Arras, une ville authentique au patrimoine culturel important

Dans la continuité de notre découverte du Pas-de-Calais, après les villes de Calais, Boulogne et Lens, il était nécessaire de découvrir le secteur d’Arras, chef-lieu du département qui possède un patrimoine architectural riche. Nous avons passé plusieurs jours dans la ville et ses alentours afin de pouvoir vous présenter sa culture et ses spécificités.

Département français, qui doit son nom au pas de Calais c’est à dire, le détroit qui sépare la France de l’Angleterre, le Pas-de-Calais est un département du Nord du pays qui a pour préfecture Arras et qui possède le code départemental 62.

Au sein de ce département, la ville d’Arras est un centre culturel très important avec une ergonomie un peu similaire aux grandes villes du Nord de la France et de la Belgique. Un hôtel de ville dont le beffroi surplombe la ville, des grandes places, une identité territoriale forte et des architectures facilement reconnaissables.

Mais contrairement à ce que d’aucuns pourraient penser, Arras en est également le centre politique, tout en restant à taille humaine, puisque du fait de ses 41 000 habitants, elle en est seulement la troisième municipalité la plus peuplée.

Historiquement, Arras était sous l’Ancien Régime la capitale de la province d’Artois, un grand centre religieux et une cité prospère connue pour ses fabrications drapières. Ville universitaire, elle est devenue aujourd’hui une cité dynamique et prospère avec une population constituées à 33 % de jeunes de moins de 25 ans.

La ville est connue pour ses deux magnifiques places baroques, son beffroi et sa Citadelle, tous deux classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Avec 225 édifices protégés au titre des monuments historiques, Arras est la ville avec la densité de monuments la plus importante de France.

Pour effectuer ce voyage, nous avons été beaucoup aidés par Marion du Pas de Calais tourisme, dont le siège se situe route de la Trésorerie – 62126 Wimille ; différentes informations peuvent être trouvées sur le site Internet : https://www.pas-de-calais-tourisme.com/fr/homepage/

Sarah, de l’office de tourisme de Lens-Liévin nous a également grandement aidé dans l’élaboration de ce voyage et joue un rôle important dans les visites de la ville. L’office de tourisme se trouve à l’hôtel de ville, place des héros ; il est joignable au 03 21 51 26 95 ou sur le site Internet : L’Office de Tourisme d’Arras

Pour découvrir plus en profondeur le récit photographique complet de notre voyage, n’hésitez pas à vous rendre sur le lien suivant : France Pas-de-Calais De Lens au Touquet – Hors Frontières

Nous avons également pour ce voyage, travaillé en collaboration avec la Sanef, qui souhaite développer le tourisme local, dans des territoires authentiques. Plus d’informations sont disponibles sur le site de l’entreprise. Vous pouvez retrouver le résultat de cette démarche sur le profil Instagram de la société.

478 France Pas de Calais

L’anneau de la mémoire et la nécropole Notre-Dame-de-Lorette

 

En provenance de la ville de Lens, nous ne sommes pas encore entrés sur le secteur d’Arras, mais nous nous devons de faire un arrêt dans la ville d’Ablain-Saint-Nazaire afin de découvrir l’Anneau de la Mémoire et la nécropole Notre-Dame-de-Lorette qui se trouvent dans un même ensemble sur la D58E3, Chemin du mont de Lorette.

Sur la route qui mène à la ville d’Arras, nombreux sont les témoignages de la première guerre mondiale. Les nécropoles et les monuments aux morts ont fleuri un peu partout, mais aucun d’entre eux ne possède la grandeur…même si dans ce cas il est difficile d’utiliser des superlatifs… cette place forte du souvenir mémoriel.

Après avoir garé notre véhicule sur un grand parking, nous apercevons de loin un grand ossuaire, surplombant des centaines de tombes, vers lequel nous nous dirigeons.

Inaugurée en 1925, il commémore les milliers de combattants morts sur un des champs de bataille les plus disputés du département entre octobre 1914 et septembre 1915. Environ 45 000 combattants y reposent, dont la moitié dans des tombes individuelles. Le site, comprenant le cimetière, la basilique, la tour-lanterne et le musée a une superficie de plus de 25 hectares. C’est la plus grande nécropole militaire française.

