Hors Frontières

Pologne

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Nous passons la frontière et quittons les états baltes ; les policiers ne nous cherchent pas querelles et ne font même pas attention à nos papiers d’identité. Les délices de l’Europe.


Agrandir le plan

Pologne 1

Nous empruntons une route de bonne facture et commençons à nous imprégner à la conduite polonaise : des dépassements avec des voitures venant en face qui se déportent sur la bande d’arrêt d’urgence, des circulations à plusieurs véhicules sur des routes à deux voies et un sentiment générale de facilitation de la conduite par les conducteurs, enclins à laisser passer les plus gros moteurs. D’une manière générale, la présence policière est absente et les routes sont de bonnes qualités jusqu’à Varsovie.

 Pologne 2

Ici et là, quelques églises lorsque nous traversons des villages.

 Pologne 3

Nous arrivons ensuite après un détour, à la ville de Lomza, dans laquelle nous nous arrêtons et profitons quelques instants d’un plan d’eau, le beau temps étant au rendez-vous.

Pologne 4

Malheureusement, le beau temps ne dure pas et sous la pluie, nous arrivons à Varsovie, capitale de la Pologne et forte de 1 800 000 habitants.

Pologne 5

Immédiatement, la ville de Varsovie nous séduit, tant elle impose le respect, grâce à ses constructions, semblant être pour le visiteur arrivant par la route, des remparts la protégeant de l’extérieur.

Pologne 6

La ville est reconnaissable entre mille.

Pologne 7

Après la visite d’une église, tout de rouge vêtue, nous nous dirigeons vers le centre de la ville.

 Pologne 8

Le flux de circulation est intense et sous la pluie, nous redoublons de vigilance afin de ne pas provoquer un accrochage. A l’étranger, les touristes ayant souvent tort, mieux éviter un conflit inutile.

 Pologne 9

Nous stationnons notre véhicule, prés d’une statue semblant rendre hommage à un chef de guerre polonais ; les immeubles alentours ne sont pas récents ; les peintures s’en ressentent.

 Pologne 10

Et nous nous dirigeons vers le palais présidentiel, que nous découvrons, ainsi qu’un hommage au président défunt : Lech Kaczynski décédé dans un accident d’avion avec une grande partie des notables du pays en avril 2010, vol qui l’emmenait en visite dans l’Ouest de la Russie et qui aurait heurté un arbre lors de l’approche de l’aéroport de Smolensk.

Pologne 11

La tragédie, qui a coûté la vie aux 130 passagers du vol, constitue un choc d’autant plus fort pour les Polonais que le Président Kaczynski se rendait sur les lieux du massacre de Katyn près de Smolensk, pour un hommage aux milliers d’officiers polonais tués sur ordre de Staline pendant la Deuxième Guerre mondiale, en 1940.

Pologne 12

La place entourant le palais présidentiel comporte nombre de bâtiments à l’architecture noble. Et il est plaisant de les visiter.

Pologne 13

Nous continuons notre chemin.

Pologne 14

La découverte continue, toujours recelant de belles surprises.

Pologne 15

Les températures se radoucissent.

Pologne 16

Les bâtiments sont majestueux.

Pologne 17

Nous traversons le quartier moderne, avec ses grands buildings de verre sans grands intérêts.

 Pologne 18

Puis nous découvrons une construction gigantesque, qui rayonne de sa hauteur et fait des bâtiments alentours, de simples fétus de paille : le palais de la culture et de la science

Pologne 19

Nous continuons notre visite de la ville. Les églises se succèdent au rythme effréné d’une tous les 200 mètres.

 Pologne 20

Les églises se succèdent au rythme effréné d’une tous les 200 mètres.

Pologne 21

Chaque église est particulière.

Pologne 22

Puis, les monuments s’enchaînent.

 Pologne 23

Ici, une statue.

Pologne 24

Afin de ne pas trop nous mouiller, nous appelons un taxi, qui nous dépose à la place royale du château.

Pologne 25

La place est vide de monde.

Pologne 26

Nous prenons notre courage à deux mains.

Pologne 27

Jusqu’à ce que nous empruntions les rues de la vieille ville.

 Pologne 28

Découvrir une belle place dans laquelle, nous nous posons.

Pologne 29

Nous buvons un café.

Pologne 30

Nous terminons, de nuit, par une belle balade dans les allées du château.

