Conduire et louer une voiture en Islande : le guide ultime

Alors que nous avions découvert l’Islande, il y a près de 15 ans, nous décidons de repartir dans ce pays, l’un des plus merveilleux de la planète, à seulement 3 h 30 de vol de Paris. Mais pour en arpenter ses merveilles géologiques, la location d’un véhicule est indispensable. Nous vous guidons ainsi dans la réussite de cette location au travers de cet article complet qui vous aidera, nous l’espérons à franchir sans encombre cette étape indispensable de votre voyage.En répondant ainsi à la question : Comment louer une voiture en Islande ?

Si vous souhaitez découvrir de manière imagée notre récit en Islande, n’hésitez pas à vous rendre sur le lien suivant pour découvrir la partie 1 de cette aventure au travers de la découverte de la côte Ouest : https://hors-frontieres.fr/islande-cote-ouest-recit-photographique-de-voyage/

Pour découvrir la partie 2 qui concerne notre découverte de la côte Nord, n’hésitez pas à vous rendre sur le lien suivant: https://hors-frontieres.fr/islande-cote-nord-recit-photographique-de-voyage/

Pour découvrir la partie 3 qui concerne notre découverte de la côte Est, n’hésitez pas à vous rendre sur le lien suivant : https://hors-frontieres.fr/islande-cote-est-recit-photographique-de-voyage/

Pour découvrir la partie 4 qui concerne notre découverte de la Côte Sud, la plus touristique, n’hésitez pas à vous rendre sur le lien suivant : https://hors-frontieres.fr/islande-cote-sud-recit-photographique-de-voyage/

La préparation du voyage

Tandis que nous préparons notre voyage en indépendant en Islande, nous décidons durant ce voyage de découvrir ce pays en profondeur et d’en faire le tour complet, ce qui représente tout de même une circonférence de 1339 kilomètres sans compter les bifurcations devant être effectuées, cette distance représentant la longueur de la route 1 qui circonscrit partiellement l’île en y représentant une sorte de rond contenu dans un rectangle.

Afin de finaliser notre voyage, nous réservons tout d’abord nos vols, car c’est en partant de ces dates que nous pourrons commencer à effectuer la réservation de la voiture de location, des activités et des hébergements.

Une fois les points d’intérêts sélectionnés, nous nous attelons à dénicher des hôtels. Étant donné leurs prix rédhibitoires qui avoisinent les 200 euros la nuitée, nous nous rabattons sur des maisons d’hôtes que nous parvenons à réserver pour une somme moyenne de 60 à 80 euros la nuit pour 3 personnes, des hébergements de belle qualité avec un accueil généralement personnalisé et authentique.

Nous procédons ensuite à la réservation des activités avec en ce qui nous concerne, plusieurs spas qui sont essentiellement des lagons de plein air avec une eau se rapprochant des 40 degrés : le Blue lagoon dans la péninsule de Reykjanes, le spa Laugarvatn, le secret lagoon dans le cercle d’or et le spa Myvatn dans le Nord. Nous réservons également une plongée dans la faille de Silfra toujours dans le cercle d’or (avec la compagnie Adventure Viking) et la visite d’une grotte de glace sur le glacier Jokularson (avec la compagnie Local guide). Pour protéger nos téléphones, nous effectuons l’acquisition de deux coques étanches sur le site Love Mei France.

Nous nous attelons ensuite à effectuer la réservation d’une voiture de location. Étant donné la bonne qualité du réseau routier islandais, un simple véhicule de tourisme suffit. Néanmoins, pour plus de confort et comme nous souhaitons découvrir quelques sites éloignés des routes asphaltés, nous décidons de nous rabattre sur un 4/4 ou sur un SUV.

A nouveau, nous décidons de faire confiance à BSP auto, avec lequel nous avions déjà réservé un véhicule lors de notre road trip dans le Grand ouest américain et fort heureusement, car nous avions pu bénéficier d’un véhicule de grande qualité pour un prix optimisé au maximum.

BSP auto, un loueur international fiable et sécurisé

BSP auto est noté 9/10 au travers des avis certifiés ; l’agence collabore avec de nombreux guides et agences de voyage.  BSP auto est une centrale de réservation qui permet grâce à un moteur en ligne simple et efficace de réserver un véhicule dans le monde entier en permettant à ses clients de comparer les offres des plus grands loueurs professionnels et en ce sens, dénicher le meilleur tarif.