339 France Pas de Calais
345 France Pas de Calais

A l’entrée, plusieurs hommes en costume nous accueillent, armés d’un grand sourire : il s’agit des gardes d’honneur de la nécropole, qui depuis 1925 se relaient chaque jour qui passe, pour conseiller les visiteurs et préserver les lieux.

350 France Pas de Calais
351 France Pas de Calais

Dès la construction de la nécropole, il s’est avéré nécessaire de mettre en place un service d’ordre afin de canaliser les foules considérables. En ce sens, un groupe indépendant : « Les fidèles servants de Notre-Dame de Lorette » a été créé. Le 9 juillet 1927, la Garde d’honneur est officiellement fondée, devenant partie intégrante et essentielle de l’Association du monument de Notre-Dame de Lorette.

La Garde est organisée en vingt-deux groupes, rattachés aux communes entourant la nécropole et regroupant les Gardes d’honneur des environs. Près de 4000 membres sont présents au sein de l’association dont un peu moins de 100 femmes.

Les gardes nous expliquent le fonctionnement de l’association et nous expliquent que chaque jour, au moins un des gardes doit répondre présent pour la surveillance du site ; il s’agit avant tout d’un devoir patriotique.

352 D France Pas de Calais

Nous découvrons tout d’abord l’ossuaire, dont les cendres de juifs décédés à Auschwitz reposent ; la salle principale est gardée par deux gardes âgés qui nous conseillent de nous rendre à l’étage afin de visiter le petit musée crée et dans lequel reposent des effets personnels de victimes.

358 France Pas de Calais
360 France Pas de Calais

Nous visitons ensuite la chapelle, majestueuse dont les vitraux rayonnent grâce aux rayons de soleil qui se projettent contre. Nous profitons de ce moment pour nous recueillir, avant de rejoindre l’extérieur et continuer notre discussion avec les gardiens de ce Temple de la mémoire.

373 France Pas de Calais
377 France Pas de Calais
372 France Pas de Calais

La maison d’hôtes Les Clés des places

 

Dans le centre d’Arras, nous rejoignons la maison d’hôtes :  Les Clés des Places qui se trouve au 7 Rue du Puits Saint-Josse, 62000 Arras. Les réservations peuvent se faire au 06 14 17 23 13 ou sur le site Internet www.lesclesdesplaces.fr

La propriétaire que nous rejoignons dans sa demeure nous accompagne dans la maison d’hôtes voisine ; nous découvrons un grand immeuble comprenant une salle de vie ainsi que des chambres à l’étage ; nous avons la chance de dormir dans une des plus grandes chambres de la maison, une chambre découpée en deux étages : la chambre parentale en bas et la chambre des enfants en duplex.

La décoration est fine, agréable à l’œil. Les couleurs des murs ne sont pas agressives ; l’endroit au calme appelle à la sérénité et à la détente. Au rez-de-chaussée, une petite terrasse ouverte sur l’extérieur permet de prendre l’air.

 

Le restaurant bistronomique Le p’tit Démon

 

Nous rejoignons le centre-ville…ou plus précisément, le cœur de la place des héros, le secteur touristique surplombé par l’hôtel de ville, afin de rejoindre le restaurant le P’tit Démon, qui se trouve au numéro 9. Les réservations peuvent se faire au 03 21 07 96 06.

Nous faisons la connaissance de Nathalie, la propriétaire qui nous plaît immédiatement. Espiègle et prévenante, son sourire rayonne et nous donne envie d’en savoir plus sur elle et son établissement, considéré comme un des meilleurs de la ville : « Lorsque j’ai repris cette affaire, le nom du restaurant comprenait le mot ange. Comme je n’en suis pas un, j’ai décidé de l’appeler le p’tit démon »

En quelques mois d’existence, Nathalie est parvenue à se faire un nom dans la restauration locale en proposant des produits frais, achetés en circuit court et à les sublimer en les cuisinant de manière fine et efficace.