Pologne 31

Le lendemain matin, nous nous réveillons et après un petit déjeuner copieux : des saucisses, du fromage, des œufs, le tout accompagné avec du café à volonté et du thé, le repas gargantuesque étant expliqué par la manière de travailler des polonais, ininterrompu jusqu’à la fin de l’après-midi, sans prendre de repas pour le déjeuner, pour la plupart d’entre eux. Nous reprenons la route et arrivons après 300 kilomètres d’une route de qualité acceptable, dans la ville de Cracovie. Capitale européenne de la culture en 2000, Jean-Paul II en a été l’évêque puis l’archevêque avant de devenir pape en 1978. La même année, Cracovie voit inscrire son centre historique au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Avec ses 756 441 habitants, elle est la deuxième plus grande ville de Pologne et en est le centre culturel et scientifique du pays, ce que nous ressentons dés notre entrée dans la vieille ville. Mais, avant de découvrir ce joyau de la culture, nous devons traverser un centre ville, fait de circulation, de bruit et de décorum peu emblématique de cette majestuosité visuelle.

 Pologne 32

Nous rejoignons la vieille ville et découvrons les remparts du château de Wawel, agencés un peu à la manière de la capitale du pays.

Pologne 33

D’ailleurs, nous sommes arrêtés par un policier, qui nous harangue et nous reproche notre présence dans un centre bondé de véhicule en tous genres. Et ce dans un très mauvais anglais, les langues étrangères n’étant pas le fort des polonais. Nous avons beau désigner les autres voitures, il n’en a que faire et nous réclame une somme de 25 euros. Ne souhaitant pas faire d’esclandre, nous payons, mais en exigeant un reçu. Il est réticent à nous le donner, ayant déjà encaissé l’argent, mais nous le menaçons de prévenir son ministère de tutelle. Dépité d’avoir perdu aussi bien la face que l’obole, il nous le remet. Un sentiment de corruption règne dans l’air, mais il n’est qu’un clou sur une chaussée propre. Nous n’en tenons pas rigueur et ne considérons pas qu’il caractérise l’ensemble des polonais que nous avons pu croiser jusqu’à présent.

Pologne 34

Nous passons devant l’académie, Gornizco-Hutnicza,

 Pologne 35

Et en profitons pour flâner quelques minutes dans les rues alentours avant de rejoindre notre hôtel et découvrir quelques églises qui valent le détour, ainsi qu’un monument dédié au massacre de Katyn.

 Pologne 36

Cracovie est une ville située dans la Voïvodie dont elle est le chef-lieu. La ville historique se situe, depuis le XIIIe siècle, au pied de la colline du Wawel possède un patrimoine architectural bien conservé. Ses habitants sont appelés Cracoviens.

Pologne 37

Nous rejoignons notre hôtel et profitons d’un moment de détente dans la splendide piscine qu’il nous réserve, le réconfort après l’effort et cette vitesse de croisière dont nous ne nous départons pas.

Pologne 38

Nous profitons de la piscine.

Pologne 39

Le temps extérieur ne nous facilitant pas la tâche, bien que nous savions que les mois d’été étaient pour la Pologne, les mois où la pluviométrie était la plus abondante, nous nous séchons et faisons appel à un taxi, dont les prix restent très abordables afin de visiter la ville en toute sérénité.

Pologne 40

Nous nous rendons immédiatement au théâtre national, découvrir un bâtiment au style baroque.

Pologne 41

Le bâtiment est magnifique.

Pologne 42

Nous visitons ensuite l’église Saints Pierre et Paul, une église célèbre pour ses statues ornant sa façade.

Pologne 43

Nous nous rendons ensuite à la Barbacane, découvrir la forteresse de style baroque qui protégeait jadis la ville de ses envahisseurs.

Pologne 44

L’église Saint Benoît mérite également le détour.

Pologne 45

Sans oublier d’autres églises, bien moins célèbres, mais à la qualité prégnante.

 Pologne 46

La pluie redouble d’intensité.

Pologne 47

Nous poursuivons notre découverte malgré tout.

Pologne 48

Mais, en flânant sans rien chercher, les rues laissent émaner quelques pépites culturelles non répertoriées dans les guides. Le monument aux morts que nous croisons en est une.

 Pologne 49

Le château du Wawel se rapproche et nous pouvons en distinguer aussi bien les remparts dont la qualité a été parfaitement conservée, que la cathédrale du Wawel, dans laquelle étaient célébrés les mariages importants du pays.

 Pologne 50

La ville de Cracovie se découvre normalement à pied ; le temps n’aidant pas, il nous faut faire une exception à ce principe.

