Les merveilles de l’autoroute A4 (Réseau Sanef)

Riche de nombreux départements possédant chacun leur spécificité, la France est couverte par un réseau autoroutier dense, permettant aux automobilistes de se mouvoir en totale liberté. Néanmoins, si l’autoroute est une fin en soi, elle est également un moyen qui permet d’atteindre les moindres recoins de notre pays avec aisance et facilité. Nous avons ainsi choisi pour ce premier périple sur le réseau autoroutier Sanef, l’axe Strasbourg-Paris et découvert une partie des trésors se trouvant dans les départements traversés : de la Moselle, de la Meuse, de la Marne, de la Seine et Marne et de l’Oise.

Nous avons la chance en France de posséder parmi les autoroutes les plus sûres et qualitatives de la planète. Les autoroutes françaises sont continuellement contrôlées par un réseau de camera et chaque péage est géré par une équipe prête à intervenir au moindre problème, dans le but d’assurer à tous les conducteurs, une sécurité et une optimisation temporelle garanties.

Pour preuve, la comparaison des autoroutes françaises qui possèdent tous les 15 à 20 kilomètres une aire de repos et tous les 40 kilomètres une aire de service aux autoroutes allemandes ou bien souvent, il est possible de circuler près de 200 kilomètres sans pouvoir effectuer un arrêt. La différence de qualité de la chaussée entre ces deux pays vient en renforcer la comparaison évidente et justifier l’utilisation des redevances de passage de péages, quand bien même certains automobilistes se plaignent de leur coût.

De nombreuses sociétés autoroutières françaises existent, mais l’une des plus importantes d’entre elles est la Sanef, la Société des Autoroutes du Nord et de l’Est de la France. La société est joignable sur son site Internet : https://www.sanef.com/fr/home

Le groupe SANEF gère 2 063 km de réseau et possède 2500 salariés. Il s’agit du troisième réseau autoroutier de France par sa longueur et du quatrième réseau autoroutier d’Europe.

Ce réseau comporte :

·       L’A1 (Paris – Lille) via Arras
·       L’A2 (A1 (Peronne) – Valenciennes – Bruxelles ; A7 dans sa partie Belge
·       L’A4 (Paris – Strasbourg) via Reims
·       L’A16 de Boulogne-sur-Mer au nord de Paris
·       L’A26 de Calais à Troyes-nord, via Reims
·       L’A29 de Neufchâtel-en-Bray à Saint-Quentin via Amiens.

carte sanef

Metz, les incontournables

Après être partis de la ville de Saint-Avold, une ville qui se situe sur l’autoroute A4, nous effectuons une cinquantaine de kilomètres avant d’entrer dans la ville de Metz, chef-lieu du département de la Moselle.

En entrant dans la ville de bonne heure, nous prenons la direction du Centre Pompidou afin de découvrir ce musée, première expérience de décentralisation d’un établissement public culturel, en l’occurrence le centre national d’art et de culture Georges-Pompidou de Paris. A l’instar de son grand frère, le Centre de Metz a un design volontairement contemporain, l’architecture de l’édifice s’inspirant d’un chapeau chinois traditionnel acheté par Shigeru Ban à la Maison de la Chine dans le quartier parisien de Saint Germain.

L’édifice s’inscrit dans un vaste hexagone dont les côtés sont marqués par trois galeries auto-portées, chaque galerie mesurant 80 mètres de long, 7 mètres de haut et 15 mètres de largeur. La symbolique de l’hexagone se retrouve également dans la charpente. Le bâtiment s’intégrant au cœur d’une vaste place. Plus de renseignements concernant l’édifice ainsi que les horaires d’ouverture se retrouvent sur le site du musée : https://www.centrepompidou-metz.fr/

12 Autoroute A4 Sanef
13 Autoroute A4 Sanef

Nous avons organisé notre voyage grâce à l’office de tourisme de la ville de Metz, joignable au http://www.tourisme-metz.com ; l’office se trouve au 2 place d’armes et est joignable au 03 87 39 00 00 ; nous avons également été aidé par Inspire Metz, l’agence de développement touristique, joignable sur le site : http://www.inspire-metz.com/fr/

Nous rejoignons la porte des Allemands devant laquelle nous étions déjà passés à de nombreuses reprises sans jamais nous y arrêter, suspectant l’édifice de n’être qu’un meuble urbain archéologique. Nous découvrons un bâtiment antique datant du 13 èm siècle qui a su être restauré par la ville de manière brillante ; à l’intérieur de l’édifice des petits trésors dont une représentation graveleuse du pouvoir contesté ainsi que l’exposition temporaire d’une artiste locale.

Après la visite de l’église intimiste Saint Eucaire, nous rejoignons le centre de la ville et découvrons la pâtisserie de Monsieur Fresson, un des meilleurs ouvriers de France. La pâtisserie se trouve au 17 Rue du Grand Cerf, 57000 Metz ; elle est joignable au 03 87 36 28 17 ou sur le site Internet : http://www.fresson-chocolatier-patissier.fr/

Au travers d’un art magnifiquement maîtrisé, Monsieur Fresson et sa brigade de pâtissiers et de chocolatiers fait rayonner la ville de Metz par le biais de son patrimoine gastronomique et culinaire que l’homme pousse au rang d’étendard. Dans une sublime vitrine, nous assistons à une harmonie de couleurs et de senteurs, le Paris-Metz, spécialité de la maison rivalisant avec des babas au rhum revisités au Mojito ou des verrines couleurs caramels dans lesquels le blanc de la vanille de Madagascar émerge dans une sorte d’ilot ou l’ onctueux se mêle à la finesse.

