Découverte de l’Aveyron, une France comme on l’aime

Rurale, attachante, accueillante, la découverte de l’Aveyron, une France comme on l’aime fut durant le salon des blogueurs 2018 et lors d’un Blogtrip mémorable, une révélation. Authentiques, traditionnels, ouverts, les aveyronnais ont fait preuve tout au long de ce séjour, d’un accueil sans borne agrémenté par leur accent chanté qui sent bon le Sud. Retour sur la découverte d’un département méconnu.

 

Inscrits pour la première fois au salon des blogueurs, un salon semi-professionnel réunissant des écrivains de voyage et des représentants de marques et de destinations touristiques, nous sommes accueillis à Millau par Delphine Roqueplo et ses collègues de l’office du tourisme du département, avec un grand sourire et une petite part de gâteaux.  « Mangez, mangez, vous devez reprendre des forces avec le voyage qui vous attend »

Devant tant d’enthousiasme, et avec une empathie que nous ne pouvons refuser, nous nous laissons tenter par une part de gâteau local et un verre de jus de pomme bio.

Le salon des blogueurs commence dans les faits deux jours plus tard avec son lot de solennité : conférences, rendez-vous professionnels et soirées endiablées. Mais, durant les deux jours qui s’annonçent (1 jour pour certains blogueurs), nous allons effectuer la découverte d’une partie du département. En ce qui nous concerne, nous avons choisi le Nord Carladez.

En attendant les autres blogueurs qui partageront notre voyage, nous patientons et discutons avec Delphine et ses collègues. Leur enthousiasme et leur bonne humeur nous plonge directement dans le bain et nous donne envie d’en savoir un peu plus sur ce département dont le nom sonne comme un doux parfum de tradition.

97 France Aveyron

Peu de temps après notre arrivée, des bus chargés des blogueurs qui doivent effectuer les blogtrips de la journée arrivent. Nous pouvons ainsi faire connaissance avec les quatre autres personnes qui nous accompagneront durant ces deux jours de découverte du département. Ces quatre blogueurs s’avéreront formidables et en leur compagnie, nous passerons un agréable moment. Ils sont tous très talentueux et méritent d’être suivis.

Il y a ainsi Pauline du blog Worldmenow, une jeune fille qui découvre le monde de manière écologique, Youn et Ness du blog theoneandonlyness et Vincent du blog Evasions bordelaises.

94 France Aveyron

En leur compagnie, nous nous rendons dans le Nord Carladez et faisons un arrêt improvisé à Bozouls, dont le maire qui est également le président de l’office du tourisme de l’Aveyron, souhaite nous présenter le trou de Bozouls, une sorte de canyon duquel on observe une vue sur la vallée qui se situe en contrebas.

127 France Aveyron

A peine le temps de prendre quelques photos, que Florence de l’office du tourisme du pays d’Entraygues vient nous rejoindre et prend place dans le minibus en tant que conductrice. Elle nous enjoint de nous dépêcher sous peine d’arriver en retard aux nombreuses activités que nous avons encore à faire dans la journée.

Nous arrivons après trente minutes de route au Don du Fel, une entreprise internationalement reconnue pour la fabrication et la vente de céramique. L’entreprise est tenue par un couple américano-britannique qui travaille en famille. Après avoir appris de nombreuses connaissances sur la genèse d’une céramique, nous pouvons nous essayer à manipuler l’argile. Etant novices en la matière, nos premiers gestes sont laborieux et notre maîtrise de l’argile s’éloigne fortement de la scène sensuelle de Patrick Swaze dans le film Ghost. Et ce malgré les conseils et encouragements prodigués par notre professeur.

157 France Aveyron
156 France Aveyron
154 France Aveyron

Il nous faut conduire une dizaine de minutes pour rejoindre notre étape suivante : le village du Fel, afin de profiter des bienfaits d’un apéritif vigneron. Mais avant de commencer la dégustation de plusieurs crus régionaux, le maire souhaite nous faire visiter son village. Dans le même temps, nous sommes rejoints par une autre Florence et sa collègue Marie, les deux femmes travaillant comme notre conductrice dans les différents offices du tourisme locaux.

