Nous arrivons à Chypre, après une heure de vol avec la compagnie El Al, en provenance d’Israël pour un peu moins de 200 euros par personne.

Nous réservons une voiture au sein de la compagnie Astra, qui nous surclasse gentiment, pour un coût total de 200 euros pour trois jours ; nous n’oublions pas de réserver un GPS.

Nous remarquons que le volant de la voiture se trouve à droite et que la circulation se fait par la gauche. Un peu complexe au départ, je retrouve rapidement mes marques. Nous arrivons en une heure dans la ville de Larnaca ; la nuit vient de tomber ; nous cherchons notre hôtel le Alexia hôtel appartement. L’hôtel est propre et d’une classification quatre étoiles ; le personnel d’accueil est souriant et après avoir posés nos bagages dans nos chambres, nous nous dirigeons vers le centre ville.

Larnaca est une ville balnéaire festive, attirant les fêtards de toute l’Europe. Les routes sont désertes à cette heure matinale.

Nous découvrons une magnifique petite église au coeur de la ville.

La ville n’est pas grande.

Elle présente l’aspect ancien des petites villes méditerranéennes.

Nous nous dirigeons vers le front de mer.

Une petite mosquée typique est intéressante à visiter.

Nous longeons le front de mer.

Nous découvrons le port.

Nous nous éloignons de la ville de Larnaca.

Nous nous enfonçons dans la campagne chypriote.

Certains panneaux montrent que ce conflit qui a éclaté suite à l’annexion par la Turquie d’une partie de l’île, n’est pas terminé.

Après avoir visité la république turque de Chypre nord, nous repassons la frontière avec Chypre, dans la ville de Nicosie, la seule ville européenne à être partagée entre deux pays.

Nous entrons dans la ville de Nicosie.

Nous arpentons la ville.

Les anciens monuments côtoient les immeubles modernes.

Nous découvrons la branche administrative du monastère de Kikkos.

Nous immortalisons notre visite.

Nous quittons ainsi la capitale, en passant devant un cimetière gardé par des soldats de l’ONU, et dédié aux morts du conflit.

Nous nous dirigeons ensuite vers le centre de l’île.

Nous traversons une ville.

La route est toujours aussi déserte.

Et après deux heures de route, nous nous enfonçons dans les montagnes.

Mais, le brouillard qui se lève nous empêche de distinguer le paysage alentour.

Nous arrivons après deux heures de route, au monastère de Kikkos, un des plus beaux monastères du monde. Non loin de lui, un vendeur de produits régionaux. Nous achetons quelques victuailles.

Le monastère se dévoile dans la brume.

Nous entrons.

Le monastère est gratuit.

Les femmes doivent se vêtir de toges cachant leurs formes.

Nous découvrons les fresques murales.

Nous retournons dans la cour intérieure.

Le monastère de Kikkos étant un des plus beaux au monde, il nous prend l’idée d’y dormir le soir ; nous nous adressons aux frères qui nous en donnent l’autorisation ; et ce gratuitement. Néanmoins, nous devons nous rendre à Limassol et sommes dans l’obligation de refuser in extrémis cette expérience. Nous quittons le monastère en n’omettant pas de saluer les frères qui y vivent.

Nous choisissons un hôtel classieux afin de nous reposer et séjournons au Royal Apollonia Beach, un hôtel cinq étoiles.

Nous prenons ensuite la route en direction du vieux Limassol.

La ville est une cité balnéaire très prisée.

Nous apercevons le château.

En nous dirigeant vers l’aéroport, nous découvrons un champ d’orangers.

Nous traversons le pays.

Nous quittons Chypre.