63 Autoroute A4 Sanef
64 Autoroute A4 Sanef

A l’étage, nous ne pouvons pas nous empêcher de goûter des spécialités dans un cadre volontairement épuré ; une petite musique tamise encore un peu l’ambiance et assis dans un fauteuil en osier à la manière sensuelle d’une Emmanuelle, je déguste tour à tour le salé et le sucré, en buvant un thé sur mesure et un cocktail maison citron agrémenté de gingembre.

En nous baladant dans la ville, nous découvrons une zone urbaine entièrement piétonne où la marche permet d’effectuer de belles rencontres ; au croisement d’une rue, entre les odeurs prononcées des pizzérias et des glaciers, un musicien gratte quelques accords ; assis sur un banc, une vieille femme qui vient de sortir d’une charcuterie contemple les passants ; l’ambiance est sereine pour une ville qui surprend par sa décontraction.

La cathédrale que nous atteignons après quelques minutes de marche révèle cette grandeur d’âme que possède la ville ; perforant le ciel et admirablement conservée, elle est un des monuments les plus touristiques de la région. Et en l’admirant, il est aisé de comprendre pourquoi. Son intérieur n’est pas en reste et ses vitraux qui laissent entrer une lumière au compte-goutte renforce ce côté baroque intemporel.

Surnommée la « lanterne du bon Dieu » grâce à la surface de ses verrières (6 496m2), la cathédrale de Metz fait partie des grandes cathédrales gothiques de France. Dominant la vieille ville de Metz, elle possède des voûtes qui culminent à 41,77 mètres au-dessus du sol, ce qui en fait l’une des plus hautes cathédrales de France derrière les édifices de Beauvais et d’Amiens.

94 Autoroute A4 Sanef
96 Autoroute A4 Sanef

Non loin de la cathédrale, le musée de la cour d’or surprend également pas son côté intime. Fondé en 1839, l’ensemble des collections muséales fut baptisé musée de La Cour d’Or en 1988, en référence au palais des rois d’Austrasie et regroupe au sein d’un même ensemble : un musée archéologique réunissant les collections retrouvées généralement dans les musées d’art gallo-romain, les musées médiévaux, les musées de la Renaissance et les musées des beaux-arts.

Après avoir admiré les peintures de Luca Giordano (Platon), Hyacinthe Rigaud, Jean-Marc Nattier et Camille Hilaire pour ne citer qu’eux, nous rejoignons le marché couvert de la ville dans lequel, nous découvrons tout le potentiel gastronomique de la région. Le poisson frais vendu ferait pâlir de jalousie Ordralfabétix, le poissonnier de nos amis les Gaulois d’Uderzo. Conçu en forme de U, la place nous laisse découvrir des vendeurs de fruits, des boulangers, des fromagers et une boutique de produits régionaux dans laquelle le café est torréfié sur place, laissant émerger de fines fragrance prononcées.

A 12 h 00, nous sommes rejoints par un guide souhaitant nous faire découvrir des vestiges gallo-romains qui se trouvent dans une habitation Logi Est. Les visites se réservent sur le site de l’office de tourisme de la ville ou directement en contactant le guide : 06 16 13 42 45, ou par mail: tom.wilwert@gmail.com

En poussant la porte de l’entrée de la résidence Sainte-Marie, une habitation HLM de la ville, nous découvrons au bas d’un escalier, une salle voutée datant de l’Antiquité et admirablement conservée. Servant d’exposition à des œuvres, la salle est arrosée d’une lumière chaude qui renforce notre immersion, encore un peu plus accentuée par les explications de notre guide au débit clair et volubile.

173 Autoroute A4 Sanef

Vers 13 h 00, et afin de prendre entièrement possession de la maîtrise culinaire mosellane, nous arpentons les quais pour rejoindre la Table, un restaurant Michelin une étoile qui se trouve au sein de l’hôtel : « La Citadelle »

Après avoir admiré une véritable carte postale naturelle ; en l’espèce, l’église protestante réformée qui semble être posée sur une île au milieu de la ville, nous longeons les quais, dynamiques en cette période d’été, sur lesquels la jeunesse aime se retrouver en partie de soirée pour admirer le temps qui passe sans se presser.

182 Autoroute A4 Sanef

Après avoir traversé l’esplanade, nous entrons dans le restaurant : « La Table » où nous sommes immédiatement installés à une table organisée avec intelligence et finesse. L’établissement, un des plus renommés du département propose une cuisine surprenante constituée par le chef Christophe Dufossé et sa brigade que nous sommes autorisés à rencontrer et de laquelle nous admirons le travail, en pénétrant dans le sein des sein : la cuisine. Méticuleusement, avec une pince à épiler, un des assistants du chef pose une fleur sur une entrée constituée de foie gras. La fleur n’étant pas placée au millimètre, il décide de recommencer son œuvre jusqu’à ce que l’assiette forme à elle seule une représentation artistique parfaite

L’hôtel se trouve au 5 Avenue Ney, 57000 Metz ; les réservations peuvent être faîtes au 03 87 17 17 17 ou sur le site : http://www.citadelle-metz.com/

En entrée, nous nous voyons proposer quelques dégustations travaillées par le chef ; ces quelques bouchées nous montrent le niveau de cette cuisine résolument moderne, mais teintée d’authenticité.

