Les incontournables de la Laponie Finlandaise

Friands de Noël et de paysages enneigés, nous avons choisi de découvrir la Laponie Finlandaise, dans laquelle nous avons passé plusieurs jours en novembre 2022. Nous avons visité une région riche d’activités et de paysages exceptionnels et avons fait connaissance avec les Sámi, un peuple du Grand Nord qui nous a montré toute l’étendue de leur humanité.

 

République d’Europe du Nord, la Finlande composée de 5 millions d’habitants est un pays frontalier de la Russie, de l’Estonie, de la Norvège et de la Suède. Bordée par la mer Baltique, la Finlande fait partie de l’espace Schengen et de l’Union européenne. Elle en possède même la monnaie unique : l’Euro.

Ayant pour capitale Helsinki, le pays est apprécié pour ses lacs et ses paysages naturels, dont la Laponie, une région qui se trouve au Nord du cercle Arctique.

Nous avons ainsi choisi de visiter en hivers la Laponie finlandaise, terre de Noël et des traditions du peuple Sámi. Nous avons ainsi passé plusieurs jours à en découvrir ses villages authentiques et ses forêts enneigés.

Nous avons été accueillis par un peuple généreux, enclin au partage et à l’échange, qui maîtrise à la perfection l’Anglais et qui apprécie fortement la France à qui il prête une aura inimitable.

Comme pour la Norvège, nous avons également découvert un pays où le coût de la vie dépasse bien largement les prix pratiqués en France. De l’ordre de 30 % approximativement. Si les prix des hôtels peuvent être raisonnables, en revanche, la restauration est très onéreuse. De l’ordre de 12 euros pour un kebab, 17 euros pour une pizza simple et près de 28 euros pour un plat sans fioriture.

Les activités sont tout aussi chères et il faudra généralement compter près de 150 euros pour une sortie en chiens de traineaux, un peu plus pour une motoneige.

En ce qui concerne les déplacements, il faut savoir que les routes sont fortement glacées et que les distances entre les villes, si elles ne sont pas élevées, nécessitent un temps de déplacement assez long.

Malgré ces petits points négatifs ou pouvant être considérés comme tels, un voyage en Laponie finlandaise reste incontournable pour tout voyageur qui se respecte. Outre ses étendues sauvages naturelles à perte de vue, la région compte également nombre de villes et de parcs nationaux mythiques qui permettront à tout type de voyageur d’y être émerveillé quotidiennement.

En ce qui nous concerne, nous avons atterri à Rovaniemi, après un vol de 3 heures en provenance de Bruxelles. Nous avons ensuite loué une voiture au travers d’une agence à bas coût et arpenté la Laponie, dans son sens Sud-Nord en visitant la ville de Rovaniemi et le Santa Claus village et en prenant la route vers la frontière norvégienne après avoir découvert les villes de Luosto, Ivalo et Inari dans la région des Sámi s. Nous sommes ensuite retournés sur nos pas par la route traversant la ville de Levi avant de visiter le Santa Park.

Pour découvrir le récit de voyage photographique complet de notre séjour en Laponie Finlandaise, n’hésitez pas à vous rendre sur le lien suivant : https://hors-frontieres.fr/finlande-recit-de-voyage-en-laponie-finlandaise/

Sodankylä

Commune bordée au Nord par Inari, à l’Est par Savukoski et Pelkosenniemi, à l’Ouest par Kittilä et au Sud par Rovaniemi, Sodankylä est une petite ville, mais une municipalité très étendue, si étendue qu’elle en représente la seconde du pays par sa superficie.

Il faut dire qu’à la différence de nombreux pays, si les communes au travers de leur centre ne sont pas grandes, elles sont généralement associées à des grands domaines naturels qui les étendent sur plusieurs dizaines de kilomètres, voire plusieurs centaines en ce qui concerne Sodankylä.

Le territoire de la municipalité est traversé par les rivières Kitinen et Luiro, coupées dans leur descente vers la Kemijoki par les deux plus importants lacs de barrage de Finlande : le lac Portipahta et le lac Lokka.

La ville est également traversée par La nationale E 75 qui remonte de Rovaniemi et mène plein Nord, le long de la Kitinen en direction d’Ivalo et de l’Océan Arctique.

La ville possède un petit centre constitué de restaurants, de stations-services et de commerces en tout genre en présentant une architecture urbaine similaire aux autres villes de Laponie. Avec pour différence, la présence de deux églises côtes à côtes.

L’une, ancienne, tout de bois constituée donne sur un beau cimetière. La Vanha Kirkko est l’une des plus anciennes églises en bois du pays. Elle est également un des rares bâtiments à ne pas avoir été brûlée par les Allemands durant la deuxième guerre mondiale. Construite en 1689, elle possède un tableau peint par Petter bergsström, représentant la Cène et installé au-dessus de son autel.

L’autre église est construite en pierres et date de 1859. Outre son côté touristique, elle est utilisée pour célébrer des offices. Non loin des églises, une petite statue se trouvant sur un petit parc verdoyant se laisse découvrir et apprécier.

Il faut s’excentrer et longer la rivière Kitinen pour rejoindre un site historique datant de la seconde guerre mondiale ; l’endroit, s’il ne paye pas de mine permet de découvrir les vestiges d’une sorte de bâtiment ayant été mis en place par l’armée Allemande.

Rovaniemi

Rovaniemi est située à 10 kilomètres au Sud du cercle polaire. Capitale de la province de Laponie finlandaise, sa population est de 60 653 habitants, étant ainsi la douzième ville de Finlande en se basant sur la population et la première par la superficie.

En arrivant dans le centre, nous nous rendons immédiatement dans le McDonald’s qui se trouve juste à l’entrée de la ville. Le restaurant se considérant comme le McDonald’s le plus au Nord du monde.

Après avoir déjeuner, nous parcourons le centre piéton que nous découvrons, jusqu’à une petite place agrémentée d’une belle statue.

Un peu excentré, le Lappia-talo, théâtre et centre de congrès dénote dans le paysage urbain grâce à son architecture. Ce qui est également le cas de l’église de la ville, qui semble pourfendre le ciel de son clocher surplombant un toit étendu constitué en ardoise. A l’intérieur de l’église, désigné sobrement et dans laquelle, un spectacle se prépare, une belle fresque sur le mur se lit sur plusieurs niveaux.

