Russie : les incontournables de Moscou

La Russie, avec ses 17 millions de kilomètres carrés est constitué du territoire dont la superficie est la plus étendue au monde. Se prolongeant sur plusieurs fuseaux horaires, elle possède une population de 150 millions d’habitants qui se répartissent sur près de 85 secteurs à l’autonomie politique et économique variable. 

 

La Russie est un mystère qui fascine et attire. Fort de la présence d’une multitude de sites touristiques, le pays a vu sa population de voyageurs augmenter de manière exponentielle depuis les années soviétiques. D’abord grâce à un tourisme national, mais également au travers d’un tourisme international. Le pays compte 23 sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO et nombre de voyageurs se pressent dans les vieilles villes de l’anneau d’or (8 cités-états fortifiés au bord de la Volga : Serguiev Possad, Pereslavl-Zalesski, Rostov Veliki, Iaroslavl, Kostroma, Ivanovo, Souzdal et Vladimir), au lac Baïkal, ou dans les villes de Saint-Pétersbourg et de Moscou. C’est dans cette dernière que nous avons posé nos valises pour une découverte de ses incontournables.

Mais, avant de partir, il est nécessaire en tant que résident européen, de demander un visa, le pays n’en délivrant pas à ses postes-frontières. S’il n’est pas compliqué d’obtenir un visa russe, il est néanmoins nécessaire d’avoir une organisation minutieuse sous peine de voir son dossier rejeté.

Russie 24

Comment effectuer sa demande de visa pour la Russie ?

Plusieurs types de visas sont disponibles pour rejoindre la Russie : le visa visite privée, le visa affaire, le visa étudiant, le visa humanitaire sport, le visa adoption, le visa transit et le visa tourisme qui va nous intéresser dans cet article.

Depuis quelque temps, les citoyens Français et ceux originaires de 52 pays, dont l’Union européenne peuvent visiter Saint-Pétersbourg, Kaliningrad et la région de Léningrad (oblast comprenant la ville de Saint-Pétersbourg) en choisissant la voie du visa électronique.

Pour l’obtenir, il suffit de remplir une demande de visa en ligne sur www.electronic-visa.kdmid.ru et de télécharger votre photo d’identité. Aucun autre document n’est nécessaire, et le visa est délivré gratuitement dans un délai de 4 jours.

Le visa est valable pendant 30 jours à partir de la date de délivrance et donne droit à une visite de la région choisie d’une durée allant jusqu’à 8 jours.

Pour le reste du pays, l’ambassade de Russie a confié la gestion des visas à la société VFS  situé au 17, AVENUE GEORGE V, 75008 PARIS,
site  internet www.vfsglobal.com/Russia/France/, tel. +33 1 84 88 97 73

Néanmoins, les demandeurs peuvent effectuer le dépôt de leur dossier directement dans un des consulats de Russie.

 

Consulat de la fédération de Russie à Strasbourg
Place Sébastien Brant, 67000 Strasbourg
Tel. : +333.88.36.73.15         Fax: +333.88.35.34.81
Site: http://www.strasbourg.mid.ru/

Consulat de la fédération de Russie à Marseille
3, avenue Ambroise Paré   13272 Marseille
Tel. : +334.91.76.26.79 / +334.91.77.15.25    Fax: +334.91.77.34.54
Site http://www.marseille.mid.ru/

 

Dans le but de simplifier les formalités, les demandeurs peuvent solliciter les services d’une agence agréée dans l’accompagnement de la gestion des dossiers.

Valable 30 jours, le visa touristique russe pour une entrée coûte 30 euros ; pour deux entrées, il passe à 35 euros. Il est possible de le recevoir en moins de 3 jours pour la somme de 70 euros.