Grâce au site Internet de l’agence, les voyageurs peuvent louer une voiture pour un prix optimisé, en remplissant un formulaire simplifié en ligne, après avoir choisi parmi les nombreux loueurs proposés, l’entreprise locale qui répondra au mieux aux critères escomptés.

Avec le comparateur proposé par l’agence, les clients ont ainsi la garantie de bénéficier de tarifs avantageux pouvant être filtrés en prenant en compte nombre de services exclusifs : kilométrage illimité, annulation, assurance complète

BSP Auto est implantée à Paris au 38, avenue du général Michel Bizot, dans le douzième arrondissement ; l’agence est enregistrée au RCS de Paris sous le n° 417 509 775.

BSP Auto est titulaire de la licence d’agent de voyages n° LI 075050035 et a déposé une garantie financière auprès de GROUPAMA assurance.

Le loueur possède une plateforme téléphonique ouverte 7 jours sur 7 de 9 h à 20 h en semaine et de 9 h à 19 h le Week-end et les jours fériés. La plateforme est joignable au 01 86 26 90 80 pour la France et au 00 33 1 43 46 20 74 pour l’étranger.

Les modalités de la réservation pour réussir notre road trip

Étant donné que nous avons déjà réservé avec l’agence BSP auto, nous connaissons son site Internet que nous trouvons ergonomique et facile d’accès.

A l’instar de notre première location avec le loueur, nous écrivons en plein cœur de l’écran, la date de notre location, l’heure et le nom de l’aéroport. Pour l’Islande, ce sera l’aéroport de Keflavik, l’aéroport international du pays par lequel la majorité des vols entre.

Immédiatement, nous voyons apparaître à l’écran, toute une série de véhicule en provenance de nombreux loueurs, avec comme possibilité de choix :

Les catégories : mini-éco, économique, compacte, routière, grande routière, monospace, prestige et SUV.

Les critères : kilométrage illimité, boîte automatique, le nombre de places, le lieu de récupération du véhicule.

Le moteur : thermique ou électrique.

Les packages : standard ou Zero franchise.

Les loueurs locaux.

A l’instar des pays européens qui possèdent un réseau routier correct, l’Islande est bien doté en infrastructure de circulation.

Sachant que le pays dispose d’un réseau routier correct, les véhicules de la catégorie économique pourraient suffire. Néanmoins, étant donné qu’un road trip dans le pays nécessite de parcourir des routes secondaires afin de rejoindre certains sites touristiques, nous décidons de faire le choix d’un SUV. En l’occurrence, un véhicule de la marque Mitsubishi.

Nous bénéficions ainsi d’une boîte automatique, de la climatisation (du fait des températures basses que nous allons rencontrer) et des kilomètres illimités. Nous choisissons également de souscrire à l’assurance Allianz qui permet d’être intégralement remboursé de tout dommage sur le véhicule.

Par contre, nous choisissons de ne pas louer de GPS étant donné que l’Islande étant un pays européen, notre forfait téléphonique est valable dans le pays du fait de la suppression des frais d’itinérance et de l’utilisation sans limite de notre forfait téléphonique, ce qui nous permettra d’avoir accès à Google Maps pour nous repérer.

Nous sommes également informés qu’un dépôt de garantie sera bloqué sur notre carte par le loueur, mais pas débité. Et ce afin de payer les éventuels dommages ou autres montants : parking, tunnel, amendes ou frais de carburant.

Nous apprenons également que si nous ne récupérons pas notre location ou que si nous l’annulons moins de 48 heures avant la date d’arrivée, des frais de 50 euros nous seront retirés. Une somme assez faible.

La réception du véhicule à l’aéroport

Après plusieurs heures de vol, nous parvenons à l’aéroport de Keflavik, où après avoir récupéré nos bagages et effectué le change de notre monnaie, nous retrouvons le chauffeur de la compagnie ICERENTAL 4/4, qui nous présente sa longue liste de clients à récupérer, le site de l’agence se trouvant à 7 minutes de route de l’aéroport.

