Archives des catégories : incontournables

1973-etats-unis

Etats-Unis Ouest américain : Road Trip dans le Sud de la Californie

Omniprésent sur les Bucket List des voyageurs du monde entier, le Grand Ouest américain fait rêver autant qu’il fascine. Paysages exceptionnels, villes mythiques, sites touristiques légendaires, il englobe à lui-seul, des trésors dont la simple évocation suffit à procurer un frisson et une envie irrésistible de les découvrir. Nous y avons passé ainsi plusieurs semaines pour en parcourir les territoires et nous vous présentons au sein de cet article, les incontournables du Sud de la Californie, un état qui possède pour capitale la ville de Sacramento.

Englobant sans distinction plusieurs territoires, s’étendant généralement de l’Ouest du fleuve Mississippi, jusqu’à la côte Pacifique, l’Ouest américain ou plus communément appelé : « Grand Ouest américain » est constitué de 13 états : l’Alaska, l’Arizona, la Californie, le Colorado, Hawaï, l’Idaho, le Montana, le Nouveau-Mexique, le Nevada, l’Oregon, l’Utah, l’État de Washington et le Wyoming.

Sa géographie est ainsi découpée en de multiples organisations territoriales, chacune présentant ses propres spécificités : vallées, zones forestières, côtes, chaînes montagneuses et déserts arides en constituant la majeure partie.

A l’Ouest du Mississippi se trouvent des plaines étendues alors que la côte est façonnée par le delta éponyme et des lagunes menacées par les cyclones en été et en automne. Les montagnes Rocheuses constituent une chaîne de montagnes élevées à l’Ouest des Grandes Plaines et des Hautes Plaines et à l’Ouest de ces montagnes se trouvent des hauts plateaux disséqués par des cours d’eau violents, dont le Colorado qui en a façonné différents canyons. Le Grand Bassin présente une suite de dépressions occupées par des déserts entourés par des chaînes de montagnes. La plaine de Californie, appelée aussi la Vallée Centrale est un vaste espace plat et fertile, long d’environ 600 kilomètres.

Durant ce voyage, nous avons ainsi parcouru de nombreux kilomètres, pour découvrir des paysages ayant servi de décors pour le cinéma américain, puis européen, qui en ont exploité la moindre parcelle dans des films romançant la vie de ses habitants, faisant de ce Far West, traduction anglaise de l’Ouest américain, un eldorado qu’il est nécessaire de vivre au moins une fois dans son existence.

La Californie, surnommée « The Golden State« , est l’un des états les plus emblématiques et diversifiés des États-Unis. Située sur la côte Ouest du pays, elle s’étend sur environ 423 970 kilomètres carrés, ce qui en fait le troisième plus grand état en superficie, après l’Alaska et le Texas. La Californie est bordée par l’Oregon au Nord, le Nevada à l’Est, l’Arizona au Sud-Est et l’océan Pacifique à l’Ouest.

Nous l’avons parcouru dans son intégralité en choisissant de découvrir des lieux mythiques, mais aussi des endroits qui se trouvent hors des routes touristiques. Nous avons pu pour la Californie du Sud, commencer notre périple en Californie centrale par la Côte Pacifique avant de descendre vers le Sud, jusqu’aux villes de Malibu et de Santa Monica, pour ensuite rejoindre San Diego en nous arrêtant dans la ville de Los Angeles, puis en nous rendant à Palm Springs. Pour finalement, continuer vers le désert des Mojaves et le parc Joshua Tree.

Cette partie de l’état est célèbre pour sa diversité géographique et climatique. Elle abrite des plages ensoleillées, des déserts arides et des vallées fertiles. Le parc national de Joshua Tree est connu pour ses arbres particuliers et ses formations géologiques. Le parc des séquoias comprend, quant à lui, les arbres les plus hauts du monde alors que le désert des Mojaves, offre des paysages désertiques uniques. La côte californienne, avec ses falaises abruptes et ses plages paradisiaques, attire des millions de visiteurs chaque année.

Monterey

Monterey est une charmante ville côtière située sur la péninsule du même nom, dans le centre de la Californie, le long de la côte Pacifique. À environ 190 kilomètres au sud de San Francisco, cette ville est un point de départ idéal pour explorer la région emblématique de Big Sur et la célèbre route 17-Mile Drive.

Avec une population de 28 000 habitants, Monterey se distingue par son architecture coloniale espagnole et mexicaine, agrémentée d’une influence victorienne notable ainsi que du style californien moderne. L’âme de la ville se révèle particulièrement sur Cannery Row, où se trouve le Monterey Bay Aquarium, inauguré en 1984.

Powered by GetYourGuide

Ce dernier est l’un des aquariums les plus renommés au monde, abritant des centaines d’espèces, y compris des méduses, des otaries et des requins, avec comme pièce maîtresse son grand bassin océanique qui recrée un écosystème de haute mer.

Autrefois au cœur de l’industrie de la pêche à la sardine, Cannery Row a su préserver son esprit industriel avec ses entrepôts en brique et en métal, transformés en espaces commerciaux modernes.

Pour les passionnés d’histoire, Monterey offre le Path of History, un sentier pédestre qui guide les visiteurs à travers les sites historiques les plus significatifs de la ville. Le parcours inclut des bâtiments et des lieux emblématiques comme l’ancienne maison du gouverneur espagnol et la première imprimerie de Californie. Le Custom House Plaza abrite le Pacific House Museum, un bâtiment en adobe construit en 1847, aujourd’hui dédié à des expositions sur l’histoire locale qui prolonge cette découverte.

Les incontournables de la Californie du Sud

Colton Hall, construit à la même époque, est un édifice néo-grec où la première constitution de Californie a été rédigée en 1849. Il se distingue par ses colonnes imposantes et son portique élégant, et accueille aujourd’hui un musée et les bureaux de la ville. La Custom House, quant à elle, est le plus ancien bâtiment gouvernemental de Californie, construit en 1827. Utilisé initialement comme poste de douane par les Espagnols et plus tard par les Mexicains, il est désormais un site historique national.

Le Monterey State Historic Park est un parc d’État composé de plusieurs bâtiments et sites significatifs de la période coloniale espagnole et mexicaine. Parmi eux, la Larkin House, construite en 1835, est l’une des premières maisons en adobe de Californie.

Nous faisons connaissance avec la ville au travers de son petit port dans lequel plusieurs locaux tentent de tâter l’hameçon. Nous rejoignons ensuite le Old Fisherman’s Wharf, construit dans les années 1840, un quai vibrant rempli de restaurants de fruits de mer, de boutiques de souvenirs et d’agences proposant des excursions en bateau, le tout agrémenté par la présence d’otaries nichant sur un ponton de bois.

En cette heure matinale, le quai est encore désert ; nous assistons à la préparation de la journée par les employés des différentes boutiques qui essaient de mettre en avant leurs plus beaux atouts pour attirer un peu plus tard, le badaud.

Non loin de la ville, à Pacific Grove, le Lovers Point Park offre des vues spectaculaires sur la baie de Monterey. Les jardins bien entretenus, les aires de pique-nique et les plages sablonneuses du site sont particulièrement adaptées aux familles et aux couples.

Alors que nous avançons dans ce beau petit parc, nous découvrons un groupe scolaire installé sur l’herbe.  Le rire et la discussion animée des élèves ajoute une touche de vie et dynamisme et fait plaisir à voir. Tout autour de nous, des employés dévoués, s’occupent à embellir cet endroit magnifique. Leurs efforts pour maintenir la beauté naturelle du parc sont visibles partout, des parterres de fleurs bien entretenus aux sentiers propres et accueillants.

En nous promenant le long des côtes, nous sommes accompagnés par une abondance d’animaux sauvages, notamment des écureuils, ou du moins, des créatures qui leur ressemblent. Leur comportement joueur et social nous amuse beaucoup et ils semblent presque poser pour nos photos, sautant de rocher en rocher, leurs petites queues touffues virevoltant derrière eux.

La 17-Mile Drive

La 17-Mile Drive, englobant la Pebble Beach, est une route panoramique emblématique privée située sur la péninsule de Monterey en Californie.

Elle commence à Pacific Grove et se termine à Carmel-by-the-Sea, serpentant à travers les forêts de cyprès et offrant des vues spectaculaires sur l’océan Pacifique.

L’accès à la route coûte 10 dollars par véhicule.

Notre première étape est Bird Rock, une formation rocheuse qui sert de sanctuaire à une variété d’oiseaux marins, ainsi qu’à des phoques et des loutres de mer. À proximité, Seal Rock nous offre également un panorama magnifique sur l’océan, où nous pouvons observer ces animaux dans leur habitat naturel.

En poursuivant notre chemin, nous découvrons Fanshell Beach, une plage connue pour son sable blanc et ses eaux claires. En saison, la plage est un site de reproduction pour les phoques qui accueille le reste de l’année, des promeneurs arpentant ses longues berges.

Nous continuons vers Spanish Bay, nommée en l’honneur des explorateurs espagnols qui l’ont découverte. Cette baie offre des plages de sable fin et des sentiers côtiers parfaits pour une promenade paisible. Le Point Joe est un autre point d’intérêt fascinant, où nous pouvons observer la puissance impressionnante des vagues qui s’écrasent contre les rochers.

Le moment fort de notre voyage est l’arrêt au célèbre Lone Cypress, un arbre solitaire perché sur un rocher au bord de l’océan. Agé de plus de 250 ans, il symbolise le courage et la beauté intemporelle de la côte californienne, résistant aux vents marins violents et à l’érosion. Face à ce petit arbre, immédiatement l’histoire de David contre Goliath embaume l’atmosphère. Fougueux face à l’impétuosité du vent, il tient bon, ses branches en mouvement semblant au travers de la personnification qui lui est associée, lui donner vie.

Non loin de là, nous terminons par le site de Ghost Trees at Pescadero Point, où plusieurs cyprès morts aux formes tordues et blanchies par les éléments créent une atmosphère mystérieuse et photogénique.

Après plusieurs heures passées à décortiquer ce site, nous finissons par rejoindre un petit restaurant dans lequel nous nous posons quelques instants.

Point Lobos

Dans le Sud de Carmel, la Point Lobos State Natural Reserve est une zone protégée reconnue pour sa beauté naturelle et sa biodiversité. Inscrite sur la liste des trésors nationaux en 1968, elle comprend deux réserves sous-marines, ajoutant une dimension aquatique à son attrait terrestre.

La réserve offre des points de vue spectaculaires sur l’océan, permettant d’admirer des panoramas à couper le souffle sur la côte escarpée. Les sentiers de randonnée de Point Lobos sont particulièrement prisés, offrant aux visiteurs la chance d’explorer des formations géologiques uniques tout en profitant de la nature environnante.

Parmi les randonnées les plus célèbres, la Sea Lion Point Trail se distingue. Ce sentier de 1 kilomètre aller-retour, qui se parcourt en 30 minutes, offre aux randonneurs des vues imprenables sur les lions de mer qui se prélassent sur les rochers. Le Big Island Trail, de même longueur, permet non seulement d’observer une riche faune mais aussi de rejoindre deux plages magnifiques, idéales pour une pause détente en cours de randonnée.

Big sur

Big Sur est une région côtière située le long de la côte centrale de la Californie, s’étendant entre Carmel au nord et San Simeon au sud. Cette zone spectaculaire couvre environ 140 kilomètres le long de la célèbre Route 1, également connue sous le nom de Pacific Coast Highway.

Big Sur est renommée pour ses paysages à couper le souffle, où les montagnes escarpées de la chaîne côtière Santa Lucia plongent directement dans l’océan Pacifique. La région se distingue par ses falaises abruptes, ses plages isolées et ses forêts denses de séquoias géants.

Les fréquents éboulements peuvent parfois rendre la route impraticable pendant plusieurs mois, ajoutant une dimension d’aventure à la visite de cette région reculée. Parmi les nombreux points d’intérêt, le Bixby Creek Bridge se démarque par sa vue panoramique époustouflante sur la côte et l’océan. Construit en 1932, ce pont emblématique est l’un des plus photographiés de Californie, souvent enveloppé dans la brume côtière, offrant des clichés spectaculaires à chaque instant.

Non loin de là, le Pfeiffer Big Sur State Park est un havre naturel comprenant de vastes forêts de séquoias, des sentiers de randonnée et des campings. La Pfeiffer Fall, une magnifique cascade, attire de nombreux visiteurs, tout comme la vallée de Big Sur River. L’entrée au parc coûte 10 dollars par véhicule, une contribution modeste pour accéder à cette splendeur naturelle.

Le territoire de Big Sur est également parsemé de plusieurs autres parcs remarquables. Le Julia Pfeiffer Burns State Park est célèbre pour McWay Falls, une cascade de 24 mètres qui se jette directement dans une crique turquoise, créant une scène digne d’une carte postale. L’Andrew Molera State Park offre une diversité d’activités, notamment la randonnée.

Le Garrapata State Park est connu pour ses sentiers côtiers spectaculaires, tandis que le Limekiln State Park est apprécié pour ses anciennes cheminées à chaux historiques, ses séquoias majestueux et ses cascades impressionnantes. À proximité, le Point Sur State Historic Park comprend un énorme rocher en mer, ajoutant une touche dramatique au paysage côtier. Le Point Sur Lighthouse, un phare historique construit en 1889, se dresse fièrement sur un promontoire rocheux, offrant des vues imprenables et une riche histoire maritime.

Powered by GetYourGuide

Pour les amateurs de culture, la Henry Miller Memorial Library est un établissement dédié à l’œuvre de l’écrivain Henry Miller, offrant une pause littéraire au cœur de cette nature sauvage. Pour une expérience culinaire mémorable, le Nepenthe Restaurant situé sur une falaise surplombant l’océan est incontournable, offrant une vue panoramique exceptionnelle. De même, le Big Sur River Inn propose un séjour rustique avec des chambres confortables et un restaurant charmant au bord de la rivière.

Au bout de la route, les plages de San Simeon permettent d’observer des centaines d’éléphants de mer couchés sur le sable, une scène fascinante pour les amoureux de la faune. Non loin de là, la Hearst Castle se dresse majestueusement. Cette maison de luxe, devenue un parc d’état, a été construite par le milliardaire William Rand.

Morro Bay

Morro Bay est une ville côtière située sur la côte de la Californie, dans le comté de San Luis Obispo.

Dès notre arrivée, nous sommes captivés par la vue imposante du Morro Rock, un énorme monolithe de 175 mètres de haut qui domine l’horizon. Surnommé « le Gibraltar du Pacifique », ce majestueux rocher volcanique est un sanctuaire protégé pour les oiseaux, et sa présence imposante à l’embouchure du port de Morro Bay nous laisse en admiration. Le contraste entre le bleu profond de l’océan et le gris imposant du rocher est saisissant.

Le bras d’eau que nous rejoignons nous approche au plus près de ce colosse imposant. Il nous permet de découvrir une faune étendue, constituée de phoques se dorant la pilule au soleil, d’oiseaux dégustant de bons poissons et de petits écureuils toujours aussi espiègles.

Alors qu’une jeune fille se détend au soleil, assise sur les rochers, un homme vêtu aux couleurs de l’ancien président Trump à qui il apporte évidemment son soutien, pêche. Il représente la partie visible d’une Amérique favorable au port des armes et à leur utilisation.

Nous décidons de continuer notre exploration par une promenade le long de la Morro Strand State Beach, une plage longue et sablonneuse qui s’étend sur plusieurs kilomètres. Les vagues caressent doucement le rivage, créant une ambiance apaisante tandis que nous marchons pieds nus sur le sable doux et chaud. L’air marin empli de senteurs d’algues et de sel nous revitalise, et nous observons des surfeurs chevaucher les vagues avec une grâce admirable.

Le front de mer animé de Morro Bay, attire également les visiteurs. les bâtiments en bois, souvent construits avec une esthétique rustique, reflètent l’histoire maritime de la ville. Nous flânons parmi les restaurants qui offrent une vue imprenable sur le port, les boutiques de souvenirs, et les galeries d’art locales. Chaque coin de rue nous dévoile une nouvelle facette de cette ville charmante et accueillante.

Le Morro Bay State Park, où le Museum of Natural History propose des expositions interactives sur la faune, la flore, et la géologie de la région. Les présentations sont captivantes. À quelques kilomètres au Sud, le Montaña de Oro State Park émerveille avec ses paysages côtiers spectaculaires. Les plages isolées et les sentiers de randonnée à travers des falaises escarpées et des collines herbeuses offrent des vues panoramiques inoubliables. Les vagues se brisent contre les côtes, créant un spectacle naturel impressionnant.  

Pismo Beach

 Pismo Beach est une ville balnéaire animée et accueillante, peuplée de 8000 habitants. Située à mi-chemin entre Los Angeles et San Francisco, elle est connue pour ses plages de sable fin, son ambiance décontractée, et ses paysages côtiers magnifiques.

Alors que nous faisons doucement connaissance avec la ville au travers de sa place principale qui comprend son nom en grand, nous assistons au concert d’un artiste talentueux qui grâce à son dynamisme, attire autour de lui des dizaines de vacanciers bougeant au rythme de ses reprises.

Nous continuons notre balade jusqu’au Pismo Beach Pier, récemment rénové. Le quai emblématique offre une promenade agréable avec des bancs, des stations d’observation, et des points d’information sur la faune marine. Nous nous asseyons un moment pour observer les pêcheurs et admirer la vue sur l’océan. Les cris des mouettes et le bruit des vagues nous bercent, créant une atmosphère de détente parfaite.

À proximité, la Monarch Butterfly Grove est un spectacle naturel fascinant. De novembre à février, des milliers de papillons monarques migrent vers cette réserve, créant un tableau coloré et enchanteur.  Non loin, se trouve également l’Oceano Dunes State Vehicular Recreation Area, l’une des rares plages en Californie où il est permis de conduire des véhicules tout-terrain sur les dunes.  

Une promenade sur la Pismo State Beach, une vaste étendue de sable qui s’étend sur plusieurs kilomètres nous permet de nous laisser hypnotiser par les vagues qui caressent doucement le rivage. La plage est un véritable havre de paix, où chacun peut trouver son coin de bonheur.

San Luis Obispo

Notre aventure continue à San Luis Obispo, souvent abrégé en SLO, une charmante ville située sur la côte centrale de la Californie. Peuplée de 47 000 habitants, San Luis Obispo est connue pour son ambiance décontractée, son centre-ville animé, et son environnement naturel magnifique.

Au cœur de la ville, la Mission San Luis Obispo de Tolosa, fondée en 1772, transporte dans le passé. L’architecture historique de la mission, avec ses murs en adobe et ses jardins paisibles, offre un aperçu de la vie coloniale espagnole d’antan et permet de faire un véritable bond dans le passé.  

Nous dépassons ensuite le Madonna Inn, un bâtiment excentrique créé par Alex Madonna en 1958 avant de rejoindre le Fremont Theatre, un théâtre Art déco des années 1940, qui impressionne par son intérieur orné de peintures murales et de néons colorés.  

San Luis Obispo abrite également un cabinet médical conçu par Frank Lloyd Wright, situé à l’angle des rues Santa Rosa et Pacific et une bibliothèque Carnegie, aujourd’hui transformée en musée historique du comté et dont les expositions offrent un aperçu fascinant de l’histoire locale.

L’intérêt de la ville est la Bubblegum Alley, une allée célèbre pour ses murs recouverts de milliers de chewing-gums colorés. Cette curiosité touristique est à la fois étrange et fascinante, un véritable témoignage de la créativité humaine, de l’utilisation des restes qu’il est possible de sublimer au travers de la quantité pour en faire…non pas de la qualité, mais un élément suffisamment intéressant pour en être attractif.  

Nous sommes accueillis par un artiste et sa guitare qui nous permet de passer un bon moment avant de nous essayer non aussi au rituel de de collage d’un chewing-gum sur les murs, au milieu des friandises ravagées par le temps et partiellement moisies.

Solvang

Solvang se trouve à environ 210 kilomètres au Nord-Ouest de Los Angeles et à 55 kilomètres au Nord-Ouest de Santa Barbara.

Comptant environ 5800 habitants, la ville est célèbre pour son architecture inspirée du Danemark. Les bâtiments, avec leurs toits en pente, leurs colombages, et leurs moulins à vent, nous transportent directement en Europe.

Nous commençons notre exploration par le parc central, parsemé de belles sculptures et de jardins soigneusement entretenus. Les moulins à vent décoratifs ajoutent au charme de la ville, chacun ayant sa propre histoire et son charme unique. Le plus célèbre est peut-être le Solvang Windmill, situé non loin d’Alisal Road. Derrière le moulin se trouve la Round Tower, une réplique de la Rundetaarn de Copenhague.

Un peu excentrée se trouve la Old Mission Santa Inés, fondée en 1804 par les missionnaires espagnols. La mission, avec son église, ses jardins, son cimetière et son musée, nous offre un aperçu fascinant de l’histoire coloniale espagnole.  

L’Elverhøj Museum of History & Art est un autre incontournable de la ville. Ce musée, installé dans une maison de style danois construite dans les années 1950, est dédié à la préservation de l’histoire de la ville.

Nous continuons notre visite au Solvang Festival Theater, un théâtre en plein air qui accueille diverses représentations. Le cadre enchanteur du bâtiment, entouré de nature, crée une atmosphère magique. Non loin, le Hans Christian Andersen Museum, situé à l’intérieur de The Book Loft, une librairie charmante, est dédié à la vie et à l’œuvre du célèbre auteur danois qui en porte le nom, et perd avec entrain ses visiteurs dans ses contes de fées bien-aimés.

Le California Art & Nature Museum, combine quant à lui l’art et la nature pour inspirer la conservation des paysages de la région. Le Solvang Vintage Motorcycle Museum impressionne avec sa collection de motos rares et anciennes, nous offrant un voyage à travers l’histoire du deux-roues.

La Bethania Lutheran Church, une église luthérienne construite en 1928, nous charme avec son clocher distinctif et ses vitraux colorés tandis que la Little Mermaid Fountain, une réplique de la célèbre statue de Copenhague, rend hommage à l’œuvre de Hans Christian Andersen. Juste à l’extérieur de Solvang, l’Alisal Guest Ranch & Resort offre une expérience authentique de ranch de luxe, avec des activités telles que l’équitation, le golf, et des soirées de barbecue en plein air.

Santa Barbara

Comptant environ 92 000 habitants, Santa Barbara est une ville élégante nichée entre les montagnes de Santa Ynez et l’océan Pacifique à environ 150 kilomètres au nord-ouest de Los Angeles.

Elle appréciée pour son architecture de style hispanique coloniale, ses plages magnifiques, et son ambiance sophistiquée.

Nous commençons notre visite par la Mission Santa Barbara, fondée en 1786. Chef-d’œuvre architectural avec ses murs en stuc blanc et ses toits en tuiles rouges, elle comporte des jardins, créant un cadre paisible et inspirant.

Nous visitons ensuite la Our Lady of Sorrows Church et le Santa Barbara County Courthouse, un autre joyau architectural. Construit dans le style hispanique colonial, le bâtiment est orné de fresques colorées, de tuiles artisanales, et de jardins luxuriants. Nous montons au sommet de la tour de l’horloge pour une vue panoramique sur la ville et l’océan. Non loin, le Santa Barbara Museum of Art offre une collection impressionnante d’œuvres d’art, allant de l’antiquité à l’art contemporain et le Lobero Theatre s’intègre parfaitement dans le paysage urbain.

L’El Presidio de Santa Barbara State Historic Park est un autre site historique incontournable. Ce fort espagnol, fondé en 1782, est l’une des dernières fortifications militaires de la période coloniale espagnole. Nous explorons les bâtiments restaurés et les expositions qui racontent l’histoire de la colonisation espagnole en Californie.

Nous découvrons également l’Arlington Theatre, un théâtre historique construit en 1931 dans le style hispanique colonial. Les fresques murales et le plafond étoilé créent une ambiance unique et magique.

Les magnifiques jardins de Lotusland et du Santa Barbara Botanic Garden émerveillent avec leur diversité et leurs paysages soigneusement aménagés tandis que le Santa Barbara Zoo offre l’opportunité de rencontrer des animaux de différentes régions du monde, des lions aux girafes, dans un cadre magnifique surplombant l’océan Pacifique. Les enclos spacieux et les efforts de conservation du zoo nous impressionnent.

Powered by GetYourGuide

La Funk Zone est un quartier vibrant et créatif de Santa Barbara, rempli de galeries d’art, de salles de dégustation de vin, et de restaurants branchés. Nous nous promenons dans les rues animées, découvrant des œuvres d’art originales et dégustant des vins locaux.

Nous terminons notre visite par une promenade sur le Stearns Wharf, le plus ancien quai en bois de Californie. De là, nous avons une vue imprenable sur l’océan et les montagnes environnantes.

La Purisima Mission State Historic Park

La Purisima Mission State Historic Park se trouve près de la ville de Lompoc. Ce parc historique d’État est facilement accessible depuis la Highway 246, à environ 50 kilomètres au Nord-Ouest de Santa Barbara et à environ 240 kilomètres au Nord-Ouest de Los Angeles.

La Purisima Mission, fondée le 8 décembre 1787 par le père Fermín Lasuén, est l’une des 21 missions espagnoles établies en Californie. Elle est dédiée à l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Le site original de la mission a été déplacé en 1812 après qu’un tremblement de terre ait gravement endommagé les bâtiments. La mission actuelle, reconstruite à partir de 1813, est l’une des mieux préservées et restaurées de toutes les missions de Californie.

L’église de La Purisima est le cœur du site. Elle présente une architecture adobe typique avec des murs épais, des poutres en bois et un autel magnifiquement décoré de 14 peintures symbolisant le chemin de croix. À ses côtés se trouvent les résidences dans lesquelles étaient logés les prêtres.

Ses jardins et vergers ont été reconstitués pour refléter les pratiques agricoles d’antan. Les visiteurs peuvent se promener parmi les rangées d’arbres fruitiers, de légumes et d’herbes cultivées selon les méthodes traditionnelles. Ils se trouvent à côté du réservoir qui avait pour but de collecter l’eau de pluie.

Le Sequoia National Park et Kings Canyon National Park

Le Sequoia National Park est situé dans les montagnes de la Sierra Nevada, en Californie, à environ 320 kilomètres au Nord de Los Angeles et 80 kilomètres au Sud de Fresno. Le parc couvre une superficie de plus de 1 600 kilomètres carrés et jouxte le Kings Canyon National Park.

L’accès à Sequoia NP et Kings Canyon NP se fait obligatoirement par l’Ouest de la Sierra Nevada.
Sequoia NP est accessible par la CA198 (Three Rivers), via Ash Mountain Entrance.

Kings Canyon NP est accessible par la CA180 (Squaw Valley) et la CA245 (Badger) via Big Stump Entrance.

Les 2 parcs sont reliés entre eux par la Generals Highway (CA198).

Il n’y a pas d’accès aux parcs du côté Est de la Sierra Nevada.

Le parc dispose de 4 Visitor Centers : Foothills Visitor Center, près de Ash Mountain Entrance, Lodgepole Visitor Center, au cour de Sequoia NP, Kings Canyon Visitor Center, dans Grant Grove, Cedar Grove Visitor Center, au cœur de Kings Canyon 

Le Sequoia National Park est célèbre pour ses arbres séquoias géants, parmi les plus grands et les plus anciens au monde.

L’entrée coûte 35 dollars par véhicule. Le pass América est accepté. Le ticket est valable pour les 2 parcs.

Le Sequoia national Park est divisé en 3 secteurs : The Foothills près de Ash Mouintain Entrance, Gian Forest, le secteur principal et Mineral King au Sud-Est.

Le Kings Canyon National Park est divisé en 2 secteurs : le Grant Grove à l’Ouest et le Cedar grove à la fin de la King’s Canyon Scenic Byway.

Sequoia National Park

La General Highway parcourt la partie Ouest du site et donne accès à de magnifiques points de vue, dont l’Amphitheater Point. En suivant cette route, il est possible de découvrir le Tunnel Rock, un imposant bloc de granite taillé et creusé en 1930. Bien qu’il ne soit plus accessible en voiture, les visiteurs peuvent y accéder à pied ou en vélo. Le parc comprend également le Giant Forest Museum et à quelques mètres, le Beetle Rock et le Sentinel Tree, un arbre majestueux de 79 mètres de hauteur.

L’attraction phare du parc est le General Sherman Tree, l’arbre le plus massif du monde par volume. Situé dans la Giant Forest, cet arbre emblématique mesure environ 83 mètres de haut et il a un diamètre de plus de 11 mètres à la base. Âgé d’environ 2 200 ans, il est accessible par un sentier court et pavé, parsemé de panneaux éducatifs sur la biologie et l’histoire des séquoias.

Le Moro Rock est un dôme de granit offrant une vue panoramique spectaculaire sur la vallée de San Joaquin et les montagnes environnantes. Accessible par une petite randonnée de 400 marches, l’ascension, bien que courte, est intense et récompensée par une vue à 360 degrés, particulièrement impressionnante au lever et au coucher du soleil. Au même niveau que le Moro Rock Trail, se trouve l’accès au Hanging Rock Trail qui permet d’avoir une vue sur la Kaweah River Valley.

Les Tokopah Falls sont quant à elles, des chutes d’eau de 365 mètres de haut, situées au bout d’une randonnée de 6,4 kilomètres aller-retour le long du Tokopah Valley Trail. Le Tunnel Log, à proximité est un séquoia géant tombé en 1937, creusé pour permettre aux voitures de passer à travers. Situé sur Crescent Meadow Road, ce tunnel offre une expérience unique en permettant aux visiteurs de conduire sous un arbre géant. Le tronc mesure 84 mètres de long et 6 mètres de diamètre à la base.

Crescent Meadow, surnommé le « Joyau de la Sierra », est une prairie alpine entourée de séquoias géants. Un sentier de randonnée de 2,4 kilomètres fait le tour de la prairie, passant par Tharp’s Log, une cabane construite à l’intérieur d’un séquoia creux par Hale Tharp, un pionnier de la région. Non loin, la Crystal Cave est une grotte de marbre ornée de formations calcaires impressionnantes, telles que des stalactites et des stalagmites. Découverte en 1918, la grotte est accessible uniquement par des visites guidées.

Kings Canyon National Park

À l’Ouest de Grant Grove Village, une randonnée de 0,8 kilomètre en boucle permet de rejoindre le General Grant Tree, le troisième plus grand arbre du monde, âgé de 1600 ans et haut de 82 mètres. Au Nord du village, une autre petite randonnée mène à Panoramic Point, offrant une vue splendide sur Kings Canyon. Une autre randonnée appréciée est la Buena Vista Peak Trail, qui démarre de Kings Canyon Overlook.

La Mineral King Valley est une vallée alpine reculée, accessible par une route sinueuse et étroite de 40 kilomètres. Connue pour ses paysages spectaculaires, ses sentiers de randonnée et ses possibilités de camping, les randonneurs peuvent y explorer des sentiers comme le Sawtooth Pass Trail ou le Eagle Lake Trail, offrant des vues sur des lacs alpins, des pics de granit et des prairies fleuries. La vallée, autrefois un centre d’exploitation minière, abrite encore des vestiges historiques.

La Kings Canyon Scenic Byway est en ce qui la concerne, une route longue de 75 kilomètres menant à Cedar Grove, une petite forêt de séquoias. Elle offre de magnifiques points de vue et permet de rejoindre les Grizzly Falls de 25 mètres de hauteur et les Roaring River Falls. À proximité, le Redwood Canyon comprend la plus grande forêt de séquoias géants non développée au monde, offrant une expérience plus sauvage et isolée que les zones plus fréquentées du parc. Les sentiers de randonnée traversent des ravins profonds et des crêtes boisées, offrant des opportunités pour l’observation de la faune et des plantes. Les sentiers Sugar Bowl et Hart Tree sont particulièrement populaires et permettent d’explorer cette forêt préservée.

Malibu

Sur la côte Ouest de la Californie, à environ 50 kilomètres à l’Ouest du centre-ville de Los Angeles, se trouve Malibu, une ville côtière étendue sur environ 34 kilomètres le long de la Pacific Coast Highway.

Dès notre arrivée, nous sommes enchantés par la beauté naturelle et l’atmosphère paisible qui y règnent, Malibu, avec ses 12 000 habitants, étant connue pour son style de vie détendu et ses magnifiques résidences en bord de mer. La présence de nombreuses célébrités hollywoodiennes ajoute une touche de glamour et d’exclusivité à cette destination.

Powered by GetYourGuide

Nous débutons notre exploration par le Malibu Pier, un site emblématique construit en 1905. S’étendant dans l’océan Pacifique, le quai est idéal pour la pêche, la promenade et l’observation de la faune marine. Nous flânons sur le Pier, savourant la vue panoramique sur l’océan et les collines environnantes. Les restaurants et boutiques qui jalonnent le quai offrent une ambiance décontractée et chic. Nous nous arrêtons pour déguster des fruits de mer frais dans l’un des restaurants en bord de mer, émerveillés par la beauté du paysage.

La ville de Malibu s’étend également à l’intérieur des terres. Nous y découvrons de l’extérieur le palais hindou, un site surprenant et impressionnant qui ajoute une touche de spiritualité à notre aventure avant de rejoindre le Solstice Canyon, un parc national acquis par le National Park Service en 1988. La randonnée jusqu’aux ruines de la Roberts Ranch House, détruite par un incendie en 1982, est particulièrement captivante. Les vestiges de la maison, entourés par la nature sauvage, rappellent la fragilité de l’homme face aux éléments.

L’Escondido Falls est une autre merveille naturelle qu’il est possible de découvrir via une randonnée de 6 kilomètres aller-retour. La chute d’eau, atteignant 46 mètres de hauteur, est la plus haute des montagnes de Santa Monica.  

Une expérience unique attend également les visiteurs au Malibu Wine Safari, un domaine viticole qui combine dégustation de vin et safari animalier avec une découverte du Saddlerock Ranch, datant des années 1970, à bord d’un véhicule tout-terrain. La dégustation des vins locaux, accompagnée de rencontres avec des animaux exotiques tels que des zèbres et des girafes, offre des moments inoubliables.

En matière de culture, Malibu ne déçoit pas. L’Adamson House, construite en 1929, est un superbe exemple de l’architecture espagnole coloniale. Située à côté de la Malibu Lagoon State Beach, cette maison historique abrite un musée présentant des carreaux colorés, des jardins magnifiques et des vues imprenables sur l’océan. Chaque pièce de cette bâtisse raconte une histoire, tout comme The Getty Villa, ouverte au public en 1974, qui comporte un musée d’art et institution éducative, dédiée à l’étude des arts et cultures de la Grèce, de Rome et de l’Étrurie.

Le Point Dume State Beach, créé en 1979, est célèbre pour ses falaises escarpées, sa plage de sable fin et ses vues panoramiques sur l’océan. La plage est un spot de surf réputé, et nous sommes fascinés par les surfeurs qui défient les vagues. Surfrider Beach, également connu pour ses vagues parfaites, attire des surfeurs du monde entier depuis les années 1950. Nous observons les sportifs avec admiration, sentant l’énergie de ce lieu emblématique.

Nous continuons notre exploration des plages de Malibu, chacune ayant son propre charme. Malibu Lagoon State Beach, El Pescador State Beach, La Piedra State Beach, Leo Carillo State Beach et la Zuma Beach, une plage privée, nous offrent des paysages variés et magnifiques.

La plus connue, El Matador State Beach, nous mène à une crique naturel aux abords d’une magnifique arche. La beauté sauvage de cet endroit nous coupe le souffle, et nous nous sentons privilégiés de pouvoir l’explorer.

Santa Monica

À environ 25 kilomètres à l’Ouest du centre-ville de Los Angeles, Santa Monica est une ville côtière dynamique et diversifiée, bordée par l’océan Pacifique à l’Ouest. Avec une population d’environ 90 000 habitants, Santa Monica attire des résidents de différentes cultures et origines, tout en étant une destination prisée par les touristes, particulièrement durant les mois d’été.

Notre premier point de chute en provenance de Malibu est le Santa Monica Pier, construit en 1909. Cette jetée emblématique qui abrite également abrite également le Santa Monica Pier Aquarium offre une variété d’attractions, y compris un parc constitué d’une grande roue, de montagnes russes et de jeux d’arcade : le Pacific Park.

Juste à côté du Pier, la Santa Monica State Beach s’étend sur environ 5,6 kilomètres le long de l’océan Pacifique. La plage est vivante et animée, avec des familles, des groupes d’amis et des surfeurs qui profitent des vagues. Il est possible également d’explorer ses dessous, comprenant de centaines de poteaux de bois qui maintiennent l’ensemble en un tout.

À l’entrée du Pier, nous ne manquons pas de prendre une photo devant le panneau « Santa Monica », marquant officiellement la fin de la célèbre Route 66.

Pour rejoindre la plage, nous empruntons l’Ocean Front Walk, un large chemin qui longe la côte jusqu’à Venice Beach à Los Angeles. Cette promenade est animée par des artistes de rue, des musiciens, et des vendeurs ambulants, créant une ambiance festive et énergique.

Le centre-ville de Santa Monica s’organise autour de la Third Street Promenade, une rue piétonne bordée de palmiers et agrémentée de fontaines. La promenade est connue pour ses boutiques de mode, ses magasins spécialisés, et ses cafés en plein air.   À l’extrémité sud de la rue, la Santa Monica Place est un centre commercial en plein air offrant une variété de boutiques de luxe, de restaurants, et de divertissements.  

La Main Street, mène quant à elle au California Heritage Museum, un musée présentant l’histoire des habitants de l’État. Les expositions y sont fascinantes, permettant d’en apprendre davantage sur la riche histoire et la diversité culturelle de la région.

Dans le domaine culturel, la Bergamot Station Arts Center, située sur le site d’une ancienne station de tramway, est un centre artistique abritant une trentaine de galeries d’art contemporain.

La ville comporte également le Palisades Park, un parc de 10,6 hectares qui s’étend le long des falaises surplombant l’océan, offrant des vues spectaculaires sur le littoral ainsi que le parc urbain : Tongva Park s’étendant sur 2,4 hectares et inauguré en 2013 ; il est situé à quelques pas de l’océan et du Pier. Conçu par l’architecte paysagiste James Corner, il est un espace vert apprécié pour la détente et les loisirs.