Afin d’effectuer le dépôt de son dossier, il est nécessaire de ne pas faire d’erreur sous peine de voir sa demande rejetée. Ainsi, toute personne requérant au visa russe doit fournir les pièces suivantes :

– L’original du passeport valable 6 mois après la date de départ et contenant deux pages blanches vierges successives ;
– Une photocopie de la page biométrique du passeport ;
– Le formulaire de visa dûment complété et signé ;
– Une invitation correspondant à un Voucher, stipulant les endroits dans lesquels vous allez dormir. Plusieurs manières d’obtenir ce voucher sont possibles. Certains hôtels s’en occupent à votre place lors d’une réservation ou certaines sociétés peuvent vous facturer ce service pour la somme de 25 euros ;
– Une photographie d’identité en couleur correspondant aux normes édictées par l’ambassade de Russie (3,5 x 4,5 cm prises sur un fond clair pour que les traits soient reconnaissables et contrastent avec le fond ; la qualité doit être claire et avec le visage au point. La photo doit être imprimée sur papier photographique normal (impression appareil photo) et le visage doit être complet, sans sourire (sans lunettes de soleil, chapeau / casquette ou autre couvre-chef, sauf si le demandeur porte de tels articles en raison de ses convictions religieuses ou de son origine ethnique)) ;
– Une attestation d’assurance couvrant les frais médicaux à hauteur minimum de 30 000 euros et les éventuels frais de rapatriement.

Si de nombreuses assurances existent pour couvrir les déplacements en Russie, certaines d’entre elles proposent des garanties optimales pour une cotisation raisonnable. Ainsi, Allianz Travel, noté 4,7/5 par les clients de la base de données eKomi, est la société leader de l’assurance voyage. Pour des durées de voyage inférieures à 2 mois consécutifs, il est possible de souscrire une assurance à partir de 12 euros par mois (cotisation annuelle pour une assurance multi-voyages) ou à partir de 19 euros par mois (cotisation mensuelle pour une assurance vacances).

Les garanties proposées par Allianz Travel, forte de ses 70 années d’expérience dans l’assurance voyage, couvrent l’annulation de voyage, l’assistance médicale, l’avance et la prise en charge des frais médicaux à l’étranger, la couverture bagage et effets personnels, le vol manqué, le retard de transport, le rachat de franchise d’un véhicule de location et la responsabilité civile vie privée à l’étranger.

passeport

L’arrivée à Moscou

Après quatre heures de vol en provenance de Roissy Charles-de-Gaulle, avec la compagnie russe Aeroflot, pour un coût de 300 euros le billet aller, le commandant de bord nous informe de notre arrivée imminente à Moscou ou du moins à l’aéroport international de Cheremetievo, qui se trouve à quelques kilomètres de la ville.

Un atterrissage plus loin au cœur de la nuit moscovite, nous franchissons les contrôles de sécurité où un policier de l’air et des frontières nous adresse un cordial : « Dobro Pozhalovat (Bienvenue)». Nous récupérons nos bagages et quittons l’aéroport à la recherche d’un taxi bien disposés à nous conduire à notre guest house dans un quartier proche du centre-ville. Étant donné l’heure tardive, aucun bus ni aucun train n’est disponible pour nous conduire à bas coût dans le centre ; nous devons nous rabattre sur un chauffeur de taxi, avec lequel nous négocions difficilement la somme de trente euros pour le trajet.

Il nous faut bien trente minutes pour rejoindre le centre…et ce alors que la circulation est fluide. Épuisés par le voyage, nous ne nous lassons pas cependant de découvrir la ville de Moscou dont les lumières vives défilent dans la nuit, donnant aux différentes rues que nous traversons, une teinte dorée perforant la couleur noire ambiante.

Lorsque nous arrivons aux abords de la guest house dans laquelle nous avons réservé une nuit pour la somme modique de 15 euros, petit-déjeuner compris, nous parvenons, après avoir sonné à de nombreuses reprises à ce qui semble être une sonnette ou du moins, y ressemblant, à être accueillis par une jeune femme, la trentaine : Svetlana, qui nous conduit à notre chambre.

Tombant de fatigue, nous ne faisons pas attention au cadre ambiant de cette pièce au confort sommaire, mais suffisamment accueillante pour nous permettre de plonger dans les bras de Morphée.