172 France Aveyron

En sa compagnie, nous arpentons les vieilles ruelles et faisons la connaissance des habitants dont Fernande, 91 ans qui se plaint d’un mauvais rhume qui ne passe pas depuis l’hivers. Le personnage est attachant. Brute de décoffrage de primes abords, elle se révèle tendre et accueillante, même surprenante lorsqu’armée de ses deux béquilles, elle parvient à se déplacer encore plus rapidement que notre groupe.

171 France Aveyron

Nous découvrons un beau panorama sur la vallée de la Truyère, puis nous rejoignons nos hôtes qui nous servent à plusieurs reprises des vins locaux qui bénéficient d’une Appellation d’Origine Contrôlée. Nous testons également des fromages de chèvre produits dans le village ainsi que des gâteaux traditionnels du département.

186 France Aveyron
192 France Aveyron

Il est temps pour nous de rejoindre notre hôtel qui se situe à Entraygues. L’hôtel La Rivière est un hôtel trois étoiles qui vient d’être refait à neuf. Il propose des chambres spacieuses aux alentours d’une centaine d’euros la nuitée pour deux personnes. Il comprend une piscine et un espace détente.

A peine le temps de prendre un apéritif en compagnie du maire de la ville d’Entraygues, qui nous explique en détail la rénovation du pont de sa commune, que nous devons rejoindre le restaurant : Au chou rouge, un restaurant gastronomique du secteur.

Nous commençons par prendre un apéritif local à la terrasse extérieure du restaurant, puis nous entrons à l’intérieur, une légère brise commençant à poindre.

204 France Aveyron

Le chef, qui est également le gérant de l’établissement nous assure le spectacle. A l’aide de quelques bons mots, il fait rire la tablée, en même temps qu’il nous fait rêver avec un menu spécialement concocté pour nous.  Le repas est très fin et les plats s’enchaînent sans temps mort. Au menu, une soupe de tomate revisitée, des noix de Saint-Jacques, du bœuf et un désert à base de poires.

210 France Aveyron
211 France Aveyron
213 France Aveyron
215 France Aveyron

Tard dans la nuit, nous retournons à l’hôtel pour un sommeil court mais réparateur.

216 France Aveyron

Le lendemain matin, nous nous levons de bonne heure. Un peu trop même puisque le serveur n’a pas été prévenu de notre départ matinal ; nous trouvons donc la porte de la salle du petit-déjeuner close.

A force de toquer à la porte, un des réceptionnistes qui était en train de préparer le petit-déjeuner nous entend et vient nous ouvrir. Nous le suivons. Nous sommes rejoints par Vincent, puis par Pauline. Youn et Ness arrivent en dernier, ayant préféré dormir un peu plus. Ils ont à peine le temps de boire une gorgée de café, que Marie et les deux Florences des offices du tourisme locaux nous appellent ; la journée va être longue ; nous devons nous dépêcher.

221 France Aveyron

Nous faisons une petite halte dans les hauteurs d’Entraygues afin de bénéficier d’une vue dégagée sur toute la ville.

230 France Aveyron

Puis, nous nous rendons à l’espace EDF Couesques de Saint-Hippolyte.

Nous sommes accueillis par le responsable de l’espace ainsi que par la chargée de communication, qui nous présentent la centrale hydraulique. Selon une volonté d’EDF, l’ouverture de la centrale est effectuée dans un but pédagogique afin d’éduquer le public sur la provenance d’une partie de leur électricité.

Après avoir appris le fonctionnement de la centrale, activités ludiques et projection de films incluses, nous sommes autorisés à visiter le cœur de l’usine, dont une turbine en fonctionnement.

236 France Aveyron
245 France Aveyron
252 France Aveyron

A l’extérieur, nous terminons la visite avec la découverte du barrage du site qui retient plusieurs milliers de mètres cube d’eau à l’heure.