La ville comprend également nombre de musées : le musée régional, le musée d’art, la maison de la culture Korundi et surtout le musée Arktikum dans lequel nous nous rendons.

Situé à côté d’un centre valorisant le développement durable, le musée Arktikum est reconnaissable au travers de sa façade solennelle de couleur ocre.

La disposition du musée est particulière ; le long d’un vaste couloir découpé en deux étages, de nombreuses salles exposent les différentes caractéristiques du Grand Nord, allant de l’étude des populations, à la présentation de la faune, de la flore et du développement durable.

Dans une grande salle, plusieurs scénographies représentent des animaux empaillés plus vrais que nature, dont les cris sont diffusés grâce à des boitiers sur lesquels les visiteurs peuvent les déclencher en appuyant dessus.

Santa Claus village

Destination la plus populaire de Finlande, le Santa Claus village situé non loin du centre-ville de Rovaniemi est l’endroit incontournable à découvrir lors d’un voyage en Laponie Finlandaise.

Fraîchement descendus de l’avion, lors de notre arrivée, il s’agit de la première destination dans laquelle nous nous rendons. C’est ainsi que nous nous garons sur un grand parking et face à nous, entrons dans le premier bâtiment que nous croisons : « la Christmas house »

Nous découvrons la maison du Père-Noël, dans laquelle, nous arpentons tout d’abord des allées emplies de jouets et de décorations de Noël proposés à la vente.

Nous empruntons ensuite un petit tunnel agrémenté de dessins d’enfants avant de rejoindre une grande pièce dans laquelle nous faisons connaissance avec un des Pères-Noëls officiels du village. L’homme reconnaissable immédiatement, nous accueille avec un grand sourire. Nous sommes pris d’une émotion latente hypertrophiée en le rencontrant. Face à nous, le véritable Père-Noël que nous admirons sous toutes les coutures. Rien ne manque dans son attirail que nous voyons comme authentique. Même les chaussures en une sorte de laine travaillée semblent vraies.

Dans un Anglais parfaitement maîtrisé, il nous questionne et nous lui répondons, avec un brin de timidité. Les sujets traités sont basiques, mais assez développés pour faire plus ample connaissance avec l’homme, qui n’en oublie pas le concept mercantile en nous demandant de poser pour la photo officielle que nous achèterons pour une trentaine d’euros. Bien moins cher qu’un tour de gondoles à Venise, mais tout autant essentielle.

Une fois à l’extérieur, nous dépassons deux restaurants et un hôtel pour rejoindre l’intérieur du village ; nous admirons la cabane d’Eleanor Roosevelt qui fut considérée comme la première touriste de la ville et rejoignons le bureau de poste, dans lequel de nombreux touristes envoient des lettres partout dans le monde, estampillées du tampon de l’établissement qui y fait foi.

Derrière le bureau de poste, un point géodésique avec un panneau indicateur mentionnant les grandes capitales des pays du monde se trouve sur une ligne qui symbolise le cercle polaire Arctique ; sur cette ligne qui nous fait basculer dans le Grand Nord de l’Europe, une jeune femme asiatique s’évertue à se faire prendre en photo.

En réalité la latitude de la ligne représentée est de 66°32’37 soit environ 1’10 » au Sud du cercle polaire, soit environ 2 kilomètres de l’endroit où nous sommes. La ligne qui traverse le parc, censée le matérialiser, est inclinée d’environ 30° sur la carte. Il ne s’agit donc évidemment pas de la trace d’un parallèle, mais reste pour les touristes la possibilité de matérialiser photographiquement leur séjour. Tout un symbole !

Nous longeons cette ligne et parvenons jusqu’à la place centrale sur laquelle se trouvent plusieurs monuments et le Santa Claus office, un autre site comprenant outre un magasin, un autre bureau officiel afin de rencontrer le Père-Noël.

Un peu plus loin, dans un restaurant qui sert des Hamburgers et des pizzas, nous visitons un petit musée qui expose plusieurs véhicules à moteur utilisés en Laponie finlandaise ; le musée est gratuit.

En revenant sur nos pas, nous croisons sur un petit terrain, des enfants qui pratiquent la moto neige en effectuant des tours sur un terrain escarpé constitué de plusieurs bosses.

Aux côtés du terrain, nous rejoignons le Santa Claus Reindeer, dans lequel nous faisons l’acquisition tout d’abord d’un petit diplôme symbolisant notre franchissement du cercle Arctique.

Alors que nous apercevons plusieurs personnes autour d’un renne, nous décidons de visiter le site qui propose des nourrissages d’animaux pour la somme de quelques euros. Nous  sommes accueillis par un guide qui nous remet à tous, quelques racines servant à nourrir les rennes.

Tous ensemble, nous entrons dans un enclos où nous faisons connaissance avec les animaux qui peu farouches se précipitent pour déguster les mets végétaux proposés. Si certains sont un peu plus craintifs que d’autres, le fait de pouvoir nous approcher à ce point de ces animaux mythiques est galvanisant.

Si de nombreuses entreprises sont présentes dans le village, nous choisissons de nous rendre dans une petite hutte construite en forme de triangle afin de déguster une des spécialités les plus courues du village : le saumon cuit au feu de bois. Nous entrons dans le restaurant et outre l’odeur de bois brûlant et celle du saumon frais, nous sommes agréablement surpris de l’authenticité de l’endroit.

Nous nous asseyons et pour la somme de 25 euros, commandons un saumon qui nous est servi avec du pain et de la salade. Le plat est appréciable ; le saumon au travers de sa cuisson dégage tous ses arômes ; la chair du poisson est tendre à cœur et la peau légèrement caramélisée croque sous les dents comme une friandise. Un véritable régal !

SantaPark

Situé à Tarvantie, à quelques kilomètres de Rovaniemi, le SantaPark dédié à la magie de Noël est conçu dans une sorte d’abri anti-aérien. Lorsque nous entrons à l’intérieur, après avoir payé les 33 euros de droit d’entrée pour les adultes, nous franchissons deux grands tunnels et faisons connaissance avec plusieurs elfes qui nous accueillent avec un grand sourire et une voix nasillarde.

Le SantaPark ou  Caverne d’accueil du Père Noël se situe à proximité du centre-ville de Rovaniemi, à Tarvantie 1 au 96930 Arctic Circle, Rovaniemi.