Au Nord-Ouest de la ville, le Will Rogers State Historic park créé en 1955 pour protéger le ranch de l’acteur éponyme comprend un musée exposant des objets lui ayant appartenu. Non loin, le Temescal gateway park s’étend sur 57 hectares et permet d’effectuer de belles randonnées.

Dans les hauteurs de la ville, le Getty Center, ouvert en 1997, est un complexe culturel et artistique situé sur les collines de Brentwood. Conçu par l’architecte Richard Meier, il abrite la collection d’art du J. Paul Getty Museum, incluant des peintures européennes, des sculptures, des manuscrits et des photographies. Le centre est également connu pour ses jardins et ses vues panoramiques sur la ville.

Los Angeles, emblème du Sud de la Californie

Los Angeles, souvent appelée « L.A. » ou la Cité des Anges est située dans le sud de la Californie, sur la côte Ouest des États-Unis. La ville se développe sur plus de 1 200 kilomètres carrés, entre l’océan Pacifique à l’Ouest et les montagnes de San Gabriel au Nord.

En s’étendant sur plus de 1 200 kilomètres carrés, Los Angeles est la plus grande ville de Californie et la deuxième plus grande des États-Unis, avec une population d’environ 4 millions d’habitants. La région métropolitaine de Los Angeles compte plus de 20 millions de personnes.

Plusieurs types de pass sont disponibles et permettent d’avoir accès à de nombreux sites.

Par souci de clarté, il est possible de la découper en plusieurs secteurs touristiques : Hollywood, Hollywood Boulevard, Hollywood Hills, Beverly Hills, Venice Beach, le centre-ville, El Pueblo, Broadway, Chinatown et le secteur des parcs d’attraction et des studios de cinéma.

Powered by GetYourGuide

Venice Beach

Dans le prolongement de Santa Monica, nous nous rendons à Venice Beach, une plage animée connue pour son front de mer coloré, ses artistes de rue, ses boutiques éclectiques et ses cafés.

Nous rejoignons la plage et après avoir posé nos serviettes ; nous n’hésitons pas longtemps avant de nous jeter à l’eau, partageant également un moment rêvé sur la plage qui a accueilli de nombreux tournages de films et de séries. Le tout, accompagnés par un hélicoptère qui effectue plusieurs rotations dans le ciel bleu de la ville.

Une fois sortis de l’eau, la promenade que nous arpentons permet à la fois de rejoindre les plages que le Venice Recreation center, un parc sportif qui se trouve au bout de Windward Avenue, bordée de bâtiments historiques à colonnades qui mène à la Venice Torso, une célèbre sculpture de Roberg Graham. Les murs des bâtiments du quartier présentent de nombreuses oeuvres de street-art et cette démonstration artistique débute au Venice Public Art Wall, non loin du Venice Recreation Center.

Le Venice Fishing Pier est en ce qui le concerne, un ponton de 400 mètres qui se trouve dans le prolongement de West Washington Boulevard et qui est réquisitionné tous les jours par des dizaines de pêcheurs tâtant l’hameçon.

Une ambiance tout aussi agréable se retrouve à la Abbot Kinney Boulevard, entre Venice Boulevard et Main Street. La rue accueille plusieurs fois par semaine le Venice Farmer’s Market, un marché extérieur qui permet à des producteurs locaux de proposer leurs produits en circuit court.

Dans le centre du secteur, il convient de ne pas louper le Venice Canal Historic District, dont les maisons sont bordées par un canal construit par le milliardaire Abbot Kinney au début du XXe siècle souhaitant recréer la ville italienne de Venise.

Beverly Hills

Beverly Hills est un quartier emblématique de Los Angeles, situé à l’Ouest de la ville, entre West Hollywood et Century City.

En pénétrant à l’intérieur du quartier, nous faisons immédiatement un arrêt à l’angle de Santa Monica Boulevard, pour découvrir le panneau Beverly Hills écrit en jaune sur fond vert.

Notre exploration de Beverly Hills nous plonge dans le glamour. Sur Rodeo Drive, nous découvrons les boutiques de luxe et nous émerveillons devant les marques haut de gamme. Les vitrines étincelantes et les rues impeccables nous donnent l’impression d’être dans un décor de film. Nous visitons le Beverly Hills City Hall, un magnifique exemple d’architecture méditerranéenne.

Construit en 1932, le bâtiment est facilement reconnaissable grâce à son clocher doré et ses tuiles en céramique espagnole. L’intérieur du hall est tout aussi impressionnant, avec des fresques murales et des finitions en bois finement sculptées.

Nous nous recueillons ensuite au Beverly Hills 9/11 Memorial Garden. Les jardins enchanteurs du Will Rogers Memorial Park nous offrent un moment de paix et de détente, loin de l’agitation de la ville. Dans le domaine culturel, le Museum of Tolerance, ouvert en 1993, est un centre éducatif et un musée consacré aux droits de l’homme, à la tolérance et à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Un peu à l’écart du centre, nous reprenons notre véhicule pour découvrir dans le quartier, de magnifiques demeures. La Spadena House, également connue sous le nom de « The Witch’s House », est une maison emblématique construite en 1921. Conçue par Harry Oliver, cette maison de conte de fées ressemble à une maison de sorcière avec ses toits inclinés, ses fenêtres irrégulières et son jardin enchanteur. A ses côtés, l’O’Neill House, inspirée par le célèbre architecte Antoni Gaudí, est une autre résidence privée fascinante à Beverly Hills. Nous ne manquons pas également les Virginia Robinson Gardens, établis en 1911 et la Greystone Mansion, datant de 1928, qui est une majestueuse demeure de style néo-Tudor située dans un parc verdoyant.

Au milieu des riches autres propriétés, la Stahl House, également connue sous le nom de Case Study House #22, est un chef-d’œuvre de l’architecture moderne construite en 1959 par Pierre Koenig et le Château Marmont, quant à lui, ouvert en 1929, est un hôtel emblématique situé à l’extrémité Ouest de Hollywood, près de Beverly Hills.

Hollywood Hills

En arpentant avec notre véhicule, la Mulholland Drive, nous n’hésitons pas à faire un arrêt à un point de vue qui nous permet de bénéficier d’une carte-postale. Face à nous, Los Angeles se dévoile et nous laisse découvrir l’immensité de sa fournaise urbaine. Avec les gratte-ciels en ligne de mire et les nombreux véhicules qui semblent grouiller comme des fourmis, la ville se présente sous son vrai visage : frénétique, intense.

La Mulholland Drive est une route panoramique de près de 40 kilomètres offrant des points de vue époustouflants sur la ville. Les belvédères tels que The Groves Overlook, Stone Canyon Overlook, Mulholland Scenic Overlook, Universal City Overlook, et Hollywood Bowl Overlook permettent d’apprécier pleinement la beauté et la diversité des paysages de la ville. Chaque arrêt offre une nouvelle perspective sur la cité des anges, renforçant notre admiration pour cette métropole dynamique et variée.

Alors qu’un policier à moto prend une petite pause, en le regardant nous ne pouvons pas nous arrêter de l’imaginer être sorti du film Terminator 2, tant il lui ressemble.

Nous arrivons après quelques minutes de route aux abords d’un lac et nous nous garons sur un parking pour bénéficier de la vue que nous attendions depuis que nous avons mis les pieds sur le territoire américain. Face à nous, le panneau d’Hollywood se dresse majestueusement.

Le Hollywood Sign est l’un des symboles les plus emblématiques de Los Angeles. Perché sur les collines d’Hollywood, ce panneau géant composé de lettres blanches majestueuses surplombe la ville depuis les années 1920. Avec ses 13,9 mètres de haut et ses 107,3 mètres de long, il représente l’image emblématique de l’industrie cinématographique.

Nous repartons ensuite et rejoignons le Griffith Park, l’un des plus grands parcs urbains d’Amérique du Nord, couvrant plus de 1 700 hectares. Créé en 1896, le parc offre une multitude d’activités de plein air, notamment la randonnée, l’équitation et le golf. Les attractions les plus importantes auxquelles il donne accès comprennent le Griffith Observatory, le Los Angeles Zoo et le Greek Theatre. Une randonnée : le Charlie Turner Trail est une boucle de 5 kilomètres qui permet d’accéder à des points de vue dégagés sur la ville et le panneau Hollywood. Elle permet de s’en approcher au plus près.

Situé sur le flanc Sud du mont Hollywood dans le Griffith Park, le Griffith Observatory nous offre une vues panoramique sur Los Angeles et l’emblématique panneau Hollywood. Inauguré en 1935, l’observatoire attire également notre regard au travers de sa structure. Il comporte à ses abords un buste de James Dean.

Le secteur comporte bien d’autres incontournables. Le Los Angeles Zoo and Botanical Gardens est une véritable oasis de biodiversité. Accueillant plus de 1200 animaux, ce zoo offre une expérience immersive où nous pouvons observer des créatures exotiques et locales dans des habitats soigneusement recréés. Les jardins botaniques, eux, sont un délice pour les sens avec une variété impressionnante de plantes exotiques et indigènes.

À proximité se trouve le Autry Museum of the American West, un trésor culturel dédié à la conquête de l’Ouest américain. Avec ses 500 000 œuvres d’art et artefacts, ce musée plonge dans l’histoire riche et complexe de cette époque.

Le Travel Town Museum, un autre musée en plein air, cette fois-ci expose une impressionnante collection de locomotives et de wagons anciens alors que le Greek Theatre, construit en 1930 peut accueillir jusqu’à 6000 spectateurs et l’Ennis House, une œuvre architecturale de Frank Lloyd Wright datant de 1924 mérite également une visite. Tout comme le Forest Lawn Memorial Park, un cimetière qui abrite de nombreux monuments commémoratifs dédiés à l’histoire américaine. A l’intérieur, le Court of Liberty présente des statues de George Washington et de Thomas Jefferson, tandis que l’immense mosaïque Birth of Liberty nous impressionne par ses dimensions colossales de 49 mètres de long sur 9 mètres de haut. Le Hall of Liberty et l’American History Museum offrent un aperçu éducatif et émouvant du passé du pays tandis que le Monument to Washington et la Lincoln Terrace, avec leurs sculptures majestueuses, rendent hommage à ces figures historiques avec une grandeur et une dignité solennelles.

Dans le secteur Ouest de Los Angeles, le Hollywood Bowl est un autre amphithéâtre en plein air emblématique, niché dans les collines depuis 1922. Célèbre pour ses concerts de musique classique, pop et rock, le site offre une acoustique exceptionnelle et une vue imprenable sur l’horizon de la ville. À proximité se dresse la High Tower, une tour résidentielle de 5 étages construite en 1920. Entourée de maisons élégantes, cette tour ajoute une touche d’originalité au paysage urbain.

Pour une escapade en plein air, le Runyon Canyon Park s’étend sur 65 hectares et propose de magnifiques sentiers de randonnée. Ce parc est un havre de paix en pleine ville, offrant des vues spectaculaires sur Los Angeles et des sentiers adaptés à tous les niveaux de marcheurs.

Hollywood Boulevard

Après avoir garé notre véhicule, nous rejoignons le majestueux Dolby Theatre, foyer des Oscars. L’anticipation monte à mesure que nous imaginons les stars défilant sur le tapis rouge, sous le regard du monde entier.

La grandeur et la solennité de l’endroit nous enveloppent alors que nous nous imprégnons de l’aura des grands gagnants qui ont foulé ces mêmes marches et dont les noms sont inscrits sur les murs de ce bâtiment que nous traversons.

Nous rejoignons Hollywood Boulevard, l’épicentre étincelant de l’industrie cinématographique. Sous nos pas, le Walk of Fame scintille de 2600 étoiles, chacune étant une promesse de renommée et de gloire. Nous nous arrêtons devant la sculpture imposante de The Four Ladies of Hollywood, une œuvre captivante qui semble garder l’esprit des lieux et faisons la connaissance d’un loueur de Ferrari qui accepte de nous faire tester son bolide.

Dans la rue, nous nous lions d’amitié à un jeune rappeur qui dévoile son talent.

Non loin de lui, nous assistons au petit spectacle d’un autre jeune qui au rythme de sa musique portative, traverse la route en se dandinant, sous l’oeil amusé des passants.

Notre cœur bat plus fort à l’approche du mythique Grauman’s Chinese Theatre, avec sa façade ornée de détails exotiques et de dragons sculptés. L’histoire de ce lieu, témoin de tant de premières mondiales, éveille notre imagination. À quelques pas, El Capitan nous accueille avec son charme rétro et sa promesse d’avant-premières exclusives des films Disney. L’excitation est palpable, les souvenirs d’enfance se mêlent à l’enthousiasme du moment présent.

Nous découvrons ensuite le Hollywood Museum, un trésor de quatre étages regorgeant de souvenirs cinématographiques. Chaque artefact raconte une histoire, chaque coin révèle un fragment de la magie de l’écran. Puis, nous nous retrouvons face à face avec nos idoles de cire au Madame Tussauds.

Nous franchissons les portes du musée avec un mélange d’anticipation et d’émerveillement. Dès notre entrée, nous sommes accueillis par une ambiance électrique, où les murmures excités des visiteurs se mêlent aux flashes des appareils photo. L’air est chargé d’excitation alors que nous nous engageons dans les couloirs illuminés par des lumières tamisées.

À chaque coin, nous sommes surpris par la présence presque réelle de nos idoles de cinéma, de musique et de culture pop. Le réalisme des statues de cire est stupéfiant, chaque détail minutieusement reproduit, des expressions faciales aux plis des vêtements. Nous nous retrouvons face à face avec des légendes, des icônes contemporaines et des héros de notre enfance, chacun capturé dans une pose emblématique.

Nous nous glissons entre les figures figées dans le temps, prenant des selfies avec des stars du divertissement, partageant des instants fugaces avec ces géants de l’histoire. Le mélange éclectique de personnalités célèbres crée une atmosphère vibrante, où le passé et le présent se rencontrent dans un éclat éblouissant.

Chaque salle que nous traversons révèle une nouvelle surprise, une nouvelle célébrité à découvrir. Nous nous émerveillons devant la diversité des thèmes, des films classiques aux tendances actuelles, des légendes du rock aux héros de la pop. Chaque coin du musée est une invitation à la nostalgie, à la célébration et à l’admiration.

Dans le quartier, le Hollywood Heritage Museum offre en ce qui le concerne un voyage dans le temps, nous plongeant au cœur des débuts tumultueux de l’industrie du cinéma. Les affiches jaunies et les caméras vintage nous transportent dans une époque révolue mais toujours vivante dans nos mémoires collectives.

Enfin, nous contemplons avec émerveillement le Grauman’s Egyptian Theatre, une oasis d’art et de mystère où les hiéroglyphes se mêlent aux images animées. Chaque coin de ce temple du cinéma semble imprégné de magie, nous rappelant la puissance de l’imagination humaine.

Et tout au long de cette exploration, la majestueuse Capitol Records Building veille sur nous, témoin silencieux des mélodies et des voix qui ont façonné l’histoire de la musique. Son architecture emblématique est une invitation à rêver, à créer, à se perdre dans les vibrations de la créativité.

Hollywood

À côté d’Hollywood Boulevard, Sunset Strip est une section de Sunset Boulevard qui s’étend sur 2,5 kilomètres et offre une variété de restaurants, bars et discothèques. Cette avenue est bordée de panneaux publicitaires imposants non loin de la Melrose Avenue.

À proximité se trouve Amoeba Music, l’un des plus grands magasins de disques et de films au monde, situé au 2400 Sunset Boulevard. À côté se trouve le Pacific Cinerama Dome, un cinéma ouvert en 1963, reconnaissable par son architecture distinctive.

Dans une atmosphère un peu plus sombre, Hollywood Forever Cemetery abrite les tombes de plusieurs centaines de personnalités du divertissement, ainsi que de citoyens anonymes.

Parmi les bâtiments remarquables de la région, il ne faut pas manquer la Hollyhock House, construite en 1919. Entourée d’un magnifique parc ouvert au public, cette maison présente des murs extérieurs inclinés à 85 degrés et elle est ouverte à la visite certains jours de la semaine.

Centre-ville

Notre exploration du centre de Los Angeles commence au Civic Center, le cœur administratif de la ville. Là, nous sommes frappés par la modernité audacieuse de la Cathedral of Our Lady of Angels, conçue par l’architecte espagnol Rafael Moneo. Les lignes géométriques et les vastes espaces ouverts de cette cathédrale contemporaine nous captivent, tout comme les magnifiques tapisseries qui racontent des histoires bibliques.

Nous admirons une magnifique fresque qui surplombe un mur d’eau, avant de continuer notre aventure aux abords du majestueux Los Angeles City Hall, un gratte-ciel emblématique de style Art déco aperçu dans le film Superman entre autres. Sa tour de 138 mètres de haut domine l’horizon, offrant l’un des symboles les plus reconnaissables de la ville. À proximité, le Los Angeles Times Building nous fascine avec ses éléments décoratifs Art déco, témoins de l’histoire des médias de la ville. Il se trouve non loin du tribunal et du siège de la police.

Nous prenons ensuite une bouffée d’air frais à Grand Park, un espace public ouvert en 2012. Ses jardins verdoyants, ses fontaines et ses installations pour les événements communautaires offrent un contraste rafraîchissant avec l’agitation urbaine.

À quelques pas de là se trouve le Performing Arts Center de Los Angeles, également connu sous le nom de Music Center. Nous sommes éblouis par la diversité de ses espaces dédiés aux arts, allant du Ahmason Theater aux performances musicales au Walt Disney Concert Hall, une œuvre architecturale célèbre pour son acoustique exceptionnelle et son design en acier inoxydable.

En déambulant dans le quartier financier, nous découvrons le fascinant Wells Fargo History Museum, qui retrace l’histoire de la banque et son impact sur le développement de l’Ouest américain.

Plus loin, nous embarquons moralement à bord de l’Angel Flight Railway, un funiculaire historique offrant une vue panoramique sur la ville depuis Bunker Hill jusqu’au centre-ville. Notre exploration se poursuit à Pershing Square, l’un des plus anciens parcs publics de Los Angeles, où nous profitons des installations modernes et des sculptures qui parsèment l’espace.

Nous nous imprégnons de l’histoire en visitant le magnifique Millennium Biltmore Hotel, un joyau de l’architecture Beaux-Arts au cœur de la ville. Ses plafonds peints et ses colonnes en marbre évoquent le glamour du passé hollywoodien.

Puis, nous découvrons au sommet de la US Bank Tower, l’OUE Skyspace LA, offrant une vue à 360 degrés sur Los Angeles.

Nous nous plongeons ensuite dans le monde de la musique au Grammy Museum, explorant les réalisations de l’industrie musicale enregistrée. Ce musée interactif est un incontournable pour les passionnés de musique. Enfin, nous terminons notre périple au Staples Center, une arène emblématique qui abrite des événements sportifs et de divertissement de premier plan. C’est le point final parfait pour notre exploration immersive du centre de Los Angeles.

Le cœur historique de Los Angeles offre une diversité culturelle et artistique remarquable. Au sein du Civic Center, le Los Angeles State Historic Park accueille les visiteurs avec ses 13 hectares de verdure, offrant une bouffée d’air frais dans l’urbanisme trépidant. À proximité, The Broad se dresse tel un phare artistique moderne, abritant une collection éclectique de chefs-d’œuvre contemporains, tandis que le Natural History Museum transporte les visiteurs à travers les époques, de l’ère des dinosaures aux cultures amérindiennes.

Plus loin, dans le quartier emblématique d’Elysian Park, le Dodger Stadium se dresse comme un temple du sport, où les passionnés de baseball se réunissent pour vivre des moments inoubliables. Ce mélange d’histoire, d’art, de science et de sport crée un tableau vibrant de l’essence même de la ville.

Le marché historique, Los Angeles Farmers Market, est un incontournable pour goûter aux saveurs locales et internationales. Juste à côté, le California Science Center fascine les esprits curieux avec ses expositions interactives sur la science et la technologie, mettant en vedette la célèbre navette spatiale Endeavour.

Broadway

Dans le quartier artistique d’origine, le Roxie Theatre, ouvert en 1932, se distingue par son architecture emblématique de style Art déco. Voisin de plusieurs autres institutions cinématographiques légendaires, dont le Cameo Theater, érigé en 1910, l’un des plus anciens cinémas de Los Angeles, et le majestueux Million Dollar Theater, conçu par l’architecte Albert C. Martin. Le quartier abrite également des joyaux tels que l’Arcade Theater, imaginé par les architectes Morgan & Walls en 1910, ainsi que le somptueux Los Angeles Theater, un cinéma Art déco ouvert en 1931, et le raffiné Palace Theater, inauguré en 1911.

Le State Theater, ouvert en 1921, se distingue par son intérieur luxueux et son riche passé en tant que lieu de spectacles et de projections cinématographiques, demeurant une destination historique prisée. Le Globe Theater, érigé en 1913, fascine par son architecture Renaissance espagnole, tandis que le Tower Theater, inauguré en 1927, incarne le même style tout en étant le premier cinéma de la ville à avoir proposé des films sonores. Dans le registre des édifices uniques, l’United Artists Theater, ouvert en 1927, enchante par son magnifique style gothique espagnol.

Pour s’imprégner de l’ambiance vibrante de la ville, le légendaire Grand Central Market, fondé en 1917, offre une expérience culinaire incomparable, rassemblant une mosaïque de saveurs internationales dans un cadre dynamique et animé. Contrastant avec cet environnement, le Bradbury Building, édifié en 1893, séduit par son atrium central orné d’escaliers en fer forgé et d’une verrière, devenant l’une des attractions les plus photographiées de Los Angeles et un lieu de tournage prisé pour de nombreuses productions cinématographiques et télévisuelles.

Le panneau marquant la fin officielle de la Route 66, perché sur le quai de Santa Monica, revêt une signification particulière dans le tissu historique de la ville. Alors que la Route 66 elle-même évoque une série de voyages mythiques à travers les États-Unis, ce repère symbolique à Los Angeles devient un point de convergence pour les passionnés d’histoire et de voyages, incarnant la fin d’un périple emblématique à travers le pays.

Studios et parcs d’attraction

Universal Studios Hollywood offre une expérience unique en combinant un studio de cinéma et un parc à thème. Depuis son ouverture en 1964, il propose des attractions, des spectacles et des visites guidées des studios de tournage, plongeant les visiteurs au cœur de leurs films préférés.

Powered by GetYourGuide

Au Warner Bros Studio à Burbank, les amateurs de cinéma peuvent découvrir les coulisses de l’industrie du divertissement. Le Studio Tour inclut des visites des plateaux de tournage actuels, des expositions interactives sur des franchises emblématiques telles que DC Comics et « Harry Potter », ainsi qu’une exposition fascinante de véhicules Batman.

Les Paramount Pictures Studios offrent une immersion dans l’histoire du cinéma hollywoodien. La visite inclut des décors et plateaux de tournage emblématiques, des anecdotes sur les productions légendaires du studio, ainsi que des arrêts aux ateliers de fabrication de décors et aux studios de post-production.

Une visite des Sony Pictures Studios à Culver City révèle l’héritage cinématographique de la MGM et les productions actuelles. Les visiteurs peuvent explorer les décors de films emblématiques comme « The Wizard of Oz » et « Men in Black », offrant ainsi un aperçu privilégié de l’industrie cinématographique.

Les Charlie Chaplin Studios, aujourd’hui connus sous le nom de Jim Henson Company Lot, offrent une expérience unique aux passionnés de cinéma. Les visiteurs peuvent découvrir les studios originaux de Chaplin et les lieux où ont été créés des classiques comme « The Kid » et « The Great Dictator ». Aujourd’hui, le studio est utilisé pour produire les Muppets et d’autres créations de la Jim Henson Company.

Enfin, le Disneyland Resort à Anaheim, le Six Flags Magic Mountain à Valencia et Knott’s Berry Farm offrent des attractions inoubliables. Ces parcs à thème garantissent des expériences mémorables pour tous les visiteurs.

El Pueblo

Dans ce quartier historique, Olvera Street en est le cœur, fondée en 1930 pour préserver et célébrer l’héritage mexicain de la cité des anges. La rue abrite l’Avila Adobe, la plus ancienne maison de la ville, construite en 1818. Elle donne également accès à la Sepulveda House, une maison victorienne datant de 1887 et à la Pelanconi House, édifiée en 1850.

La Los Angeles Plaza, souvent appelée El Pueblo de Los Ángeles Historical Monument, est le site historique où la ville a été fondée en 1820. Cet espace public comprend une statue d’Antonio Aguilar ainsi que des plaques commémoratives en hommage aux 44 premiers colons de la ville.

La Plaza Methodist Church, construite en 1926, est une église historique située à proximité de la place. Fondée pour servir la communauté hispanique, elle est est un bel exemple de l’architecture missionnaire espagnole, avec ses murs en stuc blanc et ses éléments en tuiles rouges.

Construite en 1822, l’Iglesia de Nuestra Señora la Reina de Los Ángeles, également connue sous le nom de La Placita, est l’une des plus anciennes églises de Los Angeles. Située également près de la Plaza, elle illustre parfaitement l’architecture coloniale espagnole avec ses murs en adobe et son toit en tuiles rouges.

À proximité se trouve la Pico House, achevée en 1870, un ancien hôtel de luxe construit par Pío Pico, dernier gouverneur mexicain de Californie. Cet édifice est un bel exemple d’architecture italienne avec ses balcons en fer forgé et ses fenêtres en arc. À l’époque de sa construction, c’était le plus grand et le plus élégant hôtel de Californie du Sud, symbolisant le développement et la prospérité de Los Angeles.

Construit en 1884, l’Old Plaza Firehouse est le plus ancien poste de pompiers encore debout à Los Angeles. Ce bâtiment de style victorien est désormais un musée présentant des artefacts et des expositions sur l’histoire des pompiers de Los Angeles.

Inaugurée en 1939, Union Station que nous rejoignons est la principale gare ferroviaire de Los Angeles. Conçue dans un style Art déco et mission espagnole, elle se distingue par son grand hall aux plafonds en bois sculpté, ses sols en terrazzo et ses jardins luxuriants. Elle a également servi de lieu de tournage pour de nombreux films.

Chinatown

Situé à proximité du centre-ville, Chinatown s’étend sur plusieurs blocs, délimités principalement par Broadway, Hill Street, College Street et Bernard Street. Le quartier est facilement reconnaissable par ses pagodes colorées, ses lanternes rouges suspendues et ses arcs traditionnels qui accueillent les visiteurs.

En entrant dans le secteur, nous sommes propulsés directement en Asie, tant les éléments distinctifs de ce continent sont présents au travers de son architecture, des lampions accrochés sur des fils tirés entre des immeubles et de la grande porte d’entrée que nous franchissons. La porte se trouve aux côtés d’une magnifique statue.

Dans une des rues, alors que nous faisons connaissance avec plusieurs commerçants, nous découvrons une magnifique statue de Bruce Lee, tenant une pause qui le rend presque vivant. Une pause majestueuse que nous admirons avec intérêt.

Oceanside

Oceanside, une enclave balnéaire idyllique nichée entre San Diego et Los Angeles, se distingue par son mélange harmonieux de plages immaculées, d’histoires captivantes et d’activités dynamiques. Dotée de plus de 8 kilomètres de littoral doré et d’une vue imprenable sur l’océan Pacifique, Oceanside représente un véritable sanctuaire pour les amateurs de plein air et les passionnés de surf qui convergent le long de la plage de Harbor Beach.

Sa majestueuse jetée, qui s’étend sur 600 mètres, se classe parmi les plus longues du Sud de la Californie, offrant une expérience emblématique aux promeneurs et aux pêcheurs. De plus, la ville accueille fièrement le California Surf Museum, un lieu de vénération dédié à l’histoire et à la culture du surf, où les visiteurs peuvent s’immerger dans l’évolution captivante de ce sport iconique.

Dans le domaine culturel, la légendaire Top Gun House, immortalisée dans le film éponyme, incarne une attraction incontournable. Érigée en 1887, elle se distingue par sa couleur jaune caractéristique et les affiches du film qui ornent ses murs. Chaque jeudi matin, le marché animé et pittoresque de Oceanside Farmers Market illumine la ville avec ses étals colorés et animés, offrant une expérience sociale exaltante.

Le port d’Oceanside, parsemé de boutiques et de restaurants, constitue un autre lieu de prédilection pour les visiteurs en quête d’aventures gastronomiques et de découvertes. Pour les férus d’histoire, la Mission San Luis Rey de Francia, fondée en 1798, promet une plongée fascinante dans le passé riche de la région, avec son petit musée relatant son héritage culturel unique. À proximité de la base militaire de Camp Pendleton, le musée de l’Aviation de la Marine abrite une collection remarquable d’aéronefs et d’expositions retraçant l’épopée glorieuse de l’aviation navale.

San Diego

Située dans le Sud-Ouest de la Californie, le long de la côte pacifique et à proximité de la frontière mexicaine, San Diego s’impose comme la deuxième plus grande ville de l’État, avec une population d’environ 1,4 million d’habitants. La région métropolitaine de San Diego-Tijuana, comptant plus de 5 millions d’habitants, constitue pour l’état un centre culturel et économique majeur.

San Diego offre une architecture variée, allant des missions espagnoles historiques aux gratte-ciels modernes, et se distingue par ses quartiers authentiques, ses plages sublimes et ses parcs verdoyants. Parmi ses trésors architecturaux figure le Balboa Park, un vaste parc urbain de 490 hectares, fondé en 1868, qui abrite une multitude de musées, de jardins et le célèbre San Diego Zoo, l’un des plus renommés au monde.

Au cœur du centre-ville se trouve le dynamique Gaslamp Quarter, un quartier historique animé, reconnu pour ses bâtiments victoriens restaurés, ses restaurants, ses boutiques et ses lieux de divertissement. Le Petco Park, stade de baseball des San Diego Padres inauguré en 2004, contribue à l’effervescence de ce quartier historique.

San Diego accueille également un centre historique au Old Town San Diego State Historic Park, un parc qui préserve l’héritage de la première colonie espagnole de Californie, établie en 1769. Les visiteurs peuvent y explorer des bâtiments historiques restaurés, tels que la Casa de Estudillo et l’ancien tribunal.

Dans le domaine culturel et maritime, l’USS Midway Museum, installé sur l’USS Midway, un porte-avions de la marine américaine désaffecté, offre une expérience immersive sur l’aviation navale et l’histoire militaire. De plus, le San Diego Santa Fe Depot, datant de 1915, et le Maritime Museum of San Diego, avec l’une des plus importantes collections de navires historiques du monde, constituent des attractions incontournables pour les passionnés d’histoire et de navigation.

Dans le domaine naturel, la Jolla Cove se niche comme une petite crique au sein du quartier du même nom, au nord de la ville. Les eaux claires et la plage de sable fin de la Pacific Beach en font un lieu de détente idéal, offrant une vue côtière spectaculaire. Cette zone abrite également le Birch Aquarium at Scripps Institution of Oceanography et le Sea World San Diego, un immense parc aquatique proposant des spectacles mettant en scène des animaux marins.

Au Sud de la péninsule de Point Loma, le Cabrillo National Monument célèbre l’arrivée de l’explorateur espagnol Juan Rodríguez Cabrillo en 1542, marquant ainsi la première expédition européenne à atteindre la côte Ouest des États-Unis.

Accessible via le pont de San Diego-Coronado, Coronado Island est renommée pour ses plages de sable blanc et l’iconique Hôtel del Coronado, un majestueux édifice victorien érigé en 1888, à proximité d’une plage souvent citée parmi les meilleures du pays.

En périphérie de la ville, se trouve le Legoland California, un parc à thème familial s’étendant sur 52 hectares et comprenant 22 000 constructions en Lego. De même, le San Diego Zoo Safari Park, s’étendant sur 730 hectares, offre un refuge à plus de 3500 animaux.

Palm Springs

Notre découverte de Palm Springs nous transporte au cœur du désert de Sonora, dans le Sud de la Californie, à quelque 170 kilomètres à l’Est de Los Angeles. Nichée au sein de la vallée de Coachella, cette oasis urbaine est entourée par les majestueux monts San Jacinto, Santa Rosa et Little San Bernardino.

Avec ses quelque 48 000 habitants, Palm Springs séduit par son climat chaud et ensoleillé tout au long de l’année, en faisant un refuge prisé pour les retraités et une destination recherchée pour les résidences secondaires.

L’architecture du milieu du siècle confère à Palm Springs une atmosphère unique, avec ses lignes épurées et son intégration harmonieuse au paysage désertique. La ville est véritablement un musée à ciel ouvert du style moderniste, regorgeant de maisons emblématiques, de bâtiments publics et d’hôtels qui reflètent cette esthétique singulière.

Ne manquant pas d’attraits, la ville nous charme avec son Palm Springs Welcome Sign, son Angel Cove Monument et sa Walk of the Stars Palm Springs, une allée étoilée rendant hommage aux célébrités du cinéma.

Le soir venu, la ville s’anime avec son marché nocturne hebdomadaire : le Village Fest Main Office Palm Springs, offrant une ambiance vibrante et conviviale.

Pour les amateurs d’art et d’histoire, le Palm Springs Art Museum et le Palm Springs Air Museum sont des escales incontournables. Le premier, fondé en 1938, présente une riche collection d’art contemporain et d’art amérindien, dans un bâtiment moderniste qui est en soi une œuvre d’art. Quant au second, ouvert en 1996, il est dédié à la préservation et à l’exposition d’avions de guerre, offrant une plongée captivante dans l’histoire militaire du pays.

En parcourant le quartier résidentiel du Mid Century, nous avons l’occasion d’admirer de somptueuses villas de stars, dont la mythique Marilyn Monroe House et la légendaire Elvis Honeymoon Hideaway, offrant un voyage dans le temps au cœur du style moderniste de la ville.

Créé en 1938 par Chester « Cactus Slim » Moorten et son épouse Patricia, le Moorten Botanical Garden est un jardin spécialisé dans les plantes succulentes et les cactus du désert, présentant plus de 3000 variétés réparties dans différentes zones thématiques. Dans la même veine, The Living Desert Zoo and Gardens, fondé en 1970, se concentre sur la conservation des écosystèmes désertiques mondiaux, abritant une diversité d’animaux tels que des girafes, des guépards et des chameaux, ainsi que des jardins de plantes indigènes et exotiques.

Inauguré en 1963, le Palm Springs Aerial Tramway est le plus grand téléphérique au monde en termes de dénivelé, transportant les visiteurs depuis le désert de la vallée de Coachella jusqu’au sommet des monts San Jacinto, à 2 596 mètres d’altitude.

La ville est également un point de départ pour explorer l’Indian Canyons, un site historique et naturel comprenant trois canyons principaux : Palm Canyon, Andreas Canyon et Murray Canyon. Ces canyons, considérés comme sacrés par les tribus Cahuilla, offrent des paysages spectaculaires avec des palmeraies, des ruisseaux et des formations rocheuses.

En flânant le long de Palm Canyon Drive, l’une des artères principales, nous sommes accueillis par les attractions du centre-ville, parmi lesquelles une statue imposante de Marylin Monroe, aux abords d’un petit parc verdoyant.

Pionnertown

Notre exploration de Pionnertown se déroule sous un soleil éclatant, le désert de Mojave étendu à perte de vue autour de nous. Nous sommes saisis par une vague d’appréhension mêlée à une curiosité palpable alors que nous pénétrons dans cette ville fantôme au charme mystérieux. Nichée dans les paysages arides, à proximité du désert de Mojave, elle semble surgir du passé, un décor vivant figé dans le temps.

En marchant le long de Mane Street, la rue principale de Pionnertown, nos pas résonnent sur le sol poussiéreux. Les bâtiments en bois, aux façades patinées par le temps, racontent des histoires oubliées et nous enveloppent d’une atmosphère à la fois familière et étrange. L’odeur du bois vieilli flotte dans l’air, ajoutant à l’illusion d’une époque révolue.

Nous nous imprégnons de chaque détail, de chaque recoin de cette ville reconstituée avec minutie. Les vieux saloons aux portes battantes, les enseignes peintes à la main, les corrals où résonnent encore les échos des sabots des chevaux… Chaque élément semble avoir été figé dans le temps, préservant l’esprit de l’Ouest sauvage.

Les différentes bâtisses se succèdent : les anciennes boutiques, les bureaux du shérif et les saloons nous subjuguent. Fondé en 1982, le Pappy & Harriet’s Pioneertown Palace est un de ces bars-restaurants, aujourd’hui célèbre pour ses concerts en direct et son ambiance unique.

Le Pioneertown Motel est un motel historique, construit en 1946, considéré comme l’un des bâtiments emblématiques de la ville. Initialement conçu pour héberger les stars et les équipes de tournage des films westerns, il offre aujourd’hui des chambres rustiques mais confortables.

Les corrals de Pioneertown sont quant à elles, des structures historiques où étaient autrefois gardés les chevaux utilisés pour les tournages de films.

Chaque coin de rue révèle une nouvelle surprise, chaque bâtisse raconte une nouvelle histoire, et nous sommes transportés dans un voyage à travers le temps, au cœur même de l’histoire du Far West américain.

La vallée de Coachella

La vallée de Coachella, au cœur du sud de la Californie dans le comté de Riverside, déploie ses étendues sur environ 72 kilomètres de long et 24 kilomètres de large, embrassant des localités telles que Palm Springs, Indio, La Quinta et Palm Desert. Cernée par les monts San Jacinto à l’Ouest et les monts Santa Rosa au Sud, elle est un amphithéâtre naturel de splendeurs désertiques.

Powered by GetYourGuide

Réputée pour ses panoramas arides, ses complexes balnéaires, ses festivals de musique et ses festivités culturelles, la vallée de Coachella bénéficie d’un climat chaud et sec, avec des étés étouffants et des hivers doux, offrant ainsi une destination de choix en toutes saisons.

Au cœur de cette région se dresse fièrement le Festival de Musique et d’Arts de Coachella, surnommé simplement « Coachella« . Depuis ses débuts en 1999, ce rendez-vous annuel, installé à Indio en avril, attire des hordes de festivaliers, venus vibrer au son d’une multitude de genres musicaux, du rock à l’électro en passant par le hip-hop. En plus des performances, des installations artistiques interactives et des sculptures parsèment le site, faisant de lui une véritable immersion culturelle.