Le lendemain matin, après une courte nuit salvatrice et revigorante, nous avalons un petit-déjeuner simpliste et pouvons prendre le chemin menant vers le centre de Moscou. Durant le repas, malgré la gentillesse de la famille qui nous a rejoint, nous sommes frustrés de ne pas pouvoir communiquer, Svetlana et ses proches ne parlant que le Russe. Néanmoins, au travers de larges sourires, nous pouvons percevoir la gentillesse qui émane de nos hôtes.

Il est sûr qu’en Russie, et plus particulièrement dans le centre de Moscou, nous aurions pu trouver des chambres dans des établissements de meilleure qualité, pour un prix avoisinant les 60 euros pour des quatre étoiles et près de 150 pour les palaces. Mais, plonger en immersion dans un environnement étranger par l’intermédiaire d’une famille locale est hautement plus enrichissant…quand bien même, le dialogue…est disons… difficile.

Russie 20

L’architecture emblématique de la ville

Nous sommes guidés difficilement pour rejoindre la place rouge de la ville et accessoirement, lieu mythique de la capitale russe. Au fur et à mesure de notre avancée, nous découvrons l’architecture russe, facilement reconnaissable au travers de hauts immeubles à la conception soviétique. Alors que nous apercevons l’hôtel Ukraine, nous ne pouvons pas nous empêcher de lui trouver de nombreuses similitudes avec les autres bâtiments importants de la ville : immeuble d’habitation de la berge Kotelnitcheskaïa, bâtiment du ministère des affaires étrangères, tour du ministère soviétique de l’industrie lourde, palais du triomphe, hôtel Leningrad, pour ne citer qu’eux, mais qui possèdent tous une façade de couleur claire donnant à la tour centrale, l’aspect d’une flèche perforant le ciel. Ils font partie pour certains d’entre eux d’un vaste ensemble de gratte-ciels staliniens surnommés : « Les sept sœurs de Moscou »

Il nous faut bien trente minutes de marche au milieu de quartiers résidentiels pour apercevoir la Moscova, qui nous donne un panorama magnifique à la fois sur le Kremlin et sur la place rouge, elle-même nécessitant encore une dizaine de minutes de marche pour être rejointe.

Russie 23

La cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux

En arrivant aux abords de la place rouge qui se dessine devant nous, nous sommes subjugués par la beauté de la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux dont le point culminant de l’édifice s’élève à 65 mètres de hauteur. Bariolée de mille couleurs, la cathédrale construite entre 1555 et 1561 sous le règne d’Yvan IV, connu sous le nom d’Yvan le terrible, est ornée de neuf coupoles principales chacune se distinguant des autres par une forme, des ornements et des couleurs propres et vives, symbolisant la victoire d’Yvan lors de la bataille de Kazan. Huit des chapelles honorent donc le jour saint de ces victoires :

 

  • La Pentecôte
  • Saint Nicolas de Myre
  • Le dimanche des Rameaux
  • Sainte Natalya
  • Saint Jean l’Aumônier
  • Alexandre Svirski
  • Saint Varlaam de Khoutyne
  • Saint Grégoire l’Illuminateur

 

Les chapelles dont la neuvième centrale honore l’Intercession de la Mère de Dieu, sont reliées entre elles par les fondations, la galerie latérale ainsi que par les passages intérieurs voûtés. En réalité, une dixième chapelle existe ; elle est consacrée en l’honneur de Basile le Bienheureux.

En nous approchant de l’édifice, nous pouvons admirer la construction du bâtiment en brique rouge apparente, la couleur flamboyante utilisée effaçant la couleur blanche d’origine datant de la construction.

La cathédrale est orientée à angle droit face à la place rouge qu’elle semble surplomber. L’église principale, de forme carrée, est surmontée par un octogone couronné par une coupole dorée. Quatre tours moyennes toujours de forme octogonale entourent l’église principale dans la direction des quatre points cardinaux. Ces tours sont séparées par quatre petites tours donnant à l’ensemble une forme d’étoile à huit branches.