Les billets peuvent être achetés sur le site Internet https://santapark.fi/ ; le parc peut être joint sur le 00 358 600 301 203 ou en utilisant l’email suivant : info@santapark.com

Après avoir découvert la poste fonctionnant grâce à des automates, nous rejoignons la caverne des glaces pour découvrir un grand bar entouré d’un igloo et de sculptures de glace.

Nous prenons une légère collation en assistant à un spectacle qui présente deux robots prenant vie grâce à la magie de l’amour et développons nos capacités manuelles grâce à la boulangerie dans laquelle nous agrémentons un pain d’épice et grâce à l’atelier des elfes qui nous permet de fabriquer un Père Noël, dont nous rencontrons la figure officielle peu de temps après.

En entrant dans un bureau comprenant nombre de cadeaux et une table sur laquelle, il répond aux enfants du monde entier qui lui écrivent, nous plongeons dans notre enfance en assistant à une scène émouvante durant laquelle une petite fille, larmes aux yeux lui narre sa liste de souhaits.

En le quittant, afin de nous plonger en immersion dans sa magie, nous effectuons un petit tour de train qui nous emmène sur des rails, au coeur du travail des elfes grâce à des automates plus vrais que nature.

Un tour de traineau virtuel plus tard, nous pouvons quitter le parc et rejoindre notre hôtel pour la soirée : « l’ArcticTreeHouse » un établissement cinq étoiles qui nous permet de dormir dans des chalets individuels de luxe intégrés au cœur de la forêt.

L’Arctic TreeHouse Hotel est situé à Tarvantie 1, 96930 Cercle Arctique, Rovaniémi ; Le site de l’hôtel sur lequel effectuer une réservation se trouve à l’adresse suivante : https://arctictreehousehotel.com

Des informations peuvent être demandées au 00 358 50 517 6909 ou sur le mail de l’établissement : info@arctictreehousehotel.com

Dans la soirée, nous dégustons un repas d’une qualité exceptionnel au restaurant de l’établissement : « le Raka » qui nous permet de goûter du bœuf Arctique au goût délicat et concomitamment prononcé.

Parc de Phyä-Luosto

Créé en 2005, le parc de Phyä-Luosto est issu de la fusion du parc national du Pyhätunturi et du parc de Luosto. Composé de forêts primaires et de zones humides, il comprend la gorge de Pyhakuru en s’étendant sur les communes de Sodankylä et de Pelkosenniemi ainsi que sur le territoire de la ville de Kemijärvi.

En entrant dans le parc, entourés d’une forêt dense de sapins, nous décidons de nous rendre dans une ferme traditionnelle dans laquelle nous sommes accueillis par la responsable, une femme d’un certain âge qui au volant de son quad, nourrit ses chevaux, de magnifiques animaux détonnant au sein d’une pleine enneigée.

Nous faisons également connaissance avec des vaches de l’Arctique, ainsi qu’avec plusieurs rennes. La ferme se situe à Sodankylantie 1007 98 100 Kemijani. Elle se nomme Outisen Ratsastuskeskus. Le site Internet sur lequel d’autres informations peuvent être trouvées se trouve à l’adresse : outisenratsastuskeskus.fi

En nous approchant de Luosto, nous faisons une halte au centre des visiteurs, dans lequel, une exposition nous permet d’en savoir un peu plus sur la région ; le centre comprend également un restaurant que nous testons.

Le centre se trouve à quelques kilomètres de pistes de ski.

Sur un parking à moins de trois kilomètres du centre des visiteurs, nous garons notre véhicule et décidons de découvrir le parc en effectuant malgré le froid ambiant, une petite promenade. Le long d’un ruisseau gelé, nous profitons pleinement de toute la beauté de cette forêt, dont les sommets des arbres perforent le ciel.

En repartant, au dernier moment, nous nous rendons dans une petite clairière qui comprend des statues de Noël de grande taille. Nous ne savons pas ce que ces statues représentent, mais le lieu est suffisamment mystérieux pour nous attirer.

Luosto

Composé d’un bourg qui se trouve aux abords d’une belle station de ski, Luosto est un petit village constitué de quelques maisons, dont plusieurs hôtels.

La ville comprend également une mine d’améthyste qu’il est possible de visiter. De primes abords, le visiteur qui se rend à Luosto peut s’avérer surpris de ne découvrir qu’un centre-ville de petite taille ; néanmoins, Luosto est le point de chute essentiel à une découverte de la région et à de belles randonnées dans le parc éponyme qu’il borde.

Autour de la place centrale du village, qui est en réalité le parking de l’hôtel quatre étoiles : « Lapland » dans lequel nous séjournons, Luosto entouré de belles collines est peuplé de 200 habitants, répartis dans des petites habitations en bois, au cœur d’une nature paisible, représentante de la Laponie dans ce qu’elle a de plus beau : des forêts de sapins dans des vallées recouvertes de neige en hivers qui sauront charmer le plus exigeant des visiteurs.

Inari, le lac et le musée Sámi

Inari est la commune la plus étendue de Finlande et la deuxième d’Europe par la superficie. Mais Inari est également une ville, qui à l’instar des villes lapones, ne présente que peu d’intérêts, mis à part une belle église qui se trouve un peu excentrée.

 

La ville est traversée par une nationale et comporte quelques commerces, dont des hôtels et des restaurants.

Dans la ville, le lac Inari est le troisième lac de Finlande par la taille et le neuvième d’Europe. Il est gelé six mois de l’année et possède des fjords fortement intéressants.

Après être entrés dans la ville, nous nous garons afin de pouvoir découvrir une partie de ce lac dont nous apercevons les berges de la route.

Accompagnés par un ciel de couleur rose, nous avançons sur un petit ponton de bois et découvrons quelques petites îles disséminées ici et là. En arrière-plan, une usine dont la cheminée qui émerge du paysage crache une fumée blanche intense.

Un peu excentré, le musée Siida qui se trouve au 46 Inarintie et est joignable au 00 358 40 08 98 212 possède un site Internet : https://siida.fi/en

Le musée Siida au travers d’un beau bâtiment moderne dont l’entrée est constituée de bois et de verre, abrite le musée Sámi et le centre de la nature du nord de la Laponie, le territoire ayant compté les premiers colons du Nord de la région, leur présence ayant été prouvée par des découvertes archéologiques datant d’environ 9 000 ans.