Les plats qui nous sont servis ne la font pas mentir ; les portions sont généreuses et les prix sont optimisés au maximum. L’ambiance du restaurant est excellente et pour ne rien enlever à ce packaging, l’emplacement du restaurant juste en face de l’hôtel de ville au cœur de la place abandonne les clients dans un univers aéré et dynamique.

Les huitres qui nous sont servies ont été récoltées le matin-même et les côtelettes d’agneau sont grillées à point, accompagnées de pâtes fraiches. Le dessert vient clore ce festin royal. Nous passons une soirée excellente, accompagnés de Nathalie qui donne de sa personne pour faire en sorte que ses convives soient aux anges.

Mais, en fin de soirée, difficile de partir, lorsque les enfants sous le charme de cette femme au grand cœur en sont éperdument attirés ; la négociation est terrible pour pouvoir enfin rejoindre la maison d’hôtes et profiter d’un repos nécessaire pour la journée du lendemain qui s’annonce intense.

410 France Pas de Calais
414 France Pas de Calais

 L’hôtel de ville d’Arras

 

Quelques heures plus tard, et après un petit-déjeuner galvanisant, nous sommes de retour sur la place pour une visite de l’hôtel de ville en compagnie d’une des guides de l’office de tourisme. La visite coûte 4,30 euros pour les adultes et 3,10 euros pour les enfants.

Dans le hall d’entrée, la découverte de quatre statues géantes représentant les géants du Nord, protecteurs de la ville et utilisés lors des fêtes et des carnavals nous donnent cette sensation de petitesse.

449 France Pas de Calais

Les statues sont le symbole de la ville. Mais, de symboles, l’hôtel de ville en possède d’autres, dont des salles exceptionnelles, tout de bois, travaillées. Sur les murs, des fresques séculaires dont une exposée dans la salle des fêtes qui comprend plusieurs centaines de personnages que nous nous amusons à repérer.

463 France Pas de Calais

Si l’hôtel de ville sert aujourd’hui aux réceptions, à la réunion du Conseil municipal et aux mariages, il n’accueille plus le personnel de la mairie qui a été délocalisée dans un bâtiment des années 1970, pour le plus grand désarroi de son personnel, qui s’il avait le choix préfèrerait arpenter les couloirs de ce bâtiment séculaire.

462 France Pas de Calais

Le centre-ville d’Arras

 

La place des héros ressemble à s’y méprendre aux places présentes à Lille ou à Bruxelles. Par ailleurs, Arras, ainsi que de nombreuses villes du Nord de la France et de la Belgique trouvent pour origine commune à ces places, le déroulé des marchés quotidiens, les sites ouverts étant des lieux de vie et de regroupement populaire.

La place des héros permet ainsi de rejoindre la Grand-Place, très étendue mais cependant un peu plus impersonnel que sa petite sœur. Les façades travaillées des immeubles donnent cependant à l’ensemble, un côté unifié intéressant.

D’une superficie de 17 664 mètres carrés, la Grand-Place mesure 184 mètres de long pour 96 mètres de large.

La place est entourée de 155 maisons marquées par l’influence du style baroque flamand dans une architecture classique à la française. A l’instar de la place des Héros, l’influence flamande est visible au travers des pignons à volutes donnant sur la place, ainsi que les arcades soutenues par 345 piliers. Ces façades forment un ensemble très régulier et homogène du secteur.

477 France Pas de Calais

En effectuant quelques mètres, nous rejoignons la cathédrale, qui se dresse majestueusement et surplombe la ville. Cathédrale catholique de style classique édifiée à partir de 1778 à Arras, selon les plans de l’architecte Pierre Contant d’Ivry, elle fut inaugurée comme cathédrale en 1848, après avoir été donnée par Napoléon en 1804 en remplacement de l’ancienne cathédrale Notre-Dame-en-Cité, détruite sous la Révolution.

De style classique, elle mesure 116 mètres de long, avec un transept de 56 mètres. La largeur de chaque transept de 28 mètres est la même que la largeur de la nef et du chœur. La coupole à la travée du transept s’élève à 38 mètres. Elle est dédiée à la Vierge Marie et à saint Vaast.