Nous nous laissons tenter par un homard accompagné d’asperges, un agneau de l’Aveyron et une pièce de bœuf cuite de manière surprenante afin de révéler tout le potentiel de la viande.

En dessert, un parfait à la cerise et un velouté au chocolat viennent sublimer un repas que nous avons laissé le sommelier agrémenté de vins locaux, au cours d’un mariage où la symphonie de Mendelssohn résonne encore dans nos palais.

221 Autoroute A4 Sanef
222 Autoroute A4 Sanef
223 Autoroute A4 Sanef

Meuse, un hommage à la grande guerre

En moins d’une heure de route, nous entrons en Meuse, après avoir effectué une petite pause à l’aire de Verdun sur laquelle nous en profitons pour nous détendre et déguster quelques produits achetés à l’aire de service : un café pour nous et une boisson rafraîchissante pour les enfants.

Au cours de cet arrêt, nous décidons de ne pas nous arrêter à Verdun, mais de lui préférer le site de Douaumont afin de découvrir son ossuaire et son fort.

L’ossuaire de Douaumont est un monument à la mémoire des soldats de la bataille de Verdun de 1916, situé à la limite des communes de Douaumont-Vaux et Fleury-devant-Douaumont, à quelques kilomètres de Verdun.

Conçu au lendemain de l’armistice de 1918 à l’initiative de Mgr Charles Ginisty, évêque de Verdun, il est inauguré le 7 août 1932 par le président de la République et abrite les restes de 130 000 soldats inconnus, Français et Allemands. Il est classé aux monuments historiques le 2 mai 1996.

Nous tombons sur un bâtiment gigantesque qui perfore le ciel de sa tour centrale haute de plus de 130 mètres  ; à l’intérieur, dans une ambiance tamisée et propice aux recueillements, les noms de centaines de soldats morts au combat et dont les noms symbolisent l’obligation de mémoire que nous devons faire perdurer pour leur sacrifice.

274 Autoroute A4 Sanef
278 Autoroute A4 Sanef
279 Autoroute A4 Sanef

En face de l’ossuaire, la nécropole nationale de Douaumont rassemble 16 142 tombes de soldats français, majoritairement catholiques, dont un carré de 592 stèles de soldats musulmans. Le cimetière militaire contient également deux mémoriaux respectivement consacrés aux soldats de confessions juive et musulmane.

Nous arpentons cette étendue de tombes dont les croix comprennent les noms des soldats ayant péri au cours des combats. L’ambiance est étrange ; les tombes fleuries sont un espoir mais la meurtrissure est une fatalité qui après analyse aurait pu être évitée, des soldats morts pour la bonne cause mais dont la conséquence fut celle d’hommes n’ayant pas pris le risque de perdre leur vie.

Ainsi subjugués par l’émotion, nous nous laissons aller à une promenade où le silence règne en maître.

269 Autoroute A4 Sanef

Conséquences encore plus ubuesque et dommageable de la guerre, les salles qui comportent les ossements et se trouvent à l’extérieur du bâtiment ; les visiteurs peuvent les observer au travers de petites fenêtres et apercevoir des centaines de milliers d’ossements anonymes de soldats qui périrent ensemble sur ces champs de bataille servant aujourd’hui de lieux de promenades, un peu comme si la folie des hommes devrait être en place et lieu d’avoir été, un tourisme de mémoire difficile à vivre mais au combien important pour ne pas oublier.

288 Autoroute A4 Sanef

A quelques kilomètres, le fort de Douaumont est un ouvrage fortifié situé sur la commune de Douaumont-Vaux dans la commune déléguée de Douaumont. Il s’agit d’un des forts de la place forte de Verdun, faisant partie du système Séré de Rivières.

Construit en 1884-1886 et modernisé en 1901-1913, le fort fut un des lieux emblématiques de la bataille de Verdun en 1916 : pris par les troupes allemandes en février, il est repris par les Français en octobre de la même année.

Nous payons les 4 euros requis à l’entrée et refusons l’audioguide, préférant nous inspirer des lieux de manière indépendante ; le bâtiment a été conservé dans son jus, un peu à la manière du Michelsberg en Moselle.

Nous parcourons un long couloir dans lequel la majorité des salles est accessible ; arrivés à un croisement, nous descendons et pénétrons par un long tunnel vers les étages inférieurs qui semblent nous conduire dans les entrailles de la bête. Partout, des petites stalactites dénotent la rapidité du temps qui passe. La rouille et la pierre sont omniprésentes et les grilles qui empêchent de descendre dans les étages inférieurs inondés sont autant plus de symboles d’un passé révolu.

A l’entrée, plusieurs salles commémoratives montrent les présidents de la République se succéder en ces lieux pour marquer leur attachement envers des hommes qui furent dans l’obligation de vivre reclus pour l’honneur de notre patrie et vis à vis desquels nous avons un devoir de nous incliner.

309 Autoroute A4 Sanef
327 Autoroute A4 Sanef
329 Autoroute A4 Sanef

En entrant sur le site du village de Fleury devant Douaumont, nous découvrons des dizaines de stèles sur lesquelles sont inscrites les fonctions des maisons qui se trouvaient sur place. En voyant défiler les différents noms de métiers, nous sommes placés directement devant l’absurdité de la guerre et la tristesse de ses conséquences. Nous imaginons la vie d’antan de ce petit village où le boulanger côtoyait une ferme, où la mairie, l’église. En arpentant cette forêt où la nature semble avoir repris ses droits, là où le silence remplace aujourd’hui les cris de joies des enfants, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser ce qu’il serait devenu, si aujourd’hui, il avait été épargné.