Au bord de la vallée, git le Salton Sea, un lac artificiel qui, dans les années 50, a vu émerger une station balnéaire, dont la fameuse Bombay Beach. Hélas, l’évaporation de l’eau du lac a scellé le destin de cette cité, laissant place à une atmosphère de station fantôme où quelques habitants et un bar survivent.

À proximité, Slab City émerge comme une enclave hors norme, héritage d’une base militaire de la Seconde Guerre mondiale désormais investie depuis six décennies par une communauté marginale. Dans ce microcosme anarchique, marqué par l’absence de loi et d’organisation, se dressent des œuvres d’art telles que la Salvation Mountain, monumentale fresque colorée façonnée par Leonard Knight. Le quartier avoisinant, East Jesus, abritant une collection d’œuvres d’art exposées par les résidents, incarne quant à lui la quintessence de la créativité débridée dans un décor désertique.

Indian Canyons

Les Indian Canyons, aux abords de Palm Springs, Californie, se nichent dans la région désertique du Sonora, administrée par la tribu Agua Caliente des Indiens Cahuilla, à une dizaine de minutes en voiture du centre-ville. Trois majestueux canyons, Palm Canyon, Andreas Canyon et Murray Canyon, offrent des panoramas saisissants, peuplés de palmeraies luxuriantes, de roches monumentales, de ruisseaux serpentant entre les formations. À leurs côtés, le Tahquitz Canyon se distingue, malgré sa singularité.

L’entrée dans les Indian Canyons revient à 9 dollars par adulte, tandis que l’accès à Tahquitz exige un coût de 12,5 dollars. Palm Canyon, le plus étendu et le plus renommé, s’étale sur 24 kilomètres, hébergeant l’une des plus vastes oasis de palmiers d’Amérique du Nord. Le Palm Canyon Trail, tracé sur 4 kilomètres, débute au Trading Post, puis pénètre dans le canyon, offrant des panoramas spectaculaires sur les palmiers majestueux, les formations rocheuses et le cours d’eau serpentant à travers la vallée.

Andreas Canyon se distingue par sa splendeur et sa biodiversité. Plus court et plus accessible que Palm Canyon, il n’en offre pas moins une richesse naturelle impressionnante. Le sentier Andreas Canyon Trail, long de 2 kilomètres aller-retour, suit un ruisseau bordé de palmiers, de sycomores et de fougères. Il révèle des pétroglyphes et des mortiers creusés dans la roche, témoins de la présence historique des Cahuilla Indians.

Murray Canyon propose une expérience de randonnée plus aventureuse, à travers des paysages variés, incluant palmeraies, ruisseaux et cascades. Le sentier Seven Sisters Falls, sur le Murray Trail long de 7 kilomètres, mène à une série de cascades. Plus ardu que les sentiers de Palm et Andreas Canyons, il offre en contrepartie des vues exceptionnelles et une relative solitude. Bien que distinct des Indian Canyons, Tahquitz Canyon est souvent inclus dans les circuits régionaux pour sa proximité et la beauté de ses paysages. Célèbre pour ses Tahquitz Falls, une chute d’eau de 18 mètres coulant à l’année, le sentier de 3 kilomètres en boucle, bien que modérément difficile, promet une traversée de zones rocheuses et des panoramas à couper le souffle.

La Mojave National Preserve

La Mojave National Preserve est située dans le désert de Mojave, dans le Sud-Est de la Californie. Elle couvre plus de 6 300 kilomètres carrés et elle est bordée par l’Interstate 15 au Nord et l’Interstate 40 au Sud, en facilitant son accès depuis les villes de Barstow et Needles.

La réserve ne possède pas de population résidente permanente. Elle attire cependant de nombreux visiteurs chaque année, venus explorer ses paysages variés et ses caractéristiques naturelles uniques.

L’entrée dans la Mojave National Preserve est gratuite.

Gratuite d’accès, la Mojave National Preserve dévoile une variété de paysages désertiques, des dunes de sable aux montagnes volcaniques, en passant par des plateaux de lave, des forêts de Joshua trees et des canyons rocheux. Les vestiges historiques ponctuent ce territoire, tels que des mines abandonnées, des habitations de pionniers et des infrastructures ferroviaires.

À l’Ouest, le Cinder Cone National Natural Landmark intègre 32 cônes volcaniques, tandis que le Lava Tube offre une expérience de spéléologie unique. Les majestueuses Kelso Dunes, s’étendant sur 45 kilomètres carrés, fascinent par leurs hauteurs impressionnantes de plus de 200 mètres, où le chant des dunes résonne dans l’air.

Le Kelso Depot, bâtiment historique restauré, évoque l’ère du chemin de fer et de l’industrie minière. Plus à l’Est, la Route Zzyzx mène au bord du Soda Lake asséché, abritant le centre d’études sur le désert de la California State University.

Au Nord, la Cima Dome and Joshua Tree Forest présente une formation géologique unique, tandis que le sentier de Teutonia Peak offre une randonnée à travers la dense forêt de Joshua trees.

Au centre, Hole-in-the-Wall dévoile ses formations rocheuses volcaniques percées de trous et de grottes, à explorer via le Rings Loop Trail. Deux randonnées prisées, la Barber Peak loop Trail et la Ring Loop Trail, offrent des perspectives variées sur ce paysage fascinant.

À l’Est, les Mitchell Caverns, grottes de calcaire, dévoilent des formations spectaculaires de stalactites et de stalagmites lors de visites guidées. La légendaire Mojave Road, tracée par les Amérindiens puis empruntée par les pionniers et les militaires, propose quant à elle une aventure en 4×4 à travers des sites historiques.

Dans la partie orientale de la réserve, les Providence Mountains invitent à des randonnées escarpées, offrant une vue panoramique sur le désert de Mojave. À proximité, Rock Spring révèle une source d’eau naturelle, témoin de l’histoire des pionniers et des explorateurs du désert, où les vestiges de camps et des pétroglyphes amérindiens témoignent du passé.

Red Rock Canyon State Park

Situé dans le désert de Mojave, au Nord-Est de la Californie, à environ 130 kilomètres au Nord de Los Angeles et à proximité de la ville de Ridgecrest, le Red Rock Canyon State Park est un trésor géologique accessible via la California State Route 14, offrant des vues spectaculaires sur le paysage environnant. L’entrée dans le parc coûte 6 dollars par véhicule, le pass América n’étant pas accepté.

Renommé pour ses formations rocheuses colorées et spectaculaires résultant de millions d’années d’érosion, le parc couvre environ 11 000 hectares. Ses falaises imposantes, ses buttes érodées et ses gorges profondes arborent des couleurs vives, du blanc au rouge, offrant un contraste saisissant avec le ciel bleu clair du désert. Au cœur du parc, le Ricardo Campground propose des emplacements de camping entourés de formations rocheuses spectaculaires.

Le parc comporte un Visitor Center aux abords des White House Cliffs, une grosse colline constituée de formations naturelles uniques. Le Hagen Canyon Nature Trail, une randonnée de 2,4 kilomètres aller-retour, offre aux visiteurs l’opportunité d’explorer certaines des formations rocheuses les plus impressionnantes du parc. Adapté à tous les niveaux de randonneurs, ce sentier traverse des canyons étroits offrant des vues rapprochées des falaises de grès coloré.

La réserve naturelle des Red Cliffs Natural Preserve protège certaines des formations géologiques les plus spectaculaires, dont certaines dépassent les 100 mètres de hauteur. Accessible par une petite route au départ de la CA14, elle offre une randonnée de 1,1 kilomètres en boucle pour admirer ses principales merveilles. Le Last Chance Canyon, connu pour ses formations rocheuses multicolores et ses fossiles préhistoriques, est une autre zone spectaculaire à explorer à pied ou en véhicule tout-terrain.

Le Turk’s Turban, une formation rocheuse distinctive qui ressemble à un turban géant enroulé, est un exemple fascinant des processus géologiques ayant sculpté le paysage du parc. Accessible via des sentiers de randonnée, il offre aux visiteurs une vue rapprochée de cette merveille naturelle. Pour ceux préférant une vue panoramique sans randonnée, le Red Rock Canyon Overlook propose plusieurs points de vue spectaculaires accessibles en voiture.

Les Trona Pinnacles

Nichées au cœur du désert des Mojaves, à environ 32 kilomètres au Sud-Est de Ridgecrest dans le comté de San Bernardino, les Trona Pinnacles offrent un spectacle géologique unique et fascinant. Accessibles via une route de terre depuis la California State Route 178, ces formations rocheuses remarquables se dressent majestueusement entre Los Angeles et la vallée de la Mort.

Composées de plus de 500 tours de tuf, des formations rocheuses de calcaire poreux, les Trona Pinnacles s’élèvent à des hauteurs variées, atteignant jusqu’à 43 mètres de hauteur. Ces tourelles, formées il y a entre 10 000 et 100 000 ans durant la période du lac Searles, révèlent l’histoire géologique de la région. Les dépôts de carbonate de calcium, résultant de l’infiltration de l’eau du lac dans les sources chaudes souterraines riches en minéraux, ont façonné ces tours distinctives.

Sur le site, quatre sortes de tuf sont visibles, des tours majestueuses aux pierres tombales plus larges, en passant par les crêtes étendues en longueur et les cônes plus modestes. Ces formations rocheuses sont regroupées en ensembles distincts, tels que The Northern, The Southern, et Middle Pinnacles, chacun offrant des caractéristiques géologiques uniques.

Le Middle Group, le secteur le plus accessible et complet, offre aux visiteurs une immersion totale dans ce paysage spectaculaire. En revanche, The Northern, situé à 700 mètres à l’Est du Middle Group, nécessite un véhicule tout-terrain pour y accéder, tandis que The Southern présente le moins de tours de tuf. Au Nord-Ouest du site, les visiteurs peuvent également découvrir les Fish Rocks, des rochers ornés de têtes de poissons gravées, ajoutant une touche supplémentaire à l’émerveillement géologique des Trona Pinnacles.

Calico Ghost Town

Nichée au cœur du désert de Mojave, dans le comté de San Bernardino, Calico Ghost Town se dresse comme un témoignage vivant de l’ère de la ruée vers l’argent du XIXe siècle. À seulement 16 kilomètres au Nord-Est de Barstow, à proximité de l’Interstate 15, elle attire les voyageurs en quête d’une escapade dans le passé.

À son apogée dans les années 1880, Calico était une ville florissante comptant environ 3500 habitants. Aujourd’hui, elle est une ville fantôme restaurée avec soin, gérée par le comté de San Bernardino comme un parc historique régional. Pour découvrir ses secrets, les visiteurs peuvent participer à un ghost-tour chaque samedi soir, une expérience unique pour seulement 10 dollars par personne.

Moins authentique que d’autres villes fantômes de la région, Calico a été restaurée pour refléter son apparence historique. Ses rues poussiéreuses, ses bâtiments en bois et ses reconstitutions captivent l’imagination, offrant une véritable plongée dans le passé minier du désert de Mojave. Parmi ses attractions, la Maggie’s Mine et le Calico Odessa Railroad permettent une immersion totale dans l’histoire minière de la région.

Les bâtiments emblématiques de la ville, tels que le Lane’s General Store et le Lil’s Saloon, ajoutent à l’atmosphère d’antan, proposant une variété de marchandises, de boissons et de spectacles en direct. Les visiteurs peuvent également explorer le Lucy Lane Museum, la Calico Schoolhouse et le fascinant Calico Cemetery.

Pour une expérience ludique, la zone de lavage de l’or, le Gold Panning, et le Mystery Shack offrent des activités interactives et des illusions d’optique qui défient l’esprit.

Joshua Tree National Park

Joshua Tree National Park se trouve dans le Sud-Est de la Californie, à environ 225 kilomètres à l’Est de Los Angeles et à 80 kilomètres au Nord de Palm Springs. Le parc s’étend sur 3 200 kilomètres carrés et englobe deux écosystèmes distincts : le désert du Colorado et le désert de Mojave.

L’entrée coûte 30 dollars par véhicule. Le pass América est accepté.


Nous explorons le Joshua Tree National Park avec un mélange d’excitation, ses vastes plaines désertiques et ses formations rocheuses imposantes nous plongeant dans un paysage presque surnaturel. En arrivant à la ville de Joshua Tree, juste à l’extérieur de l’entrée Nord-Ouest du parc, nous savons que notre aventure commence.

Hidden Valley nous accueille avec ses sentiers serpentant entre d’énormes formations rocheuses, nous racontant des histoires de voleurs de bétail cachant leurs trésors dans ce paysage désertique. Cholla Cactus Garden ajoute une touche unique avec ses milliers de cactus argentés, tandis que le Barker Dam nous rappelle l’histoire de ceux qui ont façonné cette terre autrefois inhospitalière.

La montée vers Ryan Mountain nous offre des vues à couper le souffle sur le parc, révélant les contrastes saisissants entre les écosystèmes désertiques. Aux Keys View, nous sommes émerveillés par la vallée de Coachella s’étendant à perte de vue. Enfin, Cottonwood Spring, une oasis riche en biodiversité, conclut notre périple avec une note de sérénité et de connexion avec la nature.

Le Hall of Horrors nous subjugue au travers de ses paysages splendides qui émergent des plaines arides que nous arcourons.

La randonnée vers Ryan Mountain est l’une des plus populaires. Le sentier de 4,8 kilomètres aller-retour monte jusqu’au sommet de la montagne, offrant des vues à 360 degrés sur le parc. Le sommet, à 1 665 mètres d’altitude, est un excellent point pour observer les contrastes entre les deux écosystèmes désertiques du parc et pour profiter de panoramas impressionnants. Un autre point de vue panoramique est amené par les Keys View situés à 1 580 mètres d’altitude, offrant des vues spectaculaires sur la vallée de Coachella, la faille de San Andreas, le mont San Jacinto et le mont San Gorgonio. Le sentier de 6,4 kilomètres aller-retour vers la mine Lost Horse offre également une randonnée fascinante à travers l’histoire minière de la région. La mine est l’une des mieux conservées du parc. Tout comme le Wall Street Mill, un sentier de 3,2 kilomètres aller-retour qui mène à l’un des moulins à or les mieux préservés de la région. Datant des années 1930, le moulin a été utilisé pour traiter le minerai extrait des mines environnantes.

Nous nous dirigeons vers Skull Rock, une formation rocheuse qui ressemble à un crâne humain. Les érosions causées par le vent et l’eau ont sculpté des cavités qui forment les « yeux » et le « nez » du crâne. Une courte randonnée d’environ 2 kilomètres permet de s’approcher du rocher et d’explorer les environs. La sensation étrange de se tenir près de cette curiosité géologique ajoute une dose de mystère à notre exploration. Puis, près du White Tank Campground, nous découvrons Arch Rock, une arche naturelle qui se dresse majestueusement, semblant défier le temps lui-même.

Powered by GetYourGuide

Amboy Crater National Natural Landmark

Amboy Crater National Natural Landmark est situé dans le désert de Mojave, en Californie, à environ 120 kilomètres à l’Ouest de Needles et à 100 kilomètres au Nord-Est de Palm Springs. Le cratère est accessible via l’Historic Route 66.

À proximité se trouve la ville fantôme d’Amboy, où le temps semble s’être arrêté. L’excitation monte alors que nous nous rapprochons de ce paysage volcanique spectaculaire formé il y a 79 000 ans.

Sue de la Californie

Arrivés sur place, nous sommes tout d’abord captivés par la longueur d’un train qui brise le silence ambiant. Nous sommes ensuite frappés par la majesté du cratère, un cône de scories noir s’élevant à 76 mètres au-dessus du désert environnant. Le champ de lave qui l’entoure crée une atmosphère à la fois austère et fascinante, parsemée de plantes désertiques courageuses. Nous nous engageons sur le sentier de randonnée de 6,4 kilomètres qui nous mènera au sommet du cratère.

La marche à travers ce paysage presque extraterrestre est une expérience à couper le souffle. Surtout que nous l’effectuons sous une température suffocante. Chaque pas révèle de nouveaux détails de ce décor lunaire, tandis que la sensation de solitude et de grandeur de la nature nous envahit.

Conclusion

Notre voyage en Californie du Sud a été une véritable immersion dans les grands espaces et les paysages mythiques de l’Amérique. Depuis les majestueuses formations rocheuses de Joshua Tree jusqu’aux vastes plaines désertiques de Red Rock Canyon, chaque étape de notre périple nous a émerveillés par sa beauté brute et sa grandeur naturelle. Nous avons parcouru des kilomètres à travers des territoires sauvages et préservés, découvrant des panoramas à couper le souffle et des horizons infinis qui semblaient s’étendre à perte de vue.

Au-delà des paysages spectaculaires, notre voyage nous a permis de rencontrer des habitants qui incarnent l’âme de cette région. Des cowboys solitaires des villes fantômes aux artistes bohèmes de Los Angeles, nous avons été fascinés par la diversité des personnes que nous avons croisées. Chaque rencontre a été une occasion d’en apprendre davantage sur la culture et l’histoire de cette terre, nous permettant de nous imprégner un peu plus de l’esprit de l’Ouest américain.

Ce voyage restera gravé dans notre mémoire comme une expérience inoubliable, une exploration authentique d’un visage de l’Amérique que nous avions longtemps rêvé de découvrir. Dans les grands espaces de la Californie du Sud, nous avons trouvé une liberté et une inspiration uniques, ayant contribué de faire de notre voyage, une plongée dans les tréfonds de nos rêves.

1351-etats-unis

Etats-Unis Ouest américain : Road Trip dans le Nord de la Californie

Omniprésent sur les Bucket List des voyageurs du monde entier, le Grand Ouest américain fait rêver autant qu’il fascine. Paysages exceptionnels, villes mythiques, sites touristiques légendaires, il englobe à lui-seul, des trésors dont la simple évocation suffit à procurer un frisson et une envie irrésistible de les découvrir. Nous y avons passé ainsi plusieurs semaines pour en parcourir les territoires et nous vous présentons au sein de cet article, les incontournables du Nord de la Californie, un état qui possède pour capitale la ville de Sacramento.

Englobant sans distinction plusieurs territoires, s’étendant généralement de l’Ouest du fleuve Mississippi, jusqu’à la côte Pacifique, l’Ouest américain ou plus communément appelé : « Grand Ouest américain » est constitué de 13 états : l’Alaska, l’Arizona, la Californie, le Colorado, Hawaï, l’Idaho, le Montana, le Nouveau-Mexique, le Nevada, l’Oregon, l’Utah, l’État de Washington et le Wyoming.

Sa géographie est ainsi découpée en de multiples organisations territoriales, chacune présentant ses propres spécificités : vallées, zones forestières, côtes, chaînes montagneuses et déserts arides en constituant la majeure partie.

A l’Ouest du Mississippi se trouvent des plaines étendues alors que la côte est façonnée par le delta éponyme et des lagunes menacées par les cyclones en été et en automne. Les montagnes Rocheuses constituent une chaîne de montagnes élevées à l’Ouest des Grandes Plaines et des Hautes Plaines et à l’Ouest de ces montagnes se trouvent des hauts plateaux disséqués par des cours d’eau violents, dont le Colorado qui en a façonné différents canyons. Le Grand Bassin présente une suite de dépressions occupées par des déserts entourés par des chaînes de montagnes. La plaine de Californie, appelée aussi la Vallée Centrale est un vaste espace plat et fertile, long d’environ 600 kilomètres.

Durant ce voyage que nous avons longuement préparé, nous avons ainsi parcouru de nombreux kilomètres, pour découvrir des paysages ayant servi de décors pour le cinéma américain, puis européen, qui en ont exploité la moindre parcelle dans des films romançant la vie de ses habitants, faisant de ce Far West, traduction anglaise de l’Ouest américain, un eldorado qu’il est nécessaire de vivre au moins une fois dans son existence.

La Californie, surnommée « The Golden State« , est l’un des états les plus emblématiques et diversifiés des États-Unis. Située sur la côte ouest du pays, elle s’étend sur environ 423 970 kilomètres carrés, ce qui en fait le troisième plus grand état en superficie, après l’Alaska et le Texas. La Californie est bordée par l’Oregon au Nord, le Nevada à l’Est, l’Arizona au Sud-Est et l’océan Pacifique à l’Ouest.

Nous vous en racontons au sein de cet article, les incontournables pour vous faire partager également notre séjour d’exception en Californie.

Nous l’avons parcouru dans son intégralité en choisissant de découvrir des lieux mythiques, mais aussi des endroits qui se trouvent hors des routes touristiques. Nous avons pu commencer notre périple en Californie centrale par la Death Valley, avant de remonter vers le Nord, jusqu’aux confins de l’état, pour ensuite redescendre en nous arrêtant dans les grands parcs nationaux de l’état, puis en nous rendant vers San Francisco que nous avons souhaité visiter sous toutes les coutures. Pour finalement, continuer vers le Sud et la côte Pacifique, une étape qui nous a permis d’entrer dans le Sud de la Californie.

L’état est célèbre pour sa diversité géographique et climatique. Il abrite des plages ensoleillées, des déserts arides, des forêts de séquoias majestueuses, des montagnes enneigées et des vallées fertiles. Le parc national de Yosemite, situé dans la Sierra Nevada, est connu pour ses formations rocheuses spectaculaires et ses cascades impressionnantes. Le parc national de la Vallée de la Mort, l’endroit le plus chaud et le plus bas d’Amérique du Nord, offre des paysages désertiques uniques. La côte californienne, avec ses falaises abruptes et ses plages paradisiaques, attire des millions de visiteurs chaque année.

La vallée de la mort

Dès notre entrée dans la vallée de la mort, appelée également Death Valley, un nom prédisposé, la chaleur suffocante nous enveloppe, rendant chaque mouvement plus pénible, mais aussi chaque découverte plus impressionnante. Le parc, s’étendant principalement en Californie avec une petite portion dans le Nevada, fait partie du désert des Mojaves. Nous sommes frappés par l’immensité du lieu, couvrant environ 13 650 kilomètres carrés, et par le record de température de 56,7 °C enregistré en 1913 à Furnace Creek.

En regardant notre tableau de bord, subitement, nous dépassons les 50 degrés. Nous avons un peu de marge, mais à ce niveau de température, la seule main que nous plaçons en-dehors du véhicule suffit à nous réchauffer le corps.

En arrivant du Nevada, nous commençons notre exploration par les Dunes de Mesquite Flat, près de Stovepipe Wells. Les dunes de sable ondulées, faciles d’accès, sont parfaites pour une première randonnée. Nous marchons lentement, chaque pas s’enfonçant dans le sable chaud, mais la vue magnifique compense l’effort. La fatigue commence à se faire sentir, mais nous sommes émerveillés par la beauté simple et austère du paysage qui nous fait face.

Nous effectuons un arrêt au Visitor center où personne ne nous demande la présentation de notre pass América acheté quelques jours auparavant et que nous utilisons pour découvrir les grands parcs du pays qui l’acceptent.

Nous reprenons notre avancée sur la Badwater Road, où se trouvent les principales attractions du parc.

Nous atteignons d’abord le Badwater, l’un des points les plus chauds au monde et le point le plus bas d’Amérique du Nord, à 86 mètres sous le niveau de la mer. En marchant sur le ponton donnant sur une immense étendue de sel, les restes d’un ancien lac asséché, nous sommes ébahis par le contraste entre le blanc éclatant du sel et le bleu intense du ciel.

Non loin de là, le Devil’s Golf Course offre un spectacle impressionnant avec ses pics de sel déchiquetés. Le terrain semble presque extraterrestre, et nous nous émerveillons devant cette autre manifestation de la nature sauvage et impitoyable du parc.

Ensuite, nous empruntons l’Artist’s Drive, une route panoramique à sens unique de 14 kilomètres. La route serpente à travers des collines multicolores, et nous sommes stupéfaits par la Palette de l’artiste, un canyon dont les collines arborent des teintes vives de rose, rouge, jaune et vert. La beauté des couleurs, résultat de l’oxydation des métaux dans les roches, nous laisse sans voix.

Après cette parenthèse colorée, nous nous dirigeons vers le Golden Canyon. La randonnée est facile, mais la chaleur est intense. Le sentier traverse des formations rocheuses spectaculaires et nous mène à Red Cathedral, un imposant mur de roche rouge.

De l’autre côté du parc, nous atteignons le Zabriskie Point, un point de vue emblématique offrant des panoramas époustouflants sur les formations géologiques colorées des Badlands. Nous grimpons jusqu’au sommet, chaque pas accentuant notre épuisement, mais la vue en vaut la peine : des vagues de roches jaunes avec des pointes de marron s’étendent à perte de vue.

Nous poursuivons notre route vers la piste de Twenty Mule Team Canyon, qui traverse un paysage magnifique. La route cahoteuse ajoute à notre fatigue, mais les paysages environnants, faits de formations rocheuses érodées, nous captivent.

En rejoignant la partie centrale de la Death Valley, il est possible d’atteindre à quelques kilomètres de Stovepipe wells, de vastes dunes de sable dont la plus haute mesure une trentaine de mètre.

Plusieurs randonnées sont possibles dont la randonnée de Mosaic canyon d’environ 45 minutes qui permet d’observer des parois de marbre poli dans le canyon assez étroit. La seconde, mène vers de superbes chutes d’eau nommé Darwin falls situées à l’Ouest du parc. 

Aguereberry point est en ce qui le concerne, un point de vue qui s’atteint après une piste délicate et permet de bénéficier d’une vue splendide sur la vallée à 1960 mètres d’altitude. Une vue également intéressante est offerte à l’entrée Ouest au travers de Father Crowley Vista qui surplombe un paysage volcanique. 

Le parc comprend également des monuments historiques. Wildrose charcoal kilns représente ainsi une dizaine de fours à charbon de bois fabriqués au XIXe siècle par les mormons. Dans sa partie Nord se trouve Scotty’s Castle, une imposante maison hispanique ayant appartenu à Albert Mussey.

Non loin de là, Ubehebe Crater est comme son nom l’indique, un énorme cratère volcanique accessible facilement depuis le parking, y offrant une vue extraordinaire.

Après une heure de piste en 4×4, se trouve The Racetrack Playa, la plage de sable aux rochers mystérieux, une plaine sèche connue pour ses pierres mouvantes qui laissent des traces sur le sol. Les pierres se déplacent mystérieusement à travers la surface plate et aride du sol, laissant des traînées visibles derrière elles. Ce phénomène est causé par une combinaison de vents forts et de couches de glace fines qui se forment sur le sol.

Nous terminons en atteignant le Dante’s View, situé à 1 669 mètres d’altitude. La vue panoramique sur la Vallée de la Mort et la chaîne de montagnes Panamint est spectaculaire. Nous nous sentons presque au sommet du monde, avec une perspective unique sur la vallée que nous explorons depuis des heures.

Mammoth Lakes

Mammoth Lakes est une station de ski nichée dans le comté de Mono, à l’Est de la Californie, à environ 65 kilomètres au Sud du parc national de Yosemite. La ville est facilement accessible via la U.S. Route 395, une route panoramique longeant l’Est de la Sierra Nevada.

L’un des principaux attraits de Mammoth Lakes est sa proximité avec de nombreux lacs d’altitude, notamment les Mammoth Lakes Bassins. Parmi eux, les Twin Lakes sont les plus proches de la ville, offrant un cadre idyllique pour diverses activités en plein air.

Twin Falls Overlook est un autre site d’intérêt majeur, permettant de bénéficier d’une vue panoramique époustouflante sur le paysage environnant depuis les abords du Lake Mamie.

Les amateurs de randonnée trouveront leur bonheur avec plusieurs sentiers populaires :

  • Panorama Dome Trail : Une randonnée d’un kilomètre, réalisable en 30 minutes, qui permet de découvrir plusieurs lacs.
  • Mammoth Rock Trail : Un parcours de 8 kilomètres aller-retour, prenant environ 3 heures, menant à la Mammoth Rock.
  • Horseshoe Lake Loop : Une boucle de 3 kilomètres, réalisable en une heure, longeant les rives du Horseshoe Lake.
  • Emerald Lake Trail : Un sentier de 3,2 kilomètres aller-retour, réalisable en 2 heures.
  • Mammoth Crest Trail : Une boucle de 24 kilomètres, nécessitant environ 12 heures pour être complétée.

L’accès aux Mammoth Lakes est gratuit, mais l’entrée au Devils Postpile National Monument, un secteur particulier du parc est payante, coûtant 10 dollars par véhicule. Le pass America n’est pas accepté.

Situé à moins de 20 minutes de route de Mammoth Lakes, le Devils Postpile National Monument est un site volcanique impressionnant constitué de colonnes de basalte. Il abrite également plusieurs chutes d’eau, dont les Minaret Falls, accessibles en 2 heures de marche pour un aller-retour de 4 kilomètres, et les Rainbow Falls, atteignables dans un temps similaire.

Alabama Hills

Les Alabama Hills sont une merveille naturelle située à l’Est de la Sierra Nevada, près de la ville de Lone Pine, connue pour abriter le Museum of Western Film History. Ouvert en 2006, ce musée met en lumière les divers tournages ayant eu lieu dans la région.

Ce territoire est célèbre pour ses formations rocheuses uniques et ses paysages désertiques époustouflants. Les roches, façonnées par l’érosion éolienne et fluviale, présentent des formes fascinantes et variées sur près de 120 km². Les Alabama Hills offrent aussi une vue imprenable sur le Mont Whitney, le plus haut sommet des États-Unis continentaux, ainsi que sur les pics environnants de la Sierra Nevada.

La Movie Flat Road serpente à travers les Alabama Hills, offrant un accès à de nombreux sites de tournage de films célèbres. Les visiteurs peuvent repérer diverses formations rocheuses qui ont servi de décors à de nombreux films hollywoodiens. Une autre route pittoresque, la Picture Rock Circle, offre également de magnifiques panoramas.

Parmi les randonnées populaires, l’Arch Loop Trail est une boucle de 1,7 kilomètre offrant une vue imprenable sur les Alabama Hills et les montagnes environnantes. Ce sentier mène à des arches naturelles telles que la Heart Arch et la Behind the Heart Arch. Non loin, se trouve la Mobius Arch, une des arches les plus emblématiques du site, encadrant parfaitement le Mont Whitney avec ses 2 mètres de hauteur. La Lathe Arch, bien que plus petite, est également impressionnante avec ses 2 mètres de longueur.

Le parc propose de nombreuses autres randonnées, comme le Boot Arch Trail, permettant de découvrir l’arche Boot en moins de 10 minutes de marche, ou le Cyclop Arch Trail. Un peu plus long, le Whitney Portal Arch Trail, d’une distance de 2 kilomètres aller-retour, mène à l’emblématique Whitney Portal Arch.

Bodie State Historic Park

Bodie State Historic Park se situe dans la région montagneuse de la Sierra Nevada, à environ 120 kilomètres au Sud-Est de Lake Tahoe et à 20 kilomètres au sud de Bridgeport. Accessible via la State Route 270, une route non goudronnée, ce site historique isolé est une véritable ville fantôme.

À son apogée dans les années 1880, Bodie comptait près de 10 000 habitants et était l’une des villes minières les plus prospères de l’Ouest américain, connue pour son abondance d’or et sa réputation de ville sauvage et dangereuse. Aujourd’hui, Bodie est un témoignage bien préservé de cette époque, avec un Museum and Visitor Center. L’accès à la ville coûte 8 dollars.

L’architecture de Bodie reflète son passé de ville minière du XIXe siècle. La Miller House, construite dans les années 1870, est l’un des nombreux bâtiments résidentiels bien conservés, offrant un aperçu de la vie domestique de l’époque. Les visiteurs peuvent y voir des objets d’époque, tels que des lits en fer forgé et des poêles en fonte.

La Methodist Church, achevée en 1882, possède un clocher emblématique et un intérieur simple mais élégant. La Bodie Bank, bien que détruite par un incendie en 1932, conserve ses murs en brique et son coffre-fort en acier. Le Dechambeau Hotel and I.O.O.F. Hall, construit en 1879, abritait un hôtel et un hall de l’ordre des Odd Fellows (I.O.O.F.). D’autres sites intéressants incluent le Wheaton and Hollis Hotel, le Bodie Cemetery, la Firehouse, la Schoolhouse et le General Store, rempli de marchandises d’époque.

La Standard Mill, construite en 1899, est l’une des rares usines de traitement du minerai encore debout dans la région. La visite de l’usine permet de comprendre le processus complexe d’extraction et de traitement de l’or, avec des machines industrielles d’époque et des panneaux explicatifs détaillant chaque étape. L’entrée dans la Standard Mill est interdite, sauf dans le cadre de visites privées, coûtant 5 dollars.

June Lake Loop

Située près du lac Mono en provenance du Nevada, le June Lake Loop est une région vallonée dans les montagnes de la Sierra Nevada. Cette boucle comprend plusieurs lacs alpins, idéaux pour la pêche, la randonnée, le camping et d’autres activités de plein air.

La petite ville de June Lake, nichée le long de la boucle, dégage une atmosphère chaleureuse et accueillante, avec des restaurants, des boutiques et des hébergements pour les visiteurs.

Le June Lake Loop est parsemé de plusieurs lacs alpins, chacun possédant ses caractéristiques :

  • June Lake : S’étend avec élégance, ses rives droites encadrées par des montagnes boisées.
  • Gull Lake : Offre une forme irrégulière avec des criques et des péninsules.
  • Silver Lake : Le deuxième plus grand des lacs, souvent reflet des montagnes environnantes dans ses eaux cristallines.
  • Grant Lake : Se décompose en deux parties reliées par une bande d’eau.

Le long de la route CA 158, il est possible de bénéficier d’une magnifique vue sur les Mono Craters.

Le Lac Mono

Le Lac Mono se trouve dans l’Est de l’état à proximité de la frontière avec le Nevada. Il est situé au Nord de la Sierra Nevada, et à environ 21 kilomètres à l’Est de la ville de Lee Vining. Le lac est accessible via la U.S. Route 395, qui longe sa rive Ouest.

En découvrant le lac Mono, nous sommes impressionnés par cette étendue alcaline unique, couvrant environ 182 kilomètres carrés et atteignant une profondeur maximale de 48 mètres. Ce lac, l’un des plus anciens d’Amérique du Nord avec une histoire remontant à plus de 760 000 ans, nous fascine par ses formations de tuf spectaculaires et sa biodiversité singulière.

Nous rejoignons le Visitor Center et avant de pénétrer dans le bâtiment, nous admirons le lac qui se dresse devant nous. Avec majesté et grâce, il se dévoile et semble se perdre dans l’horizon.

Nous apprenons que le lac est deux fois plus salé et 80 fois plus alcalin que l’eau de mer. Cette salinité élevée crée un environnement où peu de formes de vie peuvent prospérer, à l’exception des artémies (crevettes de saumure) et des mouches alcalines (Ephydra hians). Ces créatures attirent des millions d’oiseaux migrateurs, dont les mouettes de Californie, les avocettes d’Amérique et les phalaropes, que nous observons avec émerveillement.

Le Mono Basin Scenic Area Visitor Center nous offre ainsi un point de vue panoramique sur le lac, mais nous sommes particulièrement attirés par la zone de South Tufa, célèbre pour ses formations de tuf, une zone que nous rejoignons en voiture. Un sentier de 3 kilomètres bien entretenu nous permet de nous promener parmi ces structures fascinantes, et nous atteignons Navy Beach, le meilleur endroit pour la baignade. Là, en compagnie d’autres visiteurs, nous sommes émerveillés par la beauté naturelle du lac et la tranquillité de ses eaux.

La route vers Yosemite par la Stanislaus Forest

Nous sommes impatients d’emprunter la Tioga Road pour traverser le parc national de Yosemite et l’atteindre en quelques minutes. Cependant, notre enthousiasme se transforme rapidement en déception lorsque nous découvrons que la route est fermée en raison d’une épaisse couche de neige. Cette fermeture imprévue nous oblige à faire un détour conséquent par la Stanislaus National Forest, ajoutant près de 300 kilomètres à notre trajet initial.

Alors que nous entrons dans la Stanislaus National Forest, nous ressentons un mélange de frustration et d’excitation face à l’inconnu. S’étendant sur environ 3 140 kilomètres carrés, cette forêt couvre les comtés de Tuolumne, Calaveras, Alpine et Mariposa. Bien que déçus par la fermeture de la Tioga Road, nous espérons que la beauté de cette forêt saura compenser notre détour.

En chemin, nous découvrons les paysages variés qu’elle abrite : des forêts de conifères denses, des prairies alpines verdoyantes, des rivières scintillantes et des lacs. Nous sommes particulièrement impressionnés par le Pinecrest Lake, situé à environ 1 700 mètres d’altitude, où les randonneurs et les amateurs d’activités aquatiques trouvent leur bonheur. Le lac est alimenté par la Stanislaus River, connue pour ses rapides et ses eaux cristallines.

Cependant, notre émerveillement est bientôt troublé par une inquiétude croissante : notre réservoir d’essence est dangereusement bas et nous ne trouvons aucune station-service. La Stanislaus National Forest manque cruellement de stations, et malgré nos recherches désespérées, nous réalisons que nos options sont limitées. La peur nous envahit à l’idée de rester bloqués au milieu de cette vaste étendue sans carburant. Nous décidons de nous diriger vers Groveland, une petite localité qui comprend des commerces, des restaurants et, espérons-le, une station-service.

En chemin, la beauté de la Stanislaus Forest continue de nous captiver, mais notre anxiété ne cesse de grandir. La Sonora Pass, un col de montagne situé à une altitude de 2 926 mètres, offre des vues à couper le souffle, mais nous sommes trop préoccupés par notre situation pour pleinement en profiter. Nos cœurs battent plus vite chaque fois que nous passons devant une rivière ou un lac, comme la magnifique Rainbow Pool sur la South Fork de la Tuolumne River, ou le lac Alpine à 2 200 mètres d’altitude.

Finalement, nous apercevons les lumières de Groveland au loin. La vue de la petite ville nous soulage et nous redonne espoir. En entrant dans la localité, nous nous précipitons vers la station-service la plus proche. Une fois le réservoir rempli, nous poussons un soupir de soulagement collectif.

Parc National de Yosemite

Le Parc National de Yosemite, situé dans la Sierra Nevada, est l’un des parcs nationaux les plus célèbres et les plus visités des États-Unis. Créé en 1890, ce parc couvre une superficie de 3 027 kilomètres carrés dans les comtés de Mariposa et Tuolumne.

