En provenance de Sao Vicente, nous survolons l’île de Sal.

Le vol dure 45 minutes et coûte près de 150 euros l’aller et le retour. Pour partir au Cap-Vert, nous avons fait appel à l’agence de voyage sur mesure Bynativ, qui nous a organisé notre séjour grâce aux partenariats avec des agences locales qu’elle possède dans de nombreux pays du monde. Un voyage sur-mesure hautement qualitatif.

Nous nous posons sans encombre.

Nous entrons dans le hall de l’aéroport.

Nous retrouvons notre chauffeur Hiannick, qui s’occupe des transports et des excursions dans l’île qu’il connaît comme sa poche. Il est joignable au 00 238 581 03 39 ou sur son adresse mail : hiannicksousa90@gmail.com 

Nous embarquons avec nous deux autrichiennes qui souhaitent découvrir le vrai visage de l’île ; il s’agit de Patricia et de sa mère.

Nous prenons la route en direction de Palmeira.

Nous entrons dans la ville de Palmeira, un village de pêcheurs.

Nous nous garons au port de la ville.

La ville est touristique. Mais beaucoup de touristes voyagent dans des excursions organisées par les complexes hôteliers omniprésents dans l’île, qui menacent les vacanciers en leur faisant miroiter une insécurité inexistante et ce afin de leur vendre au prix fort des packages  de visite.

Nous faisons connaissance avec des enfants qui ont réussi à pêcher une petite murène.

Nous passons une heure sur place.

Nous repartons vers un des lieux hautement touristiques de l’île : le site de Buracona.

Il nous faut trente minutes pour rejoindre le site.

Nous arrivons sur place ; l’entrée coûte 3 euros.

Après être passés par un café boutique, la vue sur le site est majestueuse.

Face à nous, une piscine naturelle.

Nous rejoignons l’oeil bleu, une sorte de gouffre, qui éclairé par la lumière brille d’un bleu étincelant.

Le maître nageur présent sur place souhaite que nous le suivons afin de nous présenter la grotte de l’amour.

La grotte est magnifique.

Elle est difficile d’accès.

Nous en profitons pour découvrir l’aquarium du site.

Il est temps pour nous de repartir en direction de la capitale de l’île : Espargos.

Après 1 heure de route, nous entrons dans la banlieue d’Espargos.

Le quartier est populaire.

Les maisons sont fabriquées, pour la plupart d’entre elles illégalement ; elles servent à loger les nombreuses personnes, nationaux ou étrangers qui travaillent sur l’île.

Il nous faut 20 minutes pour traverser le quartier populaire.

Nous entrons dans le centre moderne de la ville.

La ville est cependant peu touristique.

Nous quittons la ville pour nous diriger vers les salines de Pedra Lume.

A la différence des autres îles du pays, l’île de Sal est relativement plate.

Nous arrivons aux salines.

L’entrée coûte 5 euros par personne.

Le site comporte de nombreux bassins.

Nous rejoignons les bassins dans lesquels, les touristes se baignent et flottent, un peu à la manière de la mer morte.

Sur place, une industrie récolte le sel qu’elle commercialise.

Les touristes sont nombreux.

Des chemins permettent de rejoindre les bassins qui se trouvent en arrière dans le cratère.

Nous quittons les salines touristiques de Pedra Lume pour rejoindre les salines plus authentiques de Santa Maria, la ville qui regroupe la majeure partie des hôtels de l’île.

Il nous faut trente minutes pour rejoindre les salines.

Nous entrons dans la périphérie de la ville de Santa Maria.

Nous empruntons un petit chemin.

Nous nous trouvons au coeur des salines.

Nous faisons la connaissance d’un chercheur de sel à l’ancienne, qui récolte le sel manuellement.

Nous en profitons pour découvrir son univers de travail.

Nous nous enfonçons dans les salines.

Nous nous arrêtons auprès d’une saline appartenant à une autre famille.

Nous découvrons une autre saline, qui tire au rose, la couleur étant expliqué par la présence de certaines bactéries dans l’eau.

En continuant tout droit, nous arrivons à une partie de la plage de Santa Maria, une des plus belles plages de l’île, mais la partie dans laquelle nous nous rendons est spécialisée dans le kitesurf. Il s’agit de la portion appelée Costa da Fragota.

Face à nous, un restaurant de plage.

Nous découvrons l’univers des kitesurf.

Il est temps pour nous de nous rendre à notre hôtel.

Nous abandonnons nos amies autrichiennes qui rejoignent leur hôtel : un quatre étoiles situé en banlieue de la ville.

Le chauffeur m’arrête en plein centre-ville.

Je découvre mon hôtel : Le Mira Bela, un hôtel typique et confortable  avec un excellent rapport qualité prix.

Le soir, nous nous promenons dans les rues de la ville.

Nous assistons à la préparation du carnaval.

Nous mangeons dans un petit restaurant pour locaux. Nous en avons pour 5 euros le plat.

Nous continuons notre découverte de la ville.

Le lendemain matin, notre chauffeur nous récupère pour nous emmener à l’aéroport.

Nous arrivons sur place en moins de vingt minutes.

Nous récupérons nos tickets d’embarquement avec la compagnie Binter.

Nous franchissons rapidement les contrôles de sécurité.

Nous quittons Sal pour rejoindre Santiago.