Les entrées s’achètent directement à la cathédrale. Elles peuvent également être acquises en ligne: https://tickets.shm.ru/en/#id=1. L’entrée coûte 700 roubles pour les citoyens étrangers (1200 roubles avec audioguide). Les enfants et adolescents de moins de 16 ans ne paient pas l’entrée.

Russie 27
Russie 28

La place rouge

Il ne nous faut pas longtemps pour rejoindre la place rouge, qui se dresse fièrement face à nous. Autrefois occupée par les faubourgs de la forteresse du Kremlin, à la suite du grand incendie de 1493, les habitations ne furent pas rebâties et la place Rouge devint un lieu de commerce et le théâtre de grandes manifestations telles que le couronnement des tsars.

En avançant vers le cœur de la place, nous sommes attirés irrésistiblement par la dualité entre le blanc des façades du côté est et l’ocre des remparts côté ouest.

La place est une grande esplanade rectangulaire bordée au sud par le Kremlin et au nord par le magasin Goum. À ses extrémités est et ouest se trouvent la basilique de Basile-le-Bienheureux et le musée d’Histoire reconnaissable grâce à ses portes de la Résurrection. Au milieu, contre la muraille du Kremlin se trouve le mausolée de Lénine, embaumé après sa mort. Au centre de la place se trouve la place des Crânes qui autrefois servait à la proclamation des décrets.

Nous nous asseyons sur un banc et profitons d’un temps agréable afin de pouvoir admirer les passants qui s’évertuent à se faire photographier sous tous les angles sur la place. Face au mausolée de Lénine, une longue queue commence à se constituer ; il faut dire que l’entrée y est gratuite. Néanmoins, il y est interdit d’y prendre des photographies.

Russie 31
Russie 29
Russie 39

Le quartier Kitaï Gorod

Juste à côté de la place rouge, le quartier Kitaï Gorod prolonge cette découverte du cœur de la ville. Quartier le plus ancien de Moscou, il possède de nombreux monuments représentatifs de l’architecture russe, quand bien même les boutiques anciennes présentes ont été progressivement remplacées par des magasins de luxe.

Les rues aux alentours du quartier possèdent un charme indéniable et il est facile d’y découvrir de petites églises orthodoxes nichées entre des immeubles d’habitation. La rue Varvarka en est l’une d’entre elles. Ainsi que la rue Nikolskaya, malgré son côté plus moderne.

Alors que nous découvrons des petits vendeurs de rue qui ont pris position aux alentours de la place pavée, nous rejoignons après être passés devant la flamme de soldats inconnus, le Kremlin dont nous apercevons les sommets de plusieurs cathédrales.

 

Le Kremlin

Le Kremlin qui accueille la résidence du président de la Russie comporte également de nombreux bâtiments qui se visitent à l’exception des bâtiments d’état. Les principales attractions du Kremlin se trouvent sur la place des Cathédrales.

Après avoir effectué l’achat de notre ticket d’entrée de la place des cathédrales, nous découvrons sur notre gauche, gardée par plusieurs militaires, le palais dans lequel se trouve Vladimir Poutine, le président de la Russie. Mais, nous continuons notre chemin pour nous arrêter devant le Tsar Kolokol, une immense cloche et un peu plus loin, le Tsar Pouchka, un canon de près de 38 tonnes devant lequel, un couple de touristes chinois se prend en photo.

Russie 72
Russie 74

Nous sommes surpris de découvrir tout autour de nous, plusieurs cathédrales magnifiques d’un blanc cassé qui ressort grâce aux dorures de leurs sommets. Nous démarrons notre visite par la cathédrale de la Dormition, bâtie entre 1475 et 1479. A l’intérieur, de nombreuses gravures marquent l’ostentatoire des décorations des édifices orthodoxes.

Russie 52

La cathédrale élève Moscou au rang de siège de l’église orthodoxe russe ; elle est la première église en pierre de la ville qui offre aux visiteurs la possibilité de découvrir une célèbre collection d’œufs de Fabergé.