488 France Pas de Calais
486 France Pas de Calais

La boulangerie pâtisserie Douceurs d’Agathe

 

La boulangerie pâtisserie Douceurs d’Agathe, qui se trouve voisine du restaurant le p’tit démon est une des meilleures de la ville et propose de nombreux produits exceptionnels ; elle se trouve 15 Place des Héros, 62000 Arras et peut être jointe au 03 21 51 46 90.

La veille, nous avons rencontré le boulanger, justement à une des tables du restaurant et nous nous sommes vu proposer la découverte de son univers de travail.

Naturellement, nous avons accepté et en ce matin, le rejoignons dans son arrière-salle. Avec méticulosité, il prépare la pâte de son pain qui se retrouve sur les meilleures tables de la ville. Une fois les baguettes constituées, il les place dans le four, tout en retirant des quiches au maroilles dont la cuisson dégage une bonne odeur de fromage dans toute la pièce.

Attirés irrésistiblement par l’odeur alléchée, nous en perdrions notre fromage si nous en tenions un dans la bouche. Nous procédons ensuite à une bonne dégustation, assis sur la terrasse extérieure de l’établissement.

434 France Pas de Calais
438 France Pas de Calais

Le beffroi d’Arras

 

D’une hauteur de 75 mètres, le beffroi de l’hôtel de ville a vu sa construction commencer durant le XV èm siècle et terminer en 1554 sur les plans de Jacques le Caron. Construit dans le style gothique flamboyant, le beffroi a été détruit puis reconstruit à deux reprises de manière identique. Tandis qu’au Moyen Âge, il avait des fonctions militaires ; de nos jours, il fait partie du patrimoine d’Arras en étant classé depuis 1840 parmi les monuments historiques et, depuis 2005, dans le patrimoine mondial de l’Unesco.

La montée au beffroi coûte 3,30 euros pour les adultes et 2,20 euros pour les enfants.  Après avoir emprunté un ascenseur, nous arpentons près de 40 marches et rejoignons l’extérieur du beffroi pour découvrir une vue panoramique à 360 degrés de la ville, qui semble rayonner jusqu’à l’horizon.

Outre la précision des sculptures du beffroi, nous pouvons admirer tous les monuments de la ville, que nous surplombons. La Grand-Place semble petite, tout comme la cathédrale. De la sorte, nous avons l’impression de tenir la ville dans nos mains.

520 France Pas de Calais
519 France Pas de Calais

De l’extérieur, l’octogonalité du beffroi d’Arras avec un soubassement carré nous saute aux yeux. De style gothique flamboyant, il comporte quarante cloches et un carillon électrique.

527 France Pas de Calais
521 France Pas de Calais

La peinture sur porcelaine Au bleu d’Arras

 

Au bleu d’Arras, qui se trouve 32 Place des Héros, 62000 Arras et est joignable au 03 21 71 17 88.  Lors de notre arrivée, une femme, la propriétaire reçoit la visite d’organisateurs de courses hippiques ; les deux hommes la saluent et viennent récupérer le plateau en porcelaine qui servira de trophée lors de la course.

Alors que les hommes souhaitent payer cet achat, la femme refuse, estimant que son don est une contribution pour le futur vainqueur. Les hommes avec lesquels elle travaille depuis des années sont les représentants d’une association locale ; un peu décontenancés par tant de gentillesse, ils l’embrassent chaleureusement et l’invitent à la manifestation, invitation qu’elle doit refuser étant donné qu’elle parte en vacance.

Nous avons la chance de la croiser avant son départ, car il s’agit d’un lieu unique dans la ville. Dernière peintre sur porcelaine de la ville, elle effectue son art depuis plusieurs années et avec une dextérité hors du commun et sans avoir le droit de se tromper, elle continue le travail qu’elle était en train de finaliser avant notre arrivée.