Le parc est accessible par plusieurs routes principales, notamment la California State Route 120 (Tioga Pass), la Route 140, la Route 41 et la Route 120 de l’Ouest.

L’entrée dans le parc coûte 35 dollars. Le pass America est accepté.

Il est possible de circuler dans le parc avec son véhicule. Toutes les routes sont à double-sens, mis à part à Yosemite Valley où la route est à sens unique.

Un système de bus est également disponible, constitué en deux types de navettes : la ligne verte qui dessert tous les sites d’intérêt et la ligne violette reliant plutôt les infrastructures du parc.

Le parc, dans lequel des ours gambadent en liberté est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1984 et se trouve à 200 kilomètres à l’est de San Francisco ; il dispose de 3 entrées : à l’Ouest, au Sud et à l’Est. De manière globale, il peut être considéré comme étant constitué de 6 secteurs : Yosemite valley, Glacier Point, Half Dome, Mariposa Grove, Merced Grove et Tuolumne Grove, Tioga Road et Tuolumne Meadows.

Pour entrer dans le parc, une réservation est nécessaire. cette réservation est obligatoire pour les entrées comprises entre 5 heures et 16 heures, les week-ends entre le 13 avril et le 30 juin, le 27 mai, le 19 juin, du l er juillet au 16 août et les week-ends du 17 août au 27 octobre, le 2 septembre et le 14 octobre.

Une réservation est valide pour 3 jours consécutifs, et existe sous deux formats : journée complète ou après-midi.

L’attribution des réservations se fait via un système en ligne, basé sur le principe du premier arrivé, premier servi.

Les réservations se font sur Recreation.gov. Une réservation consiste à une autorisation d’entrée pour 1 véhicule (voiture, camping-car, moto), peu importe le nombre de passagers, pour 3 jours consécutifs en haute saison. Le coût de la réservation est de 2 dollars.

La réservation n’est pas nécessaire pour une entrée dans le parc avant 5 heures ou après 16 heures, pour le secteur de Hetch Hetchy, pour un visiteur séjournant dans l’un des campings ou hôtels du parc, pour une entrée avec les bus Yosemite Area Regional Transportation System (YARTS), en vélo, à pied ou à cheval, pour les détenteurs d’un Backcountry Permit ou pour les détenteurs d’un permis pour la randonnée de Half Dome Trail.

Après avoir présenté notre pass, nous nous dirigeons vers un point de vue, puis nous rejoignons la Yosemite Valley, une vallée glaciaire longue de 13 kilomètres, parcourue par la Merced River.

Nous sommes immédiatement impressionnés par la Valley View, offrant une vue spectaculaire sur El Capitan et les Bridalveil Fall.

Un court sentier de 20 minutes nous permet de nous rapprocher de cette cascade haute de 190 mètres, où nous ressentons la puissance de l’eau en chute libre.

À Sentinel Meadow, nous profitons de la tranquillité et admirons le Sentinel Bridge, qui offre des points de vue magnifiques.

Ensuite, nous nous dirigeons vers les Yosemite Falls, les plus hautes chutes d’Amérique du Nord avec une hauteur totale de 739 mètres.

Nous empruntons un sentier facile jusqu’à la base de la Lower Yosemite Fall, et bien que fatigués, nous décidons de tenter la randonnée plus ardue du Yosemite Falls Trail pour atteindre Columbia Rock et ses vues imprenables sur la vallée. La fatigue est bien présente, mais l’émerveillement l’emporte.

À mesure que nous avançons, nous explorons les différents secteurs du parc. Nous nous émerveillons devant le Half Dome, ce dôme de granit emblématique culminant à 2 695 mètres. Bien que nous n’ayons pas de permis pour atteindre son sommet, il est possible de s’en approcher à ses pieds.

Située au sud du parc, Mariposa grove est la plus grande forêt de séquoias géants du parc. Elle intègre 500 arbres pouvant atteindre 60 mètres de hauteur.

Le site qui comprend le Yosemite History Center, une collection de bâtiments historiques datant du XIXe siècle, le Wawona Covered Bridge et le Wawona Hotel, un bâtiment de style Victorien construit en 1876, permet d’effectuer de nombreuses randonnées parmi lesquelles : le Big Tree Loop Trail d’une distance de 0,5 kilomètre, le Grizzly Giant Loop Trail, d’une distance de 3,2 kilomètres qui permet de rejoindre Fallen Monarch, Bachelor and Three Graces, le Grizzly Giant, le plus vieil arbre du site et le California Tunnel Tree haut de 70 mètres, et le Mariposa Grove Trail, la randonnée la plus complète d’une distance de 12,5 kilomètres pouvant être effectués en 4 heures et qui donne accès au Wawona Point situé à 2072 mètres d’altitude.

Situées à l’Ouest du parc, Merced Grove et Tuolumne Grove possèdent également des séquoias, la seule différence notable étant qu’à Merced Grove, leur nombre est plus important.

Un autre secteur : la Tioga Road est la route CA120, qui parcourt le parc d’Ouest en Est, entre Crane Flat et Lee Vining.

Le site des transports californiens peut renseigner sur l’état de la route en temps réel.

D’une distance de 90 kilomètres, la circulation sur la route donne accès à de nombreux sites d’intérêt, dont la Tuolumne Meadows, une prairie d’altitude, qui offre de belles randonnées dans un cadre magnifique. Malheureusement, sa fermeture nous empêche de découvrir les nombreux incontournables qu’elle comprend.

Le Olmsted Point se situe le long de la route et permet de bénéficier d’un point de vue sur le Half Dome aux abords du Tenaya Lake. D’une distance de 2,4 kilomètres aller-retour, le Soda Springs Trail donne la possibilité de rejoindre une source gazeuse et un bâtiment historique. Prenant le départ du Dog Lake Parking, le Lembert Dome Trail d’une distance de 435 kilomètres permet d’obtenir une magnifique vue sur la vallée. Les trails du Dog Lake, Elizabeth Lake et Cathedral Lake sont également appréciés.

Nous apprenons également dans la foulée que le Glacier Point, une petite route en impasse qui est accessible seulement en haute saison est également fermée. Nous manquons également trois points de vue magnifiques : le Glacier Point situé à 2200 mètres d’altitude permet de dominer la vallée et de bénéficier d’un magnifique panorama. Non loin, le Washburn Point offre une belle vue sur plusieurs sites emblématiques et le Taft Point permet de rejoindre le sud de la vallée en 4 kilomètres aller-retour.

Fort heureusement, juste avant de quitter le parc, nous avons la chance d’apercevoir une réunion de plusieurs personnes sur le bord de la route. Attirés irrésistiblement par la foule, nous nous approchons et découvrons face à nous, un ours magnifique évoluant en liberté dans son habitat naturel. Nous pouvons oublier notre frustration et nous abandonner à ce moment de pur magie.

Le lac Tahoe

Le lac Tahoe est situé dans les montagnes de la Sierra Nevada, à la frontière entre la Californie et le Nevada, à environ 320 kilomètres à l’Est de San Francisco et à 100 kilomètres à l’Ouest de Reno. Il est facilement accessible par les autoroutes US 50 et I-80, ce qui en fait une destination populaire pour les escapades de fin de semaine et les vacances prolongées.

Le lac Tahoe est le plus grand lac alpin d’Amérique du Nord, avec une superficie d’environ 495 kilomètres carrés et une profondeur maximale de 501 mètres. Connu pour ses eaux cristallines et ses paysages à couper le souffle, le lac est une destination prisée pour les activités de plein air tout au long de l’année, y compris la randonnée, le ski, le snowboard, la navigation de plaisance et la pêche.

Nous nous concentrons ici sur les attractions du côté californien.

South Lake Tahoe est la plus grande ville autour du lac et un centre touristique animé, offrant des casinos, des restaurants, des boutiques et des options de divertissement. En hiver, South Lake Tahoe est un point de départ populaire pour les stations de ski environnantes, telles que Heavenly Mountain Resort.

Parmi les attractions les plus emblématiques du lac Tahoe figure le Emerald Bay State Park. Ce parc offre une vue spectaculaire sur la baie d’Emerald, avec son eau turquoise et ses falaises escarpées. Le parc abrite également Fannette Island, la seule île du lac Tahoe, et le château Vikingsholm, un manoir scandinave historique.

Le Heavenly Mountain Resort est une destination prisée pour les amateurs de sports d’hiver, offrant des pistes de ski variées et des vues panoramiques sur le lac. En été, les visiteurs peuvent emprunter le Tahoe Rim Trail, un sentier de randonnée et de vélo de montagne qui fait le tour du lac sur environ 270 kilomètres, offrant des panoramas à couper le souffle à chaque tournant.

Les amateurs de plage peuvent se rendre à Kings Beach State Recreation Area, une plage de sable doré située sur la rive nord du lac, idéale pour la baignade, le paddle et le kayak. Pour les passionnés d’histoire, le Tallac Historic Site offre un aperçu du passé de la région avec des propriétés historiques restaurées, des jardins et des expositions.

D’autres points d’intérêt incluent Meeks Bay, avec ses plages de sable fin et ses eaux cristallines, et le Sugar Pine Point State Park, qui abrite des forêts de pins et des sentiers de randonnée.

Lava Beds National Monument

Le Lava Beds National Monument est situé dans le comté de Siskiyou, près de la frontière avec l’Oregon. Ce monument couvre une superficie de plus de 18 000 hectares et abrite une diversité de formations volcaniques, y compris des tubes de lave, des cônes de cendres et des coulées de lave solidifiées.

Les tubes de lave sont l’une des principales attractions du parc. Les visiteurs peuvent explorer plusieurs grottes formées par des coulées de lave, chacune offrant une expérience unique. Parmi les grottes les plus populaires figurent la Mushpot Cave, la Skull Cave, la Valentine Cave et la Sentinel Cave. Ces grottes sont accessibles aux visiteurs de tous niveaux, certaines étant équipées d’éclairages et de sentiers balisés.

Les Fleener Chimneys sont quant à eux des cônes de cendres spectaculaires formés par des éruptions volcaniques, offrant une vue imprenable sur le paysage environnant. Le Petroglyph Point, orné de gravures rupestres anciennes, est un autre point d’intérêt majeur, mettant en lumière l’art et la culture des peuples autochtones de la région.

Les Big Painted Cave et Symbol Bridge offrent des peintures rupestres remarquables, accessibles par une courte randonnée, permettant aux visiteurs d’admirer l’art ancien tout en explorant les paysages volcaniques.

Lassen Volcanic National Park

Le Lassen Volcanic National Park est situé dans le comté de Shasta, au Nord de la Californie. Ce parc couvre une superficie de 43 106 hectares et est connu pour son activité volcanique, abritant des caractéristiques géothermiques fascinantes et des paysages spectaculaires.

Le parc est dominé par le Lassen Peak, l’un des plus grands dômes de lave au monde, qui culmine à 3 187 mètres. Les visiteurs peuvent gravir le dôme via un sentier de 8 kilomètres aller-retour, offrant une vue imprenable sur les environs.

Bumpass Hell est une autre attraction populaire du parc, abritant des fumerolles, des sources chaudes et des bassins de boue. Les visiteurs peuvent explorer ce site géothermique unique en empruntant un sentier de randonnée bien balisé. Sulphur Works, situé près de l’entrée sud du parc, est un autre site géothermique accessible, offrant des vues sur des fumerolles actives et des bassins de boue en ébullition.

Le Cinder Cone, situé dans la partie Nord-Est du parc, est un cône de cendres spectaculaire offrant des vues panoramiques sur les Fantastic Lava Beds et les Painted Dunes. Les visiteurs peuvent grimper jusqu’au sommet du Cinder Cone pour une vue imprenable sur le paysage volcanique. Le Boiling Springs Lake, avec ses eaux fumantes, est un autre point d’intérêt géothermique unique, accessible par une randonnée modérée.

Manzanita Lake, situé à l’entrée Nord du parc, est un site populaire pour la pêche, la navigation de plaisance et le camping, offrant des vues uniques sur le Lassen Peak. Toujours dans les attractions particulières, le Juniper Lake, situé dans la partie sud-est du parc, est un autre site, offrant des plages de sable fin et des eaux cristallines, idéales pour la baignade et le canoë.

Les Kings Creek Falls sont une série de cascades accessibles par un sentier de randonnée, offrant une vue imprenable sur les chutes et les paysages environnants. Pour finir, la Subway Cave, une grotte de lave située à l’extérieur du parc, offre une aventure souterraine unique pour les visiteurs, avec des passages étroits et des formations rocheuses fascinantes.

Humboldt Redwoods State Park

Le Humboldt Redwoods State Park est situé dans le comté de Humboldt, au Nord de la Californie. Ce parc d’État est l’un des plus grands de Californie, couvrant plus de 21 000 hectares et abritant certains des plus grands arbres du monde, les séquoias géants.

L’entrée au parc est gratuite, sauf pour la William Grove Day Use Area, où une redevance de 8 dollars est exigée.

L’Avenue of the Giants est une route panoramique de 50 kilomètres qui traverse le parc, offrant une vue spectaculaire sur les forêts de séquoias. Les visiteurs peuvent s’arrêter à divers points d’intérêt le long de la route pour admirer ces arbres majestueux. Le Shrine Drive Thru Tree est par exemple, un arbre emblématique que les visiteurs peuvent traverser en voiture, offrant une expérience unique et mémorable. Le Founder’s Grove est un autre site populaire du parc, abritant certains des plus grands séquoias, avec des sentiers bien balisés permettant d’explorer cette forêt ancienne.

La Mattole Road est une autre route qui traverse le parc, offrant un accès à des sites tels que le Rockefeller Loop, un sentier de randonnée qui passe à côté des plus grands séquoias du parc, et le Paradox Tree, un arbre inhabituel avec une branche horizontale.

Le Big Tree Area est une zone populaire du parc, abritant certains des plus grands séquoias, accessibles par des sentiers de randonnée bien entretenus. Le Homestead and Big Tree Loop est un sentier circulaire qui passe à côté de plusieurs arbres remarquables, offrant une expérience immersive au cœur de la forêt de séquoias.

Napa Valley

La Napa Valley est une région viticole renommée située dans le comté de Napa, à environ 80 kilomètres au Nord-Est de San Francisco. Cette vallée est célèbre pour ses vignobles, ses caves à vin et ses paysages, attirant des amateurs de vin du monde entier.

Parmi les domaines viticoles les plus célèbres de la Napa Valley, se trouvent :

  • Domaine Carneros : Connu pour ses vins mousseux et son manoir inspiré de l’architecture française.
  • Opus One Winery : Un domaine prestigieux produisant des vins de renommée mondiale.
  • Castello di Amorosa : Un château médiéval offrant des dégustations de vins et des visites guidées.
  • Robert Mondavi Winery : Fondée par l’un des pionniers de l’industrie viticole californienne.
  • Sterling Vineyards : Connu pour son téléphérique offrant une vue panoramique sur la vallée.
  • Beringer Vineyards : L’un des plus anciens domaines viticoles de la région, avec des caves historiques.
  • V. Sattui Winery : Populaire pour ses pique-niques et ses dégustations de vins.

Le Napa Valley Wine Train est une expérience unique permettant de déguster des vins tout en voyageant à bord d’un train historique à travers les vignobles pittoresques de la vallée.

Le Oxbow Public Market, situé à Napa, offre une variété de produits locaux, de spécialités culinaires et d’artisanat, idéaux pour les gourmets et les amateurs de produits artisanaux.

Sacramento

Sacramento, la capitale de la Californie, trône majestueusement au cœur de la vallée centrale de l’État, là où les eaux paisibles des rivières Sacramento et American se rejoignent. Avec ses 528 000 habitants, elle se trouve à une distance d’environ 140 kilomètres au Nord-Est de San Francisco et à 145 kilomètres au Sud-Ouest du Lac Tahoe.

Cette ville, imprégnée d’histoire et de culture, puise ses origines dans l’ère de la ruée vers l’or, offrant un mélange harmonieux entre passé glorieux et modernité effervescente. Ses quartiers historiques, minutieusement préservés, côtoient avec élégance ses infrastructures modernes. Les musées captivants, les parcs verdoyants et les espaces verts s’insèrent harmonieusement dans le tissu urbain, offrant ainsi une expérience riche en découvertes.

Le cœur culturel de Sacramento bat au rythme du Midtown Sacramento, un quartier branché et dynamique réputé pour ses galeries d’art, ses boutiques indépendantes, ses cafés et ses restaurants. Il est également le théâtre d’événements artistiques vibrants et de marchés de producteurs animés.

Le Old Sacramento State Historic Park, véritable voyage dans le temps avec ses bâtiments restaurés datant de la ruée vers l’or, résonne avec le Crocker Art Museum, l’un des plus anciens musées d’art en activité continue de l’ouest des États-Unis. Fondé en 1885 par le juge Edwin Bryant Crocker, ce musée abrite une collection impressionnante d’art californien, européen et asiatique, ainsi que de céramiques et de photographies, dans un édifice mêlant avec élégance architectures historique et moderne.

Le California State Railroad Museum, situé dans le quartier historique de Old Sacramento, est une autre pépite culturelle de la ville. Il expose des locomotives et des wagons historiques, propose des expositions interactives sur l’histoire du chemin de fer et offre même des promenades en train le long de la rivière Sacramento.

La cathédrale du Saint-Sacrement, de style Renaissance italienne, érigée en 1887 et rénovée à plusieurs reprises, fascine par son clocher central culminant à 66 mètres.

Le Sutter’s Fort State Historic Park, fondé en 1839 par John Sutter, et le California State Capitol Museum, édifié en style néo-classique, jouent un rôle essentiel dans le récit historique de la ville en tant que témoins privilégiés de l’époque de la ruée vers l’or. Ce dernier abrite depuis 1869 le siège du gouvernement de la Californie, ainsi que les bureaux du gouverneur et de la législature de l’État.

Parmi les trésors architecturaux de la ville, le Leland Stanford Mansion State Historic Park, ancienne résidence de Leland Stanford, gouverneur de Californie et fondateur de l’université du même nom, mérite une visite pour sa richesse historique. Le Tower Bridge, pont levant emblématique reliant Sacramento à West Sacramento, offre quant à lui une vue imprenable sur la rivière Sacramento.

En périphérie de la ville, l’American River Parkway, avec son vaste réseau de parcs et de pistes longeant la rivière American, ainsi que le Fairytale Town, parc d’attractions éducatif pour les enfants, ajoutent une touche de magie à cette destination déjà captivante.

San Francisco, l’emblème du Nord de la Californie

Peuplée de 808 000 habitants, San Francisco, située dans le nord de la Californie sur la côte Ouest des États-Unis, est une ville emblématique connue pour sa diversité culturelle, son histoire riche et ses monuments uniques. La ville s’étend sur environ 121 kilomètres carrés et est célèbre pour ses collines escarpées, ses vues imprenables sur sa baie et son architecture unique.

Outre ses attractions intramuros, la ville est reconnaissable pour abriter l’île d’Alcatraz et le Golden Gate.

Plusieurs types de pass sont disponibles et permettent d’avoir accès à de nombreux sites dans la ville.

Presidio

Presidio est un secteur situé au Nord de la ville. Il comprend le Presidio of San Francisco, une ancienne base militaire aujourd’hui devenue un parc de verdure qui abrite 4 œuvres d’Andy Goldsworthy, un artiste britannique. Non loin se trouve le Letterman Digital, le siège de la société Lucas Films. Au sud du parc, les Lyon Street Steps sont de beaux escaliers entourés de jardins.

Il est possible de rejoindre non loin, The Walt Disney Family Museum, un musée dédié à l’univers Disney et le Fort Mason, une ancienne caserne américaine qui abrite de nombreuses expositions.

Nous faisons connaissance avec la ville de San Francisco au travers du Palace of Fine Arts, situé dans le quartier de Marina, est un monument majestueux construit pour l’Exposition internationale Panama-Pacifique de 1915. Inspiré de l’architecture gréco-romaine, le Palace est entouré d’un lagon paisible et de jardins luxuriants. La grande rotonde, avec son dôme imposant et ses colonnes corinthiennes, est particulièrement impressionnante.

Alors que face à nous, une jeune femme d’origine asiatique se fait prendre en photo dans toutes les positions, nous ne nous lassons pas d’admirer cette merveille architecturale qui nous fait face.

Lincoln Park

Dans le Lincoln Park se dresse majestueusement le California Palace of the Legion of Honor, un édifice emblématique abritant une collection d’œuvres d’art européennes, de sculptures et d’objets décoratifs. Érigé en 1924, ce chef-d’œuvre architectural est une réplique saisissante du Palais de la Légion d’Honneur de Paris, captivant par sa splendeur néoclassique qui enchante les visiteurs. Au cœur de ses salles, la Salle des Antiquités invite à un voyage dans le temps à travers des trésors venus d’Égypte et du Moyen-Orient.

Aux abords de l’océan, les Sutro Baths émergent comme les vestiges évocateurs d’un passé révolu. Jadis, ce complexe de bains publics, conçu par l’audacieux homme d’affaires Adolph Sutro et ouvert en 1896, était le joyau de la côte ouest. Sept piscines couvertes, des toboggans, des trapèzes et une galerie d’art éblouissante constituaient son essence. Aujourd’hui, seuls les vestiges en béton des bassins et des structures environnantes subsistent, témoins silencieux de l’opulence passée et offrant une révélation fascinante sur l’architecture des loisirs au tournant du XXe siècle.

Surplombant Ocean Beach, la silhouette élégante de la Cliff House se dresse fièrement depuis 1863. Témoin immuable du temps qui passe, cet édifice néoclassique abrite désormais des restaurants et des bars, offrant aux visiteurs une expérience culinaire inoubliable dans un cadre empreint d’histoire et de charme.

Golden Gate Park

Au cœur de la ville, le Golden Gate Park s’étend sur plus de 4 kilomètres carrés, offrant un vaste espace vert urbain. Conçu à l’origine par William Hammond Hall et John McLaren à la fin du XIXe siècle, le parc présente une diversité de jardins, de lacs, de sentiers et de musées.

Parmi ses points d’intérêt architecturaux, se trouvent le Conservatory of Flowers, une serre victorienne en verre abritant une variété de plantes exotiques, ainsi que le De Young Museum, un établissement dédié à l’art moderne. Le musée comprend une tour d’observation offrant des vues panoramiques sur le parc et la ville. Conçu par les architectes Herzog & de Meuron, le bâtiment moderne du musée est revêtu de panneaux de cuivre perforés qui se patinent avec le temps, s’intégrant harmonieusement à l’environnement. À l’intérieur, il expose une vaste collection d’art américain, africain et océanien, ainsi que des expositions temporaires de renommée mondiale.

Le Japanese Tea Garden, avec ses pagodes traditionnelles, ses ponts en arc et ses étangs paisibles, apporte une ambiance asiatique paisible au paysage.

Le San Francisco Botanical Garden at Strybing Arboretum et la California Academy of Sciences méritent également une visite, offrant chacun une expérience unique dans le cadre verdoyant du parc.

Twin Peaks

Au cœur de San Francisco, les Twin Peaks se dressent, formant deux collines emblématiques qui offrent des vues panoramiques spectaculaires sur la ville et la baie environnante. Culminant à environ 282 mètres d’altitude, ces sommets figurent parmi les plus élevés de la ville. En réalité, ils englobent trois pics distincts : Noe Peak, Eureka Peak et Christmas Tree Point.

À l’Ouest du parc, Grandview Park mérite une attention particulière. Ses escaliers, dont les contremarches sont ornées de magnifiques mosaïques, ajoutent une touche artistique unique à ce lieu pittoresque. Chacun des motifs colorés raconte une histoire, créant ainsi une expérience visuelle mémorable pour les visiteurs.

Mission District

Le Mission District, plus ancien quartier de la ville, abrite la Mission San Francisco de Asís, également connue sous le nom de Mission Dolores, la plus vieille structure de San Francisco, érigée en 1776 par des missionnaires espagnols.

Construite en adobe, cette mission historique présente une architecture de style colonial espagnol, caractérisée par ses murs épais, ses tuiles en terre cuite et ses clochers simples. À l’intérieur, des motifs indigènes et des peintures religieuses ornent les murs, témoignant de son riche passé.

Adjacent à l’église, le cimetière de la mission est le seul cimetière historique intact de San Francisco, offrant un aperçu fascinant de l’histoire de la ville. Non loin de là se trouve le Mission Dolores Park, ainsi que la maison bleue qui a inspiré le chanteur Maxime Le Forestier, située au 3841, 18th Street.

Le quartier est animé par de nombreuses peintures murales et abrite le célèbre Castro Theatre, édifié en 1922, reconnaissable à son style baroque colonial espagnol.

À proximité, le quartier de Haight-Ashbury, berceau du mouvement hippie, regorge de boutiques, dont la boutique Piedmont, reconnaissable par les deux jambes qui surgissent de sa façade, au 1452 Haight Street.

Western Addition

Dès notre arrivée à Alamo Square, nous sommes accueillis par la magnifique vue des sept Painted Ladies, une rangée emblématique de maisons victoriennes colorées le long de Steiner Street. Construites entre 1892 et 1896, ces demeures sont renommées pour leurs façades chatoyantes et leurs détails architecturaux élaborés. Chacune d’entre elles arbore une combinaison unique de couleurs vives, mettant en valeur les motifs en relief, les corniches ouvragées et les fenêtres en baie typiques de l’époque victorienne.

Alors que nous arpentons le square, regardant autour de nous la vie foisonner, nous apercevons une voiture possédant une caméra sur le toit. Immédiatement, nous pensons à une voiture de police lisant les plaques d’immatriculations des véhicules mal garés ou en défaut de paiement de forfait de stationnement. Nous nous approchons du véhicule pour regarder les actes des agents. Nous sommes immédiatement surpris de ne voir personne au volant. Nous nous questionnons au moment où un passant nous explique que cette flotte de véhicule bardée de caméras constitue les nouveaux taxis de la ville, des taxis autonomes sans conducteur…Nous sommes décidément bien aux Etats-Unis, là où le monde de demain se construit.

En explorant davantage le secteur, nous décidons de nous aventurer dans le quartier de Japantown, où nous sommes impressionnés par la Cathedral of Saint Mary of the Assumption. Inaugurée en 1971, cette cathédrale se distingue par son imposante structure en béton préfabriqué, mesurant 78 mètres de côté et s’élevant à 58 mètres de hauteur. Face à cette majestueuse œuvre architecturale, nos émotions sont imprégnées d’une profonde admiration pour son design unique et sa signification spirituelle.

Chinatown

Le Chinatown de San Francisco est le plus ancien et l’un des plus grands quartiers chinois en dehors de l’Asie. Fondé en 1848, il s’étend sur plusieurs blocs et offre une plongée authentique dans la culture chinoise.

Les rues sont bordées de pagodes colorées, de lanternes rouges et de bâtiments ornés de motifs traditionnels. La Grant Avenue est la rue principale, avec Portsmouth Square au centre. La porte du Dragon, à l’entrée du quartier, est une structure emblématique qui accueille les visiteurs.

Le quartier comprend également une belle cathédrale : la Old Saint Mary, construite en briques rouges en 1854 et reconstruite en 1909 après les incendies ayant ravagé la ville. Pour prendre de belles photographies, California Street est idéale.

Telegraph Hill

Notre exploration de Telegraph débute au sommet de la colline, où résident environ 200 perroquets qui ajoutent une touche exotique à ce quartier du nord-est de San Francisco. Notre regard est attiré par la silhouette imposante de la Coit Tower, une structure d’observation de 64 mètres de haut érigée en 1933. Nous nous aventurons à l’intérieur de cette tour emblématique, où nous sommes accueillis par des fresques murales impressionnantes réalisées par des artistes locaux pendant la Grande Dépression. Ces œuvres de style réaliste socialiste nous transportent dans le passé, nous offrant un aperçu de l’histoire et de la culture de la région.

En rejoignant son extérieur, nous bénéficions d’une magnifique vue panoramique sur la ville, en compagnie de plusieurs visiteurs hindous qui nous demandent de les photographier.

Après avoir admiré la vue panoramique depuis la Coit Tower, nous descendons les célèbres Filbert Street Steps, qui serpentent à flanc de colline et offrent un chemin menant au front de mer. Sur notre chemin, nous croisons les Greenwich Steps, où quelques œuvres d’art viennent ponctuer notre descente, ajoutant une touche artistique à notre promenade.

Arrivés au pied de la colline, nous découvrons le charme tranquille du Washington Square, un parc verdoyant au cœur du quartier. Nous nous arrêtons un moment pour nous imprégner de l’atmosphère paisible qui y règne, avant de poursuivre notre exploration vers l’église Saint Peter et Paul, dont les tours jumelles se dressent fièrement dans le ciel.

Downtown

Notre exploration réelle du centre-ville de San Francisco, également connu sous le nom de Downtown, commence au cœur du quartier des institutions gouvernementales, organisé autour de deux places emblématiques : la Civic Center Plaza et l’United Nations Plaza. Notre regard est d’abord attiré par la majestueuse silhouette du City Hall, un superbe exemple d’architecture Beaux-Arts inauguré en 1915. Dominant l’horizon de ses 93 mètres de hauteur, ce bâtiment imposant nous éblouit par son dôme monumental et son intérieur somptueux orné de marbre, de colonnes corinthiennes et de chandeliers en bronze.

En face du City Hall se dressent l’Asian Art Museum et la San Francisco Public Library, deux institutions culturelles majeures abritant respectivement une collection impressionnante d’objets asiatiques et une vaste bibliothèque répartie sur six étages. À proximité, sur une petite place animée, se trouve le Pioneer Monument, tandis que le Bill Graham Auditorium attire notre attention juste à côté.

Derrière le City Hall, le San Francisco War Memorial and Performing Arts Center nous invite à découvrir le War Memorial Opera House, témoin historique où la fin de la guerre du Pacifique avec le Japon a été signée en 1945, ainsi que le Herbst Theatre, où la Charte des Nations Unies a été signée la même année.

En pénétrant à l’intérieur du petit marché bio qui nous fait face, nous sommes accueillis par un garde de sécurité qui nous sourit.

Dès les premiers stands, nous sommes immédiatement immergés dans une atmosphère riche en couleurs et en arômes. Les étals regorgent de produits frais, allant des légumes verts croquants aux fruits juteux. Nous déambulons entre les stands, émerveillés par la diversité et la qualité des produits locaux. Les producteurs nous accueillent avec des sourires chaleureux, prêts à partager l’histoire de leurs produits.

Nous nous arrêtons devant un étal de tomates de toutes les couleurs et tailles imaginables. Le vendeur nous explique avec passion les différentes variétés et leurs utilisations culinaires. Nous goûtons quelques échantillons, et la fraîcheur des saveurs nous ravit. Juste à côté, des paniers débordent de baies fraîches : fraises, framboises et myrtilles qui semblent encore pleines de rosée matinale.

Un stand réservé aux fromages artisanaux attire notre attention. Nous dégustons une variété de fromages locaux, chacun avec sa texture et son caractère unique. Le crémeux d’un brie californien, la fermeté d’un cheddar vieilli et les saveurs complexes d’un bleu artisanal sont des expériences gustatives mémorables.

Au passage, un artiste nous égaye de sa musique. S’il ne joue pas complètement juste, il y croit si fort que nous nous laissons convaincre.

Nous nous aventurons ensuite le long de la principale rue du quartier, la Market Street, qui offre un passage vers la baie en traversant le sud du centre. Sur notre chemin, nous croisons des tramways restaurés venant du monde entier et des bâtiments emblématiques tels que le Hobart Building, le Phelan Building et le James Flood Building. À l’extrémité Nord-Est de la Market Street, se dresse la magnifique statue de Lotta’s Fountain, un repère historique de la ville.

Plus loin, le Yerba Buena Gardens se révèle être le cœur culturel de la ville, avec ses magnifiques espaces verts parsemés d’œuvres d’art, dont le Martin Luther King Jr. Memorial, et ses institutions culturelles telles que le Yerba Buena Center for the Arts, le San Francisco Museum of Modern Art et le Museum of the African Diaspora. Le Metreon, complexe commercial adjacent, complète cet ensemble dynamique.

Au nord, le Jessie Square nous invite à explorer l’église catholique St. Patrick et le Contemporary Jewish Museum, tandis qu’au sud se trouvent le Yerba Buena Children’s Garden et le Children’s Creativity Museum, offrant des expériences interactives pour les enfants.

Dans le quartier, Union Square se démarque comme le centre névralgique du shopping, des hôtels et des théâtres, avec son parc central orné de la statue de la déesse de la victoire. Les bâtiments environnants présentent une architecture variée, allant de l’Art déco aux structures modernes en verre, témoignant de la diversité culturelle et historique de San Francisco.

Enfin, le Financial District, surnommé « FiDi », nous plonge dans l’effervescence du monde financier et économique de la ville. Avec ses nombreux buildings emblématiques tels que la Transamerica Pyramid, la Columbus Tower et la Salesforce Tower, ce quartier est le symbole de la modernité et de l’innovation.

Au Nord, l’œuvre d’art Language of The Birds nous rappelle la créativité et l’originalité qui caractérisent cette ville dynamique.

Russian Hill et Nob Hill

Notre exploration des quartiers authentiques de Russian Hill et Nob Hill nous plonge dans l’authenticité et le charme caractéristique de San Francisco. Ces quartiers emblématiques sont réputés pour leurs rues en pente, véritables symboles de la ville.

Nous débutons notre découverte par Russian Hill, où nous sommes émerveillés par la célèbre Lombard Street, surnommée la rue la plus sinueuse du monde. Nichée au cœur de ce quartier, cette artère emblématique dévoile un segment de huit virages en épingle à cheveux, descendant sur une pente raide. Les pavés de briques rouges et les jardins luxuriants qui bordent la rue ajoutent à son charme pittoresque. Nous admirons les maisons victoriennes en l’empruntant, des maisons qui se dressent fièrement le long de cette voie emblématique, témoignant du riche patrimoine architectural de la région.

Poursuivant notre exploration, nous montons à bord du Cable Car, ce vieux tramway en circulation depuis 1873. Nous sommes transportés à travers les rues escarpées de Russian Hill, découvrant ainsi la ville sous un angle unique. Nous faisons également une halte au Cable Car Museum, où nous en apprenons davantage sur le fonctionnement de ce système de transport historique, qui constitue une part essentielle de l’histoire de San Francisco.

À proximité, le Macondray Lane Historic District nous invite à flâner parmi ses bâtiments au charme pittoresque et à l’architecture singulière. Nous sommes captivés par l’atmosphère paisible qui règne en ces lieux, loin de l’agitation de la ville.

Enfin, nous nous dirigeons vers Nob Hill, où se dresse majestueusement la Grace Cathedral, l’une des églises les plus impressionnantes de la ville. Sa façade sobre mais imposante domine le paysage urbain, nous invitant à découvrir son intérieur riche en œuvres d’art. Nous sommes émerveillés par les répliques des Portes du Paradis ainsi que par les nombreuses peintures murales qui ornent ses murs.

Fisherman’s Wharf

Notre exploration de Fisherman’s Wharf nous plonge dans l’effervescence et le charme maritime de San Francisco, offrant une expérience inoubliable au cœur de la ville.

Nous débutons notre périple en déambulant le long des quais en bois, imprégnés de l’atmosphère animée et du parfum enivrant des fruits de mer frais. L’architecture hétéroclite du Wharf, mêlant bâtiments historiques et constructions modernes, crée une ambiance unique qui nous enchante dès les premiers pas.

Nous sommes accueillis en musique, par un chanteur nous agrémentant de son talent au travers d’un dynamisme qui attire autour de lui plusieurs dizaines de passants, non loin d’un latino qui prépare des sandwichs.

Après avoir mangé, nous continuons notre découverte par une promenade le long des quais, où nous sommes enchantés par l’animation et l’effervescence qui règnent dans ce quartier maritime. Les odeurs salines de l’océan se mêlent aux arômes alléchants des fruits de mer fraîchement pêchés, nous mettant l’eau à la bouche.

Nous sommes captivés par l’architecture des bâtiments qui bordent les quais, témoignant du riche passé maritime de la région. Les vieux entrepôts de bois et les restaurants traditionnels ajoutent au charme rustique de l’endroit, nous plongeant dans une ambiance authentique et chaleureuse.

Les vues sur la baie, l’île d’Alcatraz et le majestueux Golden Gate Bridge ajoutent à la magie du lieu, nous transportant dans un décor digne d’une carte postale.

Nous nous arrêtons au célèbre Pier 39, où les otaries paresseuses nous accueillent avec leurs cris joyeux, créant une atmosphère vivante et décontractée.

Le quartier offre de belles activités tel que l’Aquarium of the Bay.

Les restaurants et boutiques qui bordent le quai nous offrent une multitude de choix pour nous régaler et faire du shopping.

Le Pier 7 nous séduit par son ponton en bois aligné parfaitement avec l’imposante silhouette de la Transamerica Pyramid, offrant une perspective photographique unique qui capture l’essence de San Francisco.

Au Ferry Building, nous sommes émerveillés par son architecture majestueuse de style Beaux-Arts, avec sa tour d’horloge imposante qui domine le front de mer. À l’intérieur, le marché gastronomique nous invite à découvrir une variété de délices locaux, tandis que l’atmosphère animée ajoute à l’excitation du lieu.

Notre périple se poursuit au Pier 15, où l’Exploratorium nous attend avec ses expositions interactives et ses espaces modernistes. Nous plongeons dans un monde de découvertes scientifiques, captivés par les installations innovantes et les expériences engageantes.

Le quartier regorge également de joyaux culturels tel que le Musée Mécanique, qui nous transportent dans le passé fascinant de la ville à travers leurs expositions captivantes.

Nous nous perdons ainsi dans ce dédale de machines d’arcade qui révèlent en nous les sentiments enfouis de notre enfance et à l’aide de pièces, nous nous essayons à des jeux dont nous ne soupçonnions pas l’existence.

Au Hyde Street Pier, le San Francisco Maritime National Park nous offre une plongée dans l’histoire maritime de la région, avec ses bateaux historiques et ses expositions captivantes. Nous sommes transportés dans un autre temps en explorant les ponts des navires emblématiques exposés sur le quai.

Enfin, nous découvrons au Pier 45 un sous-marin de la Seconde Guerre mondiale et un Liberty Ship, offrant une expérience immersive dans l’histoire militaire de la région.