La suite de notre visite du Kremlin nous emmène à la cathédrale de l’Annonciation, construite en 1489 ; alors que nous effectuons quelques photos de l’intérieur, un gardien s’approche de nous afin de nous exhorter à ne pas en prendre ; nous rejoignons le sous-sol dans lequel se trouve le Musée des trésors et des antiquités du Kremlin pour échapper à sa surveillance.

La cathédrale de l’archange Saint-Michel abrite quant à elle 46 tombeaux des princes de Moscou et des premiers tsars de Russie. Construite en 1598, elle émerge naturellement de la place au travers de sa grande taille. Son clocher offre un magnifique panorama sur la ville. Nous terminons notre visite du Kremlin par la découverte de l’église de la déposition de la robe de la vierge, dans laquelle nous prenons le temps de nous détendre, la température extérieure commençant à frôler les 40 degrés.

Il est possible de visiter le Kremlin tous les jours, sauf le jeudi. La Place des Cathédrales se visite librement de 10H à 17H et la billetterie est ouverte de 9H30 à 16H.

Le Palais des Armures est ouvert de 10H à 18H avec 4 sessions de visites qui commencent à 10H, 12H, 14H30 et 16H30. Les visites du clocher d’Ivan le Grand et son musée ont lieu à 10H15, 11H15, 13H, 14H, 15H et 16H. Les tarifs pour visiter le Kremlin sont de 500 roubles, soit 6,8 euros pour la place des cathédrales et 700 roubles, soit 9,5 euros pour le palais des armures. Les enfants de moins de 16 ans sont exemptés de paiement.

Russie 66
Russie 54
Russie 55

Le musée des beaux-arts Pouchkine

Premier musée d’art étranger à Moscou, le musée expose une grande collection d’œuvres européennes dont des chefs d’œuvre de la renaissance italienne.

Le musée possède des œuvres de Gauguin, Cézanne et Picasso et compte dans sa collection plus de 650 000 pièces. L’entrée est de 300 roubles et si les photos sont tolérées, le flash et autres trépieds sont interdits, dans un souci de préservation des œuvres.

 

Le musée de la guerre froide ou Bunker 42

Non loin de la place de Taganskaya, un autre musée attire en nombre les visiteurs : le musée de la guerre froide qui se trouve dans un bâtiment dont la porte d’entrée mène vers un ancien centre secret de communication, utilisé durant la guerre froide. Le bunker 42, autrement surnommé bunker Tagansky a été conçu pour servir de centre de communication en cas d’attaque nucléaire américaine.

D’une surface de 7000 mètres carrés, il est situé à 60 mètres sous la terre ; il est rejoint par un ascenseur qui après quelques minutes de descente, permet aux visiteurs d’être accueillis au travers de la projection d’un film d’époque sur l’histoire de la guerre froide.

Les visiteurs guidés peuvent découvrir ensuite dans une ambiance sobre mais anxiogène, les quatre blocs souterrains desquels émergent les bruits de circulation des trains de la capitale.

 

La cathédrale du Christ-Sauveur

Il est temps pour nous de rejoindre après une vingtaine de minutes de marche, la cathédrale la plus connue de la ville : la cathédrale du Christ-Sauveur, construite entre 1839 et 1883 et achevée en 1997.

Église cathédrale de la ville et siège du patriarcat, détruite par Staline en 1931 qui souhaitait y implanter à la place un palais des soviets, elle fut reconstruite à l’identique entre 1995 et 2000.

Nous franchissons un pont pour nous retrouver face à l’édifice, construit selon les traditions architecturales russes, sur le modèle des cathédrales du Kremlin. Le dôme principal représente le Christ et les quatre dômes mineurs l’entourant sont surplombés de feuilles d’or. Ils symbolisent les quatre apôtres évangélistes.

La façade sculptée de la cathédrale est en marbre blanc, ce qui lui donne un côté immaculé. La forme cubique de l’édifice représente le royaume céleste.

Nous entrons à l’intérieur gratuitement et découvrons un autel situé dans le sanctuaire et orienté vers l’est. L’abside représente la caverne de Bethléem, lieu de naissance de Jésus-Christ situé en Palestine. L’intérieur sobre est accentué par des fragments conservés des hauts reliefs de la cathédrale d’origine.