Pologne 51

Nous abandonnons ensuite notre taxi et nous dirigeons à pied, bravant la pluie torrentielle qui s’abat sur la ville et qui selon les polonais rencontrés, n’est pas une fatalité, et nous rendons vers la place la plus célèbre de la ville : le Ryney Glowny. Nous empruntons une sorte de marché couvert, dans lequel, nous nous asseyons dans un bar et nous nous essayons à la langue.

Pologne 52

Bonsoir = Dobry wieczór

Comment vous appelez-vous? = Jak masz na imie?

Enchanté de faire votre connaissance = Mil/o mi cie, Pana Pania, poznac’

Comment allez-vous? Ça va? = Jak sie, masz? Jak sie, pan ma?

Comme ci comme ça = Tak sobie; Jako tako

Je ne comprends pas = Nie rozumiem

Comment dit-on ça en polonais? = Jak to sie, mówi po polsku?

Bonne nuit = Dobranoc

Merci beaucoup = Serdecznie dzie,kuje,

De rien, je vous en prie = Nie ma za co, Prosze,

 

Il est ensuite l’heure de diner. Nous choisissons un restaurant sur la place du Ryney Glowny, et ce après avoir traversés de nombreuses ruelles de la vieille ville.

 Pologne 53

Le Rynek Główny est une place spacieuse entourée de maisons urbaines historiques, de palais et d’églises. La Halle aux Draps domine au centre de la place. Sur le côté de Sukiennice, se dresse la Tour de l’hôtel de ville. Pour information, la place portait le nom d’Adolphe Hitler durant la deuxième guerre mondiale.

Pologne 54

Avant de peaufiner notre visite de la place, nous nous asseyons à une table de restaurant, de type gastronomique.

 

L’art de la table est ici une tradition nationale.

La viande la plus couramment consommée est le porc, suivi par le bœuf. Elle est toujours bien cuite et accompagnée de sauces bien épaisses à base de farine et de crème fraîche.

La pomme de terre reste le légume vedette incontestable. Elle accompagne presque tous les plats, le plus souvent cuite à l’eau ou sous la forme de frites. Les autres légumes consommés régulièrement sont le chou (kapusta), la betterave, le concombre et la salade verte.

 

Nous commandons une soupe pour démarrer. Nous avons le choix:

– Barszcz : soupe aux betteraves cuites avec un bouillon, servie en général avec un pasztecik, pâté de viande entouré de pâte feuilletée.

– Grochówka : soupe aux pois, bien épaisse, avec des lardons et des morceaux de viande épicée.

– Żurek : soupe aigre, avec des morceaux de saucisses et des pommes de terre.

– Flaki : soupe aux tripes, très lourde.

Nous continuons avec les entrées. Soit du Śledź : hareng mariné, servi au choix dans de l’huile, un steack tartare ou du Surówka : chou rouge, chou blanc et carottes râpés.

 

Nous continuons avec le plat, dégustation entrecoupée par un verre de vodka, la vraie, celle à l’herbe de bison. Nous commandons une Kotlet schabowy : côte de porc panée ainsi qu’une Zraz zawijany : viande de bœuf battue et roulée avec de la poitrine fumée et des cornichons salés à l’intérieur. Mais nous aurions pu choisir également du Golonko : jambonneau mariné aux aromates ou à la bière, puis mijoté ou cuit au bouillon, du Bigos : la choucroute polonaise, du Kaczka z jabłkami : canard farci de pommes, du poisson ou des pierogis, de grosses ravioles fourrées, généralement aux pommes de terre et fromage blanc ou au chou.

Pour le dessert, nous nous rabatterons sur du Makowiec : gâteau au pavot. Le goût des grains noirs est relevé par des fruits secs : poires, figues, raisins.

et du Jabłecznik : appelée aussi szarlotka, une délicieuse tarte aux pommes servie avec de la crème fraîche.

 

Nous pouvons enfin profiter de cette place majestueuse avec la tour de l’ancien hôtel de ville.

 Pologne 55

Un véritable déluge s’abat sur nous.

Pologne 56

Les Halles

Pologne 57

L’église Notre dame

Pologne 58

Des palais

 Pologne 59

Et des endroits festifs

Pologne 60

Nous rentrons ensuite à l’hôtel, passer une nuit revigorante. Le lendemain matin, nous reprenons la route. Après 70 kilomètres, nous arrivons à Auschwitz. Nous sommes d’abord surpris de ne pas trouver le lieu de commémoration, mais un polonais nous apprend que la ville d’Auschwitz est une ville comme les autres, avec ses habitants, son quotidien et que pour aller au camp de concentration d’Auschwitz, il faut reprendre la route et suivre la direction du mémorial indiquée par de nombreux panneaux.