Île d’Alcatraz (San Francisco)

Appelée également : The Rock ou le rocher, Alcatraz se trouve sur l’île qui porte son nom. Couvrant 9 hectares, elle se trouve à 2,4 kilomètres de la ville de San Francisco.

Avant l’arrivée des Européens, l’île était utilisée par les Amérindiens de la région comme un lieu d’exil pour les membres de la tribu coupables d’infractions. En 1934, l’île est transformée en une prison fédérale de haute sécurité et devient célèbre pour ses conditions de sécurité extrêmes et ses prisonniers notoires comme Al Capone, George « Machine Gun » Kelly, et Robert Stroud, le « Birdman of Alcatraz ».

L’embarquement vers Alcatraz s’effectue du Pier 39.

Le site officiel permet d’acheter 3 types de billets : Alcatraz de jour, Alcatraz de nuit et les coulisses d’Alcatraz.

En moyenne, le coût d’un billet pour Alcatraz de jour est de 40 dollars, alors qu’il est de 50 dollars pour une visite la nuit et de 90 dollars pour les coulisses qui donnent accès à des lieux fermés au public. Le coût du ferry est compris dans le billet. Le trajet dure 30 minutes.

L’île ne comporte pas de service de restauration.

À bord du ferry qui glisse lentement à travers les eaux calmes de la baie de San Francisco, nous sommes remplis d’une excitation palpable à l’idée de découvrir l’île.

Le vent frais caresse nos visages alors que nous contemplons avec émerveillement les icônes emblématiques de la baie : le pont du Golden Gate se dresse majestueusement devant nous, tandis que les gratte-ciel scintillants de la ville se découpent sur l’horizon. Chaque vague qui vient lécher la coque du bateau semble nous rapprocher un peu plus de notre destination, et notre impatience grandit à mesure que l’île solitaire se dessine à l’horizon.

Lorsque nous apercevons enfin les contours austères de la prison se profiler à l’horizon, un mélange de fascination et d’appréhension s’empare de nous. Les murs de la prison, hauts et imposants, semblent raconter des histoires de souffrance et de désespoir.

Pourtant, c’est avec une certaine excitation que nous accostons sur l’île, prêts à découvrir ce lieu emblématique chargé d’histoire.

incontournables du Nord de la Californie

Nos premiers pas sur le sol de l’île d’Alcatraz sont imprégnés d’un sentiment d’urgence mêlé à une pointe de fatigue.

Les rues escarpées qui mènent au bâtiment principal de la prison demandent un effort supplémentaire, mais notre détermination à explorer chaque recoin de ce lieu légendaire nous pousse à avancer malgré la fatigue.

Nous atteignons le ballon d’eau de l’île et bifurquons sur une petite plate-forme de laquelle, outre des oiseaux qui semblent insensible au lourd passé de l’endroit, nous découvrons une vue magnifique sur la ville qui nous fait face.

Nous rejoignons la morgue et après une énième montée, nous nous retrouvons face au coeur de la prison qui ferma ses portes en 1963 en raison des coûts d’exploitation élevés et des problèmes structurels. Mais coïncidence, juste après l’évasion de 3 détenus : Franck Morris, John Anglin et Clarence Anglin, qui ne seront jamais retrouvés.

Lorsque nous pénétrons enfin dans le bâtiment principal de la prison, un silence pesant semble envelopper les lieux.

Les murs de béton gris et les barreaux de fer forgé rappellent la rigueur et la sévérité de la vie carcérale à Alcatraz. Malgré notre excitation initiale, une certaine tension s’installe alors que nous contemplons les cellules étroites et sombres qui s’alignent le long des couloirs lugubres au milieu des autres visiteurs, les oreilles rivées sur leur audio-guide.

En parcourant ses allées étroites, nous sommes frappés par l’étroitesse des lieux et l’absence totale de confort. Les cellules exiguës, dénuées de fenêtres et éclairées seulement par une faible lueur provenant des couloirs, évoquent un sentiment d’oppression et d’enfermement. Nous nous sentons soudainement pris au piège, confrontés à la dure réalité de la vie derrière les barreaux.

Chaque cellule que nous découvrons semble raconter une histoire poignante de solitude et d’isolement. Les lits de métal étroits et inconfortables, les lavabos rudimentaires et les toilettes sans intimité rappellent la rudesse de la vie quotidienne des prisonniers. Nous ressentons un profond malaise en imaginant la vie austère et monotone qu’ils devaient mener, loin de toute liberté et de tout espoir.

Pourtant, malgré la noirceur de l’atmosphère qui règne dans la prison, nous sommes fascinés par chaque détail de ce lieu chargé d’histoire. Chaque graffiti gravé sur les murs de béton, chaque barreau rouillé, semble nous raconter une histoire différente, témoignant de la vie tumultueuse qui animait autrefois ces lieux.

À mesure que nous explorons davantage la prison, nous sommes frappés par l’ingéniosité des prisonniers qui ont tenté de s’évader et dont les cellules qu’ils occupaient comprennent encore leurs effets personnels. Les célèbres tentatives d’évasion, comme celle qui a inspiré le film « Évadés d’Alcatraz », prennent soudainement vie devant nos yeux, et nous ressentons un profond respect pour ceux qui ont osé défier les règles de l’ordre établi.

En rejoignant l’extérieur, nous inspirons une bonne bouffée d’air frais et pouvons bénéficier d’un simili sentiment de liberté recouvré.

Le Golden Gate Bridge (San Francisco)

Le Golden Gate Bridge, situé à San Francisco, est l’un des ponts les plus emblématiques et reconnaissables au monde. Il s’agit d’un pont suspendu d’une longueur de 2,7 kilomètres. La portée, c’est-à-dire la distance entre les deux tours principales, est de 1 280 mètres, ce qui en fait le pont suspendu avec l’une des plus longues portées au monde. Les tours du pont s’élèvent à 227 mètres au-dessus de l’eau, ce qui équivaut à environ 65 étages de hauteur.

Notre première rencontre avec ce pont mythique se fait au volant de notre voiture, alors que nous franchissons ce symbole emblématique de San Francisco. La sensation de rouler sur ce pont légendaire, avec ses lignes imposantes s’étendant majestueusement au-dessus de nous, est indescriptible. Nous sommes pris d’un mélange d’excitation et de respect envers cette merveille d’ingénierie, et nous ne pouvons nous empêcher de nous émerveiller devant sa beauté saisissante au fur et à mesure que les grands câbles de maintien qui nous dépassent défilent devant nous.

Il est possible de traverser le pont à pied, en vélo ou en voiture.

La traversée en voiture du pont est gratuite dans le sens de la sortie de San Francisco. Par contre, pour entrer dans la ville par le pont, le coût est de 9 dollars.

Il est possible de payer cette somme par le biais d’une borne physique, directement chez le loueur de véhicule avec l’option TollPass ou sur Internet par avance avec un paiement valable 30 jours.

Une fois de l’autre côté du pont, nous nous arrêtons à différents points de vue pour l’admirer le Golden Gate Bridge dans toute sa splendeur. Au Battery East Vista Point, nous sommes subjugués par la vue spectaculaire sur le pont et la baie de San Francisco qui s’étale à nos pieds. L’immensité et la grandeur du pont nous laissent sans voix, et nous prenons le temps d’apprécier chaque détail de sa structure imposante.

Au Fort Point, situé directement sous le pont du côté Sud, nous avons une perspective unique au travers d’une vue ascendante. Là, nous réalisons pleinement l’ampleur de cette structure colossale, qui semble défier les lois de la gravité.

En poursuivant notre exploration, nous découvrons le Golden Gate Overlook, le Marshall’s Beach, et le Fort Baker, chacun offrant une vue différente et tout aussi époustouflante sur le pont iconique.

Enfin, nous terminons notre journée au Torpedo Wharf, une plage offrant une vue dégagée sur le Golden Gate avec la baie en premier plan. C’est un moment de paix et de contemplation, où nous nous laissons emporter par la beauté incomparable de ce monument emblématique.

La Silicon Valley

La Silicon Valley, renommée mondiale, s’étend sur environ 200 km² au Sud de San Francisco. Au cœur de cette région se trouvent les prestigieuses universités de Stanford et de Berkeley, dont le rôle dans le développement de la Silicon Valley en tant que centre d’innovation technologique est crucial.

Le siège social de Facebook, reconnaissable à son immense logo, accueille les visiteurs et abrite également les équipes d’Instagram. Le Googleplex, campus de Google situé à Mountain View, est un véritable complexe doté de bureaux, de restaurants, de commerces, de salles de sport et même d’une piscine. À proximité, le campus de Yahoo est ouvert au public et offre un grand logo idéal pour les selfies.

Le siège d’Apple, dispose quant à lui d’un Visitor Center comprenant une boutique, un café et une terrasse offrant une vue imprenable sur le campus. À proximité se trouve le garage de Steve Jobs, classé monument historique, où a débuté l’aventure Apple avec son ami Steve Wozniak.

En continuant vers le Sud, se trouve l’Intel Museum, qui retrace l’histoire des processeurs, ainsi que les sièges d’eBay et de Netflix. L’Université de Stanford, vaste et impressionnante, est ouverte aux visiteurs, notamment sa section consacrée aux fraternités, avec ses maisons alignées les unes à côté des autres.

San José, capitale de la Silicon Valley, offre une expérience incontournable avec son centre-ville animé, ses restaurants et ses boutiques. Le Tech Museum of Innovation, situé dans la ville, est un lieu de prédilection pour les passionnés de technologie. Enfin, la Maison Winchester, connue pour son architecture intérieure insolite, offre une expérience unique et fascinante avec ses escaliers menant au plafond, ses fenêtres au sol et ses portes donnant vers l’extérieur.

Santa Cruz

Peuplée de 65 000 habitants, Santa Cruz est une ville côtière située sur la rive Nord de la baie de Monterey, en Californie centrale. Elle se trouve à environ 120 kilomètres au Sud de San Francisco. Connue pour ses plages spectaculaires, son ambiance décontractée, et son esprit bohème, Santa Cruz est un centre de surf de renommée mondiale et une destination prisée pour les amoureux de la nature et les amateurs de sports nautiques.

Hors de la ville, nous arrivons au Natural Bridges State Beach, célèbre pour ses formations rocheuses naturelles, y compris un pont de roche sculpté par les vagues de l’océan. Les centaines d’oiseaux posés sur ces formations ajoutent à la beauté sauvage du site. La plage est un lieu de calme et de contemplation, un contraste parfait avec l’animation de la ville.

La suite de notre découverte de Santa Cruz s’effectue au travers d’une promenade le long de Pacific Avenue, le cœur animé du centre-ville. Cette avenue déborde de vie avec ses boutiques indépendantes, cafés, et restaurants qui s’alignent de chaque côté. L’architecture est un mélange éclectique, allant des maisons victoriennes élégantes aux cottages de plage rustiques, en passant par des bâtiments modernes influencés par le style mission espagnol. Chaque coin de rue nous offre une nouvelle surprise, des musiciens de rue aux artistes locaux exposant leurs œuvres, créant une ambiance décontractée et artistique.

Alors qu’un jeune homme…ou une jeune femme sans que nous parvenions à en définir son genre nous subjugue avec sa musique, un couple commence à danser devant nous, aux abords des plages sur lesquelles des sportifs s’adonnent au Volley-Ball…avec brio, nous devons le reconnaître.

Nous nous dirigeons ensuite vers le Santa Cruz Wharf, un long quai en bois qui s’étend dans la baie de Monterey. Construit en 1914, le Wharf offre des vues panoramiques sur l’océan et la ville. Nous nous promenons le long du quai, profitant de la brise marine et des paysages magnifiques. Les restaurants et boutiques le long du quai ajoutent à l’atmosphère animée, et nous nous arrêtons pour déguster des fruits de mer frais tout en observant les pêcheurs et les phoques se prélassant sur les quais inférieurs.

Après avoir découvert une salle de jeux vidéos, nous continuant notre exploration, nous arrivons au Santa Cruz Beach Boardwalk, un parc d’attractions emblématique en bord de mer.

Ouvert depuis 1907, il est célèbre pour ses manèges classiques, dont le Giant Dipper, une montagne russe en bois construite en 1924. Nous nous laissons emporter par l’excitation des manèges, les rires et les cris de joie des visiteurs résonnant autour de nous. Le charme nostalgique du Boardwalk, avec ses stands de nourriture et ses jeux d’arcade, nous ramène à une époque plus simple.

Dans un registre différent, situé dans les collines de la ville, le Mystery Spot est connu pour ses phénomènes gravitationnels inexplicables. Ouvert en 1941, il présente une cabane inclinée où les lois de la physique semblent être défiées, avec des objets et des personnes apparaissant déformés ou flottants. L’architecture de la cabane est délibérément déformée pour accentuer ces illusions.

Dans le domaine culturel, il convient de noter la présence du Lighthouse Field State Beach, un parc qui abrite le célèbre Surfing Museum, rendant hommage à la culture du surf, l’University of California, connue pour son campus spectaculaire qui intègre harmonieusement la nature environnante et la Mission Santa Cruz, fondée en 1791, qui est une reconstitution parfaite de l’originale, ayant a été endommagée par un tremblement de terre en 1857.

Un peu excentré, le Henry Cowell Redwoods State Park, un parc d’État célèbre pour ses majestueuses forêts de séquoias, dont certains arbres ont plus de 1 800 ans et à proximité de Felton, le Roaring Camp Railroads, un site historique qui propose des voyages en train à vapeur à travers les magnifiques paysages de la forêt de séquoias de Santa Cruz.

Conclusion

La Californie du Nord, avec sa richesse et sa diversité, nous a offert bien plus qu’un simple voyage touristique. Elle nous a permis de nous immerger dans des environnements uniques, de ressentir la force de la nature et de l’innovation humaine, et de nous connecter avec des histoires et des paysages qui resteront avec nous pour toujours.

En quittant cette région, nous emportons avec nous non seulement des souvenirs précieux, mais aussi une nouvelle appréciation pour la beauté et la diversité cette partie d’état unique et axée sur les grands parcs naturels verdoyants.

Timor-Oriental-67

Timor-Leste, les incontournables

Blotti dans le coin le plus oriental de l’Asie, à son extrémité Sud, le Timor-Leste appelé également Timor Oriental est ce que communément les voyageurs appellent un pays qui se trouve hors des sentiers battus. Peu touristique, il est méconnu par une grande partie de la population mondiale qui ne parvient même pas à le placer sur une carte. C’est dans ce pays que nous avons souhaité nous rendre pour vous présenter les incontournables du Timor-Leste.

Ancienne colonie portugaise, puis indonésienne, le Timor-Leste, également connu sous le nom de Timor oriental, est un petit pays peu touristique situé dans la partie orientale de l’île de Timor, dans le Sud-Est de l’Asie. Il partage l’île avec l’Indonésie à l’Ouest et occupe sa partie Est.

En termes de superficie, le Timor-Leste s’étend sur environ 14 874 kilomètres carrés, ce qui en fait l’un des plus petits pays du continent. Malgré sa taille, il offre une variété d’activités diversifiées.

Alors que de nombreux voyageurs se tournent vers des destinations plus populaires en Asie du Sud-Est, le Timor-Leste reste souvent hors des sentiers battus. Mais c’est précisément cette authenticité préservée qui en fait une destination captivante pour ceux qui osent s’aventurer au-delà des circuits touristiques traditionnels.

Doté d’une histoire mouvementée marquée par la colonisation portugaise et l’occupation indonésienne, le Timor-Leste dévoile des vestiges culturels fascinants, des traditions anciennes et une identité unique forgée par des siècles d’histoire tumultueuse. Des villages traditionnels préservés aux marchés animés, en passant par les cérémonies rituelles, chaque coin du pays révèle une part de son riche patrimoine.

Mais le Timor-Leste offre bien plus que son histoire. Avec ses plages de sable doré, ses montagnes majestueuses et sa nature luxuriante, il est un paradis pour les amoureux de la nature et les aventuriers en quête de paysages spectaculaires et préservés. Des randonnées dans les montagnes verdoyantes aux plongées sous-marines dans les eaux cristallines, les possibilités d’exploration de cette terre du bout du monde sont infinies.

Cependant, voyager au Timor-Leste n’est pas sans défis. Les infrastructures touristiques peuvent être limitées, la langue peut être une barrière et la logistique peut parfois être complexe. Mais c’est précisément cette aventure qui rend cette expérience si précieuse et mémorable.

Dans cet article, nous partagerons notre propre voyage au Timor-Leste, en explorant ses trésors cachés, en rencontrant ses habitants chaleureux et en découvrant les merveilles de ce pays peu connu que nous vous présentons au sein de cet article.

————————–

Pour les lecteurs intéressés, découvrez-y notre séjour, afin de voir le vrai visage de ce pays. Cliquez sur ce lien pour parcourir notre récit de voyage complet du Timor-Leste.

————————–

Timor Oriental 364

Díli

Peuplée de 200 000 habitants, Díli est la capitale du Timor-Leste mais aussi sa plus grande ville. Située sur la côte Nord centrale de l’île et offrant de superbes vues sur la mer, son centre historique porte les traces architecturales de l’occupation portugaise ainsi qu’une influence indonésienne visible.

En marchant le long du front, nous sommes immédiatement séduits par la vue imprenable sur la mer scintillante.

Les locaux se promènent paisiblement, profitant de l’air marin rafraîchissant tandis que d’autres s’adonnent à la pêche ou aux joies de la plage d’Areia Branca. Le sable fin et les eaux turquoises créent un cadre idyllique pour se détendre et se ressourcer sous le soleil tropical.

Timor Oriental 79

Aux abords du front de mer, le parc Jardim 5 de Maio nous accueille avec ses allées ombragées et ses aires de jeu. Une statue majestueuse symbolisant la liberté trône en son centre, rappelant le parcours mouvementé de ce pays vers l’indépendance. Nous nous imprégnons de la sérénité qui émane de cet espace verdoyant, tout en observant les enfants s’amuser joyeusement.

Timor Oriental 63
Timor Oriental 67

À proximité, le sanctuaire hindouiste balinais et le palais du gouverneur attirent notre curiosité. Ancienne résidence des gouverneurs portugais, le palais colonial impressionne par son architecture imposante. Les murs massifs en pierres et les toits en tuiles témoignent de son passé prestigieux, tandis que les influences européennes se mêlent harmonieusement aux éléments décoratifs traditionnels.

Timor Oriental 85

Nous nous rendons ensuite dans le quartier animé de Comoro, où bat le cœur vibrant du marché de Tais. Dès notre arrivée, nous sommes enveloppés par l’atmosphère animée de ce lieu emblématique, où les habitants se retrouvent chaque jour pour échanger, acheter et partager des moments de convivialité.

Le marché regorge de vendeurs enthousiastes proposant une variété infinie de produits locaux et artisanaux, des tais traditionnels aux sarongs timorais, en passant par une myriade de souvenirs colorés. Nous nous laissons emporter par les couleurs vives et les motifs complexes qui ornent chaque étal, témoignant du savoir-faire exceptionnel des artisans locaux.

Timor Oriental 112

L’arôme alléchant de la cuisine timoraise flotte dans l’air, attirant notre attention vers les stands proposant des spécialités culinaires alléchantes. Nous nous régalons des saveurs authentiques de la cuisine locale, découvrant de nouveaux goûts et textures qui éveillent nos papilles.

Timor Oriental 121
Timor Oriental 123

Au détour d’une allée, nous faisons une rencontre inoubliable avec des dizaines d’enfants qui, à la vue des étrangers que nous sommes, accourent vers nous avec des cris de joie et des sourires contagieux.

Ils sautent dans nos bras, nous entourant de leur énergie débordante et de leur innocence pure. Nous rions ensemble, partageant des instants de bonheur simples mais précieux.

Timor Oriental 115

Souffrant encore de son passé, la ville présente une structure urbaine englobant nombre de monuments commémoratifs religieux et guerriers. Dans un autre registre, le musée de la Résistance retrace l’histoire mouvementée du pays, en mettant en lumière la lutte pour son indépendance.

Timor Oriental 135

Au moment où nous nous promenons aux abords de l’église Motael, nous sommes captivés par une atmosphère solennelle et empreinte de ferveur. Le son des cloches résonne dans l’air, invitant les fidèles à se rassembler pour célébrer une fête religieuse importante.

Timor Oriental 149

Reconstruite en 1955 sur le site d’une ancienne église datant de 1800, l’église Motael dédiée à Saint Antoine de Padoue, est l’église catholique la plus ancienne et la plus importante du pays.

À mesure que nous nous approchons de l’église, nous sommes enveloppés par les chants sacrés et les prières ferventes qui montent des enfants réunis pour l’occasion. L’édifice religieux, majestueux et imposant, semble veiller sur la foule pieuse, offrant un refuge spirituel et un lieu de recueillement.

Timor Oriental 148

Les enfants, vêtus de leurs habits traditionnels, défilent dans les rues avoisinantes, portant des offrandes et des symboles de leur foi. Leurs visages sont empreints de dévotion et de détermination, reflétant l’importance profonde de cet événement religieux dans leur vie quotidienne.

Nous observons avec respect et humilité cette cérémonie religieuse, témoignant du lien puissant qui unit la communauté dans la foi et la tradition

Timor Oriental 151

L’architecture de l’église que nous visitons ensuite est caractérisée par son style colonial, avec des éléments distinctifs tels que des murs en stuc blanc, des toits de tuiles rouges et une façade ornée. L’église présente une conception simple mais élégante, typique des églises de cette époque.  

Timor Oriental 152
Timor Oriental 153

Un peu plus loin, nous nous rendons à la cathédrale de Díli, également connue sous le nom de Cathédrale de l’Immaculée-Conception, l’un des lieux emblématiques de la ville. Construite en 1984, elle se distingue par ses hauts plafonds, ses magnifiques vitraux et ses détails architecturaux complexes. Elle peut accueillir jusqu’à 2000 fidèles.

Timor Oriental 163

Nous terminons notre découverte de la ville en intégrant un spectacle musical joué par des écoliers.

Les jeunes musiciens, vêtus de leurs uniformes colorés, sont absorbés dans leur musique, jouant avec énergie et passion. Leurs visages rayonnent de joie et d’excitation alors qu’ils se laissent emporter par le rythme entraînant de leur jeu.

Timor Oriental 302
Timor Oriental 299
Timor Oriental 300

Le K 21

À 41 kilomètres de Díli, le K 21 est un site de plongée facilement accessible. L’entrée en sable facilite le début de l’exploration, menant à un mur peu profond qui descend progressivement vers une pente plus abrupte, abritant une variété d’éponges, de coraux et de poissons colorés.

Réputé comme l’un des sites incontournables du pays, le K 21 offre également d’excellentes possibilités de snorkeling. Il présente un équilibre parfait entre la vie marine du fond sablonneux et la richesse de son corail.

Le Cristo Rei

Située non loin de Díli, au Cap Fatucama, le Cristo Rei a été conçue par Mochamad Syailillah et officiellement offert comme cadeau du gouvernement indonésien à la population lorsque le pays était sous occupation, pour la convaincre d’abandonner son désir d’indépendance. La statue a été dévoilée par le président Suharto en 1996.

Dès notre arrivée aux pieds de la colline, nous sommes impressionnés par la stature imposante de la statue du Christ, émergeant fièrement au-dessus des arbres environnants. Son aura de sérénité et de solennité nous accueille chaleureusement, créant une atmosphère empreinte de respect et de spiritualité.

Timor Oriental 194

Nous entamons, pour en rejoindre le sommet, notre ascension du chemin de croix, composé de 570 marches, et de 14 stations, les 14 stations symbolisant le chemin de croix parcouru par Jésus-Christ lors de sa marche vers le Calvaire, ​​le jour de sa crucifixion, avec un mélange d’excitation et d’appréhension. Chaque pas nous rapproche un peu plus du sommet, mais aussi de l’accomplissement personnel que représente la montée de cette colline sacrée.

Timor Oriental 198

Le début de l’ascension est facile, mais à mesure que nous montons, les marches deviennent de plus en plus raides et l’effort se fait sentir dans nos muscles. Pourtant, notre détermination à atteindre notre objectif nous pousse à persévérer, malgré la fatigue croissante.

Pendant notre ascension, nous sommes accompagnés par le chant des oiseaux et le murmure du vent, créant une ambiance paisible et réconfortante. Chaque pause nous offre l’occasion de contempler le paysage environnant, avec les côtes du Timor qui s’étendent à perte de vue, offrant une vue à couper le souffle sur l’océan.

Timor Oriental 211

À mesure de notre progression, notre excitation monte en flèche. Lorsque nous atteignons enfin le sommet, une vague de soulagement et d’euphorie nous submerge. La statue du Christ posé sur son globe, haute de 27 mètres, nous accueille avec ses bras ouverts, semblant nous inviter à partager sa sagesse et sa compassion.

Timor Oriental 216

Face à cette œuvre monumentale, nous ressentons un profond respect et une humilité devant sa grandeur. Nous prenons le temps de nous recueillir et de méditer, imprégnés par la tranquillité et la beauté du lieu.

Depuis le sommet, une magnifique vue panoramique est offerte sur la baie de Dili et sur l’île d’Atauro au nord.

Timor Oriental 217
Timor Oriental 218
Timor Oriental 219

La descente de la colline se fait dans l’état d’une plénitude imprégnée par la satisfaction d’avoir relevé le défi et d’avoir été récompensés. Chaque marche descendant nous ramène à la réalité, mais notre cœur est empli de paix et de gratitude pour cette expérience inoubliable au Cristo Rei.

En face du parking, la plage de Cristo Rei, est l’une des plus belles de l’île avec ses eaux turquoises et son sable. Nous la parcourons et prenons le temps de souffler un peu. Nous avons l’impression de nous trouver au bout du monde et dégustons ce moment précieux.

Timor Oriental 252

Le mont Ramelau

Le pic du Mont Ramelau, également appelé Tatamailau, règne en majesté comme le sommet le plus élevé du Timor-Leste, juché au cœur de la chaîne de montagnes centrale du pays. Culminant à 2 963 mètres au-dessus du niveau de la mer, il se dresse fièrement à 70 kilomètres de Díli.

Niché dans le district d’Ainaro, le Mont Ramelau est enveloppé d’une végétation luxuriante et de forêts verdoyantes. Il est accessible depuis la ville de Maubisse ou le village de Hato Builico, prisé des randonneurs et des amateurs d’aventure. Dans cette région, plusieurs cascades comme les chutes de Bandera et la cascade de Mota Magapu ajoutent à l’attrait naturel des lieux.

L’ascension du Mont Ramelau, une aventure de deux heures, ne présente pas de difficulté majeure. Elle mène au sommet orné d’une statue de la Vierge Marie, offrant un panorama époustouflant sur les paysages alentour et les villages traditionnels nichés dans les vallées en contrebas.

Au-delà de son attrait naturel, le Mont Ramelau revêt une importance culturelle et spirituelle profonde pour les habitants. Considéré comme un lieu sacré, il est le théâtre de cérémonies religieuses et de traditions locales séculaires.

Baucau

Baucau, la deuxième plus grande ville du pays, abrite une population de 14 961 habitants et s’étend le long de la côte Nord-Est de l’île, à 122 kilomètres de Díli. Sa renommée réside dans la préservation remarquable de son architecture coloniale.

Le trajet entre Dili et Baucau s’étire généralement sur 3 à 4 heures, selon l’état des routes.

Centre commercial et administratif de premier plan, la ville gravite autour de la majestueuse cathédrale Saint-Antoine, de style romain, ornée de superbes vitraux. Érigée dans le quartier de Vila Salazar, la cathédrale arbore sur sa façade deux images saisissantes en blanc et bleu : la Vierge Marie et Saint-Antoine de Padoue. Depuis son esplanade, une vue panoramique sur l’océan s’offre aux visiteurs.

Les ruines de la forteresse de Baucau, vestige d’un ancien fort portugais datant du XVIe siècle, ainsi que le marché municipal, figurent parmi les attractions incontournables. L’entrée du marché, flanquée d’arches surmontant un escalier coloré, dégage une atmosphère charmante.

La plage de Baucau, l’une des plus belles du pays, se niche à proximité du centre-ville. Avec ses eaux turquoise caressant le sable blanc, elle offre un cadre idéal pour la détente et la baignade.

Timor Oriental 119

Venilale

Situé à 25 kilomètres de Baucau, sur la côte Nord, le petit village de Venilale est célèbre pour être une étape incontournable pour découvrir les cascades éponymes nichées au cœur d’un site verdoyant, nécessitant une petite marche pour y accéder.

L’église de Venilale, authentique édifice catholique, est renommée pour son architecture traditionnelle et coloniale. Sa façade imposante et son intérieur orné de magnifiques vitraux en font un lieu de culte remarquable.

Aux abords de Venilale, se trouve un ensemble de tunnels hérités de la Seconde Guerre mondiale. Creusés par les forces japonaises lors de l’occupation du pays, encore sous domination portugaise à l’Est et néerlandaise à l’Ouest, ces tunnels servaient à leur protection. Plus tard, ils furent utilisés par les combattants timorais dans leur lutte pour l’indépendance contre les forces d’occupation indonésiennes.

Le fort de Balibó

À l’extrême Ouest du pays, dans Balibó, se dresse majestueusement le fort de la ville, surplombant l’océan. Érigé il y a environ 350 ans, ce fort fut édifié par les Portugais dans le dessein de protéger leur colonie. Sa position en hauteur, combinée à sa situation à un carrefour de routes, en faisait un site stratégique d’une importance capitale.

Aujourd’hui, après avoir été restauré avec soin, le fort de Balibó a été métamorphosé en un hôtel moderne qui conserve jalousement ses influences patrimoniales. En plus de ses chambres accueillantes, l’établissement propose un café et un restaurant, offrant ainsi aux visiteurs une expérience unique au cœur de l’histoire de la région.

Le cimetière Santa Cruz (Díli)

En pénétrant dans le cimetière Santa Cruz, en plein coeur de Díli, nous sommes immédiatement frappés par la solennité qui y règne, le silence étouffant brisé uniquement par le bruit de fond de la ville.

Parmi les lieux de sépulture se trouvent les tombes des 250 manifestants tués le 12 novembre 1991 par les troupes indonésiennes, un événement tragique qui attire l’attention internationale sur la lutte du peuple timorais pour l’indépendance. En contemplant ces tombes, nous ressentons une profonde tristesse et une empathie intense pour ceux qui ont perdu la vie dans leur quête de justice et de liberté.

Timor Oriental 98

Les tombes simples et les monuments commémoratifs qui parsèment le paysage témoignent de la profondeur des sacrifices consentis par le peuple timorais lors de son combat pour la liberté. Les inscriptions poignantes gravées sur les pierres tombales rendent hommage aux héros et aux martyrs, rappelant aux visiteurs le prix de la liberté.

Nous sommes également témoins du respect et de la dévotion manifestés par les visiteurs qui déposent des fleurs et des offrandes sur les tombes colorés, marquant ainsi leur reconnaissance envers ceux qui ont sacrifié leur vie pour la cause.

Au cours de notre exploration, nous sommes surpris par la rencontre avec un homme couché sur les tombes, semblant fusionner avec l’endroit. Son silence solennel et son expression détendue dévoile une sorte de dichotomie entre sa posture nonchalante et la profondeur de la douleur qui habite ce lieu

Timor Oriental 99

Parc national Nino Konis Santana

Dans la partie orientale du pays, à 250 kilomètres de Díli, se niche le parc national de Nino Konis Qantana, un sanctuaire préservé considéré comme l’une des dernières zones de forêt tropicale humide encore intactes au monde, offrant un environnement côtier d’une richesse exceptionnelle.

Paradis des randonneurs et des amoureux de la nature, le parc révèle des paysages spectaculaires, des forêts tropicales luxuriantes et des plages isolées. S’étendant sur une surface terrestre de 1 236 km² et une surface marine de 556 km², il abrite trois zones ornithologiques d’importance majeure : Lore, Monte Paitchau et le lac Iralalara. Créé le 3 août 2007, il constitue un refuge pour des oiseaux rares tels que le Cacatoès soufré, le Padda de Timor et le Colombar unicolore.

Le parc national offre une multitude d’activités, de l’observation des oiseaux à la plongée, en passant par la randonnée et la visite de sites archéologiques préhistoriques.

L’île de Jaco, petite île faisant partie du parc national de Nino Konis et située à la pointe orientale du pays, à 255 kilomètres de Díli, est renommée pour ses paysages préservés, entre plages de sable blanc et montagnes verdoyantes. Considérée comme sacrée, cette île inhabitée offre une faune et une flore uniques, comprenant de nombreuses espèces endémiques. Accessible en bateau depuis la plage de Tutuala en moins de 5 minutes, elle est propice à la plongée et au snorkeling, bien que le séjour y soit interdit.

Com, un village de pêcheurs niché à l’extrémité Ouest du parc national de Nino Konis à Lautem, séduit par ses belles plages de sable blanc et ses infrastructures hôtelières en front de mer. Au cœur du village, les pêcheurs proposent souvent leur pêche aux acheteurs directement, offrant ainsi une expérience authentique. Moyennant une somme modique, il est possible de les accompagner en mer.

Tutuala est un petit village perché sur un promontoire rocheux. Authentique et rustique, il offre des vues imprenables sur la côte environnante, entouré par de hautes montagnes. Le village permet d’accéder à la grotte d’île Kere Kere, ornée de gravures rupestres représentant des oursins, des combats de coqs et des figures anthropomorphes, ainsi qu’à la grotte préservée de Lene Hara, célèbre pour ses magnifiques stalactites et stalagmites, accessibles après une courte randonnée. Les sites d’art rupestre, notamment l’île Kere Kere, Lene Hara et Jerimalai, situés à l’extrémité orientale de l’île et à l’intérieur des limites du parc, témoignent d’un riche héritage préhistorique de la région.

Timor Oriental 303

Ataúro

À 20 kilomètres au Nord de Díli et accessible en trois heures de ferry ou en 45 minutes de hors-bord, l’île Ataúro s’étendant sur 25 kilomètres de longueur est un incontournable.

Dotée d’un centre montagneux accidenté et de plaines côtières étroites, elle offre des paysages allant de prairies sèches à des forêts tropicales denses. Son point culminant, le pic Manukoko, haut de 995 mètres, revêt une importance sacrée pour les habitants, alimentant toute l’île en eau douce provenant de ses ruisseaux pendant la saison des pluies.

L’ascension du sommet permet de découvrir 14 espèces d’oiseaux rares et endémiques, mais nécessite la présence d’un guide local.

L’île, habitée par environ 10 000 personnes, est divisée en cinq zones regroupant plusieurs villages. Parmi eux, Vila, accessible après un tronçon de route bordé de fleurs rouges, Makili, charmant village de pêcheurs à environ une heure de marche de Vila, Anartutu, le village isolé le plus élevé de l’île, Adara, bordé de plages de sable blanc, Arlo, petit village niché dans les montagnes près du centre de l’île, Doro avec Iliana et Vatu’u, villages authentiques et préservés du nord-est, Uaroana, village où l’on peut rencontrer les femmes de la coopérative locale fabriquant des objets artisanaux, Bikeli, réputé pour ses sources chaudes, Beloi, abritant le seul port de l’île, et Akrema, célèbre pour sa plage de sable blanc et ses sites de plongée.

Le marché de Beloi, qui se tient les jeudis et samedis à l’arrivée du ferry à midi en provenance de Díli, offre l’occasion d’acheter des produits locaux et d’apprécier la vie insulaire.

Ataúro comprend également deux sites historiques : un mémorial de la Seconde Guerre mondiale et l’ancienne prison de l’île, utilisée d’abord par les Portugais puis par les Indonésiens. Deux grottes, la grotte de Notre-Dame-Marie et la grotte des Morts à Akrema, ajoutent à son patrimoine.

Ses plages, parmi les plus belles du Timor-Leste, incluent la plage d’Adara, la plage d’Akrema, la plage d’Iliana, la plage de Vila, la plage de Beloi et la plage de Bikeli. Les pêcheurs locaux utilisant des fusils à harpon sont une caractéristique unique de l’île, visible le long de ses côtes. Il est possible d’en rencontrer sur les plages.

Les sites de plongée tels que Haruina, Watuai, Vila, Britty Rala, Coral Garden, Adara Wall, Two Mile Reef, Akrema Wall et Bikeli Wall offrent également une expérience sous-marine exceptionnelle.

Ataúro abrite également plusieurs églises protestantes et deux églises catholiques, l’une à Vila et l’autre à Beloi.

Trois sources chaudes sont disséminées sur l’île, à Bikeli, Uaroana et Makeli, pouvant atteindre une température de 40 degrés.

Timor Oriental 128

Le village traditionnel

En circulant sur la route qui nous mène à Maubira, nous faisons un arrêt, attirés par un village qui semble ne pas payer de mine. Nous aimons ce genre d’endroit non touristique, inconnu du grand public, car il nous permet de découvrir la vraie vie locale. Nous entrons directement dans le village.

Constitué de baraquements de fortune aux toits de paille et en bois, et aux murs en tôle ondulée, il dégage une atmosphère à la fois rustique et accueillante. Nos premiers pas y sont empreints de curiosité mêlée à une pointe d’appréhension, mais aussi d’un profond respect pour la vie simple et authentique qui s’y déroule.

Timor Oriental 320
Timor Oriental 322

À notre grande surprise, nous sommes rapidement invités par une famille locale à partager un moment de convivialité avec elle. Au milieu des chèvres qui entrent dans les habitations et des enfants qui jouent dans la rue, nous sommes chaleureusement accueillis dans leur humble demeure.

Timor Oriental 326

Si quelques bribes de mots en Anglais parviennent à sortir de leur bouche, notre compréhension se fait surtout par les regards et les sourires. L’odeur de la cuisine traditionnelle flotte dans l’air, mêlée à leurs rires et aux bruits de la vie quotidienne.

Timor Oriental 342

En rencontrant les enfants du village, nous sommes particulièrement touchés par une fille au regard magnifique, dont les yeux reflètent à la fois la douceur et la détermination. Elle nous regarde avec une curiosité mêlée d’innocence, nous offrant un aperçu de son existence dans ce village reculé.