Nous entrons dans le bâtiment et sommes accueillis par une femme d’un certain âge qui nous vend les tickets pour la somme de 15 euros par adulte et 7 euros pour les enfants (de 7 à 17 ans) et nous dirige vers l’entrée du musée, symbolisé par une barrière que nous ouvrons de manière électronique en scannant nos billets. Nous arpentons un long couloir et une fois à l’étage, nous découvrons une première salle d’exposition qui présente les objets trouvés lors des fouilles archéologiques réalisées.

La deuxième pièce, d’une taille équivalente à un terrain de football nous en met plein les yeux. Sur les murs, des photos grands formats de la région à chaque mois de l’année. De nombreux costumes traditionnels du peuple Sámi sont exposés, tout comme les outils qu’ils utilisent dans ces contrées reculées.

Mais, c’est en sortant à l’extérieur que le musée dévoile tout son potentiel. La zone de 7 hectares compte près de 50 sites d’intérêt liés à la nature de la Laponie, aux Sámi s et à leur culture, au travers de la reconstitution d’un véritable village authentique.

Ainsi, les chalets ouverts au public comportent pour chacun des scènes de la vie quotidienne Sámi en mettant en avant des poupées à taille humaine vêtues d’habits traditionnels. Un régal didactique et visuel.

Lieksa

Commune très étendue qui regroupe nombre de villages et de localités pour une population totale de 12 500 habitants, Lieska appartient à la province de Finlande-Orientale et à la région de Carélie du Nord.

La ville de Lieksa se situe sur la rive est du lac Pielinen et reste le point de chute pour de nombreux visiteurs souhaitant découvrir le parc national de Koli, le parc national de Patvinsuo et le parc des rapides de Ruunaa.

La ville comporte un beau petit centre, dans lequel il est possible de visiter une église authentique.

Non loin de la ville, plusieurs monuments sont attractifs. Parmi eux, nous pouvons citer : l’église de la zone frontière de Nurmijärvi, l’église de Saint-Élie, l’église de Viekijärvi, la chapelle Saint-Nicolas de Vieki, la chapelle de la Transfiguration du Christ, le manoir de Hovila, la centrale hydroélectrique de Lieksankoski, le parc animalier Pikkukili et le chemin sur glace de Koli

Ivalo

En 1944, durant la guerre de Laponie, le village historique d’Ivalo  a été intégralement incendié par les troupes Allemandes commandées par Lothar Rendulic. Entièrement reconstruit, Ivalo offre aujourd’hui un visage moderne.

Comptant près de 3 080 habitants, et étant le principal centre administratif et commercial de la municipalité d’Inari, à l’extrême Nord de la Finlande, Ivalo possède la même architecture que les autres communes de Laponie. Intégrée dans un paysage forestier dense, la ville possède un centre doté de nombreux commerces et de restaurants, un centre traversé par la route principale qui relie Rovaniemi à l’océan glacial Arctique.

La ville possède également une belle petite plage qui entoure un grand lac dans lequel, en été, les locaux et les touristes aiment se baigner ; en hivers, le lac dont les berges constituées de sables, représentent un terrain de jeu intéressant pour les afficionados de la pêche et du patin à glace.

A proximité de la plage, la ville est dotée d’une belle église en bois, constituée d’une grande tour ; son intérieur sobre est visitable certains jours de la semaine, mais reste principalement ouvert lors de la célébration des offices.  La station de ski de Saariselkä, une des plus grandes du pays, a été construite à 30 kilomètres au Sud de la ville.

Kemijärvi

En remontant de Rovaniemi vers Luosto, nous faisons une halte dans la petite ville de
Kemijärvi, une des villes les plus septentrionales du pays. La commune est traversée entièrement par le fleuve Kemijoki et compte 20 villages, le bourg central concentrant à lui seul 60 % de la population.

La commune est assez peu vallonnée à l’exception de sa partie Nord. Elle comprend un petit centre agréable, ainsi qu’une belle église qui se situe non loin d’un pont surplombant le fleuve Kemijoki qui s’élargit pour former le grand lac Kemijärvi, dans lequel nous nous rendons.

Nous rejoignons un territoire sauvage et préservé qui nous permet au travers de la présence d’un petit ponton, de bénéficier d’une belle vue sur un autre lac voisin.

Pour rejoindre ce lac, il nous est nécessaire d’emprunter une sorte de terre émergée qui nous place entre deux portions d’eau nous donnant le sentiment étrange de flotter au-dessus du paysage.

A l’Est de Kemijärvi se trouve la petite station de ski de Suomutunturi, une station appréciée des visiteurs souhaitant bénéficier des joies des sports d’hivers mais sans le tumulte des grandes stations.

Levi

Bien différente des autres villes de Laponie, Levi qui se trouve aux pieds de la montagne éponyme est la plus grande station de sports d’hiver de Finlande et un centre de ski à portée internationale.

Levi est situé à 170 kilomètres au Nord du cercle polaire Arctique, dans la Laponie finlandaise occidentale tout en étant distante de 15 kilomètres de l’aéroport de Kittilä.

Lorsque nous entrons dans la ville, de nuit, nous remarquons immédiatement son organisation structurelle adaptée à un tourisme de montagne. Le centre que nous traversons, illuminé au travers des lumières des nombreux commerces qui bordent la route est agréable et dénote instinctivement un côté attractif.

Nous nous rendons aux pieds des pistes de ski, la ville comptant 45 pistes de ski alpin enneigées et parmi elles 17 pistes éclairées pour un total de 25 kilomètres permettant ainsi la pratique du ski nocturne. 17 pistes sont équipées d’enneigeurs, et 10 pistes particulièrement adaptées pour les enfants.

Parmi les 27 remontées mécaniques, 10 sont gratuites pour les enfants.  Levi a par ailleurs 230 kilomètres de pistes de fond, dont 28 kilomètres qui sont éclairées.

Lorsque nous descendons de notre véhicule, nous sommes entourés par un petit village de Noël constitué de chalets en bois avec au-devant, une publicité pour la marque Audi. Pour rejoindre le centre piéton, il nous faut traverser une route.

Nous sommes accueillis par une sorte de grande horloge qui marque le début de la zone piétonne constituée de restaurants et d’habitations. Des bars présents dans la ville, de la musique émerge et au travers des usagers qui fument une cigarette, la ville revêt dès la nuit tombée, ses habits de fête.