 Pologne 61

Nous parvenons enfin dans le camp de concentration et immédiatement un sentiment de malaise se fait sentir. Les lieux conservés admirablement bien laissent transparaître une ambiance torturée, imposant le silence et le recueillement. L’entrée est gratuite et nombreux sont les visiteurs qui affluent du monde entier. Nous devons marcher quelques centaines de mètres pour parvenir à l’entrée du site ; une odeur rance émane du site, un peu comme si le passé n’avait jamais laissé la place au présent. Nous arrivons à l’entrée et découvrons son non moins célèbre : Arbeit macht frei : le travail rend libre.

Pologne 62

Le camp principal d’Auschwitz a ouvert le 20 mai 1940, dans lequel périrent plus de 70 000 personnes. Au début des prisonniers de guerre, puis ensuite des juifs et des résistants.

Pologne 63

La main-d’œuvre sera celle du camp de concentration qui passe d’une population de 10 000 personnes à 100 000 en 1941. Le camp se situe sur l’emplacement d’une ancienne caserne de l’armée polonaise dont les bâtiments délabrés entourent un vaste terrain. Il se situe au milieu de la région de la Pologne annexée par l’Allemagne en 1939.

Pologne 64

En 1940, le camp renferme de 13 000 à 16 000 détenus, pour 300 gardiens. Le nombre de prisonniers atteint environ 20 000 en 1942. Durant les vingt premiers mois, plus de la moitié des 23 000 prisonniers polonais meurent à la suite des traitements inhumains infligés par les gardiens.

Pologne 65

La création du camp souche Auschwitz I est décidée par les SS. Il se situe au milieu d’une région polonaise riche en matières premières à proximité de la rivière Sola, et de gisements dont l’extraction permet la production d’essence essentielle au régime nazi.

Pologne 66

Pour surveiller les détenus, les SS utilisent des détenus allemands de droit commun, parmi les plus violents.

Pologne 67

Les détenus sont catégorisés par un symbole cousu sur leur combinaison de bagnard : prisonnier politique, Juif et un numéro tatoué sur le bras.

Pologne 68

Les prisonniers travaillent pendant six, voire sept jours par semaine.

Pologne 70

Tout le fil barbelé qui entoure le camp a été volé à la population polonaise et rend toute invasion impossible.

Pologne 69

Et pour ne pas suffire, tout au long des barbelés, des miradors sont dispersés, rendant à toute fuite une issue incertaine.

 Pologne 71

Les prisonniers étaient stockés dans des baraquements.

 Pologne 72

Avec pour seule vue sur l’extérieur.

Pologne 74

Nous continuons notre visite.

Pologne 73

Mais, par la suite, Adolphe Hitler décide l’extermination systématique des Juifs à grande échelle. Le responsable du camp Rudolf Höss commence par les fusiller, mais voyant le nombre incalculable de corps augmenter exponentiellement, il décide de brûler les cadavres, puis par facilité, brûle les prisonniers vivants dans les fours prévus à cet effet.

Pologne 75

Nous restons sans voix en pénétrant à l’intérieur des fours, qui dégage encore une odeur de brûlé et de chaux qui ont imprégné les murs, et ce depuis plusieurs décennies.

 Pologne 76

L’abject n’a pas de nom.

Pologne 77

Au milieu de ces baraquements, nous avançons seuls avec l’histoire. Et pas un magistrat, pas un politicien pour nous exhorter à penser. Nous ne pouvons exprimer qu’empathie et compassion, puisqu’il s’agit de notre nature humaine à nous tourner vers ces miséricordieux et nous ne pouvons pas oublier, que ces dits magistrats, ces dits politiques, ces dits policiers ont brisé des jambes pour envoyer les errants au sein de ces fors qui se postent devant nous. Non pas une bêtise, non pas une inhumanité, bien malheureusement. Il ne s’agit pas là d’œuvres de monstres, mais bien d’humains qui ont révélé leur vraie nature. Pire que des animaux. Et l’humanité tout entière en a été le témoin.

 

Nous pénétrons ensuite après avoir séché les larmes de notre acédie, dans un des baraquements : le numéro 24, qui servait à l’étiologie, de blocs de concentration, mais qui est devenu par la suite, un lieu de stupre, permettant aux gardiens les plus zélés de se détendre en compagnie de filles de joie.

 Pologne 78

Aujourd’hui, il s’agit d’un lieu de recueillement, qui contient des plaques commémoratives de noms de victimes ou de photographie, ce qui a pour but de mettre un visage sur l’innommable.