Peut-être serions-nous assis à la terrasse d’un café en train de siroter un verre et en    refaisant le monde ? Peut-être, aurions-nous réservé une chambre dans un hôtel fort sympathique ?

Sans un bruit, juste les quelques pas des curieux qui se pressent autour d’une chapelle commémorative nous extirpe de notre léthargie ; il est tard, nous devons continuer notre route.

Le grand Reims

Il nous faut conduire près de 120 kilomètres pour rejoindre le grand Reims, une métropole construite autour du chef-lieu  du département de la Marne.

Nous avons réalisé notre voyage grâce à l’aide apportée par l’office du tourisme du grand Reims, dont le site Internet se trouve à l’adresse suivante : https://www.reims-tourisme.com/

Nous rejoignons immédiatement notre hôtel : l’hôtel Azur, un bel hôtel deux étoiles au coeur de la ville. L’hôtel se trouve au 7-9 rue des Ecrevées – 51100 REIMS ; les réservations peuvent être faîtes au 03 26 47 43 39 ou sur le site Internet de l’hôtel : https://www.hotel-azur-reims.com/

Après avoir déposé nos affaires dans notre chambre, nous dînons dans un restaurant de la ville et rejoignons la cathédrale de Reims sur laquelle se jouent chaque soir à 22 h 30 et 23 h 15, deux représentations d’un spectacle de son et lumière portant le nom de REGALIA.

La cathédrale se pare de mille couleurs contant l’histoire de la royauté ; renforcé par des projections de lumière épisodiques, le spectacle est total, provoquant dans l’assemblée de spectateurs dont les rangs grossissent minute après minute, des petits cris de surprise étouffés.

Soudain, le vitrail central tournoie dans une spirale infernale, les projecteurs lui rajoutant des motifs représentant des bras, symbole de l’adoubement mystique des anciens rois du pays et leur relation avec l’église. Et dans un final flamboyant, la cathédrale s’illumine entièrement ; pas un pore de sa peau n’est oublié et la musique épique diffusée concomitamment amène sa verve pour faire de ce moment unique, une émotion intemporelle.

403 Autoroute A4 Sanef

Nous retrouvons la cathédrale le lendemain matin, en compagnie de notre guide : André LE COZ joignable au 06 19 11 40 31. L’homme, un grand professionnel du tourisme nous abreuve d’anecdotes croustillantes sur cette grande dame de la ville qui a vu passer en son sein, des dizaines de rois.

En entrant à l’intérieur de la cathédrale, nous découvrons sa taille majestueuse et son style inimitable, mais dont se sont inspirés nombre d’édifices religieux dans le pays, la ville ayant été depuis toujours la place forte de la royauté, surtout d’après notre guide, lorsque la légende de l’ampoule contenant l’eau bénite ayant servi au baptême de Clovis fut portée par un oiseau, chaque roi successif souhaitant être placé au contact du liquide divin.

413 Autoroute A4 Sanef
417 Autoroute A4 Sanef
425 Autoroute A4 Sanef

En contournant la cathédrale, nous découvrons la bibliothèque de la ville et pouvons découvrir dans les jardins qui se trouvent derrière le palais du Tau, une vue magnifique sur les bâtiments les plus intéressants de la ville.

434 Autoroute A4 Sanef

Mais Reims n’est pas seulement une ville d’architecture, elle est également une ville dynamique où la jeunesse aime se retrouver sur la place centrale afin de profiter de cette quiétude ambiante pour siroter un verre en écoutant les nombreux artistes qui se succèdent sur scène.

Un peu plus loin, la rue piétonne comprend une fontaine centrale qui marque l’entrée dans le Reims commercial avec ses boutiques, ses marchés et son tramway.

Ville sensuelle et charmante, le romantisme ambiant se croise à chaque coin de rue et bercés par la musique jouée par un accordéoniste, nous prenons le temps de vivre.

En retournant à la cathédrale afin de visiter le palais du Tau, le musée emblématique de la ville, nous découvrons comme par jeu, la carte postale du grand Reims, mais non pas placée de manière évidente devant la cathédrale, mais un peu en recul, un peu caché dans un décor verdoyant…une sorte de jeu où la photo souvenir devra être méritante.

462 Autoroute A4 Sanef

Le palais du Tau se trouve au 2 Place du Cardinal Luçon, 51100 Reims ; il est joignable au 2 Place du Cardinal Luçon, 51100 Reims ; plus d’informations peuvent être demandées au 03 26 47 81 79 ou sur le http://www.palais-du-tau.fr/

Le palais archiépiscopal du Tau agrandi et reconstruit au cours des siècles fut le lieu de résidence d’archevêques de cette ville. Il doit son nom à son plan qui était, au Moyen Âge, en forme de lettre T. Bâtiment jouxtant la cathédrale Notre-Dame de Reims, il fut également résidence royale lors des sacres des rois de France à Reims.

