Hors Frontières

Arctique

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

 

Toujours ancrés dans la Finlande, nous traversons une frontière invisible qui nous transporte dans un autre univers : la Laponie scandinave, au Nord du cercle polaire arctique, une ligne de latitude située à l’extrême Nord de la planète et qui compte parmi les températures invivables du monde.


Agrandir le plan

Nous nous rapprochons du cercle polaire arctique et désormais, le monde n’a plus le même visage. Non content d’être peut-être un des derniers bastions inhospitaliers de l’Europe, la Laponie scandinave, qui couvre le Nord de la Norvège, de la Suède et de la Finlande offre des paysages merveilleux, voire somptueux.

Laponie 1

Les couleurs sont vives.

Laponie 2

Sur la route, nous croisons des rennes en totale liberté et devons faire attention à ne pas en faucher un.

Laponie 3

D’une part, le père Noël que nous rencontrerons dans la journée nous en voudrait, d’autre part, je me vois mal appeler mon assureur en lui faisant état de cette collision si improbable.

Notre route se poursuit et les villes se raréfient, tout au plus quelques maisons typiques finlandaises sont dispatchées autour de lacs, dont les habitants exploitent avec grand soin les ressources naturelles.

Laponie 4

Nous dépassons enfin le cercle polaire arctique, et nous nous considérons comme des aventuriers, éloignés de tout ce que nous avons pu connaître jusqu’à présent. Le pôle Nord nous appelle et hypnotisés par la route qui se dresse devant nous, nous roulons, roulons à la limite d’en tomber en panne sèche d’essence.

Laponie 5

A la différence de l’équateur, qui plus est, au milieu de l’océan atlantique ou pacifique, le cercle arctique est marqué sur le sol et traverse de nombreux pays : Russie, Canada, Alaska, Groenland, Norvège, Suède et Finlande. Il constitue ainsi une attraction touristique et nombreux sont les touristes y cherchant la photographie.

Laponie 6

Nous sommes victimes de ce que nous nommons, l’appel de la route.

Le mirage qui se dresse devant nous nous éloigne de notre destination première et à l’instar d’un enfant poursuivant un papillon, dont il perçoit le moindre battement des ailes, nous perdons toute notion du danger, de la civilisation.

Les paysages semblent à présent lunaires ; arides à souhait, ils portent un physique fatigué, marqué par la chaleur du froid, brûlés aux tréfonds de leur empreinte, ils ressentent le poids des années, mais ne le portent pas comme un fardeau.

Laponie 7

Nous stoppons le véhicule, perdus au milieu de nulle part et alors que nous avons envie de rejoindre la côte septentrionale du pays, là où seules les baleines kamikazes viennent fréquenter les récifs de l’océan arctique, nous recouvrons la raison et faisons demi-tour.

Nous nous arrêtons à quelques kilomètres de Rovaniémi, une ville de la région lapone, dans le Santa Klaus village, autrement dit, le village du père Noël.

Le Santa Klaus village a ce de particulier, qu’il est l’unique village du père noël authentique, tous les autres n’en étant que de pâles copies. Il est traversé d’Ouest en Est  par le cercle arctique et en l’espace de quelques secondes, les touristes peuvent ainsi se retrouver un peu plus prés du pôle Nord.

Laponie 8

Le village du père Noël reçoit tout au long de l’année, les lettres des enfants ou adultes du monde entier. Il suffit pour cela, et ce dans toutes les langues, tous les dialectes, que l’adresse indique « Santa Klaus » Comme par enchantement, la lettre finira par être lue et un récépissé à être envoyé.

Laponie 9

Le village représenté comme un village traditionnel n’en est néanmoins pas un village dénué de tout sens mercatique, et mis à part les rennes en peluche grandeur nature, tout est payant.

Laponie 10

Le lieu présente recèle malgré tout de véritables pépites, dont un restaurant typique finlandais, à l’intérieur duquel nous avons pu manger un saumon péché le matin-même par le restaurateur, poisson cuit au feu de bois et qui s’avèrera être le plus fin et le plus délicat met de la mer goûté à ce jour, d’une tendreté à toutes épreuves et d’un fumet à faire tourner de l’œil, le nez fin de Jean-Baptiste Grenouille en personne.

Laponie 11

Nous nous rendons enfin au clou de notre attente : la rencontre avec le père Noël, qui nous explique faire partie d’un consortium officiel, sélectionné après une analyse draconienne physique, morale et intellectuelle. Il est ainsi le représentant officiel de Noël et voit passer chaque année, quelques dizaines de milliers d’enfants. A 45 euros la photographie, le métier semble rentable.

Laponie 12

Addenda de la rencontre : les appareils photos sont interdits, seule la photographie délivrée par le village peut être emmenée par les touristes et pour bien respecter cette clause impérieuse, deux petits nains surveillent l’écran de sélection de la photographie et ces derniers n’hésitent pas à se projeter devant tout objectif désobéissant qui essayerait de s’approprier l’image dévoilée par le moniteur de la secrétaire administrative et commerciale, derrière son pupitre, moniteur sur lequel s’effectue le choix de la photographie finale.

Mais, une visite du village n’est pas complète si le parcours de la fabrique de jouet du père Noël n’est pas incluse dans le circuit.

Nous prenons donc à nouveau la voiture pour rejoindre un bâtiment, censé dévoiler la fabrique de ces beaux joujoux par milliers.

Nous traversons une sorte de cavité archée  pour rejoindre un univers fantasmagorique, tout droit sorti de l’univers de Tim Burton.

Laponie 13

Un petit train nous emmène ensuite visiter l’atelier du père Noël, le tout accompagné par une musique de Noël, qui à la longue est dérangeante, voire stridente.

Laponie 15

Mais, l’ambiance de Noël est présente.

Laponie 16

Et il s’agit bien là, du but recherché.

Laponie 17

Un petite poste nous attend, afin de poster nos lettres avec le tampon du village officiel du père Noël.

Laponie 18

Nous terminons notre visite du cercle arctique, en dégustant une vodka servie dans un verre en glace, accompagnés par une véritable laponne.

Laponie 19

Puis, nous prenons un repos bien mérité dans un hôtel de glace.

Laponie 20

Terminant ainsi un circuit hors des âges, hors du temps, dans lequel, le jour solaire ne nous a pas donné la possibilité de dormir, peu habitués à ne pas être accompagnés dans les bras de Morphées.