Kemi

Peuplée de 20 586 habitants, la ville de Kemi se trouve à une centaine de kilomètres sur le Golfe de Botnie, un brin de la mer Baltique.

La rue principale de la ville : la rue Meripuistokatu permet de rejoindre l’hôtel de ville, terminé en 1940 d’après les plans de l’architecte Bertel Strömmer. Les étages supérieurs de ce bâtiment de 51 mètres de haut font fonction de château d’eau. Entouré de nombreux commerces et restaurants, l’hôtel de ville a été agrandi et rehaussé d’un étage en 1967 dans lequel se trouvent un café et une terrasse panoramique.

La plus importante attraction touristique de la ville est la galerie de pierres précieuses qui contient environ 3 000 pierres, un atelier d’orfèvrerie et une documentation sur l’origine et l’entreposage de ces pierres.  Dans le port de Kemi se trouve le brise-glace Sampo, construit en 1961. Il mesure 75 mètres de long pour 17,4 mètres de large et pèse 450 tonnes. Il n’est plus en fonction et a été reconverti en luxueux bateau de croisière pouvant accueillir jusqu’à 150 personnes.

La ville compte deux églises dont la chapelle de Paattionlehto, qui présente une architecture sobre, appréciée des visiteurs.

Mais le point d’orgue de la visite de la ville reste le château hivernal de glace, considéré comme le plus grand du monde. Présentant une architecture différente chaque année, il abrite un bar, un restaurant et un hôtel.

Ruka

Quartier de la ville de Kuusamo  dans le Nord-Est du pays dans la région d’Ostrobotnie du Nord, Ruka est également le nom de la montagne d’une hauteur de 500 mètres sur laquelle a été construite une des plus belles stations de ski de la Laponie. La station de ski de Ruka est située à 26 kilomètres de la ville de Kuusamo, capitale de la région.

Dans la station de Ruka se trouve le tremplin de saut à ski de Rukatunturi, le plus grand de Finlande.

Le village de Ruka possède tous les attraits d’une station à visage humain, dont le centre situé à 291 mètres d’altitude est constitué de nombreux chalets scandinaves répartis dans différents quartiers tout autour du domaine skiable : Länsi, Masto, Vuosselin, Portti, Itä et Bistro. Le domaine skiable de Ruka est composé de six secteurs (Eturinteet, Kelo, Masto, Vuosseli, Saarua et Pessari) proposant 34 pistes (5 noires, 13 rouges et 16 bleues) dont 30 sont éclairées. Au milieu des pistes de ski de la station Ruka se dresse un petit jardin de neige comprenant des luminaires et des statues de glace.

Kittilä 

Quand bien même nombre de voyageurs parlent de Kittilä en l’associant au mont Levi, la ville en elle-même ne présente malgré une petite église, que peu d’intérêts, la ville étant constituée d’un centre de ce qu’il y a de plus commun, traversé par une grande route nationale.

Si la commune est avant tout une des plus grandes municipalités du pays, la quatrième par la superficie totale et même la troisième pour la superficie hors lac, elle reste un point central pour découvrir la région, dont le parc national de Pallas-Yllästunturi.

Kittilä possède un aéroport régional et tout son intérêt réside en la ville de Levi voisine qui regroupe à elle seule, la majorité des infrastructures touristiques du secteur.

La commune de Kittilä est bordée à l’Ouest par les communes de Kolari et Muonio, au Nord par Enontekiö et Inari, à l’Est par Sodankylä et au Sud par Rovaniemi dont elle se trouve à une centaine de kilomètres.

Parc national de Lemmenjoki

Parc national du Nord de la Finlande, le parc national de Lemmenjoki a été créé en 1956 et déclaré site Ramsar depuis 2004 pour l’intérêt de ses zones humides. Sa superficie totale est de 2 850 kilomètres carrés, ce qui en fait le plus grand parc national de Finlande et l’un des plus grands d’Europe. Il représente à lui seul 30 % de la superficie totale des parcs nationaux du pays.

Traversé par la rivière Lemmenjoki, une rivière de 80 kilomètres de long, il se situe sur le banc des communes d’Inari et de Kittilä.

Véritable paradis des amoureux de la nature, le parc est constitué de forêts primaires de pins et de marais, ses principaux sommets étant habillés de toundra. Le cœur du parc est marqué par la rivière Lemmenjoki dominée par des sommets sauvages. Les promeneurs ont la possibilité d’y croiser des orpailleurs, la particularité du parc étant d’abriter près de 36 concessions.

La faune sauvage y évolue en totale liberté :  élans, aigles royaux, chouettes lapones, ours bruns, gloutons ou loups. Elle y partage ce territoire avec les éleveurs de rennes.

Kilpisjärvi et les monts Saana et Halti  

Village le plus isolé de Finlande, à l’extrême Nord-Ouest du pays, à 105 kilomètres de Kaaresuvanto et à 180 kilomètres de Hetta, Kilpisjärvi, peuplé d’une centaine d’habitants est traversé par la route nationale 21 tout en représentant le centre administratif de sa municipalité qui englobe les monts Saana et Halti.

Le village comprend une petite église et un centre constitué de maisons en bois. Kilpisjärvi comporte deux hôtels, un centre de randonnée, une école et quelques modestes commerces et installations touristiques. Le mont Saana est un sommet des Alpes scandinaves.  Il domine de plus de 500 mètres le petit village, sur la commune d’Enontekiö.  Son altitude est de 1 029 mètres et il est coiffé d’une antenne de radio-télévision qui utilise cette position privilégiée. Le sentier qui mène au sommet depuis le village est long de 4 kilomètres.

Le sommet du mont Halti est quant à lui situé entre les communes de Kåfjord et de Nordreisa, en Norvège ; il culmine à 1 361 mètres d’altitude. Sa partie finlandaise se trouve sur le territoire de la municipalité d’Enontekiö.

Non loin du village, se trouve le cairn des trois royaumes, un monument matérialisant par un tripoint, l’intersection des frontières entre la Finlande, la Norvège et la Suède.
Le monument est appelé Treriksröset en suédois, Treriksrøysa en norvégien, Kolmen valtakunnan rajapyykki en finnois et Golmma riikka urna en same du Nord.