Outre ses pièces uniques, le palais du Tau comprend également le trésor, ensemble de biens religieux ayant eu une importance dans le sacre des rois de France ;

Le trésor est exposé dans deux pièces situées entre la salle du Tau et la chapelle palatine haute. La première présente le trésor de l’Ancien Régime et la seconde expose les collections datant de la Restauration, principalement du couronnement de Charles X. Il est constitué d’objets provenant de la cathédrale et d’objets utilisés pendant la cérémonie du sacre parmi lesquels :

le reliquaire de la sainte Ampoule,
le calice du Sacre,
le talisman de Charlemagne,
le reliquaire de la Résurrection,
la nef de sainte Ursule.

474 Autoroute A4 Sanef
477 Autoroute A4 Sanef
486 Autoroute A4 Sanef

La visite est fort didactique, nous alternons les salles dans lesquelles des peintures sont exposées et les salles où des pans entiers de la cathédrale trônent au milieu d’une pièce, dont le couronnement de la vierge, provenant de son portail central.

La ville de Reims est si intéressante que nous ne voyons pas le temps passer, happés par un univers dont nous ne savons nous extirper, un peu comme si la ville nous jouait une musique hypnotique qui aliénait toute envie de départ.

Pourtant, nous devons rejoindre la maison Fossier, le visage gastronomique de la région. Il nous faut conduire quelques minutes pour rejoindre la périphérie de la ville : 20 Rue Maurice Prévoteau,  La Neuvillette – 51100 Reims ; les visites de l’entreprise peuvent se faire à tout moment de la journée ; plus d’informations sont disponibles au 03 26 40 67 67 ou sur le site : http://www.fossier.fr/fr/

Nous avons reçu l’autorisation exceptionnelle de pouvoir visiter l’usine en fonctionnement et de découvrir tous les secrets de ces biscuits qui s’exportent au-delà des frontières nationales.

Armés d’une charlotte et d’une blouse blanche, nous pénétrons dans un univers chaud et bruyant dans lequel s’affairent plusieurs ouvriers qui placent les matières premières dans des sortes de mélangeurs, ces derniers assurant à la pâte une certaine homogénéité.

Dans de grandes machines constituées de longs tapis roulants, la pâte est projetée dans des moules, puis façonnée au travers d’un passage dans un four qui va donner au gâteau sa couleur rose inimitable et sa texture unique. Dans le même temps, d’autres produits sont fabriqués dans des machines parallèles.

522 Autoroute A4 Sanef

En entrant dans une autre salle, nous sommes surpris par l’odeur qui y règne, réminiscence d’un passé olfactif dans lequel ma grand-mère me fabriquait ses sablés à la framboise.

Car la force de la maison Fossier est de produire un biscuit qui ferait pâlir de jalousie n’importe quelle autre biscuiterie, une gestion artisanale d’une production industrielle pour un produit unique et de grande qualité.

L’autre force de l’entreprise est son personnel que je vois évoluer en famille ; chaque ouvrier, du plus récent au plus ancien se sent bien, plaisante, a le sourire. De la production à l’emballage, l’usine est à l’image de la ville : dynamique, charnelle, épicurienne. Et cette ambiance se ressent dans ces gâteaux rose au bon goût de framboise qui ne s’effritent pas lorsqu’ils sont trempés dans un café.

529 Autoroute A4 Sanef

Le pays de Meaux

Située à une heure de route, Meaux est une ville dans laquelle nous ne nous sommes jamais arrêtés, de l’autoroute en déplacement vers la capitale, nous en voyons le panneau de signalisation, mais nous le dépassons en nous disant : « tiens, un jour il faudra qu’on s’y arrête » A l’occasion de ce voyage, c’est chose faîte et sans exagération, fort heureusement, car la ville ou du moins le pays de Meaux dans son ensemble fut le coup de cœur de ce séjour, parvenant à allier la force vive d’une humanité authentique et tournée vers autrui ainsi que des architectures uniques. Sans compter sur une gastronomie typique et traditionnelle ainsi qu’un sens de l’accueil constitué de sourires et de partage.

Nous avons construit notre programme de visite en compagnie de Aurélie, du service marketing de l’office de tourisme du Pays de Meaux, joignable sur le : http://www.tourisme-paysdemeaux.com/ ; le pays de Meaux possède un office de tourisme moderne qui accueille les touristes au 5 Place Charles de Gaulle, 77100 Meaux ; l’office qui comprend également la maison du Brie est joignable au 01 64 33 02 26.

Avec elle, nous nous rendons à une dizaine de kilomètres de la ville afin de visiter l’usine élévatoire de Trillbardou, l’usine étant gérée par la mairie de Paris et par une association qui effectue des visites pour lesquelles les réservations peuvent être faîtes au 06 88 60 66 19 ou sur le site Internet : https://aufildelourcq.org/ ; l’entrée coûte 5 euros par adulte.

Après avoir reçu nombre d’explications sur le fonctionnement du site qui permet d’en apprendre un peu plus sur cette machine hydraulique qui permet d’alimenter le canal de l’Ourcq en eau de la Marne, nous écoutons le président de l’association, un homme affable et érudit au débit de parole volubile. L’usine se trouve en contrebas du canal, à 39 km du bassin de la Villette.

Nous découvrons une grande roue que l’association a mis en marche, la machine datant de 1865 et classée monument historique en 1989, elle est toujours en état de fonctionnement, mais l’alimentation en eau du canal est désormais essentiellement assurée par des pompes électriques installées dans un bâtiment à l’entrée du site.