Cette délocalisation permet à la compagnie de proposer les tarifs les plus optimisés du marché et ce quand bien même, elle parvient à rester ouverte 24 h sur 24 et 7 jours sur 7.

Nous grimpons dans une sorte de minibus et après quelques minutes de route, nous sommes déposés à l’agence où un homme nous demande la confirmation de notre réservation, une carte de débit au nom du conducteur ainsi qu’un permis de conduire.

Le loueur nous abreuve également d’explications importantes. A savoir que des frais nous seront appliqués lors du retour du véhicule si :
Le plein de carburant n’est pas fait ;
Le tunnel après Akureyri n’a pas été payé par Internet (un contournement gratuit de quelques kilomètres est possible) ;
Des parkings n’ont pas été payés ;
Des infractions routières ont été commises.

En sa compagnie, nous nous rendons ensuite aux abords de notre véhicule : un SUV Mitsubishi Eclipse Cross, de couleur grise. Nous en faisons le tour et vérifions si les dégâts inscrits sur l’état des lieux de prise du véhicule sont conformes. Pour plus de sureté, nous effectuons quelques photos. Nous pouvons ainsi démarrer notre voyage en toute sérénité.

De précieux conseils nous sont donnés avant notre départ. Il nous est interdit de franchir des gués, sous peine de ne pas être couvert par les assurances.

Tout comme il nous est interdit de circuler sur des routes fermées par les autorités.

Dans le Sud du pays, en cas de vents violents, il est également nécessaire de maintenir les portes lors de leur ouverture, sous peine de les voir frapper violemment contre la carrosserie, un conseil essentiel puisque nous retrouverons cette situation à plusieurs reprises et au travers de notre attention, parviendrons à ne pas faire subir de dégâts à notre véhicule.

Les routes en Islande

L’Islande est un pays qui se constitue grossièrement d’un ovale couché, d’une longueur d’Ouest en Est de près de 500 kilomètres et de 300 kilomètres du Nord au Sud. Le pays est ainsi circonscrit par une route de très bonne qualité appelée Route 1 et qui permet d’en faire le tour et de rejoindre la majeure partie des sites d’intérêt.

Cette route d’une longueur de près de 1400 kilomètres est limitée majoritairement à 90 km/h.

Les routes secondaires sont des routes constituées de 2 chiffres. Goudronnées, elles s’utilisent sans véhicule spécial et permettent de rejoindre des villes importantes, généralement situées le long des côtes ou dans des régions touristiques. Elles peuvent être limitées à 90 km/h, une vitesse pouvant être réduite à 70 km/h à certains endroits.

Les routes tertiaires constituées de 3 chiffres sont des routes asphaltées ou non, qui permettent de rejoindre des sites ou des villes un peu en retrait. Elles restent praticables avec tout type de véhicule, mais sont optimisées avec un 4/4 ou un SUV. Elles ne sont pas déneigées en hiver mais restent ouvertes toute l’année, sauf cas contraire. La vitesse conseillée sur ces routes est de 50 km/h.

Les routes en F sont des routes de terre ou de graviers, accessibles en 4/4 ou en SUV. Il est possible pour certaines d’entre elles d’être empruntées avec un véhicule classique, mais le risque de crevaison est plus important que sur des routes dites classiques. Elles permettent de rejoindre des sites reculés et certaines d’entre elles comportent des gués, c’est-à-dire des petits cours d’eau ou des rivières. Elles ne sont pas déneigées en hiver et peuvent être fermées par les autorités. Certains loueurs peuvent les interdire dans les contrats de location. La vitesse conseillée sur ces routes est de 30 km/h.

Les routes off-pistes ne sont pas indiquées sur les cartes et sont interdites par la majorité des loueurs.

Les parkings

L’Islande possède la particularité de voir ses sites touristiques majeurs se trouver en pleine nature. Ainsi, il n’est pas nécessaire de payer pour les voir. Cependant, et c’est bien ce point qui nous a le plus déçu durant notre voyage, afin de pallier ces ressources pécuniaires manquées, le pays a mis en place, en prenant conscience de l’attrait des touristes pour son patrimoine naturel, de manière éhontée, des parkings payants en amont de nombreux sites.