254 France Aveyron

Nous prenons ensuite la route vers le village de Murols que nous rejoignons en une trentaine de minutes. Au village de Murols, nous sommes accueillis par des habitants qui tentent de faire rayonner l’activité de sculpture en fer, réminiscence d’un passé lorsque des forgerons égrainaient la vie du village au travers du bruit des marteaux percutant les enclumes. Depuis plusieurs années, plus aucun forgeron ne fait vibrer la forge du village, mais en leur honneur, plusieurs villageois travaillent ce métal noble.

En leur compagnie, nous découvrons le sentier de l’imaginaire sur lequel, nous découvrons plusieurs de leurs œuvres dont un dragon géant, construit à base de métaux de récupération.

263 France Aveyron
270 France Aveyron
273 France Aveyron

Nous rejoignons leur atelier où nous nous essayons tant bien que mal au maniement des outils qu’ils utilisent avec dextérité. Ils nous offrent en contrepartie, à chacun, un oiseau en fer dont la réalisation a nécessité plusieurs heures de travail.

276 France Aveyron

Nous rejoignons ensuite tous ensemble, dans la bonne humeur, l’ancienne forge du village, pour un repas champêtre. Nous découvrons dans le même temps ce village aux tuiles locales et aux pierres naturelles.

Durant le repas à l’ambiance festive, nous dégustons de la charcuterie régionale, de la saucisse aveyronnaise et des fromages de la région, avant de terminer par un désert maison : une tarte à base de fromage.

299 France Aveyron

La fin de repas se termine par un chant aveyronnais que tous les convives tentent de pousser au plus fort de leur capacité pulmonaire. Si les forgerons nous regardent d’en haut, ils doivent sourire de voir leur forge demeurer le temps d’un repas, à nouveau le centre du village.

Nous embrassons nos hôtes et nous nous dépêchons de rejoindre le secteur de Bes-Bédène afin de tester l’activité la plus physique de notre blogtrip : la tyrolienne, proposée par la société Aloa-nature.

Après avoir enfourné un harnais de sécurité, nous découvrons le site duquel nous allons nous élancer au-dessus d’un cirque remarquable façonné selon les organisateurs : « au fil de siècles par la rivière Selves et majestueusement dominé par le Puy de Montabès »

317 France Aveyron

Vincent s’élance en premier. La tyrolienne est particulière, car sa pente n’est pas trop prononcée. Par ce fait, après s’être élancé, il est nécessaire de s’aider de ses bras pour rejoindre le côté opposé duquel, il conviendra de s’élancer à nouveau pour rejoindre son point initial.

Après Vincent qui parvient à revenir sans aide, Pauline, puis Youn s’élancent. Et enfin vient mon tour. Les sensations sont intéressantes. L’adrénaline est au rendez-vous, juste assez pour pouvoir effectuer l’activité sans avoir besoin de fermer les yeux. La vue en contrebas reste impressionnante et l’obligation de devoir s’aider de ses bras pour parvenir à finir l’activité est une bonne pratique d’exercice physique. Par contre, l’activité est déconseillée aux personnes de constitution faible.

323 France Aveyron

Après avoir salué l’organisateur, il est temps pour nous de retourner sur nos pas. Les adieux avec Marie et les deux Florences des offices du tourisme du Carladez, du pays d’Entraygues et de la Viadène qui nous ont accompagnés durant ces deux jours, sont déchirants. La tristesse est vraiment au rendez-vous et nous pouvons tous sentir poindre un sentiment de nostalgie.

Dans le bus qui nous emmène à Millau, nous récupérons d’autres blogueurs et tous ensemble, nous partageons nos sentiments quant à notre découverte de l’Aveyron. L’avis est unanime : l’Aveyron est réellement une terre d’émotion où l’humain en est sa plus belle représentation. Un département à découvrir, des humains à rencontrer. Une France comme on l’aime !

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces deux jours de visite, n’hésitez pas à vous rendre sur mon récit de voyage complet de la destination. Vous y trouverez un récit photographique, qui vous plongera en immersion dans ce que nous avons vécu.