Russie 81

Le parc Gorky

Après avoir dépassé l’île Bolotny dans laquelle il est intéressant de se balader pour y découvrir une ancienne usine et des restaurants, nous continuons notre route en dépassant quelques sculptures représentant des arbres dont les feuilles ont été remplacées par des cadenas.

En vingt minutes, nous arrivons au parc Gorky en longeant la rivière Moskova ; grâce à des sortes de petits bateaux, il est possible d’y effectuer une mini-croisière.

En arrivant dans le parc, surplombé par une grande porte ouverte sur l’extérieur, nous apercevons de nombreux locaux s’adonnant à des activités de plein air ; alors que les enfants jouent au ballon, un sportif d’une quarantaine d’années court par petite foulées et une femme pousse un enfant en bas âge dans une voiture semi-motorisée.

Nous achetons une glace également après avoir patienté quelques minutes, le temps que le vendeur ouvre un carton de cornets encore emballés dans leur sachet plastique.

Russie 91

Le café Pushkin

Dans la soirée, nous rejoignons sur le boulevard Tverskoy, le café Pushkin, un des établissements les plus en vue de la ville. Construit en 1999, le café se situe dans une maison traditionnelle russe.

Lorsque nous entrons à l’intérieur de ce lieu mythique, nous sommes accueillis par une serveuse qui nous place dans une grande salle, tout de bois vêtue. Nous sommes placés à notre table, décorée finement d’une nappe verte. Nous commandons une soupe de poisson et en plat principal, une pièce de bœuf, le tout arrosé, bien entendu de vodka.

Nous prenons le temps d’admirer les centaines de livres présents dans les bibliothèques utilisées comme éléments de décor.

 

Le palais Kolomenskoye

Le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil dans notre guest house, nous rejoignons en taxi, le palais Kolomenskoye, situé dans un parc éponyme, à quelques minutes de route du centre-ville.

La promenade que nous effectuons dans le parc nous galvanise. Vert et accueillant, il nous permet de quitter la frénésie de la capitale pour nous ressourcer dans une campagne proche, un semblant d’ilot de calme au cœur d’une ville tumultueuse.

Nous découvrons ainsi le palais en bois du tsar Alexis, mais également quelques églises, dont celle de l’Ascension, la plus vieille de la ville. Et ce avant d’arriver face au palais Kolomenskoye, dont une croix orne le sommet. Si le palais est une réplique, il n’en reste pas moins un des incontournables de la ville, certains le considérant comme la huitième merveille du monde.

 

La rue Arbat

Nous retournons dans le cœur de la ville de Moscou afin d’en découvrir le centre. Nous arrivons dans la rue Arbat, une des rues commerçantes de Moscou, dans laquelle les touristes peuvent trouver des objets touristiques peu chers.

Empli de monde, le quartier commerçant de Moscou se découvre au travers de ses routes pavées de briques rouges bon marché ; l’ambiance générale est bonne et nous donne envie de flâner sans savoir où nous nous rendons. Nous sommes à notre tour séduits par le charme bohème de la ville.

Russie 92

Le musée mémorial de l’astronautique

Construit en 1984 pour honorer le programme spatial russe, le musée situé près du Centre panrusse des expositions se trouve au cœur d’un complexe qui comprend un monument unique de près de 110 mètres de hauteur et entièrement réalisé en titane, symbolisant une fusée.

Le musée expose de nombreux objets liés à Youri Gargarine, ainsi que les combinaisons originales du cosmonaute. Une réplique du premier satellite russe : Spoutnik y est également exposé. Les tickets d’entrée coûtent un peu moins de 8 euros.

 

Le théâtre Bolchoï

Après un repas pris dans un restaurant qui ne paye pas de mine aux abords de la Moscova, nous rejoignons le théâtre Bolchoï, théâtre national du pays et l’un des plus grands théâtres au monde. Le théâtre Bolchoï met à la vente de nombreux billets pour des représentations qui ont lieu en soirée à partir de 19 heures. Les prix varient en fonction des spectacles, de 100 à 4000 roubles.