Afin d’être sûr de recouvrer les frais de stationnement, la majeure partie de ces parkings a été dotée à leur entrée, de caméras à lecture de plaque, ce qui oblige à un paiement sous peine de voir les frais inhérents du stationnement, être prélevés directement sur les cartes bancaires dont les informations ont été déposées chez les loueurs, qui il va s’en le dire, prélèvent pour chaque montant dû, des frais pouvant avoisiner les 10 euros.

Mais, le pire est que le pays, lorsqu’il n’a pas pu gérer seul les installations, a cédé des terrains à des privés, qui ont hypertrophié les prix demandés pour le stationnement, en obligeant pour certains parkings, à payer pour quelques minutes, le forfait journalier.

C’est-à-dire qu’un touriste ou un local qui souhaite découvrir un site ne nécessitant que trente minutes de visite, devra s’acquitter du paiement exigé pour 24 heures. Sans pouvoir y déroger.

Et il convient surtout de ne pas compter sur une indulgence des gestionnaires de ces parkings pour être magnanimes. Le simple fait de rentrer sur un parking après s’être trompés de route et d’en ressortir immédiatement oblige le conducteur à s’acquitter des frais comme s’il s’était garé.

Le conseil devant être donné pour éviter ces frais est de stationner bien loin des caméras pour éviter qu’elles ne parviennent pas à scanner la plaque d’immatriculation du véhicule.

De manière non exhaustive, voici les sites qui comprennent un parking payant :

Parc de Thingvellir (chaque parking dans le parc est indépendant et nécessite un paiement du forfait)
Vatnsnes
Myvatn geothermal area Hverir
Glacier Jokularson
Diamond Beach
Parc national de Skaftafel
Fjadrargljufur Canyon (le stationnement aux abords du point de vue est gratuit)
Reynisfjara
Glacier Solheimajokull (il est possible de se garer juste en amont du parking)
Kvernufoss
Seljalandsfoss (le parking est privé et payant directement à un gardien. Par contre, le parking est gratuit aux abords de la chute Gljufrabui qui se trouve à proximité)

Pour payer le parking, c’est très simple. Il suffit de se rendre aux bornes présentes sur les sites et d’inscrire sa plaque d’immatriculation avant d’insérer sa carte bancaire. Pour certains sites qui ne comportent pas de bornes, il convient de se rendre sur Internet de de payer directement sur le lien du site indiqué sur le parking.

La conduite en Islande

De manière globale, les islandais roulent prudemment. La vitesse maximale autorisée de 90 km/h, essentiellement sur la route 1 est correctement appliquée, mis à part quelques véhicules la dépassant. Généralement, en estimation, d’une vingtaine de km/h, pas plus.

Si le Sud de l’île bénéficie d’un climat tempéré, le Nord, quant à lui axe plus vers le polaire au travers d’un été sec et d’un hiver froid. De fait, les routes, durant une grande période de l’année sont verglacées et enneigées. Surtout aux abords d’Akureyri.

Si la route 1 est dégagée quotidiennement, ce n’est pas le cas de toutes les voies de circulation et il peut être compliqué d’arpenter certaines d’entre elles. Cependant, les pneus cloutés étant obligatoires dans le pays en automne et en hivers, les véhicules de location en sont équipés. Il convient tout de même de rouler avec attention en évitant de ne pas freiner brusquement.

D’une manière générale, le fait de posséder des pneus cloutés permet de bénéficier d’un relatif maintien au sol et après quelques kilomètres, tout conducteur s’y habitue en les oubliant même.

Dans le registre des particularités, afin d’être visible, le pays a rendu obligatoire la circulation avec ses feux de croisement, qui sur de nombreux véhicules se mettent automatiquement dès l’allumage.

Dans les grandes villes, il convient de relever quelques embouteillages, surtout localisés sur Reykjavik, mais même bloqués, les islandais restent courtois au volant. Pas d’insulte, pas de klaxon intempestif. La sérénité des pays nordiques dans toute sa splendeur, qui peut néanmoins être mise à mal lorsque des étrangers prennent le volant.

Si le pays ne possède pas d’armée, il détient une police constituée de 600 membres approximativement. Ces policiers non armés sont essentiellement présents sur les routes de la capitale, pour y effectuer une prévention visible.