Le cairn des trois royaumes est situé en Laponie, sur le territoire de la municipalité finlandaise d’Enontekiö, de la commune norvégienne de Storfjord et de la commune suédoise de Kiruna. Il constitue le point le plus septentrional de la Suède et le point le plus occidental de la Finlande continentale.

Le monument en lui-même a la forme d’un dôme de béton peint en jaune, d’un diamètre de quatre mètres, placé à une dizaine de mètres du rivage du Kolttajärvi ; il est accessible par un ponton en bois après avoir arpenté un sentier de 11 kilomètres à travers la réserve naturelle de Malla, en partant de Kilpisjärvi.

Le parc national du Riisitunturi

Situé dans la partie Sud-Est de la Laponie finlandaise, sur la commune de Posio, le parc national de Riisintunturi est visité pour sa faune et sa flore unique.

Caractérisé par ses paysages composés de tourbières, de marécages et de lacs, le parc entoure le Riisitunturi, un mont lapon qui culmine à 465 mètres et qui offre une vue panoramique sur le lac Kitkajärvi, et plus à l’Est, sur la station de ski de Ruka

Le parc offre trois principaux points d’entrée : Noukavaara (au Nord), Kirintövaara (au Sud) et Riisitunturi (à l’Est) Plusieurs randonnées peuvent être effectuées, dont un trek de 29 kilomètres reliant Noukavaara à Kirintövaara. Parme les autres randonnées un peu plus rapides, citons la : « Riisin Räapäsy » (4,3 kilomètres) qui permet de découvrir les tourbières et les paysages forestiers situés non loin du lac Kitka et la : « Riisin Rietas » (10,7 kilomètres) qui permet de découvrir les sites les plus intéressants du parc autour du Tunturi.

Le parc comporte un Visitor Center, qui se situe Oulangan luontokeskus, Liikasenvaarantie 132, 93999 Kuusamo. Le centre peut être joint sur le 00 358 40 732 5615 ou par email : oulanka@metsa.fi

Vikakongäs

Non loin de la ville de Rovaniemi, aux abords d’une prairie, dans laquelle broutent des rennes sauvages, nous découvrons le site gratuit de Vikakongäs.

Face à nous, surplombant une rivière tumultueuse, le pont Ystävyyden silta nous permet de bénéficier d’une vue magnifique sur le paysage ambiant. La rivière dont les soubresauts dénotent une grande violence des eaux vient rompre le silence ambiant d’une forêt enneigée qui s’étend à perte de vue.

Un chemin prévu pour les randonnées longe la rivière. Le chemin comporte plusieurs refuges comprenant outre un abri pour les promeneurs, un barbecue adapté, avec présence de bois pour faciliter la préparation des repas. Et le tout, en libre-service.

Gold village Tankavaara

Sur la route nous menant à Inari, nous sommes attirés par un grand panneau sur lequel est inscrit : « Tankavaara », un village de chercheurs d’or. Lorsque nous entrons à l’intérieur, nous nous garons sur la place principale et découvrons outre une belle statue, une architecture unique nous transposant dans le Far-West américain d’antan.

Lorsque nous nous enfonçons dans le village, la présence d’une sorte de saloon, entouré de plusieurs habitations intensifie encore un peu plus ce sentiment.

Non loin du saloon, outre une rivière qui a servi depuis plus de 150 ans, à chercher de l’or, se trouvent un sauna ainsi qu’un musée qui présente l’histoire de la région et de l’orpaillage ; par ailleurs, des activités de recherche d’or sont possibles, au travers du musée.

Posio

Située à 132 kilomètres de Rovaniemi, Posio est une petite ville qui se trouve à proximité des lacs Yli-Kitka, Ala-Suolijärvi et Yli-Suolijärvi. La ville est donc le point de chute central pour tout visiteur qui souhaite découvrir cette région lacustre.

Mais la ville est également une municipalité dont les lacs représentent près de 14 % de sa superficie totale. La population se répartit sur 22 villages et hameaux, le village centre (Ahola) concentrant 40 % de la population totale.

La route principale 81 et la route nationale 5 (E63) traversent Posio, dont le centre est agrémenté d’une belle église et de plusieurs commerces et restaurants. La commune est très forestière, avec quelques champs permettant l’agriculture. L’élevage des rennes est également pratiqué mais très limité.

D’un point de vue touristique, il est possible de visiter l’usine de la société de céramiques Pentik, qui reste le principal employeur privé de la ville et qui permet de démontrer tout le savoir-faire de ces employés qui produisent des biens vendus dans près de 73 boutiques dans le pays.

 Le Parc national de Pallas-Yllästunturi

Troisième plus grand parc national de Finlande, le Parc national de Pallas-Yllästunturi est situé dans la Laponie de l’Ouest sur la zone des municipalités d’Enontekiö, Kittilä Kolari et Muonio.

Dominé par la chaîne de monts lapons Tunturi, ainsi que par les forêts de taïgas de la zone boréale nordique, le parc compte plus de 500 000 visiteurs chaque année, qui en apprécient le vaste réseau de sentiers et de pistes, comptant ainsi près de 340 kilomètres d’itinéraires balisés de randonnées estivales

Le sentier de randonnée Hetta-Pallas est le sentier de randonnée le plus connu du parc. L’itinéraire passe par les plateaux et les ravins des monts Tunturi.

Le parc national est composé de pins, d’épicéas, et les bouleaux de montagne. Si les marais constituent un de ses paysages typiques, le parc compte néanmoins plusieurs lacs et marécages, ainsi que des petits ruisseaux. Le plus grand lac du parc est le lac Pallasjärvi, qui se trouve sur la partie Sud-Est du Centre nature Pallastunturi.

D’un point de vue de la faune, les rennes et les élans constituent les principaux mammifères pouvant être rencontrés. Les plus gros prédateurs de Finlande qui vivent en permanence sur la zone du Parc national de Pallas-Yllästunturi sont l’ours et le lynx. Nombre d’oiseaux peuvent également y être observés : le merle, le Pouillot siffleur, le Mésangeai imitateur, le Durbec des sapins, la Gorgebleue à miroir, le Chevalier sylvain, la Bergeronnette printanière, le Combattant varié et le Chevalier arlequin, la liste n’étant pas exhaustive.