Timor Oriental 334

À mesure que la journée avance, nous partageons le monde de ces habitants. Malgré les difficultés et les défis auxquels ils sont confrontés, leur hospitalité et leur générosité nous rappellent l’importance des liens humains et de la solidarité dans toutes les cultures.

En repartant de ce village, nous emportons avec nous non seulement des souvenirs inoubliables, mais aussi une leçon de vie précieuse sur la beauté de la simplicité et la force de la communauté.

Timor Oriental 347
Timor Oriental 348

Les sources chaudes de Marobo

À 172 kilomètres de Díli, soit un trajet de 4 heures en voiture, se trouvent les sources chaudes de Marobo, à l’Ouest du pays, dans le district du même nom.

Nichées au cœur d’un cadre verdoyant, entourées de collines, ces sources chaudes se trouvent dans une zone isolée, accessible uniquement à pied ou en 4×4. Elles sont aménagées en piscines de béton et réputées pour leurs propriétés thérapeutiques. Les habitants locaux croient en leurs vertus curatives, considérant qu’elles peuvent guérir diverses affections et apporter bien-être physique et mental.

Le site comprend un bâtiment en pierres, plusieurs cascades en terrasses et des piscines, offrant une vue imprenable sur les montagnes environnantes au sein d’un paysage luxuriant.

Les sources chaudes dégagent une odeur caractéristique de soufre et contiennent une quantité importante de sodium et de calcium. La température de l’eau peut atteindre au maximum 48 degrés Celsius, notamment près des petites chutes.

Timor Oriental 327

Ainaro

Située dans la partie centrale du Timor-Leste, à environ 80 kilomètres au Sud de la capitale Díli, Ainaro est une municipalité authentique.

Perchée à une altitude de 765 mètres, elle est nichée au cœur de collines majestueuses, offrant ainsi aux visiteurs un cadre spectaculaire pour la randonnée.

La ville abrite un petit marché local, véritable centre de vie communautaire où les petits agriculteurs de la région viennent vendre leurs produits. Un autre lieu de rassemblement social important est sa petite église de style colonial. Dominant les environs avec sa façade sobre et blanche, elle est accessible via un escalier et entourée d’un vaste jardin soigneusement entretenu.

Timor Oriental 104

Maubisse

À 70 kilomètres au sud de Díli, Maubisse se trouve perché sur une crête à environ 1 400 mètres d’altitude, au cœur de montagnes escarpées offrant des paysages spectaculaires.

Mêlant une architecture alliant maisons modernes en dur et habitations traditionnelles aux toits de chaume, la ville est renommée pour ses plantations de café et son agriculture traditionnelle.

Elle abrite une magnifique église et permet d’accéder à la cascade de Maubisse nichée dans les montagnes verdoyantes, accessible après une petite randonnée à travers des villages authentiques tels que les Mambae.

Plusieurs maisons d’hôtes parsèment la ville, dont la vieille bâtisse de la pousada Maubisse, offrant une vue imprenable sur les environs.

Un centre culturel local met en lumière l’histoire de la région à travers la musique, la danse et l’artisanat, à travers des expositions captivantes.

De Maubisse, une courte randonnée conduit au village traditionnel de Likitei et à la cascade d’Ersali Buti, permettant ainsi aux visiteurs de découvrir la beauté naturelle de la région.

Timor Oriental 334

Ermera

Au centre-Ouest du pays, à 60 kilomètres de Díli, Ermera est réputée pour ses paysages vallonnés et montagneux. Célèbre pour sa production de café de qualité supérieure, la ville conserve un caractère essentiellement rural, offrant ainsi aux visiteurs un aperçu authentique de la vie locale.

Le marché est un lieu animé où les habitants se rassemblent pour échanger et vendre des produits frais, renforçant les liens sociaux au cœur de la communauté. Cette dynamique sociale se retrouve également dans la petite église coloniale du village.

Ermera offre également l’accès à la cascade de Mata Bia, une chute d’eau impressionnante, idéale pour se rafraîchir et admirer la beauté naturelle des environs. Cette cascade se mérite après un trek de quelques kilomètres à travers les collines verdoyantes.

Liquiçá

À 30 kilomètres à l’Ouest de Díli, Liquiçá est une municipalité située sur la côte Nord du pays, réputée pour sa riche culture mêlant influences indonésiennes et portugaises.

La ville de Liquiçá abrite de nombreux bâtiments coloniaux bien préservés, dont une magnifique église, témoignant de son héritage historique. Son marché local est renommé pour son artisanat traditionnel timorais, ainsi que pour ses étals de fruits, légumes et autres produits locaux.

La plage de Batugade, s’étendant sur plusieurs centaines de mètres, est accessible depuis le centre-ville. En plus d’offrir des possibilités de baignade et de détente sur ses plages de sable fin, elle constitue un paradis pour les amateurs de plongée et de snorkeling, avec une multitude de spots à explorer.

Timor Oriental 82

Maubara

À 10 kilomètres à l’Ouest de Liquiçá, Maubara est un village côtier renommé pour son histoire riche et sa culture traditionnelle. Il offre aux visiteurs un aperçu authentique de la vie rurale à Timor-Leste, avec ses charmantes maisons traditionnelles aux toits de chaume et ses habitants accueillants.

La ville est également célèbre pour ses plages de galets et les ruines de son ancienne forteresse, datant du XVIIIe siècle. Perché sur une colline surplombant la mer, ce site historique est entouré d’une imposante muraille côtière, ornée de canons rouillés pointés vers l’horizon, témoins de son passé mouvementé à proximité de l’occupant néerlandais, tuteur durant de longues années de la partie Ouest de l’île.

L’église de Maubara, autre vestige de l’occupation portugaise, est un lieu de culte historique et architectural. Son design colonial la rend facilement reconnaissable, et son intérieur sobre abrite quelques vitraux intéressants.

Un peu plus excentré, le Sia Maubara est un lac salé de 8 hectares situé dans une réserve naturelle. Habitat de milliers d’oiseaux, il est également un véritable paradis pour les ornithologues amateurs. Accessible depuis Liquiçá, le Sia Maubara se trouve à seulement 3 kilomètres du village de Maubara, et sa beauté naturelle est facilement observable depuis la route principale.

Timor Oriental 74

La plage de la côte Nord

Alors que nous explorons davantage le pays, nous arrivons dans un autre village côtier, où nous décidons de nous aventurer dans une séance de snorkeling pour découvrir ses merveilles sous-marines. Le village se distingue par ses maisons modestes, qui témoignent de la vie maritime de ses habitants.

Armés de nos masques et tubas, nous nous lançons dans les eaux cristallines au large du village qui se situe à l’Ouest de la capitale. A peine après avoir mis la tête sous l’eau, nous sommes émerveillés par la beauté des fonds marins. Des coraux chatoyants dansent au rythme des vagues, tandis que des poissons de toutes les couleurs zigzaguent gracieusement entre les récifs.

Timor Oriental 352

Nos émotions sont indescriptibles alors que nous nageons parmi une myriade de créatures marines. Chaque instant sous l’eau est une nouvelle découverte, une nouvelle rencontre avec la biodiversité qui peuple ces eaux.

Timor Oriental 358

Dans ce décor aquatique envoûtant, nous sommes submergés par un mélange d’émerveillement et de gratitude envers la nature. C’est une expérience sensorielle unique, où le temps semble suspendu et où nous sommes totalement absorbés par la magie de l’océan. Le tout sous le regard amusé des habitants qui assis sur la plage autour d’une table de piètre qualité, semblent refaire le monde en nous regardant nous dépatouiller dans ce décor qui est le leur.

Timor Oriental 353

Tasitolu

Tasitolu est une zone protégée du Timor, qui se situe à 10 kilomètres à l’Ouest de la capitale Díli. La zone englobe 3 lacs salés, une esplanade et une plage.

Tasitolu a été désigné par le gouvernement du Timor-Leste comme parc de la paix le 20 mai 2002, en raison de son importance sociale et historique, le site ayant accueilli la déclaration d’indépendance du pays la même année.

Timor Oriental 274

Notre découverte de Tasitolu est une expérience à la fois enrichissante et émouvante. Située à seulement 10 kilomètres à l’Ouest de la capitale Díli, cette zone protégée du Timor captive immédiatement nos sens par sa beauté naturelle et sa richesse historique.

Timor Oriental 280

À notre arrivée, nous sommes immédiatement frappés par la majesté des 3 lacs salés qui constituent le cœur de Tasitolu. Leurs eaux calmes reflètent le ciel bleu et les arbres environnants, créant une atmosphère paisible et sereine.

Timor Oriental 281

En explorant davantage les lieux, nous sommes enchantés par la diversité des habitats qui composent cette zone. Des prairies verdoyantes aux savanes boisées en passant par les forêts tropicales sèches, Tasitolu offre un refuge à une faune et à une flore endémiques, préservées des menaces extérieures.

Mais c’est lorsque nous atteignons l’esplanade, à environ 400 mètres du lac central, que notre émotion atteint son apogée. Là, dressée majestueusement, se dresse une imposante statue de 6 mètres de haut représentant le pape Jean-Paul II. Ce monument, érigé en 2008 après son décès, est un hommage poignant à sa visite historique en 1989, marquant un moment fort de l’histoire du Timor-Leste.

Timor Oriental 273

Debout devant cette statue imposante, nous ressentons un mélange d’émotions et de respect pour la figure emblématique du pape.

Timor Oriental 283

Lospalos

Située dans la partie orientale du Timor-Leste, dans la région de Lautém, à environ 230 kilomètres de la capitale, Lospalos est réputée pour son artisanat local, présenté dans un marché haut en couleur, et pour la qualité de vie qu’elle offre.

Habitée par une population de 29 236 habitants, la ville se distingue par son architecture variée, mêlant maisons en dur et huttes traditionnelles. Elle abrite principalement des membres de la minorité ethnique Fataluku, une communauté ancrée dans la nature et dans la spiritualité.

Se trouve également à Lospalos une Uma Lulik, une maison totémique sacrée, érigée dans l’un des quartiers de la ville. Construite avec des matériaux locaux tels que le bois et le bambou, cette structure sur pilotis présente une forme distinctive s’élevant vers le ciel. Ces maisons, rénovées ou reconstruites tous les 15 ans, sont des symboles de lien familial, renforçant les connections entre les générations passées et présentes. Chaque Uma Lulik appartient à une famille spécifique, mais symbolise également les liens tissés avec d’autres groupes familiaux par le biais des mariages.

Lospalos offre également l’accès au lac Iralalaro, considéré comme sacré par les habitants locaux. Le lac Ira Lalaro, véritable oasis, est bordé de prairies verdoyantes au Nord et de marécages au Sud. Il abrite une population de plus de 300 crocodiles, ajoutant une touche de mystère à sa splendeur naturelle.

Les ruines du fort de Cova-Lima

Situé à l’extrême Sud du pays, le fort de Cova-Lima témoigne du passé colonial du Timor-Leste, érigé par les Portugais dans le but de défendre la côte contre les invasions étrangères.

Bien que le fort soit aujourd’hui en ruines, certains fragments de murs subsistent, offrant un aperçu fascinant de l’histoire mouvementée du pays à travers ses fortifications. Les vestiges permettent de retracer l’architecture défensive de l’époque et de comprendre la structure complexe de cette forteresse.

Construit à partir de roches locales assemblées avec soin pour former des murs solides, le fort de Cova-Lima présente une particularité remarquable : la présence de crocodiles qui y trouvent refuge pour échapper à la chaleur. Cette cohabitation entre l’histoire humaine et la vie sauvage ajoute une dimension unique à ce site historique.

Ossu

Située dans la partie orientale du Timor-Leste, à environ 160 kilomètres de la capitale Díli, Ossu est une petite ville nichée au cœur des montagnes, offrant un cadre naturel époustouflant et des panoramas à couper le souffle sur la campagne environnante.

La ville d’Ossu est renommée pour la préservation de ses traditions culturelles, notamment dans les domaines de la musique, de la danse et de l’artisanat. Ses habitants, principalement des agriculteurs et des éleveurs, perpétuent des pratiques ancestrales, tandis que la région est réputée pour ses plantations de café de haute qualité. Au cœur de la ville, une église coloniale et un charmant petit marché ajoutent à son charme pittoresque.

Ossu est également un point de départ idéal pour les amateurs de randonnée et les passionnés de nature, offrant de nombreux sentiers de trekking à explorer. Parmi eux, un sentier mène à la splendide cascade de Lou-huno, située à quelques kilomètres de la ville, offrant une évasion tranquille au cœur de la nature luxuriante de la région.

Same

Same, une petite ville nichée dans la région d’Ainaro au Timor-Leste, se trouve à 111 kilomètres au Sud de Díli, à proximité de Betano. Cette localité s’étend dans une vallée fluviale tropicale luxuriante, entre les majestueuses montagnes de l’intérieur du pays et la splendide côte Sud.

En plus de son église emblématique et de son marché animé, Same abrite quelques vieux bâtiments portugais qui témoignent de son riche passé colonial. Cependant, ce qui rend Same particulièrement appréciée, c’est son rôle de point de départ pour explorer des sites uniques à proximité. Les amateurs d’aventure peuvent ainsi s’engager dans une randonnée sur le mont Kablaki, offrant des vues spectaculaires sur la région environnante.

De même, les passionnés de nature peuvent s’aventurer dans la luxuriante forêt de Hatu-Udo, un paradis tropical prisé des randonneurs et des amateurs d’écotourisme. Cette forêt dense abrite une biodiversité remarquable et offre des sentiers sinueux à travers des paysages époustouflants.  

Betano

À quelques minutes en voiture au Sud de Same, Betano se distingue par sa magnifique plage de sable noir, souvent considérée comme l’une des plus belles de l’île. Cette étendue côtière offre aux visiteurs l’occasion de se détendre sur le sable doux, de se baigner dans les eaux cristallines et d’explorer les fonds marins riches en vie marine lors de séances de snorkeling.  

Outre ses attraits naturels, la ville de Betano abrite des vestiges historiques, dont les anciennes douanes portugaises, qui témoignent du passé colonial de la région. Sur le front de mer, l’épave du bateau « Voyager » rappelle les aventures maritimes passées et ajoute une touche de mystère à ce paysage côtier.

Timor Oriental 361

Suai

Située au Sud-Ouest du Timor-Leste, à proximité de la frontière indonésienne, Suai est une ville côtière qui séduit par ses paysages pittoresques mariant harmonieusement montagnes et mer. Célèbre pour sa culture traditionnelle préservée et ses plages paisibles, elle offre un cadre enchanteur propice à la détente et à la découverte.

Au cœur de la ville se dresse une belle église coloniale, chargée d’histoire. Elle fut le théâtre d’un événement tragique le 6 septembre 1999, juste deux jours après le référendum sur l’indépendance du pays : un massacre brutal y eut lieu par les forces indonésiennes, laissant une empreinte indélébile dans la mémoire collective.

Plus au Sud, Suai Loro dévoile une splendide plage bordée par les eaux cristallines de l’océan, invitante et sereine. À proximité, la maison traditionnelle de la ville, construite avec des matériaux naturels tels que la paille et le bois, témoigne du mode de vie local et de l’artisanat traditionnel de la région. Avec ses 6300 habitants, Suai et ses environs offrent une immersion authentique dans la culture et la nature préservée du Timor-Leste, faisant de cette région une destination incontournable pour les voyageurs en quête d’authenticité et de tranquillité.

Timor Oriental 185

Le mont Matebian

Le mont Ramelau, également désigné sous le nom de Montagne sacrée, se dresse comme le deuxième sommet le plus élevé du Timor-Leste, émerge dans la majestueuse chaîne de montagnes centrales du pays : la Mundo Perdido. Trônant avec une prestance impressionnante à une altitude de 2 316 mètres au-dessus du niveau de la mer, il se niche à 190 kilomètres de Díli.

Dans le district de Baucau, le mont Matebian s’entoure d’une nature luxuriante, dévoilant sa silhouette imposante. Son ascension, d’une durée de deux heures, ne présente pas de difficulté majeure. Au sommet, une imposante statue de Jésus-Christ accueille les visiteurs, offrant un panorama époustouflant sur les environs. Les explorateurs peuvent entreprendre cette ascension depuis les villages de Loi Hunu ou de Baguia, où débute l’aventure vers ce sommet emblématique, imprégné de spiritualité et de majesté.

Conclusion

Notre voyage au Timor-Leste restera gravé dans nos mémoires comme une expérience inoubliable, riche en découvertes, en émotions et en rencontres marquantes. À travers ses paysages spectaculaires, sa culture vibrante et son histoire mouvementée, le Timor-Leste nous a offert un voyage authentique et captivant.

Nous avons été profondément touchés par la chaleur et l’hospitalité du peuple timorais, qui nous a accueillis à bras ouverts et partagé avec nous son histoire, sa culture et ses traditions. Les sourires des enfants, les échanges avec les habitants et les moments de convivialité vécus resteront des souvenirs précieux de notre voyage.

Au-delà des paysages époustouflants et des sites touristiques, c’est la rencontre avec l’âme même du Timor-Leste qui a marqué notre voyage. Nous avons été témoins de la résilience et de la force de ce peuple, qui, malgré les épreuves, reste fier de son identité et de sa lutte pour l’indépendance et la liberté.

Timor Oriental 190
Perou Musicien

Pérou, les incontournables

Berceau de la civilisation inca, le Pérou est un pays d’Amérique du Sud, entouré par l’Equateur, la Colombie, le Chili, la Bolivie et le Brésil. Niché dans le coeur de la Cordillère des Andes, le pays, un des plus touristiques au monde, possède de véritables trésors que nous avons découvert durant notre séjour. Nous vous présentons ainsi, grâce à cet article, les incontournables du Pérou.

Pays multiséculaire doté d’une histoire riche, le Pérou a abrité plusieurs cultures au cours des périodes antique et médiévale et possède des trésors architecturaux dispersés aux quatre coins du pays, au coeur de paysages s’étendant des plaines arides de la région côtière du Pacifique aux sommets des montagnes des Andes.

Notre voyage au Pérou a ainsi été une aventure inoubliable, où chaque virage de la route nous a offert des panoramas à couper le souffle, une conduite que nous avons effectué en indépendant étant donné que nous sommes entrés dans le pays avec la voiture que nous avons achetée en Guyane française, nous permettant de découvrir la diversité incroyable du pays à notre propre rythme.

Malgré les défis rencontrés sur la route, comme les problèmes mécaniques qui ont finalement conduit à l’abandon de notre voiture à Lima, chaque instant a été une occasion d’explorer de nouveaux horizons et de créer des souvenirs durables.

Au-delà des paysages à couper le souffle, c’est la gentillesse et l’hospitalité des Péruviens qui ont vraiment marqué notre voyage. Des rencontres spontanées avec les habitants locaux aux échanges chaleureux dans les marchés animés, nous avons été accueillis avec un sourire sincère à chaque étape de notre périple.

En explorant les villes traditionnelles et les sites archéologiques fascinants, nous avons également été témoins de la richesse culturelle et historique du pays. Chaque ruine ancienne, chaque église coloniale et chaque temple nous ont plongés dans le passé glorieux de cette terre ancienne dont nous vous présentons les incontournables.

—————————————-

Pour les lecteurs intéressés, découvrez notre séjour complet au Pérou, afin de voir le vrai visage de ce pays. Cliquez sur ce lien pour parcourir la première partie de notre périple avec notre récit de voyage sur le Sud du Pérou.

Pour ceux qui le souhaitent, n’hésitez pas à vous rendre sur le lien suivant pour découvrir la seconde partie de notre voyage avec le Pérou de l’Est et du centre.

Pour découvrir la troisième partie de notre voyage au Pérou, rendez-vous sur le lien suivant avec le Pérou de l’Ouest et du Nord.

—————————————-

301-perou-est

La Cordillère des Andes

Omniprésente, la Cordillère des Andes traverse le Pérou du Nord au Sud, englobant une partie importante du paysage du pays. Elle comprend de nombreux sommets enneigés, des volcans actifs, des vallées profondes et des hauts plateaux. Alors que nous entamons sa traversée en voiture en provenance du Chili, nous sommes immédiatement frappés par la grandeur imposante de ces sommets enneigés qui se dressent devant nous. La route serpente à travers les vallées profondes et les hauts plateaux, offrant des panoramas à couper le souffle à chaque tournant.

Mais rapidement, nous réalisons les défis auxquels nous sommes confrontés. Nos corps, peu habitués à cette altitude extrême, commencent à ressentir les effets du mal des montagnes. Chaque mouvement devient un défi, chaque respiration un effort. Nos têtes tournent et nos muscles se fatiguent, transformant chaque kilomètre parcouru en une lutte contre nos propres limites.

La voiture elle-même montre des signes de lutte contre l’altitude. Son moteur broute et peine à avancer dans l’air raréfié. Nous sommes obligés de ralentir notre rythme, de prendre des pauses fréquentes pour reprendre notre souffle et permettre à la voiture de récupérer. Chaque montée est un défi, chaque descente une bénédiction momentanée.

Pourtant, malgré les difficultés, nous sommes déterminés à continuer notre périple à travers les Andes. Nous sommes fascinés par la beauté sauvage de ces paysages, par la richesse de la biodiversité qui nous entoure. Les sommets imposants nous inspirent, nous rappelant notre propre petitesse face à la grandeur de la nature.

Au fur et à mesure que nous avançons, nous sommes témoins des écosystèmes changeants qui caractérisent la Cordillère des Andes. Des hautes montagnes aux hauts plateaux arides, chaque kilomètre parcouru révèle une nouvelle facette de cette région extraordinaire. Nous croisons également des communautés indigènes, telles que les Quechuas et les Aymaras, dont la connexion profonde avec la terre et les montagnes transparaît dans leur mode de vie traditionnel. Surtout dans le coeur des petits villages que nous traversons et dans lesquels nous effectuons des haltes salvatrices.

139-perou-sud

Tacna 

Peuplée de 303 000 habitants, Tacna, en plus d’être notre porte d’entrée dans le pays est une ville située dans le Sud, à proximité de la frontière avec le Chili. Nichée au cœur d’une vallée fertile et entourée de majestueuses montagnes, elle séduit par son charme historique et son riche patrimoine architectural colonial.

Le centre-ville historique de Tacna abrite de nombreux bâtiments coloniaux parfaitement préservés, dont la magnifique Plaza de Armas. Cette place emblématique mène à la cathédrale métropolitaine, un chef-d’œuvre d’architecture néoclassique renfermant des trésors artistiques religieux.

À proximité, le Mercado Central et le Museo Ferroviario attirent les visiteurs. Le musée ferroviaire retrace l’épopée ferroviaire du Pérou à travers des locomotives anciennes, des photographies historiques et des artefacts liés au développement du réseau ferroviaire.

Parmi les incontournables de la ville, le Mirador Bolognesi offre une vue imprenable sur la région, tandis que le Parque de la Locomotora abrite une ancienne locomotive à vapeur. Le Monumento al Soldado Desconocido rend hommage aux soldats inconnus ayant combattu pour l’indépendance du pays, symbolisant leur courage et leur sacrifice.

Classée monument national, la Casa de Zela, maison natale de la poétesse péruvienne Magdalena Zela Zevallos, invite à la découverte de l’atmosphère d’époque en explorant des expositions sur la vie et l’œuvre de l’artiste.

Un autre secteur emblématique de la ville est la Plaza de la Bandera, où trône l’Arco Parabolico, un arc historique en fer forgé érigé en 1880 pour commémorer les héros de la guerre du Pacifique.

Abancay

Peuplée de 60 000 habitants, Abancay se dresse majestueusement dans la région d’Apurímac, au Sud du pays, entourée par les sommets imposants des montagnes environnantes. En tant que centre administratif et économique de la région, la ville regorge d’institutions gouvernementales, d’entreprises florissantes, de commerces animés et de services essentiels.

La place d’Armes, nichée au cœur de la ville, offre une atmosphère charmante avec ses bâtiments historiques qui l’entourent. Elle constitue un lieu de promenade agréable, agrémenté par la majestueuse cathédrale d’Abancay, un édifice religieux imposant datant du XVIIIe siècle, qui ajoute une touche de grandeur à ce site emblématique.

À proximité, le musée archéologique de Víctor Lázaro Pacheco Zegarra captive les visiteurs avec sa collection captivante d’objets archéologiques offrant ainsi un aperçu fascinant de l’histoire locale. Le pont colonial de Pachachaca, autre vestige précieux de l’époque coloniale, offre une vue panoramique sur la rivière et les majestueuses montagnes.

À environ 15 kilomètres du centre-ville, le parc national d’Ampay invite les amoureux de la nature à explorer ses sentiers de randonnée, à admirer ses paysages à couper le souffle et à découvrir sa faune variée, offrant ainsi une escapade rafraîchissante loin de l’agitation urbaine.

Abancay est également le point de départ pour de nombreuses excursions passionnantes. À seulement 47 kilomètres de la ville se trouve le site archéologique de Saywite, réputé pour ses sculptures en pierre impressionnantes, notamment la célèbre table de Saywite, un remarquable relief sculpté sur une roche. Plus près encore, les thermes de Cconoc accueillent les visiteurs dans leurs eaux thermales bienfaitrices. Et pour les aventuriers, la cascade de Haquira, nichée au cœur des majestueuses montagnes des Andes, offre un spectacle naturel époustouflant à ne pas manquer.

133-perou-sud

Lac Titicaca

Notre première rencontre avec ce joyau des Andes du Sud se fait de nuit, alors que nous nous aventurons à bord d’un bateau en direction des mystérieuses îles flottantes d’Uros. Dans l’obscurité, la silhouette majestueuse du lac se dessine à peine, mais l’excitation palpable qui règne parmi nous, trahit notre impatience de découvrir ce lieu légendaire.

Powered by GetYourGuide

Le lendemain, sous la lumière éclatante du soleil, nous reprenons notre exploration du lac à bord de barques en roseau, une expérience authentique qui nous permet de ressentir la proximité avec cette étendue d’eau sacrée.

Alors que nous glissons silencieusement sur les eaux cristallines, les paysages spectaculaires des montagnes des Andes qui se reflètent à la surface du lac captent notre attention, nous plongeant dans une contemplation silencieuse.

229-perou-sud

Les eaux calmes et sereines du Titicaca semblent porter en elles les secrets de civilisations anciennes, tandis que les îles flottantes d’Uros, construites en roseaux totora, révèlent la créativité et la résilience du peuple qui les habite.

243-perou-sud

Alors que nous explorons ses rives, nous sommes témoins de la richesse de la faune et de la flore qui l’habitent, des oiseaux aquatiques majestueux aux plantes endémiques qui le bordent. Chaque instant passé sur le lac Titicaca est empreint de magie et de mystère, nous transportant dans un autre monde où le temps semble suspendu.

253-perou-sud

Iles d’Uros

Peuplées de 2 000 habitants, les îles flottantes d’Uros sont un groupe d’îles artificielles construites en roseaux totora, situées sur le lac Titicaca, près de la ville de Puno.

226-perou-sud
223-perou-sud
227-perou-sud

Les îles d’Uros sont construites par les Uros, des locaux, qui tressent les roseaux totora en couches épaisses pour créer des plateformes flottantes. Ces plateformes sont ensuite ancrées au fond du lac avec des poteaux en bois pour les maintenir en place.

La nuit sur les îles flottantes d’Uros est une expérience à part entière. Alors que nous nous installons, nous sommes surpris de constater que les îles ne bougent pas, comme si elles étaient solidement ancrées. Pourtant, nous sommes bien conscients que sous nos pieds se trouve une plateforme faite de roseaux totora tressés, une prouesse d’ingéniosité et de tradition perpétuée depuis des générations par les habitants.

241-perou-sud

Le lendemain, notre exploration nous conduit vers une île voisine, où nous faisons la rencontre chaleureuse d’une communauté de pêcheurs.

274-perou-sud
278-perou-sud

Leurs maisons construites en roseaux, leurs bateaux flottants et leurs filets de pêche nous rappellent à quel point la vie sur le lac est étroitement liée à la nature environnante.

285-perou-sud

Leur mode de vie simple et authentique nous fascine, et nous échangeons avec eux des sourires et des gestes amicaux malgré la barrière de la langue. Et c’est pour cette raison, pour que nous puissions nous aussi comprendre leur état d’esprit, qu’un des hommes se saisit d’une flûte de pan et commence à expier ses sentiments en musique.

Nous nous essayons nous aussi à cette pêche traditionnelle grâce à notre guide qui nous dévoile ses secrets.

Pendant que nous naviguons d’une île à l’autre, notre capitaine de barque nous initie à la récolte des roseaux, une pratique traditionnelle indispensable à la survie des habitants des îles.

Nous nous retrouvons à bord de son bateau, coupant habilement la flore locale qu’il s’évertue même à goûter, avec des outils rudimentaires tout en écoutant attentivement ses récits sur la vie sur le lac et les défis auxquels la communauté est confrontée.

263-perou-sud

Un magasin ambulant vient nous proposer des victuailles de première nécessité.

296-perou-sud
294-perou-sud

Plus tard, nous faisons la rencontre de deux femmes accueillantes, dont l’une prépare avec soin un repas traditionnel à base de produits locaux.

303-perou-sud
302-perou-sud

L’autre femme, habile de ses mains, confectionne ce qui semble être une couverture, un exemple impressionnant de l’artisanat raffiné maîtrisé depuis des générations.

Dans cet environnement paisible et authentique, nous ressentons un profond sentiment de bien-être et de connexion avec la nature et la culture locales.

306-perou-sud
308-perou-sud

La simplicité de la vie sur les îles d’Uros nous inspire et nous laisse des souvenirs impérissables d’une expérience unique au cœur du lac Titicaca.

Des ferrys desservent les îles principales qui peuvent également être rejointes par des bateaux privés en partance du port de Puno ou par les gérants des hôtels qui se trouvent sur les îles.

332-perou-sud

Puno 

Notre exploration de Puno, ville emblématique du Sud-Est du Pérou, débute avec une perspective unique offerte par ses 149 064 habitants, sur les rives majestueuses du lac Titicaca, joyau naturel légendaire qui se dévoile à nos yeux émerveillés.

Powered by GetYourGuide

Située à 3 800 mètres au-dessus du niveau de la mer, cette ville se dresse fièrement sur le plateau andin, capturant l’essence même de la grandeur des montagnes environnantes.

336-perou-sud
345-perou-sud

Notre périple débute sur le port abritant le bateau Yavari, témoin vivant de l’histoire maritime de la région, après une visite des îles d’Uros.

Après des rencontres locales intéressantes, nous rejoignons la place d’Armes, véritable cœur battant de Puno.

350-perou-sud
344-perou-sud

359-perou-sud

Dominée par la cathédrale, érigée en 1757 sur l’ancien site cérémoniel de « Supay Kancha », cette place dégage une aura mystique.

La façade extérieure de la cathédrale fascine par ses éléments païens, tels que les sirènes et les fleurs, tandis que l’intérieur révèle des trésors d’argent massif et des peintures somptueuses de l’École de Cusco.

422-perou-sud
423-perou-sud

À proximité, le musée Carlos Dreyer nous ouvre ses portes sur un voyage à travers l’histoire. Ses huit salles abritent une collection impressionnante de céramiques, d’objets en or et en argent, de textiles, de sculptures pré-incas et incas, ainsi que des artefacts de l’époque coloniale et républicaine. Une plongée captivante dans le passé riche et diversifié de la ville.

Nous en profitons pour fêter un anniversaire en achetant dans une pâtisserie, un de ces gâteaux bariolés de couleurs qu’affectionnent tant les sud-américains et nous rejoignons la rue emblématique de la ville, le Jiron Lima, qui nous enchante avec ses boutiques, ses restaurants authentiques et ses cafés animés.

Cette artère principale nous mène à toutes les attractions incontournables, dont le marché central, véritable reflet de la vie locale et de sa vitalité.

401-perou-sud
410-perou-sud
407-perou-sud

Nous pouvons ainsi déambuler à notre guise dans ce paradis de la consommation maîtrisée.

Avant de quitter la ville, notre enthousiasme est terni par un événement malheureux : le vol de nos affaires dans notre voiture, garée devant un hôtel pour quelques minutes seulement. Notre désarroi est palpable face à la perte soudaine de nos biens.  

Fort heureusement, les sacs dérobés ne contenaient que des vêtements et des médicaments, les voleurs ayant omis de nous dérober le trépied de notre caméra, introuvable dans cette partie du monde et sans lequel, la suite de notre voyage aurait pu être perturbée.

426-perou-sud

Les chullpas de Cutimbo

À 22 kilomètres au Sud de Puno, Cutimbo se dresse tel un gardien silencieux sur une meseta, un plateau élevé au milieu d’une vaste plaine. Construit par les Lupacas puis réutilisé par les Incas, ce site abrite les chullpas, les tours funéraires les mieux préservées des Andes.

Les chullpas sont des structures funéraires composées de deux parties distinctes : la chambre funéraire et la façade extérieure. La chambre funéraire, de forme conique, est construite selon la technique de la fausse voûte, où les pierres sont progressivement décalées vers l’intérieur de l’édifice. En revanche, la façade extérieure est réalisée avec des pierres finement assemblées, parfois même avec d’immenses blocs taillés, polis et disposés avec précision pour les plus grands édifices.

588-perou-est

Le Nevado Ausangate

Niché majestueusement au cœur de la cordillère Vilcanota, dans le Sud du Pérou, le Nevado Ausangate se dresse comme l’une des icônes naturelles les plus imposantes de la région. À quelque 100 kilomètres au Sud-Est de la ville de Cusco, cette montagne majestueuse culmine à une altitude vertigineuse de 6384 mètres, faisant d’elle l’un des sommets les plus élevés des Andes péruviennes.

Pour les peuples indigènes des Andes, notamment les Quechuas, le Nevado Ausangate revêt une importance spirituelle profonde, étant considéré comme une montagne sacrée. Il est honoré et vénéré en tant que divinité protectrice, associée à la fertilité des terres et à la régulation du climat, perpétuant ainsi une tradition millénaire de respect et d’admiration pour les merveilles de la nature.

Le Nevado Ausangate est également une destination prisée pour les amateurs de trekking et d’alpinisme. Le circuit de trek autour de la montagne, communément appelé le circuit Ausangate, s’étend sur une période de 6 jours, offrant une aventure inoubliable à travers des paysages à couper le souffle. Les marcheurs auront l’occasion de s’émerveiller devant les sommets enneigés, les lacs turquoise étincelants, et les panoramas glaciaires saisissants, incluant des sites emblématiques tels que la lagune Comercocha et le col Jampa, perché à 5050 mètres d’altitude, offrant des panoramas à couper le souffle.

582-perou-est

Pucará 

Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le site archéologique de Pucará se trouve au Nord de la ville de Puno, perché à environ 3850 mètres d’altitude. Remontant à l’an 150 avant Jésus-Christ et ayant prospéré dans la région jusqu’en l’an 300, ce site était un centre cérémoniel d’une importance capitale, où rituels religieux et sacrifices étaient monnaie courante.

Relativement bien préservé, Pucará renferme les vestiges de l’époque pré-incaïque, comprenant notamment des structures en pierre, des terrasses agricoles et des sculptures. Divisé en deux parties distinctes, le site abrite d’une part des résidences et d’autre part différentes structures pyramidales au nombre de neuf, de tailles variées. La plus imposante de ces structures est la pyramide de Kalasaya.

596-perou-est

Ayaviri 

Peuplée de 20 000 habitants, Ayaviri se trouve au Nord de la ville de Puno, sur la route menant à Cusco. Ville agricole animée, elle se distingue par son marché dynamique où les habitants proposent une variété de produits locaux, allant des denrées alimentaires aux textiles et à l’artisanat.

La cathédrale d’Ayaviri, également connue sous le nom de cathédrale Saint-François d’Assise, constitue l’une des attractions majeures de la ville. Érigée au XVIe siècle sur la place principale, cette église coloniale impressionne par ses murs massifs en pierre et ses tours imposantes. Son intérieur richement décoré abrite des autels ornés, des sculptures religieuses et des fresques historiques, témoins de son importance culturelle.

À proximité, la colline de Kolkeparque revêt une dimension sacrée, ayant été un lieu de culte majeur pour la civilisation inca. C’est là que sont adressées les prières et les offrandes. En outre, cette colline abrite la source thermale de P’oqpoq’ella, dont les eaux chaudes avoisinent les 33 degrés, offrant ainsi un lieu de détente prisé des habitants et des visiteurs.

Cusco 

Ancienne capitale de l’empire Inca, Cusco, peuplée de 428 450 habitants, se trouve dans l’Est du pays, au coeur de la vallée sacrée, à environ 70 kilomètres du Machu Picchu, l’une des 7 nouvelles merveilles du monde.

Powered by GetYourGuide

Notre découverte de la ville nous transporte dans un voyage à travers le temps au cœur de la vallée sacrée des Incas. Avec ses rues pavées, ses bâtiments coloniaux et son atmosphère vibrante, cette ville dynamique nous enivre dès notre arrivée.

Nous commençons notre exploration depuis la Plaza de Armas, le cœur battant de Cusco, où l’histoire se mêle à la modernité.

Bordée par des bâtiments coloniaux aux façades colorées, la majestueuse cathédrale municipale domine la place, témoignant de l’art baroque et de la richesse religieuse de la ville.

174-perou-est
176-perou-est
178-perou-est

Nous sommes captivés par la profusion d’œuvres d’art religieux et de retables finement ouvragés à l’intérieur de la cathédrale, qui nous transportent dans un monde de dévotion et de piété.

182-perou-est

Le marché de San Pedro nous plonge dans l’effervescence de la vie locale, où les étals débordent de produits artisanaux et de produits locaux.

Nous déambulons entre les stands, imprégnant nos sens des couleurs, des odeurs et des saveurs de la culture péruvienne.

Nous faisons également la rencontre d’un musicien de rue talentueux, qui nous égaye de son art.

Au Qorikancha, le temple du Soleil, nous sommes émerveillés par la grandeur et la spiritualité qui émanent de ce complexe religieux inca. Intégrant l’église de Santo Domingo, ce site chargé d’histoire nous rappelle la puissance et la splendeur de l’empire inca.

211-perou-est
217-perou-est

Dans le quartier bohème de San Blas, nous nous perdons dans un dédale de ruelles pavées et de maisons coloniales, jusqu’à atteindre l’église du même nom, avec son autel baroque magnifiquement sculpté, qui nous enchante par sa sobriété extérieure et sa richesse intérieure, faisant d’elle l’un des trésors cachés de la ville.