570 Autoroute A4 Sanef

Accompagnés des membres de l’association, nous découvrons ensuite le barrage, dans lequel l’eau dans un fracas tonitruant descend de niveau en laissant derrière son sillon, une mousse blanche, responsable de plusieurs noyades : « si vous tombez à l’intérieur de ce barrage, la seule solution pour que vous restiez en vie est de bloquer votre respiration durant quelques secondes afin que vous soyez entraînés au fond de la rivière ; la force de l’eau vous conduira irrémédiablement un peu plus loin, là où vous pourrez respirer. Par contre, si vous essayez de lutter, vous remontrez à la surface et vous aspirerez cette sorte d’écume qui viendra irriter vos poumons » Un conseil toujours bon à prendre, mais nous ne comptons pas tomber dans le barrage, surtout que nous devons nous rendre au musée de la première guerre mondiale le plus grand d’Europe.

595 Autoroute A4 Sanef

Le bâtiment de 7 000 m2 conçu par l’architecte Christophe Lab est construit sur un terrain de 4,5 hectares entre Meaux et Varreddes.

Le musée se trouve à Rue Lazare Ponticelli, 77100 Meaux ; il est joignable au 01 60 32 14 18 ou sur le site Internet : https://www.museedelagrandeguerre.eu

En franchissant les portes de l’édifice, nous sommes immédiatement happés par la conception et l’ergonomie du musée, conçu avec pour objectif de transmettre au grand public l’histoire de ce conflit. Les visiteurs peuvent y découvrir notamment la reconstitution d’un champ de bataille avec une tranchée française, un no man’s land et une tranchée allemande.

Par une mise en regard des deux batailles de la Marne, nous pouvons prendre la mesure de l’évolution des nations et des hommes au cours de ces quatre années de guerre.

La scénographie interactive nous permet de comprendre la Grande Guerre et notamment comment cette période a fait basculer nos sociétés dans un conflit dont nous avons perçu les conséquences lors de notre découverte des sites de Douaumont, dans la Meuse.

Arpentant les allées, nous découvrons tour à tour, des armes, des uniformes et des coupures de journaux qui nous immergent dans ce conflit dans lequel nous avons l’impression d’être happés. Les reconstitutions sont grandeur nature et le son est allié à l’image pour plus de réalisme, un réalisme qui débute dès l’entrée sur le site, à l’extérieur du musée lorsque des détecteurs de mouvement captent nos avancées et libèrent sur nous des bruits de balles, d’avions et de soldats qui marchent…ambiance, ambiance…

623 Autoroute A4 Sanef
616 Autoroute A4 Sanef
628 Autoroute A4 Sanef

Nous quittons la grande guerre pour rejoindre la fabrique du brie de Meaux, implantée au dans la rue Jehan de Brie, 77100 Meaux ; le numéro de téléphone est le 01 64 36 69 44.

La fabrique qui a repris la conception du fromage éponyme de la ville s’occupait depuis plusieurs années uniquement de son affinage, mais face à la demande de ce produit d’exception mondialement connu, et afin de garantir la qualité intrinsèque du fromage, il a été décidé, il y a quelques années de maîtriser l’entièreté de la genèse de sa conception.

Ainsi, il est intéressant de découvrir tout le processus de fabrication et de pouvoir acheter en direct, pour un coût bien moins inférieur à celui pouvant être trouvé dans les supermarchés, le fromage.

649 Autoroute A4 Sanef

Pour continuer cette découverte des traditions culinaires du secteur, nous faisons une halte au 11 Rue des Buttes Blanches afin de visiter à présent une brasserie ; le numéro de téléphone de l’entreprise est le 06 51 38 33 01 et le site Internet de la fabrique est le  : http://www.brasseriedemeaux.com/

La gérante, une femme d’une trentaine d’années nous accueille en cette après-midi d’ouverture de l’usine au public. Elle nous conte patiemment le processus de fabrication de la bière et nous présente les machines utilisées.

Devant nous, elle ouvre un robinet afin de voir si la bière qui mature suit un processus élaboratif qualitatif. A l’aide d’un thermomètre, elle en mesure la température et nous conduit ensuite dans le magasin où nous pouvons déguster le précieux nectar.

665 Autoroute A4 Sanef
663 Autoroute A4 Sanef
660 Autoroute A4 Sanef

Il est temps pour nous de rejoindre le centre-ville de Meaux afin de découvrir ce chef-lieu du département de la Seine et Marne. Après avoir garé notre véhicule, nous nous rendons à pied au jardin Bossuet où nous découvrons un univers verdoyant dans lequel, les badauds vaquent à des occupations de détente.

669 Autoroute A4 Sanef
692 Autoroute A4 Sanef

Non loin du jardin, se trouve le musée Bossuet au 5 Place Charles de Gaulle ; le musée est joignable au 01 64 34 84 45 ou sur le https://www.musee-bossuet.fr/

Construit vers 1160, puis réaménagé, le palais épiscopal est aujourd’hui, au niveau architectural, un mélange entre l’art médiéval et la Renaissance qui célèbre entre autres la mémoire de l’homme d’église et ancien évêque de la ville.

En entrant dans le musée, nous parcourons un long tunnel ascendant qui nous mène vers des salles qui comportent de multiples œuvres : de Giovanni Francesco Penni, du Cavalier d’Arpin, du Dominiquin, Claude Deruet, Claude Vignon, Jean Tassel, Jacques Blanchard, pour ne citer qu’eux.