Le théâtre se trouve à Teatralnaya sq 1 ; les tickets peuvent être vendus sur le site Internet : https://www.bolshoi.ru/en

Russie 102

Les autres incontournables

Étant donné que notre vol est planifié pour la fin d’après-midi, il nous est impossible de rejoindre tous les autres monuments de la ville, tant ils sont nombreux. Ainsi, sans être totalement exhaustif, il est important de ne pas louper :

 

·       Le Musée de la Vodka;
·       Le Musée juif et centre de tolérance ;
·       La Tombe du Soldat inconnu ;
·       La statue de Pierre le Grand ;
·       Le Kremlin d’Izmaïlovo ;
·       Le complexe d’octobre rouge ;
·       La tour de télévision d’Ostankino ;
·       La Galerie Tretiakov ;
·       L’université d’État Lomonossov ;
·       Le centre d’art contemporain de Winzavod.

 

Bien sûr, Moscou étant la ville des tsars et des stars, il suffit souvent de se laisser guider par son instinct et d’avancer sans se poser de questions. A chaque coin de rue, il sera possible de trouver des trésors, qu’il s’agisse de restaurants, de petits bars ou d’églises traditionnelles. Et ce sans compter les petites boutiques où malgré un accueil pouvant être perçu comme froid, l’hospitalité légendaire des russes remplace ce sentiment  trompeur, les visiteurs considérant ainsi de manière biaisée une certaine forme de pudeur comme une antipathie.

Russie 76

Le métro moscovite

Afin de rejoindre l’aéroport, nous devons prendre un métro, puis un train. Quand bien même, beaucoup de Russes ne parlent pas l’Anglais, il est facile de tomber sur une personne, qui en utilisant une simili langue des signes, nous indique la marche à suivre. Ainsi, dans le même temps, nous nous rapprochons à bon prix de notre destination finale, tout en découvrant une des merveilles de la ville : le métro moscovite.

Une fois nos tickets en poche, nous découvrons à la différence de nombreux métros d’Europe, un endroit empli de stations de charme que Staline nommait : « les palais des peuples ». Nous avançons dans un couloir constitué de marbre qui semble donner l’impression du hall d’un musée. Tout n’est que finesse et volupté. Les stations sont propres et le sol qui brille dégage une lumière flamboyante.

Pour rejoindre notre station, nous sommes portés par un escalator qui nous permet de nous enfoncer dans les entrailles de la terre, avant de rejoindre un quai d’une beauté inégalée. Sur le plafond, des lustres fantaisistes. Nous n’avons pas le temps de les admirer que le train arrive à l’heure. Nous quittons ainsi la ville qui nous a enchantés le temps d’un Week-end.

Russie 106

Le bilan

Moscou fut pour nous une révélation tant la ville a à offrir. Facile d’accès, elle comporte des monuments faisant partie des plus mythiques de la planète. Les Russes sont, contrairement à ce que d’aucuns prétendent, chaleureux et enclins à l’entraide, même si la discussion peut dans certains cas…être limitée.

Pour voyager en Russie, il est essentiel de posséder une bonne assurance, les soins pour les étrangers sont chers et un accident peut être vite arrivé. Pour preuve lors de notre visite de la ville, à peine avons-nous quitté le pays que nous découvrons à la télévision un déraillement d’un des trains du métro juste à l’endroit où nous nous trouvions, l’accident ayant été évité de justesse. La catastrophe fit  plusieurs morts ainsi que plusieurs dizaines de blessés, dont certains gravement.

Lorsque nous avons été contactés pour parler de l’assurance voyage proposée par Allianz Travel, nous avons immédiatement accepté cette collaboration, car s’il existe de nombreuses sociétés d’assurance, certaines d’entre elles proposent des garanties qui ne sont pas adaptées pour le voyage. Ce qui n’est pas le cas d’Allianz Travel, puisque la structure propose pour des prix abordables, une couverture performante. Ainsi, bien couverts, vous pouvez vous aussi vous plonger dans la capitale des Tsars.