203-perou-est
206-perou-est

Sur la rue Hatun Rumiyoc, la pierre des 12 angles nous laisse sans voix devant son impressionnante précision et son intégration parfaite dans les murs environnants. Ce vestige fascinant de l’architecture inca nous rappelle la maîtrise technique et artistique de ce peuple ancien.

La forteresse de Sacsayhuamán, perchée sur une colline voisine, domine la ville de sa présence imposante. Les murs massifs de cette structure incroyable témoignent de l’ingéniosité et de la technicité des constructeurs incas.

268-perou-est
269-perou-est

Au sommet, le Cristo Blanco, une statue du Christ, nous offre une vue panoramique époustouflante sur la ville et ses environs, nous invitant à contempler la beauté majestueuse des Andes péruviennes.

256-perou-est
254-perou-est
260-perou-est

La Vallée Sacrée des Incas

La Vallée Sacrée des Incas, un joyau de l’histoire et de la culture niché au cœur des majestueuses montagnes des Andes péruviennes, s’ouvre devant nous tel un livre d’histoires antiques. Traversée par les eaux tumultueuses de la rivière Urubamba, cette vallée regorge de trésors archéologiques, de villages et de panoramas époustouflants.

Powered by GetYourGuide

Nous débutons notre exploration depuis Cusco, une ville imprégnée d’histoire et de mystère, dont les ruelles pavées nous transportent dans le passé glorieux de l’empire. De là, nous nous aventurons dans les recoins les plus secrets de la vallée, découvrant des sites uniques qui témoignent du génie architectural et de la spiritualité profonde des anciens habitants.

À Pisaq, nous sommes émerveillés par les terrasses agricoles vertigineuses qui descendent en cascade le long des flancs de la montagne, offrant un spectacle à couper le souffle. Les bâtiments en pierre taillée avec précision et les fortifications remarquables nous transportent dans un passé lointain où la vie quotidienne était rythmée par les cycles de la nature.

À Ollantaytambo, la « dernière ville inca vivante », nous grimpons jusqu’à la forteresse perchée au sommet d’une colline, captivés par les vues panoramiques sur les montagnes environnantes qui semblent veiller silencieusement sur ce lieu chargé d’histoire.

299-perou-est

À Chinchero, nous nous imprégnons de l’atmosphère animée du marché traditionnel, où les habitants locaux nous accueillent avec leurs produits artisanaux colorés et leurs textiles magnifiquement tissés. Nous sommes également séduits par les vestiges archéologiques qui ponctuent le paysage, rappelant le lien tenu entre le passé et le présent si cher aux habitants.

Les Salines de Maras nous laissent sans voix devant ce spectacle irréel de milliers de piscines blanches étincelantes, créant un contraste saisissant avec le paysage environnant. À Moray, les terrasses circulaires nous intriguent, nous rappelant l’ingéniosité des anciens Incas et leur compréhension profonde de l’environnement.

300-perou-est

Les Ruines de Raqchi nous transportent dans un monde de spiritualité et de dévotion, avec son temple dédié au Dieu Wiracocha et ses entrepôts chargés d’histoire. Urubamba, quant à elle, nous accueille avec son authenticité rustique, nous offrant un point de départ idéal pour explorer les merveilles de la vallée.

Au Sud de la vallée, nous découvrons des trésors moins connus mais tout aussi fascinants. À Tipon, les vastes terrasses s’étendent à perte de vue alors que l’église d’Andahuaylillas nous enchante avec ses peintures séculaires, tandis que les sites de Rumicolca et Pikillacta nous plongent dans l’histoire antique de la région.

407-perou-est

Alors que nous explorons ces lieux chargés de mystère et de spiritualité, nous faisons une rencontre inoubliable avec un homme vêtu de son costume traditionnel, accompagné de ses fidèles alpagas. Son sourire chaleureux et ses paroles empreintes de sagesse nous rappellent la richesse culturelle et la générosité du peuple péruvien, ajoutant une touche de magie à notre voyage dans la Vallée Sacrée.

294-perou-est

Pisaq 

Au cœur de la Vallée Sacrée des Incas, nous rejoignons la ville de Pisaq.

Powered by GetYourGuide
322-perou-est

Notre exploration du marché nous plonge dans un monde de traditions ancestrales, où les produits frais côtoient les biens artisanaux uniques qui nous tentent fortement.

Nous déambulons entre les étals remplis de textiles colorés, de poteries exquises et de bijoux étincelants, émerveillés par le talent oratoire des vendeurs locaux et la richesse de l’artisanat péruvien. Les artisans accueillants nous invitent à découvrir leurs créations avec enthousiasme, partageant avec nous l’histoire et le savoir-faire qui se cachent derrière chaque pièce.

324-perou-est
325-perou-est

Nous prenons le temps de déguster les délices culinaires proposés par les stands de street-food, nous régalant de saveurs authentiques de la cuisine péruvienne.

357-perou-est

Les arômes alléchants des plats traditionnels comme le ceviche, les empanadas et le maïs grillé nous transportent dans un festin sensoriel inoubliable.

329-perou-est

Le site archéologique de Pisaq

Un peu excentré, le site de Pisaq date du XVe siècle sous le règne de l’empereur inca Pachacutec qui, après avoir entrepris de conquérir la zone autour de ville, ordonna la construction d’un palais et d’une citadelle.

373-perou-est
372-perou-est

Le site englobe une forteresse construite sur plusieurs niveaux comprenant des terrasses en escalier, des bains cérémoniels et des constructions militaires.

Alors que nous nous imprégnons de l’atmosphère mystique des ruines, nos sens sont éveillés par la mélodie envoûtante d’une flûte péruvienne, jouée par un musicien talentueux à l’entrée du site.

389-perou-est
391-perou-est

Sa musique résonne dans l’air, ajoutant une touche magique à notre expérience et nous transportant encore plus loin dans le passé glorieux de cette terre ancienne.

388-perou-est

Au fur et à mesure que nous progressons à travers les différents secteurs du site, de P’isaqa à Kinchiraqay, nous sommes à nouveau témoins de l’ingéniosité et du savoir-faire des Incas, qui ont su exploiter le relief montagneux pour créer des structures monumentales.

394-perou-est

Les terrasses agricoles en cascade, les temples majestueux et les bains cérémoniels nous plongent dans un autre monde, où la spiritualité et la vie quotidienne se mêlaient harmonieusement.

397-perou-est
396-perou-est
395-perou-est

Face aux ruines de Pisaq, se trouvent des tombes du cimetière de Tankanamarka creusées à même la falaise. Le cimetière représentait l’un des plus grands cimetières incas d’Amérique du Sud.

375-perou-est

Yucay 

Notre découverte de Yucay, niché au cœur de la Vallée Sacrée des Incas, est empreinte d’une fascination profonde. Le palais de Yucay, avec sa silhouette majestueuse et son architecture coloniale remarquable, évoque un sentiment d’émerveillement.

L’église du XVIe siècle, érigée par les Espagnols sur les vestiges d’un temple inca, incarne le contraste saisissant entre deux époques et deux cultures. Son allure imposante et ses détails architecturaux révèlent les strates complexes de l’histoire de la ville.

451-perou-est
456-perou-est

Cependant, ce qui rend notre exploration encore plus mémorable, c’est notre rencontre fortuite avec un artiste peintre local. Sa présence rayonne de créativité et de passion pour son art, et nous sommes captivés par ses œuvres vibrantes qui capturent l’essence même de la culture andine. Son don généreux d’un petit dessin fait à la main, capture sur le papier ce moment de partage enchanteur.

452-perou-est

Ollantaytambo 

Comptant environ 2 500 habitants, Ollantaytambo est un village situé dans la Vallée Sacrée des Incas, à environ 72 kilomètres au Nord-Ouest de la ville de Cusco.

Powered by GetYourGuide

 Alors que nous arpentons ses rues pavées, nous sommes enveloppés par l’atmosphère vibrante du village, imprégné de mystère et de tradition.

513-perou-est
511-perou-est
512-perou-est

La magnifique place centrale, bordée par une église coloniale imposante, nous laisse sans voix devant sa beauté intemporelle. Le marché artisanal coloré et le musée Catcco ajoutent une touche de vie locale.

508-perou-est
502-perou-est

Mais c’est la forteresse d’Ollantaytambo qui fut un centre militaire, religieux et politique, ainsi qu’un haut lieu de la résistance contre les conquistadors, menée par l’Inca Manco Capac II qui capture véritablement notre imagination.

La montée vers ses hauteurs, bien que difficile, est une expérience gratifiante qui nous récompense par des vues spectaculaires sur les terrasses que nous avons franchies. En atteignant le sommet, la découverte des imposantes structures de pierre nous laisse bouche bée.

522-perou-est
523-perou-est

Nos sentiments oscillent entre l’émerveillement devant la grandeur de la forteresse et le respect pour l’histoire qui imprègne chaque pierre. Nous sommes conscients du privilège de pouvoir marcher sur les traces des Incas et de témoigner de leur héritage impressionnant.

524-perou-est
528-perou-est
532-perou-est

Outre le Pinkuylluna, un site inca dont l’entrée est gratuite et qui représente un ensemble d’entrepôts agricoles antiques et la Ñaupa Iglesia  un ancien temple inca dans lequel se déroulaient des rituels dédiés à la Lune, au Soleil, aux Apusles dieux des montagnes et aux mallquis, Ollantaytambo permet de rejoindre plusieurs sites d’intérêt : le temple de Pumamarca, la lagune de Yanacocha dont le trek de 4 heures se fait depuis la Casa Hacienda Huayoccari, la Cascade de Perolniyoc située à 1 heure de marche depuis le village de Socma et les ruines de Raqaypata, à 1h 30 de marche d’Ollantaytambo.

527-perou-est

Les salines de Maras

Site remarquable situé dans la vallée de l’Urubamba, à environ 40 kilomètres au Nord-Ouest de la ville de Cusco, dans les Andes péruviennes, les salines de Maras sont perchées à une altitude d’environ 3 380 mètres.

Powered by GetYourGuide


Exploitées depuis l’époque pré-inca, leur origine remonte à plus de 2 000 ans. Les Incas ont développé sur le site, un système sophistiqué de canaux d’irrigation pour transporter l’eau salée des sources souterraines vers les terrasses de cristallisation.

615-perou-est


Avant d’entrer sur le site composé de centaines de bassins peu profonds, creusés dans le sol de la vallée et qui recueillent l’eau salée ayant jailli des sources souterraines, nous faisons un arrêt en hauteur pour en découvrir l’ensemble, telle une mosaïque semblant parfaitement agencée.  Du haut de notre promontoire, nous contemplons un patchwork étincelant de bassins blancs étalés à perte de vue. La lumière du soleil se reflète sur les cristaux de sel, créant un spectacle éblouissant qui contraste avec le paysage environnant de montagnes majestueuses.

614-perou-est
617-perou-est

En entrant dans le site, nous sommes immédiatement accueillis par le sourire bienveillant des « salineros », les travailleurs locaux qui perpétuent les traditions séculaires de la production de sel.

627-perou-est
629-perou-est

Observant leur travail minutieux, nous sommes émus par leur dévouement et leur expertise. Armés de pelles et de seaux, ils s’affairent autour des centaines de bassins peu profonds, récoltant le sel avec patience et habileté. Leurs gestes sont empreints d’une grâce acquise au fil des générations, et chaque mouvement semble être en harmonie parfaite avec la nature environnante.

644-perou-est
632-perou-est
631-perou-est

Descendant avec précaution vers les profondeurs des salines, nous sommes captivés par la beauté simple et authentique du site. Le silence paisible qui nous entoure est ponctué par le son doux de l’eau qui coule et le murmure des salineros qui vaquent à leurs tâches. Nous sommes fascinés par la manière dont ces travailleurs tirent parti des ressources naturelles de manière durable et respectueuse de l’environnement.

635-perou-est
638-perou-est

Lorsque nous approchons des bassins, nous sommes invités à nous joindre à eux dans leur travail. Leur gentillesse et leur hospitalité nous touchent profondément, et nous sommes reconnaissants de pouvoir participer, ne serait-ce que brièvement, à cette tradition ancienne et précieuse.

649-perou-est

Moray

Moray est un site archéologique inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et situé dans la Vallée Sacrée des Incas, à environ 50 kilomètres au Nord-Ouest de la ville de Cusco.

Notre exploration du site de Moray dans la Vallée Sacrée des Incas est une plongée dans les mystères de l’ingéniosité agricole de cette ancienne civilisation. Alors que nous arrivons sur les lieux, nous sommes immédiatement frappés par la vue impressionnante des terrasses circulaires en gradins qui se déploient devant nous.

564-perou-est
563-perou-est

Les terrasses, disposées en plusieurs niveaux concentriques, ressemblent à un amphithéâtre sculpté dans la terre, chaque cercle en représentant une cuvette profonde. Nous sommes fascinés par la précision et la symétrie des murs de pierre qui soutiennent chaque terrasse.

572-perou-est
571-perou-est

En explorant ces terrasses, nous découvrons l’ingéniosité agricole qui se cache derrière leur conception. Chaque cuvette offre un microclimat unique, résultant de la variation de température entre les niveaux. Cela permettait aux Incas d’expérimenter différentes conditions de croissance des cultures, testant ainsi la résistance des plantations face à diverses conditions météorologiques.

565-perou-est

Nos pas résonnent sur les pierres millénaires tandis que nous contemplons les vastes étendues des terrasses, nous imaginant les anciens agriculteurs incas travaillant dans ces champs expérimentaux. Nous sommes émus par la connexion profonde entre l’homme et la nature, symbolisée par cet impressionnant site archéologique.

Chinchero

Après avoir arpenté la Vallée des Incas, en toute fin de journée, nous arrivons à Chinchero, un charmant village perché à une altitude vertigineuse de 3 762 mètres dans les hauteurs des Andes péruviennes, qui nous transporte dans un monde empreint de traditions ancestrales et de beauté naturelle.

Situé à seulement 30 kilomètres au Nord-Ouest de Cusco, Chinchero se distingue par son marché artisanal animé, véritable vitrine du savoir-faire local. Ici, les artisans perpétuent les traditions millénaires de tissage et de teinture, créant des textiles colorés à partir de la laine d’alpaga et de lama. Chaque pièce est unique, chargée d’histoire et de l’âme des Andes, offrant aux visiteurs l’opportunité de ramener chez eux un souvenir authentique de leur voyage.

Mais Chinchero ne se limite pas à son marché artisanal. Les vestiges archéologiques incas qui ponctuent le paysage témoignent du riche héritage historique de la région. Les ruines de Chinchero révèlent des terrasses agricoles en pierre, des murs ancestraux parfaitement préservés et les vestiges d’un ancien palais, offrant un aperçu fascinant de la vie et de la culture des Incas.

Au cœur du village se dresse l’église coloniale, édifiée sur les fondations d’un ancien temple inca. Ce mélange d’architecture coloniale espagnole et d’éléments de la culture antique crée une atmosphère unique, où passé et présent se mêlent harmonieusement.

675-perou-est

L’épopée vers Agua Calientes

Notre trajet vers le Machu Picchu est une aventure mémorable, parsemée de défis et de moments d’angoisse. Pour économiser sur les coûts et par souci de praticité, nous optons pour une excursion organisée depuis Cusco, une option qui nous semble plus sûre que tout organiser nous-mêmes.

Powered by GetYourGuide

Pour rejoindre le site du Machu Pichu, il est possible de prendre un train direct vers Agua Calientes depuis Cusco ou depuis Hydroélectrica. Des treks de plusieurs jours permettent également de rejoindre le site archéologique, dont le Chemin de l’Inca ou le Chemin de Salkantay qui en sont les plus célèbres.

713-perou-est

Le voyage commence par un trajet en bus jusqu’à Hydroélectrica, une sorte de ville étape, qui s’avère être une épreuve en soi.

Les routes sinueuses et escarpées, combinées à l’altitude, nous rendent rapidement malades, et les précipices qui bordent la route accentuent notre malaise. À chaque virage du bus, nous craignons que les roues vrillent au bord du précipice et nous plonge dans une mort certaine.

726-perou-est

Arrivés à Hydroélectrica, nous entamons notre marche le long de la voie de chemin de fer, une marche qui doit durer trois longues heures jusqu’à Agua Calientes.

La fatigue, la soif et le manque d’oxygène se font sentir à chaque pas, rendant le trajet particulièrement éprouvant.

811-perou-est
842-perou-est

Malgré cela, les paysages grandioses qui s’offrent à nous, sont à couper le souffle, avec des montagnes imposantes et des rivières tumultueuses qui accompagnent notre marche.

851-perou-est

Au fil du chemin, nous rencontrons d’autres voyageuses partageant notre fatigue et nos difficultés, des rencontres comme des bouffées d’air frais dans notre périple difficile. Nous échangeons des histoires, des conseils et des encouragements, créant des liens éphémères mais précieux dans notre quête commune vers le Machu Picchu.

Lorsque nous arrivons à Agua Calientes, c’est sous le couvert de la nuit, mais la lueur des lumières de la ville nous accueille chaleureusement. Nos émotions sont un mélange d’épuisement, de soulagement et d’excitation à l’idée de nous rapprocher de notre destination finale. Malgré la fatigue persistante, nous sommes emplis d’une immense gratitude d’avoir surmonté les obstacles et d’être un pas plus près de réaliser notre rêve de découvrir le mystère du Machu Picchu.

876-perou-est

Agua Calientes

Notre découverte d’Aguas Calientes, également connue sous le nom de Machu Picchu Pueblo, nous plonge dans l’effervescence d’une petite ville nichée au cœur de la Vallée de l’Urubamba, dans la région de Cusco.

Avec ses 4000 habitants, elle se révèle être le point de départ essentiel pour explorer la célèbre citadelle inca de Machu Picchu.

Powered by GetYourGuide

Nous faisons connaissance avec la ville, de nuit, après avoir effectué un long périple à pied depuis la ville d’Hydroélectrica. Epuisés, nous trouvons la force de récupérer nos tickets pour le Machu Picchu et décidons de visiter la ville le lendemain.

En raison de sa proximité avec le Machu Picchu, Aguas Calientes est une destination très prisée des touristes.

1065-perou-est
1066-perou-est

Pourtant, elle ne manque pas de charme, à commencer par sa place centrale ornée d’une statue de guerrier inca au sommet d’une fontaine.

Sous le regard bienveillant de cette figure emblématique, nous contemplons l’église Virgen del Carmen, dont la façade sobre en pierre évoque le passé colonial de la région.

1069-perou-est

Les thermes de la ville, avec leurs bassins d’eau chaude atteignant jusqu’à 37°C, offrent un moment de détente bienvenu après une journée d’exploration.

Nichés dans un cadre verdoyant, ces thermes comprennent six piscines naturellement chauffées, imprégnées des bienfaits minéraux de leurs eaux.

1121-perou-est
1123-perou-est

Le marché local, le mercado de Abastos, nous plonge dans l’ambiance authentique de la vie quotidienne, où les produits locaux s’étalent dans une explosion de couleurs et de saveurs.

Nous en profitons pour effectuer quelques achats, dont des fruits.

1083-perou-est
1080-perou-est
1085-perou-est

Mais c’est surtout le marché artisanal qui retient notre attention, avec ses dizaines d’artisans proposant des souvenirs uniques, témoins du savoir-faire traditionnel du Pérou.

1098-perou-est
1099-perou-est

À proximité du centre, nous découvrons le sanctuaire des papillons, le Mariposario de Machu Picchu, où nous plongeons dans le fascinant monde de ces créatures délicates. De la genèse du cocon à l’éclosion du papillon, nous suivons le cycle de vie de ces insectes étonnants, émerveillés par leur beauté et leur fragilité.

1095-perou-est

Le Machu Picchu

Se trouvant au sommet d’une montagne des Andes, à environ 2 430 mètres d’altitude, le Machu Picchu est une ancienne cité inca datant du XVe siècle.  

Powered by GetYourGuide

Célèbre pour son architecture ingénieuse, ses terrasses agricoles, ses temples et ses palais bien conservés, le Machu Pichu qui se trouve à proximité de la ville d’Aqua Calientes est considéré comme une des 7 nouvelles merveilles du monde et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983.

Une fois que le bus nous a conduit à l’entrée de cette nouvelle merveille du monde, nous devons patienter une bonne trentaine de minutes avant de pénétrer ce lieu mythique; tant à cette heure pourtant matinale, la foule est nombreuse.

Construit par l’empire inca au XVe siècle, probablement comme une résidence royale ou un lieu de retraite pour l’élite, le Machu Picchu a été abandonnée environ un siècle après sa construction et il est resté caché aux envahisseurs espagnols, préservant ainsi une grande partie de son architecture et de son histoire.

Les ruines de cette ancienne cité sont réparties entre deux sommets : le Huayna Picchu , « jeune montagne » en quechua et le Machu Picchu, « vieille montagne » ; elles comprennent 172 constructions, qui s’étendent sur 530 mètres de long et sur 200 mètres de large, sur une surface de 32.592 hectares.

915-perou-est
924-perou-est
926-perou-est

À mesure que nous progressons sur les sentiers sinueux qui nous enfoncent dans le cœur de la cité perdue des Incas, nous sommes enveloppés par la beauté sauvage et la grandeur des paysages environnants. Les montagnes imposantes se dressent fièrement autour de nous, tandis que la brume matinale ajoute une aura de mystère à notre aventure.

929-perou-est
931-perou-est
932-perou-est

Une fois que nous avons atteint les premiers points de vue, nous sommes immédiatement frappés par la vue imprenable qui s’offre à nous.

933-perou-est

La cité antique se dévoile lentement devant nos yeux émerveillés, ses terrasses vertigineuses et ses monuments majestueux témoignant de la grandeur passée de cette civilisation autrefois florissante.

936-perou-est

Nous commençons notre exploration en admirant les temples et les palais bien conservés qui parsèment le site. Chaque structure semble raconter une histoire, révélant les coutumes, les croyances et les réalisations des anciens Incas. Nous sommes fascinés par l’ingéniosité architecturale qui a permis la construction de ces monuments en harmonie parfaite avec leur environnement naturel.

937-perou-est
943-perou-est

Alors que nous déambulons dans les rues pavées de la cité, nous sommes frappés par le silence solennel qui règne, malgré la présence de plusieurs centaines de touristes qui mitraillent chaque recoin de ce site majestueux. C’est comme si le temps lui-même s’était arrêté, nous permettant de nous imprégner de l’atmosphère magique et mystique qui règne en ces lieux sacrés.

959-perou-est
951-perou-est
949-perou-est

Notre exploration nous mène à travers les différents quartiers et monuments du Machu Picchu, chacun offrant son lot de découvertes et d’émerveillement. Le palais Royal, la place sacrée, le temple du soleil, le palais des trois fenêtres… Chaque site nous transporte dans un autre temps, nous permettant de revivre l’histoire de cette civilisation ancienne avec une intensité palpable.

961-perou-est
962-perou-est

Considéré comme un site sacré et symbolique pour les peuples autochtones des Andes, le Machu Picchu est caractérisé par ses murs de pierres taillées et ses terrasses agricoles.

1008-perou-est
1007-perou-est
1020-perou-est

Les bâtiments comprennent des temples, des palais, des observatoires astronomiques et des quartiers résidentiels, tous construits sans utiliser de mortier.

963-perou-est
966-perou-est
968-perou-est

Nous faisons tamponner après 4 heures de présence sur place, nos passeports grâce à un tampon souvenir et pouvons quitter le site, heureux d’avoir pu pour un temps éphémère, vivre un pan de son histoire.

998-perou-est

Le retour ubuesque du Machu Picchu vers Cusco

Pour notre retour à Cusco, nous devons rejoindre comme convenu avec l’agence qui nous a vendus notre séjour au Machu Picchu, la ville d’Hydroélectrica pour ensuite prendre un bus.

Etant donné que nous ne nous voyons pas refaire le trajet à pied, nous embarquons dans un train qui nous est annoncé avec deux heures de retard, nous plongeant dans une attente interminable alors que nous avons hâte de rentrer.

A Hydroélectrica, nous embarquons dans un bus et durant le chemin, il crève soudainement sur la redoutable « route de la mort », où les falaises menaçantes semblent défier les lois de la gravité. Avec une roue endommagée, nous sommes bloqués dans un endroit isolé et inhospitalier, avec peu d’espoir de trouver une solution rapide.

Le chauffeur du bus, confronté à cette situation critique effectue une rapide réparation puis prend une décision surprenante : il nous abandonne tout simplement, sans explication ni assistance.

Nous nous retrouvons dans une petite ville des Andes, loin de tout, avec pour seule compagnie l’obscurité de la nuit et le silence assourdissant des montagnes environnantes.

Contactant désespérément l’agence de voyage qui nous a organisé le trajet, nous sommes accueillis par une nouvelle désagréable : ils ne peuvent pas venir nous chercher et nous devons attendre jusqu’au lendemain, dormant sur le sol froid et inconfortable d’une petite échoppe perdue.

Face à cette situation précaire, nous décidons de prendre les choses en main. En nous unissant avec deux autres passagers dans la même situation, nous optons pour une solution radicale : prendre un taxi à nos frais pour rejoindre Cusco, coûte que coûte.

Nous trouvons finalement un taxi prêt à nous emmener jusqu’à notre point d’arrivée, mais avec un retard de dix heures sur notre horaire initial.

1147-perou-est

Vinicunca et Palccoyo, les montagnes Arc-en-Ciel

Connue sous le nom de Vinicunca ou montagne Arc-en-Ciel, cette formation naturelle, près de Cusco, fascine par ses striures multicolores résultant de l’accumulation de divers minéraux. Les teintes rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet, issues de l’érosion, créent un tableau saisissant contrastant avec les alentours.

L’ascension de Vinicunca est une aventure mémorable pour les passionnés de randonnée. Les sentiers escarpés et les chemins montagneux offrent un défi physique, mais les panoramas grandioses justifient pleinement l’effort.

Parmi les destinations naturelles les plus fascinantes du Pérou, la montagne arc-en-ciel de Palccoyo se démarque, récemment découverte et moins fréquentée que sa célèbre voisine Vinicunca. Située dans la région de Cusco, au cœur des majestueuses Andes du sud, cette merveille naturelle se dresse à une altitude d’environ 4 900 mètres, à environ 100 kilomètres au Nord de la ville de Cusco, à proximité du village de Palccoyo.

Tout comme Vinicunca, Palccoyo est formée de trois montagnes colorées, dont la splendeur est attribuée à la présence de minéraux dans les strates rocheuses. Ces minéraux créent un véritable spectacle visuel, avec des bandes de couleurs vives allant du rouge au vert en passant par le jaune et le violet, offrant un panorama époustouflant.

L’un des atouts majeurs de Palccoyo réside dans sa relative accessibilité. Contrairement à Vinicunca, cette montagne arc-en-ciel peut être explorée sans nécessiter une randonnée ardue. Les visiteurs peuvent atteindre le point de vue principal en voiture ou en minibus depuis la ville de Cusco, suivi d’une courte marche pour s’imprégner de la splendeur de ce paysage unique.

Outre ses montagnes colorées, Palccoyo offre une vue panoramique exceptionnelle sur l’Ausangate, l’une des plus hautes montagnes du Pérou, ajoutant ainsi une dimension supplémentaire à cette expérience inoubliable. De plus, le paysage est agrémenté d’une fascinante forêt de pierres, apportant une touche supplémentaire de beauté à cet environnement déjà spectaculaire.

376-perou-est

Chalhuanca

Située dans le département d’Apurimac, Chalhuanca est une petite ville peuplée de 27 857 habitants, qui se trouve entre Cusco et Puno.

91-perou-ouest

En son coeur, nous découvrons un marché municipal animé, où les habitants se rassemblent pour échanger des produits locaux et partager des nouvelles du jour. La statue équestre imposante au centre du parc central ajoute une touche majestueuse à l’atmosphère paisible qui règne ici.

89-perou-ouest

Mais ce qui rend vraiment Chalhuanca spécial, ce sont les possibilités d’aventure qui se présentent à nous. En tant qu’amateurs de sports, nous sommes ravis d’apprendre que cette ville est réputée comme l’un des meilleurs endroits au Pérou pour s’adonner à toutes sortes d’activités palpitantes.  

94-perou-ouest

De plus, la découverte des baños de Pincahuacho, avec leurs eaux thermales et médicinales, ajoute une dimension de détente à notre aventure.

95-perou-ouest

Nazca 

Peuplée de 30 000 habitants, Nazca se révèle être une charmante petite ville située sur la côte Est du pays.

Powered by GetYourGuide

Au cœur de la ville, une magnifique place attire notre regard. Dominée par une église sobre mais élégante, sa façade légèrement orangée semble briller sous le soleil. Les géoglyphes modernes dessinés sur le sol ajoutent une touche mystérieuse à cet espace, nous invitant à en apprendre davantage sur les lignes de Nazca proches.

205-perou-ouest
206-perou-ouest

Le musée Antonini nous ouvre les portes d’un monde fascinant. Nous découvrons des artefacts uniques, des poteries aux textiles, tous témoins de l’histoire riche et complexe de Nazca.  

210-perou-ouest

Pour en apprendre davantage sur cette civilisation antique, nous décidons de nous rendre à l’aéroport de la ville et de réserver un vol dans une agence locale. Si les lignes peuvent être aperçues au travers de certains points de vue disséminés sur la route, elles dévoilent la quintessence de leur potentiel des airs.

231-perou-ouest

Les lignes de Nazca

Après avoir embarqué à bord de notre avion privé à l’aéroport de Nazca en compagnie de plusieurs passagers et avec la chance d’être placés au niveau d’un hublot, nos cœurs battent avec une excitation palpable.

Powered by GetYourGuide
241-perou-ouest
246-perou-ouest

Protégées en tant que site du patrimoine mondial de l’UNESCO, les lignes de Nazca représentent pour nous l’une des énigmes les plus fascinantes de l’archéologie, et nous sommes sur le point de les découvrir depuis le ciel.

Alors que l’avion décolle, nos yeux sont rivés sur le paysage qui s’éloigne du sol progressivement. Nous sommes impatients de voir les géoglyphes géants tracés sur le sol du désert, qui couvrent une superficie d’environ 450 kilomètres carrés. Nos esprits s’émerveillent à l’idée de découvrir les centaines de figures que nous surplombons, des simples lignes droites aux motifs complexes représentant des animaux, des plantes et des formes géométriques.

255-perou-ouest
260-perou-ouest

Nous ressentons une profonde admiration pour la culture Nazca qui a créé ces géoglyphes entre 500 avant Jésus-Christ et 500 après Jésus-Christ, sans que nous ne sachions encore aujourd’hui, réellement pourquoi.

261-perou-ouest
262-perou-ouest

Avant d’atteindre son altitude de croisière, le pilote nous transmet quelques explications sur leur création, du moins ce qu’en disent les scientifiques de la région. Les géoglyphes auraient ainsi été réalisés en déplaçant des pierres et de la terre afin de créer une image. Avec le temps, les pierres qui jonchent le désert se sont oxydées et patinées, se parant d’une intense couleur rouille.  

267-perou-ouest
269-perou-ouest

Alors que nous digérons l’information que les dessins se succèdent sous nos pieds. Notre émerveillement atteint son paroxysme. Nous sommes éblouis par la précision et la finesse des figures, notamment le colibri avec ses ailes déployées, le singe stylisé reconnaissable à sa queue et à ses membres, et le condor majestueux avec ses ailes déployées.

268-perou-ouest

Chaque nouvelle figure qui apparaît sous nos yeux nous laisse sans voix. Nous nous sentons transportés dans un monde mystique où le passé et le présent se rejoignent, où les mystères de l’histoire semblent flotter dans l’air.

272-perou-ouest

Les figures se succèdent. Le poisson, l’araignée, le perroquet. Ici, une ligne droite, là une sorte d’extra-terrestre.

264-perou-ouest

Nous ne savons où donner la tête, mais nous n’en perdons pas une miette avant de retourner sur la ville de Nazca que nous pouvons apercevoir de hauteur.

278-perou-ouest

La région de Nazca

Avant d’atterrir, le pilote souhaite faire un petit détour pour nous faire partager les richesses de la région.

À proximité de Nazca, se trouve le cimetière de Chauchilla, un témoignage fascinant de la culture funéraire ancienne des Nazca, avec ses momies et ses artefacts soigneusement préservés.

157-perou-ouest

En regardant par les hublots, nous pouvons également apercevoir les systèmes d’irrigation sophistiqués utilisés par les anciens pour pratiquer l’agriculture en terrasses. Parmi ces sites, Cahuachi se distingue comme le plus important d’entre eux, avec sa pyramide principale et ses structures secondaires, évoquant la vie et les rituels de cette civilisation.

251-perou-ouest

Nous observons également Cantalloc, un réseau d’aqueducs souterrains permettant de gérer l’eau dans un environnement désertique. À quelques kilomètres de là, se trouve Los Paredones, avec ses vestiges d’un ancien poste de contrôle inca, nous transportant à une époque où différentes cultures se croisent et se mêlent.

159-perou-ouest

En élargissant notre champ de vision, nous contemplons les lignes de Palpa, témoins de l’art rupestre précoce qui précéda les célèbres géoglyphes de Nazca. Nous pouvons même apercevoir le Tellar de Cantalloc depuis notre avion, un gigantesque géoglyphe niché dans le paysage aride.

253-perou-ouest

Finalement, alors que l’avion amorce son retour vers l’aéroport, nous sommes remplis d’un sentiment d’humilité et de gratitude. Notre voyage au-dessus des lignes de Nazca est une expérience unique et inoubliable, un moment où nous avons touché du doigt l’énigme et la grandeur du passé.

155-perou-ouest

Arequipa

Peuplée de 1 008 290 habitants, Arequipa se dresse comme l’une des perles les plus charmantes et historiques du Pérou, nichée dans la partie Sud du pays. Son surnom de « ville blanche » évoque ses magnifiques bâtiments construits en sillar, une pierre volcanique caractéristique de la région. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO pour son centre historique, Arequipa est encadrée par les majestueux volcans Misti, Chachani et Pichu Pichu, ajoutant à son charme.

Au cœur de la ville, la Plaza de Armas se présente comme un véritable trésor, entourée de bâtiments coloniaux admirablement préservés. La cathédrale d’Arequipa, édifiée en sillar et reconstruite au XIXe siècle après plusieurs séismes, fascine par son style néo-classique et son intérieur orné d’œuvres d’art sacré remarquables.

À proximité, le temple de la Compañia témoigne de l’influence jésuite avec son architecture baroque métisse et ses fresques mêlant les religions chrétienne et inca. Non loin, le Mercado San Camilo offre une immersion colorée dans la culture locale, tandis que le monastère de Santa Catalina, véritable joyau colonial, dévoile un labyrinthe fascinant de ruelles et de jardins.

La Plaza San Francisco, quant à elle, abrite un riche patrimoine historique, avec son musée municipal et le complexe San Francisco datant du XVIe siècle. Sur le plan culturel, Arequipa accueille également le musée Santuarios Andino, où repose la célèbre momie Juanita, découverte à proximité du sommet du mont Ampato.

En périphérie, les quartiers de Yanahuara, del Solar, et San Lázaro invitent à flâner dans leurs ruelles et à découvrir leur ambiance unique. Arequipa constitue également un point de départ idéal pour explorer les trésors naturels environnants, tels que le canyon de Colca, les cascades de Pillones, la laguna de Salinas et la fameuse route du Sillar avec ses carrières de pierre impressionnantes.

408-perou-sud

Le Canyon de Colca

Le Canyon de Colca, situé à environ 160 kilomètres au Nord-Ouest de la ville d’Arequipa, dans les majestueuses Andes péruviennes, est une merveille naturelle à couper le souffle. Avec ses dimensions impressionnantes, il s’étend sur près de 100 kilomètres de longueur et atteint des profondeurs vertigineuses de plus de 3 270 mètres, ce qui en fait l’un des canyons les plus profonds du monde.

Ce canyon offre un spectacle visuel à chaque tournant, avec ses falaises abruptes, ses vallées verdoyantes, ses cours d’eau tumultueux et ses villages traditionnels perchés sur les flancs des montagnes. Parmi ces villages, on compte Chivay, Yanque, Cabanaconde et Maca, où l’histoire et la culture se mêlent harmonieusement à la beauté naturelle environnante.

Les amateurs de randonnée et de trekking sont comblés par les innombrables sentiers balisés traversant ce paysage époustouflant. Ces chemins offrent une aventure inoubliable, avec en prime la possibilité d’observer les majestueux condors des Andes planant majestueusement dans les cieux, notamment depuis le mirador Cruz del Condor. Cependant, de nombreux points de vue le long du canyon peuvent également être accessibles en voiture, permettant à chacun d’admirer ces panoramas grandioses.

Parmi les points de vue les plus prisés le long du canyon, on retrouve les Miradores de Antahuilque, de Cruz de Cura, d’Achachihua à Cabanaconde, de Tapay, de Wayracpunku et de La Calera. Ce dernier, en plus de son panorama à couper le souffle, abrite également des sources chaudes où les randonneurs peuvent se détendre après une journée d’exploration dans ce décor enchanteur.

406-perou-est

Ica

Alors que nous explorons la ville d’Ica, nichée dans la région côtière du Sud du Pérou, nous sommes captivés par ses contrastes saisissants. À environ 300 kilomètres au Sud de Lima, Ica séduit par son climat sec et ensoleillé, ses paysages désertiques qui s’étendent à perte de vue, mais aussi par ses oasis verdoyantes qui émergent tels des mirages au milieu de ce décor aride.

La ville d’Ica est bien plus qu’une simple escale vers des sites célèbres tels que la réserve de Paracas, la Laguna Moron, le temple de Tambo Colorado, les lignes de Nazca, les îles Ballestas ou l’oasis de Huacachina. Elle possède une richesse culturelle et historique qui mérite une exploration approfondie.

Au cœur de la ville, la place centrale, ornée d’une belle statue et surplombée par la majestueuse cathédrale, nous transporte dans l’histoire coloniale du Pérou. Cette cathédrale, érigée au XVIIIe siècle, mélange habilement le baroque à l’intérieur avec le néo-classique qui prédomine à l’extérieur. Nous apprenons que la place centrale a été entièrement repeinte en jaune moutarde après le séisme dévastateur de 2007, un témoignage vibrant de la résilience de la ville face à l’adversité.