Par contre, le pays dispose de radars fixes, aux abords et dans les grandes villes. Quelques-uns sont disposés sur la route 1 ainsi que dans les régions touristiques. Des panneaux mentionnant leur présence sont présents bien avant leur emplacement, également signalés sur Google Maps, avec une certaine marge d’erreur cependant.

Quelle est la différence entre carte de crédit et carte de débit ?

Comme partout dans le monde, les loueurs en Islande acceptent uniquement les cartes de crédit pour certains d’entre eux et pour d’autres, tolèrent les cartes de débit sur lesquelles ils s’emparent lors de la réservation d’une caution qui sera bloquée pour un temps plus ou moins long.

Cette distinction importante est indiquée sur le site de BSP auto et il est essentiel de faire attention à cette mention, sous peine de se voir refuser la location au travers de son annulation pure et simple.

Si cette indication n’est pas indiquée clairement lors de la présentation des différents loueurs, après avoir écrit le nom de l’aéroport d’arrivée et de départ, il convient de se rendre sur les petits onglets : « informations importantes » dans lesquels ces indications seront mentionnées.

La réglementation européenne a créé et défini différentes catégories de cartes bancaires distinguées en cartes de crédit et cartes de débit.

Cette réglementation impose également que la mention de la catégorie à laquelle elles appartiennent soient imprimée sur la face recto de la carte. Ainsi, quelle que soit la marque de la carte bancaire : Visa, Mastercard, American express, elle sera de débit si cette inscription est présente en noir et en petit sur la carte.

Les cartes intégrées dans la catégorie « débit » sont les cartes à débit immédiat pour lesquelles les dépenses sont directement prélevées sur le compte. Elles portent la mention : « DEBIT ».

Les cartes intégrées dans la catégorie « crédit » sont les cartes dont les dépenses sont débitées de façon différée sur le compte. Il s’agit des cartes à débit ultérieur, dont le montant des opérations intervenues sur une période définie est débité en un seul montant, en général en fin de mois. Elles portent au recto la mention « CRÉDIT ».

Quels sont les éléments à surveiller lors d’une location en Islande ?

Un peu à l’instar des États-Unis, une location en Islande se base sur la confiance. Lors de la remise des clefs, de nombreux loueurs ont déjà prédéfini l’état de location du véhicule, avec les dégâts apparents.

Ainsi, la présence d’un employé des agences est réduite au strict minimum lors de la remise des véhicules aux clients, ce qui n’est pas sans poser problème, si un problème est rencontré durant la location.

Ainsi, lors d’une remise des clefs d’un véhicule, le client se voit laisser libre de rejoindre son véhicule, son contrat et son état des lieux dans les mains. En ce sens, une vigilance particulière se doit d’être apportée à cette étape importante, puisque le retour du véhicule pourra générer des litiges commerciaux, si tous les points présents dans le contrat de location n’ont pas été étudiés avec attention.

Le premier geste du client reste en ce sens de bien vérifier le contrat pour analyser l’état et les caractéristiques du véhicule, ce qui permettra de constater si une erreur de kilométrage ou de niveau de carburant, existe.

Si le véhicule réservé n’est pas disponible, il est possible d’exiger un autre modèle sans supplément de prix, même s’il est de catégorie supérieure. En revanche, si la voiture est de catégorie inférieure, le loueur doit rembourser la différence.

Il convient ensuite de vérifier les équipements présents dans le véhicule, par exemple la roue de secours ou les éventuelles options réservées : GPS, siège bébé.

Une fois ces premières constatations faites, le client doit effectuer un état des lieux complets du véhicule. Cet état des lieux, dans les conditions idéales doit être corroboré par la présence d’un employé de l’agence. Mais si la présence de l’employé n’est pas possible, il est nécessaire de l’effectuer seul.

Pour ce faire, il convient de bien vérifier toutes les rayures, bosses et dégradations du véhicule. Tout d’abord sur la carrosserie, ensuite sur le toit et enfin au niveau du bas de caisse. Ne pas oublier également de vérifier l’état des pneus et en hiver, si ces pneus sont bien cloutés. Une fois que la vérification de l’extérieur est terminée, il est nécessaire de passer à l’intérieur du véhicule.