Le Parc national Urho Kaleva Kekkonen

Au Nord-Est de la Laponie, à la frontière russe, le parc national Urho Kaleva Kekkonen, baptisé du nom d’un ancien président de la République  qui appréciait la randonnée, est constitué de paysages variés de marais, de forêts primaires, de landes, de gorges et de monts arrondis couverts de toundra.

Entourant le mont Sokosti et ses 717 mètres d’altitude, le parc est traversé par la rivière Suomujoki et abrite une faune variée : élans, renards, loutres, ours, gloutons et de nombreux oiseaux dont : l’aigle royal, la buse pattue, la grue cendrée, le lagopède, hiboux et chouettes.

A la différence de nombreux autres parcs lapons, le parc national Urho Kaleva Kekkonen  est relativement vierge de toute construction humaine, mis à part quelques clôtures élevées par les éleveurs Sámis, ainsi que les refuges pour randonneurs et quelques ponts sur les rivières. Le parc comporte plusieurs points d’accès : à Raja-Jooseppi, village frontière sur la route d’Ivalo à Mourmansk en Russie, à Kiilopää, un centre de montagne avec de nombreux départs de sentiers, à Tankavaara où se trouve le centre d’information Koilliskaira et à Savukoski, une petite ville.

Paradis des randonneurs appréciant les espaces naturels préservés, le parc comporte plusieurs randonnées peu balisées.

La région Sámi

Avant de rejoindre la ville d’Inari, nous entrons dans la région Sámi, un peuple qui vit sous ces latitudes extrêmes depuis plusieurs siècles. Notre entrée dans la région se fait au travers de la présence d’un panneau indicateur sur la route nous en souhaitant la bienvenue.

Le décor qui nous entoure est somptueux. A chaque avancée sur une route verglacée, nous pénétrons de vastes forêts enneigées, dont la visualisation globale nous transporte dans des contrées reculées magnifiques.

Les villages des Sámi, constituées de chalets en bois sont intégrés parfaitement dans le paysage ambiant. A plusieurs reprises, des lacs gelés cassent la monotonie de ces forêts infinies.

Les rennes sauvages que nous croisons sont nombreux et avancent généralement en troupeau. Assez craintifs, les animaux fuient notre rapprochement.

Aux abords d’une rivière, le soleil qui en cette période de l’année ne se lève jamais totalement dévoile quelques rayons qui brûlent le ciel en lui donnant une couleur orange flamboyante. Sur un pont, nous admirons la rivière qui éclairée de la sorte semble être le prolongement d’un de ses rayons.

Aux abords d’un lac, le site de Karhunpesäkivi accueille les visiteurs non loin de la ville d’Inari. Aux côtés d’un grand chalet fermé pour l’occasion, un ours empaillé nous regarde avec insistance. Bien que nous ayons conscience de son état, nous ne pouvons pas nous empêcher de frissonner à sa vue. Le site nous permet d’arpenter un ponton en bois slalomant entre les arbres pour découvrir une curiosité géologique unique : de grosses pierres façonnées avec le temps pour en devenir des sphères parfaites, dont certaines contiennent des grottes.

Du moins, pour la pierre en forme de triangle qui se trouve tout au haut d’un escalier en bois que nous arpentons afin de bénéficier d’une vue magnifique sur le lac qui se trouve en contrebas.

Dans la région, un arrêt à North village, nous permet de découvrir la St Paul’s chapel, une église en bois qui se trouve à l’entrée d’une commune aux allures de complexes touristiques.

 

L’intérieur, sobre, est élégant avec sa grande baie vitrée ouverte sur la forêt.

Mais, le moment le plus exceptionnel que nous ayons vécu, reste notre rencontre avec une femme Sámi : Sanna Alatalo, qui tient un magasin joignable au 0400 68 33 03 : l’ « Artic Kinfe », qui se trouve Mvoniontie 1632 à Kätkäsuvanto, non loin de la ville de Levi.

Le magasin, véritable cabinet de curiosité comprend une multitude de produits rares et à prix abordables, allant des habits traditionnels à la nourriture Sámi.

Lorsque nous entrons dans ce véritable paradis pour les chineurs, attirés par l’offre de café à prix réduit indiquée sur la devanture, nous découvrons un havre de paix. Sanna nous accueille immédiatement avec le sourire. Alors qu’elle joue avec son petit fils, un garçon blond espiègle qui mange la pâte servant à faire des gâteaux, elle se lève et nous offre immédiatement une boisson chaude sans nous demander de la payer.

Dans le commerce, de nombreux locaux effectuent des va-et-vient afin de saluer cette femme au cœur en or, qui nous explique les grands pans de sa vie quotidienne et avec laquelle nous sympathisons.

Son petit-fils, assez turbulent de primes abords accepte notre présence et nous intègre dans son jeu, avant de prendre son vélo et d’effectuer quelques acrobaties dans le magasin, devant l’hilarité générale des locaux présents.

Avant de partir, Sanna nous invite à déguster un sandwich à base de renne, qu’elle chasse elle-même dans la forêt. La viande un peu prononcée se déguste facilement et ressemble à du porc fumé.

Et c’est le cœur lourd de chagrin que nous quittons cette femme exceptionnelle, véritable représentante du peuple Sámi dont elle défend au travers de sa gentillesse, les intérêts en dévoilant sa bravoure et sa générosité.

Les activités à faire en Laponie

Disons-le immédiatement. Si la Laponie est connue pour abriter des paysages somptueux, elle est également célèbre dans le monde entier pour les activités qu’elle propose.

1)Observer des aurores boréales

Se produisant majoritairement dans les zones proches des pôles magnétiques, entre 65 et 75 degrés de latitude, les aurores boréales sont la conséquence d’un phénomène météorologique d’attraction des particules solaires par les pôles qui se heurtent à : « l’ionosphère » la couche supérieure de l’atmosphère composée d’atomes d’oxygène et d’azote.

Cette collision embrase les particules solaires et permet l’apparition d’aurores boréales majoritairement vertes mais qui peuvent prendre toutes les teintes du spectre chromatique.

La période d’observation des aurores boréales s’étend du 21 septembre au 21 mars dans l’hémisphère Nord quand les nuits sont les plus longues et les plus sombres, particulièrement aux équinoxes, et idéalement entre 20 heure et 1 heure du matin. Quand l’activité aurorale est forte, il est possible de les admirer plus tôt mais aussi plus tard.