Notre périple nous mène également au musée régional Adolfo Bermúdez Jenkins, où nous plongeons dans les mystères des anciennes civilisations qui ont façonné cette région. À travers les artefacts exposés, nous découvrons les cultures Ica, Inca, Paracas, Nasca et Huar, chacune apportant son lot de récits fascinants sur le passé glorieux de ces terres.

Une autre facette captivante d’Ica réside dans ses caves artisanales, où est produit le célèbre Pisco, la boisson nationale du Pérou. Nous sommes impressionnés par les artisans qui, avec soin et expertise, prennent en charge chaque étape de la fabrication, depuis la récolte du raisin jusqu’à sa mise en tonneaux. La visite de ces caves nous offre un aperçu unique du processus de production de cette liqueur emblématique, véritable joyau de la culture péruvienne.

405-perou-sud

Les pétroglyphes de Toro Muerto

Nichés dans le désert d’Ica au Pérou, les pétroglyphes de Toro Muerto constituent un héritage fascinant de l’art rupestre précolombien. Ces œuvres impressionnantes s’étendent sur plusieurs kilomètres carrés, gravées dans le basalte noir et témoignant de différentes périodes, de 500 à 1300 en y incluant des motifs variés, des figures humaines, des animaux, des plantes et des symboles géométriques.

Les visiteurs peuvent explorer le site à pied, se laissant imprégner par l’atmosphère mystique du désert et découvrant les pétroglyphes dispersés à travers le paysage. Certains des motifs les plus remarquables ornent des formations rocheuses élevées, offrant des panoramas saisissants sur le désert environnant.

Oasis de Huacachina 

Huacachina est une oasis spectaculaire, dans le Sud du pays. Bordée de palmiers entourant un magnifique lagon sur lequel il est possible de naviguer, elle est située à environ cinq kilomètres à l’Ouest de la ville d’Ica et nichée au milieu de dunes de sable imposantes.

Powered by GetYourGuide

Dès notre arrivée, nous sommes accueillis par le charme envoûtant de l’oasis, avec ses palmiers verdoyants se reflétant dans le lagon scintillant.

L’atmosphère paisible et sereine nous enveloppe alors que nous nous préparons pour une aventure excitante dans les dunes de sable.

Nos cœurs battent à l’unisson avec l’excitation alors que nous montons à bord du buggy réservé avec plusieurs voyageurs pour l’occasion. La sensation de liberté alors que nous dévalons les dunes à toute vitesse est incomparable, et les rires et les cris d’enthousiasme résonnent dans l’air.

356-perou-ouest
363-perou-ouest

Une fois que nous avons eu notre dose d’adrénaline, nous nous aventurons dans le sable, armés de nos planches de sandboard. Dévaler les pentes abruptes du désert, le sable chaud glissant sous nos pieds, est une expérience à la fois grisante et exaltante.

359-perou-ouest

Puis vient le moment où nous découvrons un toboggan naturel en sable, sculpté par le vent et le temps. Avec des rires d’excitation, nous nous lançons sur ce monument naturel improvisé, glissant à toute vitesse vers le bas et en ne manquant pas de tomber et de rouler en boule jusqu’à l’arrêt complet de nos corps incontrôlables à cause de la cinétique accumulée.

370-perou-ouest
368-perou-ouest
371-perou-ouest

Paracas

La réserve nationale de Paracas, située sur la côte Sud du Pérou, est l’une des aires naturelles protégées les plus importantes du pays. Cette réserve spectaculaire, établie en 1975, s’étend sur environ 335 000 hectares.

Powered by GetYourGuide

Pour la découvrir, nous nous rendons tout d’abord dans la ville de Paracas, une petite ville côtière qui possède une belle place agrémentée d’une cathédrale. Nous arpentons le front de mer qui nous permet de bénéficier d’une magnifique vue sur les plages et les bateaux qui sont parqués face à nous.

412-perou-ouest
416-perou-ouest
417-perou-ouest

La réserve nationale de Paracas

Nous décidons de nous rendre dans une agence de la ville éponyme afin de réserver des quads, avec lesquels nous circulons en compagnie d’un guide. En arrivant aux abords de la réserve, un garde nous oblige à descendre du quad que nous occupons à deux. Bien entendu, nous remontons dessus, une fois que nous sommes hors de portée de sa vue perçante.

456-perou-ouest

Alors que nous explorons la réserve, nous sommes plongés dans un décor à couper le souffle. Au loin, nous apercevons les majestueuses falaises qui bordent la côte Sud du Pérou, se dressant comme des gardiens imposants de cette terre indomptable.

Notre regard est attiré par la mer, ses eaux d’un bleu profond contrastant avec le doré des plages immaculées.

458-perou-ouest

Alors que nous parcourons les sentiers de sable rouge de la péninsule, nous faisons la rencontre d’un pêcheur local, dont les histoires donnent vie à la région et à ses traditions maritimes anciennes.

Soudain, alors que nous circulons en contrebas d’une dune, des centaines d’oiseaux s’envolent autour de nous, créant un spectacle magique dans le ciel. Nous sommes émerveillés par cette explosion de vie au milieu de ce désert côtier apparemment aride.

461-perou-ouest
466-perou-ouest

Au cœur de ce paysage de fiction d’une beauté absolue, un cri d’horreur vient briser la constance du souffle du vent et des roulis des vagues. Notre fils, attiré par l’aventure, grimpe sur l’un des quads et le démarre. Le véhicule commence à avancer dangereusement vers le bord de la dune.

Heureusement, notre fille, réagissant avec un courage instinctif, saute sur le quad et parvient à le retourner juste à temps pour l’empêcher de basculer.

Difficilement, nous remontons la dune, mais alors que nos pas s’enfoncent dans le sable et que notre capacité pulmonaire réduite du fait de l’altitude de la région nous empêche de nous mouvoir correctement, nous sommes pris par un sentiment d’une extrême dureté. Nous ne savons pas ce qu’il s’est effectivement passé et nous n’apercevons aucunement nos enfants qui sont beaucoup trop loin au sommet de la dune que nous ne parvenons pas à rejoindre.

Il nous faut redoubler d’effort pour y parvenir et découvrir une scène poignante : notre fille porte notre fils, conscient mais en larme. Nous sommes rejoints par le guide et retournons à Paracas, pour nous voir entendre que l’assurance de l’agence ne couvrira aucune consultation médicale. Sur le moment, un peu maugréant, nous nous en contentons et ramenons notre fils par nos propres moyens dans la ville de Pisco proche.

481-perou-ouest

Pisco

Peuplée de 124 000 habitants, Pisco est une ville côtière de la région d’Ica, dans le sud du Pérou. Elle est réputée pour son port et son industrie de pêche, ainsi que pour ses plages.

Après l’accident de quad, nous emmenons précipitamment notre fils à l’hôpital, inquiets et le cœur serré. L’attente dans la salle d’urgence semble interminable alors que notre esprit est envahi par l’anxiété.

Enfin, le moment tant redouté arrive : notre fils est ausculté par le médecin. Nos cœurs sont fébriles alors que nous attendons le verdict. La libération est palpable et lorsque nous entendons que ses blessures sont superficielles, un soulagement indescriptible envahit notre être.

Pour le récompenser de son courage, nous décidons de l’emmener dans un grand centre commercial où nous lui achetons quelques jouets. Son sourire radieux illumine la pièce, dissipant les dernières traces d’inquiétude qui persistaient.

Puis, une fois notre fils rassuré et réconforté, nous partons à la découverte de la ville, dont la beauté et le charme ne manquent pas de nous émerveiller. Nous commençons par explorer la Plaza de Armas, sa place principale, bordée de magnifiques bâtiments coloniaux. La cathédrale San Clemente s’y dresse majestueusement, avec ses ornements baroques et sa tour emblématique, témoignant du riche patrimoine architectural de la ville.

Nous ne pouvons ignorer les cicatrices laissées par le séisme dévastateur de 2007, qui a ravagé une grande partie de son centre historique. Les bâtiments reconstruits reflètent désormais un équilibre subtil entre le moderne et l’ancien, créant un contraste saisissant qui ajoute à l’unicité de Pisco.

Pisco, connue comme un point de départ vers les sites d’intérêt environnants, nous dévoile également ses magnifiques plages telles que La Mina, San Andrés et El Chaco, offrant des panoramas spectaculaires qui captivent notre regard.

La ville est aussi le berceau des ateliers de fabrication du Pisco, cette eau-de-vie de raisin claire et puissante qui fait la renommée de la région.

472-perou-ouest

Lima

Notre exploration de Lima, la capitale dynamique et multiculturelle du Pérou, commence par une immersion dans ses quartiers populaires, où l’effervescence de la vie urbaine est palpable à chaque coin de rue.

Powered by GetYourGuide

Après avoir abandonné notre véhicule avec lequel nous avons traversé tous les pays d’Amérique du Sud depuis la Guyane française, nous nous laissons guider par le charme authentique des ruelles animées et colorées et prenons un taxi pour en rejoindre le centre.

Au cœur de la ville, la Place d’Armes, ou Plaza Mayor, se révèle comme le joyau historique de Lima.

Bordée de bâtiments coloniaux majestueux, elle offre une véritable leçon d’histoire architecturale. Le palais municipal et le palais du gouvernement, ornés de détails baroques, côtoient la basilique-cathédrale métropolitaine, un édifice imposant mêlant les styles du baroque et du romantisme. Sous le regard bienveillant des statues qui ornent la place, nous nous imprégnons de l’atmosphère chargée d’histoire de ce lieu emblématique.

641-perou-ouest
648-perou-ouest

À quelques pas de là, la basilique San Francisco de Asís attire notre attention avec sa façade jaune éclatante, typique du style baroque. Nous pénétrons dans ce lieu de culte empreint de spiritualité, où la structure complexe forme un angle droit avec le San Francisco de Asís, abritant une bibliothèque fascinante et l’entrée des célèbres catacombes situées en-dessous.

Nous nous aventurons ensuite dans les rues animées du marché central, où les étals débordent de produits locaux frais et colorés. À proximité, la rue piétonne de Gamarra dans le district de Victoria nous séduit par son effervescence et sa diversité. Avec ses milliers de boutiques et son ambiance bouillonnante, elle incarne l’âme commerçante de la ville.

658-perou-ouest

Et bien plus grâce à un chanteur malvoyant qui dévoile son art et nous submerge d’émotions.

Le quartier chic de Miraflores nous offre un contraste saisissant avec son mélange harmonieux de tradition et de modernité. Le long de la falaise, nous découvrons le complexe archéologique de Huaca Pucllana, une pyramide en adobe témoignant de la grandeur de la civilisation Lima il y a plus de 1500 ans. Au Larcomar, un grand centre commercial, nous nous laissons imprégner par la vue spectaculaire sur l’océan Pacifique.

630-perou-ouest

À Barranco, le charme bohème des ruelles colorées et des galeries d’art nous transporte dans un autre univers. Le mystère du Pont des Soupirs ajoute une touche romantique à notre exploration, nous plongeant dans une atmosphère envoûtante digne des plus belles légendes.

Dans le domaine de la culture, les musées de Lima regorgent de trésors historiques et artistiques. Le musée Larco nous émerveille avec sa collection d’art précolombien, tandis que le musée national d’archéologie, d’anthropologie et d’histoire du Pérou nous plonge au cœur de l’histoire fascinante du pays.

Enfin, nous terminons notre périple à Lima par une escapade enchantée au Circuito Mágico del Agua dans le Parque de la Reserva, où les jeux de lumière et les fontaines dansantes créent une ambiance magique et féerique.

633-perou-ouest

Piura

Peuplée de 484 000 habitants, Piura se trouve dans le Nord-Ouest du Pérou. Fondée en 1532 par le conquistador espagnol Francisco Pizarro, elle figure parmi les villes les plus anciennes du pays. Piura est réputée pour sa culture vibrante et colorée, imprégnée de danses folkloriques envoûtantes, de musique traditionnelle enjouée et de festivals animés. Son artisanat, notamment ses tissus en coton et ses poteries, contribue également à sa renommée.

360-perou-sud

Au cœur de la ville, la Plaza de Armas de Piura bat au rythme de l’animation quotidienne. Dominée par une majestueuse cathédrale aux tons jaunes, elle est le symbole même de la vie sociale locale.

La région de Piura est bénie par la nature, avec ses magnifiques plages de sable blanc et ses eaux cristallines qui attirent les voyageurs du monde entier. Parmi les destinations balnéaires les plus prisées, on trouve Máncora, Vichayito, Playa Pocitas et Los Órganos. En dehors des plages, la région offre une diversité de paysages naturels à explorer, des mangroves luxuriantes aux vallées fertiles en passant par les réserves naturelles préservées. Les amoureux de la nature apprécieront particulièrement la réserve nationale de Cerros de Amotape et la réserve nationale de Tumbes, abritant une riche biodiversité.

À seulement 12 kilomètres de la ville, le village de Catacaos séduit par ses artisans talentueux travaillant l’or, l’argent, la paille, le bois et le cuir. À proximité, la forteresse de Narihuala, un ancien village tallan avec son musée exposant des objets en céramique, offre un voyage dans le temps captivant. Plus loin, à 65 kilomètres, la ville de Chulucanas est renommée pour ses céramiques traditionnelles, constituant une étape incontournable pour les amateurs d’art et d’artisanat.

425-perou-est

Trujillo 

Comptant environ 877 000 habitants, Trujillo se dresse majestueusement sur la côte Nord du Pérou, dans la région de La Libertad. Renommée pour son architecture coloniale admirablement préservée, la ville offre aux visiteurs un voyage captivant à travers le temps.

Powered by GetYourGuide

Au cœur de Trujillo, la Plaza de Armas constitue un véritable joyau architectural. Dominée par le monument de la liberté, une imposante statue symbolisant la proclamation de l’indépendance du Pérou, cette place vibrante abrite la cathédrale de la ville, un édifice au style baroque remarquable. Sa façade jaune saisissante contraste avec un intérieur empreint de sobriété, renfermant un petit musée d’art sacré qui abrite des trésors artistiques de l’époque coloniale.

Face à la Plaza de Armas, la Casa Urquiaga se distingue par sa couleur bleue distinctive. Ancienne demeure de Simón Bolivar, ce lieu emblématique propose une plongée dans l’histoire, avec ses salles ornées de meubles d’époque et de précieuses collections d’artefacts des civilisations Moche et Chimú.

À proximité, le Palacio Iturregui, édifice néoclassique du XIXe siècle, invite à une découverte riche. Siège du Club Central, ce bâtiment fascine par sa façade jaune éclatante et ses balcons finement ouvragés.

Trujillo offre également un accès privilégié à de splendides étendues de sable, avec des plages renommées telles que Huanchaco, célèbre pour ses caballitos de totora, ainsi que Salaverry, Las Delicias et Buenos Aires.

Parmi les autres trésors de la ville, se trouvent la Casa de la Emancipación, un musée retraçant l’histoire régionale, ainsi que le Paseo de Aguas, une agréable promenade le long de la rivière, idéale pour se ressourcer loin de l’effervescence urbaine.

Enfin, Trujillo est le point de départ idéal pour explorer des sites archéologiques précolombiens fascinants, notamment Chan Chan, la plus grande cité en adobe du monde, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, ainsi que le complexe archéologique El Brujo et plusieurs Huacas ancestrales, témoins précieux de l’histoire millénaire de la région.

Les pyramides de Túcume

Situé à 33 kilomètres au Nord de Chiclayo, dans la partie basse de la vallée de La Leche, au Nord-Ouest du Pérou, Túcume se dévoile comme un trésor archéologique unique. Ce complexe impressionnant regroupe une série de structures pyramidales érigées par les anciennes civilisations précolombiennes, offrant un témoignage saisissant de leur ingéniosité et de leur savoir-faire.

Les Pyramides de Túcume se dressent majestueusement au cœur du paysage désertique, comptant plus de 26 grandes plateformes en adobe érigées entre les XIe et XVe siècles par les Lambayeque et les Chimú. Parmi ces structures imposantes, la Huaca Larga se distingue par son envergure impressionnante, s’étendant sur près de 700 mètres de longueur.

Outre la Huaca Larga, les explorateurs peuvent découvrir d’autres sites remarquables comme la Huaca del Pueblo, la Huaca Las Estacas et la Huaca 1, chacune révélant ses propres caractéristiques et son histoire.

Le site de Túcume abrite également un musée captivant, présentant des artefacts archéologiques découverts lors des fouilles. Réparti en quatre salles, ce musée offre une plongée immersive dans la culture Lambayeque, dévoilant ses coutumes, ses traditions religieuses, les conditions de vie des habitants et leurs croyances.

378-perou-est

Les Huaca de Trujillo

Les Huacas, ces sites sacrés et centres cérémoniels érigés par les civilisations anciennes du Pérou, offrent un fascinant témoignage de l’histoire précolombienne de la région de Trujillo.

À proximité de la ville, bien que de taille plus modeste que certaines autres Huacas, la Huaca Esmeralda est une pyramide chimú à trois étages qui présente des bas-reliefs ornés de figures géométriques et zoomorphes, témoignant du raffinement artistique de l’époque.

La Huaca del Sol, ou Pyramide du Soleil, se dresse comme l’un des sites les plus imposants du secteur. Édifiée par la civilisation Moche, elle fut jadis la plus grande pyramide d’argile au monde. Composée de cinq étages, sa construction, s’étalant entre les IIe et VIe siècles, requit plusieurs centaines de millions de briques.

Powered by GetYourGuide

En face de la Huaca del Sol, se dresse la Huaca de la Luna, ou Pyramide de la Lune. Ce complexe cérémoniel était dévoué au dieu Moche Ai-Apaec et servait de lieu pour des rituels religieux essentiels. Érigée sur une période de six siècles, cette pyramide inversée de six étages est entièrement ornée de fresques murales, représentant la vénération des Moche envers leur Dieu créateur Ai-Apaec.

Situé à environ 4 kilomètres de Trujillo, le musée Moche expose une riche collection d’objets découverts lors des fouilles archéologiques des Huacas. Il offre également une fascinante exposition sur les sacrifices humains pratiqués dans ces temples.

598-perou-est

Chan Chan

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le site archéologique de Chan Chan s’impose comme un joyau historique d’une ampleur impressionnante. Cette cité précolombienne en adobe, la plus grande jamais découverte, s’étend majestueusement sur une zone de plus de 14 kilomètres de long, évoquant le glorieux passé des rois Chimú qui régnèrent sur le Nord du Pérou avant l’ascension des Incas.

Situé près de la ville de Trujillo sur la côte Nord, Chan Chan captive l’imagination des visiteurs avec ses neuf citadelles distinctes, des témoignages vivants de l’ancienne grandeur de la civilisation Chimu. Érigé aux environs du IXe siècle, ce site fascinant est entouré de murs massifs ornés de motifs géométriques et d’illustrations représentant la faune locale, notamment des oiseaux, des poissons, et d’autres symboles emblématiques de la culture Chimu.

Powered by GetYourGuide

Parmi les citadelles, la citadelle de Tschudi se démarque par sa beauté et son raffinement. Ses murs finement décorés et ses cours intérieures offrent aux visiteurs une plongée captivante dans l’histoire ancienne de cette civilisation florissante. En explorant les palais, les temples, et les espaces résidentiels qui composent ce complexe urbain antique, les voyageurs peuvent saisir toute la richesse et la sophistication de la société Chimu.

331-perou-est

La Réserve Nationale de Pacaya-Samiria

Dans la région de Loreto, nichée au cœur de l’Amazonie péruvienne, la Réserve Nationale de Pacaya-Samiria se démarque comme l’une des aires protégées les plus vastes et les plus importantes du pays. S’étendant majestueusement le long des rives des fleuves Pacaya et Samiria, cette réserve s’étend sur une superficie totale d’environ 20 800 kilomètres carrés, formant ainsi un écosystème d’une richesse incomparable.

Au sein de cette réserve, les visiteurs peuvent explorer une diversité d’écosystèmes, comprenant des forêts tropicales humides, des marais, des lacs, des rivières et des zones inondables, offrant ainsi un tableau vivant de la biodiversité amazonienne.

La Réserve Nationale de Pacaya-Samiria est renommée pour abriter une faune extraordinairement variée, comptant parmi elle des singes facétieux, des oiseaux exotiques aux chants mélodieux, des dauphins roses d’Amazonie, des jaguars majestueux, des tapirs discrets, des caïmans solennels, et une multitude de poissons d’eau douce aux couleurs chatoyantes.

Au-delà de sa richesse naturelle, la réserve est également le foyer de près de 90 villages, où vivent métis et indigènes. Les communautés Huitotos, Boras, Yaguas et Cocama-Cocamilla y trouvent leur subsistance principalement dans la pêche, l’agriculture, la cueillette et la chasse, perpétuant ainsi des modes de vie ancestraux en harmonie avec la nature environnante.

Pérou Amazonie

Conclusion

Notre voyage au Pérou a été bien plus qu’une simple exploration géographique. C’était une aventure humaine, une immersion dans une culture riche et vibrante, une rencontre avec des paysages spectaculaires et des âmes bienveillantes.

Et c’est avec le cœur plein de souvenirs et l’esprit enrichi que nous avons quitté ce pays magnifique, sachant que nous y avons trouvé bien plus que ce que nous recherchions.

portugal-159

Portugal, les incontournables

Pays de contrastes et de charmes, le Portugal, joyau de la péninsule ibérique, dévoile une richesse culturelle et naturelle qui fascine au-delà de ses frontières. Niché à l’extrême Ouest de l’Europe, ce pays méditerranéen offre un équilibre subtil entre traditions séculaires et modernité effervescente. Au fil des siècles, le Portugal a forgé son identité à travers des influences mauresques, une histoire maritime glorieuse et une culture vivante. Nous avons arpenté le pays afin de vous en présenter les incontournables.

S’étendant sur une superficie d’environ 92 090 kilomètres carrés, le Portugal se découpe en régions variées, depuis les côtes atlantiques aux paysages montagneux de l’intérieur, en passant par les vallées verdoyantes et les plaines fertiles de l’Alentejo. Bordé à l’Ouest et au Sud par l’océan Atlantique, il partage ses frontières terrestres avec l’Espagne sur sa côte Est.

Ancienne puissance coloniale et maritime, le Portugal est imprégné d’une histoire riche et complexe. De ses villes chargées d’histoire à ses villages aux maisons blanchies à la chaux, chaque coin du pays raconte une histoire fascinante. De plus, le Portugal est membre de l’Union européenne depuis 1986, ce qui a contribué à son développement économique et à son ouverture au tourisme international.

Côté climat, le Portugal bénéficie d’un climat méditerranéen doux, avec des étés chauds et secs et des hivers doux et humides, offrant ainsi des conditions idéales pour explorer ses nombreux trésors naturels et culturels tout au long de l’année.

Nous avons parcouru à de nombreuses reprises ce pays envoûtant et avons été séduits par la convivialité de ses habitants, connus pour leur hospitalité légendaire et leur passion pour la gastronomie. Au fil de notre périple sur cette terre que nous considérons comme l’une des plus généreuses au monde, nous avons exploré de nombreux recoins de ce pays enchanteur, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest, pour vous en présenter ses incontournables.

—————————–

Pour les lecteurs qui le souhaitent, venez découvrir en photos, notre récit de voyage sur le Portugal du Centre.

Pour les lecteurs intéressés, découvrez notre voyage au Portugal, grâce à notre récit sur la côte Ouest.

Voici également notre découverte du Portugal du Sud.

Pour les lecteurs intéressés, nous vous présentons également un récit sur les incontournables de la région de l’Algarve, que nous avons parcouru lors d’un voyage groupe.

Découvrez également notre première escapade dans le pays.

Lisbonne

Dès notre entrée, nous sommes immédiatement captivés par l’atmosphère vibrante de la capitale portugaise. Située à l’embouchure majestueuse du fleuve Tage, Lisbonne nous accueille avec ses rues pavées et ses collines escarpées qui surplombent l’océan Atlantique.

Powered by GetYourGuide

Avec environ 505 000 habitants dans la ville-même et plus de 2,8 millions dans son agglomération métropolitaine, Lisbonne est à la fois animée et cosmopolite, tout en conservant son riche patrimoine historique.

Alafama

Alfama, le quartier médiéval, nous transporte dans le passé avec ses ruelles étroites et ses maisons colorées. Nous grimpons jusqu’au château São Jorge, une forteresse mauresque du XIe siècle offrant une vue imprenable sur la ville. Le tramway historique n°28 nous emmène jusqu’au Miradouro Sophia de Mello Breyner Andresen, où nous admirons les superbes panoramas qui nous font face.

Pendant notre balade, nous découvrons l’Igreja de São Vicente de Fora, un monastère maniériste, ainsi que la Largo das Portas do Sol, la plus grande place du quartier. Nous sommes émerveillés par l’église Sainte Lucie et ses somptueux carreaux azulejos, ainsi que par le Museu de Artes Decorativas, niché dans un ancien palais Azurara.

Le Teatro Romano et son musée, ainsi que la cathédrale Sé, la plus ancienne église de la ville, sont des arrêts incontournables. En face du Panthéon, nous flânons dans le jardin Botto Machado, où se tient le célèbre marché aux puces Feira da Ladra à fréquence irrégulière.

Dans le centre du quartier, nous admirons la Chafariz d’El Rei, la fontaine du Roi, et visitons le museu do Fado. Nous sommes touchés par l’Igreja de Santo Estêvão et son superbe point de vue, ainsi que par la Panteão Nacional, une ancienne église abritant les sépultures de 12 personnalités majeures du pays.

Baixa

Le quartier de Baixa nous enchante par son ambiance animée et son architecture unique. Situé au cœur de la ville, Baixa est le centre névralgique de Lisbonne, avec ses larges avenues, ses places spacieuses et ses bâtiments historiques.

Nous sommes immédiatement captivés par la Praça do Comercio, la plus belle place de Lisbonne, ouverte sur les rives du Tage.

Entourée de superbes arcades, elle abrite une statue imposante de Dom José Ier et l’Arc de Triomphe, dont la construction a débuté en 1759. Depuis 2013, son sommet est accessible, offrant une vue panoramique sur la place et la célèbre Rua Augusta, la rue commerçante la plus animée de la ville.

Nous n’avons qu’à traverser la route pour rejoindre les berges du fleuve et assister au concert public d’un jeune homme charmant, qui maîtrise aussi bien la guitare que le chant. Avec en arrière-fond le Christ Rei, nous n’avons plus qu’à nous laisser abandonner à cette ambiance douce et exquise.

Nous empruntons l’ascenseur qui relie Baixa au quartier du Chiado, profitant d’une vue imprenable sur la ville en contrebas. La place du Rossio, également connue sous le nom de Praça Dom Pedro IV, nous impressionne par ses pavés aux motifs ondulants et sa statue imposante de Dom Pedro IV.

En nous dirigeant vers le nord du quartier, nous découvrons la Praça dos Restauradores, où trône un obélisque en son centre, entouré par deux statues représentant la liberté et la victoire.

Bairro Alto

Notre découverte du quartier Bairro Alto à Lisbonne nous plonge dans une atmosphère animée et authentique, caractérisée par sa vie nocturne vibrante et ses ruelles réputées pour ses bars branchés, ses restaurants et ses clubs animés.

En flânant dans les ruelles sinueuses du quartier, nous sommes captivés par l’ambiance bohème qui y règne. Nous découvrons deux magnifiques belvédères offrant des vues panoramiques sur la ville : le Miradouro São Pedro de Alcantara, accessible à l’arrivée du funiculaire Gloria, et le Miradouro Santa Catarina, situé à l’arrivée du funiculaire Bica. Ces points de vue nous offrent des panoramas uniques sur Lisbonne, nous permettant d’admirer ses toits colorés et ses collines escarpées.

Dans la partie nord du quartier, nous visitons le jardin botanique, un véritable havre de paix s’étendant sur 40 hectares. À côté du jardin se trouve le musée d’histoire naturelle, offrant une escapade relaxante au cœur de la ville animée.

Au cœur de Bairro Alto, nous découvrons la Praça do Principe Real, où trône un majestueux cèdre centenaire. Son marché typique de producteurs locaux nous permet de déguster des produits frais et authentiques. À proximité, nous visitons l’église São Roque, construite au XVe siècle, célèbre pour son intérieur somptueux orné d’or.

Belèm

Notre découverte du quartier de Belém à Lisbonne nous plonge dans un voyage à travers l’histoire maritime et culturelle du Portugal, le long des rives majestueuses de l’estuaire du Tage.

Ce quartier, qui offre une vue imprenable sur le pont du 25 avril, rappelant le célèbre Golden Gate Bridge de San Francisco, regorge de trésors architecturaux et artistiques.

Le monastère de Jeronimos, datant de plus de 500 ans, est un véritable chef-d’œuvre de l’architecture manuéline. En déambulant dans ses somptueuses salles, nous sommes fascinés par le tombeau du navigateur Vasco de Gama, sculpté avec finesse dans un style manuélin distinctif.

À proximité, le musée Calouste Gulbenkian nous permet de parfaire notre histoire de l’art, de l’Antiquité à nos jours, à travers une collection éclectique et riche. Ses magnifiques jardins offrent un havre de paix au cœur de la ville animée. Il se trouve non loin de l’église Santa Maria de Belém.

Le Padrão dos Descobrimentos, érigé en 1960, est un monument imposant célébrant l’âge d’or des Grandes Découvertes portugaises. Du haut de ses 52 mètres, nous contemplons avec émotion les exploits des explorateurs qui ont marqué l’histoire du Portugal.

La tour de Belém, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, est un symbole de la puissance maritime du pays au XVIe siècle. Son architecture manuéline, ornée de détails complexes inspirés des voyages portugais, témoigne de cette époque glorieuse de découvertes et d’explorations.

Fátima

L’histoire de Fàtima remonte au 13 mai 1917, lorsque trois enfants ont affirmé avoir vu une apparition de la Vierge Marie dans un champ.

Depuis lors, le site qui est situé dans la ville éponyme à 130 kilomètres au nord de Lisbonne est devenu l’un des plus importants lieux de pèlerinage marial au monde.

Lorsque nous découvrons le Sanctuaire, une multitude d’émotions nous envahissent. Tout d’abord, un sentiment de solennité et de respect émerge de nous alors que nous contemplons les lieux où, selon la tradition, la Vierge Marie est apparue aux trois enfants.

La profondeur de l’histoire qui imprègne chaque pierre et chaque recoin du sanctuaire nous touche, nous rappelant l’importance de la foi et de la dévotion pour des millions de personnes à travers les âges.

Powered by GetYourGuide

À mesure que nous parcourons les différents éléments architecturaux et religieux du site, nous ressentons une connexion spirituelle grandissante.

La basilique de Notre-Dame du Rosaire, avec les tombes des trois enfants et sa statue imposante de Notre-Dame de Fátima, inspirent un sentiment de révérence et d’humilité.

En face, la basilique de la Sainte-Trinité, avec sa sobriété et sa capacité d’accueil massive, évoque la puissance et la majesté de la foi chrétienne.

Entre les deux basiliques, la chapelle des Apparitions devient un point focal de notre expérience. Alors que nous observons les pèlerins s’agenouiller pour prier et méditer, nous sommes submergés par un sentiment d’intimité avec le divin, une présence palpable qui semble envelopper chaque coin de cet espace sacré.

Alors que des pèlerins gravissent cette grande place à la force de leurs genoux, une jeune fille éclate en larme, obligée d’être câlinée par une femme qui la serre contre elle.

La maison de Lucia, qui abrite désormais un musée dédié à l’histoire des apparitions et à la spiritualité de Fátima, nous offre un aperçu plus profond de l’impact de ces événements sur la vie des enfants et sur le monde entier.

En explorant les autres lieux de prière du sanctuaire, tels que la Via Sacra et la Rosaire de Lumière, nous ressentons un mélange de recueillement et d’inspiration. Ces espaces nous offrent l’opportunité de méditer, de réfléchir et de renforcer notre propre foi, nous laissant avec un sentiment de paix et de connexion spirituelle profonde.

Porto

Deuxième plus grande ville du Portugal, avec une population d’environ 237 559 habitants, Porto est située dans le Nord du Portugal, à environ 313 kilomètres au Nord de Lisbonne.

Powered by GetYourGuide

Perchée sur les rives du majestueux fleuve Douro, cette métropole portugaise offre une expérience unique où le passé et le présent se mêlent harmonieusement.

En déambulant dans les rues pavées de la vieille ville, nous sommes saisis par l’atmosphère envoûtante qui y règne. Les façades colorées des maisons traditionnelles se dressent fièrement, chaque détail architectural semblant raconter une histoire, nous plongeant dans un voyage à travers le temps.

Porto est une ville authentique, caractérisée par ses collines escarpées, ses ruelles pavées et ses bâtiments historiques. Son centre-ville, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, regorge de monuments architecturaux,

La cathédrale de Porto, majestueuse et imposante, nous accueille avec ses portes ouvertes, nous invitant à y découvrir ses secrets millénaires. À l’intérieur, la lumière filtrée à travers les vitraux anciens crée une ambiance mystique, propice à la méditation et à la contemplation. Erigée au XIIe siècle, elle est l’un des plus anciens édifices religieux de la ville.  Imposante et majestueuse, elle combine des éléments de styles roman et gothique qui nous subjuguent.

Le Palais de la Bourse du XIXe siècle est un chef-d’œuvre architectural. Son atrium principal, la salle des Nations, est orné de fresques, de dorures et de statues.

Puis, nous nous aventurons dans l’église de São Francisco, où la richesse de son intérieur baroque nous laisse sans voix. Chaque recoin est orné de sculptures dorées et d’azulejos colorés, créant un tableau visuel à la fois somptueux et envoûtant.

Le pont Dom Luís I, majestueux ouvrage d’art métallique, nous offre une vue panoramique à couper le souffle sur la ville et le fleuve Douro. De là-haut, nous contemplons l’animation des quais et le va-et-vient des bateaux traditionnels, tandis que le soleil se reflète doucement sur les eaux scintillantes.

Conçu par le disciple de l’ingénieur français Gustave Eiffel, le Pont Dom Luís I relie Porto à Vila Nova de Gaia. Il offre une vue imprenable sur le fleuve Douro et les caves à vin de Porto qui se trouvent de l’autre côté, des caves dans lesquelles nous nous rendons afin de déguster ce nectar qui est à lui seul, un voyage.

La Statue du Christ Roi

Du pont qui surplombe le Tage, en voyant cette imposante statue érigée surplombant la ville, nous ressentons tout d’abord un sentiment de stupéfaction devant sa taille majestueuse et sa présence imposante qui domine l’horizon. Une émotion similaire à notre découverte à Rio du Christ Rédempteur

Achevée en 1969 pour symboliser la reconnaissance du pays pour avoir été épargné par les dégâts de la Seconde Guerre mondiale, la statue du Christ Roi fut construite, les bras ouverts, dans une posture de bénédiction et de bienveillance envers la ville de Lisbonne et ses habitants.

La statue est entourée d’un sanctuaire religieux et offre une vue panoramique imprenable sur la ville et le fleuve Tage depuis son sommet.

Braga

À seulement 55 kilomètres au Nord de Porto, se trouve Braga, une ville peuplée de 200 000 habitants, qui compte parmi les plus anciennes du Portugal. Imprégnée d’histoire et de culture, Braga offre un mélange enchanteur d’architecture traditionnelle et de modernité, située à seulement 50 kilomètres de l’océan Atlantique.

Powered by GetYourGuide

Riche de ses rues pavées, de ses places animées et de ses églises baroques, Braga dévoile un charme incomparable. La ville est un véritable musée à ciel ouvert, où se côtoient avec élégance des édifices historiques, des boutiques tendances et des cafés animés.

À quelques pas du cœur de la ville, trône la majestueuse basilique sanctuaire Bom Jesus do Monte, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Perché sur le mont Espinho, ce sanctuaire est accessible par un escalier monumental de 682 marches, orné de statues et de fontaines symbolisant les cinq sens à chaque palier.

La cathédrale Sé de Braga, datant du XIe siècle, impressionne par sa façade baroque ornée et son mélange unique d’éléments architecturaux gothiques, romans et baroques. Elle abrite également le tombeau du fils du roi D. Joao Ier, ajoutant une touche royale à son histoire.

Parmi les trésors architecturaux de la ville, le palais épiscopal de Braga se distingue, hébergeant un musée d’art sacré qui plonge les visiteurs dans le faste de l’époque. À ses côtés, le jardin de Santa Barbara dévoile une fontaine du XVIIe siècle surmontée par la statue de Santa Barbara, offrant un havre de paix au cœur de la cité.

L’arc de Porta Nova, monument du XVIIIe siècle, constitue une autre attraction majeure, symbolisant l’une des entrées historiques de la ville. En outre, le musée Biscainhos offre un aperçu fascinant de la vie de la noblesse entre les XVIIe et XIXe siècles.

Le théâtre Circo, édifice datant de 1914, séduit par sa décoration somptueuse et sa façade colorée, offrant un spectacle architectural à part entière. Quant au palacio do Raio, chef-d’œuvre baroque érigé entre 1754 et 1755 par l’architecte André Soares, il captive par sa façade bleue ornée de motifs en mosaïques, témoignant du raffinement de l’époque.

Pour ceux qui s’aventurent un peu plus loin, le miradouro do Picoto et le monastère de Tibaes offrent des panoramas saisissants et une plongée dans l’histoire millénaire de la région.

La cité antique de Conimbriga

Inscrite au prestigieux patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1982, Conimbriga se distingue comme l’un des sites archéologiques les mieux préservés du Portugal, témoignant de son importance historique et de la qualité exceptionnelle de ses vestiges.

Nichée au cœur de la région de Coimbra, cette cité antique fut fondée par les Romains au Ier siècle avant Jésus-Christ et rayonna pendant plusieurs siècles en tant que pôle commercial et culturel majeur de la région. Malheureusement, elle succomba aux invasions barbares au VIe siècle de notre ère, marquant ainsi la fin de son âge d’or.

Le site de Conimbriga offre aux visiteurs une immersion fascinante dans l’histoire ancienne du Portugal, avec un musée abritant de précieux artefacts découverts lors des fouilles. Les visiteur