680 Autoroute A4 Sanef
687 Autoroute A4 Sanef

La continuité logique de notre parcours est la découverte de la cathédrale de la ville, qui avec son chœur, la grande élévation de ses cinq vaisseaux, la tour flamboyante qui la surmonte, la luminosité de l’intérieur, la riche ornementation du transept, la tombe de Bossuet, la teinte de la pierre avec laquelle elle a été construite rayonne au-delà des frontières de la région.

Nous faisons également connaissance avec le père Philippe, un homme d’une grande piété et tout autant de gentillesse ; nous voyant nous intéresser à sa cathédrale, qu’il souhaite voir un peu plus médiatiser, il nous invite à grimper les 300 marches de la tour Est afin de découvrir un point de vue unique sur la ville.

707 Autoroute A4 Sanef
706 Autoroute A4 Sanef
709 Autoroute A4 Sanef

En grimpant plusieurs séries d’escaliers, l’intendant de la cathédrale nous apprend que seules 40 personnes par an sont autorisées à grimper au sommet, soit bien moins que d’alpinistes qui escaladent le toit du monde.

713 Autoroute A4 Sanef

Après un effort constant, une récompense galvanisante s’offre à nous : une vue à 360 degrés sur la ville de Meaux dont on perçoit ainsi l’étendue.

718 Autoroute A4 Sanef

En début de soirée, nous quittons Aurélie afin de rejoindre notre hôtel : l’hôtel Kyriad qui se trouve au 32 Avenue de la Victoire, 77100 Meaux ; les réservations peuvent se faire au 01 64 33 15 47 ou sur le site Internet : http://www.kyriad-meaux.fr/

738 Autoroute A4 Sanef

Nous avons à peine le temps de poser nos affaires dans la chambre et de profiter un peu des installations du site, que nous devons rejoindre le restaurant gastronomique : Auberge du champ de mars qui se trouve 16 Avenue de la Victoire, 77100 Meaux ; les réservations peuvent se faire au 01 64 34 15 15 ou sur le site Internet : https://www.aubergeduchampdemars.fr/

A notre arrivée, le chef, un des meilleurs de la ville nous salue et nous fait conduire en terrasse afin de profiter d’un cadre agréable. La carte changeant au gré des saisons comporte peu de plats, gage d’une cuisine faîte maison. En outre le chef travaille avec des produits bios, essentiellement en provenance de producteurs locaux.

Nous nous laissons tenter en entrée par un foie gras maison et en plat principal par un agneau sublimé par une sauce brune. Le dessert sera en ce qui le concerne constitué de profiteroles et de tarte tatin.

L’accompagnement en vin sera effectué à la libre appréciation du chef à qui nous faisons entièrement confiance. Et nous avons eu le nez fin ; la cuisine est exceptionnelle ; les portions sont généreuses, mais gastronomiques ; le foie gras est fondant à souhait et l’agneau cuit à point, tout en laissant à la viande la possibilité de dévoiler ses saveurs ; le vin, un blanc moelleux accompagne à la perfection notre repas et la douceur du dessert apaise notre appétit.

754 Autoroute A4 Sanef

Le parc Astérix

Suite à notre périple, nous sommes invités au parc Astérix par la société Sanef qui souhaite nous interviewer en direct afin de conter cette nouvelle manière de voyager où l’autoroute devient un moyen, un élément du voyage et non pas uniquement un mode de déplacement.

Nous arrivons à l’entrée du parc réservée au personnel et évitons en ce sens les bouchons qui s’accumulent côté visiteurs. Nous présentons nos cartes d’identité et recevons un badge d’accès.

Après quelques minutes d’attente, une régisseuse de la Sanef se présente à nous et nous fait entrer dans le parc en nous montrant l’emplacement où se trouve l’estrade. Nous saluons Alexandre Delabre, un des responsables présents sur place qui nous enjoint à nous présenter en cet emplacement quelques heures plus tard.

En attendant, nous pouvons profiter du parc comme bon nous semble. Nous arpentons les allées marchandes et rejoignons  les manèges les plus intéressants du site: Oziris, Pégase express, Goudurix et Tonnerre de Zeus.

Dans le parc, une ambiance bon enfant règne ; les comédiens interprétant les différents rôles de la bande dessinée, n’hésitant pas à s’arrêter à plusieurs reprises pour effectuer une photo demandée par des chérubins, les yeux emplis d’étoiles.

Nous mangeons rapidement et vers 14 h 00, nous rejoignons le quartier de Lutecia afin de faire connaissance avec l’équipe de la Sanef : Kévin, l’animateur et Marie, sa collaboratrice, qui nous mettent en confiance en dévoilant l’intitulé de la conversation en direct qui durera une dizaine de minutes.

Nous remontons sur l’estrade et faisons connaissance avec les artistes invités ce jour-là : Keen V et Barry Moore, qui entame en direct plusieurs de ses tubes.

Vient ensuite le moment de l’interview ; sensation étrange pour ma part, moi qui suis plus habitué à être derrière la caméra, mais après une adaptation au placement de ma bouche à une distance optimale du micro, l’interview se révèle plus facile qu’elle n’y paraît ; je présente notre voyage, qui nous sommes et ma vision de l’autoroute au cours de ce périple. Sans y faire attention, Kévin sonne le clap de fin de l’émission, remplacé immédiatement par un autre animateur.

Nous nous retrouvons quelques instants, tous ensembles afin de faire un point sur ce direct; Alexandre Delabre a apprécié, considérant que toutes les informations importantes avaient pu être dites. Nous sommes soulagés de cette expérience et saluons nos hôtes.