Le client doit ainsi relever tout point litigieux et le reporter sur l’état des lieux en effectuant des photos de chaque point litigieux. Il pourra ainsi demander la modification du contrat de location ou le mentionner sur l’état des lieux de remise du véhicule qu’il présentera directement à l’employé de l’agence.

En cas de problème mécanique durant la location, il est possible de demander un véhicule de remplacement et de réclamer les éventuels frais de réparation ou de dépannage.

Attention. Ne jamais faire réparer le véhicule sans avoir demandé l’avis du loueur, qui expliquera comment procéder ; un service d’assistance existe en dehors des heures d’ouverture.

Pendant la durée de la location, le locataire est responsable de l’entretien courant du véhicule au travers du niveau d’huile, du niveau d’eau, de la pression des pneus et des dégradations du véhicule sauf tiers responsable.

Quels sont les éléments à surveiller lors d’un retour d’une location en Islande ?

Tout d’abord, comme toutes les locations, il est nécessaire de restituer le véhicule à la date convenue lors de la signature du contrat. Car en cas de dépassement, le loueur pourra facturer jusqu’à une journée complète de location.

En ce qui nous concerne, nous avons décidé de laver et nettoyer notre véhicule avant de le rendre.

Ensuite, la voiture doit comprendre le même niveau de carburant qu’au départ, généralement le plein, sinon le loueur facturera souvent le carburant plus cher que les stations-service, une facturation majorée de frais de traitement.

Si l’agence est fermée, il est quelquefois possible de glisser clés et papiers dans une boîte prévue à cet effet, en indiquant le kilométrage au compteur. Les conditions générales de location peuvent prévoir qu’en cas de remise des clefs dans la boîte aux lettres de l’agence, le locataire reste responsable du véhicule jusqu’à l’ouverture de l’agence.

Anecdote : Par contre, ce mode de remise des clefs peut poser problème en cas de versement de caution. En effet, lors d’une précédente location en Finlande avec une entreprise locale en direct, il y a quelques années, un loueur nous avait prélevé sur notre carte bancaire la somme de 150 euros pour avoir découvert dans le véhicule, des mégots blancs de cigarette, photos à l’appui. Problème, nous n’avions jamais fumé dans le véhicule. Il nous fut impossible de contester et nous dûmes accepter ce prélèvement abusif, au moins une dizaine de jours après la restitution du véhicule. Après avoir pris attache avec un conseiller bancaire, nous aurions pu cependant faire opposition sur ce prélèvement, ce que nous ne savions pas lors du déroulé de l’affaire.

Pour cette location, notre agence Icerental 4/4 étant ouverte 24 h sur 24 et 7 jours sur 7, nous avons pu de nuit, nous présenter au comptoir et bénéficier d’un examen complet de notre véhicule en notre présence.

Étant donné qu’aucun problème n’a été signalé, le loueur nous a confirmé qu’aucun papier n’était nécessaire le confirmant, la remise d’un compte-rendu étant uniquement effectué lors de la constatation d’un problème.

En insistant un peu, le client peut obtenir un état des lieux contradictoire. Dans le cas contraire, ne pas hésiter à prendre des photos du véhicule sur sa place de stationnement, de la carrosserie et de son intérieur pour éventuellement contester un litige.

Lorsqu’aucune caution n’a été déposée, comme ce fut le cas lors de cette location, avec un rachat de la franchise en souscrivant une assurance totale, cette étape n’est pas utile.

Conclusion

Louer un véhicule en Islande s’avère indispensable pour parcourir les distances séparant les différents sites. Comme toujours, nous avons fait appel à Bsp Auto, qui s’est avérée être un partenaire indispensable pour bénéficier de toutes les garanties nous permettant de réussir cette location, en bénéficiant des meilleurs prix pratiqués sur le marché.


Notre loueur sur place : Icerental 4/4 s’est également avéré être un partenaire fiable qui ne profite pas de ses clients. Véhicule de qualité, conseils pratiques et disponibilité du personnel furent ainsi les pierres angulaires de la réussite de ce voyage au cœur de ce pays que nous considérons comme le plus beau au monde.