Sur une porcelaine de grande qualité, elle appose les lettres commandées par des clients qui viennent de toute la France. Il faut dire que son travail unique est précieux. Peu se risquent encore aujourd’hui à peindre sur des supports en porcelaine de plusieurs centaines d’euros. Elle parvient à le faire, toujours avec entrain, toujours avec modestie, une professionnelle comme il s’en fait de plus en plus rare. Ses pièces sont des oeuvres d’art tout en étant des objets accessibles à tous.

467 France Pas de Calais
469 France Pas de Calais

L’abbaye Saint-Vaast

 

Monastère bénédictin fondé en 667 sur la colline de La Madeleine près d’Arras, où le futur saint Vaast avait coutume de se retirer, l’abbaye fonda l’un des trois premiers collèges de l’université de Douai en 1619.

Depuis 1825 les vastes bâtiments de l’abbaye abritent le musée des beaux-arts d’Arras, qui comprend de nombreuses collections.

En entrant dans le musée de l’abbaye Saint-Vaast, nous découvrons un des grands ensembles monastiques du XVIII ème siècle organisé autour de trois cours, d’un cloître majestueux et de l’ancien réfectoire des moines.

 

Exposées de manière espacée, ses collections réparties sur 6000 m² offrent un parcours exceptionnel du Moyen Âge à la fin du XIX ème siècle.

Le musée conserve une collection de plus de 32 000 objets ; en arpentant les longs couloirs de l’abbaye, nous découvrons des peintures du XVII ème siècle de l’Ecole française et des anciens Pays-Bas avec des auteurs tels que Champaigne, Vignon, Lebrun, Largillière et Rubens, ainsi qu’un ensemble unique en France de grands formats de la peinture religieuse française du XVII ème siècle, parmi lesquels figurent sept “Mays” provenant de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

497 France Pas de Calais
499 France Pas de Calais

Sur le sol, un gisant contenant de nombreux détails attire notre attention, trônant sur le sol, il suscite des réactions allant de l’émerveillement quant à la finesse de ses traits au dégout qu’il inspire.

502 France Pas de Calais

Les boves

 

En retournant à l’hôtel de ville, et après avoir découvert les hauteurs de la ville au travers de son beffroi, nous plongeons dans les tréfonds de la terre avec les boves, ces carrières de pierre calcaire, creusées à partir du X ème siècle dans les sous-sols de la ville.

Ces carrières après leur construction furent utilisées en tant que caves et entrepôts pour les marchands des places, puis elles furent utilisées en tant qu’abri pour la population d’Arras lors des bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

Ces plus anciennes carrières de la région ont, dès le X ème siècle, approvisionné en pierre les grands chantiers d’Arras. Au cours de la Première Guerre mondiale, elles furent également utilisées comme cantonnement pour 24 000 soldats britanniques engagés dans la Bataille d’Arras du 9 avril 1917.

Le billet d’entrée coûte 5,40 euros pour les adultes et 3,20 euros pour les enfants. La visite guidée réservée à l’office de tourisme de la ville dure aux alentours de 40 minutes ; étant donné qu’il peut y faire froid, il est conseillé d’emmener avec soi une veste ou un petit pull.

Il est stupéfiant de découvrir ces carrières creusées à même la roche et conservées merveilleusement bien. Sur certains murs, des inscriptions séculaires. Partout où nous tournons la tête, un sentiment claustrophobique qui disparaît rapidement avec la grandeur des souterrains, qui bien espacés de la sorte représentent une ville dans la ville.

537 France Pas de Calais

Le restaurant La Signature

 

Le restaurant La Signature se trouve petite Rue des Rapporteurs, 62000 Arras ; les réservations peuvent se faire au 03 91 20 99 48. Nous rejoignons dans une rue qui ne paye pas de mine, cette adresse nouvelle, le restaurant ayant ouvert en début d’année 2019. Nous descendons dans une salle en contrebas en compagnie du responsable de l’office de tourisme de la ville.

Le restaurant semi-gastronomique propose une carte fréquemment changée. Sur les tables, une décoration soignée et précieuse, qui se marie à l’ambiance authentique des murs en brique conservés en l’état. Les arcs voûtés des plafonds nous plongent dans un autre temps, un semblant d’anachronisme qui amène la détente et procure d’agréables sensations.