En ce qui nous concerne, nous avons cherché durant plusieurs jours ces satanés aurores boréales, mais nous n’en avons pas trouvé. Du moins, jusqu’à ce que soyons dans la ville de Karigasniemi, à la frontière norvégienne.

Alors que nous nous trouvons dans notre chambre, tentant de nous réchauffer des moins 20 degrés de l’extérieur, nous apercevons en regardant par la fenêtre, une voute céleste dégagée, qui à certains moments tend vers le vert. Nous nous habillons et nous sortons rapidement, pour nous éloigner de la source de chaleur de notre guest-house. Le spectacle que nous découvrons est splendide. Un long trait vert fend le ciel.

Nous décidons de prendre notre voiture et de chercher un coin dégagé. Nous parcourons quelques mètres dans la neige alors que le froid glacial nous agresse la peau, pour pouvoir enfin, participer à ce que nous offre le soleil : de magnifiques aurores boréales nous tétanisent par leur beauté. Des fulgurances qui perforent le ciel et que nous parvenons à immortaliser grâce à notre appareil. Un souvenir inoubliable !

2)Se baigner dans un lac

Si dans ces contrées aux conditions de vie extrêmes où les températures peuvent atteindre moins 45 degrés, il n’est pas évident de prévoir un bain à l’extérieur, néanmoins, se baigner dans un lac gelé sous des températures négatives, reste une expérience inoubliable.

Mais pour que l’expérience ne vire pas au cauchemar ou à l’accident, il est nécessaire de respecter certaines règles. Tout d’abord, ne jamais sa baigner seul ; ensuite, ne pas plonger entièrement et enfin, se baigner dans un trou comprenant une corde ou une échelle pour remonter facilement.

Si de nombreuses agences proposent ce genre d’activités, il est possible de l’effectuer par ses propres moyens avec une prédilection qui doit être donnée à un accompagnement par un local qui a l’habitude de pratiquer cette activité.

En respectant quelques obligations, l’expérience deviendra magique : se détendre lors de l’entrée dans l’eau, respirer calmement, retirer tout objet métallique, ne pas mouiller sa tête ni ses mains et ne pas poser ses pieds sur le sol froid et prévoir dès la sortie, une serviette ou un peignoir pour recouvrer avec douceur une température corporelle optimale.

Pour avoir vécu cette expérience à moins 10 degrés en compagnie d’une amie, nous devons dire que si le corps semble totalement détendu après le contact avec l’eau, le froid reste tout de même difficilement supportable. Mais, nous sommes fiers de l’avoir vécu.

3)Se promener en chiens de traineaux

Véritable incontournable en Laponie, faire une escapade en chiens de traineaux, quand bien même son prix élevé peut en rebuter plus d’un, permet d’avoir un accès privilégié à des animaux majestueux, fidèles et attachants.

Cette activité, en pleine immersion dans la nature permet en outre de découvrir la Laponie sous un autre jour, en plein cœur de forêts magnifiques enneigées outrancièrement et avec des températures glaciales qui accompagnent et renforcent ce côté aventureux unique.

Aux abords du parc Phyä-Luosto, nous bifurquons vers une ferme de chiens de traineaux et nous nous présentons à l’accueil après avoir traversé une petite place entouré par des murs sur lesquels sont entreposés des traineaux.

A cet instant, les chiens, des huskies jappent à notre vue ; progressivement, alors que nous sommes accompagnés d’un guide Français, les chiens ne tiennent plus en place ; libérés de leur cage, ils courent et sautent dans nos bras, nous léchant affectueusement.

Entre eux, ils se donnent également des manifestations d’amitiés, mis à part lorsque des mâles alphas tentent de s’impressionner en se hurlant dessus.

4)Faire une randonnée en motoneige

Bien plus onéreuse qu’une balade en chiens de traineaux, la motoneige, outil de transport majoritaire dans ces contrées reculées dans lesquelles la neige et la glace sont omniprésentes offre néanmoins des sensations uniques, un peu à la manière d’un deux-roues motorisé, mais avec un sentiment de liberté inégalé en plus.

5)La sauna

Un peu à la manière des Onsen, les bains chauds au Japon, les Saunas sont une véritable institution en Finlande. C’est bien simple, ils sont trouvables partout, des plus beaux établissements aux plus petits hôtels, des maisons modestes aux grandes demeures, rares sont les endroits qui ne comportent pas un sauna.

Les saunas sont des petits emplacements tout de bois constitués, qui comportent en leur centre une sorte de brasero comprenant des morceaux de charbons spéciaux, qui une fois allumé, dégagent de la chaleur en transformant l’eau projetée dessus en vapeur qui augmente exponentiellement la température de ces lieux clos.

En ce qui nous concerne, nous avons à plusieurs reprises pratiqué cette activité, qui nous devons le dire, nous a procuré un bienfait sur la peau et au niveau pulmonaire.

Le must reste néanmoins, de profiter d’un sauna en effectuant des allers et retours dans une source d’eau froide. Alterner un bain dans un lac avec un sauna à proximité reste une expérience salvatrice pour le corps et l’esprit.

6)Les autres activités

Les activités en Laponie finlandaise ne se limitent fort heureusement pas aux activités décrites dans cet article. Il est ainsi possible de faire une promenade en rennes, de pêcher, de skier, d’effectuer des randonnées, cette liste n’étant pas exhaustive.

Conclusion

La Laponie s’est avérée durant ce voyage, être une contrée exceptionnelle. Rarement, nous n’avions été si époustouflés par les paysages que nous avons traversés. En outre, le peuple finlandais est adorable et accueillant, intensifiant notre attrait pour la région.

S’il est possible d’effectuer ce voyage en été, en hivers, il révèlera tout son potentiel, au travers des températures glaciales rencontrées et de la neige qui blanchit le décor pour le plus grand plaisir des yeux.

Nous avons parcouru la Laponie du Sud au Nord et d’Est en Ouest et avons circulé sur une route verglacée. Fort heureusement, les pneus cloutés nous ont permis de rouler à des vitesses acceptables sans trop déraper.

Si nombre de visiteurs qui découvrent la Laponie restent centrés sur Rovaniemi qui représente leur porte d’entrée dans la région, ne se concentrer que sur cette partie du territoire reste une erreur et ne permet pas d’exploiter une région qui vaut véritablement le détour. Un coup de cœur sans restriction !