelqu’un qui parle français ici ? / hal min ahad yatakallamou al firancia ?
Excusez-moi / ʕðran
Au revoir / maa ‘salama

Nous en profitons également pour continuer de découvrir les spécialités culinaires palestiniennes, cuisine essentiellement d’inspiration méditerranéenne.

Nous avons le choix entre :

– Khobz : petite galette de pain, très plate et ronde.
– Hommos : pâte de pois chiches mélangée à de la tahineh et à des herbes, et arrosée d’huile d’olive.
– Falafels : petites boulettes de farine de pois chiches, aillées et persillées, frites à l’huile, enveloppées dans une pita.
– Mezze : entrées froides ou chaudes, d’origine libanaise, présentées dans différentes coupelles.
– Chawarma : pain fourré au mouton (cuit à la broche) ou au poulet grillé, additionné d’oignons et de tomates, et nappé d’une sauce blanche.
-Viandes grillées : mouton ou agneau ou poulet.
– Maklouba : poulet cuit dans une marmite, avec des légumes (souvent des aubergines et choux-fleurs, parfois à part) et du riz.
– Mensaf : plat de fête jordanien, hérité des Bédouins et adopté par les Palestiniens. Le Mensaf se présente sous forme d’une grosse platée de riz couverte de pignons de pin, auquel on ajoute des morceaux d’agneau (ou de poulet) mijotés en ragoût, le tout arrosé d’une étonnante sauce blanchâtre à base de caillé de chèvre et de graisse.
– Musakhan : galette de pain recouverte de poulet et d’oignons cuits à l’huile d’olive, saupoudrée d’épices.
– Warak dawali (ou mahshi wara) : feuilles de vigne enveloppant riz, viande hachée (mais pas toujours) et épices.

Après ce copieux repas, nous choisissons une pâtisserie : des baklavas et des knafeh, cheveux d’ange d’un orange vif, fourrés au fromage de chèvre doux et fondu.

Nous en avons pour quelques euros par personne ; nous payons et reprenons la route. Après quelques minutes de route, nous quittons définitivement la Palestine, un pays fort intéressant qui mérite de connaître un développement touristique nécessaire, tant ses merveilles sont nombreuses.

Nous quittons à nouveau le territoire de la Palestine pour pénétrer en Israël. Sortie différente, mais contrôle identique. A notre vue, un grand sourire, mais dés la connaissance de notre ami d’origine maghrébine, contrôle en règle, mais cette fois-ci, pas de nos sacs, mais uniquement du sien. Le contrôle n’est cependant pas poussé et en moins de dix minutes, les militaires nous rendent nos papiers, en nous autorisant l’entrée au pays. Nous quittons définitivement la mer morte.

Nous arrivons au lac de Tibériade.

Nous nous dirigeons vers la ville de Nazareth.

Nous entrons dans la ville.

Nous nous dirigeons vers l’église de l’Annonciation, l’église à l’intérieur de laquelle, l’ange Gabriel a annoncé la naissance de Jésus à la vierge Marie.

L’église est magnifique.

Nous entrons à l’intérieur.

Nous découvrons de splendide mosaïques.

Nous descendons dans une sorte de chapelle.

Nous découvrons l’emplacement exact de l’apparition de l’Ange Gabrielle.

L’endroit est pieux.

Nous effectuons une prière.

Nous continuons ensuite notre visite de l’église.

De belles statues sont présentes.

L’église recouvre ainsi une ancienne église : l’église des croisés de Jérusalem.

Nous nous rendons ensuite sur le même site dans l’église de Saint Joseph.

Nous la visitons.

Nous quittons Nazareth.

Après une heure de route, nous arrivons à Haïfa, ville du nord située non loin de la frontière libanaise.

Le samedi étant le jour de Shabbat, les Juifs ne travaillent pas et en profitent pour se reposer et fêter ce jour spécial en famille.

Nous nous rendons à un belvédère.

Nous rejoignons ensuite les jardins du Bâb.

Nous quittons cette ville assez austère, mais pas dénuée de découverte culturelle, ou du moins religieuse.

Nous arrivons à l’aéroport et réussissons à acheter en dernière minute, des billets nous conduisant à Chypre.

Le vol décollant dans quelques heures, nous en profitons pour rejoindre la ville de Tel Aviv, située à moins de quarante kilomètres de là.

Nous entrons dans le centre ville.

Le centre est moderne.

Nous nous garons et arpentons les bords de mer.

Nous rejoignons ensuite la vieille ville.

Nous prenons un déjeuner bien mérité.

Nous retournons à l’aéroport.

Nous nous dirigeons vers le comptoir de la compagnie afin de récupérer nos billets ; une première vérification s’effectue ; un agent des services secrets nous questionne sur le but de notre voyage. Combien étiez-vous ? Où êtes-vous allé ? Vous as t’on confié des cadeaux ou des bagages à transporter ? Un simple : « J’ai adoré votre pays » suffit à débrider l’ambiance et à clore cet interrogatoire. Il nous adjoint des numéros jaunes qu’il colle sur nos passeports et nos bagages, ainsi qu’à l’arrivée. Le numéro 1 correspond aux citoyens israéliens, le numéro 2 aux juifs ; le numéro 3 aux individus amis d’Israël, le numéro 4 aux individus qui n’ont rien à se reprocher et les numéros 5 et 6, aux individus qu’il convient de surveiller et de fouiller. Nous avons tous le numéro 3, sauf notre ami maghrébin, qui lui se voit décerner le numéro 5.

Nos sacs sont ensuite passés sous scanner ; l’agent me demande si lors d’un contrôle aléatoire, cela ne me dérange pas de laisser fouiller mon sac. J’acquiesce et rejoins mon ami, déjà sous le poids des différentes mains qui déballent ses affaires.

Mon contrôle prend deux minutes, l’officier qui en a la charge, étant d’une gentillesse et d’une sympathie sans pareil.

Une fois ces formalités effectuées, nous repassons par un portique de sécurité où je parviens à faire passer dans ma poche, un briquet que j’avais oublié d’enlever. Par contre, notre ami maghrébin est arrêté au contrôle et emmené dans une pièce à part par un agent du Mossad ou se succèdent durant une heure différentes questions :
Où êtes-vous né ?
Comment s’appellent vos parents ?
Depuis combien de temps vivez vous en France ?
Où travaillez-vous ?
Pourquoi êtes-vous venu en Israël ?
Combien avez-vous d’argent sur vos comptes bancaires ?
Parlez-vous Hébreu ?

Une fois les réponses apportées à ces questions, ses affaires sont passées au détecteur d’explosif. Durant ce temps, il est passé au scanner corporel avant de se faire accompagner dans le hall d’attente, dans lequel nous l’attendons.

Etant donné que nous tuons le temps en nous parfumant dans les duty free, qui n’ont la plupart du temps de free que le nom, nous sommes appelés en dernier appel. Nous avions oublié que l’heure de départ était différente de l’heure de vol. Nous nous excusons auprès des hôtesses d’accueil et après une course effrénée, nous grimpons dans l’avion.

Nous embarquons pour Chypre.