Des sensations amplifiées lorsque les plats nous sont servis. Le foie gras est maison et le suprême de poulet qui nous est servi est fondant à souhait ; il est agrémenté d’une sauce à l’abricot divine. Le dessert est un véritable régal ; l’adresse est un choix judicieux pour les amoureux de la bonne chair.

544 France Pas de Calais
545 France Pas de Calais

Le parc Cit’Loisirs

 

Le parc se trouve au bâtiment 12 de la citadelle d’Arras, Boulevard du général de Gaulle ; il est joignable au 06 38 62 96 83 ou sur le site Internet : www.cit-loisirs.fr

Différents parcours sont possibles :

Pour les plus jeunes : elfes, pitchouns, koala, p’tits loups, ouistitis et douves.
Pour les moyens : découverte et tribu.
Pour les plus grands : aventure et vitalité.
Pour les plus courageux : expert.

Les tarifs sont de 8 euros pour le pass baby, 12 euros pour le pass junior un, 15 euros pour le pass junior deux, 18 euros pour le pass ado et 22 euros pour le pass adulte.

Le parc comprend près de 2,5 kilomètres de parcours, allant de 1,5 à 14 mètres de hauteur, dont une tyrolienne géante de près de 210 mètres qui passe au-dessus des douves le long des remparts de la citadelle d’Arras.

Nous nous présentons à l’accueil et sommes encadrés par un responsable qui nous équipe ; à la différence de nombreux parcs d’aventure, le parc d’Arras possède un système unique de sécurité puisque le mousqueton ne peut jamais être retiré pour aller d’atelier en atelier. Tout passe par un système de gestion des encoches du mousqueton qui permet de franchir tous les obstacles.

Nous tentons le parcours rouge ; d’arbre en arbre, accompagnés par un des moniteurs, nous gagnons en efficacité.

Le système de sécurité mis en place, s’il se révèle un peu difficile d’utilisation dans les premières secondes devient peu à peu l’outil idéal pour avancer en toute sécurité.

La tyrolienne vient clore le parcours rouge en créant des sensations uniques, dans une citadelle classée au patrimoine mondial de l’humanité.

Le bilan

 

Arras s’est révélée être une des plus belles villes découvertes durant ce voyage dans le Pas-de-Calais. Sa Grand-Place rivalise d’ingéniosité et de grandeur avec les plus belles places du monde. L’architecture est grandiose et ravira tous les adeptes d’un tourisme culturel qualitatif.

Les commerces dans la ville sont nombreux, mais relativement discrets pour ne pas provoquer chez les visiteurs de sentiments mercantiles.

La population locale est agréable et toujours prête à rendre service. Une ville ainsi inoubliable qu’on peut arpenter en deux jours. Il convient de rajouter une journée pour découvrir les alentours qui ne manquent pas de charmes.

 

Pour découvrir plus en profondeur les autres secteurs du département, n’hésitez pas à lire l’article écrit sur le secteur de Calais : https://hors-frontieres.fr/calais-une-ville-dynamique-et-chaleureuse/

 

Pour découvrir plus en profondeur les autres secteurs du département, n’hésitez pas à lire l’article écrit sur le secteur de Boulogne: https://hors-frontieres.fr/jai-visite-nausicaa-le-plus-grand-aquarium-deurope/

 

Pour découvrir plus en profondeur les autres secteurs du département, n’hésitez pas à lire l’article écrit sur le secteur de Lens: https://hors-frontieres.fr/la-region-de-lens-decouverte-dun-territoire-qui-renait-de-ses-cendres/

 

Pour découvrir plus en profondeur les autres secteurs du département, n’hésitez pas à lire l’article écrit sur le secteur de Saint-Omer : https://hors-frontieres.fr/saint-omer-une-ville-partagee-entre-la-culture-et-le-culturel/

 

Pour découvrir plus en profondeur les autres secteurs du département, n’hésitez pas à lire l’article écrit sur le secteur du Touquet : https://hors-frontieres.fr/de-labbaye-de-belval-au-touquet-deux-des-visages-du-pas-de-calais/