 Pologne 79

Le sentiment général est indescriptible ; nous en restons indicibles ; nous ne sommes plus les touristes, mais les témoins d’un carnage sans partage qui a touché une population qui ne méritait pas de porter ce fardeau d’être ce qu’ils ont été.

Pologne 80

Et ce bien loin, des prévarications et de la collusion qui règne en général dans nos pays modernes au sein desquels, une horde d’associations cloportes s’érigent en défenseur de leurs souffrances sans jamais ne l’avoir partagé.

Pologne 81

Nous longeons ensuite les barbelés pour sortir du camp, marqué profondément par ce lieu de mémoire.

Pologne 82

Nous reprenons la voiture et nous dirigeons vers le site de Birkenau, qui nous accueille toujours gratuitement et qui bien que complétant le camp d’Auschwitz visité, revêt des différences faisant de ce lieu, un passage obligé pour parfaire notre devoir de mémoire. Nous n’avons qu’à suivre les indications et arrivons à Birkenau ; l’endroit, de loin glace le sang.

 Pologne 83

Le camp de Birkenau a été ouvert le 8 octobre 1941 afin d’accueillir les prisonniers de guerre soviétiques, mais rapidement, il devint un camp d’extermination, avec plus d’un million de victimes à son actif, principalement immédiatement, en provenance directe pour nombre d’entre eux de la France.

Pologne 84

Birkenau est situé à trois kilomètres d’Auschwitz, à l’emplacement du village de Brzezinka, détruit pour construire le camp. Il prend un commandement autonome à partir de 1943 et possède une capacité de 100 000 détenus s’étendant sur 170 hectares.

Pologne 85

Il comprend, dans sa configuration finale, trois parties : le camp des femmes, le camp des hommes et une extension jamais terminée. Chacune des parties est entouré de murs de barbelés électrifiés à haute tension.

 Pologne 86

Au début, pensé comme un prolongement d’Auschwitz, Birkenau est devenu après coup le siège de la solution finale : extermination de tous les juifs, à échelle industrielle.

Pologne 87

Dans ce but, les nazis firent construire à Birkenau, quatre complexes de chambres à gaz-crématoires

Pologne 88

Les détenus arrivaient de toute l’Europe à Auschwitz-Birkenau en train, souvent après plusieurs journées passées dans des wagons à bétail.

Pologne 89

Pendant la plus grande partie du fonctionnement du camp, les déportés arrivaient au niveau de l’ancienne gare de marchandise d’Auschwitz et marchaient environ un kilomètre jusqu’à Birkenau.

Pologne 90

À peine sortis du train, les prisonniers subissaient la « sélection ». D’un côté, les faibles, les personnes âgées, les malades, les femmes enceintes, les enfants destinés à être gazés immédiatement. De l’autre, les plus âgés et également plus valides que les SS destinaient à la mort par le travail forcé. Les détenus étaient déshabillés, rasés, tatoués, dépossédés de leurs biens qu’on stockait dans des entrepôts, puis ensuite envoyés en Allemagne.

Pologne 91

Les survivants à ce premier tri étaient répartis en groupes de travail (Kommandos) et employés comme main-d’œuvre esclave dans les usines dépendant du camp, mais aussi dans des fermes ou à l’intérieur du camp. Les chambres à gaz pouvaient recevoir près de 1 440 personnes pour les plus grandes et 768 personnes à la fois pour les plus petite.

 Pologne 92

Une salle dotée d’une installation sanitaire factice, laissait entrevoir une trappe sur le toit d’où le gaz Zyclon B jeté par des gardes. Les corps étaient ensuite brûlés dans les crématoires.

Pologne 93

Nous pénétrons dans un des baraquements et quand bien même, le site est plus grand, l’ambiance reste tout autant glacialE. L’imagination qui reste notre plus fidèle alliée nous fait cruellement défaut, tant la vérité émerge de ces murs de la honte.

 Pologne 94

Nous quittons le site et reprenons la route en silence, encore marqués par ces visites. La route sur quelques centaines de kilomètres reste globalement bonne ; nous nous arrêtons quelques instants afin de visiter quelques échoppes, manger un morceau, disséminés tout au long du chemin et quittons un pays marqué par le passé, mais qui se tourne résolument vers l’avenir.

Pologne 95

Nous terminons notre voyage avant la frontière, par quelques achats de statues d’extérieur, vendues pour quelques sous.

Pologne 96

La Pologne s’éloigne derrière nous et avec elle, des monuments grandioses. Néanmoins, avec la visite des sites d’Auschwitz et Birkenau, une part d’elle même est ancrée en nous.