Nous pouvons enfin prendre le temps de nous détendre dans le parc en buvant un bon café…surtout lorsque nous savons qu’une longue soirée nous attend à Meaux, avec le spectacle Héroïques auquel nous allons assister.

816 Autoroute A4 Sanef

Le spectacle héroïque à Meaux

En entrant dans la ville, nous nous dirigeons vers notre hôtel : l’hôtel Ibis styles, un des plus beaux de la ville ; l’hôtel se trouve au  27 Avenue Jean Bureau, 77100 Meaux ; les réservations peuvent se faire au 01 60 25 12 10 ou sur le site de l’établissement.

826 Autoroute A4 Sanef

Nous sommes rejoins par Aurélie de l’office de tourisme qui nous accompagne aux abords de la cathédrale afin de découvrir les coulisses VIP du spectacle Héroïques, le spectacle qui retrace l’histoire de la France au travers de la ville de Meaux ; les renseignements peuvent se faire à l’OCAM au 69 avenue Henri Dunant ; le numéro de téléphone de l’OCAM est le 01 64 33 95 15 ou par mail au : ocam77100@gmail.com 

Le site Internet du spectacle est le : https://spectacle-meaux.fr

Depuis 1982, le Spectacle Historique de grande ampleur, dans le cadre prestigieux de la Cité Épiscopale est joué. Ce son et lumière regroupe l’énergie, les talents et la passion de plus de 500 bénévoles qui, chaque été, font revivre l’histoire de la ville de Meaux. De nuit et à ciel ouvert, les bénévoles du Spectacle historique de Meaux font revivre les grands moments mais aussi les tragédies qui ont construits l’histoire de leur ville au cours d’un spectacle régulièrement récrit et remis en scène, et mêlant émotions, effets spéciaux, danse, poésie, humour et musique.

En arrivant aux abords de la cathédrale, nous sommes pris en main par un figurant qui nous conte les coulisses du spectacle, alors que sur la place de la cathédrale, la vie suit son cours ; alors que les effets spéciaux sont testés ne direct, un couple de mariés grimpe dans une voiture décapotable ; le boum d’une explosion factice ne provoque aucun sursaut de sa part.

Nous continuons notre découverte des coulisses ; dans une ancienne bâtisse, sont entreposés plusieurs centaines de costumes ; dans une autre pièce, le figurant nous présente les perruques utilisées.

Face à nous, deux ingénieurs du son testent les micros en effectuant plusieurs bruits tests dans lesquels ils rajoutent quelques plaisanteries.

841 Autoroute A4 Sanef

Après une heure de découverte, le figurant nous donne rendez-vous à 22 h 00, le spectacle commençant à 22 h 45, le temps restant nous sera profitable afin de découvrir l’effervescence des équipes avant le spectacle.

Durant deux heures, nous visitons le centre de la ville ; Meaux avec ses 54 000 habitants est une ville dynamique et jeune ; l’ambiance qui y règne est conviviale ; preuve en est, le simple fait d’être attablée dans un bar suffit à nous permettre de lier d’amitié avec un groupe de jeunes femmes fêtant un enterrement de vie de jeune fille.

A l’heure convenue, nous rejoignons le spectacle ; derrière les grilles, les spectateurs commencent à s’agglutiner ; nous faisons connaissance avec Nathalie, une des responsables, qui nous octroie un pass afin de pouvoir nous balader librement dans les coulisses ; nous rejoignons une salle en sous-sol et découvrons la frénésie des figurants qui se changent dans la bonne humeur.

Alors que les spectateurs commencent à pénétrer sur le site, des micro-spectacles sont organisés ; dans des petits chalets, les membres de la confrérie du brie de Meaux effectuent une distribution de fromages. Un comédien donne une petite représentation de son art.

864 Autoroute A4 Sanef

Nous rejoignons l’intérieur de la cathédrale dans laquelle le metteur en scène explique les derniers changements de mise en scène et tente de galvaniser ses troupes ; l’appel et la confirmation de la répartition des rôles se termine dans une standing ovation généralisée.

888 Autoroute A4 Sanef

Nous pouvons rejoindre nos places ; les tribunes sont remplies de monde ; les lettres Meaux s’inscrivent sur le décor naturel de la ville ; la lumière s’assombrit ; le spectacle est lancé.

Successivement, les scènes s’enchaînent : le Moyen-âge, la Renaissance, Napoléon, Victor Hugo, Charles Péguy…au travers de séquences d’intenses émotions, la magie opère à chaque instant, la musique accompagnant les scènes les sublimant ; nous en prenons plein les yeux, sans fausse note, parvenant même à ressentir de nombreux frissons ; les figurants connaissent leur rôle, les textes dictés pour nombre d’entre eux par Jean François Copé, le maire de la ville sont agréables à entendre. Le temps passe, relativité oblige, à grande vitesse.

Et sans nous y attendre, dans un final aussi époustouflant qu’émotionnel, le rideau se lève, la lumière s’allume ; dans le public, des larmes sur les joues ; les figurants se regroupent et s’inclinent ; une manière de remercier ce public si nombreux ; et enfin, ils peuvent souffler, décompresser ; le plus dur est fait…jusqu’à la prochaine représentation…mais, tout se passera bien…nous en sommes sûrs… Sous le regard de Bossuet, la vie suit son cours et à l’instar du temps qui passe, inscrit son histoire.

915 Autoroute A4 Sanef